ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son bar

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Event du moment
    The Nightmare...
    du 20 octobre au 20 novembre

    Chiaroscuro ou sépia ◐ Orpheus & Cassian

    Aller à la page : 1, 2  Suivant
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 27
    × Avatar : Keith (Voltron)
    × Pouvoir : visions
    × Logement : Maison d'Ael
    × Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
    × Péripéties vécues : 6505
    × Øssements1032
    × Age IRL : 20 Autre
    × Inscription : 11/02/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le sans-surnom
    × DCs : Léandre / Brendan

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    68/100  (68/100)
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6505103220Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    avatar
    FLOODSHOOTER
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paperhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6505103220Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    ★ FLOODSHOOTER ★
    #1 le 23.07.17 15:07
    vintage
    Orpheus Ioannis
    Autre univers qui se façonne dans une salle noire, c'était le moyen de s'évader. Bon dépaysement face à toute la population alors qu'il continuait de s'y mêler. Le cinéma était sans doute un des endroits préférés du garçon et ce, rien qu'à l'entrée. Après le passage de la billetterie se dressait un grand tapis rouge à l'effigie des allées et rues hollywoodiennes décernées au star. Ces chemins menaient certes aux salles respectives mais débutait avant tout au stand de confiseries et autres friandises bien interdites.

    Il fallait reconnaître que le glucose tournée en spirale et en rose avait quelque chose d'époustouflant. Par sa chaleur enivrante, son parfum se mêlait avec ceux d'autres saveurs pour en faire un panache agglutinant. C'était comme un temple du sucre et de couleurs qui ne demandait que de l'or pouvoir briller de milles feux encore et toujours au détriment de l'eau qu'on aurait pu prendre depuis chez soi, ce que le prudent avait évidemment fait.
    D'un oeil presque méprisant, il dévisagea ce stand hors de prix en se félicitant de ne plus y succomber. Après tout, son sac à dos toujours avec lui, il avait le nécessaire pour se désaltérer ou autre.
    Mais une couleur plus méridionale ou plutôt arabe rappelant doucement un mélange de safran et de sable aux yeux de Cassian se dégagea du reste du stand. Cela n'avait rien avoir avec le caramel de certaines confiseries puisque la couleur de cette peau était plus prenante et évocatrice au zombie qui se dirigea machinalement vers elle. Ca lui disait quelque chose mais il devait reconnaître que, plus que tout, c'était séduisant et alléchant.

    Albatros ne sachant pas voler, il marcha en dandinant ses plumes jusqu'à ce dos dont les omoplates étaient saillantes. Le dos se retourna pour laisser entrevoir le profil d'un homme ou plutôt de cet homme. Il aurait pu ne pas le reconnaître s'il avait grandi mais tel n'était pas le cas. C'était ce type ! Bon sang... Bien aubaine comme une plaie.
    Au départ, le brun ne sut réagir et préféra se retirer derrière un attelage de bonbons. Ses doigts se scotchèrent contre les parois du présentoir à confiseries et sa tête se logeait derrière mais était espionne. Il ne savait que faire puisqu'il n'aimait pas ce garçon mais, dans un même temps, il détenait des informations vis-à-vis de ses parents ou au moins, de sa mère.

    Son nom lui revenait. Orpheus. Après tout, sa mère ne cessait de parler de lui pour dire qu'il était un garçon formidable qu'elle avait été heureuse de rencontrer. En tout cas, plus heureuse que de s'occuper de son fils puisqu'elle avait entretenu le mannequin en tant qu'agent mais quelque part, elle avait été plus la mère d'Orpheus que de Cassian. Son extrême jalousie prenait le dessus. Au diable le dégoût, il lui parlerait.
    Sauf que le métisse se dirigea ailleurs. Sans doute la salle de cinéma qu'il avait commandé. Quant au brun, il avait décidé d'aller voir un film d'amour qui était à priori très à la mode ces temps-ci donc en soi, il n'y avait rien de ridicule à ce qu'il y aille. Il aurait pu verser des larmes sans qu'on le blâme ou plutôt, il aurait dû en verser pour conserver son rôle.
    Mais actuellement, il était plus crucial d'obtenir des informations concernant des membres qui, quelque part - même s'il avait cherché à les ignorer - lui manquait. Ainsi donc, il suivit la trace du jeune homme. Il irait voir non pas son film à lui mais celui que l'autre comptait voir.

    Lorsqu'il entra dans la salle, seul Orpheus s'y trouvait. Climat désert qui aurait pu laisser pénétrer un tueur en série, Cassian trouvait peut-être cela plus dangereux de se retrouver seul avec le mannequin. L'autre s'était assis plus devant tandis que l'américain trouva sa place dans le fond. Après tout, le film ne l'intéressait pas, il voulait surtout avoir des informations à la fin de séance.

    C'était parti. Plus brutal qu'un croissant de lune qui se réveillait dans un ciel vespéral, l'écran domina toute la noirceur de la salle. Pour le moment, il s'agissait d'un écran aussi blanc que lunaire qu'on pouvait admirer. Il demandait d'éteindre les téléphones portables ce que Cassian ne fit évidemment pas. On prétextait ça comme nuisance au film alors qu'il n'avait pas encore démarré.

    Il n'avait, effectivement, pas encore démarré mais le maudit cellulaire du jeune homme se mit à déclencher une musique de rap tonitruante dans le reste de la salle. Il s'empressa de l'éteindre ainsi que l'écran. Bon dieu, c'était encore Tom qui l'appelait, cet harceleur.
    Le zombie s'enfonça dans son siège de sorte à garder sa présence secrète. Fichus potes. Ils étaient toujours là quand ils n'en avaient pas besoin. Ils étaient surtout là pour lui ruiner son plan, oui.
    Le brun dissimula sa chevelure reconnaissable derrière les siège en velours écarlate mais comme le film n'avait pas encore démarré, évidemment qu'Orpheus réagirait.
    À présent à quatre pattes, le garçon essaya de gagner la sortie. Il lui parlerait plus tard, tant pis.

