ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Event du moment
    The Nightmare...
    du 20 octobre au 20 novembre

    Clapotis étouffés ◈ Urie & Cassian

    Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 20 Masculin
    × Age post-mortem : 20
    × Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK de Babushka Hi-Hi
    × Appartement : Michalak
    × Métier : Second du roi des vampires
    × Péripéties vécues : 1043
    × Øssements3580
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 30/04/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le scolopendre
    × DCs : Alexiel Etsuko

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    20Masculin20Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK de Babushka Hi-HiMichalakSecond du roi des vampires1043358024Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
    avatar
    ●Prince of Vampires●
    Clopeur Nocturne

    http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kanekihttp://carnetspectral.pab
    20Masculin20Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK de Babushka Hi-HiMichalakSecond du roi des vampires1043358024Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
    ●Prince of Vampires●Clopeur Nocturne
    Terminé
    #21 le 14.07.17 20:52

    Clapotis étouffés

    - Du Curie, quelle bonne idée! -


    Peut-être aurais-je dû prendre garde à ne pas paraître aussi borderline devant une personne aussi peu habitué à moi? Ma personnalité n’est pas tellement changeante, ne te méprends pas Cassian. Disons simplement que certains événements, certaines choses imprévues au programme peuvent impacter énormément l’humeur ainsi que les expressions qu’elle nous fait revêtir.

    Et même si tu considères encore ce changement physique comme quelque chose de presque catastrophique de par son arrivée soudaine et totalement incontrôlée, pour moi il en va clairement autrement.

    Je reste planté là, devant toi en essayant tant bien que mal de calmer mon sourire presque enfantin. Mais il s’agrippe à ma mâchoire, m’empêche de détendre ce rictus si simple, apaisant mes traits naturellement inexpressifs, vides de toute pensées, vide de vie? Si de ma taille je te semble menaçant mes airs se sont probablement adoucis.

    Et pourtant, ce silence qui dure et dure… Je vois les grains de sable passer à travers ce minuscule orifice qui est celui du sablier de nos vies terminées. Lorsqu’enfin tu secoues la tête le doute que je t’intimide s’éloigne, juste un peu. Tu tentes d’être rassurant et je ne vois pas ce qui irait à l’encontre de tes mots. Si tu as toute confiance en ton vendeur… Je crois juste que je suis bien trop satisfait de cette idée à laquelle j’ai bien trop souvent rêvé pour pouvoir penser un seul instant aux effets néfastes qu’il pourrait y avoir en retour.

     Si grand? Grand comment au juste? Je n’arrive vraiment pas à me rendre compte. "

    Je fronce légèrement les sourcils, bien qu’à peine taquiné et touché par sa remarque.

    " Hey, pas la peine d’appuyer là-dessus. Je sais bien que je ne suis pas un grand gabarit mais quand même. "

    Quand Cassian évoqua mon pantalon dont les jambes allaient au feu, je me grattai un peu le crâne, levant un pied. Pour ce point là la solution n’était pas trop difficile à trouver. Et après m’être saisi de mon t-shirt que je place sans grande cérémonie autour de mon cou, place initialement prévue par tes soins je t’offre ma façon de régler le problème.

    " Hm, t’en fais pas pour ça, c’est un détail vraiment. Les vêtements ça se change. En attendant je peux… "

    Je me penche en avant pour commencer à replier le bas de mon pantalon, pliant une première fois, puis deux et trois fois le tissu jusqu’à ce qu’il m’arrive - facilement - sous les genoux. Ce premier point étant réglé, j’ai laissé Cassian s’éloigner de moi, je crois qu’il souhaite réparer une erreur… Mais quelle erreur au juste? Je me le demande bien. Parfois notre bonheur, causé par une infime action ou erreur peut sembler être source de tracas.

    J’applique le même traitement à ma jambe de pantalon gauche et me redresse en le voyant revenir avec un objet similaire à celui qui a terminé sa vie dans le sable. Et dont le contenu s’est peu à peu dilapidé au fil des vagues lentes et à nouveau plus calmes.

    Je secoue négativement la tête, je devrais lui dire qu’il n’a pas à autant s’inquiéter. Je lui ai dit, tant que je n’ai pas des cornes et autres fantaisies qui me poussent sur le crâne, moi cet effet me va parfaitement.

    Seulement… Je commence à douter en voyant son expression plutôt surprise. Quoi que, peut-être embêtée?

    " Quoi? "

    Par réflexe mes mains viennent se plaquer sur le haut de mon torse et l’autre sur mon visage, je tâte ma mâchoire, mes joues, mon nez et remonte ainsi jusqu’au front puis au niveau de mon crâne. Mais non, je ne sens rien, je ne vois rien. Ma hauteur reste la même et à part rester ainsi, surpris et commençant à sentir poindre en moi une certaine panique, je ne ressens rien.

    Je fouille mes poches rapidement, trouvant dans l’une d’elle mon portable que je secoue un peu pour faire disparaître quelques gouttes, derniers souvenirs de cette vague ayant bouffé notre tranquillité. La technologie a cette fragilité qui me fait douter, j’appuie sur le bouton et heureusement la luminosité change, sur l’écran apparaît l’heure et… rien d’autre. Je n’ai que peu de contacts ici alors pour m’attendrais-je à des messages hm?

    Je passe en mode photographie en faisant switcher l’écran de droite à gauche et inverse l’appareil photo pour qu’il soit tourné vers moi…. Comme une personnalité de la toile à la recherche d’une beauté filtrée, je surélève le téléphone au-dessus de moi, le principal détail me sautant aux yeux étant que je suis devenu aussi blond que les blés. Ma main glisse à travers ces mèches claires, certaines sont presque blanches. Comme si, en accord avec ma peau opaline, on avait décidé que j’allais devenir un vampire scandinave.

    " … Oh merde. "



    Ce n’est pas tant une horreur pour moi, mais surtout une énorme surprise que de constater un tel changement. Lorsqu’on se lève et croise tous les jours le même reflet dans le miroir, il est logique d’avoir une certaine réaction à pareil changement.

    Je remets l’écran au niveau de mon visage… Mon index et mon majeur viennent fouiller sous mon oeil, appuyant là où une cerne prononcée s’est formée. Tirant, agrandissant la partie blanche de mon globe oculaire. Mes pupilles sont désormais azur, aussi limpide que l’eau qui nous entourent.

    " Je croyais que ça devait simplement faire grandir? Pourquoi j’ai la tête d’un aryen? "

    J’incline le visage, dégageant ma vision de mon portable. Sans faire exprès mon doigt capture cet instant où mon physique semble bien différent mes références. Je pose mon regard sur mon interlocuteur, range mon portable et ses clichés volés dans ma poche. Si les conséquences de cette potion pouvaient s’arrêter à ce stade, je crois que cela serait m’irait parfaitement bien. Non pas que je n’aime pas cette blondeur aux teintes froides ni même mes perles devenues cristallines.

    D’ailleurs, la luminosité de la pièce m’oblige à plisser d’avantage les yeux pendant que je m’adresse au brun. Mon ton n’est pas encore celui du reproche, et je doute qu’il le devienne. Mes phalanges passent dans mes cheveux, comme si leur texture pouvait avoir changé. Une mèche me retombe dans l’oeil et je la discerne très distinctement blonde.

    " Combien de temps cette potion est-elle sensée durer au juste?.. Enfin, est-ce que tu sais ça? "

    Made by Urie Kaneki

    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 27
    × Avatar : Keith (Voltron)
    × Pouvoir : visions
    × Logement : Maison d'Ael
    × Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
    × Péripéties vécues : 6513
    × Øssements1046
    × Age IRL : 20 Autre
    × Inscription : 11/02/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le sans-surnom
    × DCs : Léandre / Brendan

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    68/100  (68/100)
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6513104620Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    avatar
    FLOODSHOOTER
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paperhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6513104620Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    ★ FLOODSHOOTER ★
    Terminé
    #22 le 15.07.17 23:37
    ABUS DE POTIONS ET DE LANCERS DE DÉS DANGEREUX POUR LES RPS


    1, 4 ▬ Bel et bien rétrécissement.
    2, 5 ▬ Rajeunissement.
    3, 6 ▬ Amnésie.
    Afficher toute la signature


    nothing hurts
    cause i'm nothing
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
    × Age post-mortem : 0
    × Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
    × Pouvoir : omnipotente
    × Péripéties vécues : 1960
    × Øssements1983
    × Age IRL : 0 Autre
    × Inscription : 15/03/2014

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    0/0  (0/0)
    0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente196019830Autre15/03/2014
    avatar
    maitre de la mort
    0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente196019830Autre15/03/2014
    maitre de la mort
    Terminé
    #23 le 15.07.17 23:37
    Le membre 'Cassian C. Sanders' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


    '6 FACES' :
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 27
    × Avatar : Keith (Voltron)
    × Pouvoir : visions
    × Logement : Maison d'Ael
    × Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
    × Péripéties vécues : 6513
    × Øssements1046
    × Age IRL : 20 Autre
    × Inscription : 11/02/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le sans-surnom
    × DCs : Léandre / Brendan

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    68/100  (68/100)
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6513104620Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    avatar
    FLOODSHOOTER
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paperhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6513104620Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    ★ FLOODSHOOTER ★
    Terminé
    #24 le 15.07.17 23:50

    baignade ensemble
    Le changement concernant la coloration n'avait pas été aussi drastique que la taille au premier abord puisque pour le moment, Urie ne prenait que quelques mèches blond platine avant de virer vers une couleur entièrement flave. Pour le moment, les yeux de Cassian n'en furent pas si alertés puisqu'il ne posa que cette simple question, de sorte à voir si la victime ne ressentait pas des effets plus fatals (à défaut de parler d'effets létaux puisqu'il était déjà mort). 
    Toutefois, plus les secondes s'égrenaient, plus les pétales anthracites furent cueillis par l'élixir pour finalement fleurir en une magnifique corolle blonde qui avait, il fallait le reconnaître, même du charme sur quelqu'un marqué par l'ethnie asiatique. 

    Sur le coup, le toujours brun ne sut s'il dû complimenter le transformé ou plutôt lui hurler dessus de sorte à trouver un remède finalement introuvable pour quelque chose de probablement irréversible. Son manque de réaction et de réponses poussèrent sans doute Urie à les trouver sur un appareil de plus grande confiance n'étant pas doté d'un cerveau humain. Pendant ce laps de temps, le zombie ne chercha pas à le contredire et l'empêcher de trouver des explications à sa première avance sur sa métamorphose. Il se contentait de fixer cette chevelure en perpétuelle transition qu'il ne faisait que mirer en plus de craindre.
    Avant de possiblement regarder dans un miroir plus potable (et portable) que l'eau qui devait être prévue à cet effet mais détériorée par le cadavre de la potion, le japonais porta ses mains sur plusieurs de ses membres pour établir un bilan qui ne fut pas assez concluant. Évidemment, il ne pouvait pas sentir cette différence hormis si la potion avait rendu par la même occasion ses cheveux plus soyeux, rêches ou gras. À priori pas quand le blond se décida à sortir son cellulaire pour basculer sur des applications avec tout de même les doigts mouillés et sans doute peu habiles pour naviguer sur une surface perméable.

    Lorsque la technologie lui fit comprendre la réalité, le jeune homme passa sa main dans ses cheveux transformés. Un peu comme si la texture ébène et vulgaire s'était transformé, il caressa ses mèches platines des doigts et les passa même dans chacun des creux faisant jointures entre ces derniers comme s'il s'agissait de quelque chose avoisinant la dentelle des vieux rideaux nostalgiques que peu de personnes aiment. Peut-être qu'Urie n'aimait pas cette couleur au vu de son juron mais il y avait de quoi être estomaqué lorsqu'on faisait face à une rencontre aussi inattendu que soi-même, appareillé d'une façon bien différente. Actuellement, on pouvait définir cette nouvelle personne comme le sosie d'Urie par rapport à son visage et sa peau mais pas le reste ; un peu comme s'il s'agissait d'une version nordique du japonais. Si Cassian avait été assez proche du blond, il en aurait ri mais tel n'était pas le cas pour le moment et il se garda de rire en placardant sur son visage une moue complètement indifférente ainsi que des lèvres si pincées qu'on aurait pu croire que cette situation le gavait autant que le sucre d'une meringue. Pour être plus précis, la situation le dépassait même s'il aurait dû s'attendre à ce que tous les accidents qu'il engendrait puissent devenir une forme d'habitude croquignolette. 

    Mais à l'instant, le dépassement le rendait plutôt penaud et Urie ne semblait pas être la bonne personne pour consoler un tel gamin qui se serait davantage excuser, si coupable de tant d'effets qu'au préalable, il n'avait même pas calculé. Après tout, il n'aurait pas dû se blâmer d'avoir fait tomber par mégarde une potion de ce genre dans l'eau. Mais le profil d'Urie déstabilisa plus le garçon pour qu'il puisse porter une telle aisance de sorte à balayer sa culpabilité. Avant de répondre, il jeta une ultime fois son regard anthracite dans les vagues qui étaient devenues une écume bien insalubre et dans laquelle ils osaient encore trempés leur pied. Les pans de son pantalon étaient arrosés par une mousse blanche rappelant le champagne, néanmoins, il chercha tout de même à en faire des plis à son tour, inutilement puisque trop tard, ou plutôt pour gagner du temps avant de lui répondre bêtement. Puis, sans se relever, le dos dans sa position initiale mais la tête toujours déçue, il prit une grande inspiration avant de déclarer quelque chose d'encore plus futile que sa précédente action :

    — Je n'en ai pas la moindre idée... Comme je te l'ai dit, j'utilise jamais cette potion. Mon pote est blond aux yeux bleus. Enfin, naturellement, je crois. Je ne le vois pas assez pour confirmer à cent pourcents.

    À ceci, Urie ne semblait davantage satisfait puisqu'il plissa les yeux. Si Cassian voulut se rassurer en prétextant que la couleur claire de ses yeux — il ne les avait pas assez regardés au préalable pour en déterminer la couleur mais maintenant, ils détonnaient de milles eaux mystérieuses — atteignait sa vision, il demeura tout de même suspect sur le fait que son interlocuteur puisse être mécontent de cette situation. Il adopta donc une posture défensive mais pas trop en alignant les bras le long de son abdomen et non pas contre sa poitrine, flottant à peine alors que le vent artificiel faisait valser son T-shirt. Cela dit, seuls des preuves pouvaient le dédouaner.

    — En général mes potions pour l'odeur durent douze heures heures et pas plus.

    Il écarquilla les yeux aussitôt qu'il avait prononcé cette phrase qui n'aurait jamais dû naître et replia davantage ses bras comme des tiges de verveine, censées calmer maux de ventre ou plutôt maux de langue. L'appui qu'il fit sur son bas ventre le força à imiter un rire requis mais jaune.

    — Enfin, c'est surtout des potions du genre parfum dont je parle, hein ! Aujourd'hui je n'en ai pas mis d'ailleurs. Je ne t'en propose pas, vu les catastrophes, je suppose que tu n'es pas tenté.

    L'habitué de potions cessa son rire et balança une nouvelle fois ses bras, toujours gêné par cet événement inexplicable. Le mieux serait d'aller voir son ami mais Cassian doutait que ce dernier veuille vraiment l'aider sachant qu'il ait ruiné sa potion dans une mare d'eau dû à son inattention. Il soupira et se résigna, décidant d'en prendre les responsabilités qu'il n'acceptait pas souvent. 
    Pourquoi ? Parce qu'elles étaient lourdes et chères à porter si elles s'aggravaient. En l'occurrence, si le problème persistait, Urie aurait réellement besoin de cette potion de rétrécissement et d'une autre en plus.

    — Enfin t'en fais pas, si ça persiste il y a des potions pour se teindre les cheveux. J'en ai déjà utilisé. Je peux te la payer même si tu n'as pas la thune.

    Il regarda la fiole qu'il tenait encore dans les mains et la déboucha. Urie ne semblait pas lui faire confiance. Devenu trop gentil, il demeurait ainsi comme Pom : Amical mais avec une grande méfiance pour le brun qui le rendait quelque part acerbe. Probablement qu'Urie n'était pas satisfait des tours de passe-passe du zombie et ne voulait pas se fier à pire. Le garçon se mit à sourire pour chercher cette pointe de gentillesse.

    — Enfin tu es sûr pour la potion de rétrécissement ? Non celle-là, je peux te garantir, y a rien de mauvais ! Bon par contre pas trop de gouttes...

    Il scruta dans le regard azuré du blond pour y trouver au moins une parcelle de croyance mais c'était un échec. Urie semblait si froid même en ayant changé d'apparence. Le brun, quant à lui, sourcilla d'inquiétude avant de s'emparer du bouchon.

    — Bon attends, je te montre. Au moins, tu seras pas seul à tout subir, disons ça comme ça !

    Il dévissa le bouchon du goulot et ne but que cinq gouttes depuis le flacon qu'il versa avec précaution. L'effet opérait petit à petit de sorte à lui donner à peine dix-centimètres de moins.
    Afficher toute la signature


    nothing hurts
    cause i'm nothing
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 20 Masculin
    × Age post-mortem : 20
    × Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK de Babushka Hi-Hi
    × Appartement : Michalak
    × Métier : Second du roi des vampires
    × Péripéties vécues : 1043
    × Øssements3580
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 30/04/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le scolopendre
    × DCs : Alexiel Etsuko

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    20Masculin20Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK de Babushka Hi-HiMichalakSecond du roi des vampires1043358024Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
    avatar
    ●Prince of Vampires●
    Clopeur Nocturne

    http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kanekihttp://carnetspectral.pab
    20Masculin20Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK de Babushka Hi-HiMichalakSecond du roi des vampires1043358024Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
    ●Prince of Vampires●Clopeur Nocturne
    Terminé
    #25 le 19.07.17 1:30

    Clapotis étouffés

    - Du Curie, quelle bonne idée! -


    Et comme je le pensais le brun face à moi n’avait pas la moindre idée de ce qui était en train de se passer avec mon physique. Enfin, concernant la partie cheveux et yeux tout du moins. La taille paraissait logique et je n’en étais clairement pas mécontent. D’où le sourire persistant sur mes lèvres.

    Une idée me vient, je ressors mon portable - va savoir pourquoi -. Je tape un message de quelques mots à peine et joints une photographie de ma tronche que j’ai pris à peine sans faire exprès. Je sais pas, j’ai envie de le troller en ce moment, ça fait longtemps qu’on ne s’est pas croisé. Je lui ferai croire que j’ai pas que des mecs flippants qui invoquent ma mort sur les réseaux sociaux.

    Cass’ m’indique la durée normale des potions, je suis peut-être trop obnubilé par le terme potion car je relève peine le mot « odeur ». Devrais-je le relever? Je relève la tête de mon écran garde le portable à la main. Si je le relève c’est parce que tu as une façon de te reprendre qui me laisse perplexe. Des potions de parfum?.. Sérieusement, ils font vraiment tout et n’importe quoi. Un vrai jeu RPG.

    Ton attitude semble nerveuse et je crois même t’avoir vu rougir. Est-ce que mon changement d’apparence a essuyé ces yeux froids que tu m’as adressé tout à l’heure? Je n’ai pas encore conscience de mes nouveaux attributs physiques mais ces derniers réveillent en moi quelque chose d’amusant. J’ai ce côté un peu joueur et ces derniers temps je n’avais pas vraiment la tête à ça.

    Mon portable vibre, je vérifie l’information et réponds tout en secouant négativement la tête à la question de Cassian. Mon sourire s’est allongé, d’amusé il est passé à intéressé.

    " Pour de vrai, si ça se stoppe à ça ça ne me dérange qu’à peine… Pour les cheveux je trouverai une autre solution. Je ne suis pas encore habitué aux potions et… Je ne sais pas " - j’hausse les épaules, cherchant à formuler ma phrase, exprimer ma pensée quant à toutes ces choses magiques qui existent ici. -" Je n’arrive pas à me fier à ça, ça me semble peu réel. "

    Je conclus en me grattant la nuque, esquissant à nouveau un sourire bien qu’un peu amer. Un ton proche de la confidence peut-être. A peine.

    " Je suis arrivé il y a peu, c’est sûrement le temps de m’habituer qui sait. "

    Et c’est peut-être pour me rassurer que le brun était en train de dévisser une petite fiole en me disant qu’il allait me montrer… Me montrer quoi? Je cligne des yeux, à ces mots j’attends un geste mais pas celui-ci. Lorsque la pipette se présente au-dessus de sa bouche mes yeux deviennent aussi ronds que des billes.

    " Mais fais pas ça! "

    Je fais un pas en avant, me rapprochant de lui subitement. Ma main est venue attraper la sienne pour le faire arrêter, seulement des gouttes s’étaient déjà poser sur la langue de Cassian. A ce stade, à part lui montrer cette certaine peur que je ressentais vis-à-vis des mélanges et autres potions, je ne peux rien faire d’autre. Si ce n’est le voir rétrécir d’une petite dizaine de centimètres. Son poignet est toujours logé entre mes doigts et je le surplombe.

    " … T’étais pas obligé de faire ça tu sais? Maintenant t’es… vraiment pas grand. "

    Mon autre main libre a glissé le long de son menton, le forçant doucement à lui relever le visage. Regarde-moi, ce que tu viens de faire c'est vraiment débile.

    Je soupire doucement et me passe la main sur le visage, je souris un peu, peut-être amusé de la situation qui me semble surréaliste. Moi qui grandit, lui qui rapetisse.

    Je le fixe, dans son regard je lis un peu de surprise peut-être. Je me suis probablement rapproché trop vite et la distance est plus qu’incorrect pour quiconque se connaissant depuis à peine une heure. Je n’ai pas pour habitude de regarder vers le bas, ma nuque s’étire, mon visage au-dessus du sien.

    Ça a quelque chose de grisant, un léger frisson me parcourt. Je comprends mieux les airs prédateurs que peut revêtir Eden. Cela devient tellement plus simple lorsque le vis-à-vis fait une trentaine de centimètres en moins.

    Et pourtant…Je ne me déloge pas de là. Je sens mon portable vibrer dans ma poche à nouveau. Je détourne les yeux un bref instant et relâche son poignet. Je répondrai plus tard. Là quelque chose m’amuse, quelque chose me taquine et je crois que cela vient de ce nouveau point de vu. Une vingtaine de centimètres en plus ça vous change un homme. Ou plutôt, ça l’enhardi.

    Mon sourire autrefois enfantin est lentement passé à quelque chose de plus étiré, avec plus de sous-entendus. Pourquoi pas, après tout. L’atmosphère a changé, il le sent peut-être lui aussi, je ne le regarde plus avec la même curiosité. Une curiosité joueuse, comme serait celle d’un prédateur avec sa proie.

    Made by Urie Kaneki

    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 27
    × Avatar : Keith (Voltron)
    × Pouvoir : visions
    × Logement : Maison d'Ael
    × Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
    × Péripéties vécues : 6513
    × Øssements1046
    × Age IRL : 20 Autre
    × Inscription : 11/02/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le sans-surnom
    × DCs : Léandre / Brendan

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    68/100  (68/100)
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6513104620Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    avatar
    FLOODSHOOTER
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paperhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6513104620Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    ★ FLOODSHOOTER ★
    Terminé
    #26 le 19.07.17 22:39

    traque au trésor
    Sans soucier de ce que le brun aurait pu penser, Urie se mit à sortir de nouveau son cellulaire pour une toute autre raison puisqu'il se concentra plusieurs secondes sur l'écran voire une à deux minutes dessus. Lui ne semblait avoir aucun problème et le faisait naturellement alors que Cassian n'aurait pas souhaité dévier son regard sur un autre objet d'attention si ce n'était à la limite les vagues miroitantes à eux-mêmes ainsi que ce ciel qu'on avait pommelé en guise d'imitation pour des nuages d'habitude mobiles. Or, tout le décor de cette plage artificielle ne semblait pas être en mesure de reproduire le naturel d'une plage qui n'aurait été créé que par l'Histoire et non pas par des spectres. À l'image de ce lieu, les constructeurs comme les fréquentations du sable plus immonde de pas de chaussures boueuses que d'algues se montraient être aussi évolutifs. Après tout, regarder Urie taper sur l'écran de son smartphone n'avait rien de grandiose et pendant ce laps de temps, Cassian eut le temps de chercher la fiole, contempler le fond à défaut d'avoir mis une étiquette pour être certain du contenu, et la dévisser pour en boire quelques gouttes.

    Si Urie avait déjà commencé à user de son téléphone pour en faire un miroir et une messagerie, il devint aussitôt une industrie à sourire puisqu'il se mit à étirer ses lèvres dans une complexion tout a fait charmante qui ne déplut pas du tout au jeune homme, moins loquace sur ses émotions pour s part cela dit, gardant cette attitude inexorable qui n'allait pas avec son ébranlement d'opinions. Si ses émotions ne s'étaient que concentrés sur un fard rosé, cela ne voulait pas pourtant dire que Cassian ne ressentait aucune chaleur face à l'émotion qu'il sut très facilement expliqué sans pour autant l'énoncer à son interlocuteur. Il était gêné d'en parler mais, justement, ce malaise renforçait le blush sur ses joues pour le rendre maintenant rougeoyant. Finalement, ce n'était pas autant un handicap que ça que le japonais se serve de son cellulaire si ça pouvait l'aider à s'exprimer comme le faisait tous les jeunes actuellement. À distance.

    Néanmoins, Urie ne semblait pas encore être assez distant bien que la technologie avait pris quelques instants de leur contact humain ainsi que de leur sociabilité authentique en elle-même ; à croire que les plus adultes avaient raison sur les technologies d'aujourd'hui, comme quoi, elles étaient plus impersonnelles qu'une lettre manuscrite. Bon adolescent sans doute, le japonais voulut se rebeller et argumenter par une attention désormais plus pointilleuse lorsque le flacon et son goulot se portèrent sur la langue du garçon maintenant rétrécit d'une dizaine de centimètres.
    Pour qu'Urie puisse réagir de cette façon, peut-être regrettait-il un second fracas qui aurait pu l'impacter par des postillons de potions. Même si Cassian eut finit de boire, il lui empoigna clairement le poignet pour l'empêcher de boire plus ce qu'il ne comptait pas faire tout de même. Cet homme lui reprochait maintenant, comme beaucoup de monde, d'agir avec stupidité plutôt qu'avec audace ou mûre réflexion. Il aurait pu être vexé mais ce reproche fait par Toulouze ou Pom ne l'atteignait quasiment pas comme le contact physique qui aurait pu être gênant ne le fit même pas frissonner. Comme si tout cela devenait et était anodin.
    En tout cas, ça l'était pour l'américain mais peut-être pas pour autrui qui demandait certainement des explications :

    — C'est parce que t'as peur des potions. Mais l'effet n'est que temporaire en règle générale. Enfin, perso, j'ai jamais eu de problèmes majeurs.

    Il rangea la potion encore pleine dans une de ses poches de pantalon qu'il portait pour sa part, encore. N'ayant pas pris le feu mais plutôt l'eau, il semblait que le vêtement avait lui aussi gagné des centimètres comme Urie grâce à la relativité des tailles.

    Probablement, la relativité et la banalité des choses furent des raisons pour qu'Urie puisse devenir bien plus entreprenant. Ses doigts qui s'étaient noués autour du poignet plus osseux du zombie ne serrèrent point la sangle mais s'entremêlèrent dans l'écart entre ses doigts d'une fiole que Cassian chercha habilement à remettre dans son autre main pour éviter un autre raz-de-marée non désiré de potions sur Urie ou même sur lui. Encore, les phalanges plongés dans les creux de la main ne le dérangeaient pas assez mais le japonais vint à relever la tête du rétréci d'une façon aussi humiliante mais outrageusement romantique. Nul n'aurait suspecter que prendre cette potion aurait été plus efficace qu'une fiole d'amour faite d'aphrodisiaques tel que du gingembre ou autre : Perdre ou gagner des centimètres se révélait être la nouvelle tendance en matière de flirt pour que les joues du zombie puissent hurler d'une honte violacée.
    Le jeune homme prit soin de garder quelques secondes de sorte à respecter le choix d'Urie de le retenir ainsi mais la crise était telle qu'il dévia son visage au bout de quelques secondes même si le blond avait déjà ôté ses doigts de sa main ainsi que de son fin menton anguleux.

    Toutefois, si on aurait pu penser que seul Cassian trouvait ce phénomène peu étrange, Urie était à priori du même avis, ne défaisant absolument pas le contact qu'il y avait entre eux. La proximité qu'il avait eu avec Shirley dans un placard ne l'avait pas dérangé jusqu'à tant que cela devienne promiscuité. Shirley avait été assez respectueuse pour ça, par chance, mais, à présent, on parlait d'un autre spécimen.
    Le zombie ne sut vraiment quel parti prendre le mécontentement d'une intimité volée et la satisfaction d'un rapprochement affectueux. Il préféra donc employer une solution qui lui permettrait d'en dégager l'opinion d'Urie.

    — Je... Ahah, il gloussa de manière tellement niaise ce qui avoua qu'il avait succombé au charme, j'ai quelque chose sur le visage ? Il m'ait arrivé quelque chose, c'est ça ?

    Il ne ressentait rien hormis cette gêne qui lui brûlait complètement les pommettes à lui en donner de la fièvre mais maintenant aussi les yeux car sa hauteur ne lui permettait que d'atteindre à peine la poitrine du japonais exposé. Plus vivace qu'une libellule, ses yeux s'éclipsèrent plus bas mais il ne vit que les abdominaux de cet apparent sportif. Jusque là, il avait décidé de ne pas le noter mais très clairement, ce type avait pris des allures de surfeur insoupçonné.
    Il n'était pas bête au point de ne pas comprendre le regard qui le fixait. Ce n'était pas du jugement, heureusement, mais il ne sut le ranger dans une case. Etait ce bon ou mauvais ? Dangereux ou tentant ?

    — On sait jamais.

    En guise d'approche pour tenter de déceler ça, le garçon bascula sa fiole sur la main plus calleuse et brutale du blond. Ses doigts frôlèrent sa peau pour qu'il puisse la sentir sur le bout de ses ongles comme sur la partie la plus charnue des doigts. Mais il ne repéra rien, un peu boudeur maintenant de ne pas être assez compétent pour voir cela.
    Afficher toute la signature


    nothing hurts
    cause i'm nothing
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 20 Masculin
    × Age post-mortem : 20
    × Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK de Babushka Hi-Hi
    × Appartement : Michalak
    × Métier : Second du roi des vampires
    × Péripéties vécues : 1043
    × Øssements3580
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 30/04/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le scolopendre
    × DCs : Alexiel Etsuko

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    20Masculin20Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK de Babushka Hi-HiMichalakSecond du roi des vampires1043358024Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
    avatar
    ●Prince of Vampires●
    Clopeur Nocturne

    http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kanekihttp://carnetspectral.pab
    20Masculin20Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK de Babushka Hi-HiMichalakSecond du roi des vampires1043358024Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
    ●Prince of Vampires●Clopeur Nocturne
    Terminé
    #27 le 22.07.17 18:38

    Clapotis étouffés

    - Du Curie, quelle bonne idée! -


    Tu auras beau dire tout ce que tu veux, mon avis est presque foutrement définitif sur la question des potions. C’est loin d’être naturel et… Non, c’est beaucoup trop dément pour que je puisse le prendre au sérieux encore. Jusque là je ne me suis frotté qu’aux potions de soin, les dragées aussi… Les dragées c’était vraiment n’importe quoi en y repensant. Bien que, la fin de cette épopée improbable avec @Eden Indentshi avait été… Riche en sensations. Ce souvenir me fait faiblement hocher la tête de gauche à droite. Je sens une nouvelle vibration dans ma poche. M’arrachant un sourire que mon vis-à-vis ne peut sûrement pas comprendre.

    En attendant, il y a face à moi ce brun dont les vêtements trempés lui collent désespérément à la peau. Quant à moi, torse nu, j’ai déjà séché, sous le coup du fond de l’air que je trouve toujours aussi brûlant.

    Il détourne le regard et cela me conforte un peu dans mon envie de le taquiner. La chaleur ambiante m’échauffe doucement les sens ou est-ce les mots que j’ai lu sur l’écran de mon portable? Va savoir.

    Le brun est clairement mal à l’aise face à moi et mon silence. La proximité sûrement, le fait que je sois subitement devenu tactile aussi. Qu’est-ce que j’y peux moi, si j’ai des allures de prédateur face à quelqu’un d’aussi chétif. Son air délicat me donne simplement l’envie de l’emmerder un peu, de m’amuser simplement et l’amener à détourner d’avantage le regard, à chercher d'avantage mon attention.

    J’aime avoir cette impression, non pas d’intimider, simplement de gêner, que l’on n’ose plus me regarder dans les yeux. Sauf avec lui. Lui sait soutenir mon regard et en réclame même bien plus. Je me mords la lèvre inférieure rien que d’y repenser. Tu fais vraiment chier à trop bosser… J’ai des besoins putain. Et toi tu sembles tellement désintéressé de la chose, reléguant sans mal au placard toute cette tension qui me dévore le corps. La prochaine fois que je te vois je te fais payer, je t’oblige clairement à prendre ton mal en patience et ployer le genou tellement t’en crèveras d’envie.

    Je m’excuse par avance si tu n’es qu’un moyen détourné pour me satisfaire de quelque chose devenu pesant Cass'. Dès lors que mon regard se repose sur toi tes pommettes on viré de couleur, m’indiquant avec facilité que j’ai touché quelque chose d’intéressant.

    Tu cherches à savoir, tente de te dérober? Non… Tu me jauges je crois. Je t’offre un simple sourire se voulant rassurant et pourtant, en proie à bien des sous-entendus. Ma tête secoue de gauche à droite doucement pour répondre à ta question.

    " Rien du tout, mais t’as vraiment l’air d’avoir chaud… "

    Je pose la question, faussement inquiet et surtout totalement conscient que ces rougeurs ne sont pas anodines. Le bout de mon index et de mon majeur vient frôler sa pommette droite. Ma paume s’y applique, mes doigts remontent dans ses cheveux pour retirer ces mèches humides qui lui tombent sur le visage. Je l’oblige lentement à incliner le visage en arrière pour croiser son regard et y plonger le mien devenu un peu plus enjôleur.

    Ça a quelque chose de distrayant de pouvoir faire ces gestes lorsque depuis toujours, on est la personne qui doit relever la tête.

    Le revers de mes doigts se plaque à nouveau contre sa joue, que je sens désormais brûlante.

    " Ça va Cassian? "

    Comme pour l’obliger à me délivrer un peu plus de son état, je pousse le vice avec cette question qui n’est pas le moins du monde désintéressée. Une sorte de mécanisme bien huilé, se terminant sur son nom dont j'appuie légèrement les syllabes. Ma voix s'approche de quelque chose de suave.

    De son autre main il opère un charmant stratagème qui m’amuse beaucoup. Je le suspecte d’essayer, de tester et surtout de comprendre ce qu’il se passe et je réponds du bout des doigts à cela.  Et j’y réponds. Consciencieusement, mes doigts frôlent les siens, le bout de mes ongles griffe tendrement sa paume et je porte, faussement, mon intérêt sur la fiole qu’il me donne. Détournant clairement mon attention de toi, mes yeux fixant ce que tu m’as mis entre les mains. Je n’ai pourtant pas bougé.

    Allez, viens me chercher un peu toi aussi, oblige-moi à poser mon regard sur toi. Je me doute que tu n’as pas autant de répondant que lui mais ça devrait aller. Je détaille l’intérieur de la fiole d’un oeil distrait, le liquide longe les parois transparentes. Qui pourrait penser que ce breuvage peut causer des changements physiques? Certainement pas moi.

    Je pousse un peu ma chance, abandonnant mon interlocuteur de toute mon attention. Vérifiant une dernière fois mon portable sur lequel j'écris un message avant de l'enfoncer dans ma poche avec une satisfaction terrible.

    Made by Urie Kaneki

    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 20 Masculin
    × Age post-mortem : 20
    × Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK de Babushka Hi-Hi
    × Appartement : Michalak
    × Métier : Second du roi des vampires
    × Péripéties vécues : 1043
    × Øssements3580
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 30/04/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le scolopendre
    × DCs : Alexiel Etsuko

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    20Masculin20Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK de Babushka Hi-HiMichalakSecond du roi des vampires1043358024Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
    avatar
    ●Prince of Vampires●
    Clopeur Nocturne

    http://www.peekaboo-rpg.com/t1802-urie-kanekihttp://carnetspectral.pab
    20Masculin20Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re / Levi Ackerman SnK de Babushka Hi-HiMichalakSecond du roi des vampires1043358024Féminin30/04/2017complètele scolopendreAlexiel Etsuko
    ●Prince of Vampires●Clopeur Nocturne
    Terminé
    #28 le 22.07.17 23:28

    Clapotis étouffés

    - Tirage de dés -


    Well :

    1) Mh
    2) ... *grogne*
    3) fuck.
    4) FUCK OFF

    Made by Urie Kaneki

    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
    × Age post-mortem : 0
    × Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
    × Pouvoir : omnipotente
    × Péripéties vécues : 1960
    × Øssements1983
    × Age IRL : 0 Autre
    × Inscription : 15/03/2014

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    0/0  (0/0)
    0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente196019830Autre15/03/2014
    avatar
    maitre de la mort
    0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente196019830Autre15/03/2014
    maitre de la mort
    Terminé
    #29 le 22.07.17 23:28
    Le membre 'Urie Kaneki' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


    '4 FACES' :
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 19 Masculin
    × Age post-mortem : 27
    × Avatar : Keith (Voltron)
    × Pouvoir : visions
    × Logement : Maison d'Ael
    × Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
    × Péripéties vécues : 6513
    × Øssements1046
    × Age IRL : 20 Autre
    × Inscription : 11/02/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le sans-surnom
    × DCs : Léandre / Brendan

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    68/100  (68/100)
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6513104620Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    avatar
    FLOODSHOOTER
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paperhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy
    19Masculin27Keith (Voltron)visionsMaison d'AelPetits boulots et sbire de Teodora6513104620Autre11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan
    ★ FLOODSHOOTER ★
    Terminé
    #30 le 23.07.17 9:58

    tentation dans les tréfonds
    Pour la forme, Urie arrivait à lui trouver des excuses qu'il serait incapable, dans le moment actuel, de dénicher depuis les décombres. Après tout, la couleur vermillon n'allant qu'en pire, ça ne guérissait pas non plus sa gêne générale et sa grande maladresse capable de faire et dire n'importe quoi. À l'écoute du japonais, il se tortillait tous de même sur tous, finalement, les frissons qui parcouraient son corps étant, bien entendu, de plaisir et non pas de froid. Cependant, il avait loin d'avoir chaud mais, encore une fois, ça semblait une bonne excuse pour expliquer sa fièvre avenante et ses couleurs phares. Les tremblements et la chair de poule pouvaient le trahir mais il tenta de les bloquer en positionnant sa main d'une poigne ferme autour de son poignet d'avant-bras de sorte à bloquer une circulation nocive et maladive capable de rendre son cadavre entier au stade de congélation.

    Ce fut donc ainsi qu'il se mit à mentir en acquiesçant de la tête qu'il présentait comme timide et interdite. Aucun mot pour mentir car ils étaient inutiles. Après tout, les mensonges l'étaient aussi. Le blond n'était pas assez bête mais même plutôt malin et lui apporter cette excuse... Non ça ne servait strictement rien si ce n'était prouver à Cassian qu'il était, à ce stade de gêne, pauvre à se sauver et que ses antagonistes telle que cette personne en face, était même plus habile à le protéger.
    En soi, ces disculpations inefficaces réussissaient tout de même à rendre, en plus de son embarras, le jeune homme plus proche de l'autre ; comme un cocon intime. Cette personne arrivait à comprendre. Pas tout évidemment car quasiment personne n'en était capable - et même pas Teodora qu'on aurait estimé comme la meilleure inspectrice de son employé - mais Urie était en marche pour ôter la couverture superficielle du zombie et, non pas en faire une analyse, mais s'accaparer ses propriétés qu'il jugerait malléables.

    Pour le moment, Urie semblait vouloir détailler et manipuler le physique bien obéissant du petit. Il ne tint mot lorsqu'il balança sa tête de sorte à le fixer. L'occiput partiellement renversé, il pouvait contempler les yeux plus océan que cette mer dans laquelle ils s'humidifiaient les pieds. Cependant, si la mer avait été violente, les orbes bleus restaient des puits voire pire, des tréfonds. La pomme d'Adam du jeune homme glissa dans le fond de sa trachée avant de remonter à sa surface. Sans potion pourtant, il demeurait statique voire ankylosé par ce qu'Urie entreprenait. Cassian n'avait rien de charmant et encore moins par cette taille trop juvénile mais, encore une fois, l'autre homme faisait presque le tour de son corps rien qu'à appréhender ses tendres joues puis dorloter ses cheveux pas encore secs. Ou peut-être que ce type avait des fantasmes sordides sur les petits et petites puisqu'en effet, il imposa au garçon de le regarder dominer par non seulement sa hauteur mais aussi sa force que Cassian ne refusa pas le moindre du monde.

    En fait, Urie était le maître de la situation. Il avait la baguette pour jeter l'esclandre ou le fouet pour jouer la sérendipité que Cassian n'aurait jamais soupçonné dans un tel instrument de torture. Peu à peu, il s'immisçait sur le corps chétif du garçon pour le privatiser. Sa langue était fourchue et venimeuse mais envoûtante ; elle donnait presque des ordres dans ses questions rhétoriques. Evidemment qu'il ne cherchait pas à savoir comment allait le jeune homme puisqu'il le savait à ses rougeurs passées mais vite revenues à la charge. La question n'avait comme but que d'attirer la victime dans ses filets par un détachement de syllabes rythmé et succulent. Les yeux bruns conquis, il les gardait toujours porté sur son voisin et à l'écoute de ce dernier.

    Il ne put se faire violence pour arrêter la douleur. Tendrement, il se mordit les lèvres et les exhiba de nouveau mais cette fois-ci, humides et avides, penchées pour Urie comme ses oreilles l'étaient déjà. Ses lèvres toujours entrouvertes pour évoquer quelque chose de désireux chez lui, elles ne purent cependant ce sentiment jaculatoire qui s'exprimait au fond de lui. Son coeur crevait sous tous les battements fous qui le régissait et des mites couraient dans son estomac. C'était désagréable mais le dégoût avait toujours un arrière-goût inexplicable de bon. Purement masochiste à se fourguer dans cette histoire, il ne savait pas du tout où ça allait le mener mais ça lui sortait déjà du quotidien et c'était en soi une immense occasion qu'il ne pouvait laisser filer.

    Cependant, le caractère onirique de la chose s'évada bien vite lorsqu'Urie sortit de nouveau ce problème à la communication. Les sourcils du brun rouspétèrent le propriétaire ainsi que la propriété. Il n'était pas une personne possessive mais quelqu'un d'intéressé qui se faisait peut-être avoir par un dragueur de service qui évacuait ses charmes juste par souci de besoin. Il roula des yeux avant de voir que l'application des messages était incrusté sur l'écran.
    Dans un élan incompris, le zombie déroba le téléphone des mains d'Urie et le verrouilla avant de le bloquer dans sa main.

    - Ne crois que ça soit de la jalousie mais si tu pouvais juste accorder de l'attention à tes interlocuteurs.

    Il utilisait l'impersonnel pour parler de généralité alors qu'il ne voulait juste pas se retrouver impliqué dans une postérieure accusation de possessivité. Cassian acceptait d'être utilisé si on en avait besoin comme il l'avait déjà fait pour Pom mais si on lui promettait de l'attention, c'est qu'il y avait de l'attention et affection qu'il méritait ne serait-ce qu'un peur. Sa taille n'aidait en rien ; il devint boudeur bien que toujours pris par la « chaleur ».

    - Surtout si t'es prêt à embrasser quelqu'un, c'est pas si cool pour lui d'avoir quelqu'un accrocher à son portable.

    Quelle audace ! Encore une fois, il restait toujours si impersonnel pour ne pas s'impliquer et de sorte à se retrouver comme celui étant le désireux. Urie semblait vouloir aller plus loin et était celui qui avait entamer la procédure. Cassian avait juste accepter et ne proposer rien. Du moins, il ne les présentait qu'implicitement pour qu'il soit désigné seulement comme victime du charme et non pas comme le charmeur.

    Le téléphone plus loin, il le rangea dans sa poche arrière de son pantalon. Légèrement vexé, il repartit en direction de son campement de fortune qui se situait près d'un rocher, les poings serrés.
    Afficher toute la signature


    nothing hurts
    cause i'm nothing
    Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires