ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Cinemont a posté un rp libre dans l'allée des cerisiers

    Alexiel Etsuko cherche plusieurs rps pour son personnage deux en un.

    Alexiel Etsuko a posté un rp libre dans l'appartement Kiss

    Urie Kaneki recherche divers vampires pour rp !

    Event du moment
    Calendrier de l'avent
    du 1er au 24 décembre

    Quand l'argent a une odeur

    Aller à la page : Précédent  1, 2
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 24 Féminin
    × Age post-mortem : 68
    × Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
    × Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
    × Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
    × Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
    × Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
    × Péripéties vécues : 1585
    × Øssements1066
    × Age IRL : 25 Féminin
    × Inscription : 21/12/2016
    × Présence : actuellement absent(e)
    × Surnom : le cockatiel
    × DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    24Féminin68OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&piesContrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirsShirley ლ(´ڡ`ლ)Viens me rendre visite petit coquin c:Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux1585106625Féminin21/12/2016actuellement absent(e)le cockatiel Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
    avatar
    Forever Eulone ~
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1218-ael-shankshttp://www.peekaboo-rpg.com/t1260-le-carnet-d-ael#22064
    24Féminin68OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&piesContrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirsShirley ლ(´ڡ`ლ)Viens me rendre visite petit coquin c:Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux1585106625Féminin21/12/2016actuellement absent(e)le cockatiel Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
    Forever Eulone ~
    #11 le 08.08.17 2:49




    Quand l'argent
    a une odeur.


     
    Merde Shirley ! Reste où tu es ! Malgré la douleur affreuse se propageant dans mes veines, j’arrivai encore à comprendre la situation. Elle était debout, là, et aux vues de son regard, prête à se défendre. Pauvre folle, pourquoi n’es-tu pas restée cachée ? La situation était pire que prévue car je ne pouvais rien faire. J’essayai de luter contre ce venin, j’essayai vraiment de me redresser afin de la protéger mais rien à faire. Et puis la douleur se calma un peu, mais une chose étrange se passa. Je sentis d’abord quelque chose de froid dans mes cheveux, puis mon corps se mit à être faible, la souffrance était là, mais je n’arrivai plus vraiment à bouger un seul membre, pas par douleur, mais par fatigue. Mes paupières devinrent lourdes, à tel point que j’en avais mal aux yeux de lutter pour voir Shirley essayer de se battre contre ces putains de criminels. Et puis je la vis s’écraser sur le sol. Mes yeux se fermèrent à nouveau, pour s’ouvrir encore et recommencer ce schéma quelque fois. Pourquoi dis-tu des choses pareil.. Ça ne va pas nous aider.. La connaissant elle devait être énervée, mais avant de sombrer dans un sommeil profond, je réussis alors à capter une seconde son regard. Non pas de colère, pas de tristesse ou d’inquiétude, non juste la pire des indifférences possibles. Où étais donc tu passée Shirley ? Je fronçai un sourcil de douleur et de questionnement avant de ne plus avoir la force de lutter. Je m’endormis.

    ---

    J’entendais des murmures, de petits murmures discrets un peu partout autour de moi.

    - "SILENCE !"

    J’ouvris alors les yeux, doucement. Il faisait sombre, pas de lumière éblouissante, pas de brise fraiche rien, nous étions toujours à l’intérieur et apparement, tous rassemblés. Allongée, je voulu me relever, ou du moins me mettre assise, en m’aidant de mes bras, mais ces derniers étaient attachés par les poignets et je retombai alors sur le sol.

    - "Ils nous ont demandé de ne pas vous détacher, ou ils s’en prendraient à nous.. Je suis désolée mademoiselle.."

