#1 le 10.05.17 21:00

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 46
× Avatar : Hibari Kyoya - KHR
× Appartement : Lascaux
× Métier : Affranchi au Bchobiti
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 121
× Øssements 386
× Age IRL : 18 Féminin
× Inscription : 08/05/2017
× Présence : complète
× Surnom : Valérye D'Amidrosio
zombie
http://www.peekaboo-rpg.com/t1830-valentyn-d-ambrosio-like-you-d-never-lost-a-war http://www.peekaboo-rpg.com/t1920-valentyn-conceited-relations

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
8/100  (8/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 46
× Avatar : Hibari Kyoya - KHR
× Appartement : Lascaux
× Métier : Affranchi au Bchobiti
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 121
× Øssements 386
× Age IRL : 18 Féminin
× Inscription : 08/05/2017
× Présence : complète
× Surnom : Valérye D'Amidrosio
zombie


you knew i was approaching your throne


identité
NOM : D'Ambrosio
PRÉNOM : Valentyn (Va-lène-tine)
DATE DE NAISSANCE : 09/04/1971
DATE DE MORT : 08/05/1991
NATIONALITÉ : Ukrainio-Italienne
LANGUE(S) PARLÉE(S) :
[X] Anglais.
[X] Ukrainien → Il le comprend mais a du mal à formuler des phrases.
[X] Italien → Des insultes, majoritairement.
[X] Français → Notions scolaires, il le parle très mal.
RACE : Zombie.
PERSONNAGE DE L'AVATAR : Hibari Kyoya de KHR. Je modifie juste ses yeux sur chaque image pour qu'ils soient bleus \o/






physique
C'est de ses yeux bleu clair et du haut de ses 176 centimètres que Valentyn vous lancera un regard hautain. Des yeux de glace, ceux de sa mère, en amande et ornés de longs cils noirs. Ils sont tout aussi perçants qu'emplis d'émotions ; chaque mouvement de la pupille fait rayonner l'espièglerie du lémure. Des mèches mi-longues viennent sans cesse se poser sur son visage, devant ce regard, qu'une main nonchalante vient alors chasser en arrière, ne manquant pas d'ébouriffer au passage le reste de cette chevelure lisse et brune, presque noire. Sa tête est habituellement légèrement penchée d'un côté, ou en arrière, d'où il aime arborer un sourire mesquin, révélant des dents droites mais pas immaculées pour autant ; elles sont légèrement tâchées par le tabac auquel il est toujours dépendant. Ses moqueries laissent entendre une voix claire, chantante, ainsi qu'un faible zozotement, d'habitude à peine remarquable mais qui peut varier en intensité. Lorsqu'il ne ricane pas, ses lèvres rosées forment naturellement une moue dédaigneuse soulevée par un arc de cupidon prononcé.
Le jeune homme fut autrefois moqué pour ses hanches et ses jambes de femme ; en effet, de ses 68 kilos, il gagne plus facilement du poids à ces endroits-là plutôt qu'au ventre. Bien qu'il en fut agacé – pour ne pas dire complexé, il porte désormais des pantalons près du corps et considère cela comme un atout. Sa démarche aisée le rend comparable à un paon ; il se tient droit, le buste en avant, et marche comme s'il était une bénédiction au monde entier. Une longue ligne rose partant de l’extrémité du sternum jusqu'au bas-ventre lui rappelle sa mort relativement cruelle. La ligne n'est pas droite et laisse apparaître un tissu cicatriciel plutôt épais, ce qui en fait la seule partie de son corps que le jeune homme juge répugnante.
Valentyn n'étant que trop conscient son physique attrayant, il n'hésite pas à porter et à faire ce qui le mettrait en valeur, même si c'est à la limite du ridicule – comme porter des lunettes de vue rondes dont il n'a absolument pas besoin, par exemple, ou encore déboutonner les quelques premiers boutons de ses chemises, tout ça pour plaire et recevoir des louanges. Le seul accessoire qu'il possède serait une boucle d'oreille au lobe droit, une petite croix inversée qui attire l’œil en se balançant à chaque mouvement de tête. Il possède également une manie notable de remonter ses manches, de façon négligée, jusqu'au coude. Il aime prendre de la place, faire de grands gestes et rire fort, se montrant ainsi très sociable et aimable – à première vue.
Sans potions, la cicatrice sur son estomac n'en est plus vraiment une ; la peau qui s'était construite pour refermer cette blessure étant pourrie, elle est beaucoup plus fragile et donne l'impression au zombie qu'elle pourrait s'ouvrir d'un moment à l'autre. Ainsi, il est constamment en train d'éviter des mouvements brusques au niveau du ventre et développe une habitude de poser sa propre main sur celui-ci par peur de déchirure, même s'il a horreur d'y toucher. Le reste de sa peau étant dans le même état de putréfaction, des fluides peuvent se libérer à n'importe quelle égratignure. Ses yeux sont évidemment couverts d'un voile opaque, dégradant sa vision, et l'odeur qu'il émane est toute aussi répugnante que son apparence.



précisions
En conséquence de son décès, Valentyn a horreur de la sensation de mains sur son ventre.



caractère
En grandissant entouré d'esprits tourmentés et malsains, il n'est qu'inévitable d'en devenir un.  Valentyn était né bon, sain, pur, mais son environnement dégrada cette innocence. Naïf, il croyait fermement à tout ce qu'on lui disait. « Tu es si beau, mon ange, personne n'a le droit de te blesser... » Ces paroles se répétaient sans cesse durant son enfance et devinrent son apologue. De son point de vue, il est parfait, et quiconque ose lui prouver le contraire est une erreur, un arriéré qui n'a pas les capacités assez élevées pour reconnaître sa divinité. Il aurait presque pitié pour eux. C'est un jeune homme avec un mauvais penchant pour la cruauté, le crime, tout ce qui s'apprête à la violence. Il parvient à le cacher tant bien que mal ; on ne se douterait pas, à premier abord, qu'il ai torturé un pauvre chien jusqu'à la mort à l'âge de 12 ans seulement, sous une forte impulsivité, mais on pourrait probablement découvrir le fait qu'il est amateur d'un certain genre de cinéma d'horreur extrêmement violent, parfois pornographique – comme par exemple le film Œil pour œil de Meir Zarchi – dont il ne se cache pas vraiment. Socialement, sa cruauté se manifeste plus par le langage qu'autre chose – il est stupide, mais pas au point d'exercer de la violence en public. Son vocabulaire est, comment dire … Tout sauf littéraire. Bien que son apparence puisse facilement faire murmurer d'admiration les jeunes filles autour de lui, en l'entendant parler si vulgairement, elles comprendraient tout de suite qu'il est loin d'être un prince charmant.
Imbu de lui-même, il ne voit aucun mal à être opportuniste vis-à-vis de son entourage : s'ils le côtoient, c'est bien parce qu'ils doivent lui être bénéfique, non ? Ainsi, il se croit permis de leur manquer de respect, que ce soit par les mots ou par les gestes. En effet, Valentyn a une fâcheuse habitude à toucher à tout, et les êtres humains ne sont pas une exception. Il sera alors très probable qu'il essaie de toucher, par exemple, à vos cicatrices apparentes lors de votre première rencontre, le jeune homme ne connaissant pas les limites de l'espace personnel. Il a beau avoir un esprit corrompu et malsain, cela ne l'empêche pas d'être jovial, naturel et épanoui, et même amusant. Attention cependant à son humour ; il s'attend à ce que tout le monde s'esclaffe à ses blagues les plus nulles – cette attente est généralement traduite par une expression figée d'un large sourire fier et de grands yeux clairs scintillants d'espoir, un véritable tableau de démence – et se vexe très rapidement si ce n'est pas le cas. De plus, aussi improbable que cela puisse paraître, il lui arrive de rire de lui-même, mais gare à vous si vous le rejoignez dans son rire – il deviendra aussitôt froid. Le jeune brun est désagréable et infidèle mais s'indigne qu'on lui soit désagréable ou infidèle. Avant sa mort, beaucoup de personnes dont il se sentait relativement proche se sont progressivement éloignés de lui ou cherchaient à l'éviter, il apprit alors – parfois de force – à  se suffire à lui-même. Néanmoins, même s'il ne voudrait jamais se l'avouer, il souffre d'être délaissé, ce qui justifie alors grandement sa recherche d'attention constante ; il aime plaire et impressionner de par son physique, satisfait de lui-même lorsqu'il attire le monde comme une lumière attirerait des papillons de nuit. (don't judge )


histoire
7 Mai 1991, Aéroport de San Francisco, 19h40

Carte d'embarquement et passeport en main, Valentyn se dirigeait vers la file d'attente au contrôle de sécurité. Le sac qu'il transportait était suffisamment léger pour être considéré comme bagage à main, il n'avait pas à se soucier de l'enregistrement. À cette heure-ci, il y avait encore beaucoup de passagers, mais l'aéroport n'était pas bondé pour autant. En balayant l'endroit du regard, il se demandait si, pour une fois, quelqu'un allait se faire prendre. À chaque escale, tout semblait si calme, si … sécurisé, ironiquement. De toutes ses escales, il n'avait été témoin que d'une seule perturbation concernant un passager. Une perturbation organisée dans laquelle Valentyn était loin d'être innocent – mais la sécurité n'avait pas besoin de savoir cela.

Le dit passager était une mule, comme lui, travaillant pour le même trafiquant. Lorsqu'ils avaient informé le jeune homme qu'il allait voyager avec un autre passeur, il s'était enragé, les accusant de l'utiliser comme appât, n'oubliant pas de leur cracher de nombreuses insultes à la même occasion. C'était inadmissible de lui faire une chose pareille. Néanmoins, ils l'avaient vite calmé, lui assurant que ce n'était pas lui qui détenait le rôle de l'appât dans l'histoire. Dès lors, il ne s'était plus posé de questions, et lorsqu'il avait vu la police arrêter le jeune homme deux guichets plus loin, il ne ressentait rien d'autre que de la vanité.

Maintenant, Valentyn était confiant concernant sa valeur vis-à-vis des trafiquants. Il était doué dans ce qu'il faisait ; il gardait naturellement une expression indifférente et n'était pas anxieux. Pour quelqu'un de narcissique comme lui, la première fois qu'on lui avaient conseillé de ne pas avoir l'air de se reprocher quelque chose, il avait ri. Pourquoi devrait-il se reprocher quoi que ce soit ? Même s'il n'en a pas besoin, le brun aimait s'inventer un rôle pour chaque voyage, une petite histoire, ne serait-ce que pour se divertir un petit peu plus. Ici par exemple, il serait un jeune adulte partant rendre visite à sa famille italienne pour quelques jours. Autant profiter de son nom de famille.

Lorsque son tour d'être contrôlé arriva, il salua poliment l'agente derrière le guichet, lui présentant son passeport ainsi que sa carte d'embarquement. Il plaça son sac dans le panier à disposition puis ôta sa boucle d'oreille et ses bagues, les posant également à l'intérieur. Tandis que ses affaires étaient scannées, il passa par le détecteur de métaux. Celui-ci resta silencieux, lui permettant de récupérer ses biens, et pendant qu'un agent ouvrait son sac pour vérifier son contenu – qui n'avait rien de suspect, Valentyn se demandait si un troisième allait intervenir pour une palpation de sécurité. Ce n'est pas qu'il en avait peur, mais plutôt car il était curieux de savoir s'il avait l'air douteux. Il ne craignait rien de toute façon ; l'agent pouvait le toucher autant qu'il voulait, il ne risquerait pas de sentir les stupéfiants. Cela faisait bientôt 1 an qu'il était une mule, et c'était la deuxième fois qu'il pratiquait cette nouvelle méthode d'ingérer la marchandise plutôt que de la porter. La première fois, ils avaient testé de lui faire avaler une seule capsule, pour se préparer à une éventuelle complication. Or il n'y en avait pas eu, alors il en pris quelques 50 de plus. Chaque capsule contenait 10 grammes de cocaïne et il était payé 550 dollars par centaine de grammes. Lors de cette première tentative, tout s'était bien déroulé, livrant comme prévu 500 grammes à Hong Kong et il fut récompensé de ses 2 750 dollars.

Confiant, Valentyn avait accepté de recommencer, avec une quantité plus importante cette fois-ci. Il faut dire qu'il préférait encore avoir recours à cette méthode plutôt qu'à l'ancienne ; en général, c'était deux paquets scotchés entre ses cuisses, deux autres sous ses bras et enfin une certaine quantité laissée de côté pour être insérée. Cette quantité était versée minutieusement dans un préservatif, qui était alors lubrifié pour être mis dans un autre, encore lubrifié et enfin inséré de quelques centimètres dans son postérieur. Cette étape-là était habituellement faite par des trafiquants maladroits et embarrassés, ce qui agaçait Valentyn au plus haut point. Sans compter le fait qu'il devait porter des vêtements lâches lors de ces occasions, il avait horreur de ça.
C'est alors d'un jean slim noir et d'une chemise fluide de la même couleur, rentrée dans le pantalon, qu'il s'était fièrement vêtu en ce jour. Il avait pris connaissance de la météo prévue pour son lieu de destination ; comme le bon petit fils italien qu'il est, avide de retrouver sa famille.

« Tout est bon. Passez un bon voyage, Monsieur. »

Apparemment, il n'avait pas l'air assez suspect pour être palpé. Bien, même s'il aurait aimé voir les visages désolés des agents lorsqu'ils n'auraient rien trouvé sur lui. Il reprit son bagage à main ainsi que la carte et le passeport que l'agente lui tendait, souriant et déclarant hypocritement : « Merci, bonne continuation. »

Vérifiant sa carte pour savoir à quel terminal se rendre, il suivi les indications et s'installa finalement sur l'une des nombreuses chaises à disposition, s'éloignant du reste des passagers qui attendaient le même avion. Le contrôle de sécurité n'avait pas pris plus de 10 minutes, et l'embarquement était prévu pour 20h10. Jambes croisées et sac déposé sur le siège à côté de lui, Valentyn pris le temps de se remémorer ce qui était attendu de lui. Si l'avion n'avait pas de retard, il arriverait dans environ 5 heures à Palerme, où il sera alors 10h00. Là-bas, il prendra un taxi qui le conduira jusqu'à un hôtel devant lequel des hommes de Corleonesi viendront le chercher pour finaliser l'échange ; ils auront leurs 800 grammes et les trafiquants pour qui Val travaillait recevront leurs 48 000 dollars. En supposant qu'il n'y ait pas de complications. Mais Salvatore Riina était reconnu comme un honnête homme, délivrant toujours la somme discutée, alors il n'y avait pas à s'inquiéter là-dessus. Un téléphone jetable avait été confié à la mule ; au moindre incident, il pouvait les prévenir.

Ayant un peu de temps à perdre, Valentyn songea à aller acheter quelque chose à grignoter, comme il le faisait quelques fois. Ils étaient toujours plus suspicieux de ceux qui ne mangeaient pas. Mais par simple paresse, il renonça, trouvant aussitôt une autre occupation ; celle d'observer le flot de personnes à l'aire de repos. Les chaises étaient alignées, ce qui lui permettant une large vue d'ensemble. Sur la même ligne que lui, beaucoup plus loin et à sa droite, un quinquagénaire en costume-cravate s'était endormi maladroitement devant son ordinateur portable qui donnait l'impression de pouvoir tomber à n'importe quel moment. Sa tête était elle-même tombée en avant, et le jeune brun se demandait depuis combien de temps il était là, s'il avait raté son avion. Peu importe, si personne ne le réveillait, ce n'était sûrement pas lui qui allait le faire.

En face, une femme brune – qui devait avoir la trentaine – donnait le sein à son fils. Ce n'était plus vraiment un nourrisson, il avait l'air d'avoir 2 ans, à peu près. Sans s'en rendre compte, Valentyn les fixait, ce qui pouvait rendre mal à l'aise ceux qui le remarquaient, mais ils ne pouvaient pas savoir à quoi il pensait. Il pensait à lui – ce qui n'est pas inhabituel, je vous l'accorde – et à sa propre mère. Elle était brune, aussi, jolie et jeune, ukrainienne du nom d'Anastasiya Ivanov. Il avait ses yeux, la même teinte claire de bleu, les mêmes cils, la même forme. Il portait son nom, avant. Ils vivaient seuls dans le Michigan, à Jackson, près d'une petite église, s'il s'en souvient bien. La vie là-bas était paisible, c'est probablement la période de sa vie que Valentyn préférait. Ils vivaient modestement, mais sa mère travaillait beaucoup pour offrir une belle enfance à son fils. Elle n'aurait jamais deviné qu'elle serait capable de cela avant sa naissance.

Valentyn était issu d'un viol.

Anastasiya était fragile, dépressive, traumatisée après cet événement. Durant toute sa grossesse, elle ne voulait qu'une chose ; le tuer, se débarrasser de l'horreur que lui avait laissé son agresseur. Mais elle ne trouvait pas la force de commettre une chose pareille. Alors, parfois, elle avait recours à d'autres méthodes lorsque la douleur émotionnelle était trop intense ; des cris de rage, en se frappant le ventre, hurlant à son bébé de partir, de mourir. Elle ne fumait pas et détestait l'alcool, mais juste pour cela, elle s'était forcée à acheter des cigarettes et des bouteilles. Elle se détestait, elle et son enfant, et cela évoluait en pensées suicidaires lors de ses routines quotidiennes. Par exemple, lorsqu'elle traversait la route pour se rendre à son travail, elle ne faisait pas attention et espérait toujours qu'une voiture vienne la percuter. Peut-être, par chance, allait-elle mourir avant de devoir poser les yeux sur un rappel vivant de ce qui l'avait détruite.

Mais elle avait échoué. Ce fut un accouchement difficile, mais dès le moment où elle l'avait tenu dans ses bras, elle s'était sentie en paix, pour la première fois depuis un long moment. À partir de là, la jeune maman avait complètement changé d'état d'esprit. En regardant son fils, elle s'était demandé comment elle avait pu oser le rejeter. Elle le voyait comme son petit ange, une bénédiction – il était devenu la plus belle chose que la vie lui avait donné. Elle avait remplacé sa haine abondante par de l'amour, trop d'amour. Anastasiya lui vouait un véritable culte, le couvrant de compliments. Elle ne se fâchait pas lorsqu'il agissait mal, le défendait dans n'importe quelle situation et le gardait toujours à ses côtés. Elle n'avait plus que lui et le chérissait autant qu'elle pouvait.

C'est pourquoi, en regardant cette femme qui allaitait son fils, Valentyn pensait à sa propre mère. Il se demandait si cette femme allait bientôt arrêter cette habitude, ou si elle continuerait jusqu'aux 7 ans du petit, comme sa mère l'avait fait. En effet, son admiration ne s'arrêtait pas aux paroles ; jusqu'à l'âge où le garçon aurait dû être complètement capable de se laver tout seul, elle continuait de le laver elle-même et prenait des bains avec lui. Elle avait recours à beaucoup de contact physique inutile et le petit garçon ne pouvait pas se rendre compte que ce n'était pas normal. Lui, il était heureux, tant qu'il continuait d'être couvert de compliments, d'être pourri gâté.

À 11 ans, le petit a dû apprendre l'autonomie de force. Anastasiya était morte d'un accident de voiture, le jeune homme n'en connaissait pas les circonstances exactes. Ce n'est pas comme s'il voulait les apprendre, de toute façon. Il était triste, évidemment, mais plus car il n'avait plus de protecteur et de fanatique qu'autre chose. Maintenant, le jeune homme n'avait plus de compassion pour elle. La seule chose qui pourrait lui manquer serait ses louanges, mais il en trouve pleinement ailleurs. Il a grandi, il s'est rendu compte qu'elle n'aurait pas été une bonne influence si elle avait vécu plus longtemps, de toute façon. Ça ne veut pas dire que son père en fut une, mais il est plutôt content qu'elle ne soit plus là.

Les pensées de Valentyn furent interrompues par l'annonce de l'embarquement, lui rappelant son devoir de mule.

*

8 Mai 1991, Aéroport de Palerme, 10h29

Il se doutait que la température serait plus élevée en Italie, mais il ne s'attendait pas à ça. La chaleur de la foule à l'intérieur de l'aéroport était déjà insupportable, il s'était empressé d'en sortir le plus tôt possible, pensant que le vent serait plus agréable. Or il n'y avait qu'une légère brise, chaude, pour ne rien arranger. Bagage en main, le jeune homme fut rassuré de voir que son taxi était déjà présent. Il embarqua, saluant amèrement le chauffeur et marmonnant le nom de l'hôtel où il devait se rendre, d'un mauvais accent italien. Il n'aimait pas cette langue, et aurait lancé un « Hola » si l'homme n'avait pas prononcé « Buongiorno Signore » avant lui.

Tandis que la voiture démarrait, Valentyn en profita pour essayer de calmer le mal de tête qui s'était manifesté depuis l’atterrissage de l'avion, probablement dû au bourdonnement infernal de l'aéroport. En touchant son front, il constata qu'il suait même du visage. Il avait du mal à trouver un rythme stable à sa respiration, qui était elle-même aiguë. Son torse qui semblait restreint s'élevait et redescendait rapidement, il leva alors une main moite et tremblante pour déboutonner un peu sa blouse. Il détestait se sentir sale ou malade comme cela, espérant que ce n'était qu'une réaction à la chaleur. Sa tête était lourde, son estomac aussi ; il posait instinctivement une main sur son ventre, lui souhaitant de s'habituer plus longtemps aux sachets qui l'encombraient. En entendant sa propre respiration, il grimaça, déposant sa tête en arrière, priant pour que cette sensation s'arrête.

Après avoir observé l'état du jeune homme dans le rétroviseur, le chauffeur légèrement inquiet lui demanda – d'un anglais approximatif – s'il se sentait bien. Valentyn du se retenir se claquer hargneusement la langue, parce que non, il ne se sentait pas bien et c'était évident. Mais il ne devait pas attirer l'attention sur lui, pour une fois, jusqu'à la fin de la transaction. Alors il rassura l'homme à l'aide d'un mensonge, prétextant qu'il était tout simplement épuisé par le voyage. Cela suffit pour le faire taire, même si la mule sentait toujours son regard fixe dans le rétroviseur.

Petit à petit, l'envie de tousser le démangeait, mais il se retenait par peur de ce qui pourrait suivre. Alors il ferma la bouche, serra les dents, et sortit son téléphone jetable d'une main toute aussi tremblante que tantôt – peut-être même plus. Ignorant les battements intenses de son mal de tête, il prévint ses trafiquants qu'il était dans un mauvais état. Il commençait à avoir peur. Mais il ne voulait pas s'avouer que ce désagrément était dû à la marchandise, non, il se disait que ça allait passer, que ce n'était que la chaleur.

« Retrouve-les, ils sauront quoi faire. »

C'était leur simple réponse. Leur antipathie lui donnait encore plus la nausée, et il nota mentalement qu'il devra se venger de cette indifférence à son retour.

Le taxi s'arrêta enfin devant l'hôtel Magaggiari. Valentyn paya rapidement le conducteur, ne lui disant pas un mot, avant de sortir du véhicule. Il attendit impatiemment que ce dernier s'en aille pour pouvoir se réfugier dans un coin et y vomir à l'abri des regards, sans éveiller de soupçons. Il n'avait rien mangé, seulement bu ; il ne crachait que de la salive et se trouvait à espérer terriblement à chaque spasme que la marchandise ne s'échappe pas. Il voulait en finir le plus vite possible, cet argent sal l'énervant pour la première fois. Il aurait dû arrêter d'avoir recours à ce mauvais travail il y a bien longtemps, n'en ayant plus vraiment besoin. Mais il était gourmand, alors quand la première paye était venue, il en avait voulu plus.

En se redressant, il aperçu une silhouette sombre s'approcher de lui. Mais il ne voulait pas en voir plus ; il ferma les yeux, la lumière du soleil étant trop forte, et se laissa guider par l'homme. Il n'avait pas besoin de le voir, il avait deviné qu'il travaillait pour Corleonesi. Le jeune homme grognait faiblement à la douleur qui s'intensifiait dans son abdomen, ignorant ce qu'il se passait autour de lui. Il perdait conscience et la retrouvait de temps à autres en toussant toujours plus, n'entendant que quelques mots entre temps qu'il avait du mal à assimiler. Au bout d'un moment, il fut placé à l'arrière du véhicule qui l'attendait et les voix masculines italiennes se mélangèrent. Deux hommes étaient à ses côtés, le soutenant. Les trafiquants étaient ouvertement en panique, même s'ils tentaient de garder leur calme. Il ne comprenait pas leur langue, mais distinguait clairement le surnom « Valentino » – Valentyn les avait déjà rencontrés auparavant, c'est pourquoi ils avaient été capables de le reconnaître – ou encore quelques injures.

Il n'était plus capable de penser clairement, la douleur l'en empêchant, mais une image mentale de son père était présente. Son père, un violeur et avocat italien du nom de Roméo D'Ambrosio, qui l'appelait toujours Valentino. D'après lui, son nom d'origine était complètement stupide – mais son fils savait très bien qu'il le renommait ainsi uniquement pour le plaisir de renier sa mère. C'était puéril et pathétique, même lui le savait. Le garçon avait été placé chez lui à 11 ans, résidant toujours aux États-Unis, mais en Californie. Il avait été reconnu et son nom ukrainien fut remplacé.

Son père était un homme froid, consciencieux, complexe. Il maudissait son fils, mais n'avait d'autre choix que de l'accepter et de s'occuper de lui. Il vivait très bien seul, jusqu'à ce que cette abomination ne mette les pieds chez lui. Il n'avait pas besoin de voir, tous les jours, ces yeux bleus étrangers qui lui faisaient presque regretter le jour où il avait violé sa mère. Alors il avait essayé de l'aimer, ce fils, de le rendre bon, de le purger des sottises que sa mère aurait pu lui dire. Il exerçait l'autorité dont il avait manqué, tentait de le façonner à sa manière pour pouvoir en être fier, mais il comprit que c'était inutile le jour où il apprit que Valentino s'était vengé d'un camarade de classe en tuant son animal de compagnie. Il était mauvais et irrécupérable.  

Toutefois, la manière d'éducation du grand Roméo n'était pas la bonne. Il exerçait l'autorité, oui, mais dans l'abus. Il n'était pas assez stupide pour violenter physiquement son fils – ce qui laisserait des marques, alors il le faisait psychologiquement. Il était très fort dans ses paroles ; c'était un avocat capable de convaincre un meurtrier qu'il est innocent et un innocent qu'il est un meurtrier. Alors ce n'était que trop simple de convaincre un enfant narcissique qu'il ne valait rien. Qui sait, il avait peut-être réussi à se convaincre lui-même qu'il n'était pas un violeur jusqu'à l'arrivée de Valentyn. À chaque occasion, il n'hésitait pas à l'humilier, à le faire culpabiliser sur des choses qui n'avaient aucun rapport avec lui. Cela avait marché, pendant un court moment, jusqu'à ce que son fils adopte une logique radicale. Si son père avait détruit le piédestal sur lequel sa mère l'avait placé, alors il s'en construirait un nouveau.

Il brûlait d'envie d'être glorifié et réagissait de manière excessive à la moindre critique qui survenait en dehors du domicile familial. C'est pour cette raison que lorsqu'un collégien décida de le prendre pour cible de moqueries en tout genre, la cible s'était aussitôt vengée. Il n'avait pas eu de problèmes par la suite – surtout grâce à l'influence de son père – et prenait plaisir à voir son rival le craindre. Dès lors, il développa une soif de validation extérieure, pour compenser les paroles de son père, nourrissant son égoïsme qui ne cessait de grandir. Inconsciemment, il reproduisait certaines techniques que l'italien lui infligeait ; comme utiliser le manque de confiance des autres pour les blesser ou gagner la confiance de certaines personnes pour pouvoir les humilier ensuite. Il est très probable qu'il ait poussé quelqu'un jusqu'au suicide, mais il serait incapable de le savoir avec certitude.

*

8 Mai 1991, 26 Avenue Galileo Galilei, 11h30

Quand il rouvrit les yeux, il était dans ce qui semblait être un entrepôt, éclairé par la lumière du jour qui passait à travers les carreaux au plafond. C'était la première chose qu'il avait vu, l'aveuglant légèrement, avant de réaliser qu'il avait été allongé sur une table en métal. Il se sentait légèrement mieux, mais gêne abdominale était toujours présente. Ils avaient dû lui donner des antidouleurs pendant le trajet. Les voix masculines résonnaient dans la pièce, incompréhensibles, tandis qu'un homme imposant entrait dans le champ de vision de Valentyn. Il avait retiré sa veste et retroussé les manches de sa chemise blanche. Le jeune homme était confus, inquiet. Les médicaments qu'ils lui avaient administrés le rendaient affaibli, fatigué, comme si un simple geste demanderait énormément d'effort.

Les trafiquants italiens avaient discuté avec leur patron, et celui du passeur ; ils avaient la permission d'en arriver là. L'estomac du jeune homme ne cessait de se contracter, rejetant les sachets qui l'obstruaient, et ils craignaient que ces derniers se percent face à une telle agitation. Alors qu'il était pris d'une autre série de spasmes et se tournait sur le côté, dégorgeant involontairement, l'homme au-dessus de lui le força d'une main forte à rester sur le dos, attrapant un canif de son autre main. Leur patron leur avait bien fait comprendre que le plus important, c'était de sauver la drogue, pas la mule. Alors après s'être débarrassé de la blouse, il posa l'extrémité de la lame au sternum du jeune homme, qui eut à peine le temps de comprendre ce qu'ils faisaient. La sensation froide de la lame sur sa peau fut aussitôt remplacée par une brûlure perçante, agonisante, qui le fit hurler et se tordre de douleur, ce qui causa à un deuxième homme de placer un chiffon dans la bouche de Valentyn. Ils avaient beau être dans un entrepôt plutôt éloigné de la population, il fallait tout de même rester prudent de ne pas éveiller de soupçons. Alors le plus jeune était forcé de rester immobile, ancré par des mains puissantes, pendant que le substitut chirurgien se chargeait de collecter leur trésor.

C'était une chose de se voir saigner. C'en était une autre de voir ses propres organes être retirés, et c'en était encore une autre d'être capable de sentir des mains les déplacer. Valentyn avait perdu connaissance et se vidait de son sang à une vitesse folle. Il n'en avait plus pour longtemps.

*

Cela faisait alors 26 ans que le jeune homme avait rejoint le monde des morts. À son arrivée, il était hors-de-lui, il n'arrivait pas à accepter son décès. Il se trouvait trop jeune pour mourir, qu'il ne méritait pas cela. Alors, peu de temps après, il avait cherché un moyen de revenir ; une nécromancienne lui avait certifié qu'à l'aide d'une certaine potion, il pourrait retourner en arrière. Elle devait sûrement détester le comportement hautain du jeune lémure pour profiter de sa naïveté et le transformer en zombie, fière de lui avoir donné une bonne leçon de morale.


derrière l'écran
PRÉNOM : Leïla.
AGE : 18 ans.
COMMENT T'AS TROUVE LE FORUM ? Top-site !
Le smiley que tu préfères ici ?  
Tes mangas préférés ? Honte à moi, je ne lis pas de mangas En revanche, je regarde Danganronpa, Haikyuu, YOI et je lis un manhwa réputé pour être ... dérangeant


©joshua rokuro pour peek a boo!

#2 le 10.05.17 21:02

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 16 Masculin
× Age post-mortem : 32
× Avatar : Ryugamine Mikado - Durarara !!
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Jobiste (fait des petits boulots)
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 962
× Øssements 915
× Age IRL : 29 Transgenre
× Inscription : 09/03/2017
× Présence : complète
× DCs : le chinchilla (Maxence Bridyr ; Efia Kamba; Takuma Honda)
Cutie courageux ☼
http://www.peekaboo-rpg.com/t1550-asuma-un-pied-dans-la-tombe http://www.peekaboo-rpg.com/t1559-ils-ont-les-balls-il-n-a-pas-la-foi

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
65/100  (65/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 16 Masculin
× Age post-mortem : 32
× Avatar : Ryugamine Mikado - Durarara !!
× Appartement : Jolly Jumper
× Métier : Jobiste (fait des petits boulots)
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 962
× Øssements 915
× Age IRL : 29 Transgenre
× Inscription : 09/03/2017
× Présence : complète
× DCs : le chinchilla (Maxence Bridyr ; Efia Kamba; Takuma Honda)
Cutie courageux ☼
HIBARIIIIIIIIIIIIIIIIIII JTM

Toi et moi on va avoir des liens


J'ai survolé ta fiche j'aime bien :>

Bienvenue ♥

#3 le 10.05.17 21:48

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 67
× Avatar : Lavi - D Gray Man
× Appartement : Bozo
× Métier : Récupérateur - Combattant dans des arènes underground
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 518
× Øssements 1644
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 22/02/2017
× Présence : actuellement absent(e)
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t1469-alex-fletcher-fun-is-waiting-for-us http://www.peekaboo-rpg.com/t1498-alex-fletcher-jump-in-the-flow-of-death

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
58/100  (58/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 67
× Avatar : Lavi - D Gray Man
× Appartement : Bozo
× Métier : Récupérateur - Combattant dans des arènes underground
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 518
× Øssements 1644
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 22/02/2017
× Présence : actuellement absent(e)
vampire
JE T'AIME
Rien à dire de plus.
T'as pris Hibari, *essaye d'arrêter son nosebleed de fangirl* et j'adore le caractère de ton personnage xD

Bon courage pour la suite et hâte de te voir en rp!

#4 le 11.05.17 15:12

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1611
× Øssements 794
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098 http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1611
× Øssements 794
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
Encore un peu de courage, en plus tu portes un prénom tellement styley !

#5 le 11.05.17 23:02

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 193
× Avatar : Greed/Lin Yao - FMA
× Pouvoir : absolu /PAN/
× Logement : (à venir, je suis sdf présentement)
× Métier : Roi ♛
× Communication : (portable à venir)
× Péripéties vécues : 3235
× Øssements 1408
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 08/02/2014
× Présence : complète
× Surnom : le koala
× DCs : Luap Jones
Monseigneur Jojo roi des lémures et dragon des archives
http://peekaboo.web-rpg.com/t9-joshua-o-je-m-aime-quel-talent#14 http://peekaboo.web-rpg.com/t68-j-suis-grave-open-liens-rps-de-joshua#page-body http://www.peekaboo-rpg.com

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
38/15  (38/15)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 18 Masculin
× Age post-mortem : 193
× Avatar : Greed/Lin Yao - FMA
× Pouvoir : absolu /PAN/
× Logement : (à venir, je suis sdf présentement)
× Métier : Roi ♛
× Communication : (portable à venir)
× Péripéties vécues : 3235
× Øssements 1408
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 08/02/2014
× Présence : complète
× Surnom : le koala
× DCs : Luap Jones
Monseigneur Jojo ♛ roi des lémures et dragon des archives
VALERYE

(Bienvenue officiellement )

#6 le 11.05.17 23:36

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 12 Masculin
× Age post-mortem : 19
× Avatar : yukine @noragami.
× Pouvoir : distorsion spaciale.
× Appartement : Pucca
× Métier : vendeur de potions truquées.
× Communication : portable.
× Péripéties vécues : 2366
× Øssements 484
× Age IRL : 17 Féminin
× Inscription : 14/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la papaye
× DCs : (laughs in ukrainian)
(despite everything, it's still y o u)
http://www.peekaboo-rpg.com/t1289-mikhail-chernenko

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
17/100  (17/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 12 Masculin
× Age post-mortem : 19
× Avatar : yukine @noragami.
× Pouvoir : distorsion spaciale.
× Appartement : Pucca
× Métier : vendeur de potions truquées.
× Communication : portable.
× Péripéties vécues : 2366
× Øssements 484
× Age IRL : 17 Féminin
× Inscription : 14/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la papaye
× DCs : (laughs in ukrainian)
(despite everything, it's still y o u)
IL EST À MOITIÉ UKRAINIEN
Mdr Mik et Val sont nés la même année, du coup ça se sent à mille kilomètres que le gosse n'a pas survécu longtemps rt si c trist ok c'est plus très accurate ce commentaire, mais t'es toujours à moitié ukrainien donc

Fight pour ta fiche !
Afficher toute la signature
Réduire la signature


#7 le 12.05.17 17:43

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 16 Autre
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Yuri Plisetsky (YOI)
× Appartement : Bozo
× Métier : emmerdeur·se professionnel·le & vendeur·se à mi-temps dans une animalerie
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 1759
× Øssements 326
× Age IRL : 16 Féminin
× Inscription : 02/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Haru Miyamoto
zombie
http://www.peekaboo-rpg.com/t1845-angel-c-walsh-fallen-angel#45198 http://www.peekaboo-rpg.com/t1875-notebook-angel

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
8/100  (8/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 16 Autre
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Yuri Plisetsky (YOI)
× Appartement : Bozo
× Métier : emmerdeur·se professionnel·le & vendeur·se à mi-temps dans une animalerie
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 1759
× Øssements 326
× Age IRL : 16 Féminin
× Inscription : 02/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Haru Miyamoto
zombie
Tu es beau

Bienvenue officiellement, & bon courage pour le reste de ta fiche

#8 le 12.05.17 17:54

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1226
× Øssements 662
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford
☢ Désintégrator ☢
http://www.peekaboo-rpg.com/t1294-etsu-morugawa-lassee-de-la-vie http://www.peekaboo-rpg.com/t1298-etsu-morugawa-come-watch-the-sky-with-me#23487 https://parolesdindecise.wixsite.com/blog

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
25/100  (25/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1226
× Øssements 662
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford
☢ Désintégrator ☢
Bienvenue à toi, autre Leila
Toi et moi nous contrôlerons le monde
Afficher toute la signature
Réduire la signature


I love and I hurt you
Sur mon coussin comme un dessin Comme une tâche C’est ton mascara qui déteint Quand on se fâche Et ce coussin d’ici demain Après l’orage Sera témoin que l’on sait bien Tourner la page


En japonais : #6600FF ; En anglais : #998AA8
Invité

#9 le 20.05.17 15:01

avatar
Invité
C'est quand que tu finis ta fiche ?! je veux un lien avec toi !

Et bienvenu au fait

#10 le 27.05.17 19:27

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 46
× Avatar : Hibari Kyoya - KHR
× Appartement : Lascaux
× Métier : Affranchi au Bchobiti
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 121
× Øssements 386
× Age IRL : 18 Féminin
× Inscription : 08/05/2017
× Présence : complète
× Surnom : Valérye D'Amidrosio
zombie
http://www.peekaboo-rpg.com/t1830-valentyn-d-ambrosio-like-you-d-never-lost-a-war http://www.peekaboo-rpg.com/t1920-valentyn-conceited-relations

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
8/100  (8/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 20 Masculin
× Age post-mortem : 46
× Avatar : Hibari Kyoya - KHR
× Appartement : Lascaux
× Métier : Affranchi au Bchobiti
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 121
× Øssements 386
× Age IRL : 18 Féminin
× Inscription : 08/05/2017
× Présence : complète
× Surnom : Valérye D'Amidrosio
zombie
Merci à tous !!
J'ai enfin fini demon Même si la fin de l'histoire est un peu bâclée