#1 le 20.04.17 20:04

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 535
× Øssements 1084
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t1694-eden-la-science-est-un-art http://www.peekaboo-rpg.com/t1733-eden-wsh

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 535
× Øssements 1084
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren
vampire

J'aime les triangles !

Qu’est-ce que je fous en train de me promener dans les rues obscures de métropole recouverte de son voile de nuit ? Tout a commencé à cause de Pom Warren.

Au début de la semaine, j’étais avec lui et il écrivait dans son blog. Depuis quelques temps, j’ai du mal à communiquer avec lui. Il est fébrile, inquiet et se méfie des gens autour de lui. Il se fait des amis, rentre tard et m’agace. Toutefois, je ne m’attendais pas à ce qu’en me voyant, il me jette un regard inquiet de me dise : « Il y a un croquemitaine en ville qui enlève les enfants et qui les fait disparaître. Nous devons le trouver et le livrer aux mangemorts. »  

Premièrement : non, je ne livrerai personne aux mangemorts. (On me livrait déjà bien assez souvent !) Deuxièmement, cette histoire de croquemitaine était totalement débile ! Depuis que je suis dans le monde des morts, j’en ai entendu des rumeurs, toutes plus stupides les uns que les autres. Les vivants ramènent leurs cauchemars avec eux. Des dames blanches, des cauchemars, des démons, … Le problème, c’est que Pom y croyait. Il se méfiait des superstitions. Ma réponse fut donc évidente : va chier, Pom, et arrête de croire n’importe quoi. Personne n’est enlevé par un démon ! Les mômes finissent par en avoir marre de l’orphelinat, s’enfilent des potions de vieillissement et changent d’identité – ils tombent sur des pervers sans doute – tombent en poussière plus vite que nous – ou juste sont enlevés. Mais les démons, ce sont des inventions pour nous faire ranger nos jouets et terminer notre soupe.  

Cette conversation, elle datait de lundi. Mardi, j’apprenais par Damon, détective privé, qu’un enfant était activement recherché et qu’il y avait une augmentation d’activités chez les divers groupes de la ville. (Remarquez, je m’en branle tant qu’ils ne viennent pas sur mon secteur.)

Mercredi, j’apprenais par mon père, que des signalements d’enfants « disparus » étaient signalés – et pas seulement au Japon. Mercredi, Pom me jurait avoir entendu dire par une gamine qu’une ombre noire avait tenté de l’enlever. Jeudi, Pom entrait dans mon bureau à deux heures du matin, me jurant avoir vu un monstre dehors – ce sale junkie avait dû voir sa propre ombre – Vendredi, il partait en chasse tout seul et revenait avec une nouvelle blessure. Et alors, j’ai eu un déclic : si le démon était bel et bien existant, c’était un type qui enlevait les gens. Hors, qu’est-ce qu’il ferait à Pom s’il tombait sur lui déguisé en petite fille ? Je n’ai pas tellement envie d’embaucher un nouvel employé !

J’ai cédé. Oui, oui, je vais arpenter les rues de la ville déguisée et attendre de tomber nez à nez avec le « grand monstre de la nuit », après ? Après, je rentrerai chez moi pour n’avoir rien trouvé. Sinon, je l’inviterai à boire un verre de whisky ! Puis-je jeter la pierre à ceux qui enlèvent des enfants dans ce monde, alors que je peux en tuer dans l’autre ? Bien entendu que je ne peux pas. Mais Pom mènera son enquête si je ne le fais pas et Pom est assez stupide pour tomber sur une organisation dangereuse. Putain, il me prend pour Batman ou quoi ?

Encore une heure à traîner autour de l’orphelinat, puis je rentre ! J’ai ma série à mater !
Invité

#2 le 22.04.17 22:11

avatar
Invité
La légende du croque-gants

feat. Eden Indentshi



Le sang giclait de partout même jusque dans ses yeux, sa vision en devenait totalement brouillée.  Le souffle haletant, elle sentait le liquide chaud sortir de ses entrailles, vidant son corps de toute vie. Des bruits électriques se faisaient entendre, des bruits violents. Elle avait beau crier, personne ne répondait à son appel. Seul ce chahut qu’elle présumait venir d’une tronçonneuse retentissait dans le calme hostile de la nuit. Elle ne savait pas ce qu’elle faisait là, ni ce qu’il lui était arrivé, elle y était et c’était son heure, c’est tout. Elle voulut hurler quand la chose lui trancha lentement la jambe, mais rien ne sortit de sa bouche, aucun son n’émanait plus de sa gorge. Le découpage fut long, comme si la bête qui faisait ça voulait profiter de ce moment, le savourer. Les os se brisèrent et le sang éclaboussa de nouveau les alentours. Puis elle passa à l’autre jambe… Puis aux bras… Et enfin à la tête. Allait-elle nourrir les poissons, fortifier un socle en béton ou se faire dévorer par les vers, ça elle ne le saurait jamais, car elle se réveilla.



Enfin, la « mort » la poussa à se réveiller, une mort qu’elle était sûre de ne jamais avoir vécue. Une mort bien équivalente à la sienne. Ils avaient fait de magnifiques engins pour vous faciliter la tâche…



La duchesse collait, dégoulinante de sueur, et il n’était que trois heures. Elle avait fermé boutique une quinzaine de minutes de cela et ses visions ne s’étaient pas faites prier pour se manifester de la manière la plus rapide et la plus violente qu’il soit. Elle ne savait pas ce qu’elle avait fait à Morphée pour en arriver là mais la Déesse devait bien la haïr…



Cordélia avait l’habitude, c’était son petit rituel. S’endormir, se réveiller, puis abandonner l’idée de pouvoir se reposer. A quoi bon si ce n’est pour faire des cauchemars incontrôlables ? Cela ne lui donnait que plus de motivation pour aller fouiner dans les rues de Tokyo à la recherche de la solution, sa solution… En effet, sans cette besogne, jamais elle n’aurait l’espoir de se voir un jour libérée. Libérée de sa condition de zombie et sans doute de ces immondices qu’elle voyait chaque soir, qu’elle vivait.



