#1 le 20.06.17 0:09

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 254
× Avatar : Zelda
× Pouvoir : Ficelles de squelette
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Antiquaire et apothicaire.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 771
× Øssements 308
× Age IRL : 20 Masculin
× Inscription : 28/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : la salamandre
× DCs : Cassian / Brendan
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1786-leandre-delacour-house-of-cards http://carnetspectral.pab

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
43/100  (43/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 254
× Avatar : Zelda
× Pouvoir : Ficelles de squelette
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Antiquaire et apothicaire.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 771
× Øssements 308
× Age IRL : 20 Masculin
× Inscription : 28/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : la salamandre
× DCs : Cassian / Brendan
nécromancien
washing while we watch
Typiquement vintage, elle contemplait le style de la cuisine. Elle n'avait jamais apprécié les États-Unis et cet aspect ranch qui leur donnait un air plus minable que patriotique. De toute manière, Léandre n'avait jamais été pro-américaniste et n'aimait guère la culture de masse que ce pays de trop grands consommateurs véhiculaient à travers le reste du globe. Pour autant, dire qu'elle était anti-américaniste n'était pas vrai non plus. Elle n'appréciait juste pas le mode de vie ni la mode tout court de ces habitants. 
Évidemment, on était que trop peu au courant des goûts de chacun et on ne pouvait pas s'y plier, de toute manière. Ce fut donc avec dégoût qu'elle observa les portes à volet du placard, lui-même situé au-dessus d'un grand évier de cuisine où de la vaisselle s'amoncelait. D'ici, elle apercevait une spatule plongée dans la crasse d'une apparente bolognaise préparée il y a déjà deux jours et qu'on avait laissé ici sans s'en préoccuper.

Quand bien même elle pouvait constater le tas de vaisselle, elle ne daignerait se lever pour la faire. Après tout, sans Asuma ou elle, Filomena imaginait bien que le désordre s'était répandu telle une contamination. Certes, elle n'était pas une spécialiste du ménage mais les choses restaient tout au moins en ordre. Du moins, elle essayait de le préserver. 
Pour l'instant, elle se reposait de la nuit de travail qu'elle avait passé à lambiner dans son magasin car, concrètement, les clients étaient si nombreux qu'elle avait eu le temps de profiter d'au moins trois heures de sommeil. En clair, même si elle baillait encore, que les cernes inondaient ses paupières, inondant elles-mêmes sa vue et que ses cheveux en bataille sur le côté traduisait d'un appui considérable qu'elle avait fait entre sa paume et le comptoir, l'anesthésie était terminée ; elle avait fini sa nuit.
Pour être plus démonstratif sur la conclusion de sa nuit, la scène du petit-déjeuner qu'elle jouait semblait être le meilleur indice parmi tous. À défaut d'une infusion pour retrouver du sommeil, elle avait fait bouillir de l'eau pour préparer un peu de thé à l'orange et à la cannelle. Le fumet n'était pas encore celui de ces épices mais du pain sautant depuis l'appareil, maintenant grillé. Elle prit un couteau à bout rond dans le tiroir et aussitôt, écrasa une noisette de beurre sur sa tartine. C'était une petite routine habituelle où, à l'étape suivante, elle cassait la tartine en deux sous le coup du couteau. Cependant, elle fit plus original quand elle fit tomber son couteau pour une visite non voulue mais surtout, la confiture d'hôtel qu'elle venait de sortir du réfrigérateur, côté confiture, évidemment.

Elle ne put contrôler son soupir d'agacement. Rien qu'avec ce décor, la journée n'était pas la plus lumineuse qu'elle puisse espérer mais ce petit pot en plastique lui annonçait bien qu'elle serait aussi différente que pire. Le capharnaüm en vaisselle l'avait déjà mis en rogne mais lorsqu'elle se mit à ramasser délicatement la confiture étalée, elle vit, à travers les pieds des chaises et de table en formica américain, une masse encore plus impressionnante de linge autant féminin que masculin.
Aussitôt, la jeune femme se releva, plus remontée que jamais et vadrouilla d'abord dans la salle de bains pour en obtenir le même constat. Sa promenade de l'appartement ne se conclut pas là quand elle entra dans diverses chambres. Bien évidemment, aucun garçon n'y était puisqu'il était passé dix heures trente du matin et c'était doublement, triplement, quadruplement en colère qu'elle en ressortit. Elle toqua cependant chez la chambre des filles, sans y rentrer, respectant tout de même l'intimité peut-être que Lynn voulait garder. C'était sans doute la meilleure raison pour l'appeler la première.

