Terminé #1 le Jeu 8 Juin 2017 - 0:47

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Croisée avec : Un chieur.
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 639
× Øssements 1347
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren, Cinemont
DIEU ALPHA TOUGENKYOU
La cour des miracles.
♠️ ROI DES VOLEURS RECHERCHÉ
http://www.peekaboo-rpg.com/t1694-eden-la-science-est-un-art http://www.peekaboo-rpg.com/t1733-eden-wsh

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Croisée avec : Un chieur.
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 639
× Øssements 1347
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren, Cinemont
DIEU ALPHA TOUGENKYOULa cour des miracles.♠️ ROI DES VOLEURS RECHERCHÉ


A l'aube, les acharnés de la nuit se perdent dans des derniers relands d'alcool et vont se coucher. A l'aube, les premiers travailleurs se lèvent les paupières encore collés. A l'aube, les amoureux fixent le soleil se lever et le petit prince le fixe se coucher. A l'aube, les enfants dorment d'un sommeil lourd. Ce qui veut tout dire ! SALE MÔME. Bouge ton cul !
Le sommeil est un moment qu’on ne devrait pas négliger. C’est à ce moment-là précis que notre corps se régénère et notre inconscient réagit à tous les évènements de la journée. Les rêves, les cauchemars et les songes se succèdent entre des moments d’accalmie. Qu’on s’en souvienne ou non, les phases du sommeil sont une horloge qui nous permet d’être réactiver. Toutefois, c’est totalement stupide que de s’être endormi sur un fauteuil. Encore plus de l’avoir fait en étant recouvert d’un sang qui n’était pas le mien.
Ce n’est pas encore le matin quand je me réveille, mais le ciel fait des sillons de couleur annonçant l’aube. Je suis couvert d’une croute rougeâtre et dégueulasse. Je sens mon corps fourbu et éreinté. Je me sens toutefois près pour un nouveau round. Me redressant, je fais craquer mon épaule gauche, c’est une suite de petits bruits claquants me rappelant les enchaînements d’un rouage. Je fais de même avec l’épaule droite. Ma main se pose sur mon coude opposé, nouveau craquement. La jumelle fait de même. Se suivent les poignets et chaque phalange.

A la suite de cette remise en place, je me dirige vers la salle du bar. Elle est vide. Les derniers clients réguliers sont depuis longtemps partis. Encore un effort en montant les  marches menant à l’étage et enfin, je me retrouve dans ma chambre. Direction la salle de bain. Mes vêtements se retrouvent sur le sol moins rapidement que je le voudrais. Je me traine une vieille odeur à faire fuir un mort en putréfaction. J’allume une eau dramatiquement chaude. Une vapeur blanchâtre transforme la pièce et l’enfer ne devrait pas être très éloigné de cette ambiance. Le corps sous l’eau brûlante, je regarde le sang être lavé aussi propre que Jésus à nettoyer les pieds du traitre. J’aurais été à sa place, ses pieds, je les aurais directement cloués sur le sol à ce fils de pute avant de le pendre moi-même à l’Olivier. Histoire de m’assurer une bonne fois pour toute que cet enculé comprenne bien ce que ça fait que de se sentir trahi.

Je n’ai jamais compris ce type de toute façon. Il a dit se sacrifier pour les hommes, mais c’était des conneries. Ceux qui étaient bons selon ses critères sont restés bons, ceux qui étaient mauvais le sont restés. Il n’a fait qu’apporter un sacré bordel supplémentaire. Je suis plutôt de l’adage du père du bonhomme, un sacré bon vieux à l’ancienne : œil pour œil, dent pour dent. Visiblement, Urie doit l’être aussi et je me demande combien de temps il lui faudra pour arracher à d’autres chaque membre qui lui a été arraché à lui. Ce type, c’est un marteau-piqueur, bruyant et niquant tout sur son passage. Je suis bien content de pas être une tête de bitume, je terminerai broyer. Si je vais le battre, j’aurais tout intérêt à reprendre le sport mais également à garder mon calme olympien. Je suis calme ! Va te faire foutre si tu penses le contraire.

C’est avec flegme que je commence à laver chaque parcelle de mon corps. Est-ce qu’une femme qui avait ses règles dans le monde des vivants laisse autant de sang dans son eau ? Je n’espère pas, c’est franchement repoussant. Est-ce qu’on peut se nourrir par-là ? Je divague, concentre-toi sur des choses moins crades. Une coloration ! Voilà. Cette peau me fait penser à une coloration pour cheveux qu’on aurait rincés après s’être entaillé les veines horizontalement et verticalement pour gagner un morpion contre soi-même.

Je galère grave à laver mes cheveux. Je dois utiliser ce truc – nul – que Pom m’achète. Du shampoing-gel douche ! Il dit que l’odeur est neutre. Je trouve que ça sent grave le savon. Sur l’étiquette, c’est marqué algues marines. Je crois que les types en laboratoire qu’ont inventé ça, ils n’ont jamais senti l’océan. Pour avoir régulièrement le plaisir de m’y rendre, je peux vous affirmer que l’odeur de sel, de mer et de soleil qui se trouvent ensuite sur ma peau n’a rien à voir avec cette impression de propreté repoussante qui est en train de contaminer tout mon corps.

Je vais ne pas trop me plaindre, j’ai le droit qu’à une bouteille. La première fois que mon connard d’employé à voulu que j’arrête de me laver à la brosse et au savon noir, il m’a foutu tellement de trucs louches que j’ai immédiatement compris qu’il devait être drogué pour aimer les flacons. Crème pour la peau, pour le visage, exfoliant, gel douche, shampoing, après-shampoing, masque, désincrustant et  autres conneries. Quand il m’a chopé en train de laver mes animaux avec, il a aussi compris qu’une seule bouteille me suffirait.
Franchement, mon chien avait le poil hyper doux après ça. C’est con que Pom n’est pas voulu qu’on continu à l’utiliser.

Trèves de bavardages, je sors de l’eau, rependant sur le sol une marre d’eau qui rejoint celle que j’ai déjà foutue en me lavant sans y faire gaffe. Je me sèche, tout en m’observant dans le miroir. Ma plaie – merci aux potions – à l’arcade est entièrement refermé. Une forme jaunâtre et bleuâtre demeure, il lui faudra quelques jours pour s’estomper. Une partie de ma lèvre est gonflée et douloureuse. J’ai des traces sur les épaules et les bras.

La plus grosse plaie demeure celle que j’ai à la main. Un trou béant qui aura des difficultés à se refermer. C’est amusant, je peux mettre ma main devant ma bouche et souffler de l’air au travers. Je peux aussi y mettre un œil et observer comme au travers d’une serrure. Hyper Fun pour tricher au jeu du loup-garou. Deux compresses de chaque côté, une bande que je serre et enroule autour de mon poignet.

J’attache mes cheveux en arrière, avec un élastique noir qui traine près de mon lavabo, je ne sais pas tellement ce qu’il fout là.

J’enfile un pantalon. Juste un pantalon. Le genre qu’on met quand on va faire du sport. Un jogging noir, large. Je ne vais pas en plus me faire chier à m’habiller. Je suis chez moi. Tu es chez moi-même. On peut dire que t’es le genre de type à être facilement à l’aise, n’est-ce pas ? Point positif, mon mal de crâne m’est passé. Je me sens serein. Pourquoi combien de temps ? Le temps que je vois ta gueule j’imagine.  

Direction mon sac que je récupère, je passe dans le couloir. Melinda est assisse par terre. Elle tapote sur un ordinateur avec des lunettes devant les yeux. Cette petite pourrait être ma fille ! Parfois, on passe plusieurs jours, dans la même pièce. On ne dit quasiment rien, et on bosse sur nos ordinateurs. Pourtant, on n’irait pas ailleurs. Je ne suis pas un ermite. Je suis solitaire, mais entouré. Etre seul n’est pas dans mon quotidien.

En parlant de solitude, il y a l’autre seul au monde dans la chambre des invités. Je fais signe à Melinda qu’elle peut partir.

Lorsque je rentre, la pièce me laisse sans voix. Ce type, il n’a vraiment aucun respect pour rien ! Il a transformé les lieux en porcherie. C’est une dinguerie ! Je fais le tour du propriétaire et l’observe. Putain de blanc bec avec sa peau carrément trop blanche, ses yeux tirés dégueulasse, sa frêle carrure d’anorexique et ses blessures de vaurien. Mec, tu dors.

Et pas qu’un peu même ! Tu dors comme-ci t’étais bel et bien raide. Je crois que je viens de découvrir mes moments préférés avec toi, quand t’es allongé sur un lit et que tu te la fermes. Je me rapproche, sournoisement, je suis un vampire et j’ai de l’expérience pour ne pas être repéré. Ton état de fatigue extrême doit m’y aider. Je pose mon sac, à côté de toi et tire sur ton haut. Ta blessure est vraiment dégueulasse, je ne t’ai pas loupé. Un peu de produit sur une compresse et je nettoie la plaie, qui disparait légèrement avec la potion. Une marque demeure et je termine de refaire le pansement. T’as pas bronché ! Cet encule, non sérieux ! Il ne porte pas mes vêtements là. Ça va, tu te sens bien dedans ? Ce doit être un peu large, non. Quand je vous dis que ce type vit totalement sur mes deniers. Je l’arme, l’habille, le nourris et le promène.  C’est un petit d’animal de compagnie. Continue sur cette lancée et je t’achète un collier, une laisse et une muselière. En attendant, je prends une photographie avec mon téléphone portable et la met en photo de contact ! BIEN FAIT DANS TA GUEULE.

Maintenant que tu es soigné, je m’assois au bout du lit. L’ordinateur portable sur mes genoux, les lunettes sur les yeux, on rejoue la scène d’après l’infirmerie. Fin de la seconde partie d’un cinquième quatrième acte.  Début du cinquième.

J’espère que t’es prêt. C’est qu’on va passer à la partie interrogatoire. Navré de pas être navré de te ménager, mais je ne vais pas la garder trop longtemps dans mes geôles. Je compte bien la faire disparaître assez rapidement. Donc, je n’ai pas le temps de te faire voir un psychiatre pour qu’il te file des médicaments. Franchement ! On sait tous les deux que tu en aurais clairement besoin.





Orange tapota sur son crayon son son calepin à papier à dessin couleur ivoire. Elle tapota encore, soucieuse. Rien ne lui venait. Près d'elle, Viviane qui était occupé à coiffer ses cheveux avec des onguents à base de cire de noix de coco, observa le vide monumentale de cette page blanche. "Et bien", dit-elle, "tu ne trouve pas ?"

La moue d'Orange lui répondit. Elle hésita, encore, avant de soupirer. "Je veux vraiment que cette fanfiction soit parfaite. Mais, toi, tu penses que c'est du Urieden ou du Denurie ?
- Je pense que si le patron t'entend, tu vas finir sur le trottoir."
Comme Eden, consommez du jus approuvé sans additif ! Notre sang est prélevé directement à la source. Aucun colorant n'est rajouté.
Nos donneurs sont sélectionnés avec soin et leur sang est strictement surveillé pour ne conduire aucun substance nocive.*

*moins de 0,1% de narcotique et hépatite.

