50 nuances de jupes en cuir et paillettes [PV :Nae]

    #le 20.04.17 18:45

    avatar
    × Evolution :
    × Age de la mort : 23 Neutre/sans genre
    × Age post-mortem : 24
    × Avatar : Bokuto - Haikyuu !!
    × Appartement : Bozo
    × Métier : Educateur au refuge
    × Péripéties vécues : 15
    × Øssements 130
    × Age IRL : 23 Féminin
    × Inscription : 18/04/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : le kiwi
    vampire
    vampire

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    0/100  (0/100)
    23 Neutre/sans genre 24 Bokuto - Haikyuu !! Bozo Educateur au refuge 15 130 23 Féminin 18/04/2017 complète le kiwi
    Pff ! Son binôme du jour au refuge n’avais même pas été amusant plus de cinq minutes. Enfin celui qui avait été l’aprèm. Celui du matin il avait l’habitude. Quoi que peut-être pas, mais qu’il prenait simplement Fubuki pour un des gamins à prendre en charge qui abusait de potion. Ok, c’était l’excuse que son collègue qu’il avait eu le matin se mettait pour tenter de comprendre le comportement du vampire avec les mômes, mais même comme ça il avait tellement l’impression que certain des enfants étaient bien plus mature que l’éducateur. Sérieusement, il ne serait pas dans le monde des morts, avec pour objectif de s’amuse, Fubuki aurait certainement mis à la porte après des plainte de parent concernant sa simple façon d’être.

    Bref, pour en revenir à celui de binôme qui nous intéresse oublions celui du matin. Le second était arrivé après la pause de midi et avait simplement regardé le vampire de la tête au pied, huit ou neuf fois, il avait oublié de compter, attendant certainement d’avoir une autre vision face à lui si jamais il recommençais une fois de plus en imaginant assez fort que c’était la première fois qu’il faisait la démarche. Mais non, ça ne voulait pas partir et la phrase avait claqué l’air aussi vif qu’un coup de fouet. Rentre chez toi ! Avant même de tout comprendre il avait son sac en bandoulière à l’épaule, était à la porte du refuge et disait en revoir de façon un peu absente au gamins. Il avait eu une longue mâtiné, rentrer plus tôt ne le dérangeait, puis la grimace de dégout profond de son collègue avait été jouissive, mais il aurait pu au moins rentrer dans son jeu et faire un superbe compliment à ses belles jambes bien visibles. Ok, il n’avait pas pris le temps de les épiler, mais il restait sexe tout de même. Vraiment aucun humour. Aucun sens de la beauté non plus. Pas grave, l’autre avait la tête d’un chimpanzé albinos avec variole de toute manière.

    Quoi qu’il en soit tout cela l’avait laissé complétement frustré dans son amusement. Un peu comme si on lui avait coupé l’herbe sous le pied. Il aurait pu faire marche arrière, offrir un superbe sourire et un doigt d’honneur à son collègue, mais ça serait tellement insipide à faire. Même pas drôle. Un soupir à fendre l’âme le pris alors qu’il levait les yeux au ciel tout en reprenant son bout de chemin pour retourner à l’agence quand ses yeux eurent une accroche sur un homme. Putain, il a envie de jouer avec, genre là maintenant. Parce que ça tête lui plait, parce qu’il réfléchira plus tard. Pourquoi devrait-on avoir une raison pour faire chier son monde et draguer ? Rapidement il remet un peu plus de bordel dans sa chevelure pour le swag de la chose, remonte un peu la jupe noir en cuir qui pour le coup se stop mi-cuisse, tente de lisser rapidement son chemiser mauve avec des dessins de sirènes en paillette avant de laisser tomber et enfin refaire les lacets de ses rangers verte.

    Soyons clair, aucun des fringue n’étaient à lui. Il les avait tous voler sans aucune honte, ils étaient couvert en plus de plusieurs taches de peinture fraiches fait le matin même à l’atelier peinture du refuge et avait même des petits trous par-ci par-là. De base si son collègue l’avait renvoyé chez c’est simplement car son chemiser lui donnait envie de vomir et rien d’autre. Beaucoup trop l’habitude des excentricités du vampire pour en faire un cas. Du coup avec sa tenue parfaite de dragueur du dimanche complétement ivre qui a tous perdu il avança vers ce qu’il espérait être une source d’amusement.

    « Hey beau brun, tu serais pas une cigarette ? Car tu enfume mon esprit, embrase mon cœur et me rend déjà addict de toi en un regard. »


    Le tout avait été accompagné d’un clin d’œil des plus minables en plus. Oh putain, qu’il s’amusait déjà. Il était trop fier de sa punch line de BG beauf puceau. Que la mort est belle. En plus il y a même de beau cerisiers autour d’eux pour parfaire la beauté de son jeu. Monde merveilleux !

    nos partenaires