Terminé #16 le 02.06.17 9:53

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 16 Féminin
× Age post-mortem : 271
× Avatar : Emerald Sustrai - RWBY
× Croisée avec : Boa Constritor & Papillon Calligo
× Appartement : Gagarine
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 234
× Øssements 108
× Age IRL : 29 Transgenre
× Inscription : 28/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le tamia
× DCs : Asuma Jyûzo, Maxence Bridyr & Takuma Honda
chimère
http://www.peekaboo-rpg.com/t1783-fleur-du-desert-story http://www.peekaboo-rpg.com/t1809-dance-with-me-efia

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
38/100  (38/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 16 Féminin
× Age post-mortem : 271
× Avatar : Emerald Sustrai - RWBY
× Croisée avec : Boa Constritor & Papillon Calligo
× Appartement : Gagarine
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 234
× Øssements 108
× Age IRL : 29 Transgenre
× Inscription : 28/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le tamia
× DCs : Asuma Jyûzo, Maxence Bridyr & Takuma Honda
chimère
Lorsque viendra la fin des cathédrales que les cloches...Eden & EfiaToute action à une conséquences, ne pas les assumer serait renier ces moments qui font que les êtres humains sont à la fois si beaux et si laids. Homme comme femme. Efia avait peur. Vraiment peur. Mais elle avait accepté de trahir un peu sa patronne. Sa famille comptait beaucoup à ses yeux. Elle devait sûrement pas voir du bon œil. La jeune femme avait espéré toutes sa vie d’esclave qu'il la sorte de là. De cet enfer. Ils n'étaient pas venu. Elle leur voulait un peu. Mais c'est à elle qu'elle se reprochait d'être aussi faible. Alors qu'il tendait le papier. Elle écrivait par automatisme en anglais. Vu que c'était la première langue qu'elle avait appris à écrire. Elle marquait ceci.

« Recherche Famille Kamba pour retrouvaille... »

Elle coinçait un peu. Elle ne savait pas trop quoi dire. Elle se mordait doucement la lèvre ; il ne fallait pas trop en dire dans l'annonce. Elle serait le crayon, si bien qu'il se brisait entre ses doigts. Il fallait dire que la demoiselle avait hériter de son serpent, un sacré poigne.

« Pardon... »

Efia respirait à fond. Prenait le côté qui écrivait et reprennait son annonce.

« Jeune femme les recherche depuis longtemps. Si vous voyez cette annonce ne l'ignorez pas. S'il vous plaît... »

Elle tendait le papier, on pouvait voir qu'elle n'était pas tellement habitué à l'écriture. Mais ses lettres étaient lisible. Comme celle d'un bon élève. Elle ne voulait pas trop toucher cet homme. Mais elle n'avait pas tant le choix que ça. Elle regardait cet homme. Il lui demandait un service en retour. Elle soulevait un sourcil. Elle ne savait pas trop quoi lui répondre. Elle se dandinait un peu.

« Je vois, quel genre de service ? »

Autant qu'elle sache à quel point elle devait enfreindre ses propres règles, dont un qui était de pas trop travailler pour quelqu'un d'autre que Margaret. Ce qui était un peu raté quand on savait qu'elle travaillait de temps en temps pour une certaine Cordélia. Mais bon, la chimère ne serait pas fidèle à cette femme. Elle avait des côtés bizarres qui lui faisait peur. Elle venait surtout pour la dame-chat. Elle l'aimait beaucoup. C'était des seules personnes avec qui elle pouvait passer des heures sans se lasser. Elle souriait doucement à cette pensée.

« Je ne suis pas capable de certaines choses, mon... Monsieur. »

Elle aurait bien dit mâle. Mais il lui donnait un espoir de retrouver sa famille. Donc elle devait le respecter, d'une certaine façon.
© Crimson Day

Terminé #17 le 04.06.17 16:58

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 521
× Øssements 995
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t1694-eden-la-science-est-un-art http://www.peekaboo-rpg.com/t1733-eden-wsh

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 521
× Øssements 995
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren
vampire


Certes, les pertes sont des miettes. Ta vie, ma vie et nos vies dans le processus et l'immensité de l'univers étaient aussi précieuses que la fourmis ou le moustique que tu as déjà tué. Chaque vie est précieuse me direz-vous. Précieuse, mais pas pour vous. Toutes les vies ne sont pas précieuses pour vous. C'est hypocrite que d'affirmer le contraire. C'est débile, surtout. Peux-tu me dire à quel point tu peux être touché par la mort actuelle - là tout de suite - d'une personne quelques parts. Car forcément, quelques parts, quelqu'un souffre, quelqu'un meurt, quelqu'un pleure.

Si, tu as conscience de ça, tu peux croire que le monde est égoïste et que tu dois l'être. J'ai une autre conception de cette idée. Je suis égoïste.Je dois agir comme je l'entends à l'exception de ceux qui comptent. Oui, les hommes ne sont que des fourmis ou des moustiques. Seulement, ceux qui sont MES moustiques et MES fourmis, n'approche ni ton doigt, ni ta loupe sur eux, sinon, c'est toi que j'écraserai et brûlerai.

Rapproché de la jeune femme, je la vois se reculer. Je me penche en avant, pour être à sa hauteur. Petite danseuse, n’es crainte. Je ne suis pas un soldat de plomb et je ne compte pas être mangé par un poisson, ni te demander de te jeter dans le feu pour moi. J’ai un service simple et clair à te demander mais avant. J’enregistre le mot de la femme, je le prends en photographie pour être exact avec mon téléphone portable. Je ne sais – toujours – pas lire le latin. Je ne peux donc pas savoir ce qui est marqué dessus. Elle aurait pu très bien noter : « va te faire foutre, enculé ! » que j’aurais eu la même réaction. Il n’y a que quelques mots et l’écriture est élégante, voilà simplement ce que je peux dire. Ce n’est pas bien grave : ce sont mes employés qui se chargeront de transmettre le message à la presse écriture même si je ne doute pas qu’internet se plaira à les reprendre. Dernièrement, j’ai réalisé que rares étaient les évènements et les textes qui ne se terminaient par sur la toile. C’est peut-être là le summum de l’immortalité.

Je la fixe puis je lui fais signe de me suivre. Margaret ne lui a pas interdit et elle peut se le permettre, non ? Nous sommes dans un parc et il y a des gens partout. Elle ne doit pas craindre que je l’agresse. Je fixe l’horizon devant moi et je m’avance vers un endroit du parc que je connais plutôt bien. J’en profite pour manger ma glace. Le sucre me fait du bien. Il faut dire que je n’ai généralement pas le temps de m’alimenter correctement ces derniers temps. J’arrive vers le lac, le petit lac où des enfants viennent souvent nourrir les oiseaux et regarder la faune et la flore. Où des jeunes se baignent quand la chaleur augmente. Et je fixe le lac d’un air morne. Je peux comprendre son besoin de retrouver sa famille. J’ai aussi le besoin de retrouver la mienne même si aucun sang ne nous lie. Ma famille, c’est les gens qui travaillent et bossent pour moi. Ils sont mes frères, mes fils, mes parents. Elles sont mes sœurs, mes filles et mes mères. Du plus ancien, tel que Pom au plus nouveau tel qu’Asuma, je n’ai qu’un but : les protéger contre tout. Ils peuvent s’occuper de sauver le monde. Je m’occuperais de les sauver eux.

« Vous ne soupçonnez pas ce qu’on est capable de faire pour survivre ou faire survivre ceux qui nous sont proches, mademoiselle. »

Toujours pas de sourire, navré. Je me suis assis sur le bord du lac et j’en observe les profondeurs, les gros poissons orange et blanc qui remontent à la surface. On effleure toujours la surface. Il faut aller plus profond, toujours plus profond. Il faut chercher au-delà des apparences. Au-delà du premier jugement. C’est ce qui fait que je suis plus proche des femmes RED que des hommes en général. Je ne vois pas l’arrogance de Margaret comme un défaut, je ne vois pas ses crimes comme inqualifiable, je vois une femme qui a dévolu sa vie à rendre celles d’autres femmes meilleures. Si le prix à payer me semble injustifiable quand c’est le sang de sa famille qui est touché, tous les autres actes doivent et devront être fait. Même si c’est moi l’obstacle à abattre.

Je lui tends une bourse contenant de nombreux ossements, la paume ouverte ainsi qu’une rose éternelle – zombifiée – une rose éternelle qui est plus proche de l’état de mort que de vie, mais qui gardera à jamais cet aspect. C’est une toute petite rose, qui remue de ses pétales rouges vifs. Une petite rose, plus petite que mon index dans une petite cloche en verre.

Je ne me rapproche pas de la jeune femme. Elle s’est déjà reculée une fois, je ne vais pas la brusquer davantage. Autant qu’elle vienne la chercher par elle-même, c’est plus prudent pour elle comme moi.

« Remettez ceci à Shirley Dumais, elle vit à l’appartement Lascaux.  Elle m’a rendu un service et je lui dois un payement. Je ne lui dites pas que ça vient de moi. Simplement. Ne me décrivez pas, ne dites rien. C’est l’unique service que je vous demande. »





Il entendait les cloches sonner et le temps passer. Lorsque Victor Hugo avait écrit Notre Dames de Paris, il ne voulait pas mettre en évidence une dramatique histoire d'amour. Il voulait dire que chaque invention et pro gré détruit une part de l'histoire et de l'art pour créer un nouveau moyen de communication. L'écriture avait détruit la préhistoire. L'imprimerie.
L'invention de l'automobile. La découverte de l'usage du pétrole.
Il ne culpabilisait pas. Eden ne se reprochait pas d'avoir traité Shirley avec rudesse et égoïsme. Il regrettait de ne pas avoir pu l'utiliser pour parvenir à des fins sans violence à ce qu'il cherchait à obtenir. Ce qui l'obligerait à faire appel à des méthodes moins douces et délicates mais il ne regrettait pas d'avoir été rude avec cette femme incapable de s'affirmer plus de dix minutes. Non. Il tenait juste à payer la journée qu'il lui avait fait perdre et la rose ? Elle n'était là que pour la remercier d'avoir été sincère. Le temps d'une minute. Une minute qui lui avait rappelé celle qu'il avait aimé.
Les hommes sont soumis à un dictat de la beauté et de la jeunesse. Nombreux d'entres eux, si ils avaient eu connaissance du monde des morts n'auraient pas hésité à mourir à l'âge de leur jeunesse de peur de perdre les pétales de leur beauté.

Terminé #18 le 04.06.17 18:42

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 16 Féminin
× Age post-mortem : 271
× Avatar : Emerald Sustrai - RWBY
× Croisée avec : Boa Constritor & Papillon Calligo
× Appartement : Gagarine
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 234
× Øssements 108
× Age IRL : 29 Transgenre
× Inscription : 28/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le tamia
× DCs : Asuma Jyûzo, Maxence Bridyr & Takuma Honda
chimère
http://www.peekaboo-rpg.com/t1783-fleur-du-desert-story http://www.peekaboo-rpg.com/t1809-dance-with-me-efia

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
38/100  (38/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 16 Féminin
× Age post-mortem : 271
× Avatar : Emerald Sustrai - RWBY
× Croisée avec : Boa Constritor & Papillon Calligo
× Appartement : Gagarine
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 234
× Øssements 108
× Age IRL : 29 Transgenre
× Inscription : 28/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le tamia
× DCs : Asuma Jyûzo, Maxence Bridyr & Takuma Honda
chimère
Lorsque viendra la fin des cathédrales que les cloches...Eden & EfiaEfia reculait, elle n'allait pas laisser cet homme s'approcher. Elle le fixait d'un air méchant, elle n'aime guerre les rapprochement. Même avec les femmes, elle avait du mal avec le contact. Bon, avec ces maîtresses, elle se permettait de les toucher pour les aider. Mais jamais plus que nécessaire. C'était comme ça qu'elle fonctionnait. La chimère pouvait faire confiance à certaines personnes, homme comme femme. Si on pouvait la tromper sur la marchandise, comme l'avais fait sa maîtresse avant de mourir. Combien de fois elle avait détesté sa masculinité. Elle souriait. Alors que Eden disait qu'il n'y avait pas de limites à faire des choses pour ceux qu'on aime. Elle aimait sa famille, presque plus que Margaret. Elle avait un profond respect pour sa patronne, l'air de rien. Il devait être sûrement en contact avec un vampire ou l'être pour savoir ça. Peu importe ce qu'il était au final. Ce qui comptait c'est les retrouvailles tant promises. Elle regardait cet homme. Alors qu'il sortait quelque chose de sa poche. Elle écoutait ce qu'il disait remettre des choses à des gens, c'était normal. Elle devait lui donner et rien dire sur le destinataire. C'était parfait pour elle. Elle saisissait l'enveloppe sans se poser de question. Remettre ça à une femme ne serait pas bien compliqué. Vu le nom, il y avait de grande chance que cette personne le soit. Mais les nom masculin et féminin se mélangeait parfois...

« Bien, ça sera fait, je ne garantit pas qu'elle ou il ouvre le courrier. Mais merci de m'aider pour ma famille, si elle reviens à moi, je vous devrai plus qu'une simple course. »

Efia était sincère. Elle voulait tellement que sa famille soit à ces côtés, depuis des années, malgré son engagement auprès de sa boss. Elle savait qu'elle se consacrerait un peu à ses personnes. Elle devrait cacher à ceux qu'elle aime ce qu'elle était devenue. Cacher ce que son passé lui avait fait sûrement. C'était tant mieux. Elle n'avait pas envie d'y penser plus que d'habitude. Dans ses rêves, certaines images tournaient, sans qu'elle puisse les chasser. Sa mort arrivait grande première, suivait ses mauvais traitement durant sa vie. Ceux qu'elle avait conduit à l'état de poussière dans sa mort. Elle s'en voulait parfois de ces passages en tant que red. Elle livrait les gens sans aucune forme de pitié. Leur fin étant plus que prévisible. C'était des hommes, elle les détestait, il méritait un peu ces exécutions. Ce qui ne l'empêchait pas dans le fond d'elle de regretter un peu. Il y avait des mâles bons ? Peut-être...
© Crimson Day

Terminé #19 le 05.06.17 19:18

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 521
× Øssements 995
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t1694-eden-la-science-est-un-art http://www.peekaboo-rpg.com/t1733-eden-wsh

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 521
× Øssements 995
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren
vampire


Elle était chimère. La femme vampire qu’Eden avait aimé était une jeune chimère qui haïssait les hommes. Il se souvenait de la haine dans ses yeux à leur première rencontre. Elle était comme cette femme-là. Différente, mais haineuse. Elle le nommait : le gros male aux cheveux gras. Et c’était le plus gentil des premiers surnoms qu’elle lui avait donné. Elle avait commencé par des moins sympathiques et des moins agréables.
Elle reculait quand il s’approchait et il s’approchait quand elle reculait. Au début, elle s’était contenue à cause de son apparence. Elle avait jeté des regards haineux. Elle s’était contentée d’hocher de la tête tout en l’insultant mentalement. Elle avouera plus tard qu’elle s’imaginait toutes les morts qu’il méritait. C’était sa passion : Aller chez les morts et tuer les hommes qui faisaient du mal.
Il l’accompagnait car il était payé. Rien que pour ça. Elle changeait de visage passant de l’angélique jeune femme à l’horrible monstre dès qu’elle avait sa proie. Seulement, elle voyait au-delà de son manque de réactions, au-delà de sa froideur et souvent, il se prenait à se demander, ce qu’il avait fait pour mériter ce bonheur éternel ?

Je sens qu’elle est capable d’apprécier davantage les hommes qu’elle ne semble vouloir le montrer. Elle recherche sa famille. Elle doit avoir un père, un grand-père, un frère, peut-être davantage. Elle n’a pas eu que des mauvaises rencontres. Et lorsqu’elle aura retrouvé les siens, elle aura une raison de vivre : et une raison de ne pas vouloir tuer.  J’ai terminé ma glace et je regarde l’eau calme du lac. Pauvre petite ! Sur le lac, cette femme, que j’aime tellement, danse lentement. Ses pieds nus joues sur l’eau qui ne bouge pas. Ce n’est toujours qu’une illusion. Elle rit, joyeusement, et dodeline. Le plus grand danger quand on est chimère, ce n’est pas d’haïr, c’est d’aimer. Les chimères, encore plus celles des reds, sont comme des sœurs. Elles peuvent être amies avec des hommes, elles peuvent être en couple, mais elles ne doivent jamais oublier que les hommes sont en généralité un danger et qu’il faut changer les choses. Ce n’est pas pour rien si les chimères fréquentant le Bchobiti bar sont peu nombreuses. Leurs sœurs n’apprécient pas de les savoir en train de rire avec des hommes aux idées parfois machistes et à l’humour souvent gras.

« Mademoiselle, »

La discussion devrait être terminée mais je la prolonge. Je ne la regarde pas. Je n’ai aucune haine envers les femmes. Mon dégout de l’humanité ne m’empêche pas d’avoir un semblant de compréhension pour eux qui prennent des chemins différents. Des chemins laborieux qui conduisent le plus souvent à la souffrance.

«Ne vous attachez pas à un homme, ne changez pas votre façon de voir. »

J’ai l’impression de la menacer. Ce n’est pas le cas. Je suis toujours sincère – presque toujours. Le mensonge n’est qu’un outil pour provoquer la violence chez moi ou conduire au calme. Je ne suis d’ailleurs qu’un piètre menteur. Il suffit de me voir dire à Pom que je ne suis pas un vampire pour s’en rendre compte. Il faut être aussi stupide que lui pour croire l’une de mes galéjades.  

« Si un jour, vous pensez faiblir dans votre haine et votre soif de sang. »

Je me suis redressé, nettoyant mon vêtement. Il est temps pour moi de partir. Je pense qu’elle peut le comprendre. Cette fois, il me semble évident que je vais devoir me confronter à Margaret rapidement. Je n’en suis ni inquiet, ni stressé. Juste un peu ennuyé. Je n’aime pas le café noir, je préfère le sucre. Je n’aime pas les vieilles personnes. Elles pensent être plus sages que la jeunesse. C’est une grave erreur. Et je n’aime pas cette lassitude permanente qu’elle dégage, bien trop proche de ma morne apparence. Elle me fait penser à une vilaine sorcière qui essayerait de me faire manger un cookie empoissonné - Non vraiment, je la respecte, mais j’ai peur de m’ennuyer dans une conversation de vieilles dames. Je préfère m’entretenir avec les jeunes chimères qu’elle m’envoie. Ne serait-ce que parce que ma parole est peut-être moins persuasive et moins charismatique, mais je pose des questions. Et les questions engrènent la réflexion.  

« Assurez que Margaret soit dans un bon jour avant de la prévenir »




« Mélinda ? »

La jeune noire regarda par-dessus son ordinateur, avant de sourire béatement à son patron.

« Oui, Eden ? »

Il la fixe, et elle sourit toute contente avant de venir le voir. Encore une fois, elle est nue et ne porte qu’un tee-shirt qui appartient à Pom, pour une fois. Elle tire dessus avant de grimper sur les jambes de l’homme qui lui semble être un géant.

« T’es tracassé ?
- Voudrais-tu te venger de ceux qui t’ont fait du mal ? »

Peut-être qu’il avait tort de la garder ici. Peut-être devrait-il lui présenter Margaret. Peut-être qu’elle pourrait sortir après ça. Céder aux caprices de ses protégés le rendait-il plus faible que la vieille femme ?

Elle hésite, puis elle l’enlace gentiment, joyeusement, comme une enfant malgré qu’elle n’en soit plus une. « Si je le veux, je te dirais de le faire. »
 
Quel est le prix de la vengeance ?
Quel est le prix de la souffrance ?
A combien estimez-vous ma mort ?
A combien estimez-vous vos torts ?

Tic … tac …
Tu te sens patraques.
Tic, tac …
La guerre éclate.
Tic, tac …
Saute dans les flaques.
Tic, Tac …
Elles se changent en lac.


Terminé #20 le 05.06.17 20:44

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 16 Féminin
× Age post-mortem : 271
× Avatar : Emerald Sustrai - RWBY
× Croisée avec : Boa Constritor & Papillon Calligo
× Appartement : Gagarine
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 234
× Øssements 108
× Age IRL : 29 Transgenre
× Inscription : 28/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le tamia
× DCs : Asuma Jyûzo, Maxence Bridyr & Takuma Honda
chimère
http://www.peekaboo-rpg.com/t1783-fleur-du-desert-story http://www.peekaboo-rpg.com/t1809-dance-with-me-efia

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
38/100  (38/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 16 Féminin
× Age post-mortem : 271
× Avatar : Emerald Sustrai - RWBY
× Croisée avec : Boa Constritor & Papillon Calligo
× Appartement : Gagarine
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 234
× Øssements 108
× Age IRL : 29 Transgenre
× Inscription : 28/04/2017
× Présence : complète
× Surnom : le tamia
× DCs : Asuma Jyûzo, Maxence Bridyr & Takuma Honda
chimère
Lorsque viendra la fin des cathédrales que les cloches...Eden & EfiaEfia n'était pas du genre à traîner pour tout et n'importe quoi. Elle faisait ce qu'il avait à faire. Et le reste c'était souvent superflu. Elle lâchait un soupir quand l'homme l'interpellait. Elle se demandait bien ce qu'il voulait. Elle se tournait, un air agacé sur le visage. Toujours à chipoter, ces hommes... Elle roulait des yeux. Il la mettait en garde. Ne pas s'attacher aux hommes. À part sa famille, elle ne voyait pas trop à quels hommes elle pourrait s'attacher. La chimère avait un petit rire.

« Je ne me vois pas changer mon fusil d'épaule, le mâle. Je ne empêcher de m'attacher à des gens qu'ils soient homme ou femme. Mais je finirai ma mort avec une demoiselle à servir ou à dorloter. »

La grande jeune femme pouvait dire un millier de mots, rien n'avait plus de ses que ceux qu'elle prononçait en ce moment. Il parlait comme un fou, un fou qui savait de quoi sa boss était capable. Quel drôle d'oiseau. Elle haussait les épaules. Ce travail ne l'empêchait en rien de continuer sa mission pour Margaret. Elle y tenait. Pour prouver à quel point elle poyvait avoir confiance en elle et ses capacités.

« Je ne trahirai pas la patronne. Ma famille est un but que je me suis fixé avant d'entrer dans son organisation. Elle savait mes motivations. Celle de montrer à tous ces bâtards d'homme qu'il tienne pas le monde entre leur main sales. Il est temps que les choses changent. Dans le monde des vivants c'est tellement lent, il parait, c’est ce que me dit souvent une vampire que je croise. Ceux de son espèce savent mieux ce qui se passe dans ce monde que moi. La trahison de ma part, me fera rejoindre ces mâles que j'ai amené à elle, sûrement. Un ultime affront à ce que je suis devenu suite à ma vie. Je ne prendrait pas plus des chaînes que celles que j'ai sciemment laissé. »

Efia en avait besoin, de ses poids qu'elle pouvait sentir par moments. De cette sensation que malgré tout, elle n'était pas seule. Sa liberté était là aussi ; amis elle était un poil étouffante pour une ancienne esclave qui avait toujours vécu avec ça ou presque. Passer le pas demanderait beaucoup de choses. Sa famille n'était qu'une toute petite partie, l'autre se ferait sûrement mentalement.

« En espérant pas vous croiser de si tôt, monsieur... »

elle se mettait à courir, ce qui était pratique avec sa grande taille c'est les distances qu'elle pouvait faire.
© Crimson Day