    Je levai alors les yeux vers cette femme qui venait alors de me parler. Elle devait avoir facilement quatre vingt ans d’apparence et se tenait assise là, légèrement courbée. Elle semblait fatiguée. J’acquiesçai de la tête et remuai comme un vers afin de réussir à m’asseoir. J’observai alors la scène devant moi et fis un topo dans ma tête. Je n’avais plus mal et nous étions enfermée dans une salle  avec juste une porte en face de nous et une vitre donnant sur une autre pièce dans laquelle se trouvait d’autres personnes. Les stores avaient été baissés et il était difficile de voir quoi que ce soit de là. J’essayai de me souvenir de ce qui venait de se passer précédemment et c’était finalement assez dur. M’étais-je cognée la tête ? Je n’eus le temps de vraiment réfléchir qu’une femme entra dans la pièce. Je la connaissais je venais de la voir mais où.. Merde Shirley ! D’un coup d’un seul tout me revint alors à l’esprit. Où était-elle ? J’étirai alors mon cou aussi haut que possible afin de la trouver.. Mais rien. Je décidai alors de tenter le tout pour le tout. Je poussai sur mes jambes pour me relever, sans faire attention à la chimère qui s’approchai de moi.
    Je n’allais pas crier le nom de mon amante, je ne voulais pas la mettre dans une position encore plus difficile. Je fis le tour de la pièce de mes yeux avant de me prendre une coup sur le crâne.

    - "Reste assise la nécro !"

    Je retombai sur le sol, une petite douleur supplémentaire à subir. Et en plus je n’avais pas eu le temps de la voir. Mais où étais-tu ?


    Avec : Shirley Dumais
    Mots : 636


    BY MITZI
    Afficher toute la signature


    "Don't let anyone treat you badly because you're scared of losing them. Someone who comes in and out of your life isn't worth the stress. You are not a reflection of those who could not love you properly. You are a priority, not an option."
    Even the smallest person can change the course of the future.
    avatar
    Invité
    Invité
    #12 le 15.08.17 18:53

    quand l'argent a une odeur


    Leurs regards se croisèrent une fraction de seconde avant que les effets anesthésiants de la potion emportent Ael. Au moins, elle ne souffrait plus.

    C'est un vrai? C'est un vrai sac Luis Vuitton? s'enquit la grosse voix de l'homme qui la maintenait toujours contre le sol en désignant le sac à main de Shirley.

    Peut-être.

    C'est un vrai? Réponds! s'impatienta-t-il en refermant davantage sa poigne afin de soutirer une réponse satisfaisante à sa victime.

    D'accord, d'accord, c'est un vrai, prenez-le et vous pourrez le revendre à un très bon prix... Reconduisez juste la femme là-bas, fit-elle en désignant Ael d'un bref mouvement de la tête, à l'infirmerie de l'Agence Azazel... Elle a l'air mal en point, puis je m'en veux de lui avoir balancé une potion à la gueule, la pauvre.

    C'était un faux. En tant que chômeuse, Shirley n'avait certainement pas les moyens de se procurer de tels produits de luxe. Malgré son cruel manque de fortune, elle aimait les belles choses. Ses goûts étaient onéreux mais elle s'était toujours contentée d'imitations, même avant sa mort. Ce sac à main n'était pas authentique mais il restait tout de même très joli, donc elle se l'était offert. N'ayant pas déboursé beaucoup d'ossement pour ce sac, la blonde s'en départirait avec facilité pour sauver son amante. C'était un bien maigre sacrifice pour préserver la santé de sa bien-aimée.

    Les brigands se jetèrent des œillades entendues, déduisant rapidement qu'elles se connaissaient bien si cette petite maligne préférait assurer la sécurité de l'Asiatique plutôt que la sienne. Ils feraient d'une pierre deux coups... Dans sa tentative de sauvetage, Shirley avait encore aggravé la situation.

    Le groupe de voleur intima aux otages de se rassembler dans un petit bureau sombre. Les clients de la banque s'exécutèrent sans demander leur reste, bien trop terrifiés de subir eux aussi la douleur qui avait violemment convulsé la brune. Le climat de terreur qui régnait dans la banque dissuaderait la moindre tentative de rébellion. Ael fut transportée dans la salle, puis ligotée pour éviter que son audace dérange de nouveau leurs plans. Quant à Shirley, la femme-guêpe et l'homme qui l'écrasait l'entraînèrent dans une autre pièce. On l'attacha à une chaise pour éviter toute tentative de fuite de sa part et on lui confisqua son sac à mains. Les deux criminels lui arrachèrent même les bandages couvrant l'hideuse cicatrice. Les regards vaguement dégoûtés l'indifféraient.

    Tu connais Ael Shanks, fit la chimère sur le ton de l'affirmation plutôt que celui de l'interrogation. On a besoin de quelques informations à son propos.

    Je ne la connais pas, mais j'aimerais bien. Elle est mignonne, si je la sauve j'aurai peut-être une touche.

    Avec ta gueule, ça m'étonnerait, lâcha l'homme après avoir contemplé son visage monstrueux sans la moindre gêne.

    Ça m'étonnerait aussi.

    Meuf! Ta seule chance de pécho, c'est l'application de rencontre pour les zomb...

    Bon, ça suffit! s'exclama-t-elle, agacée par ces échanges futiles qui ne les avançaient pas dans cette cueillette d'informations. Où vit-elle? Qui fréquente-t-elle?

    Je ne la connais pas, j'ai dit. Je ne peux vraiment pas vous aider...

    Dans un claquement sec, la main de la chimère s'abattit avec violence sur la joue de Shirley. Elle lui reposa les mêmes questions avec insistance, mais les réponses évasives de son interlocutrice ne la satisfirent toujours pas. La femme-insecte s'énerva et en vint rapidement aux poings.

    On la gifla, on la frappa, on la violenta pour obtenir ces précieuses informations... La souffrance laissée par les coups était bel et bien là, mais l'absence de panique laissait toujours ce vide inquiétant au creux d'elle-même... Son manque de réaction inquiétait les voleurs mais ne les décourageait pas. Même si elle gémissait faiblement à chacune de leurs sévices, ils se dirent qu'elle détenait une force de caractère et un courage hors du commun. Elle était si forte qu'elle ne ployait pas sous leur brutalité, mais ils ne se doutèrent jamais que cette placidité surprenante était simplement le résultat de ce bonbon magique croqué plutôt.

    Leurs efforts et leurs violences portèrent finalement leurs fruits. De grosses gouttes rutilantes s'écoulaient de son nez jusqu'à sa lèvre fendue. D'effrayantes hématomes se formeraient rapidement sur son corps et son visage. Il me faudra bien plus de potions que quand l'ami de Miles m'a frappée... C'est pratique d'avoir des amis nécromanciens! Je raconterai tout ça à @Sen Ashitaka, il verra bien que les nécromanciens sont utiles et gentils. La douleur devenait insupportable... Il était hors de question qu'elle livre Ael ainsi, mais Shirley ne pouvait tolérer de nouvelles blessures. Son corps si fragile lui faisait si mal...

    Elle vit à l'Agence Azazel, Lascaux plus précisément, articula-t-elle difficilement après avoir avalé le goût métallique dans sa bouche.

    Dis-nous qui elle fréquente. Qui es-tu pour elle?

    Bonne question.

    Et cette fois-ci, la chimère la menaça avec son dard...

    C'est ma cliente! Si je voulais la sauver, c'est que j'ai besoin de l'avoir en un seul morceau pour qu'elle puisse me donner mon chèque...

    Ta cliente? demanda l'homme, peu convaincu.

    Elle me paie pour un peu de compagnie. C'est gênant, arrêtez. Je ne connais pas ses fréquentations, elle me parle très peu de sa vie personnelle.

    C'était la seule explication qu'elle avait trouvée pour se justifier. C'était franchement pas très flatteur pour sa réputation et celle de son amie, mais bon... Cette raison sembla suffire les deux criminels qui souriaient désormais, comme amusés de la situation. L'anecdote compensait pour les renseignements qu'elle ne pouvait pas leur fournir Ils n'allaient quand même pas utiliser cette fausse information pour provoquer un scandale, si? ... Non non, les médias n'allaient quand même pas écouter des criminels! Et puis, justice serait faite. On les enfermerait.