Terminé #2 le Jeu 8 Juin 2017 - 2:59

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 990
× Øssements 3520
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
●Prince of Vampires●
Clopeur Nocturne

http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kaneki http://carnetspectral.pab

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
90/100  (90/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 990
× Øssements 3520
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
●Prince of Vampires●Clopeur Nocturne




La petite
Ritournelle

Lancé de dés


Sommeil :
1 : Agité
2 : Sans rêve
3 : Cauchemar 
4 : X

Humeur :
1/2 : Neutre
3/4 : Bad-mood
5/6 : Good mood

Corps :
1,6 Mal de partout
2 Ça va, j’ai connu pire
3 Pas trop mal
4 En forme
5 Pète le feu

Clopes :
1, 2: +++++
3, 6: +
4: 0
5: -


MADE BY URIE KANEKI

Terminé #3 le Jeu 8 Juin 2017 - 2:59

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1880
× Øssements 1602
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1880
× Øssements 1602
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Urie Kaneki' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


#1 '4 FACES' :


--------------------------------

#2 '6 FACES' :

Terminé #4 le Jeu 8 Juin 2017 - 4:22

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 990
× Øssements 3520
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
●Prince of Vampires●
Clopeur Nocturne

http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kaneki http://carnetspectral.pab

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
90/100  (90/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 990
× Øssements 3520
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
●Prince of Vampires●Clopeur Nocturne




La petite
Ritournelle



La nuit s’était passée sans même que je m’en rende compte. A croire que je manquais de sommeil… La belle affaire, j’avais naïvement cru que ma sieste de fin d’après-midi allait sûrement me requinquer pour les deux semaines à venir…

Pourtant mon sommeil n’avait pas été de tout repos. Agité, j’avais retourné le lit. Les draps et les oreillers pouvaient en témoigner. On aurait dit un gamin se faisant dépasser par ses rêves. J’en étais un en vrai, à ce moment. Seuls les écouteurs n’avaient pas bougé des mes oreilles, me berçant avec des musiques aussi délicates que mes crans d’arrêt. Cela expliquait sûrement pourquoi la nuit n’avait été qu’à moitié réparatrice. Trituré par de vieux souvenir, à chaque mouvement mon corps se rappelait douloureusement à ma conscience. La douleur parcourait mes membres endormis alors que je me débattais avec mes nouveaux démons… Ces sombres bâtards teintés de rouge m’asticotaient, me plongeaient dans un profond malaise viscéral et me fit m’agiter dans un dernier sursaut.

Aucun souvenir de mes rêves à mon réveil… Fébrile, j’ouvrai difficilement les yeux, la lumière du jour m’infligea une crise de nerf optiques. Je grognai. Je ne me sentis qu’à peine en forme et déjà la musique qui se répandait dans les tympans me donna le ton de la journée. In Flames, « Wallflowers », les paroles me firent tiquer « I like when you stream in my face ». Mais ta gueule avec tes paroles de merde. Nan, je n’aimais clairement pas ça d’me faire gueuler à la tronche, encore moins par lui. J’arrachai les écouteurs dans un geste vif, le son ne devint plus que grésillements inaudibles.

Mes yeux firent la mise au point sur le plafond, je battis des paupières une, deux et trois fois avant de réussir à avaler ce réveil. Quelle heure était-il? La lumière diffuse dans la pièce m’affirma que j’avais dormi, et c’était bien plus que de se reposer les yeux. Les miens étaient rouges, douloureux. Je les frottai pour faire passer cette sensation.

Je soupirai à nouveau, mon humeur était à l’image de l’état de mon corps. Pas au beau fixe du tout. Je fronçai le nez en sentant quelque chose au bord du lit, le poids d’un corps. Gros cul. T’es aussi léger et aimable qu’un rocher. Comment était-il venu jusque là sans que je ne m’en rende compte? Ah. Putain les écouteurs. Mais pas que… j’avais remarqué qu’il était très agile et discret malgré ses airs bourrin. Perfide connard, il se faufilait comme un cafard entre les crans des semelles de mes rangers. Je roulai sur le côté à l’opposé de lui, voulant éviter à tout pris d’avoir à croiser son regard et ses remarques acides. Je n’étais pas d’humeur non… Sans mal je savais d’où me venait ce malaise. Je ne voulais pas affronter un regard lourd de suppositions, ou encore amusé de ma nouvelle condition que je venais de découvrir et accepter à peine… Oublie Urie. Hier n’existe pas. Une clope allait peut-être m’aider à faire passer cette envie de disparaître.

Je grimaçai un peu, mon corps n’était pourtant plus en proie à une détresse physique… A croire que ce que j’avais ingurgité avait au moins eu ce bénéfice, pour le peu que j’en avais gardé dans le bide. La douleur était presque érable, mais c’est sa présence qui m’ennuyais. Autant que sa présence à lui là. C’est sans un bruit que je m’assis sur le bord du lit et me passai les mains sur le visage. L’une d’elle portait la marque de mes dents, je pressai d’avantage. Remontant dans mes cheveux en bataille, je les plaquai en arrière.

Il me fit une remarque, j’haussai les épaules. Me dit qu’on devait bouger, je lui fis signe de la main en fouillant dans les poches du jean trop large que je portais. Rien, nada. Pas une seule putain de clope. Mon impatience grandissait quant à leur absence. Ma main appuya dans ma nuque, glissa sur le pansement. La sensation n’avait rien à voir avec hier. Moins profonde, moins malsaine.

Il avait manqué de me bouffer ce con… J’avais manqué de le bouffer aussi. Étais-je aussi sanguinaire que ces monstres?.. Je ne savais plus.

Je le regardai du coin de l’oeil. Son visage était pas mal esquinté aussi… Mais son arcade n’avait carrément pas le même état que la veille. J’étais surpris mais me revinrent bien vite les explications d’Ael sur l’utilisation de potions. Tricheur pensais-je. Cela dit, elle n’avait pas été assez puissante, faisant simplement évoluer la blessures à l’état d’équimose de quelques jours. Je jeta un oeil à sa main, j’espérais secrètement qu’elle lui lançait encore. Un frisson, je me souvins de ma bouche y récoltant du sang… Une clope putain. J’ai cette infime douleur dans tout le corps, j’espère que toi aussi Eden, on a partagé cette même violence toi et moi.

Je me levai du lit, le pantalon glissa sous l’élastique du boxer, retenu à peine par mes hanches. Ce mec était vraiment trop grand. J’attrapai le haut que j’avais balancé la veille et l’enfila histoire de ne pas exposer d’avantage mon corps meurtri par une vie entière de guerre, et une mort à priori aussi calme.

Dans ce t-shirt tout était disproportionné pour moi, mes doigts n’arrivant qu’à peine au bout des manches longues. Je les remontai. Ce haut puait. L’odeur qui s’en dégageait était celle dans laquelle je m’étais vautré la veille, à bout de souffle et en sueur, elle était entêtante et me fit tirer sur le col pour tenter de m’en dégager. Oublier cet échange de fluides improbable. Même lavé et changé je me sentais dégueulasse. En parlant de dégueulasse, il avait fait peau neuve lui aussi, dommage pour toi ça t’a pas laver ta sale tronche avec ton expression renfrognée de merde, Eden.

Tu me répètes qu’on doit bouger, qu’il faut que j’émerge. J’arrête ma contemplation. De toute façon j’aime pas ta gueule. T’as déjà récupéré ton air fier et fermé. Étrangement mon air impassible s’est fait la malle et a laissé place à quelque chose de plus énervé, contrarié… Simplement mal luné.

Des clopes. Je veux des clopes merde.

Je pars dans la salle de bain sans un mot et sort de mon pantalon, séché et durci par le sang, des clopes dans un piteux état. Elles sont fumables au moins? Je vais fumer de ton sang… J’suis un vampire ou bien? Sans déconner… Je suis désespéré. En fouillant dans la poche je tombe sur mon zippo que j’ai manqué d’oublier. Je l’allume pour vérifier qu’il fonctionne toujours et le fourre dans ma poche.

Je ressors de la salle de bain, clope et au bec et lui fait signe qu’on peut bouger. A aucun moment je ne veux communiquer verbalement avec lui. J’accepte déjà qu’il soit dans mon champ de vision… Je marche sur un truc. Soulève mon pied et regarde la poche de sang vide… Cette partie la a été occultée. Mon cerveau vrille un instant. Je ne veux même pas l’aborder avec moi-même. Je jette la poche le plus vite possible et termine d’enfiler mes rangers, fourre le portable dans ma poche ainsi que les écouteurs. 

Je crève la dalle, mais pas la même qu’hier… J’attrape les moshi-moshi sur la table et en fourre un dans mon bec en réfléchissant à la direction où nous allons. Faudrait que j’arrête de lui laisser mener la danse un peu… Bah, j’m’en branle en fait.

Sans même une transition on se retrouve dans la voiture qui est clean… Je suis sur le siège passager, là où cette salope a perdu son oeil. Je scrute chaque centimètre de la paroi interne du véhicule pendant que je m’allume cette clope teintée de sang. Elle joue les difficiles mais finit par s’allumer. Je sais qu’il fume dans la bagnole, il l’a fait hier. Je lui jette un oeil en biais et souffle la fumée près de la vitre entrouverte.

« T’as réussi à glaner des informations à l’autre traînée ou t’as juste tiré ton coup et t’es endormi à ses côtés avec ta tendresse légendaire? »

Urie putain d’merde. Y’a pas moyen. Je soupire, exaspéré par la teneur de mes propos. J’ai brisé le silence car il m’oppresse. J’attends sans le savoir d’éviter un sujet qui me déplairait. Il a sûrement vu que j’avais sifflé les poches de sang… J’ai pris conscience que je faisais partie de ce genre de personnes… Je suis un vampire et j’ai des pulsions assez violentes. Le seul truc que j’ai assumé hier c’est de l’avoir poussé dans ses derniers retranchement. Le reste est digne d’un gars qui ne gère plus rien après avoir trop bu ou s’être drogué.

C’la dit… Je n’ai pas totalement tord dans ce que je viens de lui dire. Hier l’air été surchargé… Une putain d’excitation bestiale avait parcouru nos corps alors que nous pataugions dans notre propre sang. Je ne niais qu’à moitié la trique que j’avais eu sur les derniers instants.

J’avale une fumée âcre, chargée en fer, la laisse pénétrer ma trachée et lentement se diffuser dans me spoumons. Je dévie mon regard de lui. Sa simple présence pourrait me foutre hors de moi, j’y peux rien bordel je suis pas du matin. Alors je tire encore sur ma clope, jusqu’à ce que on son pseudo effet calmant me prenne. Un coup d’oeil dans le rétro, j’ai une sale gueule. Ma lèvre est tuméfiée, j’ai un pansement dans le cou et mes mains sont explosées en haut de mes phalanges. N’parlons même pas de mes paumes… Je me sens fringué comme un sac avec ces habits trop grands. On ressemblait à deux évadés de prison, partenaires par défaut faute de mieux, lui et moi avec nos gueules bariolées de bleus.

Si j’avais pas été autant sur les nerfs j’aurais déjà rigolé à gorge déployée tellement c’était débile. A force nos situations ne me faisaient même plus réagir, en même temps… J’étais foutrement pas du matin. Mes cernes et mon aura pouvaient en attester. Manquaient plus que les lunettes de soleil sur un générique des experts miami, une énorme explosion derrière et on sortait tout droit d’une série de merde.

Je jouais du bout de mon pouce contre ma lèvre inférieur, frôlant mes canines redevenues normale depuis que je m’étais repu de ce sang d’un mec probablement mort dans l’autre monde. Ça m’obsédait inconsciemment.

« C’était qui la gamine en pull trop grand au fait?.. J’ai pas eu le temps de la r’mercier. »

Au fond de ma poche le portable avec les écouteurs, j’crois que sans eux je n’aurais clairement pas pu piquer un tel roupillon. L’air de rien même si je planais à dix-mille hier la douceur de cette fille aux allures de gamine m’avait fait un drôle d’effet. N’allez pas croire, rien de déplacé. Elle m’avait juste envie de chialer en m’agrippant à elle comme l’aurait fait un gamin dont les illusions avaient explosées alors qu’il faisait ses premiers pas dans le vrai monde. Je m’enfonçai d’avantage dans le siège, ma tête s’appuyant là où son sang avait giclé. J’avais pris un air désinvolte pour cacher que cela m’avait horriblement secoué.

A un moment il allait aussi falloir que je le r'mercie lui... Mais rien que d'y penser ça ébranlait ma fierté un poil trop.


MADE BY URIE KANEKI

Terminé #5 le Sam 10 Juin 2017 - 15:17

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Croisée avec : Un chieur.
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 639
× Øssements 1347
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren, Cinemont
DIEU ALPHA TOUGENKYOU
La cour des miracles.
♠️ ROI DES VOLEURS RECHERCHÉ
http://www.peekaboo-rpg.com/t1694-eden-la-science-est-un-art http://www.peekaboo-rpg.com/t1733-eden-wsh

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Croisée avec : Un chieur.
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 639
× Øssements 1347
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren, Cinemont
DIEU ALPHA TOUGENKYOULa cour des miracles.♠️ ROI DES VOLEURS RECHERCHÉ


Cartime

Fumer : 1. oui MH 2. Urie MH 3. Non MH 4. Oui BH. 5. Non BH. 6. BH
Lisa : 1. Pas répondre 2. Répondre -5 mots 3. Répondre -10 mots 4. Répondre - 15 mots 5. Répondre -20 mots. 6. Répondre -25 mots
Melinda : 1. Pas répondre 2. Répondre -5 mots 3. Répondre -10 mots 4. Répondre - 15 mots 5. Répondre -20 mots. 6. Répondre -25 mots


Maptime

Où ? 1. Sucre 2. Armes 3. Café 4. Tabac 5. Ossements 6. Moto
Incident ? 1. Accident de voiture 2. manifestation 3. Scène de crime 4/5/6 : Non


Radio

La playlist que Pom t'a fait : 1. Wolfgang (Lino) 2. The Apple & The Tree (Graveyard) 3. Happy (Walk Off the Earth) 4. The Sweep (Cult Of luna) 5. Boom Boom (Pep's) 6. Don't Look Back (No prophecy)
Elle se couple pour : 1. La météo 2. Du Riz 3. Disparition 4. engagez-vous 5. GPS non éteint 6. Non

Terminé #6 le Sam 10 Juin 2017 - 15:17

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1880
× Øssements 1602
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1880
× Øssements 1602
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Eden Indentshi' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


#1 '6 FACES' :


--------------------------------

#2 '6 FACES' :


--------------------------------

#3 '6 FACES' :

Terminé #7 le Sam 10 Juin 2017 - 17:49

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Croisée avec : Un chieur.
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 639
× Øssements 1347
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren, Cinemont
DIEU ALPHA TOUGENKYOU
La cour des miracles.
♠️ ROI DES VOLEURS RECHERCHÉ
http://www.peekaboo-rpg.com/t1694-eden-la-science-est-un-art http://www.peekaboo-rpg.com/t1733-eden-wsh

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Croisée avec : Un chieur.
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 639
× Øssements 1347
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren, Cinemont
DIEU ALPHA TOUGENKYOULa cour des miracles.♠️ ROI DES VOLEURS RECHERCHÉ


Définitivement, je ne peux pas laisser ce crétin ici pendant que je vais glaner des informations aux sujets d’autres affaires. Il suffit de voir le bordel qu’il a pu mettre en une nuit dans un garage, une chambre et une salle de bain, pour se rendre compte que ce type ne faisait que des bêtises quand je n’étais pas là. Franchement, c’est un plaisir que de bosser avec lui. Sa bonne humeur du matin et sa joie de vivre permanente est un véritable rayon de soleil pour toutes les personnes qui devaient avoir le plaisir de le croiser. A ce rythme-là, ce ronchon allait finir par me faire passer pour un enfant de cœur. Allez bouges. Souviens-toi ! T’étais déjà mort hier, t’es encore mort aujourd’hui. T’étais un gros connard hier, et t’en est toujours rien aujourd’hui. Aucun changement sur ta planète d’ahuris. Si ce n’est la marque de morsure sur ta main. Quand je dis que tu es masochiste.

Lod:
Je pense qu'il y a une conspiration anti-Edenurie, dès que je commence ton RP quelqu'un vient de me déranger, internet s'éteint,
mon frère vient, un ami m'appelle, on m'invite et on insiste ... Stressant.


On traverse le couloir, les escaliers, les arrière-salles dans un silence qui me convient parfaitement. Je m’arrête juste quelques secondes pour parler à une japonaise d’une cinquantaine d’années, au teint très pâle et au chignon noir après quelques salutations d’usage.

Elle salue un bref instant Urie, en quelques notes de japonais d’avant-guerre puis elle se retourne vers moi pour parler en draconien. Je ricane un peu à ses propos avant de lui dire que je m’en occuperais rapidement – même si ça me gonfle déjà. Puis, elle me pointe du doigt Urie et me montre une note provenant du bar à vampires. (…) (…) Ce mec n’a même pas payé les consommations ! Dis-moi, t’étais pas escort-boy ou pute dans ton autre  vie ? La tenue militaire, c’était pour un strip-tease qui a mal tourné le jour de ta mort ? Et depuis, t’assume pas et tu te fais passer pour un gars de l’armée avec ta plaque marquée à ton groupe sanguin ? Je commence à avoir de sacrés doutes.

Je lui dis de payer, elle le fixe encore et marmonne de la même voix glaçante – mais où je reconnais un brin de bonne humeur. Je cligne des yeux, fixe Urie de haut en bas puis de bas en haut avant de répondre en japonais – « Je te parie mille ossements la seconde option. »

A voir sa tête, il n’est clairement pas du matin. Une fois dans la voiture, j’attends quelques secondes, avant de démarrer. Il n’est pas du matin, ok. Je peux comprendre. Il n’est pas du soir, non plus. Et, je l’ai côtoyé à midi, il ne l’est pas non plus. C’est quoi ta tranche horaire, exactement ? Entre quatre et cinq heures et que t’es dans une mare de sang ? Tu ne prends ton pied que quand on est en contact ? Ça va être compliqué car tôt ou tard (et plus tôt que tard j’espère !) on va devoir se séparer.

Je roule à peine quelques mètres, sans lui avoir adressé la parole, bien trop occupé à réfléchir à d’autres situations que celles exposées au-dessus. Je pense aux informations que Dame K m’a données. Certainement pas aux paris stupides qui consistent à se demander si Urie finira dans un gang ou chez les flics (j’ai parié la seconde option.) mais plutôt aux problèmes de sécurité dans certains tunnels, aux liens étranges entre les uns et les autres et à des informations plutôt certaines que Margaret, la responsable des RED, vient de prendre une position très forte au sein de la police justement.

L’influence de cette femme devient une vraie préoccupation et je peux comprendre que Dame me demande d’arrêter de jouer et de me concentrer sur l’essentiel. Pardonne-moi, Barbie, mais même si je m’amuse beaucoup en ta compagnie – tu n’es point un essentiel. Même pas un important. Même pas un grain de sable. Tu n’es rien. Et j’accorde une deuxième journée à ce rien. C’est que j’accorde de l’importance à n’importe quoi visiblement.

Il brise le silence. Stupidement. Ce qui me fait penser que je dois lui donner une identité et que j’ai obtenu de nouvelles informations – mais qui n’ont pas franchement à voir directement avec son histoire. Très bien, j’accélère, sans m’en rendre compte. La fumée de sa cigarette sanguine me donne envie de fumer. J’ai déjà dit que j’essayais de réduire. Je me retiens. Je me retiens de lui en foutre une, de fumer et d’arrêter le véhicule sur le bas-côté pour lui demander de descendre. Beaucoup de frustration à cumuler.

« Lisa ? Deuxième option, sauf qu’on n’a pas dormi. »

Les amabilités vont pouvoir commencer dès le matin. Je ne veux pas savoir comment les forces du destin se sont décidées sur cette rencontre, mais franchement, il est aussi improbable que ce type et moi parvenions à nous parler sans nous insulter ou nous envoyer des piques que le monde des morts et des vivants fusionnent dans un paradis éternel.

Quand il ouvre la bouche pour une seconde question, je me prépare déjà l’insulter lui, sa mauvaise humeur et sa clope qui me donne envie de boucaner avant que le soleil ne soit à son apogée. Il n’a aucun respect. Il aurait au moins pu demander si ça me dérangeait. Je rêve. Il se croit vraiment chez lui.

Je m’arrête à un feu rouge, en même temps que sa question se termine, me surprenant un peu. Il l’a remarqué ? Mégalo et égocentrique comme il était, je m’étais plutôt attendu à ce qui la suive sans même la voir, qu’il l’envoie chier hors de la chambre, s’écrase comme une merde et la haïsse sous principe qu’elle venait de croiser sa route un mauvais jour.

Le plus surprenant, c’est qu’il veut la remercier. Pas la peine, elle s’en fout de tes remerciements – ou du moins, elle devrait s’en foutre. Attendre quoique ce soit des autres rend faible. Je me détends un peu en pensant à elle. C’est une de mes protégés. Ils sont plus nombreux qu’on peut le croire. Avec elle, c’est compliqué, car elle refuse de quitter l’agence. La voir à l’extérieur est extrêmes rare et ne s’est pas produit depuis des années. Je ne sais pas ce qu’elle a dans la tête. Je ne sais pas ce qu’elle a dans le cœur. Je ne sais pas si elle est hait les hommes, les adultes, les femmes ou personne. Je n’arrive pas toujours à bien la saisir. Il faut dire qu’elle vit sur sa planète. Sa planète internet.  

«Je l’appelle Mélinda. Tu peux la remercier par SMS, elle doit s’être rajoutée. »

Cela dit, je comprends mieux pourquoi il avait mes gâteaux tout à l’heure et pourquoi il en a pris. Il ne doit pas savoir que c’est moi qui cuisine. Sinon, il s’étoufferait sans doute avec. Ce qui explique aussi le casque à musique – sale traitre de Mélinda – et la connaissant, elle a dû lui installer une application musique à mes frais et rajouter son numéro de téléphone. Selon Pom, la relation que j’ai avec Mélinda est celui d’un père avec sa fille. J’en doute un peu. Déjà parce qu’elle dort avec moi dès qu’elle fait un cauchemar (je ne crois pas que les enfants dorment avec leurs parents) et ensuite parce que j’ai accroché aucun dessin d’elle sur mon frigidaire, mais seulement dans mon bureau.  

Je n’ai clairement pas envie de parler et ce doit être lisible sur mon visage. Je monte le son de la musique, Don't Look Back de No prophecy, quand elle est stoppée en plein milieu de son morceau par un message surprenant de la part des mangemorts : ENGAGEZ-VOUS à la défense des citoyen, renseignez-vous auprès de l’agence pour …

Je m’arrête et coupe le message dans sa partie. Je suis enfin stationné. Je descends, claque la porte derrière moi et fixe la boutique devant moi. Un immense magasin de bonbons

Je dois trouver un type, il a des renseignements à me donner et je dois aussi racheter des sucreries. Je remarque qu’ils ont installés des tables dans une sorte de petite cour extérieure. Le beau temps en fait fleurir un peu partout. Je ne me rends pas encore vers celle-ci, je me mets simplement derrière une fille d’attente.

Une masse de personnes qui est déjà en train de faire la queue, que je rejoins en même temps que je me tourne vers l’épouvantail qui m’accompagne.

« Bon, Barbie, on va prendre un petit-déjeuner. Arrête de tirer la gueule et prends ce que tu veux. »

C’est certain, la main dans la poche, le visage fermé et la mine menaçante, je peux ordonner à l’autre d’avoir l’air moins râleur. Sérieusement, il va falloir que je lui parle. C’est qu’il va falloir qu’il comprenne que même si on est mort, il y a des règles à respecter. Et également qu’il comprenne qu’il va bientôt falloir s’alimenter.

« J’ai des choses à faire avant de rejoindre Lisa. Et, il faut qu’on parle tous les deux. »

Clairement, la scène de l’autre soir ne peut pas se rejouer indéfiniment. Il va falloir que je le cadre. Que je lui mette des règles et des limites. Et je sens bien que ça va être compliqué. Ce type n’a clairement pas envie d’obéir aux ordres et il doit tellement être furieux de perdre du temps dans sa vengeance. Seulement, il y a besoin d’une pause : pour lui.

La queue avance au fur et à mesure et je me retrouve devant la caissière. Une charmante jeune fille aux cheveux colorés qui sent le sucre et le miel. Elle ne perd pas son sourire devant deux clients aussi particulier que nous et d’humeur égale nous demande ce que l’on désire. Je demande un  thé fruit rouge et un assortiment de wagashi. Enfin, je me tourne en direction de Barbie :

« Il va falloir qu’on trouve des solutions pour tes besoins. Tu ne vas pas pouvoir continuer à essayer de les assouvir sur moi. Je n’ai clairement pas ce qu’il te faut. »


Je me penche en avant, par-dessus le comptoir, mes mains viennent chercher celle de la femme et je pose une enveloppe entre ses doigts. A transmettre à qui elle sait. Puis, je réceptionne ma commande.  C'est qu'il faut prendre un bon petit-dejeuner, ma journée va être longue - et je vais devoir te larguer entre deux, car je doute que ce soit une bonne idée de te conduire dans des commerces peu légaux.





"Où est Lisa ?" Questionna l'homme punk avec surprise,
"Aucune idée. J'ai reçu un message qui disait qu'elle voulait aller voir Eden au bar des Valkyries, puis plus de nouvelles.
- Va chez elle et trouve-la. Elle peut pas ignorer l'entrainement."

La difficulté de retirer un pion du plateau, c'est qu'immédiatement, on se rend compte qu'il y a une case libre en trop.

Dame K n'était pas certain que ce soit une bonne idée. Eden était du genre à s'enticher de petits à aider et ensuite, il s'en lassait et passait à autre chose. Celui-là n'avait rien d'un petit chaton comme Mélinda, Peter, Pom ou Asuma. Clairement, ils s'étaient amochés. Ce qui était certain - sûr même - c'est qu'Eden ne pourrait pas passer sa journée à glander avec comme hier.


hater59 : j'arrive pas à le croire, je viens de voir Eden et Urie dans un magasin de bonbons
luk : façon, c'est n'importe quoi cette histoire ! Je vais leurs mettre grve des pouces rouges !
MariageLove : puis franchement ils se sont rencontrés où ? A tire-la-gueule.com ?
hater58 : ils vont trop pas ensemble en plus 


Terminé #8 le Dim 11 Juin 2017 - 5:31

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 990
× Øssements 3520
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
●Prince of Vampires●
Clopeur Nocturne

http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kaneki http://carnetspectral.pab

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
90/100  (90/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK
× Appartement : Michalak
× Métier : Au chômage
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 990
× Øssements 3520
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 30/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le scolopendre
●Prince of Vampires●Clopeur Nocturne




La petite
Ritournelle



Putain pourquoi à chaque fois qu’on parle il est obligé de m’emmerder comme ça ce débile profond? J’te jure. Y’a un truc de similaire entre nous, une sorte de fondement par excellence du « je t’emmerde bien profondément. ». Ok, j’ai poussé le bouchon un peu trop loin Maurice, très bien j’avoue. Mea culpa. Sérieusement grâce à moi au moins t’as pu faire des trucs avec une meuf borgne… En vrai j’aimerais juste me sortir cette idée du crâne. Un petit côté parano me revient joyeusement dans les pattes. Il va falloir qu’on discute sérieusement lui et moi, notre petit jeu du « je t’emmerde, moi aussi » n’est foutrement pas pratique pour les trucs sérieux.

Je continue de tirer sur la clope aux relents de sang. Hey Eden je pourrais sûrement les revendre à tes putains de groupies.

J’hausse un sourcil à sa réponse et fouille aussitôt dans la poche de mon pantalon pour vérifier l’information qu’il vient de me filer. Il a raison j’ai un nouveau numéro qui traîne là. Ok, très bien. On va dire que c’est normal. Je n’en ai pas besoin de plus de ce côté là alors on passe le sujet, la musique est plus forte… Tant mieux. Le bout de mes doigts tapotent le rythme sur mon jean foutrement trop grand. Je m’avancerais si je me dis que ce mec n’a pas l’air d’avoir de goûts musicaux de merde? Je veux bien l’ajouter à ma liste de points en commun. Mais juste dans ma tête. Faudrait pas déconner non plus.

Le temps que la chanson se termine et nous étions arrivés. Je descends de la bagnole, écrase ma clope et la jette dans la première poubelle. Mes yeux manquent de se révulser en voyant la devanture du magasin de bonbons, et pas un petit. Espèce de faux gros va. Je fixe Eden du coin de l’oeil en marchant à côté de lui, mains dans les poches et l’air morose en option. A nous deux on fait la paire, je vois une paire de regards qui se baissent aussitôt à notre arrivée dans la queue. Allez vous faire foutre.

Je me passe une main sur le visage et remonte cette foutue manche qui n’arrête pas de descendre.

« Si moi je tire la gueule toi tu fais quoi?..  Mais je dis pas non au petit-déj’…»

Non ma remarque n’est pas acide du tout, elle est même posée sur un ton des plus posé. Je claque la langue et avant de refermer la bouche j’ai même essayé de rattraper un minimum le truc. Le but n’est pas d’envoyer chier tout le monde non plus… Mais c’est sa tronche aussi! Comment tu veux être aimable avec un phénomène pareil.

J’hausse les épaules, incline la tête en le regardant. C’est mieux? Sérieux j’ai l’impression de marcher sur des oeufs. De patauger dans la semoule, de foutre les pieds dans le plat, d’être dans la merde jusqu’au cou, de faire du surplace. En vrai avec ce qu’il s’est passé hier… Je crois que poser cartes sur table me ferait le plus grand bien car je n’arrive juste pas à situer le bordel. Où est-ce qu’on en est, tout ça… les relations humaines quoi.

Je jette un oeil à la carte qui est en hauteur pour savoir quoi prendre… Tout est foutrement sucré, du sucre à base de sucre recouvert de sucre. De l’autre côté je l’écoute continuer en me disant qu’il faut que l’on discute. Ha bah ça tombe bien que t’en parles, j’suis dans le même cas que toi.

Nous sommes les clients suivants, je le laisse commander. Moi ce sera un chocolat viennois ainsi que le truc qui me parait le moins sucré… Une premium cheese tart. Ouais voilà, on va prendre ça on verra ce que ça donne. Sa remarque m’arrache un air encore plus blasé. Le sujet dont il parle me passe toujours en travers de la gorge, mais au moins il l’a fait sans aucun détour ni remarque. J'apprécie ça l'air de rien.

« Dixit le gars qui m’a pompé plus de la moitié de mon sang la veille… En vrai tu me déçois de ne pas satisfaire mes besoins… Je te croyais plus endurant que ça. Tu m’brises le coeur va falloir que j’aille voir ailleurs. »

Le double sens à peine appuyé… Pourquoi quand on se parle il n’y a qu’insultes et sous-entendus sexuels?

J’observe le manège d’Eden avec la caissière sans moufter. J’aimerais savoir ce qu’il se passe… Mais je reste silencieux jusqu’à ce que nous nous asseyions à une table à l’extérieure. L’air n’est pas désagréable, je commence enfin à sortir de ma mauvaise humeur matinale.

« Hm… Y’a aucune groupie à toi qui traînerait dans le coin hein? »

J’observe autour de moi, plus méfiant que jamais. Nous voilà en tête à tête, à nouveau. Sur une terrasse. Quel romantisme. Garde ta bouche loin de la mienne cette fois, j’aimerais bien ne pas altérer le goût de ma bouffe. J’attrape le chocolat viennois et le supplément de lait qui a été posé à côté, j’en verse la totalité dans la tasse… Sinon c’est trop sucré pour moi, oui.

« Merci. »

Pour ce que je vais bouffer là, peut-être les trucs avant aussi… J’en dirai pas plus alors ne t’arrêtes pas là-dessus. C’est le premier que je sors, je sais. Non ne fais aucune remarque ça me ferait mal au cul. Tais-toi. J’enchaîne le plus vite possible sur un sujet plus important que l’impolitesse que je lui fais subir depuis le début. Ton caractère mec, ça me met dedans, clairement. En tant normal j’ai pas l’impression de faire un concours de qui a la plus grande.

Je prends une première part de cheesecake et la porte à mes lèvres explosées… Pause. On est vraiment en train de prendre le thé avec nos gueules de boxeurs du dimanche? Sérieusement. Mais c’est quoi cette scène. Urie fixe toi sur ce que tu veux dire, ne te laisse pas dériver sur le principe que ça risque de t’arracher la gueule.

« Ok, faut qu’on parle de ce qu’il s’est passé hier. Vraiment tout ce qui s’est passé. »

Je porte le chocolat à mes lèvres… Mais merde ils y ont foutu le pot ou quoi?! Je grimace et manque de tirer la langue. Je repose le chocolat et lui fait signe d’attendre une seconde. Je retourne voir la serveuse et lui demande d’avoir du lait supplémentaire, vingt secondes plus tard je suis de retour et vide la totalité dans ma tasse, touille comme un forcené avec ma cuillère en évitant soigneusement son regard.

« Tu le savais que j’en étais un au bar… tu m’as forcé à boire du sang. Pourtant t’avais dû le remarquer que je n’en avais pas conscience. Pour cette partie là t’es chié. Ensuite… La suite j’ai pété un plomb. Clairement. »

Je m’enfonce sur ma chaise et croise les bras. Ce sera ma seule ligne mentale pour me sentir un poil moins con quand je dis que j’ai chié. Je relève les yeux vers lui, je n’ai pas une expression des plus désolée. Oh non c’est pas si simple chez moi ce genre de truc, j’ai simplement l’air moins renfrogné, plus calme et terre à terre. J’enchaîne aussi vite que possible pour ne pas qu’il me coupe. Mec si tu me coupes t’as rien compris à la fierté des gens. Ne t’avise pas d’écraser la mienne pour le plaisir. Elle l’est déjà bien assez.

« T’as tanké un truc qui ne t'était pas destiné. »

Je me mords l’intérieur de la joue pour ne pas l’appeler autrement. Bravo Urie, t’es un putain de faux adulte pas assumé. Mes yeux se fixent sur sa main blessée par ce même cran d’arrêt que je n’ai plus à la ceinture, putain. Il m’en reste qu’un. Hey refile le moi à la fin de mes excuses là! Mes phrases sont de plus en plus courtes, là je gratte, racle les mots et les remonte le long de ma gorge. Difficilement.

« Et je n’aurais pas dû te faire ça. »

Par réflexe je lui ai attrapé la main pour indiquer ce à quoi je fais allusion. Mes quatre principaux doigts sont passés sur le dessus de ses phalanges, lui tournant la paume vers le ciel. Mon pouce repose sur la base du sien. J’ai plus conscience de sa main dans la mienne que du fait que cette main appartienne à ce type à ce moment… Je me souviens surtout clairement avoir tenté de m’abreuver de cette blessure.

« Ni même essayer de te bouffer. Même si au final c'est l'inverse qui s'est passé. Tu m'as bouffé, merde. Et pas qu'un peu. Je te dois ma gueule d'anémique là. »

Putain mec, si je résume t’es mon premier fantasme en tant que vampire. C’est désespérant. Ma mort est désespérante.


MADE BY URIE KANEKI

Terminé #9 le Dim 11 Juin 2017 - 19:21

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Croisée avec : Un chieur.
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 639
× Øssements 1347
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren, Cinemont
DIEU ALPHA TOUGENKYOU
La cour des miracles.
♠️ ROI DES VOLEURS RECHERCHÉ
http://www.peekaboo-rpg.com/t1694-eden-la-science-est-un-art http://www.peekaboo-rpg.com/t1733-eden-wsh

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Croisée avec : Un chieur.
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 639
× Øssements 1347
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren, Cinemont
DIEU ALPHA TOUGENKYOULa cour des miracles.♠️ ROI DES VOLEURS RECHERCHÉ


Réaction

1.  ono
2.  poing
3.  hero
4.  huhu
5.  thrt
6.  popc
Du coup,
1. Des gens prennent Urie en train de tenir la main d'Eden en photo. On voit surtout Eden.
2. On voit surtout Urie.
3. On voit bien les deux.
4. Trop choqué, ils en oublient de prendre une photo.
5. Le blog anti-Urie augmente de dix membres
6. Une nouvelle fanfiction voit le jour

Afficher toute la signature
Réduire la signature


Terminé #10 le Dim 11 Juin 2017 - 19:21

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1880
× Øssements 1602
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1880
× Øssements 1602
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Eden Indentshi' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'6 FACES' :