— Lynn, lève toi ! Tu ne vas pas dormir toute la journée.

Elle tapa du pied non pas une trentaine de fois mais une dizaine bien distincte et impatiente pour reformuler ses ordres de femme trop autoritaire et irritée de retrouver un appartement aussi sale un jeudi matin. Elle toqua derechef à la porte, pensant fortement que la jeunesse s'était perdu dans le numérique tard le soir plutôt que profiter du matin.

— Je veux te voir sortie dans même pas deux minutes ou j'ouvre la porte. Et une fois levée, tu te prépares rapidement. Il y a du linge et ça ne va pas se faire tout seul.

Bien que Léandre puisse apprécier sa colocataire et admirer son incroyable gentillesse en tant que vampire, l'impatience de la plus âgée était telle qu'elle pouvait dégrader des rapports dès le matin.
REA

#2 le 01.07.17 3:05

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Féminin
× Age post-mortem : 20
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Propriétaire d'une boutique d'art
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 230
× Øssements 789
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 14/06/2016
× Présence : réduite
× Surnom : la praline
× DCs : Ekaitz Armo
Geraldline
http://peekaboo.web-rpg.com/t840-lynn-ahern-parce-que-etre-rousse-c-est-cool http://peekaboo.web-rpg.com/t841-lynn-la-rouquine-3

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
33/100  (33/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Féminin
× Age post-mortem : 20
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Propriétaire d'une boutique d'art
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 230
× Øssements 789
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 14/06/2016
× Présence : réduite
× Surnom : la praline
× DCs : Ekaitz Armo
Geraldline
ft. Lynn Ahern & Léandre Delacour

Hygiène de la colère

J’étais tranquillement allongée sur le sable à profiter des rayons du soleil, quand un cri se fit entendre... J’ouvris difficilement les yeux et mis un temps à comprendre que ce cri ne provenait, non pas de mon rêve mais de derrière la porte. Je reconnus la voix de Léandre et la maudis intérieurement de ne pas me laisser profiter de ma grasse mâtiné. Et si j’avais envie de dormir toute la journée ? C’est pas comme si, elle allait me forcer à sortir du lit. Pourtant, je grommelai un “ j’arrive “, sans réellement savoir si elle m’avait entendu.

- Je veux te voir sortie dans même pas deux minutes ou j'ouvre la porte. Et une fois levée, tu te prépares rapidement. Il y a du linge et ça ne va pas se faire tout seul.

Je sortis ma tête de sous l’oreiller avant de crier à mon tour :

- J’arrive ! Pas besoin de faire autant de bruit !


Voilà comment être de mauvaise humeur dès le matin... Je repoussai lentement mes draps avant de rouler vers le bord du lit. Je manquai de tomber mais posai, de justesse, mes pieds au sol. M’étant levée trop vite, la pièce se mit à légèrement tanguer et c’est chancelante que je partis ouvrir ma fenêtre. Le soleil était déjà haut dans le ciel et ses rayons m’aveuglèrent. Je sortis finalement de ma chambre avec les yeux plissés, les cheveux en bataille et une jolie grimace sur le visage. Léandre n’était pas loin, sûrement entrain de veiller à ce que j’aille me préparer. Je lui lançai un regard noir avant de lui dire :

- C’est bon, je vais me laver et préparer mes affaires sales. Contente ?

J’entrai dans la salle de bain, en prenant soin de bien claquer la porte. Je me plaçai face au miroir et soupirai en voyant mon reflet. J’avais une mine affreuse et mes cheveux semblaient impossible à coiffer aujourd’hui. Je pris une douche rapide avant de sortir de la pièce, toujours en pyjama et une serviette autour de la tête.

- Avant que tu ne dises quelque chose, je vais m’habiller dans ma chambre donc tu n’as pas intérêt à ouvrir la porte. Je sortirais d’ici avant le dîner, promis, ironisé-je, certaine qu’elle allait râler en me voyant toujours pas habillée.

Comme promis, je retournai dans ma chambre et fouilla pour des vêtements confortables. J’enfilai donc un jogging et un pull avant d’attacher mes cheveux, toujours humides, en un chignon assez désordonné. Je sortis de là, cette fois pour de bon et fis un rapide aller-retour dans la salle de bain pour récupérer mes affaires sales.

- C’est bon Léandre, je suis prête !

#3 le 05.07.17 0:11

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 254
× Avatar : Zelda
× Pouvoir : Ficelles de squelette
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Antiquaire et apothicaire.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 771
× Øssements 308
× Age IRL : 20 Masculin
× Inscription : 28/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : la salamandre
× DCs : Cassian / Brendan
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1786-leandre-delacour-house-of-cards http://carnetspectral.pab

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
43/100  (43/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 254
× Avatar : Zelda
× Pouvoir : Ficelles de squelette
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Antiquaire et apothicaire.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 771
× Øssements 308
× Age IRL : 20 Masculin
× Inscription : 28/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : la salamandre
× DCs : Cassian / Brendan
nécromancien
washing while we watch
Dire qu'elle en faisait autant dans la situation actuelle était un peu fort quand il s'agissait de Léandre. Au point d'être une femme assez extrême digne d'organiser un orchestre dans l'appartement pour réveiller sa colocataire, pour cette fois, elle s'était montrée assez calme à hurler plutôt qu'à employer de plus amples moyens. Le seul instrument qu'elle avait autorisait était son pied, tapant et tambourinant contre le sol composé de planches de bois. Comme un orgue, le rythme incessant alerta tous les individus qui pouvaient entrer en contact avec lui dans non pas une pièce mais tout un édifice. L'impatience de Léandre était insoutenable qu'elle en vint à soupirer. Son ultime soupir où elle se serait décider à décompter à haute voix mais Lynn se décida à arrêter cette humiliation condescendante que l'italienne s'apprêtait à accomplir.

Du moins, elle put entendre les hurlements en représailles de l'autre rousse ainsi que ses pas qui se dirigeaient en direction de la cuisine où elle était attablée, jambes croisées dans un tailleur. En soi, elle était prête alors que de l'autre côté, la plus jeune était parfaitement décoiffée. À la satisfaction demandée, la soignée hocha la tête même si ce n'était pas une réponse à ce constat là. Elle était surtout amusée de voir Lynn dans cet état puisqu'elle ne la croisait que très rarement en fin de matinée. Ou même, elle ne la croisait que très rarement tout court et voir sa présence ne déplut pas à lui des doyennes — en plus de Pom — de cet appartement. Finalement, le rire qu'elle fit grandir sur sa bouche n'était pas qu'une pure moquerie mais aussi empli de chaleur remarquant l'évolution des personnages de ce ménage qu'elle ne rencontrait que très rarement. Jusque là, Filomena s'adoucit un peu.
Il se prolongea encore un peu plus dans la durée puisque Lynn s'absenta pour se préparer à sa mission du jour en tant que bonne civile parmi les autres. Encore un peu plus, la nostalgie envahit l'esprit de la rousse de ne pouvoir passer du temps avec eux : Une plaine déserte de monde car elle en connaissait trop peu, même des gens qui lui avaient été présentés par l'Agence Azazel ; mais très vite, le linge reprenait le dessus telle une fondrière pour inonder les plaines. Chaque fois, elle avait des tâches et des tâches en plus. Certes, pas souvent ménagères mais plus d'ordre administratif ou en rapport avec le travail qu'elle affectionnait tout de même. Il n'empêchait que la paperasse devait peser aussi lourde que le bureau de ce bon roi. Pauvre lui mais pauvre elle aussi !

Il fallait tout de même admettre qu'elle le cherchait bien à hurler de cette puissance qu'elle considérait encore comme trop minime. Et pour ce faire, Lynn tenta de la rappeler à l'ordre comme la ramener à la réalité. Elle était faite pour commander, après tout, et pas sourire avant tout. Le sarcasme de l'irlandaise se mit à l'irriter plus qu'elle ne l'avait été juste avant. Si elle s'était permis un sourire, elle l'avait juste glissé pour autrui. Aussi influents que les éoliennes par rapport à la puissance du conflit aérien, ses sourcils se mirent à creuser une complexion colérique qui lui était parfaitement propre, signe qu'elle allait rouspéter toute l'insolence dont Lynn faisait preuve envers son aînée. Jamais Filomena se serait permise une telle chose devant Pom qu'elle aurait salué d'une courbette polie à la japonaise bien que leur culture et origine communes étaient bien moins distantes que cela.

La jeune femme redressa ses manches pour se préparer. C'était la seule chose à faire : Non pas s'occuper du linge mais bien de régler son compte à cette effrontée qui sortit le plus modestement possible. Sincèrement, heureusement que le choix de la tenue était accepté pour une sortie de cet acabit car Léandre l'aurait renvoyé dans sa chambre pour qu'elle enfile autre chose de plus décent. Ainsi, elle la dévisagea de bas en haut avant de secouer la tête pour intensifier l'indifférence qu'elle jouait de ses épaules. Non, elle n'était pas indifférente, ça la rebutait mais elle n'allait pas chercher à ramener de telles broutilles dans le périple qui les attendait.

Concrètement, la tâche n'était pas si ardue quand il savait qu'il s'agissait simplement d'aller porter du linge à la buanderie mais c'était une première expérience pour Léandre et, bon sang, elle n'avait aucun talent inné et donc pas pour ces premières expériences. C'était à force de pratique qu'elle y parvenait. Ses manches de sa chemise blanche remontées presqu'au niveau du pli entre son bras et avant-bras, elles descendirent vraiment à ce pli lorsqu'elle chercha à réajuster sa queue de cheval qui, pour sa part, était impeccable. Un peu comme pour ressasser le travail et narguer la crinière décoiffée. Elle ne chercha pas d'autres menaces et s'appliqua à collecter quelques vêtements éparpillés prêt d'elle à son tour. Finalement, Léandre aurait pu s'occuper de les ramasser bien avant mais elle s'était trop occupé à visualiser des géométries encore plus incongrues que des primes dans ses rêveries. Ainsi elle se rattrapa pas donc en filant rapidement tout le matériel dont elle avait besoin, jonchant encore au sol. Puis, une fois une bonne partie ramassée, elle offrit cet accordéon de couleurs à Lynn. Il était évident qu'elle n'avait aucune idée de comment trier le linge puisqu'elle l'avait bien choisi aléatoirement. Ou alors elle voulait vraiment encré les tabliers blancs appartenant probablement à Lynn de ses jupes crayons rouge vif et fuschia.
Peut-être même n'avait-elle pas choisi la meilleure professeure pour lui apprendre à trier ça puisqu'elle étouffa ses paroles par l'abondance de linge qui tenait désormais dans les bras de Lynn mais surtout par ses commandements intempestifs et indésirables :

— Ton enthousiasme est bon mais je ne le partage pas, malheureusement, donc c'est bien si tu te portes aussi volontaire, continua-t-elle sur ce même ton d'ironie que Lynn avait pris tout à l'heure.

Elle bailla pour imiter la lève tard puis se mit à rire. Même si sa colère devant tant d'insolence se s'estomper pas, elle ne pouvait pourtant pas en vouloir à Lynn. Elle était sa colocataire, plus jeune et immature qu'elle. Elle ne sourit pas davantage mais défit ses sourcils en bataille pour les reposer derechef. Elle ne croisa plus non plu es bras et jambes et pris une plus petite pile de vêtements sous prétexte qu'elle devait ouvrir les portes en tant qu'éclaireuse.

— Je pense qu'on a assez de vêtements pour l'instant. On ira en chercher d'autres tant que la première lessive tourne et on fera tourner la seconde en même temps.
REA

#4 le 24.07.17 18:52

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Féminin
× Age post-mortem : 20
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Propriétaire d'une boutique d'art
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 230
× Øssements 789
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 14/06/2016
× Présence : réduite
× Surnom : la praline
× DCs : Ekaitz Armo
Geraldline
http://peekaboo.web-rpg.com/t840-lynn-ahern-parce-que-etre-rousse-c-est-cool http://peekaboo.web-rpg.com/t841-lynn-la-rouquine-3

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
33/100  (33/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Féminin
× Age post-mortem : 20
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Propriétaire d'une boutique d'art
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 230
× Øssements 789
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 14/06/2016
× Présence : réduite
× Surnom : la praline
× DCs : Ekaitz Armo
Geraldline
ft. Lynn Ahern & Léandre Delacour

Hygiène de la colère

La pile de vêtements qui se balançait sur mes bras se mit à dangereuse tanguer à cause de l’ajout de vêtements supplémentaire de la part de ma colocataire. Sans réellement savoir comment, je réussis tout de même à stabiliser le tout.

- Je pense aussi qu’on a assez de vêtements,
marmonné-je.

Léandre passa devant moi, attrapant une petite pile de vêtements avant de partir ouvrir la porte. Cette injustice me fit grincer des dents mais je ne fis aucune remarque, me contentant de marcher lentement en essayant d’apercevoir au moins les cheveux roux de Léandre par dessus tous ces habits qui me cachaient légèrement la vue. De toute façon, une fois là bas, elle allait de voir se débrouiller pour faire la lessive car je n'avais aucune idée de comment fonctionnait une machine à laver.
On déambula dans les couloirs pendant quelques minutes, jusqu’à ce que j’entende une porte s’ouvrir. Une fois à l’intérieur, une odeur de savon me vint au nez et je compris que l’on se trouvait enfin dans la laverie. Du coin de l’oeil, je remarquai les paniers posés sur une des machines et rangeai les vêtements dans l’un d’eux. Une dizaine de machines nous faisaient face, placées en plusieurs rangées.

- Tu sais que je n’ai aucune idée de comment ces machines fonctionnent, dis-je en m’approchant de l’une d’entre elle.

Il y avait plusieurs boutons différents au-dessus du hublot. Chaque boutons semblaient correspondre à un type de lavage, mais comment étais-je censée savoir quel lavage allait avec quel type de vêtement ?

- Je pense qu’il faudrait d'abord qu’on tri les vêtements avant. Déjà par couleur, ça serait pas mal.

Mais du coup, si il fallait trier les vêtements, on allait avoir besoin de plusieurs machines pour tout laver. Il était hors de question que l’on fasse pile par pile, je ne voulais pas passer la journée ici.

- Je propose que l’on utilise plusieurs machines. En plus, on est seule, autant en profiter.


J'attrapai donc le panier et divisai les vêtements en deux tas avant d'en pousser un vers Léandre et de commencer à trier. Les vêtements de couleurs d'un côté et les vêtements noirs et gris de l'autre.

#5 le 04.08.17 16:16

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 254
× Avatar : Zelda
× Pouvoir : Ficelles de squelette
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Antiquaire et apothicaire.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 771
× Øssements 308
× Age IRL : 20 Masculin
× Inscription : 28/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : la salamandre
× DCs : Cassian / Brendan
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1786-leandre-delacour-house-of-cards http://carnetspectral.pab

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
43/100  (43/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 254
× Avatar : Zelda
× Pouvoir : Ficelles de squelette
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Antiquaire et apothicaire.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 771
× Øssements 308
× Age IRL : 20 Masculin
× Inscription : 28/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : la salamandre
× DCs : Cassian / Brendan
nécromancien
washing while we watch
Le dépaysement total se fait lorsque les deux coéquipières atteignent leur lieu et objectif même si jusque là, elles n'ont toujours pas réussi à trouver le moyen d'accomplir ce dernier.
Un instant, la plus grande en âge est bien trop occupée à faire la transition entre leur appartement, les couloirs et cette pièce d'un blanc absolument impeccable. La pureté se fait reine ici et nargue les rousses de sa grande compétence et maîtrise en matière de nettoyage.

Certes, Léandre ne se présente pas comme une femme désordonnée au détriment de sa partenaire qui ne fait d'efforts que pour la peinture qu'elle utilise. En revanche, la française n'a pas souvent affaire à ces machines de ce genre. Etant arrivée à l'appartement bien plus tardivement que le reste de ses camarades bien que son ancienneté dans le monde des morts puisse en dire autrement, elle a bénéficié dans les autres appartements de colocataires encore bien plus ordonnés qu'elles mais surtout serviables. Or, c'est par souci d'entente qu'elle a dû les quitter. Mais est ce que Jolly Jumper ne serait pas la pire colocation pour elle ou plutôt, ne serait-elle pas la pire colocataire ?

Jusque là, Lynn semble avoir étouffer sa colère mais la têtue n'a pas dit son dernier mot ce qui prouve, décidément, la dualité entre son comportement et sa compagnie déplaisants. Ses sourcils toujours autant froncés, elle favorise la rite du lion qu'elle a entretenu durant toutes ses années par le sarcasme, le stress et la sévérité. Elle est condescendante même s'il n'est pas meilleure. Franchement, avec le temps, Lynn aurait pu apprendre à utiliser ces instruments. Si elle l'a amenée ici, c'est bien pour apprendre et non pas se tourner les pouces à chercher le mode d'emploi.
Au moins, l'émanation des produits d'entretien arrivent à se rapprocher du savon de Marseille, voisins au climat provençal qui l'apaise ; même si, paradoxalement, les champs de lavandes et de tournesols ont fini par se montrer proche du Tartare. Elle souffle histoire de devenir plus douce même si son visage exprime son mécontentement :

— Je comptais sur toi pour m'expliquer, à vrai dire mais je me rends compte que je n'ai pas demandé à la bonne personne pour apprendre.

Ensemble, elle fixe les boutons, clignotants et voyants pour l'instant éteints. Ils sont plus rassurants ainsi mais par cette contemplation, Léandre ne peut pas s'empêcher de penser à quoi sert chacun d'eux. C'est stupide et enfantin mais ce manque de savoir la déstabilise comme l'occasion d'apprendre s'absente pour la décevoir. Ainsi, elles doivent apprendre d'elle-même et les hypothèses de Lynn ne suffisent pas à la convaincre. Si elle n'est pas une professeur, elle se présente tout de même comme une aînée.
Ses bras jusque là croisés pour garder sa colère, elle les dissocie pour finalement s'emparer d'un des vêtements de Pom et le jeter dans une pile exclusive. D'un regard interloqué mais à la fois, exprimant une évidence même, elle juge celle qui tente de faire des associations par couleurs. Vraiment, Lynn a du talent en matière de peinture mais de là à attribuer tout domaine à l'art, ça ne les aidera pas.

— Crois moi, il ne vaut mieux pas mélanger tes affaires à celles de Pom. Couleurs ou non, on ne sait pas dans quelles affaires il traîne.

Puis, elle s'empare d'un jeans qui s'avère être bien petit et plus rétréci que l'autre. Elle en déduit qu'il s'agit de celui d'Asuma. Elle respecte autant Pom qu'elle apprécie son jeune colocataire mais ne se plierait à mixer les substances qu'ils vont recueillir dans des lieux apparemment communs mais aussi malfamés où règne l'odeur du tabac, d'alcool et d'impureté. Si elle est souvent excessive, elle ne consomme aucune de ces substances ou alors avec modération. L'autre vêtement se retrouve donc ainsi dans la même pile que Pom.
Lorsqu'elle dévisage sa colocataire qui se tient devant elle, elle sourit faiblement. Après tout, elles sont assez et chacune raisonnables sur ce genre de choses pour s'entendre. Comme leur linge.

— Tu peux mettre les miens avec les tiens, ça ne me dérange pas. Je te fais assez confiance.

Elle saisit un de ses pulls en cachemire pamplemousse se trouvant dans le bac qu'elle avait à trier, moins conséquent que celui de Lynn. Dans son panier se trouvait un vêtement chaud et soyeux qui devait appartenir à Lynn. Elle le plaça sur la pile qu'elle avait créé avec son propre vêtement.

— Les couleurs, c'est bien beau mais pense surtout au fait qu'on ne peut pas mélanger certaines affaires ensemble donc on a beau avoir beaucoup de machines, ça ne nous aidera pas à tout répartir.

Elle n'y connaissait rien mais avait souvent entendu parler de linge délicat, par exemple, puisqu'elle portait beaucoup de vêtements en cachemire, par exemple. En somme, la jeune femme n'avait donc pas tort sur la qualité du triage mais elle s'était peut-être montrée ambiguë puisqu'elle n'avait fait aucune transition entre les colocataires et la matière des vêtements.
Et si Lynn n'était pas au courant de la qualité du lavage, elle allait forcément tomber dans la confusion et comprendre que Léandre parlait d'une répartition entre colocataires.
REA

#6 le 13.09.17 20:40

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Féminin
× Age post-mortem : 20
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Propriétaire d'une boutique d'art
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 230
× Øssements 789
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 14/06/2016
× Présence : réduite
× Surnom : la praline
× DCs : Ekaitz Armo
Geraldline
http://peekaboo.web-rpg.com/t840-lynn-ahern-parce-que-etre-rousse-c-est-cool http://peekaboo.web-rpg.com/t841-lynn-la-rouquine-3

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
33/100  (33/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Féminin
× Age post-mortem : 20
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Propriétaire d'une boutique d'art
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 230
× Øssements 789
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 14/06/2016
× Présence : réduite
× Surnom : la praline
× DCs : Ekaitz Armo
Geraldline
ft. Lynn Ahern & Léandre Delacour

Hygiène de la colère

C’est du bout des doigts que je posai les vêtements de Pom sur une pile totalement à part. Jusqu’à la remarque de Léandre, je n’avais pas pensé aux excursions nocturnes, voir même aux disparitions de plusieurs jours de la part du Nécromancien et il était vrai, qu’il ne devait juste pas traîner dans un café en bas de la rue. En attrapant ses vêtements, je me contentai juste de les balancer sur la pile correspondante, sans m’attarder aux différentes tâches qui ornaient les tissues.
Je continuais donc tranquillement ce que j’avais à faire, faisant attention de bien séparer les couleurs claires, des couleurs sombres et à faire une pile pour Pom, une pile pour Asuma et une pour Léandre et moi, tout ça en silence. Silence qui fut brisé par ma colocataire :

- Les couleurs, c'est bien beau mais pense surtout au fait qu'on ne peut pas mélanger certaines affaires ensemble donc on a beau avoir beaucoup de machines, ça ne nous aidera pas à tout répartir.

Ce qu’elle venait de me dire me fit soupirer d’agacement. Je n’avais plus qu’à prendre chaque piles, pour trier les différents tissus désormais. Ne sachant pas vraiment les différencier au regard, je tentai de les reconnaître au toucher.

- Je te conseille de bien vérifier pour tes vêtements, au cas où que j'aurais mal trié, lui dis-je, concentrée à trier les vêtements de Pom.

Être penchée sur les vêtements me donnait mal au dos et je pris le temps de m’étirer avant de bailler longuement, cette journée allait être longue.
Au bout de ce qui me semblait une éternité, je me levai enfin en levant les bras avant de m’écrier :

- J’ai terminé ! Léandre passe moi le savon, je vais faire une première machine.

Toute contente d’avoir terminé le triage, j’attrapai une pile au hasard que je mis dans un panier vide avant de me diriger vers une des machines. Un rapide coup d’oeil me fit voir que des vêtements en laine remplissaient le panier. Je remplis la machine à laver des pulls de couleurs avant de tourner le bouton vers l’inscription “ laine “. Ce n’était pas sorcier après tout, il ne me manquait plus que le savon et je pouvais mettre la machine en route.

#7 le 21.10.17 18:15

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 254
× Avatar : Zelda
× Pouvoir : Ficelles de squelette
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Antiquaire et apothicaire.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 771
× Øssements 308
× Age IRL : 20 Masculin
× Inscription : 28/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : la salamandre
× DCs : Cassian / Brendan
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1786-leandre-delacour-house-of-cards http://carnetspectral.pab

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
43/100  (43/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 254
× Avatar : Zelda
× Pouvoir : Ficelles de squelette
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Antiquaire et apothicaire.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 771
× Øssements 308
× Age IRL : 20 Masculin
× Inscription : 28/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : la salamandre
× DCs : Cassian / Brendan
nécromancien
washing while we watch
À moins de prendre Lynn pour vraiment naïve, elle aurait volontiers vérifier mais elle préfère lui faire confiance en haussant nonchalamment les épaules pour lui donner le feu vert. Après tout, toute la lessive qui s'étend est bien séparée. À la manière des champs de capucines sont jalonnées sur le dessus des, pour l'instant, innombrables, machines blanches, des piles champêtres en couleur.
La blonde pose deux doigts contre sa bouche et son menton comme si elle étudie le tout. Elle regarde les vêtements mais comme son jeu d'épaules le dit, elle laisse passer et fait confiance.

Mais elle réfléchit bien. Elle s'immisce là où elle ne devrait pas comme elle l'a déjà fait avec Ael mais c'est plus fort qu'elle.
Si elle demande vérification à Léandre, est ce parce qu'elle n'a pas confiance en elle-même ou qu'elle ne vous aucune affinité à la blonde ? Cette dernière opte pour les deux solutions mais se penche, évidemment, bien davantage, sur un supposé manque de confiance qu'elle décèle chez Lynn. Probablement que ce n'est pas vrai puisque la rousse s'est montré, jusque là, toujours audacieuse, dans ses remarques ou son côté extraverti, mais elle paraît bien moins résolu sur ce terrain qu'elle ne semble pas connaître.

La voir ainsi s'atteler ferait presque rire la jeune femme mais elle ne peut se permettre puisqu'elle la vexerait sans doute et qu'elle n'est pas plus douée mais voir la concentration et toute la passion qu'elle donne à une simple tâche, c'est un peu comme si son reflet a été projetée.
Loin de se reconnaître en cette fille, elle est plutôt fière d'elle. Mais aussi fière d'elle, elle hausse le menton comme un manchot empereur pour juger l'efficacité de sa colocataire.
Elles ont fait du bon travail jusque là !

Jusque là, puisque lorsque la demoiselle lui demande du « savon », la voisine est assez déconcentrée autant que décontenancée dans sa presque réussite. Sur le coup, elle s'attend à ce que Lynn lui demande vraiment un bloc de savon de Marseille mais tout ce qu'elle a vu qu'on met dans une machine jusque là, c'est un bidon rempli d'un liquide bleu et qui sent peut-être plus fort que la marjolaine.
Perdue, les bras croisées sont déliées et elle n'a rien à offrir à son interlocutrice.

— Je n'en ai pas puisque je pensais qu'il y en aurait.

Embêtée, elle tique aussi en claquant sa langue contre son palais.
Décidément, aller faire la lessive n'est pas une bonne idée. Elle aurait dû laisser Pom s'en charger, comme d'habitude, mais celui-ci n'est pas rentré depuis déjà quelques jours et la lessive commençait vraiment à s'amonceler en tas inquiétants.
Elle recroise ses bras, pas découragée pour autant, et se concentre sur la tâche de nouveau après cet égarement de fierté.

Se dirigeant vers une des machines, elle ouvre le bac disposé à accueillir le dit liquide et comme s'il est un puits sans fonds mais où les parois contiennent du savoir, elle le contemple pour chercher un compromis.
Compromis qu'elle souhaite.

— Ecoute, je pense qu'on peut se débrouiller. Et tu es d'accord avec moi, on ne va tout de même pas retourner jusque l'appartement ?

Elle poste ses mains contre ses hanches déjà serrées par son tailleur et vague son regard dans les alentours de cette grande pièce carrelée de bleu et blanc. Jusque là, tout paraît uniforme mais elle repère trois étranges flacons étant tout sauf de la lessive. Un étant de couleur claire, comme de l'eau, un autre verdâtre et le dernier, une couleur monochrone et limpide, se rapprochant le plus de la lessive habituelle.

— Regarde, on a qu'à prendre ça. C'est pareil, après tout.

Elle saisit le dernier flacon sans étiquette et le verse dans un des compartiments ouverts étant la machine réservé pour les vêtements d'Asuma. Ça serait les vêtements tests. Le garçon est trop gentil pour blâmer les deux jeunes femmes de cette erreur.

Quoique, Léandre est assez confiante pour mettre ce liquide inconnu dans la machine de ses autres colocataires hormis celle de Lynn. D'un claquement, elle referme chaque case à lessive et chaque hublot du pied talonné.

Toute contente d'elle, elle se repose sur le banc en face du hublot et manifeste son désarroi de ne pas avoir apporter un livre pour se divertir.

— J'ai oublié mon livre. Bon, ce n'est pas grave, c'est peut-être l'occasion pour apprendre à se connaître tandis que les machines font leur boulot.

Mais, en rythme, les machines ne semblent pas satisfaites. Elle subissent le jugement imprudent de Léandre mais elles vont forcément faire du mauvais travail sachant qu'elle a mis de l'eau de Javel dans les machines. Au mieux, les habits vont se déteindre. Au pire... Non, il ne fallait pas l'imaginer.

REA