    Soudain, le barrage de ses émotions se mit à fuiter. D'abord tout doucement, lui imposant une vague anxiété. Puis brutalement, cédant d'un coup. Shirley commença à se débattre désespérément pour se défaire des liens qui la retenaient prisonnière. De gros hoquets la secouèrent alors qu'elle pleurait et hurlait pour obtenir de l'aide. Ce changement d'attitude radical les prit au dépourvu, si bien qu'ils crurent plus judicieux de l'assommer pour retrouver un peu de calme dans la banque. Sa panique n'avait duré que quelques secondes.


    Quelques heures plus tard, lorsque Shirley revint à elle, on ne lui donna pas le temps de prendre totalement conscience de son état ete de son environnement : l'homme costaud l'attrapa et la jeta sur son épaule comme une vulgaire poupée de chiffon et suivit la chimère jusqu'au bureau où les otages étaient enfermés.

    Reste assise la nécro!

    Pas encore complètement sortie de sa torpeur, la blonde n'aperçut même pas le coup asséné cruellement à Ael, encore moins cette dernière d'ailleurs. Sans douceur, on la jeta par terre. La douleur la fit couiner, elle tenta de remuer un peu, mais ses poignets et ses chevilles étaient encore liées.

    C'est ce qui arrive à ceux qui font les malins, déclara-t-il pour les effrayer davantage. Le prochain qui tente quoi que ce soit, il subit la même chose.

    Désormais entièrement éveillée, la Canadienne chercha Ael du regard. La vue du sang séché, des ecchymoses sur le visage de la jeune femme effraya les spectres gardés captifs, mais ce fut la balafre qu'ils croyaient infligée par leurs geôliers qui les sidéra. La peur les pétrifiait, si bien qu'on ne s'approcha pas de la jeune femme amochée pour lui venir en aide. Visiblement, les menaces eurent l'effet escompté. Les malfaiteurs  quittèrent de nouveau le bureau et verrouilla la porte derrière eux, les plongeant de nouveau dans une obscurité effrayante. Les otages se muaient dans un silence terrifié... Là-bas, une femme se mit à sangloter en serrant son fils contre son coeur. Parfois, les spectres se consultaient du regard sans jamais échanger le moindre mot. Le groupe de détenus comportait certainement quelques nécromanciens, mais la crainte des représailles était si grande qu'ils n'essaieraient rien.

    ...Ael. Je veux que tu restes calme, ne fais surtout pas de bêtises. Ils sont nombreux, ne joue pas les héroïnes... Je sais que tu es formée pour ce genre d'intervention, mais reste ici et attends les renforts que tu as appelés...

    C'est présomptueux de croire que son piteux état choquerait la femme qui la voit comme un vulgaire objet sexuel.

    Shirley ajouta d'une voix étranglée, sans doute imperceptible, qu'elle ne voulait pas qu'on la blesse, puis se mit à remuer pour tenter de se défaire des solides attaches autour de ses poignets. Ce simple geste irradia une douleur lancinante dans son bras droit, lui arrachant de nouvelles plaintes. La douleur la faisait larmoyer. Que c'était humiliant... Elle regrettait amèrement cette témérité aveugle.

    Détachez-moi s'il vous plait... les implora-t-elle.

    Sa supplication ne suscita pas la moindre réaction. Ses compagnons d'infortune n'oseraient pas transgresser les ordres par peur de subir le même sort.
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 24 Féminin
    × Age post-mortem : 68
    × Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
    × Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
    × Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
    × Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
    × Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
    × Péripéties vécues : 1585
    × Øssements1066
    × Age IRL : 25 Féminin
    × Inscription : 21/12/2016
    × Présence : actuellement absent(e)
    × Surnom : le cockatiel
    × DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    24Féminin68OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&piesContrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirsShirley ლ(´ڡ`ლ)Viens me rendre visite petit coquin c:Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux1585106625Féminin21/12/2016actuellement absent(e)le cockatiel Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
    avatar
    Forever Eulone ~
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1218-ael-shankshttp://www.peekaboo-rpg.com/t1260-le-carnet-d-ael#22064
    24Féminin68OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&piesContrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirsShirley ლ(´ڡ`ლ)Viens me rendre visite petit coquin c:Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux1585106625Féminin21/12/2016actuellement absent(e)le cockatiel Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
    Forever Eulone ~
    #13 le 17.08.17 16:26




    Quand l'argent
    a une odeur.


     

    - "…Ael. Je veux que tu restes calme, ne fais surtout pas de bêtises. Ils sont nombreux, ne joue pas les héroïnes... Je sais que tu es formée pour ce genre d'intervention, mais reste ici et attends les renforts que tu as appelés…"

    Shirley, c’était Shirley, j’entendais sa voix non loin de moi. Elle avait du pleurer, celle-ci semblait cassée. Elle devait avoir peur peut être qu’il nous arrive quelque chose, après tout je l’avais perdu de vue, et rester dans cette pièce, dans le noir, ainsi, avait du être difficile. Je devais la rejoindre, au moins pour être près d’elle le temps que la brigade arrive.

    - "Détachez-moi s'il vous plait…"

    J’arrive. Je voulais lui dire que j’allais arrivai, la prendre dans mes bras et que tout allait bien se passer. Mais je ne le pouvais pas de suite, la chimère nous surveillait encore. Ses yeux se posèrent sur moi et je baissais la tête, jouer la soumission était la meilleure chose à faire. Celle-ci passa une nouvelle fois à côté de moi et me flanqua un énième coup au visage, m’ouvrant l’arcade.

    - "Alors on fait moins la maline hein !"

    Je contractai alors mes abdos, repliai mes jambes et lui assénai un coup de mes deux pieds dans ses genoux, la faisans tomber en arrière.

    - "Espèce de sale garce ! Vient par ici !"

    Elle se releva en vitesse, attrapa mes cheveux et plaqua mon visage sous le sol. D’une position assise, sa force m’avait fait me replier sur moi même pour finalement m’étaler contre le carrelage. Sans doute pour montrer l’exemple elle tira sur ma chevelure et me traina sur le sol juste devant tous les otages. Je ne pouvais rien faire, j’étais encore attachée et je préférai qu’elle s’occupe de moi que de quiconque d’autre dans cette pièce. Je pouvais encaisser. J’eus un instant l’impression qu’elle allait arracher la peau de mon crâne, mais elle finit par enfin me lâcher. Elle les regarda avec un sourire joueur, un sourire qui ne prévoyait rien de bon. Et ce fut le cas. Elle se retourna vers moi, lança sa jambe en arrière et frappa en plein dans mon ventre. J’avais eu beau contracter mes abdominaux, le coup me fit mal, encore, et me fit reculer de quelques centimètres. Encore un et mon dos se plaqua contre le mur, encore un. Crachant un peu de sang par la bouche, je préférai fermer les yeux, ne voulant pas la défier à nouveau.

    - "Voila ce qui arrive à ceux qui n’en font qu’à leur tête ! J’espère que ces deux exemples vous suffisent ! Maintenant je veux plus entendre un mot !"

    Elle me mit un dernier coup, dans la cuisse cette fois et je sentis mon muscle se froisser. Je devais contenir mes larmes, je devais réellement ne pas montrer que j’étais faible, pas par fierté mais parce que je savais que Shirley était là et elle n’avait pas à voir ma douleur non plus. La chimère s’éloigna, ouvrit la porte et la referma derrière elle. Peut-être pensait-elle qu’un tel exemple était suffisant pour calmer les otages et ça devait sincèrement être la cas. Mais pas moi, je devais rejoindre Shirley, c’est tout ce que je voulais. Alors à l’instant même où elle disparut de la pièce, j’ouvris les yeux. Enfin autant que je le pouvais, un d’entre eux était recouvert de sang et sans doute légèrement enflé. Je scrutai la pièce quand je l’aperçus, allongée sur le sol, attachée. Je ne voyais rien mais j’aurais reconnue cette silhouette entre mille. Ses cheveux légèrement sur son visage, elle ne bougeait pas vraiment, je voyais son abdomen se levait et s’abaissait rapidement. Ne panique pas, j’arrive.

    Malgré toute la douleur que je pouvais ressentir, je me mis sur le dos. Puis j’utilisai une nouvelle fois mes abdos afin de me mettre assise, je tendis les bras et passai mes mains toujours attachées par dessus mes jambes afin qu’elles soient enfin devant moi. Une rotation sur les genoux et voila que je m’aidais de la force de mes jambes enfin de me lever. Restant baissée le plus possible, au cas où, j’avançai doucement vers Shirley à petits pas.
    J’aperçu d’abord les cicatrices de son visage. Elle n’enlevait jamais ses bandeaux en public, elle les aurait encore moins enlevé en plein milieu d’une pièce pleine d’inconnus et surtout les mains attachées. Mes sourcils se froncèrent un peu, je n’aimais pas ça.  Si ils avaient eut le malheur de la touch.. Mon coeur s’arrêta net. Son nez semblait cassé, sa lèvre saignait, tout son visage était recouvert de sang. Sans attendre une seconde je me précipitai vers elle, me laissant tomber à genoux près de son corps.

    - "Attends ! Je te détache !"

    Je me plaçai derrière elle et défit ses noeuds avec difficulté. J’y arrivai enfin et l’aidai à se redresser un peu.

    - "Qu’est ce qu’ils t’ont fait ! Dis moi ce qu’ils t’ont fait.. Je vais.. "

    Je perdais tout mon sang froid, ils l’avaient touché, ils l’avaient frappé et blessé. J’allais les tuer, clairement. La mâchoire serrée, je déplaçai doucement ses cheveux afin de mieux voir son visage.

    - "Mon amour.. Je.. "

    Je caressai doucement ses cheveux, mes larmes me montant au visage. De la rage, de la peine, un mélange insoupçonné était à présent visible dans mes yeux. Je me retournai vers la femme à qui j’avais parlé un peu plus tôt, elle n’était pas si loin finalement. Mon regard la suppliait. J’avais besoin de mes deux mains. Elle me fit un signe de la tête, regarda vers la porte et s’approcha doucement de moi. Rapidement elle défit mes noeuds.

    - "Ça va aller ? Vous semblez en mauvais état toutes les deux.."

    Je la remerciai avant qu’elle ne retourne à sa place. Non ça n’allait pas, ça n’allait clairement pas. Mais mes mains étaient libres.

    - "Je suis là, je suis là."

    Je l’aidai alors à se redresser et à poser son dos contre le mur non loin de nous. Il fallait que je sache comment elle allait. Le sang ne coulait plus de ses plaies mais celles ci étaient nombreuses. Nez, lèvres, joues, même son crâne avait subit un coup. Je bouillonnai de colère.

    - "Ne bouge pas, laisse moi faire."

    Je soulevai doucement son haut. Des bleus s’éparpillaient sur ses côtes. Je vais les tuer. Je passai ma main doucement sur sa peau. Je pouvais sentir ses muscles avoir subit des dommages. Je vais les tuer. Je rabaissai son vêtement. Je relevai alors ma tête à son niveau. Je posai mes doigts avec douceur sur sa nuque, un des seuls endroits encore intacte.

    - "Reste là et repose toi."

    Je regardai alors les otages autour de nous, certains murmuraient quelques paroles, d’autres nous regardaient.

    - "Je vais vous aider. Je peux vous aider. Mais que personne ne touche à un de ses cheveux."

    J’attrapai doucement sa main, caressai le haut de celle ci de mon pouce et lui fis un sourire avant de déposai un baiser au coin de ses lèvres. "Ça va aller." Je me levai alors.


    Avec : Shirley Dumais
    Mots : 1172


    BY MITZI
    Afficher toute la signature


    "Don't let anyone treat you badly because you're scared of losing them. Someone who comes in and out of your life isn't worth the stress. You are not a reflection of those who could not love you properly. You are a priority, not an option."
    Even the smallest person can change the course of the future.
    Aller à la page : Précédent  1, 2
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires