Terminé #1 le 23.04.17 21:33

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1377
× Øssements 928
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
http://www.peekaboo-rpg.com/t1294-etsu-morugawa-lassee-de-la-vie http://www.peekaboo-rpg.com/t1298-etsu-morugawa-come-watch-the-sky-with-me#23487 https://parolesdindecise.wixsite.com/blog

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
25/100  (25/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1377
× Øssements 928
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢



Sad Clouds
in the grey sky
i need something...

     Ce n'était pas le genre de soir pour sortir. Il faisait froid, le ciel était gris, le vent soufflait un peu. Il y avait bien des gens dehors, comme toujours dans la capitale du Japon des morts. Ils étaient juste un peu moins nombreux à arpenter les allées du parc, à regarder les fleurs et les arbres en cette nuit de printemps. La plupart des gens étaient dans les bars avec leurs amis, ou à table avec leur famille ou bien encore dans des soirées à s'amuser ou rire. Et ils y avaient ceux, qui à cette heure tardive, ne trouvaient pas leur place dans ce ménage qu'était leur vie de défunt. Ils parcouraient des ruelles, des quartiers, des allées, sans savoir où aller. Se demandant bien ce qu'ils pourraient faire pour passer le temps. Mais pour beaucoup, il n'y avait juste rien à faire. Rien à part se plonger dans ses idées noires.

Assise sur un banc, un peu à l'écart du va-et-vient des passants, Etsu observait le ciel sombre et ses lourds nuages gris sale. Cela faisait plusieurs jours que la jeune femme se sentait un peu hors d'elle, comme si elle vivait sa vie sans pour autant être réellement présente. Tant de choses s'étaient passés ces derniers temps. Entre les crises d'Ellioth, la rencontre avec l'inconnu de l'allée des cerisiers, le changement d'attitude d'Ael. Tant de choses qui pourtant étaient passées, avaient été réglées mais qui continuaient de chiffonner la jeune spectre. À chaque fois, elle s'était sentie impuissante, changeante, ne sachant que faire ou dire, se trouvant différente de ce qu'elle était vraiment. Etsu n'avait jamais ressenti pareil sentiment, un mélange de trouble et d'incompréhension qui la tiraillait de toute part et qui bien souvent, l'empêchait de dormir correctement.

Pourtant, la jeune femme vivait sans trop se poser de questions, continuait de voir ses amis, de les aider du mieux qu'elle pouvait, de sortir avec eux, d'aller dire bonsoir aux étoiles. Cependant, au fond d'elle, elle sentait qu'une chose ne tournait pas rond. Et ce n'était pas le picotement dans ses doigts qui pouvait prouver le contraire. La japonaise sentait qu'elle approchait d'un moment de transition, qu'elle allait changer drastiquement. Mais elle ignorait si c'était ce picotement qui la mettait dans un tel état ou si c'était son état qui provoquait ce picotement, qui était d'ailleurs bien plus fréquent. Anxieuse, Etsu massa ses doigts fins, ses pensées tournant tel un ouragan déchaîné dans sa tête tandis qu'elle cherchait tout simplement à le calmer.

Vivre simplement. Sans souci ni obligation. C'était ce qu'elle avait désiré en se donnant la mort, en quittant son ancienne vie. Vivre comme elle l'entendait, sans responsabilités ou personne pour la juger. Pourtant, n'était-elle pas responsable de son blondinet de colocataire ? N'essayait-elle pas d'aider la petite Abby qu'elle affectionnait tant ? Ne cherchait-elle pas à toujours être là pour Ael et venir en aide à Shirley ? Tout cela n'était-il pas lui donner des obligations, des responsabilités, en tant qu'amie, en tant que personne ? Ses paumes se plaquèrent sur son crâne, ses doigts s'enroulant dans ses mèches brunes. Le picotement s'intensifiait.

Les perles ambrées fixèrent le ciel avec supplication, comme pour chercher une réponse. Mais les étoiles n'étaient pas là pour Etsu ce soir-là. Personne n'était là pour l'aider. Ni Ael. Ni Shirley. Ni Talitha. Ni la lune ou ciel. Juste des nuages gris sales et ce vent froid. Etsu soupira, perdue et chagrinée alors que non loin, des bruits de pas se faisaient entendre. Encore un qui allait amplifier ce sentiment désagréable dans sa poitrine.

     notes: 585 mots


Afficher toute la signature
Réduire la signature


I love and I hurt you
Sur mon coussin comme un dessin Comme une tâche C’est ton mascara qui déteint Quand on se fâche Et ce coussin d’ici demain Après l’orage Sera témoin que l’on sait bien Tourner la page


En japonais : #6600FF ; En anglais : #998AA8

Terminé #2 le 24.04.17 4:51

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1618
× Øssements 870
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098 http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1618
× Øssements 870
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien






Allongé dans l’herbe humide de la pelouse du parc, l’homme n’écoutait que la musique émanant de ses écouteurs. Il s’isolait des bruits extérieurs, des tumultes citadins, des passants et des véhicules éloignés. La main levée en l’air, les doigts écartés, un arc d’émotions slalomait entre eux prenant la forme d’un flux électrique.

Je ne suis pas fatigué,

L’épuisement, il le ressentait dans chacun de ses muscles endoloris, lui léchant l’échine et lui brisant les os. Il devrait se réfugier dans un lieu sanctuaire tel l’autiste atypique qu’il était ; seulement voilà : il n’en voyait aucun. Se rendre à la colocation, c’était devoir emprunter les transports en commun ou marcher, c’était croiser des inconnus et des émotions. Et puis, une fois à l’agence, il risquait de tomber sur des âmes connues.

Le Bchobiti bar était un excellent refuge, d’autant qu’il y avait une chambre – qu’Eden prêtait à l’occasion. Ce soir, justement, une personne occupait la chambre. Pom avait reçu le SMS alors qu’il s’y dirigeait et il n’avait rien trouvé à répondre.
Enfin, il y avait le squat. Son lieu et son secret. Il y avait encore un mais, un cependant, des petits caractères en bas de la page : il n’avait pas encore eu le temps de totalement aménagé les lieux dans une autre pièce et il ne voulait pas croiser l’inconnu du quai. Il ne voulait croiser personne. La souffrance Pom ne la partageait qu’avec lui-même. Il ne craquerait pas aujourd'hui. Il n'avait pas craqué hier. Il ne craquerait pas demain. Il n'était pas faible.

D’un geste vif, il se redressa sur son postérieur, les jambes à demi-pliées. Il devait analyser la situation, la musique l’y aidait alors que «I Don't Want To Miss A Thing» d’Aerosmith se lançait dans sa playlist.

Quelques jours plus tard, il avait croisé la route de Margareth, une femme tenant un réseau de femmes. Depuis Pom se posait des questions. Est-ce que c’était une raison suffisante pour avoir autant de troubles en lui ? Il n'était pas une femme. Il ne l'était pas.

L’arc électrique entre ses doigts devint une biche dorée pas plus grande que sa main. Elle se mit immédiatement à trottiner et tourner autour de lui sans qu’il n’y prête attention.

Ouvrant son sac à dos, il sorti une boîte à musique qu’il posa dans l’herbe avant d''en soulever le couvercle. Il ne pouvait entendre le son qu'elle produisait, le bruit de ses écouteurs étaient bien trop forts. Il remonta la manche de son pull.

Avant Margareth, quels faits notables s’étaient-ils passés ? Un homme illusionniste l’avait agressé et menacé dans la rue, promettant de revenir plus tard terminer le travail. Un illusionniste capable de contrôler des hallucinations parfaitement troublantes et réalistes. Pom craignait-il cet homme ? Pas vraiment. Ce n’était que des menaces en l’air et il ne risquait pas de le recroiser. La brise ne pouvait pas le briser !

Remontant un des élastiques noirs à son poignet, Pom tira dessus pour le nouer solidement au-dessus du coude, ses pensées continuant de retourner en arrière sur le passée. Etait-il troublé de jouer double jeu avec Asuma, d’avoir volé des affaires à Toulouze pour s’habiller ou d’apprendre qu’Asuma était le souffre-douleur de ses camarades. Un peu. Pom avait de la peine pour Asuma, puisqu’il n’avait pas le choix de la ressentir. Et parce qu’au fond, il avait bon cœur. Il voulait protéger ce jeune si enthousiasme et gentil contre la cruauté du monde. Non, il ne s'attachait pas. Ni à Asuma, ni à Shirley. Il pouvait partir ! Quand il voulait. Il le pouvait !

Evidemment, la raison de son trouble, c’était ce qu’il y avait eu avant. Cette attirance magique pour cette femme nommée Ael dont les pouvoirs pouvaient amplifier les siens par la simple présence et le rendre totalement fou. Non, ses pouvoirs n'étaient pas incontrôlables. Ce débile d’enquêteur qui lui avait parlé de Rose et Jacques et qui lui rappelait sa mort. ...

Je n'ai pas peur.

Alex …  Mieux valait ne pas penser à lui.

Et comme-ci ce n’était pas suffisant, le retour d’Eressëa dans sa vie.  L’herbe autour de lui prend une teinte dorée, presque irréelle alors que ses yeux se colorent. Non, il ne l'aimait pas. Non, il ne l'avait pas aimé.


Une pichenette sur l’aiguille et Pom s’observe en train de se l’enfoncer dans le bras. Il n’a aucune hésitation lorsqu’il doit appuyer dessus et laisser le produit s’injecter. Il range, rapidement, attrapant deux petites fioles aux teintes différentes qu’il boit. La plaie et le bleu à son bras disparaissent. Ils sont toujours là. La potion d’illusion le cache simplement. Tout comme il a encore le poignet fracturé par Maxence et la mâchoire abimée. Les potions lui donnent au moins une apparence saine, mais il lui faudra aller se soigner. Seulement, Pom ne veut pas demander de l’aide à Eden et se rendre à l’infirmerie serait recevoir des questions bien trop suspectes.

Rapidement, les couleurs de l’herbe disparaissent et la biche se transforme en une fumée dorée, puis en un petit point, avant de ne plus être présente. Pom canalise ses pouvoirs. Combien de temps tiendra-t-il encore à ce rythme ? Ce qui est certain c’est qu’il va finir par réduire considérablement ses années avant la poussière, si ce n’est pas déjà fait. Il ne peut rien faire d’autres. Mélanger les potions et les drogues du monde des morts avec celles du monde des vivants lui assuraient quelques heures de tranquillité. Les potions de tranquillité ne faisaient presque plus d’effet et l’abus de la flûte stoppant sa magie ne duraient jamais plus de six ou sept minutes.

Pom soupira, alors qu’il appuyait sur sa jambe pour se redresser. Comme à l’ordinaire, il portait un vieux bonnet en laine, d’un vert forêt, un sweat-noir avec l’inscription : @Margaret E. Redford cuisine de bons cookies, un pantalon noir totalement déchiré et imprégné du vert de l’herbe et des bottines dont un lacet aurait eu besoin d’être refait.

Il sourit joyeusement. Il se leurre peut-être, mais hier, ça allait. Aujourd'hui, ça va. Demain, ça ira. C'est tout ! Il ne craquerait pas.

L’éphèbe se dit que si l’heure montrait un chiffre pair, il rentrerait sagement chez lui. Sinon, il irait au bar chercher un client. Seulement, alors qu’il revenait sur les chemins, fixant l’heure sur son téléphone portable, il bouscula une femme qui ne pouvait le voir arriver de son buisson.

D’une voix confuse, l’homme commença à dire d’une voix ennuyée :

« Je suis désolé, je ne reg…. Toi ? »

La phrase s’était stoppée sur la surprise, alors que le nécromancien abordait un grand sourire joyeux. Décidément ! Bousculer cette femme devenait une habitude !

Il y a quelques temps de cela, il avait croisé une femme, qu’il avait taquiné et ensuite contacté via le portable d’Ael. Seulement, il ne s’attendait pas à la revoir et encore moins par le plus grand des hasards. Il savait son prénom désormais : Etsu. Et il s'en fichait un peu. C'était une petite coccinelle du diable, et il avait aimé le peu de temps qu'il avait passé avec elle.

Arborant un grand sourire joyeux, le nécromancien afficha une mine surprise. Elle n’avait vraiment pas l’air bien la fille du bon diable aujourd'hui. Elle semblait différente. Elle semblait avoir changé.

Seulement, voilà, il venait de lui-même de calmer ses pouvoirs. Du coup, il ne parvenait pas à lire correctement en elle, se contentant de voir quelques couleurs qui ne le rassuraient pas. Elle allait un air affreusement inquiétant. Et lui n'avait jamais été doué pour comprendre les autres, alors même qu'il aimait l'humanité. Pandore souffrait-elle ce soir d'un manque d'espoir ?

L'enquêteur aux multiples métiers aurait bien le temps de s'occuper de lui-même plus tard. Après tout, la journée d'hier avait eu son lot de bonne surprise. Celle d'aujourd'hui, lui faisait revoir sa coccinelle, et celle de demain ...


« T’as une tête à faire croire que tu es un zombie, Coccinelle. As-tu vu un fantôme ? »




Objets utilisés

Terminé #3 le 04.05.17 12:30

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1377
× Øssements 928
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
http://www.peekaboo-rpg.com/t1294-etsu-morugawa-lassee-de-la-vie http://www.peekaboo-rpg.com/t1298-etsu-morugawa-come-watch-the-sky-with-me#23487 https://parolesdindecise.wixsite.com/blog

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
25/100  (25/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1377
× Øssements 928
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢



Sad Clouds
in the grey sky
i need something...

     Était-il possible d'être davantage contrarié ? La jeune femme n'en était pas certaine alors que ses doigts se crispaient sur les manches de son manteau noir, ses billes claires et brillantes fixant le nouvel arrivant. Mais pourquoi lui ? Tout mais pas lui. Une boule de chaleur gonfla dans l'estomac de la jeune femme, le souvenir de leur dernière rencontre jouant en boucle dans son esprit. Pourquoi lui ? Pourquoi pas le vampire de l'autre soir ? Ou n'importe qui d'autre ? Engourdie par l'étonnement, Etsu ne prononça un mot lorsque des premiers secondes où le jeune homme apparut, ses paupières papillonnant un instant avant qu'une grimace contrariée ne se dessine sur ses lèvres. Pas lui...

Détournant son regard, la jeune spectre ancra un instant ses perles ambrées sur le ciel gris, comme pour l'accuser de ces désagréables retrouvailles. La mâchoire quelque peu serrait, elle tenta de tempérer son inconfort qui ne faisait qu'accroître son malaise quand elle se tourna de nouveau vers le rouquin, le toisant d'une œillade ennuyée. Elle savait que l'ignorer le pousserait à insister davantage et la déranger un peu plus. Seulement s'énerver contre lui semblait apparemment profondément l'amuser. La japonaise était pourtant bien partie pour lui lancer une remarque acerbe mais la garda au dernier moment pour elle. Pourquoi fallait-il qu'elle agisse ainsi avec lui ? C'était incompréhensible.

- Vous pouvez parler, on dirait que l'on vient de vous déterrer. Vous feriez mieux de rentrer chez vous au lieu de traîner aussi tard.

C'était un peu l'hôpital qui se foutait de la charité, Etsu étant certaine aussi épuisée que cet homme aux cernes apparentes et à l'air morne. Elle devait avoir une expression épouvantable pour qu'il lui fasse une telle remarque. Cependant, la jeune spectre ne désirait pas rentrer. Pas encore. Pas avant de s'être calmée et d'avoir mis de l'ordre dans ses idées. Retourner à l'appartement ne lui faisait point envie, malgré la présence de ses chats et sûrement celle d'Ellioth. Elle souhaitait rester là encore un peu, attendre que le picotement dans ses paumes se calment et que son esprit retrouve sa sérénité. Pour entamer le lendemain une autre journée, une journée sans souci ni angoisse.

Pas comme ce soir...

Ses traits se détendirent, n'étant voilés que par une légère lassitude. Les prunelles dorées lâchèrent le visage du jeune homme, descendant lentement sur ses mains trop chaudes qu'elle cacha dans son manteau, les plaquant sous ses aisselles en soupirant.

- À moins que vous aussi vous n'ayez rien de mieux à faire qu'être ici...

Elle ne savait pas pourquoi elle lui parlait ainsi, après l'avoir tant chahuté lors de leur dernière rencontre. Elle ne comprenait pas pourquoi elle parlait à ce type qui lui sortait étrangement par les yeux et l'exaspérait au plus point, sans qu'elle ne sache pourquoi. Etsu ne savait pas pourquoi elle parlait à ce jeune homme, alors qu'elle serait bien mieux chez elle, ou chez l'un de ses amies. Etsu ne comprenait pas et en ce soir lent et maussade, elle n'avait plus envie de comprendre.

Un nuage passa, le vent soufflant doucement dans ses cheveux. La japonaise leva les yeux au ciel, morose alors que ses doigts serraient le pull que lui avait prêté Ael, quelques jours plus tôt. Langueur et lassitude, c'était un triste soir.

     notes: 548 mots


Afficher toute la signature
Réduire la signature


I love and I hurt you
Sur mon coussin comme un dessin Comme une tâche C’est ton mascara qui déteint Quand on se fâche Et ce coussin d’ici demain Après l’orage Sera témoin que l’on sait bien Tourner la page


En japonais : #6600FF ; En anglais : #998AA8

Terminé #4 le 06.05.17 19:06

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1618
× Øssements 870
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098 http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1618
× Øssements 870
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien






Le paradoxe voulait que ce soit le visible envie de la belle coccinelle à être seule – ou du moins de ne pas être en sa présence -  qui donnait envie au nécromancien de demeurer auprès d’elle. Si elle l’avait croisé sous sa forme d’origine, leurs contrastes auraient été si saisissants. Elle lui rappelait cela. Une forme brune avec un caractère fort qui essayait de lui apprendre à faire attention aux autres. Une femme brune aux cheveux noirs et à la peau claire qui lui avait dit de cesser ses minauderies pour devenir un adulte et le duc qu’il aurait du être. C’était si lointain. Lui et elle avaient tellement changé. Si elle était là, si elle le voyait parler avec cette jeune femme, elle voudrait la briser. Le monde des morts l’avait transformé à un point où le retour n’était plus possible. La jalousie, la rancœur et la haine avaient transformé un cœur si pur qu’il pouvait pardonner à l’assassin de son frère à un cœur si noir qu’elle pouvait arracher les yeux des morts, les enfermer dans une boîte et contrôler ses pantins aveugles à l’aide de ses pouvoirs de marionnettistes.  
Bienheureux soit Pom d’être protégé par son patron et de ne pas connaître cette facette de celle dont le souvenir le hantait davantage aujourd’hui. En ce jour, où il était troublé par de nouvelles personnes et des êtres.

Les mains derrière son dos, il se penche en arrière puis en avant, avant de rire joyeusement, un peu bêtement – aussi, sans doute. Il laisse ce morceau de rire franc s’éloigner de lui alors qu’il hoche négativement de la tête, laissant ses mèches rouges flotter autour de lui. Il n’a rien de mieux à faire – à part se rendre au squat pour dormir longuement.

« Je devrais sans doute me renseigner pour savoir si j’ai été enterré, je doute que quelqu’un s’en soit donné la peine. ... Je doute de toute façon qu'il reste le moindre ossement de moi. » Remarqua-t-il simplement, son ongle venant gratter l’arrête de son nez. Un jour, un vampire lui avait dit que oui. Oui, il avait trouvé une tombe à son nom. Toutefois, Pom ne savait pas si c’était dans l’idée de le rassurer sur le fait de ne pas avoir terminé comme bon nombre de noble, nu, pendu, à la tête coupée, le corps brûlé ou dans diverses autres postures peu reluisantes. Etrangement, sa mort – sans doute aidé par le pouvoir jeté par une nécromancienne – il n’y pensait pas. C’était sans doute mieux. Seul un cœur bien accroché pourrait accepter la fin qu’il avait connu.

Il s’en fichait royalement alors qu’il riait joyeusement à sa phrase qui n’avait pourtant rien de bien amusant. Haussant des épaules, il regarda autour de lui et préféra ne pas parler de son état physique. Ce n’était pas si grave que ça. Un bilan complet lui dirait peut-être le contraire, mais il n’était pas infirmier et les potions de soin basiques ne suffisaient pas. Quant à se rendre à l’infirmerie. Brrr. Il n’aimait pas ça. Vraiment pas.

Il aimait davantage pavaner comme un gros benêt à coté de cette japonaise, aussi joyeusement, il haussa des épaules et répondit :

« Rassurez-vous, je n’ai rien de prévu pour ma soirée. Passons-la ensemble ma belle ! Sans avoir besoin de parier ou de s’énerver. Peut-être pourrais-je vous surprendre, ma petite coccinelle. Et de par ailleurs, je pensais que vous voudriez me parler de ma relation avec Ael. »

Il ne le pensait pas qu’elle le voudrait. Il le voulait. Il lui fallait parler à quelqu’un. Quelqu’un qui aurait à cœur de comprendre. De comprendre qu’il ne pouvait, ne devait, ni fallait pas que la jeune femme et lui-même s’approche. Avez-vous déjà essayé de mettre du bicarbonate de soude et du vinaigre dans un plat pour cuisinier ? Sous le prétexte que l’un et l’autre embellisse vos légumes ? Pom a essayé. Et c’était une mauvaise idée.



Objets utilisés

Terminé #5 le 06.05.17 21:03

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1377
× Øssements 928
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
http://www.peekaboo-rpg.com/t1294-etsu-morugawa-lassee-de-la-vie http://www.peekaboo-rpg.com/t1298-etsu-morugawa-come-watch-the-sky-with-me#23487 https://parolesdindecise.wixsite.com/blog

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
25/100  (25/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1377
× Øssements 928
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢



Sad Clouds
in the grey sky
i need something...

     Quelque part, cela n'étonna pas la jeune femme que le rouquin reste près d'elle en souriant. C'était comme si chacune de ses remarques et chacun de ses refus le poussaient davantage vers elle. Comme s'il ne pouvait s'empêcher de la contredire, juste pour l'embêter. Un parasite collant dont elle n'arrivait pas à se débarrasser. Une sangsue trop bien accrochée à sa peau. Quel agaçant personnage. Pourtant, la japonaise ne prononça aucun mot de plus, laissant l'homme parlait d'un air joyeux et rire tel un enfant. Qu'il s'amuse, il était bien le seul des deux à être aussi enjoué en cette nuit trop froide à son goût.

Elle ne voulait pas se mettre en colère. Elle ne voulait pas s'énerver. Elle ne voulait pas être contrariée davantage ou même y penser. Etsu désirait juste que tous ces sentiments disparaissent, comme les nuages molletonnés du ciel sombre qui s'éloignaient au loin. Qu'ils disparaissent et ne reviennent jamais, qu'ils la laissent tranquille et apaisée. Pourtant, la jeune spectre savait qu'une telle chose était impossible. Qu'à un moment ou un autre, elle finirait à nouveau dans cet état, sans qu'elle ne puisse rien n'y faire. Elle ne pouvait lutter contre cela, quand bien même elle y mettait toute la force du monde. Elle savait qu'elle ne pouvait pas. Soupirant, Etsu observa furtivement le ciel, s'occupant à peine de son interlocuteur qui déblatérait des choses qu'elle n'écoutait que d'une oreille. Il était plus vieux qu'elle semblait-elle, si ses os n'existaient plus dans l'autre monde. Il n'avait pourtant pas cette aura qui disait qu'il avait vécu plusieurs décennies, comme celle qui entourait la douce Talitha. Certainement qu'il avait du se confondre plus profondément dans l'époque dans laquelle ils vivaient actuellement et qu'il s'y plaisait davantage.

Puis il prononça un nom. Son nom.

Le visage de la jeune femme se tourna d'un coup, ses perles ambrées fixant le rouquin avec étonnement et ahurissement. Il connaissait Ael. Il désirait lui parler d'elle. Le cœur de la jeune spectre se mit à battre à toute allure, une impression étrange grandissant dans sa poitrine tandis qu'une expression plus soucieuse se peignait sur son visage.

- Vous connaissez Ael...

Un murmure, si faible qu'il en était presque inaudible. Un murmure, chargé de crainte et d'appréhension. Un murmure alors que les pensées et souvenirs d'Etsu se bousculaient dans sa tête, se liant et se reliant pour lui faire agrandir les paupières. Son amie lui avait parlé d'un homme, un homme qu'elle avait rencontré, un soir, dans les archives. Un homme avec qui elle partageait un lien étrange et un pouvoir similaire. Un homme qui l'avait totalement chamboulé. La respiration de la japonaise se fit plus lente et presque inexistante tandis que le bout de ses doigts se réchauffaient.

- C'est vous... c'est vous qu'elle a rencontré ce soir-là ?

Retour des sentiments contraires et des picotements. Des nuages plus épais et plus sombres s'amoncelèrent dans le voile noir, annonçant l'approche d'une violente averse. Le ciel ne semblait pas d'humeur.

     notes: 497 mots


Afficher toute la signature
Réduire la signature


I love and I hurt you
Sur mon coussin comme un dessin Comme une tâche C’est ton mascara qui déteint Quand on se fâche Et ce coussin d’ici demain Après l’orage Sera témoin que l’on sait bien Tourner la page


En japonais : #6600FF ; En anglais : #998AA8

Terminé #6 le 08.05.17 3:37

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1618
× Øssements 870
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098 http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1618
× Øssements 870
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien






La réaction de la jeune femme le fait rire. Un silence surprenant qui s’ensuit, il tourne les talons en direction de la pergola où les tables habituellement occupés par ceux voulant éviter le soleil sont inhabituellement vide. Se protéger du vide, c’était rire en permanence. Tout avait tellement changé. Rien n’était immuable. Le temps, surtout, était un délicat paradoxe.

Il s’est installé sur une chaise, regardant en direction d’un arbre. Autrefois, il avait l’habitude de se perdre dans le parc de sa propriété. A son arrivée au Japon, à quelques jours du lendemain de sa mort, il se refugiait dans les parcs essayant de chasser les couleurs qui voulaient l’atteindre. Autant de flèches, de sentiments, d’impulsions. Il était passé de : « je ne sais pas ce que tu ressens. » à « je ne sais pourquoi tu le ressens. » Et toutes ses émotions qui tourbillonnaient dans sa tête, il ne pouvait que rire en espérant que son rire soit plus fort que le reste.

Il n’était pas ce qu’il semblait être. Il n’était pas un adolescent à l’aube de son âge adulte. Il était mort passé les trente ans et son corps semblait dire le contraire. Il n’était pas un homme. Il n’avait même pas vraiment les cheveux rouges. Il n’était rien de plus qu’un mensonge, il se fardait et se dissimulait. Malgré ça, il ne pouvait cacher ce qu’il était.

Des grains de poussière colorés qui descendent et remontent, se colorent, mutent, s’entrecroisent, s’illuminent. Un regard perdu. Incroyablement perdu. Les doigts remuent, les mains s’entrecroisent, changent de place, évoluent, manipulent la matière. Et il cherche ses mots. Parfois, Pom surnommait Eden le docteur. Car Eden expliquait sans cesse le monde des morts à ceux voulant l’écouter. C’était également le cas de Viktor avant qu’il ne disparaisse. Celui, aussi, du vieux Roi. Un souvenir vague.

Perte de temps. Le temps comme le reste pouvait être manipulé. Le perdre et le gagner n’avaient alors plus beaucoup de sens. Les gouttes d’eau qui craquent du ciel produisent une mélodie mélancolique sur le toit de la pergola. Le silence règle.

« Je ressens ton antipathie à mon égard. Je la ressens vraiment. Je peux en voir la couleur et si je désirais, je pourrais la transformer en sympathie en tristesse, en amour ... Tu pourrais me désirer même si tu n'as jamais désiré. »
Les couleurs changent dans ses paumes.

Il referme les mains, laissant disparaître la couleur. Il ne touche pas à ce qu'elle ressent. Il ne lui en veut pas. Elle peut le trouver irritable et ne pas l’aimer. C’est souvent un effet qu’il produit et il le préfère à tout autre. Car il sait alors qu’il n’est point responsable de ce fait.

« J’imagine que tu es lémure. Je ne sais pas depuis combien de temps tu erres dans ce monde. Je présume depuis assez longtemps pour avoir connu nombreux pouvoirs de nécromanciens. »

Il s’est redressé, ses mains venant s’accrocher à la barrière de leur protection de fortune. Il sent quelques gouttes tomber sur son visage et soupire d’aise. Il y a des milliers de couleurs en permanence qui semblent attirer par lui. Celles d’Etsu, des passants, de l’écureuil dans l’arbre, et cette force au loin qui l’appelle. Cette force de cette femme qui semble lui ordonner de venir à elle. Le poids de l’insupportable, il l’a franchi depuis longtemps.

« Nos pouvoirs dépendent le plus souvent de nos émotions. Tu connais sans doute la vitesse du son, la vitesse du temps, la vitesse de la lumière. Connais-tu la vitesse d’une émotion ? »


Il s’assoit sur la barrière, s’éloignant d’elle alors que son regard se perd sur des questionnements. Pourquoi est-elle aussi fatiguée ? Que pouvait-elle ressentir ? Il le savait. C’était affreusement gênant. Il ne pouvait pas comprendre pourquoi elle le ressentait. Aimeriez-vous être au milieu d’une guerre sans comprendre le conflit ? Aimeriez-vous être au milieu de vos parents hurlants sans savoir si vous en êtes responsable ?

« Chaque nécromancien a sa particularité. Des pouvoirs similaires parfois, mais toujours uniques. Comme chaque vision de zombies est différente, chaque pouvoir l’est. Les éléments, la matière, nos forces, tout est sujet à pouvoir. N’importe quoi peut devenir une source d’énergie alimenté par notre esprit et les émotions qu’on ressent. Ainsi, en colère, le plus grand pyrokinésiste peut embrasser une maison sans y prendre garde … Mais d’ordinaire, il contrôle son don. »


La paume de la main ouverte, une flamme dansante née. Tour de passe-passe appris en compagnie de Shirley alors qu’il était en forêt et qu’il a désormais appris à créer. Pour le faire, il a utilisé des émotions d’Etsu. Il a ressenti ce qu’elle ressentait. La flamme le réchauffe et il soupire d’aise.

« Ce sont les contrôlables. Des pouvoirs qui peuvent être contrôlé, tant qu’on ne se laisse pas déborder par une émotion. Mais si le pouvoir est l’émotion elle-même, peut-on l’empêcher d’exister ? »

La main se referme à nouveau, étouffant la flamme. « Je devrais peut-être te décrire ce que je vois, mais je doute que ce soit passionnant et nous ne sommes point là pour moi. Ce qui est certain, c’est que ton amie fait naître les émotions. La colère, la tristesse, la rage, l’amitié. Elle est libre de les faire apparaître et disparaître. Elle est l’essence même de cette source d’énergie. »

Expliquer, …. Il ne voulait pas tout expliquer. Juste faire comprendre le principal.

« Et, comme tu as pu le constater, je manipule cette énergie. Aussi tout ce qu’elle fabrique ou détruit est un lien qui est guidé dans ma direction. Plus on est proche, plus son pouvoir augmente. C’est comme rapprocher l’essence du feu. Si avant notre rencontre, elle pouvait créer et faire disparaître l’émotion. Elle peut désormais percevoir les lumières et rendre l’émotion tangible. Je suis comme un interrupteur dans son pouvoir. Plus je la vois, plus il grandit et moins il devient contrôlable. »


Il la fixe en riant, amusé par l’idée ou juste cherchant à maintenir cette émotion de joie en lui, alors qu’il remonte lentement la manche de son haut. User de sa main blessée est douloureux, mais ça ne fait rien. Elle doit comprendre. Si elle est son amie, elle empêchera que ça arrive.

« A chaque fois que quelqu’un tombe amoureux de moi, je lui retire cette émotion de peur de lui avoir donné. Et je fuis cette personne jusqu’à la fin de mes jours. A chaque fois qu’un homme souffre, qu’une femme hurle, je ressens sa douleur comme-ci c’était mon visage qu’on frappait et mes jambes qu’on écartait. Rares sont mes amis. Je suis un poison émotionnel pour autrui. »

Sur son bras deux marques de piqures. Elles sont visibles car récentes. Il les dissimule à l’aide de potions. Si Pom avait dû apparaître sobre et sans l’impact d’une potion, il serait totalement différent. Il aurait quelques centimètres de plus, des cheveux longs tombant sous ses fesses. Un visage plus féminin, une peau pâle a effrayé les zombies. Ses yeux seraient marqués de cernes noires, son corps couverts de bleus et de cicatrices et chacun de ses bras recouverts de multiples plaies récentes et anciennes des aiguilles qu’il s’infligeait. Avec son poignet brisé par Maxence et les blessures de son pouvoir à la rencontre d’Eressëa, il doutait pouvoir faire pire. Bien heureusement, les potions qu’utilisaient les zombies pour avoir l’air humain l’aidaient lui à avoir l’air sain.

Les deux maigres marques visibles n’étaient rien. Juste assez présente pour qu’elle comprenne. Comme pour s’empêcher de les voir davantage, il remet sa manche et attrape un rubikube dans sa poche, pour jouer avec. Il le fait et le défait, encore et encore. C’est un mimétisme, servant à contrôler son pouvoir.

« J’en suis entre sept et douze injections par jour. J’ai dans cette fiole une potion de sérénité. Mes clopes sont des drogues. Et j’ai assez de potions dans mon sac pour alimenter un immeuble de junkies. C’est l’unique moyen que j’ai trouvé pour ne pas laisser mon pouvoir contaminer les gens qui m’entourent. Je suis une bombe à retardement, en permanence. Et sérieusement, ce n’est carrément pas ton problème petite coccinelle. On ne peut pas sauver le monde entier. Je sais me contrôler et je sais ce que je fais. Mais, plus Ael me côtoiera plus son pouvoir développera de l'empathie et plus elle risquera de ne rien maîtriser. Vu vos cotés psychorigides, je doute qu'elle apprécie. »

Il rit amusé. Souvent, il dit aux rares personnes assez proches pour connaître son comportement et qui s’en inquiètent : je contrôle la drogue, ce n’est pas elle qui me contrôle. C’était peut-être faux, au final. Essayer d’arrêter était bien trop dangereux pour qu’il s’y risque.

« Elle peut se sauver et tu peux l'y aider. Il n’existe pas mille moyens. Elle doit laisser exprimer son pouvoir sans le brider. Elle doit ressentir, créer et détruire des émotions. Elle doit accepter que ce soit une part d’elle-même pour apprendre à le maîtriser avant qu’ils n’évoluent. Avant que le doute s’installe chez elle que toutes les émotions d’autrui ne soient sa création. (...) Ma présence ne fait qu’attiser son pouvoir. Te souviens-tu de l’état où elle était le soir de notre première rencontre ? Je réveille ses dons et elle augmente les miens et pour empêcher les émotions de tout contaminer, elle les a toutes détruite. Si elle continue à brider son pouvoir, elle finira par se brider elle-même. Après, tu es peut-être fan des coquilles vides … »

Il est fatigué, il a trop parlé. Il est prêt à se séparer et se mue dans un silence. Son regard se posant sur la pluie. Pom n’a pas tout dit, il passe des détails sous silence. Il n’a pas à se confier à elle. Il évite aussi de parler de la possession des émotions. Il ne veut pas l’inquiéter davantage qu’il ne le fait déjà. Il souhaite juste tirer une sonnette d’alarme. Le vide qui menaçait Ael à la moindre émotion forte était le plus gros danger. Mais, un autre existait : que ce vide soit combler par une unique émotion. Lorsque c’était arrivé à Pom, en la présence d’Alex, Pom avait blessé l’homme dangereusement. Et il avait manqué de le torturer avant de se reprendre. Si Pom n’en gardait aucun souvenir, il savait parfaitement qu’une émotion s’était emparée de lui et qu’un élément grave était arrivé. Impossible toutefois de faire s’exprimer ce satané et têtu vampire, qui comme Eden, Dadine, Shirley, Ael et d’autres essayaient de le protéger en lui dissimulant des vérités. C’était peut-être mieux, ou pas, Pom n’aurait aimé avoir le choix.

Il a posé le rubikube sur la barrière et il tend un parapluie, qu’il sort de son sac. Elle peut partir si elle le veut. Il est content de l’avoir rencontré, il est toujours d’humeur à jouer, mais il se croit indésirable – et c’est le cas. C’est ce qu’il est. Pour elle, pour tous les humains peuplant ce monde. Il continue de tendre ce parapluie, précisant, « C’est cadeau. » Son regard se pose alors sur le ciel. Ce temps était si noir. Pas la moindre étoile. Pas même une petite lumière d’un avion dans le ciel.




Objets utilisés

Terminé #7 le 14.05.17 14:17

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1377
× Øssements 928
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
http://www.peekaboo-rpg.com/t1294-etsu-morugawa-lassee-de-la-vie http://www.peekaboo-rpg.com/t1298-etsu-morugawa-come-watch-the-sky-with-me#23487 https://parolesdindecise.wixsite.com/blog

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
25/100  (25/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1377
× Øssements 928
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢



Sad Clouds
in the grey sky
i need something...

     Le ciel semblait ne pas pouvoir s'arrêter de pleurer, déversant ces perles d'eau froide sur le parc où elle se trouvait. Elle ne comprenait pas pourquoi il était ainsi. Elle ne comprenait pas pourquoi lui parlait ainsi. Elle ne saisissait pas pourquoi elle était ainsi. Elle ne comprenait que peu de choses, ressentant juste ce qui l'entourait, écoutant juste ce que cet homme lui disait. Elle ne chercha pas à comprendre. Elle n'y arrivait même plus.

Les doigts de la japonaise attrapèrent le manche du parapluie, ses orbes ambrés observant le jeune homme face à elle. Etsu l'avait écouté, en silence, avait entendu ses mots, les avait analysé, l'avait observé. Et bizarrement, elle s'était sentie bien plus triste et démunie que furieuse. Il fallait dire qu'elle avait toujours une extrême rancœur pour cet homme qui avait laissé Ael seule dans les archives, dans un état proche du vide total. Cependant, à présent, Etsu voyait les choses légèrement différemment. Bien que sa colère ne s'était pas délogée de sa poitrine.

Sa paume enserra le petit manche de métal, ses doigts la picotant toujours quelque peu. Intriguée et maussade, la jeune spectre regardait l'homme face à elle, sa fatigue lui sautant aux yeux malgré le sourire amusé qui étirait toujours ses lèvres. Elle avait vu ses marques de piqûres sur son bras, avait entendu ce qu'il lui avait dit sur les drogues dans son sac, sur sa façon de se contrôler. Etsu avait du mal à croire que son amie ait rencontré un homme de la sorte sans rien penser de plus. Mais si elle était le feu et lui l'essence, alors tout était différent. Les lèvres pincées, Etsu plongea son regard dans celui du rouquin, le ressentiment qu'elle portait à son égard s'estompant à moitié.

- Vous dites que je peux l'aider mais de mon point de vue... je ne pense pas pouvoir faire grand chose.

Les doigts d'Etsu se resserrèrent sur le manche, la pluie tombant plus fortement au-dessus de leurs têtes. Aider Ael ? Pouvait-elle réellement l'aider ? La dernière fois, elle n'avait fait que pleurer et se mettre dans des états pas possible. Cela avait fait réagir son amie mais si la nécromancienne devait à nouveau se retrouver dans une telle situation... et qu'elle n'arrivait pas à la faire réagir... sa mâchoire se serra. Elle n'avait pas une telle influence sur Ael. Du moins, elle n'en avait pas l'impression.

- Je suis certaine son amie mais cela ne veut pas dire que je peux lui venir en aide à chaque fois, quand bien même je souhaite le faire. Vous l'avez deviné, je ne suis qu'une simple lémure et je dois avouer que je ne vois pas comment je pourrais l'aider à contrôler et accepter son pouvoir.

On entendait le clapotis des gouttes s'écrasant sur le sol. Les visiteurs du parc avaient certainement du rebrousser chemin pour rentrer chez eux ou se trouver un abri. Mais eux rester là. Etsu n'avait même pas envie de bouger, ni même d'aller nulle. Elle n'avait plus envie de rien.

- C'est à vous de faire une telle chose. Vous comprenez ce qu'elle est et comment fonctionne son pouvoir. Si vous dites contrôler le votre, vous pouvez lui venir en aide et lui montrer la voie. Moi... moi je ne peux pas faire grand chose...

Impuissante, comme bien souvent. C'était un sentiment très agaçant, bien plus que l'embarras qu'elle ressentait en présence de cet homme. Embarras qu'elle n'arrivait même pas à comprendre. Ce type ne lui avait pourtant rien fait. Il était horriblement agaçant mais il ne lui avait rien fait. Etsu tiqua. Pourquoi chercher à comprendre.

- C'est tout de même ironique vous ne trouvez pas. Il faut que je vous demande à vous d'être le soutien d'Ael. À vous qui semblait être en plus mauvaise posture qu'elle. C'est un peu absurde non. Enfin tout cela est absurde. Je ne comprends même pas pourquoi je vous demande ça, je ne vous apprécie même. Et je ne sais même pas pourquoi d'ailleurs. Si ça se trouve, c'est vous qui me rendez ainsi.

Une vive lumière éclaira soudain le ciel, faisant sursauter la jeune femme. Au loin, un coup de tonnerre se fit entendre, n'effrayant même pas la japonaise qui détourna son regard vers le lointain. Tout cela n'avait vraiment aucun sens. Pourquoi que se sentait-elle ainsi ? Pourquoi fallait-il qu'elle soit démunie, froide, furieuse, perdue ? Pourquoi les choses ne pouvaient pas être simple ? Les choses devaient être simples.

- Je dois avoir l'air stupide, pas vrai ?

Un petit rire amer quitta les lèvres d'Etsu, son regard se plantant sur le sol détrempé. Esseulée et impuissante. Ce soir-là, même le ciel paraissait lui en vouloir. Et ce n'était pas la pluie qui attesterait du contraire.

     notes: 794 mots


Afficher toute la signature
Réduire la signature


I love and I hurt you
Sur mon coussin comme un dessin Comme une tâche C’est ton mascara qui déteint Quand on se fâche Et ce coussin d’ici demain Après l’orage Sera témoin que l’on sait bien Tourner la page


En japonais : #6600FF ; En anglais : #998AA8

Terminé #8 le 15.05.17 2:08

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1618
× Øssements 870
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098 http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1618
× Øssements 870
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien






La simplicité n’avait jamais été une page du livre de son histoire. De sa naissance à sa mort, puis à son arrivée dans ce monde, les toiles d’araignée, qui se collaient, semblaient refuser de suivre une ligne droite, préférant les courbes, les croissements et les sauts d’un point A à un C en oubliant souvent le B. Elle ne l’aimait point et elle le disait. Pouvait-il lui en vouloir ? Sincèrement, à cet instant, lui-même ne s’aimait pas vraiment. Alors ça n’avait pas tellement d’importance. Le regard de la femme dans ses yeux le fit sourire, presque mécaniquement, mais le rire avait disparu. Les spasmes de son cœur s’arrêtèrent un instant. Innocente petite enfant, ne voyait-elle pas qu’il avait déjà souillé la mangemort uniquement en la croisant à deux reprises ? Simplement en lui adressant la parole ? La blesser n’était pas suffisant, il fallait qu’il l’abime, alors même que son souhait était de le protéger.

Pleurez, tristes stratus. Pleurez, doux cumulus. Pleurez, cruels nimbus. Que les nuages l’emportent, avant que lui-même ne pleurer. Fichu et dédaigneuse fierté qui l’empêchait de de réagir autrement que par le rire et le sourire. Pleurer, c’était pour les autres. Lui, il n’avait pas envie de s’appesantir sur sa vie. Pas même de continuer à regarder cette femme à qui il pensait davantage que de raisons. Elle était innocente, comme la couleur de sa tristesse de la même couleur que le désarroi du ciel. Du bout des doigts, il la cueillit, la transformant en une fleur, la transformant en un lys avant de soupirer, un petit air – un poil nostalgique. Ce n’était pas lui qui avait contraint Etsu à ne pas l’aimer. C’était pourtant bien lui qui l’avait provoqué et usé de son pouvoir pour la mettre en colère. Il le ferait sans hésiter à nouveau, si son cœur n’était pas épuisé, car il aimait la voir en colère du plissement de son nez furieux à son air de bibliothécaire en colère.

Etre un simple lémure, qu’Est-ce que cela signifiait ? En réalité, elle ne savait pas la chance qu’elle avait. Le jour où elle changerait, elle comprendrait. Les nécromanciens se croient talentueux avec leurs pouvoirs, leurs potions et leurs tours de passe-passe comme les appelaient Eden. Toutefois, lorsqu’on retirait ce vernis, cet éclat de la nouveauté, cette magie passagère, que restait-il ? Un type se dissimulant derrière un masque de magicien. Rien n’est plus triste que le vrai visage d’un clown, d’un sorcier ou du tueur au masque. Car lorsqu’on le regarde, on voit bien qu’il est tout aussi banal qu’un autre.

« Parfois, il suffit d’être là. De vouloir, aider. Je présume. »


Parfois, il a l’impression que ça ne suffit pas. Rien ne va jamais dans la vie des autres. Etsu n’a pas trouvé sa voix. Elle n’est pas plus heureuse que le premier jour où il l’a croisé sous les cerisiers. Les pétales roses ont été remplacés pour des gouttes translucides, et la jolie jupe de coccinelle par une tenue encore plus sobre. S’il en croit le les ragots, Raven a quitté Ael ou inversement, il n’en sait rien. Ael ne doit pas aller très bien. Asuma est toujours martyrisé, Shirley toujours timide, Eden toujours dans sa grotte, Maxence toujours impuni, Toulouze toujours aussi paumé, Erëssea toujours furieuse contre le monde entier et capable de tuer, Alex à l’accuser de préparer des mauvais coups, les femmes à arriver blessé et … Il secoue la tête, riant tendrement.

« J’aime ta stupidité, petite coccinelle. »

Les paroles qui se veulent confidentes se stoppent brutalement alors que les yeux de l’homme fixent les doigts de la femme. La couleur qui en provient est bien différente de celle qui est sur cette fleur. Petite chipie ! Elle se dit lémure, et pourtant, le doute s’installe. Il se rapproche, légèrement, avant de pointer en direction de sa poitrine.

Le doute demeura, alors que les yeux de la femme étaient posés sur lui. Il ne pouvait pas aider Ael. Et il ne pouvait accepter ce genre de responsabilité. Toutefois, peut-être pouvait-il aider Etsu et par ce biais, pouvait-il aider Ael. Pleurez, mes beaux, oiseaux de brume dissimulant les étoiles, ce n’est pas aujourd’hui qu’est venu le jour de l’entente. Il en fait sa résolution, oubliant toute envie de confession. Il doit bien le reconnaître, être ami avec Etsu attirait des ennuis à la jeune femme. Alors qu’être celui qui l’énerve, l’agace, la fait taper du pied. Parfois, on a besoin de ça. Et douce comme elle était, pas certain que beaucoup de personnes osent la provoquer. Alors, son sourire se fait plus félin et dans des accents de vérité, il avoue :

« J’adore vous mettre en colère, je dois l’avouer. »

Une petite lueur rouge s’est allumée sur le bout de son doigt, il la retient toutefois. Il préférait l’introduire maintenant en la jeune femme, pour qu’elle sorte de ses gongs et qu’elle ne soit plus triste. Il préférait la voir le gifler que l’entendre dans son esprit souffrir. Seulement, voilà, il ne voulait pas risquer d’annuler ce moment qui pétillait sur le parapluie donnait. Alors il se contenta de l’éteindre, de la refouler en lui, gardant un peu de cette colère.

« Vous semblez être une petite fille tellement sage, tellement douce, tellement sur votre petit nuage. Vous voir vous énerver, enfiler une bouteille d’alcool, chercher un moyen de me contrer. Peut-être que pour vous, c’est désagréable. Pour moi, c’est revoir un peu de vie dans un océan de calme. Vous comprenez ? Et il faut avouer que vous cherchez un peu avec votre air ingénu et désespéré, à demander à un junkie qui l’a abandonné d’aider votre ami ? Remarquez, vous ne devez pas beaucoup l’aimer pour vouloir me l’envoyer. »


Objets utilisés

Terminé #9 le 15.05.17 22:01

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1377
× Øssements 928
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
http://www.peekaboo-rpg.com/t1294-etsu-morugawa-lassee-de-la-vie http://www.peekaboo-rpg.com/t1298-etsu-morugawa-come-watch-the-sky-with-me#23487 https://parolesdindecise.wixsite.com/blog

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
25/100  (25/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1377
× Øssements 928
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢



Sad Clouds
in the grey sky
i need something...

     Il n'avait pas dit ça ? Si ? Non, il n'avait pu proférer de telles paroles. Il ne devait en tout cas pas les penser. Surtout qu'il les avait prononcé avec cet éternel sourire moqueur bien trop surfait. Il n'avait pas pensé ses mots, ils étaient faux. Il n'avait pu les penser. Il ne les avait pas dit. Pourtant...

Les perles claires de la jeune femme étaient ancrées dans ceux de l'homme en face d'elle, une expression de grande stupeur peignant ses traits. Il l'avait tutoyé, avait dit aimer sa stupidité. Puis l'avait vouvoyer, lui lançant à la figure ces paroles qui faisaient mal. Si mal. Comment ne pouvait-elle pas aimer Ael ? C'était totalement faux. Elle l'aimait. Plus que tout. Elle l'aimait comme elle n'avait jamais aimé personne. Pas comme une amante mais une amie très chère. Si chère. Cette femme était entrée dans sa vie avec une telle facilité, comme si cela avait été écrit à l'avance. Comme si elles s'étaient toujours connues. Ô qu'Etsu aimait Ael, fort, très fort. Au point qu'elle pourrait faire n'importe quoi pour elle. Comment pouvait-il dire une chose pareille ? Il ne la connaissait pas. Il ne les connaissait pas. Comment pouvait-il dire une telle chose ?

Pourtant... pourtant, n'avait-il pas raison ? L'envoyer vers lui était-il la meilleure solution ? Envoyer son amie dans vers cet homme était-il une bonne idée ? Cela ne prouvait-il pas qu'elle ne tenait pas autant à la nécromancienne ? Foutaise. Ael était son amie. Sa plus proche amie. Si la japonaise pensait que c'était la seule solution, c'était qu'elle n'en voyait pas d'ordre. Pourtant... pourtant...

Le ciel pleurait. Si fort. Longuement. Il pleurait des larmes froides et violentes, s'écrasant sur le sol avec force. Il pleurait si fort alors qu'Etsu ne savait que faire ou dire. Que devait-elle dire ? Elle ne savait même plus. Aimait-elle réellement Ael ? Pouvait-elle l'aider ? Et les autres, pouvait-elle les aider ? Elle ne pouvait pas sauver tout le monde, elle le savait. Son ancien métier de médecin lui avait appris qu'elle n'était pas un héro et qu'elle devait juste faire de son mieux. Mais faire de son mieux suffisait-il réellement ? Ses doigts lui piquaient atrocement, se crispant sur le manche du parapluie. Sa gorge était serrée, menaçant de lâcher un cri. Ses yeux s'emplirent de larmes, ne lançant pas l'homme souriant avec moquerie. Trop de sentiments. Trop de confusion. Trop de colère. Trop de tristesse. C'en était assez. C'en était trop.

Et alors que le ciel pleurait, que les gens rentraient se cacher de la pluie, que les animaux retournaient dans leur nid, une étincelle s'illumina dans la nuit. Une lumière vert pale, d'abord faible avant de grossir et de surprendre les êtres alentours. Une lumière verte qui disparut rapidement, vite remplacée par des petits éclats émeraudes qui s'évanouir dans les ténèbres. Changement brutal d'une femme troublée. Le manche du parapluie s'était désintégré...

Stupeur. Effroi. Angoisse. Etsu observa le reste du parapluie au sol, ne comprenant pas ce qu'il venait de se passer. La seconde précédente, elle tenait fermement le manche, ses doigts la brûlant presque quand une lumière avait grandi près de son visage. Partant de ses doigts, elle avait couvert tout le manche qui avait soudain explosé en un milliers de petites particules d'un vert brillant qui allèrent se loger sous le pull de son amie. Incompréhension totale. Effarée, Etsu fixa ses mains avec terreur avant de remonter lentement l'une des manches du pull pour y voir sur sa peau une sorte de dessin commençant de son poignet, ressemblant à s'y méprendre à un ciel étoilé. Que venait-il donc de se passer...

Un nouveau regard inquiet et les billes ambrées retournèrent s'accrocher au rouquin tout près. Ça ne pouvait être que lui. Ça devait être lui. Lui, juste lui. Pas elle...

- Dites moi que c'est vous qui avez fait ça...

Une larme coula, sans qu'elle ne contrôle quoi que se soit... car Etsu savait que la seule personne responsable de cet incident n'était autre qu'elle. Elle et personne d'autre...

     notes: 676 mots


Afficher toute la signature
Réduire la signature


I love and I hurt you
Sur mon coussin comme un dessin Comme une tâche C’est ton mascara qui déteint Quand on se fâche Et ce coussin d’ici demain Après l’orage Sera témoin que l’on sait bien Tourner la page


En japonais : #6600FF ; En anglais : #998AA8

Terminé #10 le 16.05.17 13:57

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1618
× Øssements 870
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098 http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1618
× Øssements 870
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien






Autant il était bon acteur, généralement à toutes les heures, autant il ne peut dissimuler, la surprise face à ce qui vient de se passer. Les yeux écarquillés, il en perd son sourire posé, ses iris diamantés s’ouvrant sous la curiosité. Elle lui ferait presque peur, provoquerait chez lui effroi et stupeur. Que vient-elle donc de produire ? Cette lueur qu’il a vu luire ? Ce parapluie qui a disparu, cette marque qui est apparu. Les pouvoirs des nécromanciens, malgré le nombre de ses années, révèlent toujours autant de mystères qu’il a à peine effleurés. Ils sont les profondeurs des océans, les frontières du néant. Il n’a pas bougé, pas reculé, pas avancé. Quel rare trésor que de voir une fleur éclore.

Du pépin qu’elle avait à la main, il ne restait plus rien. Pouvait-elle faire la même chose avec lui ? Le faire disparaître ici ? Il ne reculerait pas. Pas ainsi, pas comme ça. Il ne lui donnerait pas l’impression d’être une monstruosité. Il l’avait vécu et savait, le mal qu’il en restait. Du bout des doigts, il tente de retrouver, l’objet, au-dessus de la main de l’autre. Evidemment, il n’y a que de l’air, du vide et peut-être un peu de poussière. L’humidité de l’orage est palpable, mais ni le bois des baleines, ni la toile protectrice ne semblait être resté.

Elle lui ordonne de dire que c’est lui vient d’agir. Elle aimerait que ce soit lui. Il aimerait que ce soit lui. Pour ne pas ressentir sa frayeur, pour ne pas s’inquiéter de ses peurs. Finalement, peut-être s’est-il trompé : peut-être qu’il n’aurait pas dû la provoquer ? Pas du risquer de la révéler. Pas certain que ce pouvoir soit profitable. Etre tatoué d’objets désintégrés ? Car il ne pouvait imaginer tout ce qui allait en découler. Ni même qu’il n’avait qu’à peine effleuré, les dons de cette fragilité.

« Je peux le dire, mais c’est mentir. »
Murmure-t-il avec précaution, alors que la tempête semble vouloir s’élever sur la ville et que leur abri n’est point suffisant pour ne pas les tremper définitivement. Le visage navré, son visage oscille en un non. Non, ce n’est pas lui. Non ce n’est pas de son fait. Il altère les émotions, il crée à base d’elle des illusions, parfois même il rend tangible ses visions : mais jamais il n’a eu la capacité, de détruire la matière et de se l’approprier.

Elle était si soudainement proche de la feuille qui se plie sous le poids des trombes d’eaux. Entre l’instant de se briser, et la force de plier et de résister. Petit coccinelle, … tu es comme les nuages et je suis comme cette terre. Si l’eau est pure accrochée à toi, elle se ternira en venant à moi. Le nécromancien se recule, lentement, sans brusquerie. Non, pour la fuir, mais dans le doute. Ce n’est sans doute que le fruit du hasard, mais encore une fois, les gens changent à ses cotés. Et le pouvoir destructeur d’Etsu – il ne pouvait le voir qu’ainsi pour l’instant – lui laissait penser qu’ils ne changeaient pas du bon coté.

Toutefois, un rire léger s’envola alors qu’il s’adossait à nouveau contre la rambarde, jouant d’un sourire charmeur, un poil trop arrogant, qui avait tout pour être horripilant.

« Je suis impressionné, je ne pensais pas que tu m’avais à ce point dans la peau pour te tatouer mon cadeau. Mais, toutefois, il n’est plus aussi efficace contre la maladie qui menace. »
Il ne la fixe plus dans les yeux, trop occupé à observer cette main qui a fait se volatiliser l’objet, trop occupé à regarder cette peau. Brutalement, il sort de son sac une fiole vide, un mortier et un pilon, et trois petites bouteilles contenant des ingrédients. Dans la boîte qu'il avait offert, de nombreuses potions brillaient, Pom n'avait pas menti quand il avait dit qu'il pourrait fournir une fête de junkie.

« Peux-tu mélanger des flacons, juste un peu et celles que tu veux ? Tu dois te douter de la raison. A défaut de me faire confiance, voyons que d’en disent les potions. »
Des extraits aériens lui permettant de commencer ses potions basées essentiellement sur la nature. Si elle était toujours lémure, il ne produirait rien. Sinon, qu'importe ce qui viendrait, elle créerait forcément une potion - que Pom comptait bien verser sur la table - ou boire si rien ne se passait, pour vérifier ses soupçons. Si elle était effectivement nécromancienne : elle venait de contrôler la matière, pour se la tatouer sur le corps. Il ne manquerait plus que ça serve à un pouvoir de l’esprit et elle aurait le triangle vertueux des plus grands magiciens – selon les théories de Pom et d'Eden.


Objets utilisés