ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Rose recherche des rps et des liens !

    Meyah Sésatoriss recherche un partenaire de rp qui serait inspiré par son personnage !

    Lise K. Abbes a besoin de nouveaux partenaires pour rp et a quelques idées à proposer !

    Chappie Woodstock a posté un rp libre dans l'appartement Jolly Jumper

    Mitsuko Shinoda cherche plusieurs partenaires et a plein d'idées à proposer !

    Daisuke Yoshiro recherche un partenaire de rp nécromancien

    Saturday a posté un rp libre dans l'Izakaya Bchobiti

    Event du moment
    ... Before Christmas
    du 20 décembre au 20 janvier

    Magypom, pour des tartes d’antan !

    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 31 Autre
    × Age post-mortem : 257
    × Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
    × Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
    × Appartement : Jolly Jumper
    × Logement : Viens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

    × Métier : Travaille pour Eden
    × Péripéties vécues : 1639
    × Øssements1607
    × Age IRL : 30 Féminin
    × Inscription : 21/01/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : la pomme
    × DCs : Eden / Cinemont / Rose

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1639160730Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1639160730Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    nécromancien
    Terminé
    #1 le 19.04.17 2:58



    Je veux savoir,



    Montre-les moi.



    La nuit était tombée et Pom n’était pas très rassuré. Dernièrement, il avait accepté une mission pour Eden. Cela n’était pas surprenant, il acceptait toujours des missions pour Eden. Le problème n’était pas là. Le problème était qu’il s’était planté. Aidé de sa bague chimérique, il avait pensé pouvoir duper une organisation – en grande partie composée de femme – et parvenir à retrouver la fille d’un chef d’entreprise qui s’était suicidée et était devenue chimère. Comme toujours, Pom n’était pas vraiment au courant des tenants et aboutissants, sa confiance en son patron était totale et il ne posait que peu de questions. Seulement, voilà, il avait raté. Et il était tombé sur une vieille dame ! C’était de sa faute à elle !

    L’homme réprima un frison. Sous son gros pull trop large, son jean, il avait fait le choix de s’habiller de manière totalement masculine. Les femmes sont plus faibles que les hommes, c’est une certitude. Pom étant autant l’un que l’autre savait parfaitement pourquoi il prenait des potions pour n’être qu’un homme, car ainsi : il était davantage épargné. Les femmes se chamaillent entre elles, médisent, se critiquent et s’insultent. Les femmes se font toucher les fesses dans le métro, doivent se faire belles et ne doivent pas prendre du poids. Elles veulent des enfants, de l’amour et râlent autour de leurs règles. Les femmes sont fragiles, elles se brisent et se casent. Elles ont besoin d’être rassuré. Il les trouvait sympathique, c’était vrai. Il les savait « d’un point de vue » humain égal à lui-même, mais, homme et femme étaient à ses yeux différents, et il souhaitait être un homme. Mais pas toujours. Parfois, …

    D’un geste de la main, Pom envoya voler sa pensée. Il déposa sur une table, se situant à côté du manège, deux tasses à café et servit les deux. L’une était pour lui, l’autre était pour la vielle femme. Le nécromancien, attrapa direction à la suite, un carnet où l’écriture était manuscrite. Eden Indentshi adorait les ordinateurs, mais il pensait qu’un document secret devait être forcément écrit à la main.

    A l’intérieur, le patron du Bchobiti proposait un marché. L’équivalent de deux milles euros, à échanger en ossement, contre un moyen de joindre la jeune femme. Visiblement, Eden menait une simple enquête de routine et n’avait pas la moindre idée que Pom était en train de se poser des questions sur Margareth et les siens.

    « Eden me fait dire que ça peut être un numéro temporaire, il veut simplement parler à la chimère. Son père veut lui parler. Vous comprenez ? »
    Questionna-t-il, en direction de la femme. Pom ne se sentait pas très l’aise en sa présence. Il avait le sentiment qu’elle le voyait nue, malgré la potion, et qu’elle devinait qu’il était proche des leurs.


    Objets utilisés
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 23 Masculin
    × Age post-mortem : 24
    × Avatar : Sasuke Uchiwa - Naruto
    × Appartement : Michalak
    × Péripéties vécues : 308
    × Øssements264
    × Age IRL : 25 Féminin
    × Inscription : 07/03/2017
    × Présence : complète
    × DCs : Etsu Morugawa | Toulouze Ka | Juunko Naonori

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    0/15  (0/15)
    23Masculin24Sasuke Uchiwa - NarutoMichalak30826425Féminin07/03/2017complèteEtsu Morugawa | Toulouze Ka | Juunko Naonori
    avatar
    lémure
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2531-liam-gold-guilty-tearshttp://www.peekaboo-rpg.com/t2538-liam-carnethttp://www.peekaboo-rpg.com/t2548-liam-cellphone
    23Masculin24Sasuke Uchiwa - NarutoMichalak30826425Féminin07/03/2017complèteEtsu Morugawa | Toulouze Ka | Juunko Naonori
    lémure
    Terminé
    #2 le 24.04.17 21:49





    I
    l n'y avait pas à dire, Eden pouvait parfois – pour ne pas dire souvent – être l'emmerdeur le plus agaçant que ce satané monde pouvait porter. Quand ce n'était pas pour draguouiller l'une des mes filles, il se ramenait avec une mission foireuse donnée par un client quelconque souhaitant mettre le bazar dans mes affaires. Qui plus était, il fallait toujours qu'il me fasse déplacer dans un lieu sordide. La place du manège ? Franchement ? C'était ridicule. Et fichtrement ennuyant.

    Le voile noir surplombant nos têtes s'étendait à des kilomètres sous mes rétines, celles-ci observant sans vraiment les voir les points lumineux et scintillants du ciel. Pour paraître crédible et juste donner l'impression au monde nous entourant que je n'avais l'air que d'une bonne grand-mère, j'avais amené avec moi trois des nouvelles gamines que Cordélia m'avait dégoté. Les trois enfants jouaient joyeusement autour du manège, évitaient soigneusement de tomber sur l'un des rares mômes présents à cette heure sans pour autant me lâcher du regard. Leur apprentissage se passait en douceur et à merveille, leurs prunelles brillant d'adoration et de respect quand elles les posaient sur ma personne. Trois petites chimères en devenir, bonnes à accomplir les plans subtils que j'avais élaboré pour elles.

    Seule ombre au tableau, cette femme, venue de la part d'Eden. Ses iris m'observaient à peine, son corps flottant dans ces vêtements trop grands tremblotant quelque peu. Pour certains, on aurait pu croire que le froid la gênait et lui piquait la peau. Mais il ne fallait pas être dupe pour comprendre que la situation ne lui allait pas du tout. Ô Eden, quand tu m'envoies l'un de ses sous-fifres mal entraînés, fais au moins en sorte qu'il ne soit pas aussi transparent. Quelle idée de m'envoyer cet être filiforme à l'expression trop soucieuse. Les personnes traînant dans le parc finirait de nous remarquer. Un soupir las m'échappa, mes lèvres enserrant mon fume-cigarette qui arrivait à peine à me détendre. Ce genre de situation avait le don de m'exaspérer.

    L'odeur du café monta à mes narines, la jeune femme me tendant une tasse les traits crispés. Sans vraiment lui prêter d'attention, je m'en empara tout en criant quelque chose aux filles, leur sommant de faire attention comme la bonne grand-mère que je devais être. Elles me répondirent d'un sourire, amusant les quelques familles alentour avant que je ne tire davantage sur ma cigarette. Que cette nuit allait être ennuyeuse.

    Au bout de quelques minutes, je me décida à porter mon regard sur l'employé de ce qui devait être un associé bien trop insupportable pour en être réellement un. Une femme de taille moyenne, à la chevelure rouge comme des pivoines et le visage crispée d'une expression soucieuse. Malaise ou crainte, le sentiment qu'elle ressentait était bien trop fort pour mes sens de chimère qui ne désiraient qu'une chose : lui sauter au cou et la déchiqueter. La chouette volant dans mon esprit voyait en elle une proie facile et vulnérable avec laquelle elle pourrait jouer à sa guise. Mais elle sentait également que cette proie mystifiait sa véritable origine. Et bien plus que sa peur, c'était son odeur qui me le confirmait. Pauvre petite. Ce n'est pas ainsi qu'une femme doit sentir. Tout du moins, pas complètement.

    - Tu diras à ton patron que cet argent ne m'intéresse pas, déclarai-je finalement sans lâcher mes filles du regard. Si cet homme tient tant à discuter avec sa soit-disant fille bien aimée, qu'il vienne me livrer son service trois pièces. À ce moment-là, peut-être pourrons-nous discuter d'un accord.

    De la fumée sortit d'entre mes narines, mes lèvres se scellant sur mon fume-cigarette tandis que je rendais le morceau de papier à la rousse. La chimère qu'il désirait voir était arrivée dans les locaux de l'organisation il y avait de ça deux mois, totalement perturbée et dérangée. Son soit-disant père lui en avait fait voir de toutes les couleurs pendant bon nombre d'années, faisant d'elle un jouet dont il usait et abusait. À présent, cette petite chimère écureuil était bien plus vivante et forte que lors de son arrivée dans le monde des morts. Cependant, revoir son père la mettrait plus bas que terre. Je ne pouvais décemment pas courir le risque de reprendre son éducation juste pour de l'argent. Surtout qu'un casse devait bientôt être orchestrée par Eresseä et l'un des groupes de ma milice armée. Comme si j'avais besoin d'argent.

    Fumant à nouveau, je me retourna vers la jeune femme, la dévisageant avec hauteur et condescendance. Je me demandais vraiment ce qui avait pu passer par la tête d'Eden pour m'envoyer un phénomène pareil. Cela faisait un moment que je n'avais pas rencontré de personne comme elle, mais elle était bien trop... sur la défensive et la réserve, au point que cela m'agaçait. Encore un qui avait du mal avec sa personne. Allons bon.

    - Tu diras également à Eden qu'il n'a pas besoin d'ordonner à ses sbires de changer d'apparence. Me prend-t-il pour une débutante ? Cela en est vexant.

    Je ne pris pas la peine d'observer la réaction de la jeune femme que je fis signe aux filles de revenir près de moi, celles-ci s’exécutant dans la seconde et m'entourèrent en souriant. Je leur répondis avec douceur, caressant les cheveux blonds de celle plus près de moi avant de prendre une voix froide pour répondre à l'autre qui m'avait fait perdre mon temps.

    - Si tu veux bien nous excuser, nous partons. J'ai assez perdu de temps à entendre des sornettes pour ce soir.




    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 31 Autre
    × Age post-mortem : 257
    × Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
    × Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
    × Appartement : Jolly Jumper
    × Logement : Viens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

    × Métier : Travaille pour Eden
    × Péripéties vécues : 1639
    × Øssements1607
    × Age IRL : 30 Féminin
    × Inscription : 21/01/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : la pomme
    × DCs : Eden / Cinemont / Rose

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1639160730Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1639160730Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    nécromancien
    Terminé
    #3 le 25.04.17 3:52



    Je veux savoir,



    Montre-les moi.



    Cette femme l’angoissait réellement. Elle menait clairement la danse. L’atmosphère ambiante n’était clairement pas rassurante. Il avait l’impression d’être dans un roman d’horreur avec le bruit de ce manège ne s’arrêtant que pour reprendre de plus belle. La présence des fillettes dont émanait un sentiment d’idolâtrie particulièrement flippant rajoutait à ce décor une impression d’écrasement et de fuite. Il n’aurait pas été surpris qu’elles sortent un opinel pour l’éviscérer. Il n’avait qu’une envie : que l’entretient soit le plus bref possible et qu’elle parte. D’autant que cette femme produisait le même effet que les gourous de secte. C’était évident dans sa manière de se tenir, de se comporter avec ses filles ou de parler. C’était une soumission totale, le respect d’un chef et la perte de sa propre identité. Pom ne comprenait même pas qu’Eden puisse avoir de la sympathie à son égard – c’était du moins ce qu’il dégageait en parlant de cette femme. Si lui-même appartenait à une organisation, selon ce qu’il pouvait entendre du bar de son ami, Pom Warren ne le voyait pas ainsi. Jamais Eden n’imposait ou n’obligeait à quoique ce soit et dans son groupe se trouvait autant de personnes variées, à la mentalité et aux objectifs différents. Dans le monde des vivants, il aurait sans doute été considéré comme un groupuscule anarchique. L’anarchie s’opposait fièrement à l’oligarchie.

    Cette amazone des temps modernes ne semblait clairement pas prête à céder le moindre terrain concernant les informations à donner. Toutefois, Pom fut particulièrement vexé de l’entendre dire qu’il ne fallait pas la prendre pour une imbécile à user d’une bague nécromancienne pour infiltrer son organisation.  Naturellement que le jeune homme avait de quoi être vexé : puisque cette idée provenait de lui et qu’il était persuadé que cela n’aurait pas été un échec si cette vieille peau n’avait pas été là. A moins qu’elle ne parlait de son apparence actuelle ?

    Elle ne pouvait pas savoir. Elle ne devait pas savoir.

    D’ordinaire, Pom était plutôt attiré par les personnes âgées dans le monde des morts. Elles n’étaient pas très nombreuses – car elles avaient généralement eu une belle vie – et elles avaient des tas d’histoires à raconter. Et puis, Pom était un peu envieux. Il aurait aimé voir ses enfants grandirent. Ils auraient aimé pouvoir avoir des rides, pouvoir passer du temps avec ses petits-enfants et mourir d’un sommeil où un rêve l’aurait attrapé pour ne pas le rendre. Il ne trouvait guère agréable d’être mort jeune. Il n’aurait jamais le loisir de pouvoir savoir qui il aurait pu être, ni ce que ses enfants avaient pu devenir. Un zombie ou un vampire pourrait éventuellement lui donner l’information. Toutefois, Pom ne s’en sentait pas le mérite. Il les avait abandonnés.

    Ce qu’il ne sentait pas non plus, c’était de discuter avec cette femme. Eden aurait mieux fait se de rendre lui-même à ce rendez-vous, selon le nécromancien. D’autant qu’il savait – depuis qu’il l’avait revu – qu’Erëssea bossait pour elle. Et Pom Warren n’avait aucunement envie d’être lié de près ou de loin aux gens qui bossaient avec la chimère.

    Seulement voilà, il avait accepté une mission et il aurait été bien stupide d’arrêter là la conversation. Gardant un grand sourire de circonstance, l’homme leva les yeux au ciel :

    « Eden ne donne pas d’ordre. Il demande. Et mon apparence lui importe peu. »


    Cette femme l’agaçait. Vraiment. Et le pire, c’est de savoir que son chef avait une forme de respect pour elle. Comment pouvait-on respecter ce genre de personnes qui tournent des idées dans la tête des gens jusqu’à leurs faire que les idées viennent d’elles ? Pom n’aimait pas ça. Il n’aimait pas les rois. Il n’aimait pas l’amour aveugle. Et pour cause, puisqu’il avait été de ceux qui avaient soutenus les différents rois de France menant lui-même, sa famille et les tiers à leurs pertes. Sa mort était une leçon claire à son esprit : n’écoute que toi-même.

    « Vous n’allez pas me faire croire que vous avez accepté de vous déplacer jusqu’ici pour simplement me dire non et partir ? »


    Pour Pom Warren, l’Izakaya Bchobiti était davantage un lieu de philosophes et détectives privés qu’un lieu de trafic et d’activités secondaires où Eden aurait été à la chef d’une petite armée. Ce n’était pourtant pas si faux, mais Pom était dupe de tout ça et qui pourrait lui reprocher ? Eden avait l’apparence d’un métis ou d’un gars des îles qui aurait passé son enfance en bas d’une cité de New-York à vendre des chewing-gums à des gamins. Il n’avait aucunement la prestance ou le charisme de cette femme ou des autres chefs de gangs. Il suffisait pour Pom de voir son chef se promener avec un boxer kitch rouge en forme de cœur en se grattant le bas du dos pour être convaincu que non : ce type n’était pas un danger.

    Et il était bon pour juger les autres. Sauf qu’un point était une erreur dans son équation : l’amitié. L’amitié et l’amour, les sentiments forts en général, le rendaient totalement aveugle. Et c’était cet aveuglement qui le conduisait à être encore dans l’erreur face à Margareth. Parce qu’il ne supportait pas qu’elle le fixe de la sorte, qu’il la voyait comme une manipulatrice à petites chimères fragiles – ce qui ne faisait que renforcer son peu d’estime pour cette race – et qu’il ne comprenait pas comment on pouvait juger une personne à son sexe.

    Ce qui était assez surprenant, d’ailleurs, c’est que les deux avaient eu le même mentor en la personne d’Erëssea fut une époque.

    « Je passerai les messages à Eden. »
    - Le nécromancien était toujours assit, il ne comptait pas se redresser. Etre assit lui permettait de contrôler la gestuelle de son corps et permettait aussi de maintenir une distance entre la vieille femme et lui. Puis sans élever la voix, et pourtant d’un ton incisif, il déballa ce qu’il pensait.  

    « C’est quoi votre problème avec les hommes ? Vous savez que vous avez l’air totalement tarée et perverse à vous balader avec toutes ces gamines ? C’est vrai que plus la chaire est jeune, plus il est facile de leurs faire croire aux loups-garous. Vous pensez que tous les maux viennent du genre masculin et que le fait d’avoir un vagin vous rend meilleur ? Et le petit côté air supérieur et hautaine  du couvent, c’est obligatoire pour asservir les paumées qui viennent dans vos jupons ? A mes yeux, cela ne les rends que davantage plus faibles d’avoir besoin d’une maquerelle pour les protéger. »


    Objets utilisés
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 23 Masculin
    × Age post-mortem : 24
    × Avatar : Sasuke Uchiwa - Naruto
    × Appartement : Michalak
    × Péripéties vécues : 308
    × Øssements264
    × Age IRL : 25 Féminin
    × Inscription : 07/03/2017
    × Présence : complète
    × DCs : Etsu Morugawa | Toulouze Ka | Juunko Naonori

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    0/15  (0/15)
    23Masculin24Sasuke Uchiwa - NarutoMichalak30826425Féminin07/03/2017complèteEtsu Morugawa | Toulouze Ka | Juunko Naonori
    avatar
    lémure
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2531-liam-gold-guilty-tearshttp://www.peekaboo-rpg.com/t2538-liam-carnethttp://www.peekaboo-rpg.com/t2548-liam-cellphone
    23Masculin24Sasuke Uchiwa - NarutoMichalak30826425Féminin07/03/2017complèteEtsu Morugawa | Toulouze Ka | Juunko Naonori
    lémure
    Terminé
    #4 le 05.05.17 21:49





    C
    oriaces et agressives. les créatures qui se débattent ont toujours été les plus amusantes. Elles montrent les crocs, sortent les griffes, affirment par leur rage de vaincre et cet infime espoir de survie qu'elles ont la force pour se défendre. Montrent qu'elles ne sont pas faibles et ne vont pas se laisser faire, quand bien même leur adversaire est mille fois plus puissant qu'eux. Drôles de créatures, diablement amusantes et particulièrement intrigantes. Le genre de créature qui si on les pousse de la bonne façon, deviennent des prédateurs bien plus dangereux que l'on ne pourrait l'imaginer.

    Des perles rougeoyantes dévoilant une fureur froide mêlée à une crainte tacite s'étaient posées sur ma personne comme un chasseur pointe son fusil sur sa proie. Des paroles acérées et venimeuses se faufilèrent entre les lèvres de la jeune femme aux faux airs de garçon manqué. Des paroles qui avaient juste le don de me faire sourire, après que l'étonnement soudain que son virulent discours impromptu m'avait causé. Il fallait dire que je ne m'étais pas attendue à une telle réaction de la part de cette petite chose à l'apparence frêle. Mais ce sont bien souvent les petites fragiles qui sont le plus dangereuses. Il m'arrivait parfois de l'oublier et de le redécouvrir en voyant ce genre de personne me tenir tête de cette façon. Que ça en était amusant.

    Un rire grave et rendu rauque par les nombreux bouffées de cigarettes s'éleva de ma bouche, surprenant les trois petites chimères accrochées aux pans de ma robe violette. Durant les déblatérations du poulain d'Eden, j'avais pu sentir leur colère et leur agressivité grandir à son égard, la plus jeune, qui était contre moi, donnant des signes flagrants d'envie de violence. C'était l'une des autres raisons qui m'avaient poussé à sortir du nid de mes araignées, accompagnée de ces petites : pour leur permettre de contrôler leurs nouveaux instincts primaires. Mais les choses semblaient plus complexes que je ne l'espérais.

    Tapotant doucement sur le crâne de l'enfant tout en cessant de rire, je leur lança un sourire radieux avant de jouer dans les cheveux de chacune avec douceur. Abasourdies par mon geste, elles ne bougèrent pas d'un pouce, attendant une indication de ma part les yeux grands ouverts.

    - Retournez donc jouer. Je vais charger Maria de venir vous chercher. J'ai à faire.

    L'une grimaça à mes parents, tirant quelque peu le tissu de ma robe quand les deux autres la traînèrent bien malgré elle jusqu'au manège dont elles firent rapidement le tour en riant joyeusement. Souriant toujours, je m'entrepris à me saisir de mon cellulaire afin d'envoyer un bref message à ma secrétaire qu'elle puisse revenir récupérer les filles. Puis, une fois l'objet rangé dans ma veste grise, je me tourna enfin vers cet être intriguant et distrayant. Ses traits tirés par l'exaspération et l'irritation avaient quelque chose d'assez sauvage, son visage fin de femme laissant transparaître tous ces sentiments qu'il ressentait. Étrange petite créature. Ce que les hommes pouvaient être naïf.

    - Penses-tu réellement que j'ai quitté ma demeure juste pour rencontrer un second de ce cher Eden ? Ciel, que tu es naïf. Mais je dois avouer que je m'attendais à quelque chose de plus intéressant que cette histoire saugrenue.

    L'odeur du café emplit mes narines, ma main portant la tasse à mes lèvres avant que je ne puisse en avaler plusieurs gorgées. Noir et fort, comme Eden pouvait le réaliser. Lui avait-il donné cette directive ? Cela ne serait pas surprenant venant de lui. Il ne me fallut que peu de temps pour terminer mon breuvage et déposer la tasse sur la table, quémandant du regard à être à nouveau servi. Entre temps, je m'alluma une nouvelle cigarette, la fumée voletant dans l'air alors que sous mes yeux, le manège tournait seul sur la place où nous nous trouvions. Maria était passée.

    Il n'y avait d'ailleurs plus grand monde, les quelques passants ayant certainement pris la fuite en sentant la pression qui commençait à s'installer aux alentours du manège. On n'entendait plus que le souffle du vent et le crissement métallique du tas de ferrailles aux multiples chevaux. Une atmosphère bien lourde et pesante pour un lieu tout aussi sordide. Je me demandais ce que pensaient mes filles cachées un peu partout de la situation, présentes pour s'assurer que rien de fâcheux ne m'arrive. Comme si un gringalet dans son genre pouvait me faire quoi que se soit.

    Un nouveau rire passa la barrière de mes lèvres, une nouvelle bouffée de fumée brûlant agréablement ma gorge. Avec flegme, j'accrochai mes iris opalines sur cette créature aiguisé.

    - Mais à ton avis, pourquoi, comme tu le supposes, détesterai-je les hommes à ce point ? C'est vrai après tout, qu'ont-ils bien pu faire pour que je possède une telle rage au creux de ma poitrine ? Pour que je décide de prendre sous mon aile toutes ces filles et femmes apeurées et brisées pour leur redonner un tant soit peu goût à la vie ?

    Ma main était posée sur mon thorax, au niveau de mon cœur tandis que mon regard se plongeait dans celui du rouquin non loin. Je ne ressentais pas réellement de l'animosité à son égard, ni de la haine mais une extrême curiosité. Car il n'était pas comme les autres après, pas comme tous ces hommes bons à rien qui méritaient juste qu'on les jette dans une fosse. Non. Il était entre deux états, deux genres et ne semblait pas se rendre compte des l'entièreté de sa situation. Drôle de petite créature.

    - Dis moi donc mon garçon : suis-je réellement à tes yeux cette Mère Supérieure du mal bonne à juste prendre la chaire fraîche des plus jeunes êtres pour la corrompre ? Ou bien ton jugement sur ce monde ne te ferait-il pas dire un peu n'importe quoi ?




    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 31 Autre
    × Age post-mortem : 257
    × Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
    × Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
    × Appartement : Jolly Jumper
    × Logement : Viens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

    × Métier : Travaille pour Eden
    × Péripéties vécues : 1639
    × Øssements1607
    × Age IRL : 30 Féminin
    × Inscription : 21/01/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : la pomme
    × DCs : Eden / Cinemont / Rose

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1639160730Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1639160730Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    nécromancien
    Terminé
    #5 le 07.05.17 17:57








    Les personnes d’apparence âgées du monde des morts avaient une influence particulière chez le nécromancien. Lorsqu’elles parlaient, même lorsqu’il était en colère comme à l’instant, il baissait légèrement la tête puis les fixait avec intention comme avalant leurs mots. Pom Warren n’avait pas connu beaucoup de personnes âgées respectables. De son vivant, rares étaient ceux arrivant à dépasser un âge considérable. Les rares qu’il avait connu avait été son grand-père et le roi Louis XIV. De quoi être marquant. Dans la mort, les personnes âgées étaient rares car beaucoup avaient eu une vie fun. Certains disaient qu’elles étaient dans un autre univers.
    Et les rares arrivants chez les morts, prenaient des potions pour avoir l’air jeune. Malgré  la colère qui grondait en lui, Pom ne pouvait que l’écouter. C’était dangereux, les mots parviennent davantage à convaincre qu’on ne le croit.

    Le départ des fillettes lui fit du bien, il se sentait plus à l’aise n’étant plus en leurs présences. Elles lui rappelaient bien trop Annie et Iris. Des enfants qui appartenaient à son passé. Des petites filles qui criaient son prénom à longueur de journée et attendaient tellement de lui sans qu’il ne puisse être un père idéal. Son passé, en changeant d’apparence, de nom et de vie, il espérait ne jamais le voir resurgir. Il était loin de se douter que seule la présence d’Eden à ses côtés empêchait ce fait. Pom ignorait tout de la protection que lui apportait le vampire ni des peines que ce dernier devait endurer par sa faute. Son irresponsabilité et son innocente confiance lui épargnaient d’avoir à s’en préoccupait.

    Les questions de la femme, il se les posait. Qu’avaient donc pu faire les hommes pour qu’elle les haïsse à ce point ? Il n’en savait rien. Les hommes pouvaient être des monstres avec les femmes, au travers des années et des époques. Ils avaient fait brûler Jeanne alors qu’elle les avait sauvés. Ils avaient usé de droits de cuisage, de vente et d’acharnement. Ils avaient condamné les femmes à l’hystérie, les avaient rejeté pour leurs règles, leurs avaient interdit le pouvoir à de nombreuses reprises. Ils les avaient soumis au refus du désir, les avaient sexualisé dans les médias, les avaient contraint à croire que la beauté importait davantage que l’intérieur. Les femmes grosses se sentaient laides, les femmes maigres se sentaient malades.

    Arrête …
    La forme blonde procrée dans la chambre, attachée au lit, murmura les mots.


    Pom comprenait pourquoi Eden appréciait et travaillait avec ou pour cette femme. Eden croyait que le monde devait être gouverné par les femmes. Son patron lui disait toujours que même si Akio et Joshua lui étaient sympathiques, ils ne remplaceraient jamais la force et la détermination de ceux qu’on disait être le sexe faible. Pom levait toujours les yeux au ciel. Les femmes sont faibles, c’est ainsi. Sa femme avait été faible en acceptant un mari qui la trompait. Sa mère avait été faible en le torturant dès l’enfance et en lui promettant mille morts plus affreuses les unes que les autres et milles vies plus cruelles les unes que les autres si on apprenait qu’il était à moitié femmes. Jeanne avait été faible en acceptant qu’on vérifie sa virginité pour avoir le droit de se battre au nom de Dieu. Rose avait été faible de l’aimer. Les femmes, oui, elles pouvaient être fortes : mais elles étaient nées avec des cartes en moins. Maintenant, c’était différent pensait-il un peu. Maintenant, ils étaient presque à égalité.
    Eden disait que non. Eden et Pom ne pourraient pas s’entendre là-dessus.

    Arrête …
    Pliant ses longues jambes contre son corps, la forme à la chevelure blonde senti un sanglot le secouer alors que des mains appuyaient sur ses genoux pour lui faire déplier, lui écartant les bras protecteur pour venir toucher sa poitrine avant de murmurer : « Avec quel démon ta putain de mère a-t-elle accepter dans son couchage pour faire naître une telle horreur … »


    La mâchoire crispée, l’homme regarde la vieille femme et soupire doucement.

    « Violées, torturées, humiliées, battues, asservies … » Il déglutit ses mots amers, qu’il connait que trop bien. Si Pom pense les chimères faibles d’avoir sombrer à la cruauté, c’est sans doute car lui-même y aurait songé s’il n’avait décidé de croire en l’oubli, « Il y a toutes les excuses du monde à vouloir haïr un homme. » Toutes. Dès l’enfance. Même son enfance, il avait dû se méfier des hommes. Bien moins que d’autres grâce à la protection de son grand-père, mais Pom n’avait pas oublié les récits d’amies lui racontant comment chaque nuit son père, son oncle, son frère même parfois rentraient dans leurs chambres.

    « Oui … »
    Murmura-t-il, avant de reprendre une voix plus assumée,  « Ils ont pu vous faire connaître le pire. Je ne crois pas toutefois que ça justifie d’haïr l’ensemble d’une communauté. »

    Elle était comme l’inconnu au nom de ville. Lui haïssait les blancs. Comme le sous-directeur de l’orphelinat, lui haïssait les noirs et les indiens. Comme le petit juif effrayé travaillant aux archives, lui haïssait les allemands. Haïr ceux qui ressemblent à ceux qui nous font du mal.

    En talons, robe légère face à cet été chaud, et chignon fou, Pom se sentait bien. Il était pressé de rejoindre son ami qui ne le connaissait que sous cette apparence de femme. Il aimait être elle. Elle se sentait si bien. En entrant dans le métro, elle se senti immédiatement étouffée par le nombre des gens. Par habitude, elle s’engouffra au fond, sachant qu’elle descendait à l’avant dernière station. Debout, la main levée pour tenir la barre, elle sentie soudainement une main glisser sous sa robe, remonter sur son boxer et glisser à l’intérieur. Les yeux grands ouverts sous la surprise, Pom se retourna, et un japonais la quarantaine passé lui sourit avant de la tripoter. Il voulait crier, il le voulait vraiment, mais il avait bien trop honte. Il baissa la tête, laissant les doigts s’amuser, jusqu’à ce que son pouvoir contamine l’autre. L’homme se retrouva gêné, honteux, il s’excusa brièvement et descendit à la station ouverte.
    Pom demeura là, la main sur la barre, son regard croisa celui d’un groupe. Des mots, trainée, aucune décence, et d’autres se firent entendre. Elle réalisa qu’il avait tout vu et rien fait. Elle avait été responsable, à leurs yeux, par sa tenue. Et elle leur donnait raison. Pom leur donnait entièrement raison alors qu’il racontait honteux son aventure à Eden ne comprenant pas que son ami grogne mécontent se contentant de dire : « Bordel, t’es complétement con, Pom ! Quand tu te grimes un homme, tu cognes, non ? Pourquoi tu ne le fais pas en femme ? La prochaine fois que tu croises cet enculé, tu le dégommes ! Putain, est-ce que ça me viendrait à l’esprit de ... »


    « Vous ne leurs redonnez pas gout à la vie … »
    Il redressa le visage, hochant négativement de la tête, « vous leurs donner assez de haine pour le rester. Peut-être que vos raisons sont justifiables. C’est fort possible mais … »

    Mais quoi ? Mais en réalité, les femmes étaient aussi monstrueuses que les hommes. Et Pom les excusait car elles étaient des femmes. Ce n’était pas la faute de sa mère si elle l’avait haït dès sa naissance. C’était une femme et les femmes sont faibles. Ce n’était pas de la faute de Rose son comportement avant sa mort. C’était une femme, elle était faible. De la même manière que Shirley pouvait mal lui parler, qu’Etsu pouvait être énervé juste en le voyant, qu’il devait protéger Ael et non l’inverse, … Eressea était une exception. Avec elle, il s’était senti lui. Ni homme, ni femme. Les deux à la fois. Avec elle, il pouvait s’énerver et se mettre en colère. Il pouvait ne pas l’excuser par sa condition de femme. Il pouvait admettre d’être lui-même fragile, maladroit, ou rêveur. Il pouvait s’accorder d’être ce qu’il voulait.

    Il n’en savait rien en réalité. Pom ne parvenait à comprendre et c’était visible dans ses yeux vacillants alors qu’il s’était docilement levé pour aller refaire un café et le servir à cette femme si étrange. Autour de lui, son pouvoir s’animer, se métamorphosait, en une enveloppe protectrice, une fine lumière visible, que lui-même ne percevait pas. Les émotions qui l’animaient, la méfiance, le doute et la curiosité, faisaient naître cette moisson qui colorait ses yeux en violet et transformait le bout de ses cheveux en parme pastel.

    « Vous ne me direz pas, n’est-ce pas ? Ce qu’ils vous ont fait ? Vous faîtes d’êtres faibles, des guerrières. Elles affrontent la vie, certes. Mais à quel prix ? Tant mieux pour vous, si vos sornettes vous vont le respect de mon patron. Pour ma part, je ne crois pas qu’une société matriarcale nous permettra d’être meilleurs.  Je suis peut-être incapable de vous comprendre, et peut-être qu’il faut que les femmes acceptent leurs forces mais je pense que les enfants qui vous accompagnaient tout à l’heure méritent de vivre une mort paisible et de ne pas être entrainé dans vos guerres. Je crois que mon jugement sur le monde tout comme le vôtre nous font commettre des erreurs.
    La mienne est peut-être de croire que vos intentions sont mauvaises et seulement animé par votre haine. La vôtre est peut-être de ne voir le monde qu’en deux clans.  Mais je suis un homme, et je ne peux sans doute pas vous comprendre. Je vais donc cesser de vous faire perdre votre perdre votre temps. Dois-je passer un autre message à Eden si ce n’est celui de ne plus jamais avoir à faire à vous ? »


    En réalité, Pom le savait. Rester auprès de cette femme serait vouloir la comprendre. Et la comprendre, c’était se rendre compte que lui-même avait des raisons d’Haïr cette société qui sexualisé tout ce qu’il faisait, le rangeait dans une case ou l’autre et l’obligeait à se cacher pour avoir le droit d’exister.


    Objets utilisés
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 23 Masculin
    × Age post-mortem : 24
    × Avatar : Sasuke Uchiwa - Naruto
    × Appartement : Michalak
    × Péripéties vécues : 308
    × Øssements264
    × Age IRL : 25 Féminin
    × Inscription : 07/03/2017
    × Présence : complète
    × DCs : Etsu Morugawa | Toulouze Ka | Juunko Naonori

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    0/15  (0/15)
    23Masculin24Sasuke Uchiwa - NarutoMichalak30826425Féminin07/03/2017complèteEtsu Morugawa | Toulouze Ka | Juunko Naonori
    avatar
    lémure
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2531-liam-gold-guilty-tearshttp://www.peekaboo-rpg.com/t2538-liam-carnethttp://www.peekaboo-rpg.com/t2548-liam-cellphone
    23Masculin24Sasuke Uchiwa - NarutoMichalak30826425Féminin07/03/2017complèteEtsu Morugawa | Toulouze Ka | Juunko Naonori
    lémure
    Terminé
    #6 le 14.05.17 17:02





    I
    l avait ce regard. Ce regard que porte ceux qui ont vu et vécu des horreurs, qui tentent en vain de les oublier et de faire comme si de rien était. Alors qu'au fond d'eux, la seule chose qui résonne est ce cri d'injustice et de désespoir. Cela ne m'étonnait qu'à moitié, sa condition faisant qu'il avait certainement du se retrouver dans des situations critiques et humiliantes. Le genre de situation qui était toujours orchestrée et menée par des hommes. Je pouvais le sentir, plus que je ne le devinais, qu'une part de lui, caché au fond de son être, était d'accord avec mes propos et mes idées. Certainement qu'il n'avait pas accepté et épousé suffisamment ce côté de lui pour comprendre ce qu'elle lui racontait.

    Sa mâchoire se desserra une fois qu'il est terminé son discours, son regard se détournant alors qu'il me demandait si j'avais une dernière parole à adresser à son patron. Je n'avais pas réellement besoin de lui faire passer un quelconque message. Surtout que ce n'était pas avec ce nigaud de vampire que je voulais discuter à présent. Mais avec cette petite créature bouleversée. Tirant à nouveau sur mon fume-cigarette, mes lèvres laissèrent une bouffée de fumée s'envoler doucement dans l'air pendant que mes yeux clairs se scotchaient au ciel de minuit.

    - À l'aube de l'univers, il n'y avait qu'Adam et Eve, pauvres êtres délaissés dans un grand jardin luxuriant. Seulement, un jour, un serpent courtisa Eve et lui dit de manger le fruit d'un arbre dont ni elle ni Adam ne devait en cueillir les fruits. C'est à cause de cet événement que les femmes sont appelées le sexe faible, car Eve n'a su résisté à la tentation du perfide serpent de Satan.

    L'air frai faisait danser les feuilles de arbres, jouant entre elle comme une muse jouant de la harpe. Il n'y avait pas un bruit, pas une ombre. Même le manège s'était arrêté. Il devait être bien tard pour que ce lieu soit aussi désert.

    - Je pense que tu dois connaître cette histoire, continuai-je sans cesser de fumer. Après tout, une fois arrivé ici, on ne peut que se rendre compte de l'absurdité de ce conte grotesque.

    Je me souviens encore de mon effarement en arrivant dans le monde des morts. Des immeubles. Des routes. Des voitures. Des personnes aux oreilles pointus, des femmes à moitié animal, des corps décomposés marchant sans peine dans les rues. Cela n'avait rien du paradis qu'on nous avait promis leur de mes cours de catéchisme, de ces beaux discours que nous contait le prêtre à l'église. Juste un monde ressemblait à s'y méprendre au précédent. Un monde qui n'avait rien de meilleur ni de pire. Juste un monde trop semblable.

    - Pourtant, même aujourd'hui, les hommes continuent d'appeler les femmes le sexe faible. Alors qu'elles peuvent faire la même chose qu'eux. Elles travaillent aussi bien, construisent des bâtisses, conduisent des voitures, inventent de objets et résolvent des formules mathématiques. Cependant, le fait de ne pas avoir la même chose qu'eux entre les jambes leur donne étrangement le droit de nous rabaisser. Ils nous trouvent bêtes, sottes, mal élevées, faibles...

    Mes doigts s'étaient crispés sur la tasse de café que je reposa bien malgré moi, ma soif n'étant pas réellement étanchée. Il fallait dire que toute cette histoire avait tendance à me mettre les nerfs en pelote, mon irritation se voyant remplacer par un sentiment plus puissant. Mais m'énerver ne ferait pas comprendre à ce garçon ce qu'il ne semblait pas vouloir voir. Il devait comprendre, car pour une raison que j'ignorais, j'avais l'impression que s'il pouvait le faire, d'autres le feraient également. Faible espoir de changer les choses certainement.

    - Le problème c'est qu'ils se trompent lourdement. Et c'est bien cela qui m'horripile le plus. Même après toutes ces années, ils n'ont toujours pas compris que nous valions autant qu'eux. Et ce genre de comportement attise la colère et la haine chez mes filles. Tu penses que j'ancre cette haine dans leur tête et leur cœur mais quand elles viennent à moi, leurs yeux sont déjà emplis de cette rage froide et destructrice. Je n'ai même pas à jeter de lui sur le feu comme tu pourrais le croire. Elles attisent elle-même ce brasier.


    La cigarette se consuma, tombant mollement sur le sol sans le moindre bruit. Mes filles étaient toujours cachées dans des recoins de la place, observant la scène en serrant les dents en attendant un signe pour pouvoir sauter à la gorge de ce garçon. Chose qui n'allait pas arriver. Les paroles que je proférai arriver jusqu'à lui, bien qu'il ait pu dire qu'il ne comprendrait jamais mon point de vue. Il le comprendrait. Non, il le comprenait. Je pouvais le voir dans son regard. Une part de lui était d'accord avec ce que je disais.

    - Tu dis ne pas me comprendre, mais je pense qu'au contraire, tu me comprends parfaitement.

    Me tournant vers lui, je lui lança un sourire à moitié triomphant pendant que je posai mon doigt sur sa poitrine, entre ses deux seins. Bien sûr qu'il comprenait. Il ne voulait juste pas y croire.

    - Car cette part de toi n'est pas bien différente de mes filles ou de moi. Je ne parle pas de ton physique mais de ce que tu portes ici, en ton sein.

    Mon ongle s'enfonça légèrement dans le tissu de son vêtement, arrivant jusqu'à la peau que je n'effleura qu'à moitié. Je n'avais aucune envie de le blesser ou de la terrifier. Il était déjà assez tendu comme cela pour que j'en rajoute. Bien que les proies apeurées étaient plus amusantes que les autres. Affichant un autre sourire, je me détourna à nouveau, mes bras se croisant sur ma veste alors que je me tenais bien droite face à lui.

    - Mais libre à toi de ne pas l'écouter. Continues à vivre s'en l'entendre si cela te convient. À présent, si tu tiens à t'en aller, je ne te retiens pas. Dis juste à ton patron que la cargaison arrivera dans trois jours au sud de la baie.

    Petite créature. Le monde n'est ni noir ni blanc. Tu dois le savoir. Alors cesses donc de faire comme si cela n'était pas le cas.



    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 31 Autre
    × Age post-mortem : 257
    × Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
    × Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
    × Appartement : Jolly Jumper
    × Logement : Viens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

    × Métier : Travaille pour Eden
    × Péripéties vécues : 1639
    × Øssements1607
    × Age IRL : 30 Féminin
    × Inscription : 21/01/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : la pomme
    × DCs : Eden / Cinemont / Rose

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1639160730Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1639160730Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    nécromancien
    Terminé
    #7 le 15.05.17 3:34
    Note : Suite, quand tu veux et peux. Je sais pas si tu voudras rajouter quoique ce soit.J'attends du coup pour faire la demande de sujet.








    Quelques jours auparavant, Pom Warren était en train de marcher dans la rue. Il ne faisait rien de mal à son avis, juste il marchait. Un homme avec une chevelure bleue s’était approché, l’avait complimenté et face à son refus d’entrer dans son jeu de séduction, il l’avait malmené à lui en casser le poignet. Poignet qui était toujours dans cet état et dont il ressentait chaque douleur, même en ne servant qu’un café noir. Il avait été fou-furieux intérieurement, énervé que personne ne comprenne qu’il venait de subir une agression. Il avait été furieux que le mangemort n’arrête pas l’autre – alors que lui-même avait déjà été arrêté pour moins que ça – furieux qu’on puisse cautionner ce genre de comportement.
    Est-ce-que cette femme obscure lui parlait de ce genre de relation ? Des braises chaudes s’enflammèrent dans l’homme. Elles n’étaient que des crépitements, des questionnements, des questions qu’il se posait.
    Il ne nia ni pour le corps – elle avait compris à quoi bon chercher à mentir davantage ? – ni pour l’esprit et le cœur – elle avait compris à quoi bon se mentir davantage ? – Il se contenta de répète, un peu blême, que même si l’être humain pouvait être cruel, le bon valait mieux que la raison. Surtout, il ne voulait pas entendre parler de la haine. Lui qui faisait toujours tout pour pardonner à tout le monde, tout le temps, quoiqu’il puisse se passer. Il ne voulait pas imaginer qu’un jour, il voudrait faire du mal. Toutefois, Pom ne savait pas que Margareth coulait les gens dans du béton, pas plus qu’il n’était au courant qu’Eden gardait en cage chacun de ses ennemis pour les entretenir jusqu’à l’heure de leurs morts. Ce n’était qu’une vieille femme furieuse contrôlant un réseau de femmes … libres ? Sauvages ? Rebelles ? Haineuses des hommes – et il n’était que le patron d’un bar un peu loufoque. Les rumeurs que racontaient ses amies sur son blog, il n’y croyait pas. C’était bien trop gros et bien trop méchants. Personne n’était à ce point cruel. Encore moins une vieille dame qui malgré ses mots prenaient le temps de discuter avec lui.

    Il veut rester. Une part de lui veut rester, mais il n’est pas près. Trop de doutes, trop de questions. Trop d’envies contraires. Elle le rassure. Elle lui donne le sentiment de comprendre ce qu’il ressent. Elle lui donne le sentiment qu’il n’est pas si différent. Que la colère qu’il réprime, que la haine qui l’habite, que la rage qui le prend sont des sentiments naturels et normaux et qu’il a le droit de les sortir. Qu’il peut s’énerver, se fâcher, hurler et crier. QU’il peut dire qu’il en a assez, au lieu de se contenter de rire et de sourire.

    D’un autre côté, il n’est pas certain de vouloir en apprendre davantage sur elle. Il craint bien trop d’être déçu. Combien de fois avait-il essayé d’écouter cette partie féminine qui ne demandait qu’à ressortir ? Il avait laissé Erëssea le convertir. Il avait accepté de la laisser le voir comme il était. Il avait aimé se transformer en femme, mettre des robes légères, l’attendre le soir. Il avait aimé sentir ses caresses. Pour finalement la découvrir en mission dans les bras d’hommes à gémir de plaisir. Elle y prenait du plaisir. Et elle mentirait si elle disait le contraire, aux yeux de l’empathe. Alors il avait arraché robe, talons et sentiments pour mieux se draper dans le rôle de l’homme. Ainsi, c’est lui qui prenait, c’est lui qui s’arrêtait. C’est lui qui disait les règles et qui séduisait. Lui qui faisait le premier pas. Lui qui pouvait marcher, encore, dans une rue sans une proposition perverse ou aller chez un dealer, sans craindre de terminer dans sa chambre.

    Adam et Eve.

    Cette histoire.

    Eden regarda Pom avec curiosité, alors que son jeune employé répétait les messages de Margareth, soulignant qu’il n’aurait pas dû la faire déplacer. Le patron se contenta de noter la demande de la femme, c’est dire le service trois pièces du père et de le transmettre à ce dernier. S’il voulait voir sa fille, il savait ce qui lui restait à faire. Le pire, c’est qu’Eden pensait l’homme bien capable de se présenter à Margareth avec son appareil arraché. Il aimait sa fille. Même le pire des pédophiles est capable d’aimer. C’était bien là, où le monstre et l’homme se ressemblaient qu’il était difficile de savoir les tréfonds de l’âme humaine. Par principe, Eden la jugeait noir tant qu’il ne la voyait pas blanche. Pom l’inversait.

    « Tu es secoué. »

    Un simple constat de la part du patron. Adam et Eve, se répète Pom. Quand il était enfant, son père était mort jeune. Son grand-père était là pour lui. Toutefois, son oncle, le premier enfant de son grand-père et sa mère ne cessaient de lui dire qu’il était le fruit du péché d’Adam et Eve. Et qu’il y avait aussi une autre femme. La première. Celle qui avait été la première femme d’Adam avant d’être répudié. Lilith, … peut-être. Eden adorait cette histoire. Eden adorait toutes les histoires. Pour lui, il s’agissait de contes.

    « Tu peux les rejoindre, si tu veux. » Souligna brutalement Eden, alors que Pom cillait, redressant un sourcil. Le patron l’informant qu’il serait toujours au Bchobiti, même si Pom voulait appartenir au groupe de Margareth. Le nécromancien se releva vivement, tournant les talons vexé. Il était loin de se douter, qu’Eden ne disait pas ça pour se débarrasser de lui ou le taquiner, mais parce que Margareth semblait aux yeux de l’homme une bonne protectrice.

    Pom s’enferma dans une chambre, ses mains venant se poser sur ses oreilles. Il demeura là, remuant légèrement, d’avant en arrière. Il en avait assez. Assez qu’on lui dise quoi faire, sans arrêt, tout le temps. Alors que Dame K frappait à sa porte pour lui dire que la chambre était prise, Pom s’enfuit en direction du parc. Au-dessus de lui, les nuages s’ajoutaient les uns aux autres. Il pleuvrait toute la semaine.



    Objets utilisés
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 23 Masculin
    × Age post-mortem : 24
    × Avatar : Sasuke Uchiwa - Naruto
    × Appartement : Michalak
    × Péripéties vécues : 308
    × Øssements264
    × Age IRL : 25 Féminin
    × Inscription : 07/03/2017
    × Présence : complète
    × DCs : Etsu Morugawa | Toulouze Ka | Juunko Naonori

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    0/15  (0/15)
    23Masculin24Sasuke Uchiwa - NarutoMichalak30826425Féminin07/03/2017complèteEtsu Morugawa | Toulouze Ka | Juunko Naonori
    avatar
    lémure
    http://www.peekaboo-rpg.com/t2531-liam-gold-guilty-tearshttp://www.peekaboo-rpg.com/t2538-liam-carnethttp://www.peekaboo-rpg.com/t2548-liam-cellphone
    23Masculin24Sasuke Uchiwa - NarutoMichalak30826425Féminin07/03/2017complèteEtsu Morugawa | Toulouze Ka | Juunko Naonori
    lémure
    Terminé
    #8 le 16.05.17 11:58





    I
    l s'en était allé. Avait tourné les talons, l'air morne et préoccupé avant de quitter la place du manège. Mes mots l'avaient touché, retourné, profondément. Cela devait être un beau bazar dans ses pensées, un bazar assez conséquent pour que lors de notre prochaine rencontre, ma voix ait plus de poids sur ses choix et décisions. Un sourire se dessina sur mon visage. Ce garçon était très intéressant.

    - Madame.


    Maria sortit de sa cachette, observant d'un œil peu avenant la silhouette du nécromancien disparaître dans la pénombre. Je pouvais sentir l'animosité qu'elle lui partait, sa haine des hommes étant très forte, mais également son questionnement. Elle aussi était intriguée.

    - Tout est prêt.

    Le vent frai caressa mon visage, mon corps se détournant pour prendre le chemin tracé derrière ma secrétaire. D'un pas assuré, je quitta à mon tour la place du manège, la moitié de mes filles cachées dans les buissons me suivant tandis que les autres retournaient au repère. L'affaire qui nous attendait n'allait pas être une partie de plaisir, pourtant je ne pouvais empêcher ce sourire d'étirer mes lèvres fines. Car ce soir encore, des hommes allaient comprendre leur erreur. Ils comprendraient qu'ils avaient eu tord de soumettre les femmes, de les prendre pour des faibles, des objets, des moins que rien. Ils allaient comprendre et ils n'auraient malheureusement pas le temps de s'excuser ou demander pardon. Ils finiraient comme tous les autres, plus bas que terre.

    La douceur de la nuit le porta une faible odeur de café, l'une de mes pensées restant pour ce garçon. Que j'avais hâte de le voir à nouveau.



    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires