Terminé #1 le 24.05.17 14:21

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Féminin
× Age post-mortem : 68
× Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
× Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
× Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
× Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
× Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1583
× Øssements 1006
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 21/12/2016
× Présence : actuellement absent(e)
× Surnom : le cockatiel
× DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
Forever Eulone ~
http://www.peekaboo-rpg.com/t1218-ael-shanks http://www.peekaboo-rpg.com/t1260-le-carnet-d-ael#22064

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Féminin
× Age post-mortem : 68
× Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
× Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
× Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
× Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
× Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1583
× Øssements 1006
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 21/12/2016
× Présence : actuellement absent(e)
× Surnom : le cockatiel
× DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
Forever Eulone ~

Ael x Tou x Ere
L'évolution d'Ael - Partie 2.



Encore une bonne nuit passée à la maison. J’aimais tellement cet endroit, j’avais bien fait de m’installer ici. Le lieu était tellement calme et pourtant proche de tout. C’était apaisant d’être entourée de verdure en plein milieu d’une ville aussi grande et mouvementée que Tokyo. Ici, au moins, je pouvais me reposer dès que j’en ressentais le besoin. Je n’avais pas besoin de partir loin pour m’aérer la tête ou me vider l’esprit, non, juste être chez moi était suffisant. Et puis mes amis venaient assez souvent me rendre visite. J’aimais ma vie actuelle. Elle était plutôt d’une stabilité déconcertante, une stabilité dont je n’avais pas l’habitude en réalité.

C’était donc une journée comme les autres. Enfin, une journée de travail comme les autres. Cela faisait peu de temps que j’étais devenue mangemort. À vrai dire, j’avais postulé sur un coup de tête. Je ne sais pas, ce métier me rappelait un peu mon vivant et depuis que j’avais revu mes parents, j’étais assez nostalgique de cette période. Puis, je ne devais pas me reposer sur mes lauriers, malgré l’argent que j’avais reçu de leur part, je ne devais pas vivre uniquement que de ça, non, je devais pouvoir subvenir à mes besoins sans utiliser cet argent que j’essayais de conserver au mieux.

Je n’étais pas vraiment pour la vente de potions. Cela aurait pu me rapporter pas mal d’ossements, mais je ne sais pas, ça ne me plaisait pas tant que ça que de "vendre mes pouvoirs" pour venir en aide aux autres. Je préférais le faire gratuitement. J’avais donc oublié cette idée là. Je m’étais donc adressé à l’agence qui m’avait alors proposé plusieurs postes dont celui de mangemort. Vu mon pouvoir et mes capacités physiques c’était un métier qui me convenait plus ou moins. J’espérais seulement que Shirley et Etsu, principalement, ne m’en fassent pas le reproche. Étant un métier assez dangereux je ne voulais pas les inquiéter davantage. J’avais donc omis le fait de leur annoncer la nouvelle lorsque je fus validée.

Je me préparai donc à me rendre à mon travail. J’enfilai mon slim noir, mon débardeur noir, ma veste en cuir et m’avançai dans le salon. Je pris une pomme, la laisse de Lexa, la caressai et partis promener avec elle. Les berges de la rivière Sumida étaient agréables en cette matinée. Il faisait doux et une simple brise accompagnée nos pas. Au bout d’une trentaine de minutes nous revîmes à la maison, je me brossai les dents, me parfumai rapidement, laissai la bais vitrée ouverte pour Lexa et partis en direction du garage se trouvant près de l’entrée principale. J’avais le choix entre ma Honda et ma Porsche. Mon dieu j’avais bien changé depuis ma mort. J’en profitai enfin, j’avais toujours aimé rouler de toute façon. Je pris la voiture, j’avais besoin du coffre pour transporter mes potions et autres objets pouvant m’être utiles, démarrai et me rendis à l’agence enfin de me renseigner sur les opérations de la journée et les nouveaux évènements passés la nuit d’avant.

J’arrivai à l’agence, garai ma voiture au parking et entrai enfin dans le hall. Je m’avançai près du bureau principal. Après avoir discuté un peu avec le secrétaire, j’appris rapidement qu’un nouvel incident était arrivé dans le quartier de Kabukicho. Ce lieu m’épuisait. Il y avait sans cesse des problèmes. Bon l’endroit s’y prêtait. Entre drogues, prostitutions et compagnie il y avait de quoi faire. Mais le pire je pense, c’étaient la multiplications des conflits ses derniers temps. Une poussée d’hormones dans la ville ou je ne sais quoi avaient accentuée le nombre de mes interventions. Encore aujourd’hui, c’était le cas. Je pris le carnet de renseignements que l’on me tendit, sortis, remontai dans la Porsche et me rendis à Kabukicho.

Arrivée sur les lieux du "crime" je me rendis vite compte du bordel que c’était, encore une fois. Je pris ma mallette de potions et m’approchai. Quatre personnes étaient à terre et un enfant tremblotant se trouvait derrière un petit muret, regardant la scène, les yeux écarquillés. Je lui adressai un sourire et me rendis d’abord vers lui. Je posai ma main sur son bras, celle-ci brilla légèrement, et je l’apaisai en quelques secondes.

- "Va t’asseoir sur le banc mon grand, je reviens te voir rapidement."

Avec tendresse je lui indiquai du doigt sa future assise et me rapprochai ensuite des deux premières victimes. Deux femmes, l’une ayant le visage ravagé, l’autre, bien touchée aussi avait les mains en sang. Je pris deux potions et fit couler le liquide entre leurs lèvres. En quelques secondes leurs plaies se refermèrent et elles sortirent de leur inconscience. Une nouvelle fois je mis mes mains sur leur bras, les rendant plus dociles. J’en profitai pour leur poser quelques questions.

- "Je suis ici pour vous aider. Je viens de vous administrer une potion de soins. Vos blessures externes sont déjà soignées, les internes le seront dans quelques heures. Pourriez-vous me renseigner sur ce qui s’est passé cette nuit ?"

Elles me racontèrent quelques vérités et surement quelques mensonges. Elles nommèrent Toulouze Ka, m’expliquèrent un peu ce qui s’était passé. Un conflit pour une potion avec une des personnes allongés sur le sol. Un nécromancien. Lui je n’allais pas le réveiller. Je leur tendis deux autres potions.

- "Très bien, merci pour votre témoignages. Tenez, pour vous soulager un peu plus."

Elles la burent sans se poser de questions. Après tout je ne les accusais de rien et pourtant. Pourtant elles faisaient partie de ce conflit aussi bien qu’en faisait partie monsieur Ka. Je n’allais pas les laisser partir. La potion les endormit. Je me dirigeai ensuite vers le nécromancien lui aussi inconscient. Décidément ce Toulouze en avait de la force. Je l’auscultai rapidement. Il avait une plaie à la tête. Et merde. Je lui administrai directement les deux potions en même temps. Je les laissai là et allai voir le vampire qui lui était bien conscient. Il m’expliquait alors avec plus de détails ce qui venait de se passer.

"Je passai juste au coin de la rue quand j’ai vu ces deux chimères essayaient d’arrêter le nécro et un autre homme, brun et assez grand, de se battre. Apparement de ce que j’ai compris le nécro aurait arnaqué l’autre et celui-ci se serait énervé et aurait initié la bagarre. Pour les chimères, je crois qu’elles s’en sont mêlés car nous sommes sur un des territoires des Red Widow.. Elles voulaient simplement les avertir mais elles s’en sont clairement pris plein la gueule. Du coup j’ai voulu les aider mais le nécromancien s’en est directement pris à moi et m’a cassé quelques côtés je pense avant de me lancer une décharge électrique. Du coup le brun en a profité pour l’assommer avec une barre de fer et pour partir. Puis je suis resté là en attendant que vous arriviez. C’est fatiguant tout ce qui se passe dans ce quartier. "

J’acquiesçai de la tête après avoir tout noté sur mon carnet et lui tendis la potion de soin.

- "Merci pour votre témoignage. Vous comprenez qu’en tant que témoin et participant à la scène, mes collègues vont venir vous récupérer et vous interroger. Je ne suis là que pour prendre les premiers témoignages, soigner et calmer les témoins et victimes. D’ailleurs.

Je le calmai à son tour, pris mon téléphone et composai le numéro d’Astrid, ma collègue responsable d’une des équipes de récupération des témoins et victimes. Elle était déjà en route. Parfait. J’aidai le jeune homme à se relever et l’assis sur un banc en face du petit garçon que je retournai voir. Je m’assis à ses côtés.

- "Tu vas bien mon grand ? Tu as été très courageux. Je suis fière de toi. Tu crois que tu pourrais m’expliquer ce que tu as vu maintenant que tu es calmes ?"

Je lui souriais tout en passant mon doigt sur le haut de sa main afin de le garder dans cet état de quiétude. Il me raconta quasiment la même chose mais avec ses yeux d’enfants, sans jugement. Il était d’accord sur le fait que Toulouze as avait bien frappé le premier, mais accusa le nécromancien qu’il avait trouvé assez "méchant" avait-il dit. Il me raconta aussi le fait qu’il vivait avec son grand frère depuis vingt cinq ans maintenant et que je n’avais pas besoin de lui effacer la mémoire. Il avait l’habitude de voir tout ça. C’en était désolant d’en arriver là de nos jours. Je posai ma main sur son épaule et le laissai rentrer chez lui. Après tout il était assez vieux pour se gérer lui même et il était clairement innocent.
Quelques minutes plus tard, l’équipe de récupération arriva, je fis mon bilan et me rendis ensuite à l’agence afin de le déposer. Ma prime serait alors ajoutée à celle d’y à deux jours. Je toucherai l’argent à la fin de la semaine et c’était plutôt bien comme système. Je pouvais enfin rentrer chez moi tranquillement pour manger un bout. Je pris donc ma voiture et rentrai à la maison. Je la garai sur le parking et sortis.

Je m’avançais près de mon portail quand je sentis une présence derrière moi. Je me retournai rapidement pour faire face à une femme qui me rappelait vaguement quelque chose. J’avais sans doute du la croiser. Elle était d’une beauté folle, de long cheveux roux la rendaient remarquable. Ses yeux étaient perçant et sa silhouette parfaite. Mais il y avait quelque chose chez elle qui me rendait assez nerveuse. Elle paraissait.. dangereuse. Puis elle ouvrit la bouche.

- "Bonjour mademoiselle, je suis à la recherche de la nécromancienne Ael Shanks. Est-ce bien vous ?"

On me recherchait tiens. La dernière fois que cela était arrivé j’avais fini dans les bras de Shirley mais aussi avait aussi été accusée de destruction de biens publiques. Je préférai rester sur la défensive cette fois-ci.

- "Et qui la demande ?"

Elle me regarda avec insistance. Son sourcil se haussa.

- "Je suis Eressëa Qorwyn et aux vues de votre question vous devez bien être Ael Shanks." Elle me souris avec malice et je n’aimais pas ça. "J’ai besoin d’une nécromancienne travaillant pour moi et il parait que vos dons sont assez impressionnants."

Je ne savais pas qui lui avait parlé de moi mais je n’aimais pas ça. Encore moins que l’on évoque mes pouvoirs de la sorte. Même si elle n’avait rien dit de mauvais en soi, je n’avais aucune envie de côtoyer cette femme, vraiment pas. J’essayai donc de l’éconduire avec finisse.

- "Je suis déjà bien occupée, je n’ai pas besoin d’un employeur supplémentaire. Maintenant excusez-moi, j’ai des choses à faire."

Ok, la finesse ce n’était pas pour aujourd’hui. Mais ce n’était pas grave. Je me retournai, ignorant la rousse derrière moi et mis la clef dans ma serrure. Je n’eus pas le temps de la tourner qu’en quelques secondes j’atterris contre la porte de mon garage. Elle avait une force surhumaine et me maintenait en l’air de ses deux bras. Putain.

- "Vous allez travailler pour moi, que vous le vouliez ou non."

Quelle garce. Il en était hors de question. Alors sans vraiment réfléchir je posai mes mains sur sa tête. Celle-ci sourit comprenant sans doute que je n’avais pas autant de force qu’elle et c’était sans doute le cas. Mais mes mains se mirent à briller mais c’était différent à d’habitude. Je voulais juste la calmer, qu’elle me lâche et parte. Mais non, cette fois ci je sentais le froid en moi. Mais mains se glacèrent presque et la femme devant moi haussa un sourcil se demandant ce qui se passait actuellement. Elle me lâcha mais mes doigts restèrent collés à son crâne. Je me concentrai alors et d’un coup, je n’étais plus moi, d’un seul coup j’étais elle. Enfin mon corps était toujours mon corps et je voyais mes bras tendu sans aucun soucis. Mais je pouvais accéder à son esprit. Je vis alors des images par centaines. Des émotions. Je la vis traverser les âges, je la vis dans les bras d’hommes et de femmes, je vis sa mort, je vis sa vie d’avant, je la vis se faire battre par un homme.. et puis je la vis elle, en pleure, égorgeant ses propres enfants. D’effrois je la lâchai d’un seul coup, tombant à terre et tremblotant de ce qui venait de se passer, de ce que je venais de voir.

- "Qu’est ce que vous m’avez fait ?"
me demanda t-elle.

Je ne la regardai pas.

- "Partez… PARTEZ ! "

Je levai alors mes yeux vers elle. Je venais de vivre tout ce qu’elle avait vécu et s’en était insupportable. Et elle le savait, elle le voyait. Ce qu’elle avait vécu.. Je n’osai l’imaginer mais à la place mes tripes l’avaient ressentis, tout comme les siennes. Mais elle semblait beaucoup plus calme que moi. Comme si elle s’était habituée à cette souffrance. Elle me regardait même avec un léger sourire.

- "Vous êtes une femme intéressante mademoiselle Shanks. Actuellement vous n’êtes pas en état de discuter et je ne pourrais rien obtenir de vous. Mais sachez que j’ai des contacts sur Tokyo et que si vous avez besoin de quelque chose, d’aide, de renseignements ou autre, vous pouvez me contacter. Je ne suis pas quelqu’un de doux mademoiselle Shanks, vous venez de lire en moi, donc je n’ai clairement pas à me décrire. Mais vous savez également que lorsque quelqu’un m’intéresse, je sais le respecter et le valoriser. Je vous laisse ma carte." Elle s’approcha de moi et la déposa sur le sol à côté de moi. "Remettez-vous en vite. Être capable d’entrer dans la tête des gens ainsi est un don extrêmement rare. En mille deux cents ans d’existence c’est la première fois que je vois ça. Être capable de prendre possession des émotions mais également des souvenirs et pensées d’autrui sont des compétences qui ne devraient pas être gâchées par une quelconque peur. Vous avez de la force en vous, arrêtez de perdre votre temps."

Elle me sourit une dernière fois et partis tout simplement. J’entendis le son d’une moto s’éloignant peu à peu. Je restai là sur le sol. Je ne comprenais pas tout, juste qu’une nouvelle fois, mon pouvoir faisait des siennes.

© PRIDE
Afficher toute la signature
Réduire la signature


"Don't let anyone treat you badly because you're scared of losing them. Someone who comes in and out of your life isn't worth the stress. You are not a reflection of those who could not love you properly. You are a priority, not an option."
Even the smallest person can change the course of the future.