If cats could talk, they wouldn't (ft. Angel)

    #le 30.05.17 22:11

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 24 Transgenre
    × Age post-mortem : 55
    × Avatar : Made by Raven
    × Appartement : Pucca
    × Péripéties vécues : 49
    × Øssements 110
    × Age IRL : 18 Féminin
    × Inscription : 18/03/2017
    × Présence : complète
    × DCs : Lynn Ahern
    lémure
    lémure

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    13/15  (13/15)
    24 Transgenre 55 Made by Raven Pucca 49 110 18 Féminin 18/03/2017 complète Lynn Ahern

    「If cats could talk, they wouldn't 」

    Ekaïtz et Angel
    Quand je m’étais levé ce matin là, le ciel était gris et de gros nuages noirs menaçaient de déverser une averse glaciale sur Tokyo. Pourtant, je m’étais préparé, avais pris un petit déjeuner assez léger et étais sorti faire mon jogging habituel. La pluie ne me faisait pas peur, un peu d’eau n’avait jamais tué personne et puis ce n’était pas un rhume qui me fera rester au lit. J’avais donc enfilé mes baskets et étais sortis dans les rues tokyoïtes. Malgré l’orage qui s’annonçait, il ne faisait pas froid dehors, il faisait même bon et j’avais bien couru cinq bon kilomètres quand les premières gouttes s’étaient mises à tomber. J’avais donc commencé à faire demi-tour et c’est complètement trempé que j’étais revenu à l’agence. Ce n’est qu’une fois le pied à l’intérieur que j’avais retiré mon sweat-shirt dégoulinant d'eau de pluie, ne me laissant qu’en T-shirt légèrement humide. Mes chaussures laissaient des traces sur le sol et mon pantalon goûtait, génial. Je n’avais qu’une envie, rentrer à l’appart et prendre un bain chaud.
    C’est en me dirigeant vers l’escalier que j’entendis ce miaulement. Il était tellement léger que je pensais un moment l’avoir imaginé et pourtant, face à moi, sur les premières marches de l’escalier, se trouvait un chat. Il était sagement assis et semblait être sans son maître, sans maître tout court à vrai dire. Il semblait que ce chat et moi étions les seuls présents dans le couloir. Je m’approchai donc, doucement, les mains tendus vers l’animal.

    - Salut toi. Tu es tout seul ?

    Il me répondit par un miaulement avant de gracieusement se lever et descendre les marches. Je le suivis d’un pas rapide, ne voulant pas qu’il ne se perde dans l’agence. Je ne comptais pas le mettre dehors, notamment à cause de la pluie mais surtout parce-que je ne voulais pas qu’il devienne un vulgaire chat de gouttière. Je pensais plutôt à le ramener dans mon appartement et j’aviserais après.
    Une fois en bas des marches, je le vis au bout du couloir, assis, se léchant la patte droite.

    - Viens-là minou.

    Une fois de plus, je tentai de m’approcher de lui mais cette fois, au lieu de s’enfuir de nouveau, il feula et me sauta dessus, griffes dehors. M’attendant à tout sauf à ça, je tombai en arrière en poussant un cris. L’animal était sur moi et me crachait dessus en poussant des miaulements tout sauf amicaux. Ses pattes me griffaient les bras que j’utilisais comme bouclier pour mon visage et j’avais beau le repousser, il revenait à la charge à chaque fois. Voyant qu'il n'était pas prêt de se calmer si je ne faisais pas quelque chose, je tentai de l’attraper par la peau du cou. Ce n’est qu’après de nombreux échecs que je réussis à l’attraper et à le tenir loin de moi. Il se débattit pendant un moment, avant de totalement se calmer et de se mettre à miauler. Je regardais mes bras, parsemés de griffures sanguinolentes et soufflai avant de me relever, toujours en tenant cette bête loin de mon visage. Et là, face à moi, se trouvait un de mes voisins - dont la tête m'était totalement inconnu - il observait juste la scène, sans bouger. Je lui tendis l'animal avant de sèchement lui demander :

    - C'est ton chat ?

    #le 04.06.17 20:15

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 16 Autre
    × Age post-mortem : 27
    × Avatar : Yuri Plisetsky (YOI)
    × Appartement : Bozo
    × Métier : emmerdeur·se professionnel·le & vendeur·se à mi-temps dans une animalerie
    × Péripéties vécues : 1498
    × Øssements 730
    × Age IRL : 15 Féminin
    × Inscription : 02/04/2017
    × Présence : complète
    × DCs : Haru Miyamoto
    zombie
    zombie

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    0/100  (0/100)
    16 Autre 27 Yuri Plisetsky (YOI) Bozo emmerdeur·se professionnel·le & vendeur·se à mi-temps dans une animalerie 1498 730 15 Féminin 02/04/2017 complète Haru Miyamoto
    If cats could talk, they wouldn't
    Affalé de tout son long sur son grand lit deux places, Angel s'ennuyait. Dehors, il pleuvait à verse. Ce n'était pas ça qui l'aurait empêché de sortir s'il en avait eu envie. Il savait se servir d'un parapluie. Mais c'était un de ces jours où il n'avait envie de rien, où la flemme le réduisait à l'état de larve, un de ces jours où le simple fait de se lever et de s'habiller lui paraissait insurmontable. Il jeta un coup d’œil à son téléphone portable. Quelques notifications, mais rien d'intéressant. Il le reposa à côté de lui avec un soupir. Sur sa table de chevet traînaient quelques livres, mais la lecture demandait une certaine concentration que le jeune homme n'avait aucune envie de fournir. En définitive, la seule chose qu'il pouvait faire sans le moindre effort, c'était écouter de la musique. Ce qu'il faisait depuis qu'il était réveillé. Il avait déjà ses écouteurs dans ses oreilles lorsqu'un miaulement plaintif vint s'y glisser. Angel savait ce que cela signifiait : Cléopâtre avait faim. Impossible de la faire patienter.

    Avec une mauvaise volonté évidente, le britannique se leva et se dirigea vers la cuisine pour remplir la gamelle de son chat de croquettes haut de gamme, les seules qu'elle acceptait de manger. Dans un bruissement feutré, à peine audible, une silhouette féline se frotta furtivement contre sa jambe. Angel croisa les bras et la fixa du regard.

    — Allez, va manger.

    L'animal ne bougea pas d'un centimètre. Son maître leva les yeux au ciel, ou plutôt au plafond. Un visage de clown souriant y était peint. La déco de cet appartement était décidément affreuse. Cléopâtre ne semblait toujours pas accorder d’intérêt au contenu de sa gamelle. Et lorsqu'elle finit par se décider à bouger, ce fut pour courir vers la porte d'entrée... qui était entrouverte, la dernière personne à être sortie l'ayant apparemment oubliée. L'instant d'après, la chatte avait disparu.

    — Fais chier.

    Poursuivre un chat dans les couloirs de l'Agence en pyjama, Angel n'aurait vraiment pas pu rêver mieux pour occuper cette matinée oisive. Plus maussade que jamais, il prit seulement le temps d'enfiler le premier sweat-shirt qui lui tomba sous la main avant de sortir à son tour, pour tomber sur une scène plutôt insolite : un homme aux bras couverts de griffures, tenant à bout de bras un chat aux poils hérissés.

    — C'est ton chat ? lui demanda le type en question d'un ton plutôt sec, en japonais.

    Angel le regarda d'un air impassible et répondit dans la même langue, avec un accent britannique prononcé.

    — Ouais.

    Il s'avança pour récupérer la chatte, qu'il se mit à caresser en lui parlant doucement, en anglais cette fois.

    — T'as eu peur, hein ? Bah oui, trouillarde. Fallait pas sortir de l'appartement toute seule comme ça. Tu ne te souviens pas ce qui t'es arrivé la dernière fois ?
    ft. Ekaïtz


    ✩LOOK AT ME
    don't you think I'm pretty ?

    #le 08.06.17 15:06

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 24 Transgenre
    × Age post-mortem : 55
    × Avatar : Made by Raven
    × Appartement : Pucca
    × Péripéties vécues : 49
    × Øssements 110
    × Age IRL : 18 Féminin
    × Inscription : 18/03/2017
    × Présence : complète
    × DCs : Lynn Ahern
    lémure
    lémure

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    13/15  (13/15)
    24 Transgenre 55 Made by Raven Pucca 49 110 18 Féminin 18/03/2017 complète Lynn Ahern

    「If cats could talk, they wouldn't 」

    Ekaïtz et Angel
    Je me relevai en grimaçant, la douleur arrivait enfin et c’était évidemment tout sauf agréable. Comme si cela ne suffisait pas, une fois debout, je manquai de glisser sur les flaques d’eau que mon pantalon avait formé lorsque je m’étais débattu mais me rattrapai de justesse.

    - T'as eu peur, hein ?  

    N’ayant pas remarqué qu’il s’était adressé à son chat, j’ouvris la bouche pour lui répondre que oui et que j’avais bien failli perdre un œil avant de remarquer qu’il ne me regardait même pas et qu’il se contentait de câliner son chat avant d’ajouter toujours en anglais :

    - Bah oui, trouillarde. Fallait pas sortir de l'appartement toute seule comme ça. Tu ne te souviens pas ce qui t'es arrivé la dernière fois ?

    Je le fixai du regard, médusé. Est-ce qu’il était sérieux ? Même pas un “ je suis désolé que mon chat aie failli t’éborgner “ ? Il aurait au moins pu faire l’effort de ne juste pas m’ignorer. Je toussotai donc, histoire de signaler ma présence avant de lui dire, assez froidement :

    - Sinon, oui je vais bien.

    Je lui avais répondu également en anglais mais contrairement à lui, j'avais un accent espagnol assez prononcé. Je pointai du doigt le félin qui ronronnait tranquillement dans les bras de son maître.

    - Il est assez violent ton animal quand même, évite qu’il ne traîne dans les couloirs la prochaine fois. On ne sait jamais, une personne ayant de bonnes attentions pourrait peut-être perdre un œil.

    Observant mes bras, je grimaçai en voyant les nombreuses griffures que ce chat m’avait laissé. Génial, j’étais prêt à enrouler mes bras de bandages après les avoir passer sur un robinet de désinfectant. Je râlai intérieurement à l’idée de ressembler à une momie, déjà que mes doigts étaient dignes de ceux d’un mort-vivant. Mais mon regard se posa sur lui et son chat et je compris qu’il devait beaucoup l’aimer et inversement. Je ne savais que trop bien ce que c’était de perdre un animal de compagnie que l’on aimait énormément et bien que je n’avais aucune sympathie pour ce duo, je ne souhaitais en aucun cas qu’il arrive malheur à ce chat.

    - Plus sérieusement, fais vraiment attention. Tu n’aimerais pas qu’il lui arrive quelque chose. Si elle venait encore à attaquer quelqu’un, elle peut risquer de tomber sur une personne bien plus méchante que moi et cette fois, elle pourrait ne pas en ressortir indemne. Tu me diras, ce n'est pas comme si elle pouvait mourir une seconde fois mais quand même.

    #le 19.06.17 14:45

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 16 Autre
    × Age post-mortem : 27
    × Avatar : Yuri Plisetsky (YOI)
    × Appartement : Bozo
    × Métier : emmerdeur·se professionnel·le & vendeur·se à mi-temps dans une animalerie
    × Péripéties vécues : 1498
    × Øssements 730
    × Age IRL : 15 Féminin
    × Inscription : 02/04/2017
    × Présence : complète
    × DCs : Haru Miyamoto
    zombie
    zombie

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    0/100  (0/100)
    16 Autre 27 Yuri Plisetsky (YOI) Bozo emmerdeur·se professionnel·le & vendeur·se à mi-temps dans une animalerie 1498 730 15 Féminin 02/04/2017 complète Haru Miyamoto
    If cats could talk, they wouldn't
    Angel affichait un air mécontent, mais il avait une bien drôle de façon de gronder son chat, le serrant dans ses bras et lui grattant affectueusement la tête. Il ne prêtait pas la moindre attention au jeune homme trempé et couvert d'égratignures qui se tenait devant lui.

    — Sinon, oui je vais bien, lança ce dernier avec froideur, en anglais cette fois.

    Le blond ne leva même pas la tête.

    —  Il est assez violent ton animal quand même, évite qu’il ne traîne dans les couloirs la prochaine fois. On ne sait jamais, une personne ayant de bonnes attentions pourrait peut-être perdre un œil.

    Cette fois, Angel daigna jeter un regard en direction de celui qui lui parlait. Un regard quelque peu condescendant, certes, mais un regard tout de même.

    — Cléo n'est pas violente. Si elle t'a attaqué, c'est probablement parce qu'elle ne t'aime pas.

    Comme pour approuver, la chatte se mit à ronronner. Elle n'avait plus rien à voir avec l'animal furieux aux poils hérissés et aux griffes sorties qu'elle était encore une minute auparavant. Difficile de croire que c'était bien elle qui avait causé les nombreuses traînées sanglantes sur les bras du brun. L'anglais le détailla de haut en bas, depuis son visage à la mâchoire carrée jusqu'aux chevilles minces dépassant de ses chaussures de sport. Il était plus grand que lui de quelques centimètres. Intérieurement, Angel se dit que cet homme aurait pu être beau s'il n'avait pas été aussi maigre. Mais là, il était plus proche du squelette que de l'être humain.

    —  Plus sérieusement, fais vraiment attention. Tu n’aimerais pas qu’il lui arrive quelque chose. Si elle venait encore à attaquer quelqu’un, elle peut risquer de tomber sur une personne bien plus méchante que moi et cette fois, elle pourrait ne pas en ressortir indemne. Tu me diras, ce n'est pas comme si elle pouvait mourir une seconde fois mais quand même.

    Le blond haussa les sourcils. Qu'est-ce qui lui prenait, à ce type ? Il venait de se faire déchiqueter les bras par Cléopâtre et il s'inquiétait pour elle ? Incroyable. Il y avait vraiment des gens bizarres dans le monde  des morts.

    — De quoi tu te mêles ? Je ne t'ai rien demandé, que je sache. J'ai pas besoin de conseils pour quoi que ce soit, et encore moins pour faire attention à elle.

    Angel tenait beaucoup trop à la petite chatte birmane pour risque de la mettre en danger. Cela faisait des années qu'elle lui tenait compagnie lorsqu'il se sentait seul, lui procurant la douceur et la sérénité qu'il recherchait. Il se sentait plus attachée à elle qu'à la majorité des êtres humains. Alors, pourquoi je n'ai pas fait attention ? Pourquoi je l'ai laissée sortir, en sachant pertinemment que les inconnus la terrifient ? Quel idiot... Il enfouit ses doigts dans la douce fourrure de la chatte. Celle-ci avait cessée de ronronner, peut-être parce qu'elle sentait que son maître était tendu ou bien simplement parce qu'il avait cessé de la caresser. Si le brun maigrichon avait essayé de le faire culpabiliser, c'était réussi. Mais plutôt que de s'excuser, Angel préféra répliquer en l'accusant, bien qu'il n'eût aucune preuve de ce qu'il avançait.

    — De toute façon, c'est entièrement ta faute si tu es dans cet état-là. Cléo n'attaque pas les gens sans raison. Qu'est-ce que tu lui as fait pour qu'elle t'en veuille autant ?

    Ce n'était pas vraiment un mensonge. La raison pour laquelle Cléopâtre attaquait les gens, c'était parce qu'elle ne supportait pas que des inconnus  - en particulier des hommes - la touchent. Cela lui flanquait une peur bleue. Sa phobie, car indéniablement c'en était une, était probablement lié à des événements de son ancienne vie, qu'Angel ne le découvrirait jamais puisqu'il ne pouvait pas le lui demander. Et c'était tant mieux, au fond : il n'avait pas envie de découvrir quelles horreurs sa chatte avait subi pour en garder de telles séquelles.
    ft. Ekaïtz


    ✩LOOK AT ME
    don't you think I'm pretty ?

    nos partenaires