La duchesse trempée fila donc directement vers la douche, et après s’être faite propre, enfila des vêtements discrets pour aller faire son affaire. Elle n’aimait pas ses habits, simple haut et bas noirs, mais ils étaient affreusement passe-partout bien que trop serrés aux jambes. Elle n’avait pas l’habitude des pantalons mais pouvait bien mieux courir avec et surtout mieux se défendre en cas de problème. En y repensant, ça lui aurait peut-être porté grand soutient cet hiver de décembre 1822… Elle attacha vaguement sa crinière, arbora ses cornes et corrigea son odeur et son teint grâce aux potions qu’on lui avait fournies avant de passer le pas de la porte et de se glisser dans les ruelles sombres et sinueuses de la capitale.



Le froid la raviva et lui fit oublier l’espace d’un instant la fatigue qui s’était installée en elle. Elle retrouva une bonne partie de l’énergie nécessaire à la tâche et ne perdit pas un instant, elle rentra en chasse.



Cela faisait quelques jours qu’elle ne trouvait pas proies à se mettre sous la dent, et ça l’agaçait. On entendait parler un peu partout de multiples enlèvements, mais elle faisait complètement chou blanc, comme si quelqu’un s’amusait à la narguer en jouant sur son territoire. De plus, cette personne faisait sans doute partie de l’organisation. Ils étaient nombreux dans son cas, disséminés aux quatre coins du globe même si la base se trouvait dans une contrée éloignée du haut du Japon. Et pourtant cela faisait quatre nuits d’affilé qu’elle rentrait bredouille, devant annoncer avec regret au passeur qu’aucun enfant perdu et déboussolé n’était mort et n’avait voulu la rejoindre… Pourtant en quatre jours vous ne pouvez même pas imaginer le nombre de nouveaux-morts que peut accueillir la capitale ! Mais rien, aucun mioche… Et aucune explication vraiment rationnelle à tout ça.



Cordélia vagabonda donc dans la faible lumière du clair de lune. Il avait fait très beau aujourd’hui, du moins, c’est ce qu’elle présumait. Avoir été enfermée une journée de plus à servir l’avait fatiguée et elle était bien contente de prendre enfin l’air, surtout qu’il n’y avait pas grand monde à cette heure-ci dans les quartiers éloignés de Tokyo.



Elle décida de changer de cap et pour une fois entreprit de faire une petite visite à l’orphelinat… Peut-être qu’un enfant mort depuis quelques temps pourrait lui apporter la même chose qu’un autre. Après tout, eux ils s’en foutaient pas mal tant que morveux ils avaient ! Elle déambula donc jusqu’à son poste de jeu d’un pas léger. En abandonnant pour une fois ses talons pour quelque chose de plus robuste, elle évitait qu’on ne la repère et se faisait bien plus discrète.



Il y avait quelques passants, mais rien de bien méchant. Elle attendrait… Puis elle remarqua que quelque chose clochait. Un autre prédateur rôdait dans les alentours. Tout ce qu’elle remarqua c’était ses yeux… Bien trop rusés et furibondes pour une personne attendant près d’un orphelinat. Puis une idée lui vint à l’esprit, peut-être était-ce lui, celui qui lui volait ses ressources, celui qui se moquait ouvertement d’elle… Il fallait qu’elle agisse, elle n’allait pas se laisser marcher sur les pieds par le premier imbécile venu ! C’était son territoire, hors de question qu’il se l’approprie…



Fort heureusement, elle gardait toujours une potion rajeunissante dans sa poche, fournie elle aussi par l’organisation pour l’aider à accomplir sa tâche quelques fois assez délicate. Elle ne se priva donc pas de l’utiliser pour écarter ce léger encombrant de son secteur. Et elle savait comment s’y prendre.



Les larmes montèrent, et une fillette pas plus âgée que 12 printemps accourra en trottinant précieusement vers la cible. Frottant ses yeux rouges, elle le percuta à hauteur de hanches pour tomber minablement à terre, le visage tomate et le souffle court. L’homme se tourna d’un œil inquisiteur et la gamine ne se fit pas prier pour se plaindre et geindre de ce qu’il venait de lui arriver. Bien évidemment, une gosse reste une gosse, elle marmonna quelques mots incompréhensibles, comme quoi une grande dame noire avait voulu la faire venir avec elle de force, qu’elle avait peur, et surtout, qu’elle était partie par là-bas



De toute manière, Cordélia n’avait rien à craindre, si ce n’était pas lui, elle trouverait aussitôt le moyen de s’enfuir, sinon, elle attendrait le moment propice pour s’assurer qu’elle tenait l’auteur de toute cette supercherie…




joshua rokuro pour peek a boo !






#3 le 23.04.17 1:28

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 535
× Øssements 1084
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t1694-eden-la-science-est-un-art http://www.peekaboo-rpg.com/t1733-eden-wsh

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 535
× Øssements 1084
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren
vampire

Le hasard, par hasard !
Texte hasardeux:

Cesse, dit le comte, j'accepte d'avance. Comparez ces trois aérostats à la machine de l'univers ! Tiré de son sein un parchemin qu'il lui trouvait sans doute quelque domestique apportait un paquet. Chargez-vous de ces choses douces qui l'entouraient l'imitèrent et alors, la jeune demoiselle, dit-il. Sauf que rien ne me séparait pas d'un ami de leur envoyer deux litres de vieille ! Rends même grâce au ciel, comme un monstre. Priez pendant ce temps il n'est personne qui n'avait jamais retenti dans un collège situé hors de la cellule et avait refusé toute aide. Beauté objective de forme ou de quantité est souvent une jouissance extraordinaire, un cas attira son attention dans ce lieu les plus affreux arbres, les deux monstrueuses bêtes sautaient sur l'homme immobile et l'épée.
Rude et courte était la lame, grande ouverte, devant le regard mauvais de l'absolu, la philosophie et de la pitié. Joie et tristesse, espérance et consolation aux hommes !


1. Il devine tout, c'est trop un détective de la mort, l'Eden !
2. Il se doute qu'il y a entourloupe, mais il ignore la forme de la loupe !
3. Il a un mauvais doute, mais c'est davantage un instinct qu'autre chose
4. Il est totalement leurrer et se dit que la petite ferrait un très bon appât
5. Il est plutôt leurrer et se dit que la petite a assez souffert comme ça, il lui offre un lait chaud ! Pauvre petite chose, va ! Il a une idée derrière la tête, il faut dire.
6. Sa sympathie envers les enfants prend le dessus sur son sale caractère de monsieur "je râle car je suis un vieux con" et il lui offre une sucette (Ce type est trop sympa !)

#4 le 23.04.17 1:28

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1872
× Øssements 532
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1872
× Øssements 532
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Eden Indentshi' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'6 FACES' :

#5 le 23.04.17 15:52

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 535
× Øssements 1084
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t1694-eden-la-science-est-un-art http://www.peekaboo-rpg.com/t1733-eden-wsh

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 535
× Øssements 1084
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren
vampire

Ah, grou, grou, je suis méchant !

Dans la tranquillité de la nuit, je ne m’attends pas à ce qu’une môme chialeuse vienne à ma rencontre pour demander de l’aide entre deux trémolos de la voix. Il faut dire qu’avec ma haute taille, mon gros pull à capuche de laine noire et un jean délavé, j’ai davantage l’apparence d’une racaille venant voler une sucette que monsieur câlin venant lui souhaiter la bonne nuit. Les enfants sont inconscients ! Comment peut-on encore être surpris ou étonné qu’ils soient kidnappés dans ce monde ou dans l’autre ? Ce n’est pas faute de leurs raconter des histoires, de les prévenir ou d’essayer de les protéger. Vous pouvez être certain que même dans une cellule capitonnée et en étant attachés à chaque extrémité, tous  les humains de moins de quinze ans trouveront le moyen de s’érafler, s’abimer ou se mettre en danger. Je suis bien content de ne pas avoir eu d’avorton de mon vivant et bien soulagé de tirer à blanc désormais.
Je me souviens une époque où des mômes, il en arrivait dix fois plus que des adultes dans le monde des morts. C’est un peu plus calme désormais, mais clairement : ils ne sont pas rares à attendre dans la salle d’attente de Joshua en couinant qu’ils veulent leurs parents. A la place de Joshua, j’aurai déjà démissionné. Voir autant de pleurnicherie, chaque jour, c’est un coup à se couper les veines et à vider leurs contenus sur le feu brûlant d’une agence enflammée !

Toutefois, ma mignonne petite fille, j’ai peut-être l’air un peu stupide : mais tu ne vas pas la faire à l’envers à tonton Eden. Si le monde des morts m’aura bien appris une règle c’est que rien n’est ce qui semble être. Le roi n’est pas un pathétique gamin totalement paumé – il a semblant d’intelligence –  même si j’ai moi-même parfois du mal à le croire quand je vois interagir avec la population. Akio n’est pas un buveur de sang acharné cherchant à corrompre le monde des mortels. La vieille dame n’est pas là pour vous tricoter de jolies écharpes – à moins qu’elle ne veuille vous étrangler avec. Cette petite – soi-disant effrayée par le grand monstre de la nuit – ne venait pas chercher de l’aide sans raison dans ma direction à deux pas de l’orphelinat où elle se sentirait davantage en sécurité et où les enfants devraient naturellement aller se réfugier. Quand un chien à peur, il court se planquer dans sa niche.

Je me penche en avant pour lui parler à cette petite – si j’attrape un lumbago, elle payera le kinésithérapeute – et avec un sourire qui est légèrement plus proche d’un rictus, je lui pichenette le front.

« Cesse de chialer, je ne veux pas de morve sur mon pull. »

Je ne sais pas où cette petite veut en venir, mais elle ne pas pousser mémé à la charité, et l’hôpital dans les orties. Je me souviens en 1702 d’un petit groupe d’enfants. Ils se faisaient surnommer les enfants nuits, ils se baladaient dans les rues de la ville. Ils recherchaient des adultes qu’ils jugeaient inaptes à la compréhension et ils les coupaient en morceaux avant d’envoyer leurs corps aux travers du monde. Autant dire que le Roi avait bien fait de mettre la pseudo-police sur le coup. Ils avaient fait stopper les envois postaux, avaient cherché à rassembler le puzzle d’une quinzaine d’hommes qui cherchaient après leurs têtes, leurs jambes, leurs bras et autres parties du corps. Des nécromanciens avaient eu la lourde tâche d’aider à leurs reconstructions et les enfants avaient été reconditionnés. Nombreux d’entre eux étaient revenus à la vie de la cité. Trois avaient été enfermé dans ce qui leurs sert de mesure de protection envers la société. Mais l’un des enfants étaient particulièrement virulent. Il ne pouvait pas être approché d’un homme adulte à moins d’un mètre où à l’aide de sa seule pensée, il le faisait se plier de douleur. J’ai eu le malheur de le croiser une fois dans ma vie, il m’a fixé et j’ai eu le sentiment qu’on m’arrachait la peau à l’aise de lame de rasseoir, qu’on y foutait du sel et qu’on broyait mes os. Ce petit trou du cul était bien flippant.

Cette petite l’était aussi ! Les enfants sont flippants de toute façon.

« Je ne sais pas qui t’envoie ma petite  - et j’en ai rien à branler – mais si tu me montres la mère Gothel qui t’a fait peur, je lui dirais  de te laisser. »

Pourquoi rester alors qu’il sentait le piège ? A cause des propos de la jeune fille. Une grande dame noire. C’était une description qui lui avait déjà été donné, mais surtout, c’était une précision bien plus précise que toute celle reçue jusqu’à présent. Cette précision signifiait un point presque fiable : cette petite connaissait de près ou de loin la personne qui enlevait les enfants. Elle était peut-être même un appât pour les conduire jusqu’au croquemitaine ! Rien de surprenant, et ça rendait les enfants moins con. Il est facile à cet âge-là de devenir ami et de se suivre la petite venue sans penser une seconde que le magnifique visage de chérubin cachait bien des mystères.

Evidemment qu’il n’irait pas courir après la proie. Le bon chasseur n’est pas celui qui court partout derrière la biche en espérant la toucher – crétin – C’est celui qui repère la source où elle boit, qui monte dans un abri, l’attend et dire dès qu’il est certain de l’avoir. C’est d’ailleurs pour ça que nous les vampires nous sommes en haut de l’échelle alimentaire des spectres : car on sait que tout vient à point à qui sait attendre.

Allez petite, j’attends ta réponse. Allons chasser la sorcière ! Avec sa peau, tu te ferras un joli sac, avec ses cheveux une jolie robe et tu pourras utiliser son sang pour reproduire la dernière plaie d’Egypte sur les maisons des habitants. Tu vas voir, c’est follement amusant !
Invité

#6 le 30.04.17 16:49

avatar
Invité
La légende du croque-gants

feat. Eden Indentshi



Il se doutait de quelque chose, c’était certain. De quoi, ça, ce fût une autre histoire…



L’homme qui se tenait devant elle abordait un air rude et glacial, pas la meilleure personne à qui aller parler dans ces conditions-là quand vous êtes enfant. Une fois de face, la petite fille apeurée savait bien qu’elle n’avait pas employé la bonne méthode de rapprochement. Un individu distant et froid, rassurant une morveuse au visage boursoufflé par ses pleurs incessants ? Laissez-moi rire. Pourtant, il ne l’envoya pas balader comme elle s’y était préparé. Il faut dire que, pour son honneur, elle aurait certainement préféré… Restait donc à savoir ce qu’il avait derrière la tête.



Cordélia se dandina, ne sachant que faire. Il pouvait être intéressé par cette fameuse Dame noire tout comme n’être qu’un pauvre idiot jouant aux durs à une heure tardive devant un orphelinat. Il pouvait avoir compris toute la machinerie et vouloir régler cette affaire de territoire comme elle ou juste être un gentil homme à la façade sombre voulant simplement aider une gamine, mais vu son ton, il y avait peu de chance. Peu importe, la petite avait fait son choix depuis bien longtemps. Elle ne connaissait ni sa volonté ni sa force mais elle devait régler cette histoire qui lui bousillait inexorablement ses plates-bandes. Il était hors de question de rester sans proie une semaine de plus, elle n’allait pas s’avouer vaincue si facilement !



Séchant ses pleurnichements n’ayant eu aucune utilité sur le grand zigoto qui semblait juste inquiet du bruit incessant et infâme qui en émanait, elle lui indiqua donc naïvement d’un doigt tremblant la fine ruelle qui s’estompait derrière elle. Personne n’empruntait cette galerie, trop peu éclairée pour s’y sentir en sécurité au beau milieu de la capitale. Elle semblait parfaite pour son affaire. De toute manière, comme elle se le répétait, elle n’avait rien à perdre, il n’avait aucune preuve de son existence. Et puis, si c’était son homme, elle comptait le dissuader de quitter son territoire comme elle l’avait déjà fait auparavant pour bien du monde. Après tout, Tokyo est et sera toujours réputée pour ses nombreux  nouveaux arrivants perdus se baladant insoucieusement dans toutes sortes d’avenues comme s’il ne pouvait plus rien leur arriver une fois mort. C’était là qu’elle attaquait, ombre sifflante et agile tombant sur sa proie comme sur du vulgaire pâturage. Mais ces derniers temps, elle n’avait pas trop matière à chasser. Il fallait que ça cesse.



Ne voulant plus se la jouer maligne après avoir été tant impatiente et avide qu’en résulta une erreur majestueuse, elle décida de ne plus feindre l’enfant fiévreux et se résolu simplement à l’accompagner anxieusement jusqu’à l’embouchure du chemin. Un violent courant d’air des plus inhospitaliers vint lui gifler ses charnues joues roses en guise de réponse. Restait à voir si l’homme allait s’y engager. Et ce n’était pas gagné. Il y faisait plus sombre encore que dans de cul d’une poule, pardonnez mon expression. De plus, il virait à gauche après à peine quelques pas, ne laissant pas en voir le bout. Non mais qu’est-ce qu’une gamine aurait bien pu aller faire là-bas, je vous le demande. Qu’elle sotte elle fût, tout cela à cause de cette maudite impatience, encore un de ces foutus sentiments humains inutiles. Avec un gosse pas plus haut que trois pommes, ça pouvait fonctionner, mais avec un adolescent ou un adulte ce n’était même pas la peine d’y penser. Peut-être qu’elle s’était levée du mauvais pied, cette nuit. Il ne lui aurait jamais venu à l’esprit, d’ordinaire, de partir chasser à l’aveugle comme ça sans même réfléchir un instant à un plan décent, même avec un foutu marmot comme cible. Dans tous les cas, elle avait merdé, alors au point où elle en était…  



La gamine s’avança dans l’endroit sinueux, soudain calme et d’un pas assuré, et en une fraction de seconde, la « mère Gothel » se dévoila et afficha son plus narquois sourire avant d’attirer du col l’homme avec elle dans les ténèbres.



Sa stupidité l’agaçait. Pourquoi les humains étaient-ils si bêtes, même après plus de deux cents ans d’existence, pour se laisser porter par leurs envies dès qu’un os se remuait sous leur nez ? Elle avait réussit à l’isoler en bloquant le passage, c’était son but, mais pour elle ça n’avait été qu’un échec cuisant et elle s’en voulait terriblement. Cordélia ne se retint pas à le laisser paraître, ne voulant pas non plus de surcroit passer pour une imbécile qui pensait être la reine des complots. Elle aurait plutôt été la reine des insouciantes, pour le coup.



Son sourire s’étant changé en un rictus de dégoût, elle ne prit même pas la peine de se présenter ni de sauter à la gorge du type qui lui faisait face.



« Qui es-tu ? »

Agacée, elle tapa machinalement du pied contre les vieilles dalles glissantes du sol. S’il n’était qu’un pauvre gars tombé là par malchance, elle ne ferait que l’assommer un bon coup et partir sans réclamer son du. En revanche, s’il avait un lien quelconque avec cette histoire d’enlèvement, elle ne se retiendrait pas de lui faire comprendre à qui ces lieux étaient réservés et, s’il n’était pas un de ses imbéciles de confrères, à quelle haute organisation le malheureux avait affaire. Peu importe l’issu, elle le savait, la Duchesse se souviendrait longtemps de cette nuit pour le moins humiliante.




joshua rokuro pour peek a boo !






#7 le 03.05.17 0:52

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 535
× Øssements 1084
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t1694-eden-la-science-est-un-art http://www.peekaboo-rpg.com/t1733-eden-wsh

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 535
× Øssements 1084
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren
vampire

Ah, grou, grou, je suis méchant !

L’ombre de l’enfant dansante et chancelante se transforme à la lumière de la lune en une femme à poigne puissante qui me soustrait de ma surprise pour me saisir le col. Aucun doute n’était en moi concernant la manipulation et l’embuscade de l’enfant ; c’est davantage de la voir se changer en loup plutôt que de me conduire à une meute qui me surprenait. Le voilà, le croquemitaine des enfants ! Si j’avais su que je croiserai Lamia en cette soirée, je n’aurai pas autant rechigné à m’y rendre. Amante de Zeus, fille de Poséidon, te voilà devant moi. Parée d’un délicat visage et d’une chevelure corbeau. Le doute ne m’est plus permis, je vois en tes yeux l’arrogance de celle qui devint Lamashtu chez les akkadiens, Dimme chez les sumériens, Puis Lilith dans le judaïsme. Et si tu ne puis être elle, car elle est déjà en ces lieux de sa rousse chevelure à avoir séduit le fruit défendu, je puis t’assurer que tu en es la descendante.

Ta frustration et ton énervement ne peuvent être lié uniquement à ma présence. Le manque de tes proies doit être la cause de ce pied qui martèle le pavé. Insolente petite créature, comptes-tu me menacer ? Que tu sois une louve solitaire, la main armée de l’organisation secrète dite Z, un pion de la Reine Rouge ou un joker dans chacun de leurs manches, il y a des êtres à ne point contrarier et j’ose croire en faire partie. Certes, je ne puis nier ta prestance.  Tu m’excuseras de poser ma main sur toi, de la glisser dans tes cheveux, m’approchant de toi pour chuchoter : « Petite fille, veux-tu toujours que je te console ? » Un rictus se dessine et je l’éloigne de moi, tout en me saisissant d’une mèche brune volante. Même dans le monde des damnés, l’ADN a son lot de miracle.

Oh, Lamia, sorcière des sorcières. Qui a osé te déterrer ? Sais-tu que c’est ta légende qui me permit de trouver la sentence idéale que je réserve à ceux qui sont mes ennemis. Mes proies, vois-tu, ce sont des monstres qui te ressemblent assez. Ceux qui voilent les yeux des enfants à la nuit tombée et se plaisent à dire que la maladie les contraint à agir de la sorte. S’ils sont infectés par un mal intérieur, ma cruauté à leur égard doit être le symptôme d’un cancer que j’ai dans le cœur ? Excusons l’atroce par la dégénérescence. L’enfer de leurs cultures bienséantes et religieuses les conduit à se soumettre à des préceptes qu’aucune décence n’admettrait.  

Je m’adosse contre le mur, je ne suis pas un morceau de viande à vendre, petite fille. Oh, mon dieu, quelle apparence ! Elle est un danger, aussi sinistre que les courants d’air de ses rues sordides. Elle est la peste qui s’imprègne dans les murs. Toutefois, malgré qu’elle corresponde bien à la description faîtes de la femme rodant, il y avait un point qui se posait en une question : si elle était le kidnappeur, pourquoi m’avoir conduit ici pour m’interroger ? Sincèrement, la question était à se poser ! Je ne suis pas un enfant et je doute être dans ses gouts. Elle est tout à fait dans les miens. N’en soyez pas flattée, impératrice de la nuit, en ce qui concerne les femmes, je n’ai aucune allergie et est toujours l’appétit.

Si elle cherchait à m’interroger en prenant l’apparence d’une petite fille et en me conduisant dans une rue obscure, je n’ai pas besoin d’une pierre de rosette pour comprendre, que nous avons un point en commun : un ennemi en commun. Les kidnappings attiraient l’attention sur Tokyo et les articles ne pourraient qu’être de plus en plus nombreux. Il fallait se montrer discret. Ce qu’elle n’était pas en cette nuit de jeun, j’aurais été un mangemort : ses ailes déchues ne l’aideraient plus à s’envoler d’une captivité – qui serait sans doute mérité.

« Je puis vous dire, ce que je ne suis pas. »


Je puis déjà dire un point clairement identifié dans mon esprit : je doute que nous deviendrons amis. Je considère le monde des vivants comme un lieu de transition servant à trier ceux qui viendront d’ici, de ceux qu’iront ailleurs. Si je ne crois pas en dieu, je n’ai aucune difficulté à croire en d’autres mondes. Rien ne se perd, tout change. Rien ne disparaît totalement. Dans le monde des vivants, si je dois tuer un enfant, je le fais de mes propres mains ou de mes propres crocs. Je ne les livres pas à des monstres. Je me contente de faire taire l’agonie qui les attend pour le restant de leurs vies terrestres.

Si je ne me trompe pas, les petites ombres qui disparaissent sous sa silhouette gracile ne sont qu’un objet, un commerce. Je ne peux cautionner ce genre d’activités – mais je n’irais pas la dénoncer. Tant qu’elle ne chasse pas dans mon territoire, ou ceux qui portent ma marque. Car d’indifférence ou allié de fortune, nous passerions à un bain de sangs.  Et je ne doute pas qu’elle a des armes à la hauteur de sa poitrine !

« Je ne suis pas ton collègue. Je ne chasse pas tes proies. Tes petites marchandises ne m’intéressent pas. Celui que tu recherches, davantage. Il nuit à mon commerce … »
et met en danger mon employé … « les mangemorts augmentent suite à sa boulimie d’absorption de brailleurs et je me dois de l’arrêter. Comptes-tu t’y opposer, galante ? »
Invité

#8 le 28.05.17 20:48

avatar
Invité
La légende du croque-gants

feat. Eden Indentshi



On aurait pu se perdre mille fois dans son regard, miroitant la pleine profondeur de son âme. Il était tout à fait impossible de déchiffrer ce que le saugrenu aurait pu avoir en tête, mais elle ne se sentait pas pour autant devenir proie à son tour. Cette ruelle, elle la connaissait parfaitement pour y être venue déjà bien des fois… Après tout, c’était inexorablement une bonne planque, de plus très proche du terrain de chasse. Les pleurnicheurs perdus dans la mort étaient nombreux à errer près des orphelinats où le gouvernement actuel les plaçait sans trop de réflexion. Après tout, à quoi bon s’occuper de morveux pour lesquels on ne pourra surement jamais retrouver les géniteurs ? Puis vous imaginez le nombre de morts à la seconde qui débarquent ici ?



Bref, dans tous les cas, si jamais il commençait réellement à montrer une quelconque hostilité, elle saurait alors quoi faire. Elle ne se précipita donc guère lorsqu’une main vilaine et nonchalante s’approcha de son doux minois. Elle retint de dégager celle-ci de justesse. Trop tactile. Le dégout se lisait clairement sur son visage. Pourtant, cela l’invita uniquement à se ressaisir et calmer ses ardeurs même si son rictus, lui, s’intensifia à l’écoute des quelques mots moqueurs qui sortirent de sa bouche. Elle devait se montrer inflexible pour pouvoir attendre une réponse digne de ce nom sous peine de se faire simplement rire au nez par celui qu’elle hésitait à considérer imbécile ou rusé.  



Puis il se calma lui aussi, ayant sans doute été satisfait de sa petite hausse de confiance, allez savoir… Elle le laissa ainsi déblatérer, le fixant de son regard le plus rigide. Il lui fallait des informations, qu’il soit celui ou celle qu’elle cherche ou non, et il avait l’air assez bavard pour qu’elle s’y intéresse.



Quel acteur… Il jouait mais elle continuait d’écouter ses dires farfelus. Il parlait par énigmes, ce qui agaçait légèrement Cordélia. La duchesse avait été élevée dans le beau monde, et de son temps, quand on vous posait une question, vous vous deviez d’y répondre. Si vous n’en avez pas l’intention, ce n’est pas la peine de faire poireauter toute l’assemblée ! Sérieusement, « Je puis vous dire ce que je ne suis pas » ? Oui, je puis aussi te dire que je ne suis ni un ours ni une autruche ! Alors qui es-tu, inconnu ? Es-tu l’homme cherché, l’homme à évincé ou bien simplement une personne lambda sans importance. Notre dame était en chasse à l’intrus, elle n’avait pas le temps de papoter gentiment sur le sens de l’humanité, qui sommes-nous et qui ne sommes-nous pas… De plus, son regard sournois et inquisiteur commençait à lui donner la nausée. A un moment, il lui avait semblé déceler derrière son air très attentif un homme quelque peu sur ses gardes… Lui faisait-elle peur ? Pour tout vous dire, malgré sa prestance omniprésente, il n’était pas des les goûts de Cordélia. Elle, ce qu’elle recherchait, c’était de la jeune chaire tendre à emprisonner entre ses griffes.



Elle commença presque par regretter de ne pas être tombée sur un mangemort. Lui au moins aurait réagit plus vite que la vieille tortue centenaire qui lui faisait face… La fausse chimère avait besoin de passer ses nerfs sur quelque chose après son échec cuisant. Pour l’instant, elle avait repris le contrôle, mais espérait vivement avoir une réponse convenable et pouvoir éventuellement partir de cette sombre rue puante d’humidité.



Enfin une réponse…



Oh, donc cela se voyait tant que ça… ? Après tout, elle ne cherchait pas à le cacher, et elle savait très bien que son « commerce » était considéré comme quelque chose de « mal » par pas mal de personnes, mais bon après tout, des mioches, ce n’était pas ce qu’il manquait… Oui, oui, mais ce sont des êtres vivants me direz-vous… Et bien Cordélia s’en fiche, voilà tout. Pour cette gente dame, l’humanité n’est bon qu’à jeter à la poubelle, alors elle participe juste au tri sélectif… Oui, cette manière de penser est horrible mais ce fut un blocage nécessaire dans sa vie pour ne pas perdre la raison à l’époque où elle n’était encore qu’une jeune mortelle. Après avoir vu vos clebs se régaler de votre progéniture, croyez-moi, vous voyez la vie différemment, et la mort aussi. Son esprit aurait pu virer d’une tout autre manière, la duchesse aurait pu n’être qu’encore plus protectrice, mais ça ne s’était juste tout bonnement pas passé ainsi. Le cerveau peut être parfois complexe. Assez complexe pour faire changer une femme tout ce qu’il y a de plus douce en un monstre de cruauté qui ne suit uniquement que son propre intérêt, quitte à tuer toute une civilisation sans jamais en éprouver le moindre regret.



Assez parlé du passé, le problème du moment était bel et bien là, adossé au mur, mais malheureusement ce n’était pas son problème, et il ne fallait pas qu’il le devienne... Et pour ça, il fallait répondre favorable. Après tout, elle ne fabulait pas, elle avait déjà depuis quelques temps pour but de nuire au nuisible pour reconquérir ses terres qu’elle espérait non-contigües à celles de… de qui du coup ?



« Comment puis-je appeler notre valeureux justicier ? »

Non… ce n’était pas de la moquerie… Enfin, juste… peut-être un peu ?



Le zombie s’avança de l’homme qui semblait avoir le même but qu’elle pour l’instant : éloigner l’individu beaucoup trop gourmand de petits chiards. Pourtant, malgré s’être élancée avec flegme jusqu’à lui, elle restait encore prudente à son égard, dague dans le dos et potions à la taille, dissimulées mais toujours prêtes à être utilisées.





joshua rokuro pour peek a boo !






#9 le 29.05.17 14:56

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 535
× Øssements 1084
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren
vampire
http://www.peekaboo-rpg.com/t1694-eden-la-science-est-un-art http://www.peekaboo-rpg.com/t1733-eden-wsh

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Masculin
× Age post-mortem : 969
× Avatar : Trafalgar Law - One Piece
× Pouvoir : Vampire : Groupe A+
× Appartement : Van Gogh
× Logement : Envie de boire un verre ?
× Métier : Malfrat, enquêteur, protecteur. Propriétaire du Bchobiti.
× Communication : 090-1333-3999
× Péripéties vécues : 535
× Øssements 1084
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 10/04/2017
× Présence : complète
× DCs : Pom Warren
vampire



 


   mironton, mirontaine,
   prends l'arme de ce héros ;
   puis, en vrai croquemitaine,
   tu feras peur aux marmots.  

Pierre-Jean de Béranger

   
Dodelinant de la tête, je suis encore à me poser des questions sur l’identité de cette femme. Son apparence est semblable à une chimère et je n’ai point de doute qu’elle puisse l’être. Je ne puis en être certain. Elle est armée, dangereusement armée et capable d’immobiliser. Les chimères ont un cri qui permet d’éviter ce genre d’armes superflue. Cela ne signifie pas qu’elle n’est PAS une chimère. Cela signifie juste qu’il y a un doute raisonnable. Toutefois, je la classe dans ce groupe avec une certitude de 80 % ? Si seulement je savais que je m’étais trompé. Je serais très vexé !

Je doute sincèrement que cette alliance soit positive pour moi à l’avenir. Je ne sais pas quoi penser du trafic d’êtres humains – ou du trafic d’animaux en règles générales. Vendre de la matière vivante est assez peu déontologique puisqu’il s’agit de soustraire la liberté d’une personne à des fins purement financières. Des pauvres gamins qui serviront d’expériences, termineront zombies, mutilés, esclaves ou endoctrinés. C’est sordide. J’ai bien assez à faire pour ne pas être lié à ce genre de commerce.

C’est la fascination qui me fait rester. Une forme de dégoût pour cette femme qui happe à la nuit ses plus jeunes étoiles et une forme d’admiration pour cette ténacité. Si j’en crois les rares personnes proches de moi – assez pour me connaître mieux que je ne me connais moi-même – je dois prendre garde à l’entourage car j’ai tendance à ne pas discerner ce qui est bien ou mal. (Ce qui n’est point de mon avis.Je n’aime pas beaucoup qu’on me pense influençable.) Il faut dire que je n’ai pas non plus été élevé dans une famille où les doctrines et la logique du respect de l’autre étaient enseignés. Dans mon clan, il n’y a que quelques règles : obéir à l’Alpha au prix  de sa propre vie, profiter de la passerelle entre le monde des morts et le monde des vivants pour s’enrichir et asseoir son influence entre les deux mondes et – surtout – détruire tout ce qui est un obstacle à ce fait. Évidemment, il y a le dernier point : maintenir, transmettre, et augmenter un patrimoine multiculturel à des fins de recherche scientifique ! L’avancée scientifique étant le but ultime.  
Du coup, découper le corps d’un enfant – d’un nourrisson même – comme un vieillard à des fins scientifiques ne devrait pas me poser des problèmes. C’est l’influence de mes relations actuelles qui me font me poser des questions. Ce ne sont pas les bonnes, par ailleurs.

Je ne me demande si c’est mal de capturer des gosses. Je me demande, si j’accepte d’aider cette femme, si ceux qui sont dans ma sphère ne vont pas me passer en énième sermon sur la logique. Et vous pourriez me dire, t’es grand, t’es puissant, t’es fier : FUCK l’avis des autres.  Non. Fuck, le votre d’avis. Pas celui de ceux que j’aime. La raison étant évidente : c’est ma façon de voir les choses. Rien ne compte davantage que la protection de mes protégés.

Je sentirais presque les mains invisibles et les cris silencieux qui tentent de me faire partir, de prévenir les autorités ou juste de fermer les yeux et de ne plus m’approcher d’elle que je ne quitte pas du regard, charmé par sa prestance et son influence. J’ai toujours été séduit par les femmes de pouvoir ; tel le serpent du livre de la jungle. Toutefois, bien heureusement, je peux retrouver un semblant de raison. Je peux le faire.

Je me suis écarté, me dirigeant vers la sortie de la ruelle pour fixer la lune au-dessus de nous. Et bien, nous voilà prêt à partir à la chasse. Sauf que j’ai l’air d’un dragon et elle d’une vieille sorcière. Certain que si notre homme est dans les parages, il va fuir la queue entre les jambes. Notre homme, ou notre femme. Nous n’en savons rien, après tout. Il pourrait tout aussi bien s’agir d’un groupe. Tout est possible puisque ma description est faussée. J’ai celle de cette femme – et vu que ce n’est pas elle, toute mon enquête est à refaire.

« Je suis ... »

C’est qu’elle est bien curieuse notre petite diva. Tu veux mon identité, mon numéro de téléphone et mon lieu d’habitation aussi ? On ne sait jamais, je pourrais sans doute t’aider à y voir plus clair. Putain. C’est amusant tout de même, quand on pense que d’un coté j’essaye de sauver un enfant des mains du groupuscule de cette femme (même si j’ignore qu’elle y appartient) et de l’autre je vais l’aider à rétablir son territoire de chasse. Protéger les enfants devient un vrai enjeux politique dans cette ville.

« Batman. »

Quoi ? J’ai le droit d’être batman ! Je vous emmerde, si vous n’êtes pas content. Les lampadaires au-dessus de nous sont pour la plupart cassés, sans doute pour favoriser les enlèvements et le trafics. Les rares allumés produisent une lumière sordide et orangée qui confère à nos visages une apparence des plus creuses et lugubres. On pourrait largement nous prendre pour des zombies. Si un gamin est en train de se faire kidnapper et qu’il nous voit arriver, il voudra partir avec son kidnappeur plutôt que de nous suivre. C’est certain.

« Il te reste de la potion de rajeunissement ? Sinon, on devrait peut-être aller se fournir - » j’ai le plus gros réseau de marché noir de la ville, je peux au moins me servir de ça pour être utile. « car je doute qu’on pèche le moindre maquereau avec nos gueules de requins. »

Flegmatiquement, mon attitude stoïque à du mal à se se défaire d’une certaine lenteur dans ce que je fais. Ma flemme est légendaire et franchement, j’aimerai tomber directement sur ce type pour qu’on s’en occupe. Rapidement. J’ai envie de boire une bière, de jouer à la console, et d’oublier cette rencontre avant qu’elle n’influence ma vie. Certain que ce genre de femme serait quoi faire de tout l’héritage que j’ai et dont je ne me sers que pour m’amuser. Certain aussi que si je reste trop longtemps avec elle, je risque de vouloir en apprendre davantage. Et chacun le sait, c’est en écoutant le serpent, qu’on finit par siffler comme lui. Le principe du serpent à sornettes.

« Et c'est quoi ton petit nom ? »



 
Minuit sonna. Tel un vieux cliché de films d'horreur, il quitta sa morne existence pour le seul moment palpitant depuis sa mort. L'instant où il pouvait capturer et mettre à mal l'un des mômes de cette ville. Ils n'étaient pas ses proies. Ils ne l'avaient jamais été. Ils étaient là pour elle, cette femme qu'il avait croisé une fois, par hasard et dont le charme avait opéré. Il voulait lui offrir ses mômes en symbole de son amour et l'enfermer entière dans une cage, comme tant d'autres femmes du temps de son vivant. Avant qu'on ne le tue, en l'accusant d'être fou. Fou. Fou. Fou. Ce mot le rendait dingue.  
 
Les mangemorts étaient en alerte et ils étaient à la recherche d'une ou de plusieurs personnes susceptibles d'avoir commis une série d’enlèvement. Cette histoire risquait à tout instant de faire les gros titres de la presse et personne n'avait envie de voir Joshua en colère en apprenant que la sécurité dans sa ville était de moins en moins optimal. Un roi en colère, même le plus sympathique des rois, ça fait des dégâts !
Mot de Lod

\O/ ON PART A LA CHASSE AU DÉMON ! YEAH !