    セピア
    Afficher toute la signature


    nothing hurts
    cause i'm nothing
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 30
    × Avatar : Lance - Voltron
    × Appartement : Brossard
    × Métier : Ancien mannequin - Vendeur de pâtisserie
    × Péripéties vécues : 531
    × Øssements242
    × Age IRL : 21 Féminin
    × Inscription : 30/10/2016
    × Présence : réduite
    × Surnom : le diplodocus | Proh
    × DCs : Hyun-Su P. Kaiyoutei & Newt Ansgar

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    23/100  (23/100)
    19Masculin30Lance - VoltronBrossardAncien mannequin - Vendeur de pâtisserie53124221Féminin30/10/2016réduitele diplodocus | ProhHyun-Su P. Kaiyoutei & Newt Ansgar
    avatar
    vampire
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2143-orpheus-ioannis-you-know-nothing-finihttp://www.peekaboo-rpg.com/t2153-orpheus-carnet-d-ami-ou-pas#56173
    19Masculin30Lance - VoltronBrossardAncien mannequin - Vendeur de pâtisserie53124221Féminin30/10/2016réduitele diplodocus | ProhHyun-Su P. Kaiyoutei & Newt Ansgar
    vampire
    #2 le 23.07.17 22:12

    Chiaroscuro ou sépia
    Orpheus &
    Cassian
    Routine habituelle. Une journée qui commence par une petite course et quelques exercices avant de s'enchaîner avec un petit déjeuné suivit d'un passage à la salle de bain. Jusqu'ici, rien de bien nouveau. Au passage, le calendrier est vérifié pour voir de quand date la dernière prise de potion, il y a encore un peu le temps. Une fois la routine finie, il était maintenant temps de penser à quoi faire de la journée. Jusqu'ici l'emploi du temps n'était pas très chargé, disons qu'il était même vide. Depuis sa venue dans le monde des morts, Orpheus n'a jamais eu autant de temps pour lui et des fois, cela l'embêtait un peu. Son regard se perdit au loin, ses pensées filèrent au delà de la condition humaine, il se perdait. Un bruit le ramena rapidement sur terre. Un de ses colocataire venait de se lever. Cela ne l'aida pas pour autant à combler sa journée. Les autres suivirent et ce fut pendant une conversation avec certains que le basané découvrit ce qu'il allait faire. Un d'entre eux lui conseilla d'aller voir un film, après tout, le cinéma était une chose qu'il connaissait que trop peu. Manque de chance pour le vampire, il ne pourrait y aller que dans l'après-midi. Pour le moment, il devait se consacrer à son travail. Douceur, bonne odeur, fondant, ses pâtisseries possédaient de nombreuses qualités.
    L'horloge affichait 14h passé, Orpheus avait fini son travail et il pouvait maintenant se consacrer à ses loisirs sauf qu'il fut pris de court par quelque chose. En cuisinant au matin, celui-ci n'avait pas fait gaffe à l'absence de nourriture dans les placards ou encore dans le réfrigérateur. Manque de chance, Hoshiko était au travail et tout le monde de sorti. Dans un léger soupire, il n'eut d'autre choix que de partir faire les courses. Après avoir établis une belle liste de ce qu'il leur manquait, le basané s'empressa de quitter l'appartement pour partir à sa quête. Cela lui prit plusieurs heures.

    Le temps de faire les courses et de tout ranger, il était presque 20 heures. Bien-sûr, Orpheus avait un peu traîner dans les différents rayons pâtisseries, achetant au passage quelques accessoires pour lui. En plus, il y avait du monde. Après avoir préparé le repas du soir pour ses colocataire, le vampire pouvait enfin quitté son appartement pour aller au cinéma. La route fut un peu longue, mais agréable. La chaleur de la journée avait laissé place au doux vent frais de la nuit. Les nombreuses personnes, qui créaient un brouhaha ambiant, étaient beaucoup moins nombreuses. Le monde de la nuit était d'une certaine manière beaucoup plus agréable que celui du jour. Le jour, les personnes se bousculaient pour passer. Certaines images démontrant une foule sur les trottoirs de Tokyo, ce n'était pas un cliché mais bien une réalité. Le temps d'une pensée était le cinéma se dévoilait enfin.
    Un immense bâtiment dont les couleurs échappés au regard du basané. Sur le mur, d'immense affiche de film était placardé. C'était un autre monde. Sans s'attarder davantage devant le bâtiment, Orpheus pénétra à l'intérieur. Quelques personnes étaient présentes. Pourtant, l'attente pour le biller ne fut pas très longues, ce qui fut plus long, c'était le choix du film du vampire. Celui-ci n'avait pas prit le temps d'analyser les différents films proposaient avant d'aller acheter son ticket. Ce fut le hasard qui décida de son sort. La suite évidente après le ticket, c'était le passage auprès des stands de bonbon et de pop-corn.

    Le tapis rouge, fil conducteur de nombreuses personnes. Heureusement que cet élément était présent. Devant les différents stands, Orpheus baladait son regard pour savoir ce qu'il allait prendre. Le choix ne fut pas très long. Son dévolu se jeta sur un pot moyen avec du pop-corn. Il aurait bien prit un coca avec tout ça, mais son porte-monnaie lui criait de faire attention. Pendant un court instant, le basané resta bloquer à un endroit avant de se retourner. Une étrange sensation lui avait parcouru le corps, comme si quelqu'un l'observait. Rapidement, son regard fit un état des lieux, personne. Une de ses main vint alors se perdre dans ses cheveux bruns, frottant doucement l'arrière de sa tête. Certainement une imagination. Sans réfléchir davantage, le basané continua sa route pour finir dans sa salle. Lorsque le premier pas fut effectué et que la scène se dévoila sous ses yeux, la stupéfaction put alors se lire sur son visage. La salle était immense, peuplé par de nombreux sièges rouge sang, il se présentait presque comme les victimes d'un génocide. Son corps s'enfonça un peu plus dans la salle, il se sentait petit. Descendant lentement les différentes marches, Orpheus trouva sa place un peu plus bas. Le siège était confortable. A côté de lui, son pop-corn trouva sa place et son regard put se tourner vers cette immense écran blanc. Intérieurement, il était tout excité.
    Soudainement, un bruit vint couper le silence ambiant. Rapidement, la tête du vampire se tourna pour voir qui était là. Personne, encore une fois. C'était suspect. Silencieusement, il se releva, prenant dans une main son pot, seul arme qu'il avait à disposition. Aussi habillement qu'un chat, le vampire était en train de remonter les différents rangs, prenant soin de les observer avant de continuer. Ce ne fut qu'au dernier rang que quelque chose d’anodin se montra. Un peu plus long dans le rang, une paire de fesse faisait face au basané, qui resta dubitatif face à cette vision.

    « Pardonnez moi mais … Je ne pense pas que c'est ainsi que l'on regarde un film. »

    Sans trop réfléchir, Orpheus s'était mis à parler en japonais pour communiquer avec l'étrange paire de fesse mouvante. Bien-sûr, la question se posait quand à savoir pourquoi cette personne était ainsi. Avait-il fait quelque chose de mal ? Cela, il n'en savait rien. Lentement, il s'aventura dans la rangée pour s'approcher un peu de cette personne. Sa curiosité avait été plus forte que son bon sens.
    Η νίκη επί του εαυτού είναι η μεγαλύτερη νίκη.


    Afficher toute la signature


    ©️ Elentori
    Orpheus parle anglais en #59659B, japonais en #a25858,
    grec en #79679B et italien en #A79494.

    Merci beaucoup Lynn ♥️:
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 27
    × Avatar : Keith (Voltron)
    × Pouvoir : visions
    × Logement : Maison d'Ael
    × Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
    × Péripéties vécues : 6505
    × Øssements1032
    × Age IRL : 20 Autre
    × Inscription : 11/02/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le sans-surnom
    × DCs : Léandre / Brendan

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    68/100  (68/100)
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6505103220Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    avatar
    FLOODSHOOTER
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paperhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6505103220Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    ★ FLOODSHOOTER ★
    #3 le 24.07.17 19:28
    looping
    Orpheus Ioannis
    Ayant fait un créneau entre deux rangées de sièges, sa présence était loin d'être remarquée. En tout cas, visuellement puisqu'il provoqua, par contre, plusieurs bruits non identifiables mais réunis en vacarme pour pouvoir le désigner comme trouble-fête de la séance.
    Assez alerte, il aurait réagit bien plus vite mais il trouvait encore les pas remontant les escaliers de la salle bien trop véloces pour qu'il puisse se cacher davantage. De plus, l'obscurité ne l'aidait pas y voir plus si ce n'est le grand écran blanc qui se filtrait à travers le dessous des sièges, trop étroit pour pouvoir y accéder. Il s'était coincé dans ce qui paraissait une issue.

    L'écran lumineux était assez large pour pouvoir couvrir de clarté, cela dit, les marches qui pouvaient donner sur les allées et les rangs de dossier. Si l'ombre qui se profilait sur les murs gris arrivait à son niveau, il était clairement visible. Ses cheveux auraient pu l'aider à se camoufler puisqu'il n'était qu'une vilaine tignasse brune destinée à passer inaperçu autant dans le décor que dans la majorité japonaise de la population tokyoïte. Ainsi, il décida donc de se recroqueviller sur lui-même, en cachant ses mains derrière lui, trop cadavériques et distinguables, du coup.

    Et bien, il fallait reconnaître que le zombie avait emmené une malchance époustouflante sous son baluchon aujourd'hui. Lui qui ne cherchait que le bien en s'intéressant au cas Orpheus ou plus au cas famille, on l'en chassait vulgairement. Ce n'était peut-être pas une page à tourner, après tout !
    Il avait donc tiré le mauvais côté de la pièce. Face, c'était bon, ça passait ; sauf que seul le côté inverse se retourna pour Orpheus et Cassian. Ce spectre s'était avancé, sans surprise, jusqu'au dernier rang, mais du côté auquel Cassian n'avait pas pensé. Après tout, de devant, il avait été plus à droite. Pourquoi il avait donc bifurqué à gauche ? De toute façon, il était crétin jusqu'au bout donc le zombie ne chercha pas à savoir davantage sur la nature de ce choix.

    L'autre s'exprima en japonais. Heureusement, il ne l'avait pas encore reconnu et en soi, ça restait la seule maigre aubaine qui lui restait. Pour cette raison, le garçon resta dans cette position et toussa pour prendre un ton de voix un peu plus grave qu'habituellement. Mieux valait être prudent, peut-être que son timbre de voix était assez mémorable ? Vraiment ? Lui, mémorable ?
    Excuse de pacotille qu'il n'avait pas cherché dans des encyclopédies mais dans des séries, c'était donc un stupide prétexte qu'on n'aurait pas cherché à examiner tant ça sonnait faux :

    — Ah... Je cherche juste ma lentille. Elle est tombée, je ne vois plus clair.

    Mais au moins, il gagnait un certain temps. Ou plutôt quelques secondes. Il passa juste quelques tâtonnements pour poursuivre son théâtre jouant l'innocence. L'ange ne releva même pas la tête pour s'adresser de nouveau à cette connaissance des plus déplaisantes. Si lui était un zombie qu'on aimait trouvé minable, l'italien était entièrement détestable. Pas de temps à lui vouer. Il voulait juste profiter d'un peu d'informations mais dans ce genre de rencontre, ça n'avait rien de profitable. Si lui l'avait dérangé, il n'allait pas le faire encore plus avec un ramassis de questions dont le métisse se fichait probablement.

    Je m'en fous de toi aussi, t'en fais pas, va !

    — J'ai dû l'égarer ailleurs. Pas possible qu'elle soit ici, j'ai fouillé partout. Bon, très bien.

    Avant de se relever, il exerça une pression sur ses genoux. La visière de sa casquette ne recouvrait plus l'arrière de sa nuque où il avait logé tous ses cheveux. Il l'avait oubliée et ce n'était pas un détail négligeable sachant que Cassian n'avait pas une chevelure des plus banales.
    Il tiqua en crissant des dents puis serra les poings avant se relever. Non, il ne chercherait pas la bagarre.

    — Ciao bello !

    Badinage ironique donné en italien pour jouer la référence comme la révérence, il ne le dévisagea même pas puisqu'il s'apprêtait à entamer une course. Le brun était extrêmement rapide donc bon fuyard. Il empoigna la sangle de son sac qu'il avait laissé à terre et le positionna contre son dos. Dans un même temps, son autre main se mit à agripper le bout de l'autre dossier à un rang devant lui. Il changeait de voie. Il changeait d'issue. Dans un mouvement que Shirley aurait trouvé des plus délinquants et classes, il bondit sur l'allée en-dessous.

    Passé de bâbord à tribord, il allait fuir le navire avant même de l'avoir embarqué. Quel poltron ! Jusque là tout se passait bien jusqu'à ce qu'il heurte le second rang qu'il prit toujours à saut de haies. C'était le second et dernier bond et il fallait qu'il ait encore cette malchance de s'effondrer en hurlant plus de stupeur que de douleur.
    Néanmoins, son avant-bras se tordit dans la chute puisqu'il l'utilisa pour se rattraper.

    — Ah putain ! Ca fait mal !

    À nouveau recroquevillé, il tint son bras de sorte à calmer la douleur alors que ça ne servait strictement à rien. Il chercha après sa casquette qu'il avait repositionné dans une position plus adéquate. Et merde... Elle s'était envolée. Et son sac ? C'était vraiment pas son jour...

    セピア
    Afficher toute la signature


    nothing hurts
    cause i'm nothing
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 30
    × Avatar : Lance - Voltron
    × Appartement : Brossard
    × Métier : Ancien mannequin - Vendeur de pâtisserie
    × Péripéties vécues : 531
    × Øssements242
    × Age IRL : 21 Féminin
    × Inscription : 30/10/2016
    × Présence : réduite
    × Surnom : le diplodocus | Proh
    × DCs : Hyun-Su P. Kaiyoutei & Newt Ansgar

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    23/100  (23/100)
    19Masculin30Lance - VoltronBrossardAncien mannequin - Vendeur de pâtisserie53124221Féminin30/10/2016réduitele diplodocus | ProhHyun-Su P. Kaiyoutei & Newt Ansgar
    avatar
    vampire
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2143-orpheus-ioannis-you-know-nothing-finihttp://www.peekaboo-rpg.com/t2153-orpheus-carnet-d-ami-ou-pas#56173
    19Masculin30Lance - VoltronBrossardAncien mannequin - Vendeur de pâtisserie53124221Féminin30/10/2016réduitele diplodocus | ProhHyun-Su P. Kaiyoutei & Newt Ansgar
    vampire
    #4 le 30.07.17 13:00

    Chiaroscuro ou sépia
    Orpheus &
    Cassian
    Le silence aurait pu durer éternellement, le vampire aurait pu rester ainsi sans bouger pendant un long moment jusqu'à ce que ses jambes l'abandonnent. Son regard ne quittait pas l'inconnu qui lui faisait dos. Si cette personne lui était connu, il ne l'aurait pas reconnu. Pour lui, chaque être vivant est le même, ils sont tous fades. Certains blancs, d'autre gris et encore d'autre, noir. La couleur de cheveux se limitait à quelques nuances grises ou noires et les coupes étaient tous les mêmes, sauf une. Dans le monde, il existait peut-être une coupe de cheveux qui rendait le basané fou. Ses pensées n'eurent pas davantage de temps pour s'en souvenir, car une voix le ramena à la réalité. Un timbre assez grave avec un japonais un peu maladroit, aussi maladroit que celui du Grec.

    « Ah … Je cherche juste ma lentille. Elle est tombée, je ne vois plus clair. »

    Une lentille ? La maladresse de certaines personnes l'étonneraient toujours. Maintenant, la position de cette personne était compréhensible mais avec la noirceur de la pièce, il serait difficile de trouver cet objet. Alors que Orpheus allait s'avancer pour lui proposer son aide, sa tête s'étant légèrement penché sur le côté pour observer ses mouvements, l'inconnu se remit à parler.

    « J'ai dû l'égarer ailleurs. Pas possible qu'elle soit ici, j'ai fouillé partout. Bon, très bien. »

    Partout ? Elle n'est pas ici ? Quelque chose ne collait pas dans le scénario. Si cet homme avait perdu sa lentille avant d'entrer dans la salle de cinéma, il l'aurait remarqué et en plus de cela, il n'aurait pas cherché dans cette pièce immense. Surtout que Orpheus était le premier a être entré, si cet inconnu avait vraiment cherché partout, il l'aurait déjà croise. Le vampire n'était pas un détective, ni même une très grande lumière mais il y a des mensonges qui sont beaucoup trop gros pour être vrai. Alors que le basané était sur le point de dire quelque chose, il remarqua que l'homme s'était relevé. Maintenant qu'il le voyait un peu mieux, c'était loin d'être un homme. Un adolescent, qui devrait avoir à peu près son âge. Sur sa tête, une casquette trônait fièrement. Il ne voyait pas son visage, son dos lui était toujours présenté mais un détail attira son attention. Ses cheveux … Non pas que la couleur cendre lui disait quelque choses, c'était ses quelques cheveux dans sa nuque … Orpheus était sur le point de se souvenir …

    « Ciao bello ! »

    Les sourcils du vampire se froncèrent, un goût amer le venant en bouche. Ce n'était pas une coïncidence. L'« inconnu » fuyait. Des sauts dignes d'une gazelle. Pour paraître moins suspect, il aurait tout simplement pu prendre les escaliers à l'opposer d'eux, si un temps soit peu, il ne voulait pas être découvert par le basané. Ce chemin était risqué. Le regard du Grec ne le lâchait pas une seule seconde, la colère semblait se dessiner sur son visage, de mauvais souvenirs faisaient surface. En regardant cet adolescent descendre, il avait l'impression de se revoir, fuyant Mme Sanders. Soudainement, l'accident arriva. Il en eut le souffle coupé, comme si sa mort venait de se rejouait devant lui sauf que cette fois, ce n'était pas lui la victime.
    Le fuyard venait de louper son dernier saut, le saut d'avant la liberté. Inquiet pour lui, Orpheus redescendit les escaliers pour aller le rejoindre. Inquiet ? Pas vraiment en vrai. La curiosité, le besoin de savoir si cet inconnu était cette personne. Est-ce que le savoir était vraiment nécessaire ? Lentement, ses pas s'écrasaient sur les marches, le bruit résonnait dans la pièce vide tandis que le prisonnier se tordait de douleur. Le regard du vampire ne le lâchait pas une seule seconde de peur qu'il s'enfuit à nouveau. Ce fut au bout de longues secondes qu'il fut enfin arrivé au bon rang. Son corps s'engouffra alors entre les sièges, il se rapprochait de plus en plus de son but. Sa main fut tendu comme pour expliquer sa venue, un faux sourire se dessina sur son visage, ses yeux ne regardaient pas le visage de l'inconnu mais bientôt ils allaient le découvrir.

    « Est-ce que vous allez bien ? Je vais vous aider. Vous auriez mieux fait de prendre les esc... »

    Sa phrase se coupa en court de route. Son regard venait enfin de découvrir le visage de l'inconnu, pas si inconnu tout compte fait. Dans la chute, la casquette avait prit la fuite. Ce visage … Combien de fois l'avait-il vu ? Trop de fois. C'était sa voix qu'il avait trop peu entendu. Ses dents se serrèrent et sa main se rétracta. Ses sourcils se froncèrent une nouvelle fois. Que faisait-il ici ? Lui aussi était mort … Qu'ai devenu Mme Sanders ? Dans un mouvement de colère, Orpheus attrapa le col de l'adolescent et le tira légèrement vers lui.

    « Que fais-tu ici, Cassian ?! Pourquoi tu as laissé ta mère seule ?! »

    Le Grec ne savait que trop bien à quel point Mme Sanders aimait son fils, c'était pour ça qu'il était mort. Alors pourquoi était-il ici ? Dans le monde des morts, loin de sa mère. Ingrat. L'autre main du vampire se resserra sur son paquet de pop-corn qui était prêt à exploser sous la pression. Peut-être que Cassian était blessé au bras, sur le coup, Orpheus n'en avait que faire.
    Η νίκη επί του εαυτού είναι η μεγαλύτερη νίκη.


    Afficher toute la signature


    ©️ Elentori
    Orpheus parle anglais en #59659B, japonais en #a25858,
    grec en #79679B et italien en #A79494.

    Merci beaucoup Lynn ♥️:
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 27
    × Avatar : Keith (Voltron)
    × Pouvoir : visions
    × Logement : Maison d'Ael
    × Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
    × Péripéties vécues : 6505
    × Øssements1032
    × Age IRL : 20 Autre
    × Inscription : 11/02/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le sans-surnom
    × DCs : Léandre / Brendan

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    68/100  (68/100)
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6505103220Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    avatar
    FLOODSHOOTER
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paperhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6505103220Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    ★ FLOODSHOOTER ★
    #5 le 24.08.17 22:10
    crachat
    Orpheus Ioannis
    Échoué sur ce lit en mousse aux tons gris, ça n'avait rien de confortable pour autant. Après tout, il n'était pas dans une position adéquate et n'arrivait pas à en trouver une plus confortable puisqu'il fut presque paralysé par la douleur qui lui lançait dans l'avant-bras ainsi que celle du genou, ayant percuté le rang précédent avant de s'effondrer.
    Ce n'était pas de la comédie et pas un des nombreux faux pas pourtant si bien calculés de Cassian, c'était vraiment une erreur de sa part qu'il n'aurait pas dû commettre. Pourtant, il pensait que cette chute aurait pu causer la pitié chez l'un comme chez l'autre.

    Il entendit d'abord des pas précipités et une voix presque inquiète à son égard pour les premières secondes. Visiblement, l'imbécile n'avait toujours pas établi un portrait du garçon et arrivait à s'inquiéter. Ou alors il s'inquiétait parce que c'était lui. Ou alors il s'inquiétait parce qu'il l'avait oublié... Dans le fond, c'était sans doute la plus grande crainte qui mugissait secrètement en Cassian et qu'il n'osait même pas confesser. L'oubli ne lui allait vraiment pas.
    Mine boudeuse à la suite de cette pensée, elle se transforma bien vite lorsqu'elle rencontra le visage de son interlocuteur qui l'avait attrapé avec une délicatesse des plus abjectes. Quant à l'autre faciès, il était bien plus colérique que celui de la nouvelle victime qui souffrait encore. Certes, son col n'intensifiait pas la douleur mais au fur et à mesure qu'on ne s'occupait de la blessure, elle s'aggravait puisqu'on ne voulait y porter aucune attention. Orpheus prêtait-il vraiment une attention au jeune homme ou plutôt à ses sentiments bravant l'humanisme par des furies ?

    Il n'avait pas assez cruauté cela dit pour le saisir par la souffrance mais assez de bestialité pour soulever l'épave depuis son col. À cette distance que l'animal chercha à créer, lui avait domination sur sa nouvelle proie et lui jetait clairement son expiration nasale dans la figure ce qui ne manqua pas de dégoûter le jeune homme étalé sur le sol puis tiré vers le haut.
    Enfin, sa méprise avait plus un goût théâtral et excessif que naturel. Après tout, il ne pouvait pas arborer, dans cette position de faiblesse, une mine épanouie mais bien du mécontentement. Pourtant, il comprenait la colère véritable du basané qui se penchait en lui hurlant presque. À ce stade, il calculait déjà des excuses pour expliquer sa fuite trop suspecte. Néanmoins, la forme du procès fut bien différente et inattendue pour que Cassian puisse préparer un argument.

    Le proche, c'était quoi, exactement ? Ce fut donc sans préparation mais avec spontanéité qu'il exprima un sarcasme fou qui lui trottait dans la tête, parfaitement contradictoire avec ses masques ou son esprit naïf. Dans le fond, le jeune homme était fortement intelligent mais préférait ne pas le présenter. Sauf qu'ici, on l'attaquait.

    — Tu me reproches quoi exactement ? D'être mort ? vociféra-t-il au visage de son assaillant.

    Si jusque là, il se présentait comme décontracté avec un mélange étonnant de nonchalance, ses sourcils dévièrent vers une complexion bien plus agacée. On allait outre ce qu'il avait prévu parce qu'on était illogique. Après tout, c'était quoi cette question stupide ? S'il était ici, n'était ce pas évident qu'il était mort, comme tout le monde dans ce monde ? À en juger son physique n'ayant point changé, Orpheus avait dû mourir peu de temps après Cassian donc il n'était pas un nouveau lémure et était au courant des phénomènes de ce monde paranormal. Mais Orpheus était brutalement absurde et ça, qu'importe le temps, ça ne changerait pas.

    —  Évidemment, c'est de ma faute si on m'a jeté d'un immeuble. Je te décerne mais plus grandes excuses alors.

    C'était un paysage où la pluie s'était portée comme reine. Il le visualisait, le façonnait et tentait de le faire passer par des mots. Il n'était jamais mort dans une chute mais par la drogue. Il était trop lâche pour avouer ses torts donc prétextait un meurtre qui aurait pu attiser la pitié d'Orpheus, par exemple. Après tout, ce type ne le connaissait pas. De vue, certes, mais ils n'avaient jamais échangé plus de deux mots.

    Il ne l'avait jamais abordé.
    Par lâcheté.
    Par crainte.
    Par « agoraphobie » ?
    Mais surtout parce qu'il n'avait pas voulu d'un rapport chaotique en plus, à l'époque, le reliant à sa mère. Pourquoi ce type le collait ? C'était simple, il ne souhaitait pas de la compagnie pouvant lui faire mal. Ses ailes étaient aussi fragiles que celles d'un papillon. Chaque fois qu'il vivait, battait ou se battait ; c'était la course vers son bonheur éphémère.

    Ne me fais pas mal, Orpheus.
    En somme, il ne fallait pas l'approcher. Il tenta de défaire le collier qui se faisait sur son vêtement, l'étranglant presque tant la rage était palpable. En seule position de défense, ce fut des mots étouffés  mais pas bien pensés. Ils ne venaient ni de son for intérieur, ni de son esprit calculateur. C'était un réflexe venu de nulle part pour tenter de présider l'argumentaire

    — Et puis, qu'est ce que ça peut te faire, hein ? C'est pas ta mère, à ce que je sache ? C'est plutôt moi qui devrait te poser cette question.

    Peut-être y avait-il une pointe de jalousie dedans lorsqu'il insista sur le fait qu'elle n'était la mère de personne d'autre. Le fait qu'il détourna le regard ne fit que confirmer cela.
    セピア
    Afficher toute la signature


    nothing hurts
    cause i'm nothing
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 30
    × Avatar : Lance - Voltron
    × Appartement : Brossard
    × Métier : Ancien mannequin - Vendeur de pâtisserie
    × Péripéties vécues : 531
    × Øssements242
    × Age IRL : 21 Féminin
    × Inscription : 30/10/2016
    × Présence : réduite
    × Surnom : le diplodocus | Proh
    × DCs : Hyun-Su P. Kaiyoutei & Newt Ansgar

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    23/100  (23/100)
    19Masculin30Lance - VoltronBrossardAncien mannequin - Vendeur de pâtisserie53124221Féminin30/10/2016réduitele diplodocus | ProhHyun-Su P. Kaiyoutei & Newt Ansgar
    avatar
    vampire
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2143-orpheus-ioannis-you-know-nothing-finihttp://www.peekaboo-rpg.com/t2153-orpheus-carnet-d-ami-ou-pas#56173
    19Masculin30Lance - VoltronBrossardAncien mannequin - Vendeur de pâtisserie53124221Féminin30/10/2016réduitele diplodocus | ProhHyun-Su P. Kaiyoutei & Newt Ansgar
    vampire
    #6 le 01.09.17 23:10

    Chiaroscuro ou sépia
    Orpheus &
    Cassian
    La colère, les émotions, les souvenirs : tout lui brouillait la vue. Ce visage, il n'aurait jamais cru le revoir. Dans un sens, ses cheveux noirs lui rappelaient la délicatesse de la chevelure de cette femme. Ses traits de visage fin étaient presque identique à ceux de la mère. Deux choses les rendaient plus que différent : le sexe et le caractère. Là où Mme Sanders était quelqu'un de gentil, de prévenant et de délicat, Cassian ne l'était pas du tout. Sa main aurait pu continuer de resserrer sa prise, il aurait pu chercher à le tuer une seconde fois sauf qu'il n'en fit rien, ce n'était pas lui. Peut-être qu'il détestait l'américain mais ce n'était pas pour autant qu'il le tuerait ou qu'il lui ferait vraiment du mal. Son regard se perdait dans celui du plus petit alors que ses oreilles écoutaient maladroitement ses mots lancés comme des pics. C'était vrai, ses paroles étaient la réalité et la vérité. Orpheus s'était précipité sur lui sans réfléchir, il avait parlé sans penser avant et il avait prononcé une phrase incohérente. Personne ne meurt parce qu'il le veut, sauf les suicidaires. Pourtant ce n'était pas assez, l'américain voulait l'enfoncer pour que le vampire se reproche ses paroles, cette rencontre, cette venue. On l'avait tué ? La vérité pourrait être un mensonge, tout comme le mensonge peut-être la vérité, est-ce vrai ou pur fiction ? Il s'en moquait.
    Petit à petit sa main commençait à lâcher prise. Cassian ne se laissait pas faire, il voulait se libérer de cette prise. Le basané aurait pu le laisser partir, méditer sur lui-même pendant que le film commence sauf qu'une flèche se mit à l'atteindre. La pointe métallique s'enfonçait délicatement dans sa chair, venant ensuite percé son cœur, laissant le sang couler à son gré. Doucement, sa main lâcha son col pour venir se coller contre sa bouche. Ses doigts auraient pu serrer sa mâchoire pour le faire taire mais son geste resta quand même délicat. Son regard se perdait dans celui de son interlocuteur, tandis que son visage était à quelques centimètres de l'autre.

    « Madame Sanders n'était peut-être pas ma mère, mais elle s'est très bien occupée de moi et je lui dois au moins ça ! Par contre, toi … Où étais-tu ? Je ne sais pas ce que tu trafiquais aux Etats-Unis mais si ta mère avait vraiment su … En fait, non. Elle l'a su … Sauf qu'elle t'aimait trop. »

    Sa main relâcha la mâchoire du garçon. C'était le moment parfait pour se défouler, il pouvait tout lui dire. Pourquoi alors ? Son corps tomba lourdement dans un fauteuil sang. Un soupire sortit d'entre ses lèvres alors que son corps tremblait légèrement. La colère … Un sentiment qu'il connaissait à peine. Toute sa vie, il avait souri et il avait obéi. Il a apprit à aimer pour qu'au final … Il déteste Cassian Sanders, le fils de la seule femme qui l'a accepté. Sa tête vint se plonger dans ses deux mains. Le grec rêvait de faire disparaître cette scène, il voulait être à son appartement ou dans son camion, il voulait faire ce qu'il aimait.
    Une salle de cinéma entière, qui était complètement vide. Seul deux garçons s'y trouvaient, deux personnes qui se connaissaient de leur vivant. Le hasard faisait bien ou faisait mal les choses ? Ce n'était pas un hasard. Orpheus se rappela l'impression d'être observé. Sa tête sortit légèrement de derrière ses mains, son regard se posant à nouveau sur son interlocuteur. Etait-ce vraiment possible ?

    « Dit moi, Cassian. Comment se fait-il que tu sois ici ? Pourquoi es-tu dans cette salle précisément ? »

    Est-ce qu'il devait demander ? Avait-il vraiment envie de le savoir ? Le basané secoua sa tête et il se releva. De nouveau, il se faisait face à l'américain, le surplombant de toute sa hauteur. Son regard se planta dans le sien, il ne pouvait pas lui mentir s'il le fixait. Tant de question, tant de chose à dire. Orpheus n'était qu'une poule mouillée en réalité. Son regard tomba presque immédiatement face à celui de son adversaire. Il se contenta de retomber sur le bras du blessé. La douleur semblait supportable étant donné que l'américain ne s'était pas encore plains. Son regard changea encore une fois de direction, cette fois-ci, il regardait son vêtement. Il savait que ce n'était pas raisonnable, Cassian n'avait pas mérité ça.
    Le vampire retira son haut. Heureusement qu'il avait mis un pull pour une fois. Sans lui adresser un regard cette fois, il lui tendit le vêtement. Une de ses canine s'enfonça dans sa lèvre inférieure. Il était contradictoire.

    « Fait une écharpe avec mon pull, tu aurais moins mal. »

    Le grec ne s'y connaissait pas beaucoup en médecine mais il s'était déjà occupé de ses propres blessures. Un mélange de couleur, une fois rouge, une fois bleue. Orpheus n'était pas méchant, mais il détestait Cassian.
    Η νίκη επί του εαυτού είναι η μεγαλύτερη νίκη.


    Afficher toute la signature


    ©️ Elentori
    Orpheus parle anglais en #59659B, japonais en #a25858,
    grec en #79679B et italien en #A79494.

    Merci beaucoup Lynn ♥️:
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 27
    × Avatar : Keith (Voltron)
    × Pouvoir : visions
    × Logement : Maison d'Ael
    × Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
    × Péripéties vécues : 6505
    × Øssements1032
    × Age IRL : 20 Autre
    × Inscription : 11/02/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le sans-surnom
    × DCs : Léandre / Brendan

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    68/100  (68/100)
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6505103220Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    avatar
    FLOODSHOOTER
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paperhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6505103220Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    ★ FLOODSHOOTER ★
    #7 le 05.09.17 23:38
    deux
    Orpheus Ioannis
    Des foudres diluviennes à son attention, bien que mouillé, Cassian ne paraissait jamais assez noyé aux yeux de son interlocuteur visiblement. Encore pouvait-il les encaisser mais ses accusations atteignaient un autre niveau lorsqu'elles se dirigèrent vers l'indiscrétion malsaine, à l'image d'Urie, par exemple.
    À priori, c'était le degré de curiosité qui faisait fureur sur le jeune homme mais que lui, ne pouvait pas gracieusement ou gentiment tolérer. Ça ne regardait déjà personne ce qu'il avait pu faire à Détroit alors ça regardait encore moins Orpheus à qu'il n'avait jamais dévoilé un traite mot sur sa vie.
    Il avait déjà bien empiété dedans sans son autorisation en devenant le protégé de sa marâtre. Lui pas assez. Cassian en savait trop peu sur sa mère et c'était la raison pour laquelle il s'était dirigé vers ce brigand ; pour au moins lui emprunter ce que ce dernier lui avait dérobé. Et visiblement l'amour d'une mère ne lui suffisait pas puisqu'il se contenta de soutirer le répondant du fils menacé en lui détenant la mâchoire.

    Prétendu amour qu'elle offrait à son fils.
    Prétendu fils, surtout.
    Elle avait juste eu besoin d'un fils de substitution tandis que l'original se contentait de la chercher alors qu'elle n'entendait rien à travers les murmures pensifs. Ses lamentations.

    « Maman, je sais faire les courses tout seul ! »
    Parce que je suis tout seul.
    Loin d'être fier, pourtant, sa mère ne voyait que les apparences d'un garçon qui jouait au débrouillard. Si elle avait fait accepté ses caprices d'enfant peu modèle, elle n'avait jamais accepté de lui adresser des regards condescendants. Pareillement pour son père. Une des raisons pour laquelle Toulouze paraît assez ambiguë dans son rôle pour Cassian qui ne comprend pas cette sévérité jusque là inexistante quand on lui laissait tout passer.
    En somme, un manque de regard qui avait retiré toute attention sur Cassian et que celui-ci n'avait jamais su digérer puisque pas avalé.

    Comme s'il n'avait pas assez failli de regard, son assaillant s'accommoda à le regarder de ces douces prunelles actuellement bleutées alors que celles de l'américain étaient à peine démarquées par une iris vulgairement noire. À peine prises en compte.
    Pourquoi chercher à le narguer quand il n'avait rien ?  Pourquoi chercher à savoir où il était alors que personne n'avait besoin de le savoir ?

    — Où j'étais ? répéta le garçon. J'étais ailleurs. J'ai pas eu besoin d'elle.

    Pourquoi cherchait à le retenir alors que, finalement, il mentait, c'est lui qui restait et qui avait besoin de sa mère comme d'Orpheus pour savoir ?

    Il s'appuya contre le sol mousseux à l'aide de sa paume et ainsi se releva même si on ne lui accordait aucune attention, Orpheus se fondant désormais plutôt dans ce dossier carmin plutôt que retenir sa mâchoire et ses mots.
    Ne portant plus un regard, ne portant plus aucune attention, n'ayant plus besoin de faire attention à lui. Finalement, ça se répétait puisque le grec agissait comme sa mère d'adoption. Il avait hérité d'elle et prouvait bien l'amour et les yeux qu'elle avait desservi en lui plutôt qu'en sa tête brune, s'étant éduquée elle-même. Ceci pouvait expliquer pourquoi Cassian se montrait si influençable avec n'importe qui et apprenant d'eux, manquant tout autant d'inspiration parentale.

    Pourquoi était-il entré dans cette salle où son rival s'était dirigé ? C'était inutile et perdu d'avance.
    S'il plongeait ses informations au creux de ses mains basanées, il ne les offrirait aucunement à Cassian. Très vite, ses perles marines s'étaient évadées pour faire douter Cassian et qu'il se repose, justement, cette question.
    Pourquoi était-il entré dans cette salle où son rival s'était dirigé ? C'était ridicule et désespéré.
    Mais dans la désespérance il y a les remords qui le rongeaient. Plus encore que cette jalousie. S'il s'était rendu dans cette salle de cinéma et vide d'affinités, c'était bien pour lutter contre le mal. Vaincre le mal par le mal. Il s'était donné pour mission d'affronter Orpheus dans cet élan insensé et d'affronter la réalité.
    Mais la revoilà, fixées contre ses orbes bien audacieuses à vouloir s'aventurer ainsi et ici en pensant connaître Orpheus jusqu'au bout.
    D'un seul coup, ce dernier lui demanda la raison de sa présence et évidemment, il n'avait rien à répondre puisque lui, n'avait pas la sincérité et la vérité au bout de la langue qu'il tourna plusieurs fois dans sa bouche.
    Pourquoi était-il entré dans cette salle où son rival s'était dirigé ? C'était attendu et foutu.
    Il bredouilla à force de jouer et claquer sa langue contre son éloquence.
    À en juger la situation, il s'était trompé et devait bien le reconnaître. À moitié, il s'avoua vaincu face au côté féerique des yeux océan cet homme.

    — Je t'ai vu. Ca m'a interpellé.

    Pour faire plaisir, il ne donnait que quelques morceaux mais pas une tablette entière de chocolat à un enfant. Ca lui ferait trop plaisir comme trop sourire.
    L'américain était capricieux et n'offrait rien. C'était plutôt l'inverse lorsque son, pourtant, adversaire, lui fit don de son pull qu'il ôta dans la plus grande stupidité.

    — Tu fais quoi là ? J'ai pas besoin de ça. Garde le pour toi. Je me suis même pas foulé.

    Il dit n'avoir besoin de rien pourtant, le garçon le prit de sorte à contredire le fait qu'il n'ait ni besoin de sa mère, ni besoin d'Orpheus. Puis il l'enroula autour de la blessure qui ne lui retirait plus que des crissements de mâchoire et plissements de paupières.
    Or, Orpheus voulait à priori de sa mâchoire comme des ses yeux qu'il défiait encore.

    Timidement, le brun se frotta la nuque et bégaya alors que ça ne lui ressemblait pas d'après tous ses masques de popularité ou de déni. Là, à cet instant,  il avait fait surgir la pudeur à l'intérieur de lui.
    La vérité.

    — Écoute, j'étais juste là pour te de-...

    — Il était une fois, dans une petite ville, vivait un cochon d'Inde trop gourmand nommé Crevette...

    Pris d'un sursaut, la pudeur du jeune homme bondit et se recroquevilla aussitôt dans sa carcasse, redevenant aussitôt froide et sans émotion. Avec multiples secrets. Il desserra le pull qu'il avait noué autour de son bras.
    Le film débuta. Le noir de la salle reprit sur l'écran blanc.

    Aucune vérité ne devait sortir. Dans quoi Cassian commençait-il à se dérober ? Un cadeau semblait suffire pour l'envoûter bien qu'il vienne de son ennemi. Après tout, c'était une attention qu'il attendait plus que des ressources de sa part.
    Orpheus lui avait fait peur de beaucoup d'égard dans le passé mais, si associé à sa mère, il ne l'avait sans doute vu que comme elle. Or aujourd'hui, les yeux de ce garçon avaient sur le dissocier d'elle.

    Mais sans rien avouer de plus, Cassian se dirigea deux sièges plus loin, prétendant. Comme si rien ne s'était passé.
    Alors que bon, le commencement du film annonçait quelque chose de bien nul que seul Orpheus, et pas Cassian, aurait eu la bêtise d'aller voir.
    セピア
    Afficher toute la signature


    nothing hurts
    cause i'm nothing
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 30
    × Avatar : Lance - Voltron
    × Appartement : Brossard
    × Métier : Ancien mannequin - Vendeur de pâtisserie
    × Péripéties vécues : 531
    × Øssements242
    × Age IRL : 21 Féminin
    × Inscription : 30/10/2016
    × Présence : réduite
    × Surnom : le diplodocus | Proh
    × DCs : Hyun-Su P. Kaiyoutei & Newt Ansgar

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    23/100  (23/100)
    19Masculin30Lance - VoltronBrossardAncien mannequin - Vendeur de pâtisserie53124221Féminin30/10/2016réduitele diplodocus | ProhHyun-Su P. Kaiyoutei & Newt Ansgar
    avatar
    vampire
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2143-orpheus-ioannis-you-know-nothing-finihttp://www.peekaboo-rpg.com/t2153-orpheus-carnet-d-ami-ou-pas#56173
    19Masculin30Lance - VoltronBrossardAncien mannequin - Vendeur de pâtisserie53124221Féminin30/10/2016réduitele diplodocus | ProhHyun-Su P. Kaiyoutei & Newt Ansgar
    vampire
    #8 le 06.09.17 13:26

    Chiaroscuro ou sépia
    Orpheus &
    Cassian

    Certaines nuits, quand il ferme les yeux, il voit encore le sourire de cette femme. En fond, il entend les rires de ses supposés parents. Son corps d'enfant se recroqueville sur lui-même, il se cache au fond dans un coin où personne ne peut le voir. Il a peur. Les ténèbres l'entourent, son monde est flou et se traduit simplement par du noir et du blanc, parfois des flashs le rendent aveugles. Toute sa vie aurait du se passer de cette façon, sans que personne ne soit là pour l'aider. C'est alors qu'une main se tendit dans sa direction, elle était accompagné de quelques mots doux prononcé par une femme aux longs cheveux noirs. Si le plumage du corbeau semblait brillé au soleil, ses cheveux étaient les mêmes que ses plumes. Au creux de ce regard presque noir, une lueur naquit mais elle disparut assez vide.
    Maladroitement, Orpheus écouta les paroles de son interlocuteur. Il l'avait interpellé par sa présence ? Est-ce qu'il devait se sentir flatter ? Il aurait pu l'être, après tout, on le brossait un peu dans le sens du poil mais venant de l'américain, c'était peut-être tout sauf un compliment. Le grec n'était pas assez bête pour croquer à pleine dent dans la pomme empoissonnée. Certainement que dans d'autre circonstance, il l'aurait été.

    Pourtant, si le basané était contradictoire, son interlocuteur ne l'était pas mieux. La laine qu'il lui tendait en guise de pansement, elle fut d'abord refusé et rejeté violemment. Un peu comme un lépreux essayant de vous tendre la main pour avoir à manger. Dans un geste peu délicat, Cassian s'empressa de saisir le vêtement pour l'enrouler autour de son bras. Si Orpheus n'était pas doué pour certaine chose, le plus petit l'était encore moins. Le vampire n'avait pas tendu son pull pour qu'il soit simplement enroulé, mais pour qu'il serve d'écharpe. Dans un sens, cette maladresse était attendrissant, dans un autre, elle démontrait parfaitement son incapacité à s'occuper de lui tout seul. De qui était-ce la faute ? De Mme Sanders ? Ou de lui ?
    Un frottement derrière la tête, des mots maladroits, une gêne sur le visage. Le grec avait du mal à cerné son interlocuteur. Cet homme qui semblait aussi farouche qu'un chat sauvage, il était en train de devenir une sorte de petit chaton qui s'approchait timidement. Ses mots sortirent comme pour annoncer sa vue, sa présence mais d'autres vinrent le couper dans son élan. Le chaton était redevenu un vulgaire chat de gouttière qui fait le dos rond pour un oui ou pour un non. Le changement avait été radical et si Orpheus devait bien râler sur quelqu'un ou plutôt quelque chose, c'était sur ce stupide film. Pourquoi était-il venu au cinéma ?

    L'immense écran s'illuminait de différentes manières, les images se mouvaient devant les yeux fascinés du basané sauf qu'une chose plus importante se passait non loin. Rapidement, son regard retomba sur l'américain qui était en train de se sauver. Deux sièges les séparaient maintenant. Les sourcils du grec se froncèrent, cet homme osait encore une fois s'enfuir alors qu'il était sur le point de dire quelque chose. C'est un peu comme les pubs qui apparaissent au moment le plus intéressant de l'enquête. Cette fois-ci, il n'était pas question de laisser les pubs jouaient leurs rôles.
    D'un pas décidé, Orpheus se rapprocha de Cassian. Petit à petit, la distance retombait. L'américain aura beau tenter de fuir, il ne le laisserait pas faire tant qu'il n'aura pas dit ce qu'il avait à dire. Pourtant, il savait que l'approche direct n'était pas la bonne solution. Le vampire prit sur lui, il ne devait pas l'agresser une nouvelle fois, en plus, cela ne lui ressemblait pas. Une fois à beau portant de son adversaire, le basané se saisit de son pull pour le retirer de ce bras maladroit. C'est avec une grande délicatesse qu'il l'avait fait pour éviter de le blesser encore plus. Son regard se mit à le fixer, ses sourcils étant encore froncé, il ne voulait pas qu'il s'enfuit encore. Dans le plus grand des calmes, Orpheus fit de son pull une écharpe confortable pour le bras de l'américain.

    « Tu n'es vraiment pas doué. De cette manière, ton bras sera mieux maintenu et tu auras moins mal. Une fois qu'on aura fini de parler, tu auras intérêt à aller voir le Croque-Mort. »

    Son regard se voulait un peu autoritaire, comme un père réprimant son fils bien que ce n'était pas vraiment son truc. A l'époque, si son père l'engueulait, ce n'était pas simplement par des mots … D'un léger mouvement de tête, il chassa ses pensées.

    « J'aimerais que tu finisses ta phrase de plus tôt. »

    Le son du film était plutôt envahissant pour leur conversation, qui ressemblait maintenant à des murmures entre deux amis dans une salle de cinéma vide. Si l'un devait parler plus fort, l'autre devait se rapprocher pour mieux entendre. Pour une fois qu'il allait au cinéma, c'était avec un certain regret. En plus de ça, le film ne semblait même pas intéressant. La prochaine fois, il demanderait à ses colocataires de lui choisir un film avant d'y aller.
    Η νίκη επί του εαυτού είναι η μεγαλύτερη νίκη.


    Afficher toute la signature


    ©️ Elentori
    Orpheus parle anglais en #59659B, japonais en #a25858,
    grec en #79679B et italien en #A79494.

    Merci beaucoup Lynn ♥️:
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 27
    × Avatar : Keith (Voltron)
    × Pouvoir : visions
    × Logement : Maison d'Ael
    × Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
    × Péripéties vécues : 6505
    × Øssements1032
    × Age IRL : 20 Autre
    × Inscription : 11/02/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le sans-surnom
    × DCs : Léandre / Brendan

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    68/100  (68/100)
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6505103220Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    avatar
    FLOODSHOOTER
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paperhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6505103220Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    ★ FLOODSHOOTER ★
    #9 le 17.09.17 22:05
    Face ◆ Duo
    Pile ◆ Trio

    Si « trio » :
    Pile ◆ Bruit
    Face ◆ Silence

    Si « bruit » :
    Pile ◆ Rires
    Face ◆ Soupirs
    Afficher toute la signature


    nothing hurts
    cause i'm nothing
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
    × Age post-mortem : 0
    × Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
    × Pouvoir : omnipotente
    × Péripéties vécues : 1960
    × Øssements1980
    × Age IRL : 0 Autre
    × Inscription : 15/03/2014

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    0/0  (0/0)
    0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente196019800Autre15/03/2014
    avatar
    maitre de la mort
    0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente196019800Autre15/03/2014
    maitre de la mort
    #10 le 17.09.17 22:05
    Le membre 'Cassian C. Sanders' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


    'PILE OU FACE' :
    Aller à la page : 1, 2  Suivant
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires