La nuit tous les chats sont noirs - pv Etsu

    terminé #le 22.05.17 4:40

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 20 Masculin
    × Age post-mortem : 20
    × Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re
    × Appartement : Michalak
    × Métier : Au chômage
    × Péripéties vécues : 172
    × Øssements 591
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 30/04/2017
    × Présence : complète
    vampire
    vampire

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    50/100  (50/100)
    20 Masculin 20 Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re Michalak Au chômage 172 591 24 Féminin 30/04/2017 complète




    La nuit tous les chats sont gris
    - PV Etsu -

    Mardi soir, 22h18


    Il était tard… Suffisamment pour que l’air se soit refroidi et qu’à chacune de mes expirations un nuage de condensation se forme au-dessus de moi.
    Je n’avais pas froid, pourtant je n'étais qu’en simple t-shirt et short noirs mais la température de mon corps -mort- m’empêchait de ressentir cette température. C’en était même agréable, presque rafraîchissant de ressentir l’air passer sur mon front, entre quelques mèches humides qui le balayaient à chaque foulée.

    Mes foulées étaient régulières bien qu’un peu rapides, j’avoue, j’essayais de me dépasser encore une fois. Ce n’était pas forcément par colère ou haine envers la planète entière non. Mais pour l’amour du sport, du dépassement de soi. Si je n’étais pas dans mon lit ça n’était pas pour le fuir cette fois, mais simplement pour m’adonner à un sport qui me permettait de ressentir pleinement mon corps, chaque pulsation, chaque battement de mon coeur se propageait d’avantage dans le réseau de veines qui traversait mon être. Je sentais chaque parcelle de peau et ce frisson d’adrénaline qui grimpait en moi à chaque seconde de plus.

    Je me mordais la lèvre. Mes cuisses me tiraient, et mes mollets me brulaient délicieusement. Il était clair que j’aimais ressentir ce sursaut de vie malgré mon état de mort. Le tout bercé par le bruit serein de l’eau qui s’écoulait à côté de moi. Je longeais les bords de la rivière depuis maintenant vingt bonnes minutes et ma course était loin d’être terminée. 

    J’avais découvert ce parcours une matinée, au hasard. Je trouvais qu’il y avait un peu trop de personnes et surtout des sportifs avec des combinaisons improbables à couleurs fluo à m’en donner des migraines. Alors depuis quelques semaines j’allais courir le soir. Après tout j’étais un animal nocturne, la température y était idéale et généralement ma course se déroulait sans le moindre accro. Pas comme la dernière fois avec cette coureuse qui m’était rentrée en plein dedans, par sa faute mon corps avait manqué de se fusionner avec le bitume.

    En y repensant un infime sourire se dessina sur mes lèvres. J’expulsais alors de l’air pour effacer toute émotion de mon visage. Cela dit, heureusement que cette personne avait croisé ma route. Sans elle mes émotions m’auraient probablement bouffé.

    Dans mes pensées, mon attention n’était plus réellement fixée sur le chemin que j’empruntais ni ce qui m'entourait. Mes pieds continuaient mécaniquement le mouvement qui me permettait d’avancer et je m’en contentais amplement. 

    Avoir l’esprit clair et serein était un luxe que je ne voulais plus perdre. Peut-être que petit à petit j'avais commencé ce travail de me faire à cette seconde "vie" ici. Je trouvais peu à peu mes marques dans le monde des morts, même si c'était toujours un peu bancal et que je ne savais jamais ce qui allait me tomber dessus. Littéralement.


    MADE BY URIE KANEKI

    terminé #le 22.05.17 14:24

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 27 Féminin
    × Age post-mortem : 30
    × Avatar : Original - Sawasawa
    × Appartement : Pucca
    × Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
    × Métier : Au chomage
    × Péripéties vécues : 809
    × Øssements 1047
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 13/01/2017
    × Présence : réduite
    × Surnom : la pousse de bambou
    × DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford
    ☢ Désintégrator ☢
    ☢ Désintégrator ☢

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    16/100  (16/100)
    27 Féminin 30 Original - Sawasawa Pucca Chez Eul la plupart du temps ~ Au chomage 809 1047 24 Féminin 13/01/2017 réduite la pousse de bambou Toulouze Ka | Margaret E. Redford



    La nuit
    les chats sont gris
    Miaulements nocturnes

         Les nuits étaient toujours très calmes près de la rivière, les badauds préférant de loin aller s'amuser en ville plutôt que de flâner sur les bords de la rive, à regarder les reflets du ciel miroiter dans l'eau translucide. Il y avait bien souvent des petits couples ou des groupes d'amis qui pique-niquer ou rester là, à discuter. Mais plus à cette heure. Les alentours de la rivière se dépeuplait lentement, ce qui arrangeait bien la jeune femme. Le fait d'être seule la rassurait et lui permettait d'être moins angoissée par une rencontre inopinée et les catastrophes que cela pourrait causer.

    Marchant d'un pas tranquille, la jeune japonaise observait les alentours d'un air tranquille, ses billes claires naviguant de la surface brillante de l'eau au ciel empli d'étoiles. Peu de nuages traversaient l'astre lumineux, la ravissant davantage tandis qu'elle avançait sur les berges avec lenteur. Etsu n'était pas désireuse de rentrer tout de suite à l'appartement, après la journée qu'elle avait passé à tenter de contrôler son pouvoir sans grand succès. Elle s'était tout de même rendue compte que ses émotions jouaient énormément sur celui-ci et que plus elle les maîtrisait, moins son pouvoir était dévastateur. Alors si elle restait calme, tout irait bien.

    Il n'y avait que peu de bruits, les ronflements de la ville restant lointain. Quelques oiseaux piaillait encore, ainsi que des grillons et des cigales. Mais le silence était seul maître des lieux. Même la rivière ne grognait pas, glissant dans son lit dans une torpeur muette. Une atmosphère qu'Etsu appréciait tout particulièrement, la laissant dans une bulle cotonneuse et tendre où rien, en apparence, ne pouvait lui arriver. Mais rien qu'en apparence. Car, en passant sous l'un des nombreux ponts surplombant la rivière, la jeune femme percuta violemment ce qui lui sembla au premier abord un joggeur. Maladroite et surprise, Etsu tenta de se rattraper à lui pour ne pas tomber, lui saisissant par réflexe le garçon lui faisant face. Seulement, ce ne fut pas la meilleure idée qu'elle eut sur le coup.

    Un gros bruit se fit entendre, brisant le silence qui revient naturellement reprendre ses droits. L'eau se mua en clapotis irréguliers alors que la jeune femme se redressait difficilement, lâchant un gémissement douloureux. Ils étaient tombés dans le lit de la rivière et était à présent trempés jusqu'aux os. Le pantalon blanc de la jeune femme ne donnait même plus l'impression de la couvrir, son sous-vêtement bordeaux devenant apparent alors que son haut bleu marine et sa veste en laine lui tombaient sur les épaules. Mais ce ne devait pas être le pire.

    Le jeune homme sous elle - car elle se trouvait sur lui – ruisselait, détrempé par l'eau de la rivière. S'il restait là trop longtemps, il risquait fortement d'attraper un mauvais rhume. Cependant, ce qui la dérouta le plus fut la disparition totale de son t-shirt. La japonaise avait pourtant eu le temps de le voir quand elle l'avait percuté seulement, il n'était plus là. Tremblante, Etsu tira sur les manches de sa veste avec précipitation, découvrant de nouvelles constellations marquant ses avant-bras. Et flûte !

    - Je suis désolée !

    Se confondant en excuse dans un japonais précipité, la jeune femme se releva du mieux qu'elle put tout en essayant d'apporter son aide au joggeur qui allait très certainement être sacrément remonté. Ça promettait. Pourquoi était-elle donc sortie de son appartement ?

         notes: 563 mots




    Shining Star

    “Le poète fait abstraction de la réalité, alors, ce rêveur compte les étoiles et va même jusqu'à les imaginer.” - Giacomo Bardi

    terminé #le 23.05.17 5:39

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 20 Masculin
    × Age post-mortem : 20
    × Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re
    × Appartement : Michalak
    × Métier : Au chômage
    × Péripéties vécues : 172
    × Øssements 591
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 30/04/2017
    × Présence : complète
    vampire
    vampire

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    50/100  (50/100)
    20 Masculin 20 Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re Michalak Au chômage 172 591 24 Féminin 30/04/2017 complète




    Car la nuit
    les chats sont gris

    Mardi soir, 22h18


    Ma course se poursuivait dans le plus grand calme et cela pour mon plus grand bien. Le bruit de la rivière avait quelque chose d’apaisant, depuis peu j’essayais d’être en présence de choses calmes, m’éloignant le plus possible d’un risque d’énervement pour retourner dans le cercle vicieux d’une rage qui engendrait encore plus de haine.

    Alors j’étais là, à traverser le pont quand une silhouette se dressa devant moi. Très bien, pas de soucis. Il y avait tellement peu de gens que j’arrivais à les ignorer sans problème. Oui. Sauf que. Je ne sais pas si j’ai tiré une carte de merde à la loterie de la mort mais étrangement tout semblait vouloir me tomber sur le gueule. Une joyeuse en plus, bah allez. C’est pour ma gueule voyons. A quoi me servaient ces heures d’entraînement si je n’avais pas un minimum de réflexe hein?

    Cette fille m’était rentrée dedans, moi ça allait j’avais réussi à me stabiliser pour ne pas tomber. Seulement… Seulement je sentis ses mains attraper mon haut et ce fut la chute. 

    « Put… »

    Un frisson parcourra mon échine, je venais d’être plongé dans un bain glacé et y’a pas à dire, ça avait de quoi réveiller un mort. J’avais été immergé pendant quelques secondes durant lesquelles l’eau s’était vicieusement frayé un chemin dans mes voix respiratoires. Instantanément mon corps avait eu pour réflexe de me relever pour quitter cette eau si fraîche en cette période de l’année mais mon geste fut irrémédiablement stoppé par le corps de l’inconnue encore sur moi. Gardant ma tête hors de la rivière je toussais instinctivement pour faire ressortir le liquide de mes poumons.
    Heureusement le pont dont nous étions tombés était proche de l’eau et le niveau de la rivière était assez bas lui aussi.

    Impossible pour moi d’articuler quoi que ce soit, je me redressais pour être enfin assis. L’eau m’arrivait au niveau de la taille et j’accrochais sans m’en rendre compte le haut de la cause de cette galère. Toussant compulsivement quelques longues secondes avant d’enfin me remettre un peu. 

    « C’est quoi ce bordel?! »

    Mes yeux étaient rivés sur mes avants-bras, je grimaçais. Rapidement je remarquais que mon t-shirt s’était fait la malle à mon insu. Était exposé aux quatre vents mon torse marqué par les aléas de mon ancien travail dans l’armée tant par les blessures que par les années d’entraînement physiques. Aussi un bijou argenté sur mon téton droit qui tranchait peut-être un peu avec mon aspect stoïque voir stricte. Je n’étais pas pudique mais là… j’étais surtout surpris. 

    Je fronçais les sourcils. Laissez-moi deviner, finir sans t-shirt comme ça, comme par magie? Ça ne pouvait être que ça. 

    « Laisse-moi deviner. T’es nécromancienne c’est ça? »

    La scène était improbable car la demoiselle au-dessus de moi se retrouvait avec un jean détrempé sous lequel je devinais sans mal la lingerie. Par respect je détournais les yeux mais je travaillais pour ne pas m’énerver de cette situation qui me paraissait si familière.

    Elle se relevait enfin en s’excusant platement et j’en profitais pour quitter l’eau froide qui avait trempé mon pantalon avec son aide. Dans un réflexe de survie, je passais mes bras autour de mon corps. Je frissonnais car le fond de l’air était frais, j’avais la chaire de poule. 

    Je la regardais dans les yeux, j’attendais clairement qu’elle me rende mon t-shirt car sinon j’étais bon pour chopper quelque chose qui me clouerait au lit une bonne partie de la semaine.

    « Ok, rends-le moi maintenant. Si c’est une blague c’est clairement pas drôle, faut que vous arrêtiez de tester vos pouvoirs sur moi comme ça. »

    Car ça n'était pas la première fois qu'on opérait des "tours" sur moi. La première fois ok, c'était pour une bonne chose, mais là. A part me retrouver à moitié à poil je ne voyais pas l'intérêt.

    Je lui tendais la main, l’autre passait dans mes cheveux pour les plaquer en arrière. Quelques gouttes continuaient de ruisseler le long de ma peau laiteuse, suivant les traits de ma musculature.


    MADE BY URIE KANEKI

    terminé #le 23.05.17 21:06

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 27 Féminin
    × Age post-mortem : 30
    × Avatar : Original - Sawasawa
    × Appartement : Pucca
    × Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
    × Métier : Au chomage
    × Péripéties vécues : 809
    × Øssements 1047
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 13/01/2017
    × Présence : réduite
    × Surnom : la pousse de bambou
    × DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford
    ☢ Désintégrator ☢
    ☢ Désintégrator ☢

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    16/100  (16/100)
    27 Féminin 30 Original - Sawasawa Pucca Chez Eul la plupart du temps ~ Au chomage 809 1047 24 Féminin 13/01/2017 réduite la pousse de bambou Toulouze Ka | Margaret E. Redford



    La nuit
    les chats sont gris
    Miaulements nocturnes

         La colère résonnait dans la voix du jeune homme d'apparence, son air bougon et profondément contrarié montrant bien à la japonaise qu'il rigolait pas. Etsu le sentait mal. Assez mal et n'avait aucune envie de se retrouver en mauvaise posture. Sauf que c'était déjà le cas. Son pouvoir avait eu la mauvaise idée de se déclencher au mauvais moment, mettant ces deux spectres dans un profond embarras. Comme si elle avait besoin de ça ?

    Réprimant un frisson causé par le froid, la jeune femme colla ses mains l'une contre l'autre pour éviter un autre désastre avant de plonger son regard dans celui agacé du coureur. Ce qu'il allait entendre n'allait pas lui plaire, cependant, la jeune femme ne pouvait faire autrement.

    - Cela n'avait rien d'un test. C'était un accident. Je vous l'assure.

    Ses lèvres se pincèrent, son cœur tambourinant à toute vitesse dans sa poitrine alors qu'elle ancrait ses perles brillantes dans le regard sombre du brun pour ne pas à avoir à regarder ailleurs. Plus par politesse que par pudeur, la jeune femme n'étant pas réellement mal à l'aise à la vue d'un corps à moitié nu. Sauf que les circonstances faisaient que la situation était extrêmement gênant. Se raclant la gorge, Etsu tenta de reprendre un air un peu plus sérieux et calme, ses paumes toujours collées l'une contre l'autre.

    - Je suis désolée mais... je ne peux vous rendre votre t-shirt. Il n'existe tout simplement plus. Mais je vous en payerai un autre !

    Phrase précipité d'une jeune femme bien dérangée. Elle avait failli rompre l'étreinte maladroite de ses doigts qui ne devaient plus se quitter. Il ne manquerait plus qu'elle les agite dans toutes les sens pour montrer son embarras et essayer de s'excuser avant de faire disparaître autre chose.

    La nécromancienne inexpérimentée se racla à nouveau la gorge, se retenant de se balancer d'un pied à l'autre pour se détendre alors qu'une soudaine envie de chocolat blanc lui tiraillait les entrailles. Et voilà, elle était totalement stressée.

    - Donnez moi juste votre adresse. Sauf si vous vivez à l'agence. Je demanderai à quelqu'un de vous livrez l'argent.

    Cela faisait vraiment discours de yakuza pensa la jeune femme mais elle ne pouvait pas vraiment faire autrement. Il n'était pas dit que pendant le trajet jusqu'au logement de cet homme, l'argent qu'elle lui devrait ne disparaîtrait pas. Satané pouvoir. Il fallait vraiment qu'elle apprenne à la contrôler rapidement. Il ne lui apporterait que davantage de problèmes. Et elle ne pouvait décemment pas rester les mains collées l'une contre l'autre éternellement. Etsu eut envie de soupirer. C'était vraiment pas son jour.

         notes: 435 mots




    Shining Star

    “Le poète fait abstraction de la réalité, alors, ce rêveur compte les étoiles et va même jusqu'à les imaginer.” - Giacomo Bardi

    terminé #le 23.05.17 23:26

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 20 Masculin
    × Age post-mortem : 20
    × Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re
    × Appartement : Michalak
    × Métier : Au chômage
    × Péripéties vécues : 172
    × Øssements 591
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 30/04/2017
    × Présence : complète
    vampire
    vampire

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    50/100  (50/100)
    20 Masculin 20 Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re Michalak Au chômage 172 591 24 Féminin 30/04/2017 complète




    Car la nuit
    Les chats sont gris

    Lancé de dés!



    Tirage numéro uno : 

    Choix 1 : Urie pousse Etsu et cette dernière n'a pas le temps de se raccrocher à lui
    Choix 2 : Urie pousse Etsu et cette nouille se raccroche à ce qu'elle peut. Le pantalon de Urie.
    Choix 3 : Urie pousse Etsu et elle se rattrape à... son pantalon qui disparait à son tour (putain)
    Choix 4 : Urie pousse Etsu et elle tombe en faisant disparaître un fringue à elle.

    Si choix 4 =>

    Tirage numéro dos :
    Pile : Sa veste disparaît
    Face : Son pantalon disparaît



    MADE BY URIE KANEKI

    terminé #le 23.05.17 23:26

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
    × Age post-mortem : 0
    × Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : ©ART'N'STICK
    × Pouvoir : omnipotente
    × Péripéties vécues : 1455
    × Øssements 817
    × Age IRL : 0 Autre
    × Inscription : 15/03/2014
    maitre de la mort
    maitre de la mort
    0 Neutre/sans genre 0 ART ©Piscimancy GRAPH : ©ART'N'STICK omnipotente 1455 817 0 Autre 15/03/2014
    Le membre 'Urie Kaneki' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


    #1 '4 FACES' :


    --------------------------------

    #2 'PILE OU FACE' :

    terminé #le 23.05.17 23:35

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 20 Masculin
    × Age post-mortem : 20
    × Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re
    × Appartement : Michalak
    × Métier : Au chômage
    × Péripéties vécues : 172
    × Øssements 591
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 30/04/2017
    × Présence : complète
    vampire
    vampire

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    50/100  (50/100)
    20 Masculin 20 Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re Michalak Au chômage 172 591 24 Féminin 30/04/2017 complète




    Car la nuit
    Les chats sont gris

    Tard le soir



    Respire Urie. Qu’est-ce qu’on avait dit déjà? Calme et sérénité. Voilà, pose ton esprit là-dessus, optimise ce qui vient de t’arriver. Ça n’est pas un bain glacé c’est quelque chose de revigorant, tu n’as pas bu la tasse tu viens simplement de te rafraîchir les idées. T’es pas torse nu tu es… congelé. Ok ce point là pèche un peu quand même. J’inspire et expire fortement, je l’avoue je gère encore très mal mes émotions et me laisse vite dépasser par la colère mais au moins j’en ai conscience.

    Je l’écoute s’excuser en me pinçant l’arrête du nez, mon bras gauche quant à lui est toujours autour de ma cage thoracique, c’est ma seule barrière contre le vent frais. Ma respiration ralenti progressivement et je retrouve un souffle à peu près normal. Tout cela aurait pu être pire, nous aurions pu nous blesser, être emportés par le courant ou un alligator aurait pu nous tracter au fond de l’eau aussi… Tout allait bien.

    Sauf pour mon T-shirt.

    « Comment ça il n’existe plus? »

    Je plissais les yeux et la fusillant du regard. C’était quoi ce bordel? Mon T-shirt était là quelques secondes auparavant. Pourquoi il n’existait plus? Je voulais bien prendre sur moi mais ça m’agaçait foutrement, c’était quoi ces nécromanciens qu’étaient pas foutus de gérer leurs pouvoir. Ce que tu viens de faire tu le refais de façon inverse pauvre cruche! 

    « Faites revenir mon T-shirt tout de suite. Je vais pas attendre que vous m’en livriez un putain! Je suis trempé jusqu’aux os par votre faute et je ne vais pas rentrer comme ça jusqu’à chez moi. C’est hors de question.  »

    Ma main avait empoigné le col de l’inconnue plus vite que je n’y avais pensé. C’était plus fort que moi, les gens qui ne géraient pas ce qu’ils faisaient ça me sortait par le nez. En plus son petit air de désolation me tapait sur le système… Je crois qu’après il allait me falloir une ou deux sessions pour me calmer chez Ael.

    « Trouve. Quelque chose. Maintenant! »

    Relâchant aussitôt la prise, je la repoussais du bout des doigts, suffisamment fort pour lui faire perdre l’équilibre. Elle percuta à nouveau la surface de l’eau et je me retournais pour réfléchir. 

    Bras croisés sur le torse elle n’allait avoir aucune utilité pour moi cette andouille. J’allais quand même pas rentrer à pied comme ça, même s’il était tard et que j’avais peu de chance de croiser des gens je n’étais  pas exhib’… Je pesais le pour et le contre de mes possibilités en oubliant la présence de cette fille qui m’avait encore foutu dans de beaux draps.

    Soudain un détail me sauta aux yeux, ou plutôt, quelque chose manquait dans ma vision. Mon pantalon. PUTAIN. NON. Elle n'avait quand même pas fait ça.
    Je me retrouvais à faire un bain de minuit à mon insu. Le karma me punissait de l’avoir poussée probablement? Ça m'apprendra à réagir au quart de tour.

    Je fis volte face, et fis trois enjambées rapides jusqu’à la demoiselle, j’étais furieux. Mais cette fois je n’osais même pas l’attraper par le col pour lui en faire part, ma main était en suspens en l’air, j’étais vraiment comme un con maintenant habillé d'un simple boxer noir avec une paire de baskets... trempé.


    MADE BY URIE KANEKI

    terminé #le 24.05.17 0:15

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 27 Féminin
    × Age post-mortem : 30
    × Avatar : Original - Sawasawa
    × Appartement : Pucca
    × Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
    × Métier : Au chomage
    × Péripéties vécues : 809
    × Øssements 1047
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 13/01/2017
    × Présence : réduite
    × Surnom : la pousse de bambou
    × DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford
    ☢ Désintégrator ☢
    ☢ Désintégrator ☢

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    16/100  (16/100)
    27 Féminin 30 Original - Sawasawa Pucca Chez Eul la plupart du temps ~ Au chomage 809 1047 24 Féminin 13/01/2017 réduite la pousse de bambou Toulouze Ka | Margaret E. Redford



    La nuit
    les chats sont gris
    Miaulements nocturnes

         Alors là, pour le coup, ce n'était vraiment pas son jour. Pourquoi avait-il fallu qu'elle tombe sur un nerveux pas très patient et peu compréhensif un poil trop violent ? C'était bien sa veine ! Voilà qu'elle finissait à nouveau dans le lit de la rivière, s'était presque étouffée et était un peu plus trempée qu'auparavant.

    De l'embarras, Etsu était passée à l'étonnement, puis de l'étonnement à la crainte puis de la crainte à l'ahurissement. Qu'est-ce qu'il pouvait bien lui passer par la tête à ce type ? Comme si c'était réellement de sa faute. Et puis elle s'était excusée, ce n'était pas comme si elle avait voulu lui désintégrer son t-shirt non plus. Elle n'avait pas ce genre de mœurs ou de manie. Crier et s'énerver ne changerait rien au problème. Surtout qu'elle aussi était partie pour attraper un rhume, encore, et rentrer à l'agence avec ses vêtements complètement mouillés. C'était n'importe quoi. Ne pouvait-il pas voir que la situation ne les arrangeait ni l'un ni l'autre ? Il devait être sacrément abruti !

    Toussant bruyamment, Etsu tenta de se redresser, sa veste et son pull ayant glissé un peu plus sur son épaule lorsque le jeune homme l'avait poussé. Quand elle le découvrit se rapprocher d'elle, la main tendue. Il allait la frapper en plus ? Réprimant un frisson et un cri, la jeune femme ferma les yeux par réflexe, ses bras la protégeant d'une future attaque... qui ne vint pas. Intriguée, la japonaise révéla son regard ambré qui tomba sur le brun... en caleçon. Et bien tient ! C'était bien fait pour lui !

    Il n'y avait plus de gêne, ou d'embarras, ou de fausse pudeur ou de politesse. Juste un profond agacement, accumulé depuis plusieurs jours et qui était bien parti pour exploser à la face de ce jeune homme qui ne saisissait rien à ce qui devait se produire. Était-il là depuis peu ? Certainement. Car si il connaissait un peu les nécromanciens, il devrait savoir qu'il leur fallait du temps pour maîtriser leur pouvoir. Et que cela ne se faisait pas en un claquement de doigt.

    - Vous êtes un sacré abruti !

    Ne se relevant même pas, Etsu plongea son regard à la fois furieux et tremblant dans celui irrité du coureur qui n'était plus qu'en sous-vêtement.

    - Je vous ai dit que c'était un accident. Que je sache, on ne contrôle pas un accident. Et vous devriez savoir que les nécromanciens ne contrôlent pas leur pouvoir d'un claquement de doigt. Si c'était le cas, je ne me promènerai pas en gardant mes mains collées l'une contre l'autre. Alors ne me faites pas une scène comme un enfant de six ans, je suis aussi embarrassée que vous !

    Toute sa tirade était sortie d'un coup, telle une bombe lâchée au milieu de nulle part. Ça n'allait pas plaire au jeune homme. Pas du tout. Mais Etsu s'en fichait totalement, malgré son angoisse qu'il lui en colle une. Si il ne pouvait pas comprendre cela, et qu'il reste ignorant et crédule toute sa pauvre vie de défunt.

    - Et je vous ai dit que je vous rembourserai. Je vous signale que je suis dans le même état que vous, trempée et frigorifiée. Vous n'êtes pas le seul qui va devoir rentrer dans cet état et va sûrement attrapé un rhume. Pensez un peu au monde qui vous entoure plutôt qu'à votre nombril !

    Voilà ! Ça s'était dit. Si ce brun colérique voulait s'énerver davantage, qu'il le fasse. Ce n'était plus son problème. Au point où elle en était, Etsu n'en avait plus rien à faire. Un soupir lui échappa alors qu'elle manœuvrait pour se redresser. Elle aurait mieux fait de rester avec ses chats.

         notes: 621 mots




    HRP:
    Rigolons

    PILE : en s'appuyant sur son pantalon, Etsu le fait disparaître.

    FACE : il ne se passe rien, elle garde ses vêtements.


    Shining Star

    “Le poète fait abstraction de la réalité, alors, ce rêveur compte les étoiles et va même jusqu'à les imaginer.” - Giacomo Bardi

    terminé #le 24.05.17 0:15

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
    × Age post-mortem : 0
    × Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : ©ART'N'STICK
    × Pouvoir : omnipotente
    × Péripéties vécues : 1455
    × Øssements 817
    × Age IRL : 0 Autre
    × Inscription : 15/03/2014
    maitre de la mort
    maitre de la mort
    0 Neutre/sans genre 0 ART ©Piscimancy GRAPH : ©ART'N'STICK omnipotente 1455 817 0 Autre 15/03/2014
    Le membre 'Etsu Morugawa' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


    'PILE OU FACE' :

    terminé #le 24.05.17 1:01

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 20 Masculin
    × Age post-mortem : 20
    × Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re
    × Appartement : Michalak
    × Métier : Au chômage
    × Péripéties vécues : 172
    × Øssements 591
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 30/04/2017
    × Présence : complète
    vampire
    vampire

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    50/100  (50/100)
    20 Masculin 20 Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re Michalak Au chômage 172 591 24 Féminin 30/04/2017 complète




    Car la nuit
    Les chats sont gris

    Tard le soir


    Je m’étais moi-même surpris d’avoir une réaction si démesurée, ça m’était arrivé dans la gueule comme si l’on m’avait percuté de plein fouet, avec élan. Sa voix s’était élevée et sa position décriait clairement la crainte que je lève la main sur elle. En étais-je capable? De ruer de coups une inconnue sous prétexte qu’elle m’avait à moitié déssapé? Non, bien sûr que non. Abasourdi et chancelant, je reculais d’un ou de deux pas. 

    J’avais commencé un travail sur mes émotions, sur mes sentiments et cela manquait de me faire flancher à chaque fois. J’en prenais conscience beaucoup trop tard, quand j’avais franchi la limite si fine voir parfois inexistante sous le coup de la colère. 

    Chaque missive que m’envoyait cette inconnue me remettait peu à peu les idées à leur place, comme si l’on me balançait des pavés à la gueule. Je n’étais pas forcément d’accord avec tout ce qu’elle disait mais préférais me pincer la lèvre en détournant le regard. Il fallait accepter la colère que l’on engendrait chez les autres, ravaler ses boyaux en plus de sa fierté. Je crois que la simple idée qu’elle m’ait perçu comme une menace à son « existance » morte me mettait dans un malaise profond. Je crois même que je m’en voulais.

    Mais s’en vouloir ne voulait pas pour autant dire que j’allais tout laisser passer quand même. Elle avait terminé de me remonter les bretelles et je relevais la tête. Fixant le ciel étoilé je pris une longue inspiration et j’expirais lentement. Je ne pus me retenir d’une remarque tout de même, fallait pas abuser.

    « Je suis quand même en boxer en plein milieu d’une eau à 10°C max… Vous vous êtes juste trempée. »

    Tourne ta langue dans ta bouche Urie bordel. Je soupirais de ma répartie mal placée à ce moment et reposais mes yeux sur la demoiselle qui était toujours dans l’eau et essayait de se relever. Il était un peu tard pour présenter mes excuses, et vue ce qu’elle venait de me dire je ne pense pas qu’elle serait sensible à mes remords. J'essayais de prendre un voix posée et calme.

    « Ok. Pause. »

    Levant calmement une main devant moi pour illustrer cette pause, je secouais la tête de gauche à droite. Quelques gouttes de mes cheveux encore mouillés tombèrent. Je n’allais pas sécher aussi facilement que je l’aurais aimé.

    « J’ai totalement dérapé. Je m’excuse platement, je… ne suis pas encore totalement aux faits de la vie ici et ça affecte clairement mes émotions. »

    Une main derrière la nuque, je fixais la berge dont nous étions tombés. Reconnaître ses erreurs et, même si l’on en a honte, les assumer. Demander si tout allait bien au risque d’essuyer une autre salve de paroles probablement méritées. J'hésitais un instant, le temps de trouver les bons mots et un ton en adéquation, quelque chose d'un peu morose.

    « Je ne voulais pas me montrer violent envers vous. J’espère que je ne vous ai pas fait mal. »

    Et comme si le sort s’acharnait sur moi pour me dire "bien fait pour ta gueule" un long frisson remonta tout le long de mon échine. Je sentais monter en moi ce que je redoutais. Mon corps se crispa d’un coup, ma tête fit un brusque mouvement en avant avec une douce et célèbre réplique. Je retins de justesse un éternuement bruyant, le contenant en me contractant d’avantage. Très bien, j’avais probablement chopé la crève. Voilà.

    Quelques mèches de cheveux frôlaient maintenant mes yeux et j’attendais de voir si un deuxième allait venir. Mais non, cela semblait s’être calmé. Je me redressais lentement par sécurité puis totalement en prenant soin de plaquer à nouveau mes cheveux en arrière. Mon corps pouvait reprendre pleinement le vent frais de plein fouet, et ce n’était pas vraiment agréable mais bon. 

    Je ne dirais pas qu’à ce moment j’étais des plus calmes, mais j’avais retrouvé mes esprits et jaugeais aisément que j’étais dans une belle merde. J’attendais la réaction de l’inconnue.


    MADE BY URIE KANEKI

    terminé #le 24.05.17 12:37

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 27 Féminin
    × Age post-mortem : 30
    × Avatar : Original - Sawasawa
    × Appartement : Pucca
    × Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
    × Métier : Au chomage
    × Péripéties vécues : 809
    × Øssements 1047
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 13/01/2017
    × Présence : réduite
    × Surnom : la pousse de bambou
    × DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford
    ☢ Désintégrator ☢
    ☢ Désintégrator ☢

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    16/100  (16/100)
    27 Féminin 30 Original - Sawasawa Pucca Chez Eul la plupart du temps ~ Au chomage 809 1047 24 Féminin 13/01/2017 réduite la pousse de bambou Toulouze Ka | Margaret E. Redford



    La nuit
    les chats sont gris
    Miaulements nocturnes

         Un nouveau fantôme. Un jeune fantôme. La colère de la jeune femme retomba presque totalement, le comportement du brun étant tout de même assez excessif mais elle n'en dit rien. Chacun réagissait à sa façon en arrivant dans ce monde, mais surtout en fonction de sa mort. Elle n'avait qu'à penser à Ellioth pour savoir que pour certains, s'adapter à cette vie était très compliquée. Même après des années passées en ces lieux. Etsu ne pouvait que comprendre que faire face à une nouvelle situation pouvait parfois être extrêmement difficile.

    À nouveau droite sur ses jambes, la jeune japonaise lança un regard un peu désolée au jeune homme, sans pour autant faire preuve de pitié. Quelque part, ils étaient tous dans le même panier... bien que lui soit en caleçon.

    - C'est à moi de m'excuser. Si je pouvais échanger nos places, je le ferai... croyez-moi quand je vous dis que cette situation ne me plaît guère.

    L'embarras reprit le pas sur son agacement, une grimace contrit étirant les lèvres d'Etsu. Après tout, le brun avait raison. Lui était presque nu alors qu'elle possédait encore tous ses vêtements. Trempés certes mais elle était toujours vêtue. Il n'était pas dit qu'elle attrape le même mal que le garçon, surtout qu'à présent, il se mettait à éternuer. Etsu soupira. La chance était vraiment de leur coté ce soir.

    D'un geste prévenant, la jeune nécromancienne s'entreprit à retirer sa veste pour la passer sur les épaules du brun. Il allait se retrouver avec un vêtement féminin sur le dos mais c'était toujours mieux qu'être exposé au vent comme il l'était à l'heure actuelle. Seulement, quand Etsu retira une partie de sa veste, celle-ci se décomposa en milliers de points lumineux. Ils voletèrent un moment autour d'elle, illuminant l'espace sous le pont avant d'aller se cacher sur sa peau. La jeune femme battit des cils sous l'étonnement, enfin qu'un lourd soupir ne lui échappa et que sa tête ne se penche en avant. Il fallait vraiment qu'elle arrête de toucher à quoi que se soit.

    Ennuyée, Etsu plaqua ses mains l'une contre l'autre en grimaçant d'inconfort, le sentiment d'être plus une gêne qu'autre chose gonflant doucement dans sa poitrine. Elle ne devait pas y penser, sachant parfaitement que ses émotions affectaient son pouvoir. Mais c'était plus fort qu'elle. Au lieu d'aider un minimum ce garçon, elle le mettait davantage dans une situation embarrassante.

    - Il faut croire que je n'arriverai pas à vous aider ce soir... TCHOUM !

    Et bien ! À son tour d'éternuer. Émettant un petit bruit de souris, la jeune femme se surprit à pousser un tel son alors que le froid glacial du vent l'enveloppait. Et voilà qu'elle était malade, pour ne rien arranger. L'absence de sa veste n'allait pas arranger les choses. Ça promettait. Contrariée, Etsu se redressa avant de tomber sur le regard légèrement tempéré du garçon face à elle. Il était en boxer et baskets et elle risquait fort de ne pas garder tous ses vêtements d'ici la fin de leur entrevue, vu comme ses doigts lui picotaient. C'était du grand n'importe quoi. Une situation bien trop saugrenue qui fit rire la japonaise sans qu'elle ne le veuille vraiment. Un rire emplie de fatigue et d'abandon. Drôle de situation se dit la jeune femme, alors qu'elle se redirigeait vers la berge.

    - Nous ferions mieux de sortir de là. On va déjà rester cloué au lit jusqu'à la fin de la semaine si vous voulez mon avis, alors autant ne pas aggraver les choses.

    Un doux sourire s'afficha sur le visage de la jeune femme qui espérait légèrement apaisé le brun devant elle, sans pour autant en être sûre. De toute façon, au point où elle en était, les choses ne pouvaient plus vraiment être pire... sauf si malencontreusement, ils finissaient totalement nus tous les deux...

         notes: 639 mots




    Shining Star

    “Le poète fait abstraction de la réalité, alors, ce rêveur compte les étoiles et va même jusqu'à les imaginer.” - Giacomo Bardi

    terminé #le 25.05.17 13:08

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 20 Masculin
    × Age post-mortem : 20
    × Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re
    × Appartement : Michalak
    × Métier : Au chômage
    × Péripéties vécues : 172
    × Øssements 591
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 30/04/2017
    × Présence : complète
    vampire
    vampire

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    50/100  (50/100)
    20 Masculin 20 Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re Michalak Au chômage 172 591 24 Féminin 30/04/2017 complète




    Car la nuit
    Les chats sont gris

    Tard le soir


    Je crois que nous étions arrivés bon an mal an à nous accorder sur un point : à quel point la situation était merdique pour elle comme pour moi. Je me sentais d'une certaine façon soulagé que le niveau de nos voix soit descendu pour retrouver un échange plus courtois. Ok j'avais balancé les premières salves, mais elle m'avait suivi dans cette escalade incontrôlée.

    « Je ne pense pas que finir en sous-vêtements soit une bonne idée pour une fille à cette heure là... »

    Est-ce que dans le monde des morts il y avait toujours cette image de la femme risquant de se faire agresser par n'importe qui ou n'importe quoi sous prétexte qu'elle était peu vêtue? Mieux valait ne pas prendre un tel risque. Certes j'aurais aimé avoir mes fringues mais quitte à choisir je n'aurais jamais laissé une fille se balader sans vêtements. Enfin, peut-être que ça allait bientôt arriver car quand je relevais la tête vers elle -je ne l'avais quitté des yeux que quelques secondes merde!- une lumière se dégageait et... je compris qu'autre chose avait disparu. Battant bêtement des cils, j'étais un peu décontenancé par aussi peu de contrôle et de dangerosité de ce pouvoir. Et par réflexe je reculais. Il ne me restait qu'un boxer.

    « Gardez vos mains comme ça et ne me touchez pas. »

    C'était une consigne, un peu comme il y en avait pour les situations d'urgence. Si ça avait été moi je lui aurais attaché les poignets ensemble pour éviter tout risque. Son pouvoir ne me terrorisait pas, disons juste que finir nu ici n'était clairement pas dans mes objectifs. Et quand elle éternua je fis un ou deux pas en arrière. À ce rythme on allait finir la soirée à poil sans avoir fait 100mètres.

    Ce pouvoir avait l'air de peser sur les épaules de la jeune femme car elle se mit à rire. Et son rire était dénué de force ou d'humour. Juste un rire nerveux faisant état de la situation grotesque. Je lui accordais et poussa un soupire, mes lèvres furent flanquées d'un sourire tout aussi nerveux et fatigué. C'est la seule réponse que j'étais apte à rendre au sourire de cette inconnue.

    Très bien, nous étions dans le même piteux état et sortir de l'eau me paraissait être la meilleure idée. J'enjambais le bord de la rivière et me hissais hors de l'eau avant de tendre la main vers elle pour l'aider à faire de même puis je me ravisais. Non pas que je ne veuille pas l'aider, non. Mais je devais déjà connaître les tenants et aboutissants de ce qu'elle était capable de faire.

    « Ok je vais avoir besoin de savoir ce que vous êtes capable de faire disparaître afin de ne pas aggraver la situation... Ce sont juste les fringues ou tout ce que vous touchez en dehors de votre propre corps? "

    En attendant sa réponse je continuais sur l'enchaînement des choses pour essayer d'écarter de mon esprit qu'il caillait sévère. C'était moindre mais mon bras droit replié autour de la cage thoracique me permettait de couper un peu le vent.

    « Ah, et comment ça se fait que ce soit aussi chaotique? »

    Oui, le chaos. Je ne voyais pas d'autre mot pour décrire tout ce qu'il venait de me tomber sur la gueule.


    MADE BY URIE KANEKI

    terminé #le 25.05.17 18:02

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 27 Féminin
    × Age post-mortem : 30
    × Avatar : Original - Sawasawa
    × Appartement : Pucca
    × Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
    × Métier : Au chomage
    × Péripéties vécues : 809
    × Øssements 1047
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 13/01/2017
    × Présence : réduite
    × Surnom : la pousse de bambou
    × DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford
    ☢ Désintégrator ☢
    ☢ Désintégrator ☢

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    16/100  (16/100)
    27 Féminin 30 Original - Sawasawa Pucca Chez Eul la plupart du temps ~ Au chomage 809 1047 24 Féminin 13/01/2017 réduite la pousse de bambou Toulouze Ka | Margaret E. Redford



    La nuit
    les chats sont gris
    Miaulements nocturnes

         Il semblait plus prévenant. Plus calme. Moins irrité. Cela rassura la jeune femme qui respirait d'un air plus tranquille, les paroles du brun l'ayant légèrement fait rougir mais elle avait au moins eu le mérite de lui montrer qu'elle n'avait pas à faire à un psychopathe. Bien qu'il aurait pu lui sauter dessus depuis un moment déjà. L'angoisse dégonflait tel un ballon de baudruche dans son estomac, une expression plus sereine se dessinant sur ses traits tandis que le jeune homme lui souriait maladroitement. Ils étaient vraiment dans une situation bien incongrue dont ils auraient un peu de mal à se sortir. Mais au moins, ils savaient tous les deux qu'ils n'étaient pas seuls à être dans cette galère.

    Puis il y eut cette phrase. Plus un ordre qui glaça le sang de la japonaise. Par instinct de survie, elle s'exécuta à la seconde où le jeune homme lui dit de garder ses mains pour elle, ses paumes se collant davantage, tels des aimants pendant que ses joues prenaient des rougeurs soudaines. Il n'était pas tranquille. Qui le serait de toute façon en présence d'une femme qui faisait disparaître des objets ? Personne. Et encore moins un inconnu. Etsu sentit son cœur battre à toute vitesse dans sa poitrine, un sentiment étrange le serrant alors que le jeune homme rejoignait la rive, son rire mourant dans sa gorge.

    Il passa à côté d'elle, rejoignant la terre ferme avant de lui tendre la main pour l'aider à sortir de l'eau. Une main plus grande que la sienne, bien que le jeune homme soit légèrement plus petit qu'elle. Une main tendue qu'elle ne voulait pas toucher et qui disparut bien vite, les billes sombres et inquiètes du brun la fixant avec questionnement. Il était en droit de se poser ces questions après tout, personne ne souhaitait se faire désintégrer par une petite nécromancienne au pouvoir incontrôlable. C'était compréhensible. Très compréhensible. Un faible sourire apparut sur les lèvres de la jeune femme, ses pas la menant lentement jusqu'au bord de la rivière.

    - Je ne sais pas exactement... mon pouvoir est apparu très récemment, ce qui fait que je ne le contrôle pas encore... il fait un peu ce qu'il veut.

    Un nouveau rire, toujours aussi amer. C'était comme si ses mains avaient une volonté propre et s'étaient concertées pour lui en faire voir de toutes les couleurs. Objets. Nourriture. Vêtements. Tout y passait. À part les gens, les animaux ou les plantes. Mais pour combien de temps encore ?

    - Je... je n'ai jamais fait disparaître quelqu'un, si c'est la question que vous vous posez. Mais je ne sais pas si c'est possible ou non. Je ne sais pas jusqu'où va ce pouvoir... je sais juste que j'aimerai bien m'en passer.

    Les perles ambrées d'Etsu se posèrent un instant sur ses mains toujours collées, un nouveau sentiment de crainte la saisissant. Qu'est-ce qu'elle aimerait s'en passer ! Un tel pouvoir aussi destructeur n'était bon pour personne. Pourquoi s'être réveillé ? C'était surréaliste et incompréhensible. Tellement que la jeune femme soupira de lassitude, sa tête se penchant en avant.

    - Je suis vraiment désolée pour tout ça. Je ferai mon possible pour vous rembourser... enfin si on rentre entier jusqu'à l'agence...

    Ce qui n'en était pas certain. Pour retourner à l'agence, ils devaient traverser le parc et une bonne partie de la ville et de ses quartiers bondés de spectres en fête. Ça promettait. Peut-être que quelques-uns auraient pitié d'eux et leur passeraient des vêtements. Enfin, cela n'en était pas moins sûr.

         notes: 589 mots




    Shining Star

    “Le poète fait abstraction de la réalité, alors, ce rêveur compte les étoiles et va même jusqu'à les imaginer.” - Giacomo Bardi

    terminé #le 26.05.17 2:53

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 20 Masculin
    × Age post-mortem : 20
    × Avatar : Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re
    × Appartement : Michalak
    × Métier : Au chômage
    × Péripéties vécues : 172
    × Øssements 591
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 30/04/2017
    × Présence : complète
    vampire
    vampire

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    50/100  (50/100)
    20 Masculin 20 Kuki Urie - Tokyo Ghoul:re Michalak Au chômage 172 591 24 Féminin 30/04/2017 complète




    Car la nuit
    Les chats sont gris

    Tard le soir


    Finalement l’inconnue avait préféré grimper la berge par ses propres moyens, ça me rassurait un peu d’éviter un autre contact avec elle. Cela ne devait pas être simple pour elle mais je préférais m’accrocher au seul vêtement qu’il me restait plutôt que de jouer les sans peur par fausse courtoisie. A vrai dire, entre elle et mon caleçon le choix était vite fait. 

    « C’est vrai qu’en y repensant ce serait trop simple si vous maîtrisiez vos pouvoirs au premier coup… »

    J’essayais de chasser les gouttes qui perlaient encore dans ma nuque, provoquant des frissons par intermittences. Je m’ébouriffais les cheveux tout en l’écoutant attentivement. Son pouvoir m’intéressait. Les choses hors-normes avaient ce petit je ne sais quoi qui attirait mon attention plus qu’à l’habitude. Le son de sa voix se rapprochait de moi, je relevais la tête pour lui faire face. 

    Détail à la con mais, avec ma taille j’étais habitué à arriver au niveau de tout le monde mais avec les filles j’avoue que parfois ça me blasait un peu quand même. Je ne me laissais pas déconcentrer par cette pensées un peu gamine, je l’écoutais toujours m’expliquer qu’elle ne le contrôlait pas - tu m’en diras tant - et qu’il y avait beaucoup de facteurs encore inconnus dans l’équation pour prendre ce pouvoir à la légère. 

    Je jetais un coup d’oeil aux mains toujours collées de la demoiselle comme pour être certain que plus rien ne disparaîtrait par erreur. Elle avait fait de même, nous étions tous les deux en train de regarder ses phalanges collées, comme si elles n’étaient rien d’autre que des armes de destruction massive. 

    Silencieux, je ne savais quoi répondre à cette fille. Je la contemplais simplement. Elle était plus vieille que moi, ça c’était certain. Enfin, certain… Non disons que j’avais probablement l’air plus jeune qu’elle. Dans le bon sens du terme quoi. Putain Urie, heureusement que personne ne pouvait lire dans tes pensées sinon tu te ferais lyncher encore plus par la société. Par réflexe, lorsque je me perdais brièvement dans mes pensées ma main se collait automatiquement dans ma nuque comme pour ordonner à ma tête de remettre mes esprits en place et reprendre le cours de la situation qui se déroulait face à moi. Le simple fait de manquer de perdre un membre me fit grimacer.

    « J’hésite quand même à vous attacher les mains par simple précaution… »

    Ok, c’était gratuit et ça allait sûrement la culpabiliser à mort ma fierté personnelle en prenant un coup de me balader comme ça en plein milieu d’un parc, de nuit. D’un autre côté, ça soulignait aussi le pseudo calme dont je faisais preuve à présent.

    «  Mais bon, pour les fringues on verra ça une fois rentrés et secs. Je préfère penser que le plus dur à passer reste les quartiers. On va passer par les petites ruelles et se faire discret. Je préfère éviter qu’on me tombe dessus parce que j’ai l’air de vous suivre. »

    Rien que l’idée qu’on me prenne pour un pervers dégueulasse m’insupportait. Ma tête se renversa en avant et je ne pus retenir un soupir à cette simple idée. En parlant d’idée, je relevais la tête subitement.

    « Vous êtes ici depuis longtemps non? Quelqu’un dans vos connaissances ne pourrait pas venir nous chercher en voiture si on lui passe un coup de fil? Vous avez un portable? Le mien était… dans ma poche. »

    Le portable qu’Eden m’avait filé… Putain. Il avait disparu avec mon pantalon aussi. Oh la merde, je sens que ce con allait me faire chier avec ça. Rien que d’y penser ça me gonflait déjà.


    MADE BY URIE KANEKI

    terminé #le 26.05.17 13:31

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 27 Féminin
    × Age post-mortem : 30
    × Avatar : Original - Sawasawa
    × Appartement : Pucca
    × Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
    × Métier : Au chomage
    × Péripéties vécues : 809
    × Øssements 1047
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 13/01/2017
    × Présence : réduite
    × Surnom : la pousse de bambou
    × DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford
    ☢ Désintégrator ☢
    ☢ Désintégrator ☢

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    16/100  (16/100)
    27 Féminin 30 Original - Sawasawa Pucca Chez Eul la plupart du temps ~ Au chomage 809 1047 24 Féminin 13/01/2017 réduite la pousse de bambou Toulouze Ka | Margaret E. Redford



    La nuit
    tous les chats sont gris
    Miaulements nocturnes et lumières éphémères

         Une moue plus contrariée s'afficha sur les lèvres de la jeune femme, la remarque du brun n'étant pas bien passée. Voilà qu'il voulait l'attacher à présent. Elle n'était pas non plus un animal de foire étrange et dangereux. Soit, elle lui avait désintégré tous ses vêtements mais cela ne voulait pas dire qu'elle allait lui retirer son dernier vêtement. Etsu savait faire un minimum attention et ses paumes collées ainsi ne risquaient pas de faire le moindre dégât. Irrité, la japonaise voulut bien lui lancer une réplique en pleine poire pour se soulager de cette frustration qui l'habitait mais 'en fit rien, attendant juste que les choses se tassent. Ils devaient retourner à l'agence et non se disputer à nouveau.

    Ses doigts frémissaient légèrement, ce phénomène la dérangeant et lui indiquant que son pouvoir étant encore bien instable. Elle essaya cependant de se concentrer sur la voix morne du garçon face à elle, ses traits prenant une expression plus ennuyée quand à l'évocation d'un éventuel portable. Ce qu'elle allait lui dire n'allait pas lui plaire.

    - Je... j'ai désintégré mon téléphone il y a quelques jours. Je n'ai aucun moyen de contacter qui que se soit...

    La situation n'allait pas s'arranger rapidement vu les facteurs actuels. Ils étaient bien partis pour parcourir la ville dans cet état, elle trempée et à moitié vêtue et lui la suivant en caleçon. Si des gens les voyaient, ils se poseraient bien des questions. Seulement, ils ne pouvaient rester là à se faire ballotter par le vent froid. Ils devaient bouger.

    - Pour l'instant, allons jusqu'au parc. Peut-être que quelqu'un...

    Le parc. À cette heure, peu de personnes traînaient encore dans les allées ou restaient sur l'herbe fraîche et tendre. À part quelques drogués et fêtards. Comme cela avait pu être son cas l'autre soir. Ses yeux s'agrandirent à cette pensée, son corps se redressant alors qu'un infime espoir naissait dans sa poitrine.

    - Il faut qu'on aille au parc.

    Sans vraiment réfléchir, Etsu saisit la main du jeune homme et l'entraîna à sa suite, courant jusqu'au parc Yoyogi. Le clapotis de leurs chaussures brisaient le silence qui régnait dans le lieu faiblement éclairé, quelques voix se faisant à peine entendre alors que la jeune femme observait les alentours à la recherche du rouquin. Faites qu'il soit dans les parages. Lui pourrait les aider sans les juger. Enfin, il se moquerait d'eux mais accepterait certainement de les aider. Etsu l'espérait grandement.

         notes: 589 mots




    Encore un dé :dor:

    1 : Coup de bol, on tombe sur Pom et il voudra bien nous aider... espérons le.

    2 : On ne tombe pas sur Pom mais un type qui veut bien nous appeler un taxi pour que l'on rentre à l'agence.

    3 : Pas de bol, on tombe sur une nana qui se fiche de nous, nous prend en photo et s'en va.

    4 : Pas de bol, on ne rencontre personne.


    Shining Star

    “Le poète fait abstraction de la réalité, alors, ce rêveur compte les étoiles et va même jusqu'à les imaginer.” - Giacomo Bardi

    nos partenaires