Terminé #1 le 15.04.17 15:42

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Féminin
× Age post-mortem : 68
× Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
× Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
× Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
× Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
× Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1519
× Øssements 713
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 21/12/2016
× Présence : actuellement absent(e)
× Surnom : le cockatiel
× DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
Forever Eulone ~
http://www.peekaboo-rpg.com/t1218-ael-shanks http://www.peekaboo-rpg.com/t1260-le-carnet-d-ael#22064

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Féminin
× Age post-mortem : 68
× Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
× Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
× Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
× Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
× Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1519
× Øssements 713
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 21/12/2016
× Présence : actuellement absent(e)
× Surnom : le cockatiel
× DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
Forever Eulone ~
Collocation


Bonjour, je possède une grande maison sur les hauteurs de Tokyo près de la rivière Sumida. C'est un coin tranquille que je trouve apaisant. Je vis seule et la maison est assez grande pour acceuillir une seconde personne, d'où cette annonce. Je n'ai pas de critère particulier, simplement quelques règles de bases et de vie en communauté.

Mon profil : Jeune femme de 24 ans à sa mort, 68 ans d'âge post-mostern. Nécromancienne. Américano-japonaise.
Type de bien : Maison de plein pieds, en bois, moderne.
Pièces : 3 chambres, 2 salles de bain, 2 toilettes, grand salon et cuisine ouverte. Nombreuses annexes.
Meublé : Entièrement meublée mais possibilité d'apporter ses propres meubles.
Surface : 115m2 sans annexes. 190m2 avec annexes. Terrain : 450m2 environ.
Classe énergie : A. La maison s'autosuffit en énergie.
Loyer : 150 ossements.
Animaux : Je possède un gros chien. Elle obéit parfaitement. Les autres animaux sont autorisés.

Pour plus de renseignements, vous pouvez me contacter au 090 2807 2603. Laissez un message si je ne réponds pas.

Afficher toute la signature
Réduire la signature


"Don't let anyone treat you badly because you're scared of losing them. Someone who comes in and out of your life isn't worth the stress. You are not a reflection of those who could not love you properly. You are a priority, not an option."
Even the smallest person can change the course of the future.

Terminé #2 le 15.04.17 18:27

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : keith (VLD) / theodore thatcher (PC)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 5425
× Øssements 97
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre Delacour, l'amoureuse d'Eul ~
FLOODSHOOTER
http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paper#29740 http://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
35/100  (35/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : keith (VLD) / theodore thatcher (PC)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 5425
× Øssements 97
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre Delacour, l'amoureuse d'Eul ~
★ FLOODSHOOTER ★

Aucune acuité et précision dans la lecture de ce qui pouvait se présenter devant ses yeux et pourtant, l’affiche collée à répétition dans les couloirs de l’agence, au niveau des logements, l’attirait. Non pas par leur nombre conséquent développé en miroir dans des recoins phares qui pouvait attiser la curiosité de son oeil vaillant. En fait, il ne prit qu’attention au titre en lettres capitales plutôt que le reste. Les couleurs étaient moindres même si elles justifiaient la fascination pour une telle affiche. Ce qui intriguait beaucoup plus le jeune homme, c’était l’occasion de se faire une nouvelle vie dans la mort.

En soi, son appartement ne le dérangeait aucunement et pas non plus les colocataires mais il y ressentait toujours le besoin de se justifier, même quand il n’en avait pas le besoin. Toulouze en était le parfait exemple à vrai dire. L'américain rêvait d’indépendance même s’il savait que cela était impossible. Peut-être que réduire le nombre de regards condescendants qui se posaient d’occurrence sur lui était l’alternative adéquate ?

Il n’était pas du genre à faire dans la demi-mesure. Même s’il réfléchissait aux conséquences ultérieures de ses actes, voir le futur dans ses yeux étincelants et l’occasion de pouvoir se libérer le détendait instantanément. Comme une brise éclatant sur sa face ou plutôt une illumination, il ne chercha ni à prévenir ses colocataires, ni à se questionner sur les impacts que cela pouvait avoir.
À dire vrai, qu’importe.
Les gens semblaient mieux vivre dans l’improvisation que par des plans et il l’avait très bien compris par son art de mimer autrui. Or qui jouait de la contrebasse ne jouait pas du violon : Il n’avait, hélas, pas appris que chaque personne dirigeait sa manière de vivre comme il l’entendait et que le spontanéisme n’était peut-être pas fait pour lui.
Que signifiait « spécifique » pour lui, de toute manière ?

Il se fichait absolument de qu’il y avait derrière...

Zéro neuf zéro… Deux huit zéro sept… Deux cinq zéro trois...

Il ne s’attendait ni à ce qu’une voix féminine ou l’inverse lui réponde comme il n’avait que jeté son dévolu sur les majuscules du titre et les quelques numéros étant simplement le prix du loyer.
Dissertant seul à propos d’un appartement imaginaire pour son interlocuteur à l’autre bout du fil, l’autre inconnu derrière le combiné ne savait quoi lui répondre hormis lui signaler qu’il devait probablement faire erreur sur l’identité de la personne.
De ses lunettes inexistantes, Cassian observa de plus près l’affiche encore devant ses yeux. Il n’avait, certes, pas la mémoire pour reconnaître le problème mais voyant que le sexe indiqué sur l’affiche ne correspondait pas au ton, ses yeux s’écarquillèrent et en firent trembler sa voix d’une honte qu’il ne put donc pas simuler par une autre humeur.

— Ah merde. Non... Rien ! Je m’excuse, je me suis trompé de numéro. Vraiment navré !

Zéro neuf zéro… Deux huit zéro sept… Deux six zéro trois…

Cette fois-ci, ses doigts l’amenèrent sur le chemin correct. Avant que l'apparente femme ne réponde, le garçon se tint la gorge, encore pris par l’incommodité qu’il venait de provoquer. Il tenta de s’éclaircir le timbre, feutré et trop aiguë par rapport à la normale, à cause des antérieures conditions. L’autre homme avait peut-être pensé à un canular. En pensant à cela, le zombie souffrit davantage des sueurs qui coulaient face au stress de ses erreurs cumulées. Comme une aiguille, la culpabilité s’enfonça de plus en plus dans sa trachée, l’empêchant de bien articuler.

En soi, bien épeler les mots n’était pas le souci majeur ; tant qu’il savait où aller dans son discours. Or, la précédente expérience n’avait pas était concluante et il pensa à changer d’approche et ce, regrettablement, quand la voix féminine décrocha :

— A-Allô bonjour ? Je m’appelle Cassian et euh… Ca v-vous dirait qu’on... se voit ?

Il n’avait même pas pensé à présenter l’objet de sa requête, tellement troublé.
Les dits troubles de son esprit n’étaient donc que générateur de plus d’ambiguïté ou plutôt de désastre dans ce nouveau appel.
rush rush; rush rush

Afficher toute la signature
Réduire la signature


Terminé #3 le 16.04.17 12:08

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Féminin
× Age post-mortem : 68
× Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
× Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
× Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
× Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
× Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1519
× Øssements 713
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 21/12/2016
× Présence : actuellement absent(e)
× Surnom : le cockatiel
× DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
Forever Eulone ~
http://www.peekaboo-rpg.com/t1218-ael-shanks http://www.peekaboo-rpg.com/t1260-le-carnet-d-ael#22064

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Féminin
× Age post-mortem : 68
× Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
× Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
× Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
× Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
× Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1519
× Øssements 713
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 21/12/2016
× Présence : actuellement absent(e)
× Surnom : le cockatiel
× DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
Forever Eulone ~

Eul x Cassandra
Y a du remue-ménage dans l'air !


J’avais presque fini de m’installer dans mon nouveau chez moi. Lexa avait trouvé sa place dans un petit coin du grand jardin qui entourée la maison et s’y sentait bien. Elle passait son temps à regarder les carpes Koï fraichement installées dans leur nouveau bassin. Grâce à mon nouveau salaire et surtout à une partie de l’héritage de ma famille, je pu sans aucune difficulté m’installer dans une des rares maisons de bois présentes près de la rivière Sumida.

J’aimais ce lieu, en vérité il ressemblait beaucoup à la maison que nous avions mon père et moi lorsque j’étais encore dans le monde des vivants. Le bois, partout, les grands tapis près de la cheminée, les bais vitrées donnant sur un extérieur arboré, la chaleur d’être enfin chez soi après une longue journée passée dehors. J’avais même réussi à retrouver une pâle copie du rocking chair dans lequel je m’asseyais plus petite, en rentrant de l’école. Je l’avais placé sur la terrasse, juste à l’entrée de la maison. J’avais la sensation d’enfin réussir quelque chose de ma vie, d’avoir avancé sur moi, mes relations, mon travail, d’être enfin stable.. Et ça faisait un bien fou.

Les meubles étaient installés, il ne me manquait plus que quelques cartons à ouvrir. Quelques affaires à ranger. J’ouvris le grand placard de ma chambre, y plaçai mes pantalons et mes pull quand je tombai alors sur un des gilets de Chaerin. Je le lui ramènerai plus tard. Je le mis de côté et continuai à défaire le reste de mes vêtements. La journée passa à une vitesse folle. Je me fis à manger et m’installai alors au salon. La maison était bien vide, bien trop vide pour moi. Heureusement que j’avais passé cette annonce. Je n’aimais pas avoir trente six mille personnes à la maison mais une ou deux était quelque chose de plaisant. Une sécurité en plus, un peu de compagnie pour Lexa, des discussions le soir autour d’un verre, de nouvelles rencontres. Mes amis ne pouvaient clairement pas passer tout leur temps ici et en ce qui concerne Shirley.. Elle avait sa propre vie j’imagine, de nouvelles responsabilités et relations. J’avais donc besoin de compagnie, tout simplement. Je finis par aller caresser Lexa dans son panier, celui que je lui avais installé en plus près du canapé, me blottis contre elle, à même le sol et finis par m’endormir.

Le lendemain je décidai alors de repasser à l’appartement afin de rendre son pull à Chaerin. Je m’habillai d’une courte robe noir et de vans kaki. Il faisait bon aujourd’hui, presque une journée d’été. Je pris un taxi - la flemme de sortir ma moto - et arrivai rapidement à l’agence. Je descendais alors les escaliers quand je reçu un coup de fil.


- "A-Allô bonjour ? Je m’appelle Cassian et euh… Ca v-vous dirait qu’on... se voit ?"


Le jeune homme semblait légèrement gêné. Il s’était présenté, il ne me connaissait donc pas. Qui pouvait-il bien être pour appeler une parfaite inconnue pour la voir ? Sans doute un faux numéro ou encore un vieux truc de dating à la noix. Je n’aimais pas tellement le fait que mes coordonnées se trouvent sur ce genre de bases de données. Je fronçai un peu les sourcils mais lui répondis avec le plus de courtoisie possible.

- "Bonjour, je m’appelle Ael, mais je suis désolée.. Je ne fais pas dans ce genre de.. de rencontre dirais-je. "

Je me raclai un peu la gorge, n’aimant réellement pas être associée à tout cela. Il n’avait pas l’air méchant, bien au contraire, sa voix était assez douce et agréable. Je continuai alors ma réponse d’une voix tendre et assez chaleureuse.

- "J’espère que vous trouverai votre bonheur dans les numéros suivants. Bon courage à vous et bonne journée."

Je ne le laissai pas répondre et raccrochai alors. Pauvre jeune homme, en arriver là.. Il devait réellement se sentir bien seul ou s’ennuyer peut-être. Je remis mon téléphone dans ma poche arrière et continuai mon chemin.



© PRIDE
Afficher toute la signature
Réduire la signature


"Don't let anyone treat you badly because you're scared of losing them. Someone who comes in and out of your life isn't worth the stress. You are not a reflection of those who could not love you properly. You are a priority, not an option."
Even the smallest person can change the course of the future.

Terminé #4 le 17.04.17 17:12

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : keith (VLD) / theodore thatcher (PC)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 5425
× Øssements 97
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre Delacour, l'amoureuse d'Eul ~
FLOODSHOOTER
http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paper#29740 http://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
35/100  (35/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : keith (VLD) / theodore thatcher (PC)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 5425
× Øssements 97
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre Delacour, l'amoureuse d'Eul ~
★ FLOODSHOOTER ★

À peine eut-il le temps de se justifier ou de poursuivre que la femme prénommée Ael lui raccrocha au nez. Elle n’était pas malpolie pour autant compte tenue de la bienséance dont elle faisait preuve envers le jeune homme qu’elle devait considérer comme un inconnu mais la situation avait généré quiproquo et malaise.

La confusion régna par la bouche du brun en un son distinct. À dire vrai, il ne comprenait pas pourquoi un tel rejet sur l’instant et chercha à répéter plusieurs fois le premier mot qu’il avait adressé à la jeune femme, ne réalisant pas complètement qu’elle s’était dédouané de cet appel. Après tout, le son pondéré de son timbre aurait encore pu sous-entendre qu’elle ne présageait pas de mettre fin à l’appel même si ses mots furent clairs et nets.
Le garçon dévia le cellulaire de son oreille et se rendit bel et bien compte qu’il n’y avait pas de soucis ou autre ; le fond d’écran lui montra bien qu’elle avait écourté la conversation.

Il continua à contempler le fond d’écran rappelant un style un peu grunge, juste pour le style commun. Il travaillait chaque détail sur lui, même les plus discrets, pour qu’on l’assimile à un style plutôt décontracté et à la mode. Hélas, il hésita à aller au-delà, se disant qu’on cherchait à le punir à le faire revenir deux fois en arrière. Peut-être le poussait-on à ne pas avoir affaire à cette femme et encore moins à sa colocation.
Néanmoins, le zombie se montrait si défaitiste que plusieurs fois il s’était retrouvé à abandonner après coup. Après avoir trop forcé sur le mur invincible, il se retrouvait à terre, à peine recouvert de plaies, ne cherchant à aller plus loin qu’à se retrouver allongé et ne rien faire de plus.

Ses yeux, encore perdus dans la brume, encore perdu dans l’ouïe de la précédente conversation, tentèrent de se lever et ne plus penser à ça. En fin de compte, ça devait être une mauvaise idée. Il essaya de rappuyer sur les touches qu’il avait composé précédemment mais les effaçait aussitôt. Sa main tremblait au fur et à mesure qu’il tapait sur l’écran tactile. Au bout du compte, il retirait plus qu’il n’avançait. En revanche, l’affiche encore devant ses yeux ne semblait reculer, cherchant à encore le frapper le pousser à faire le pas.
Faire le premier pas, c’est dur, surtout lorsque celui se résume en un échec. En faire un second, c’était probablement de trop alors Cassian se secoua la tête et ferma les yeux. Il préféra ne pas regarder une fois de plus l’ambition trop abstraite qui se présentait devant ses yeux.

Le concret était peut-être mieux, plus palpable.

Il ne suffit que de deux secondes pour qu’il ne regarde pas son chemin, les yeux trop occupés à vouloir jouer à cache-cache avec le prospectus collé au mur, ne le poursuivant pas physiquement mais bien ses songes. Ca embrouillait trop son esprit de ne pas pouvoir accepter une telle chose alors qu’il était prêt à s’y jeter dedans à pieds joints.

Par là, il y avait un conflit des convoitises dans son désir. Il aurait encore pu jouer une pièce, probablement, ça aurait réglé la situation mais il sentit que la chose l’aurait autant déçu qu’il l’était avec Toulouze et il ne voulait certainement pas revivre cet événement où la fatalité et son interlocuteur l’aurait humilié. Un seul était bien assez.
Le conflit se joignait aussi dans sa destinée elle-même qui ne savait vraiment sur quel pied dansait. D’un premier temps, elle ne semblait pas vouloir lui accepter ce qui était abstrait et encore confus mais directement, elle lui imposa ce qui était concret.

En d’autres termes, tandis qu’il reculait durant ses deux secondes trop précieuses pour faire basculer le négatif vers le positif, le jeune homme heurta une personne de dos. Le son des pas de cette nouvelle victime furent inaudibles pour lui puisqu’il était incapable de se rendre compte de la réalité des choses alors le choc fut inévitable.
Le bruit tout aussi inévitable que la rencontre, en fait.
Si Cassian ne poussait pas plus loin les choses, on s’en montrait colérique à l’en pousser directement vers la personne concernée.

Lui n’était pas à terre mais sa maladresse perturba la jeune femme qui se présentait derrière lui. Seulement le contact l’alerta du problème qu’il venait de causer et l’obligea très rapidement à se retourner de cette affiche qui l’hypnotisait encore.
Cependant, cette asiatique avec laquelle il venait de s’entrechoquer bouleversa davantage ses remords pour ne pas dire, les empirer. Il se mordit la lèvre, pesante sur cette grande culpabilité qu’il s’infligeait de plus en plus. Décidément, il amassait les problèmes aujourd’hui et ce n’était donc pas la journée pour sortir.

— Vraiment désolé ! Je regardais pas où j’allais. Est ce que ça va ? s’inquiéta-t-il d’une voix reconnaissable.

Non, évidemment que ça n’allait pas. Il se frappa le front pour blâmer sa stupidité ainsi que son inconscience permanente. Il ne regardait pas devant lui, c’était bien évident. Il regardait même derrière lui quand il avançait. Ce qui pouvait clairement donner indice sur le fait qu’il contemplait l’affiche droit devant leurs yeux, à eux deux.
blur my face

Afficher toute la signature
Réduire la signature


Terminé #5 le 19.04.17 3:03

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Féminin
× Age post-mortem : 68
× Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
× Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
× Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
× Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
× Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1519
× Øssements 713
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 21/12/2016
× Présence : actuellement absent(e)
× Surnom : le cockatiel
× DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
Forever Eulone ~
http://www.peekaboo-rpg.com/t1218-ael-shanks http://www.peekaboo-rpg.com/t1260-le-carnet-d-ael#22064

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Féminin
× Age post-mortem : 68
× Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
× Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
× Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
× Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
× Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1519
× Øssements 713
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 21/12/2016
× Présence : actuellement absent(e)
× Surnom : le cockatiel
× DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
Forever Eulone ~

Eul x Cassandra
Y a du remue-ménage dans l'air !


Je fis quelques pas quand je sentis mon téléphone vibrer à nouveau. Mais cette fois-ci la sonnerie était beaucoup plus courte. Je le sortis de ma poche et allumai l’écran. Un sms, de l’agence. Je ralentis le pas afin de le lire.

Comme convenu, votre caution s’élevant à 150 ossements sera versée sur votre compte dès lundi. Cordialement, l’agence Azazel.

Je souriais et rangeais à nouveau mon téléphone quand un choc me fit le faire tomber au sol. Ce n’était pas un coup trop dur mais il était suffisamment puissant pour que je titube en avant.

- "Vraiment désolé ! Je regardais pas où j’allais. Est ce que ça va ?"

Je passai alors une mèche de mes cheveux autour de mon oreille sans vraiment le regarder puis je levai les yeux vers lui. Il était mignon, avait l’air gentil comme tout et surtout totalement gay. Je lui souris alors pour le rassurer.

- "Oh ne vous en fait pas, ce n’est pas grave. J’ai juste.. "

Je cherchai alors mon téléphone du regard quand je l’aperçus près du mur.

- "Ah le voila. J’ai fait tombé mon téléphone quand vous m’êtes rentré dedans."


Je riais alors avant de regarder l’état de mon mobile. L’écran était décoré d’une longue fissure à présent ce qui ne m’enchanta pas des masses.

- "Et merde.. "

J’irai voir plus tard pour un nouveau. Je me retournai vers le jeune homme, avec ce même sourire doux et généreux figé sur mon visage.

- "Bon, de toute façon je comptai le changer"

J’étais de bonne humeur aujourd’hui, sûrement la fin du déménagement, le fait que c’était la dernière fois que je rentrai dans cet appartement dans lequel je m’étais sentis si seule pendant tous ces mois. Heureusement que j’avais des amis en or qui venaient me rendre visite assez régulièrement. Et j’étais fière de pouvoir enfin les accueillir dans mon chez moi, heureuse que Lexa ait plus d’espace et moi aussi d’ailleurs. Je n’étais pas matérialiste mais j’aimais avoir mes propres affaires.

Je rangeai alors mon téléphone dans ma poche quand des papiers dans le fond me gênèrent dans cette tâche. Je les sortis à leur tour et en fis tomber un au sol. Dessus on pouvait lire "Demande de colocation, Maiso.. ". Celui-ci était un peu froissé. Je mis mon téléphone dans mon pantalon et ramassai ensuite le papier tombé. Mon autre poche se remplit vite et je regardai à présent le jeune homme qui semblait attendre quelque chose.

- "Oh, je suis désolée, j’ai un peu la tête ailleurs avec mon déménagement et tout. Vous allez bien quand même ? Je n’ai pas eu la politesse de vous le demander. "

Je le regardai alors tendrement. Il avait l’air gentil, vraiment gentil.



© PRIDE
Afficher toute la signature
Réduire la signature


"Don't let anyone treat you badly because you're scared of losing them. Someone who comes in and out of your life isn't worth the stress. You are not a reflection of those who could not love you properly. You are a priority, not an option."
Even the smallest person can change the course of the future.

Terminé #6 le 20.04.17 18:11

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : keith (VLD) / theodore thatcher (PC)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 5425
× Øssements 97
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre Delacour, l'amoureuse d'Eul ~
FLOODSHOOTER
http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paper#29740 http://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
35/100  (35/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : keith (VLD) / theodore thatcher (PC)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 5425
× Øssements 97
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre Delacour, l'amoureuse d'Eul ~
★ FLOODSHOOTER ★

En effet miroir, leurs yeux se portèrent contre le sol qui produit le choc significatif qu’un objet venait bel et bien de se briser. Lorsqu’elle reprit justement son téléphone derechef en main, elle n’eut pas besoin de pencher la victime vers une lueur de vérité pour prouver au coupable le crime qu’il venait de commettre. Se précipiter à terre n’allait pas arranger les choses et déjà il débutait sur une conversation qui aurait pu s’annoncer houleuse puisqu’il agissait en tempête auprès des autres.

Évidemment que ses milles excuses ne suffiraient pas à racheter son smartphone alors le garçon adopta directement une position défensive, presque en se blanchissant de cet acte. Mais avant que des bégaiements tentant de le faire passer pour victime ne franchissent cette conversation, l’inconnue se mit à rire. Peut-être un rire jaune car cet incident n’était pas non plus un coup de chance pour elle, bien au contraire.
Mais lorsqu’elle se retourna vers Cassian, elle resta fixé sur cette expression de bonheur incomprise par le jeune homme si bien qu’il en dodelina la tête sur le côté pour évoquer son interrogation sur une telle réaction peu humaine.

Si certains se seraient méfié d’un tel sourire cachant probablement du veni qu’elle aurait recraché ultérieurement, Cassian lui répondit avec la plus grande des candeurs, laissant naître sur ses lèvres, pourtant desséchées par la mort et la putréfaction, un sourire angélique. Subitement, il buvait tous ses mots. Probablement qu’il ne s’agissait que d’une excuse pour éloigner sa culpabilité mais cette prédiction qu’elle fit l’innocenta et le berça quelque peu.
D’un instant à l’autre, il devint moi paniqué même si la fissure de cette rencontre restait gravée comme le premier souvenir qu’il avait avec elle. Ou qu’il aurait, qui sait ?

De plus, elle lui prouva qu’elle pouvait être aussi maladroite que lui. En si peu de gestes, en si peu de temps, Cassian arrivait presque à se dire qu’elle arrivait à calmer ses doutes. Son regard luisant scruta alors les papiers qui s’éparpillèrent et il ne fut pas pris de gêne à lire ce qu’il pouvait être inscrit dessus. À dire vrai, il n’avait pas besoin de scanner l’ensemble des inscriptions sur le papier qu’il comprenait de quoi il s’agissait. Comme quelque chose qui revenait à la charge alors qu’il avait déjà abandonné son projet à coups de certains regrets.

Une œillade curieuse se porta dans les yeux de l’asiatique. Il pencha la tête du côté gauche cette fois-ci, puisque ceci le captivait davantage et lui parlait beaucoup plus. Quelque chose changea aussi dans son sourire puisqu’il devint plus malicieux que la dernière fois ; comme plus complice. Il ne se sentait vraiment pas seul avec cette personne puisqu’elle faisait part, non seulement de sa pleine présence et de ses points communs avec lui. Il hocha donc la tête.

— Vous aussi vous cherchez un colocataire ? Décidément, personne ne veut rester ici, reprit-il dans un rire cristallin.

Certes, il allait peut-être un peu trop loin mais son pied droit déjà tombé dans la maladresse et l’honnêteté, la même rive ne pouvait qu’entraîner son pied gauche. Cependant, c’était peut-être le pas de trop empiétant sur le terrain privé et l’intimité de la jeune femme. Sans soucier de ce qu’elle pouvait penser puisqu’elle lui accordait toujours cette même gentillesse, il ne calma sa taquinerie que par sa main voilant ses lèvres épanouies de liberté, sans jugement. Il avait le sentiment de pouvoir dire ce qu’il ressentait, en toute honnêteté dans cette atmosphère de confort maintenant instaurée. Néanmoins, comme le proverbe le dit, la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres.

Cassian était trop gênant par son assurance formée dans un bain de crédulité qu’avait provoqué les rictus inhabiles. Et comme son excès et son sens du théâtre étaient grandiloquents, c’était difficile de l’arrêter si on continuait dans cette voie.

— J’ai appelé une certaine… Non en fait, j’ai pas bien entendu son nom en vrai. Elle m’a un peu envoyé sur les roses, confessa-t-il en roulant des yeux. Bon, heureusement que j’ai pas encore prévenu mes colocataires, sinon je serai déjà à la rue.

Peut-être parlait-il un peu trop. Non, le problème n’était pas là. Sa franchise, en revanche, oui. Pensant qu’il étalait un peu trop sa vie avec une apparition si commune, il se muta pour tenter de parvenir au même degré de politesse qu’elle. Il se précipita pour ramasser les derniers papiers, encore parsemés sur le carrelage du couloir pour les tendre à cette femme plus que polie.

Il abusa encore d’un sourire, yeux fermés sur la situation qui se déroulait devant les yeux.
En bon maladroit, il n’associait pas les papiers à l’appel et en plus de ça, se permettait de faire un commentaire sur deux personnes étant pourtant une.
clumsy

Afficher toute la signature
Réduire la signature


Terminé #7 le 21.04.17 21:37

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Féminin
× Age post-mortem : 68
× Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
× Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
× Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
× Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
× Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1519
× Øssements 713
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 21/12/2016
× Présence : actuellement absent(e)
× Surnom : le cockatiel
× DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
Forever Eulone ~
http://www.peekaboo-rpg.com/t1218-ael-shanks http://www.peekaboo-rpg.com/t1260-le-carnet-d-ael#22064

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Féminin
× Age post-mortem : 68
× Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
× Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
× Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
× Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
× Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1519
× Øssements 713
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 21/12/2016
× Présence : actuellement absent(e)
× Surnom : le cockatiel
× DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
Forever Eulone ~

Eul x Cassandra
Y a du remue-ménage dans l'air !


Il me regardait telle une autruche. Avais-je dis quelque chose de mal pour qu’il agite sa tête ainsi.

- "Vous aussi vous cherchez un colocataire ? Décidément, personne ne veut rester ici."

J’enregistrai l’information. Il cherchait donc une collocation lui aussi. Je n’étais pas du genre à analyser les gens en réalité, vraiment pas, alors je ne le fis pas avec lui non plus. Il riait chaleureusement et j’aimais cette énergie qui se dégageait de sa personne. Alors je l’accompagnai dans ses sourires, pensant même qu’il ferait sans doute un bon colocataire. Après tout, je n’étais tellement pas difficile. Après avoir vécu avec des fantômes, quelqu’un d’aussi aimable que lui me semblait une bonne chose.

- "J’ai appelé une certaine… Non en fait, j’ai pas bien entendu son nom en vrai. Elle m’a un peu envoyé sur les roses. Bon, heureusement que j’ai pas encore prévenu mes colocataires, sinon je serai déjà à la rue."

Ce n’était pas très gentil. Il avait l’air courtois, assez ouvert et clairement dans le besoin d’avoir un appartement. Comment pouvait-il s’être fait rejeter de la sorte. Les gens de nos jours n’avaient aucun tact. Je l’avais un peu remarquer je dois l’avouer et avec des personnes qu’aujourd’hui j’aimais de tout mon coeur. Je me rappelai alors de Shirley et de notre première rencontre. De cette haine qu’elle m’avait voué sans me connaître. Je me souvenais de Pom et du fait que moi même lui étais rentrée dedans dans les archives alors que clairement la situation ne me regardait pas. Quant à Yorin il m’avait clairement balancé une bouteille à la figure. Donc oui, les gens pouvaient être étranges sans forcément qu’il y aient de raisons. Les émotions les rendaient impulsifs, téméraires, imprudents parfois mais ça ne faisait pas forcément d’eux de mauvaises personnes. Mais je pouvais comprendre que l’on soit agacé par ce genre de comportement, je m’étais moi-même laissé emportée de nombreuses fois.

- "Vous n’avez vraiment pas de chance. J’ai posté des annonces aujourd’hui et je n’ai pas eu d’appel non plus. À vrai dire, la seule personne m’ayant contacté aujourd’hui était très étrange. Elle voulait qu’on se voit alors que je ne la connaissais même pas." Je riais franchement. "J’étais pourtant certaine d’avoir laissé mon numéro en privé et de n’être sur aucune base de données. J’ai coupé court à la conversation, je n’aime pas tellement ce genre de méthode en vérité."

Je soupirai un peu tout en regardant mes tracts.

- "Je ne comprends pas, je ne demande pas grand chose et ma maison est assez grande. Je ne sais pas quels sont vos critères mais si les miens vous conviennent on peut voir si on trouve une solution. "

Je lui tendais alors un de mes papiers tout en lui souriant. C’était un sourire doux et simple, le genre de sourire qui vous donne envie de le partager. J’aimais bien ce jeune homme, il m’inspirait confiance.

- "Par contre, je dois juste déposer un pull à l’appartement, si vous voulez m’accompagner n’hésitez surtout pas, on pourrait parler de tout ça un peu plus."

Je cherchai alors mes clefs dans mon sac afin de pouvoir entrer dans l’appartement se trouvant un peu plus loin.

© PRIDE
Afficher toute la signature
Réduire la signature


"Don't let anyone treat you badly because you're scared of losing them. Someone who comes in and out of your life isn't worth the stress. You are not a reflection of those who could not love you properly. You are a priority, not an option."
Even the smallest person can change the course of the future.

Terminé #8 le 26.04.17 14:30

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : keith (VLD) / theodore thatcher (PC)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 5425
× Øssements 97
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre Delacour, l'amoureuse d'Eul ~
FLOODSHOOTER
http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paper#29740 http://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
35/100  (35/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : keith (VLD) / theodore thatcher (PC)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 5425
× Øssements 97
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre Delacour, l'amoureuse d'Eul ~
★ FLOODSHOOTER ★

Jusque là, le jeune homme ne fut épris d'aucun doute. Mais cet appel commun et le fait qu’elle ait le désir de déménager était assez lié avec son cas. Or, pour l’instant, elle n’avait pas encore vraiment abordé le sujet de colocation aussi franchement.
Lorsqu’elle lui rappela donc tous ces éléments à mettre en possible relation, le garçon se mordit le pouce en passant par un rognage de son ongle. Le stress venait le gagner peu à peu pour une raison qu’il ignorait pour l’instant tant c’était inconscient.

Hélas, on ne pouvait pas dire que ses craintes se soulageaient lorsque l’asiatique, ou la probable femme au nom dont on ne se souvenait pas, lui tendit une affiche en tout point conforme à ce qu’il pouvait se faire de cette pancarte d’une colocation, en revanche, mémorable.
Elle le hantait et revenait à la charge. Les lettres confuses qu’il lisait de ses yeux globuleux s’emmêlaient les pinceaux autant que son dernier appel. La confusion régnait dans son esprit autant que sa langue qui fut incapable d’articuler quelque chose à la vu de la ressemblance frappante entre deux situations consécutives. Trop consécutives donc peut-être réunies en une seule. Néanmoins, cela restait tout aussi ambiguë.

C’était inconcevable pour lui de croire que tout cela coïncider pour exposer sa honte au grand jour. Elle, indirectement, venait de justifier pourquoi elle avait raccroché alors que lui n’avait aucune explication hormis son incapacité et son stress impardonnable qu’elle jugerait sans doute d’un mauvais œil.
Il ne pouvait se résoudre à lui avouer. En tout cas pas maintenant car ça serait trop bête. Et puis, peut-être ce n’était pas le cas ; il s’agissait sans doute de son imagination qui lui jouait de mauvais tour.

Sans pour être autant très menteur, Cassian préféra jouer la carte de la prudence et approcher le loup doucement pour pouvoir le caresser dans son sommeil. Sa colocation lui plaisait même si, c’était vrai, il aurait bien voulu voir les appartements. Cependant, il devait avant tout s’extirper d’une telle honte susceptible d’arriver tôt ou tard en gardant la jeune femme de l’ignorance de son identité réelle. Il existait sans doute d’autres Cassian mais probablement trop peu pour passer un appel en même temps que lui.
Face à tant de politesse, il ne pouvait pas montrer trop d’inverse et se contenta juste de voiler une part de lui, pour un temps, par l’utilité de son second prénom :

— Au fait, vous pouvez m’appeler Colm ! Bon c’est que mon second prénom mais c’est plus facile à retenir.

Derrière son dos, sa main gauche était plaqué contre le niveau de ses reins, bien cachée pour pouvoir faire discrètement une prière en un croisement de doigts. Ainsi il espérait qu’elle ne lui pose la question fâcheuse de connaître son premier prénom, bien plus utilisé pourtant.

Cette même main délia ses doigts lorsqu’elle lui fit la proposition de l’accompagner. D’un hoquet de surprise, il hocha à bon entendeur la tête, ne s’y attendant probablement pas. Sa main non mélangée entre ses propres doigts était presque prête à saisir la sienne pour la suivre.
Ainsi, il n’hésitait pas à s’enliser dans probablement plus de problèmes car dans probablement plus de mensonges. En connaître un peu plus était probablement dangereux mais il n’y voyait que la surface ; que sa surface. Il s’imaginait donc capable de pouvoir, lui, en connaître plus sur elle comme elle le proposait par cette introduction sur son nouveau logement.
Il était en effet curieux de cette surface, capable de le conquérir mais peut-être pas assez prudent lorsqu’il lui emboîta le pas, juste derrière elle.

— J’ai hâte de voir votre chien... Enfin je suppose que vous en avez un, vu les poils que vous avez sur votre haut.

Il se corrigea instantanément. Il était, oui, bien trop hâtif pour se rendre compte qu’il venait de faire comprendre à la jeune femme qu’il était au courant de la nature de sa proposition. Mais peut-être était ce indice de trop. Peut-être n'aurait-il même pas dû se rattaper ?
En soi, le révéler et se corriger étaient deux erreurs qui en formaient chacun une énorme.
hardboiled fiction

Afficher toute la signature
Réduire la signature


Terminé #9 le 13.05.17 2:20

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Féminin
× Age post-mortem : 68
× Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
× Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
× Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
× Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
× Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1519
× Øssements 713
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 21/12/2016
× Présence : actuellement absent(e)
× Surnom : le cockatiel
× DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
Forever Eulone ~
http://www.peekaboo-rpg.com/t1218-ael-shanks http://www.peekaboo-rpg.com/t1260-le-carnet-d-ael#22064

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Féminin
× Age post-mortem : 68
× Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
× Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
× Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
× Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
× Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1519
× Øssements 713
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 21/12/2016
× Présence : actuellement absent(e)
× Surnom : le cockatiel
× DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
Forever Eulone ~

Eul x Cassandra
Y a du remue-ménage dans l'air !


- "Au fait, vous pouvez m’appeler Colm ! Bon c’est que mon second prénom mais c’est plus facile à retenir."

Colm, voila qui était un joli prénom. Enfin second prénom. Je n’était pas de nature curieuse, enfin pas face aux gens. J’avais toujours accepté qu’ils aient leur propre jardin secret, leur propre façon de penser et évitai au mieux d’être intrusive. Je n’allais donc pas poser de questions. D’ailleurs je ne le connaissais pas assez pour me le permettre tout simplement.

- "J’ai hâte de voir votre chien... Enfin je suppose que vous en avez un, vu les poils que vous avez sur votre haut."

Je m’étais avancé face à la porte et avais mis la clef dans la serrure quand cette phrase m’interpella. Je me retournai alors vers Colm un sourcil interrogateur. Je regardai alors mon haut et y remarquai quelques poils de Lexa effectivement mais rien d’alarmant. Colm devait vraiment faire attention aux détails. À vrai dire je ne savais pas vraiment comment réagir. Devais-je mal prendre le fait qu’un inconnu m’examine ainsi, critiquant peut-être un peu l’était de mon pull ou bien devais-je être heureuse qu’il veuille rencontrer mon chien.

Évidemment je n’étais pas du genre à prendre tout mal et il semblait respectueux aux premiers abords. Peut-être était-il tout simplement maladroit. Mes sourcils reprirent alors leur forme initiale et je lui souris.

- "Oui, j’ai un énorme chien, elle s’appelle Lexa, c’est un Mastiff Tibétain Roux. Elle est assez impressionnante mais adorable. Quand j’y réfléchis c’est peut-être aussi une des causes du pourquoi je n’ai pas encore de colocataire."

Je ris alors doucement ouvrant la porte de mon ancien appartement. La lumière était éteinte, il ne devait y avoir personne.

- "Entrez si vous le désirez ? Puis si vous voulez, je peux vous présenter Lexa, même si elle est chez moi. Enfin dans mon nouveau chez moi. "

En y réfléchissant bien, il cherchait un nouvel endroit où vivre et moi une nouvelle personne avec qui partager ma maison. Il pouvait être un potentiel candidat. Si il acceptait de venir visiter la maison, peut-être l’aimerait-il lui aussi autant que ce que je l’ai aimé. Peut-être même déciderait-il de me louer une chambre. Enfin je ne devais pas me précipiter.

J’entrai dans l’appartement donc et me dirigeai directement vers la chambre de Chaerin.

- "Vous pouvez m’attendre là, je n’en ai pas pour longtemps."

J’ouvris la porte qui donnait sur son espace privé et déposai son pull sur son lit. Elle allait me manquer certes, mais c’était une bonne chose pour nous deux dans le fond. Je sortis de la pièce et refermai la porte derrière moi pour retourner près du jeune homme qui m’avait accompagné jusqu’ici.

- "Voila, c’est terminé. Je vais rentrer chez moi. Que souhaitez-vous faire ? Vous venez ?"

Je lui souriais alors, comme à mon habitude, de la façon la plus chaleureuse qui soit.

© PRIDE
Afficher toute la signature
Réduire la signature


"Don't let anyone treat you badly because you're scared of losing them. Someone who comes in and out of your life isn't worth the stress. You are not a reflection of those who could not love you properly. You are a priority, not an option."
Even the smallest person can change the course of the future.

Terminé #10 le 13.05.17 19:10

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : keith (VLD) / theodore thatcher (PC)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 5425
× Øssements 97
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre Delacour, l'amoureuse d'Eul ~
FLOODSHOOTER
http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paper#29740 http://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
35/100  (35/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : keith (VLD) / theodore thatcher (PC)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 5425
× Øssements 97
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre Delacour, l'amoureuse d'Eul ~
★ FLOODSHOOTER ★

Le mouvement que firent les sourcils de la jeune femme alerta Cassian qui voulut de suite s'excuser mais bien évidemment il était trop tard pour annuler ce qu'il venait de dire. On ne pouvait pas appuyé sur un bouton reset et tout recommencer malgré le petit laps de temps qui venait de se créer entre leur rencontre et la prolongation. Cette impossibilité lui rappela les personnes qui décidaient de repartir de zéro dans une relation quand ils venaient de rompre, mais, le passé les rattrapait bien toujours trop vite, aussi inéluctable que le Destin postérieur. Sans doute que le mensonge sur son prénom que le zombie ne qualifiait que de dissimulation tâcherait aussi leur relation.
Il venait de se perdre dans un dilemme et la réalité ne le rattachait pas assez, comme une péninsule à un continent ; la réalité n'étant juste un bout de terre-à-terre trop incomplet. Ce fut quand la femme reprit que le jeune homme secoua la tête et approuva entièrement mais paradoxalement, ce fut juste partiellement dans son esprit qu'il approuvait, ne sachant vraiment de quoi elle parlait. Il détecta le mot « chien » mais pas grand chose d'autre.

Par chance, une opportunité s'offrit à lui de sorte à reprendre une pause. Elle déverrouilla la porte et lui permit d'entrer dans le hall de ce vaste appartement. Il attendit donc à cette entrée, de sorte à se rafraîchir les idées et revenir le plus calmement possible dans la conversation. Comme un maladie touchant son épiglotte et par conséquence, sa respiration, il se mit à inspirer fortement et expirer de manière encore plus audible. C'était comme s'il tentait de reprendre toute sa patience et calmer cette charge qui s'était accumulée par les erreurs pour finir en hâte trop nocive. Une vraie plaie.

Il laissa donc ce baluchon de tracas dans cette pièce et donc, derrière lui, pour permettre à la probable Ael de sourire derechef. Dans le fond, sa chaleur forgeait à la fois l'épée tranchante qu'elle paraissait être par son visage froid mais la damasquiner tout autant d'or, d'argent, en bref, de brillance, quand elle laissait son sourire paraître et luire comme on laisse le reflet d'un rayon de soleil décorait le revers d'une lame : Puissante, sans aucun doute, mais ravissante. C'était assez mesquin de la part de l'américain de ne pas lui révéler tout quand elle faisait part d'une franchise incontestablement resplendissante. Une sueur froide ruissela sur la tempe du jeune homme et il ne put pas répondre à cet embrun de tendresse qu'apportait le vent en poupe de l'asiatique. Comme un vent occidental, elle était étrangère et pourtant si câline. Mais les rêves noirs du précédent voyage étaient des reliques trop imposantes et restait en cet ancien drogué comme un bad trip éternel ; comme s'il ne s'était jamais dissocié d'une des raisons de sa mort, comme s'il ne voulait pas en finir une bonne fois pour toute en admettant tout.

Il examina un peu ses doigts qui s'annonçait être des pinnules et autres ramages de mensonges. L'un engendrerait un autre comme un effet d'avalanche et sur ce tas de neige créant le désastre, d'autres mensonges pousseraient peut-être encore tels des fougères envahissantes.
Tandis qu'elle semblait vouloir faire part d'un peu plus en lui ouvrant radicalement mais aussi littéralement ses portes, le dénommé Colm se renfrognait dans cet aspect trop secret. Le loyer dont elle était la propriétaire était déjà peu coûteux mais sa gentillesse trop gratuite. Que faisait-il pour mériter tout cela alors que le sort s'était toujours acharner sur lui ? Est ce qu'il était bon quand il était mauvais, menteur, opportuniste ? Le garçon ne comprenait pas. Après tout, ses lâches fuites face à la justice avec Est ou même avec Alex l'avait sorti de situations indésirables en un claquement de doigts. Et tout ça juste parce qu'il était corrompu et s'était servi en abus.

Dans la poursuite de cette habitude, pensait-on, il chercherait à s'octroyer avec permission plus que ce qu'il méritait réellement :

— Comment est ce que vous vous appelez ? Je ne vais pas suivre une inconnue comme ça quand même. Je préfère qu'on apprenne à se connaître dans les règles avant tout !

En vérité, une fois n'était pas coutume, Cassian chercha à se défaire et faire une objection dirimante à cette réputation de roublard. Et si se permettre d'innocent ne l'avait pas aider à rencontrer l'interrogée, plutôt ? S'il était bien qui elle croyait, il pensera à se révéler à son tour pour ne pas faire planer le mystère sur ses curieuses origines.

Après tout, la franchise n'avait jamais tué. Peut-être que ça l'aiderait à avoir ce qu'il souhaite aussi plutôt que chercher à rouler une personne dans la farine.

Il se tourna les pouces, les regardant ainsi que ses jambes mouvantes d'impatience pour enfin connaître une réalité moins nébuleuse et se confessait à son tour. Ses lèvres stressées répétaient son prénom calmement mais surtout silencieusement. Elles ne prononçaient mot comme elles voulaient les entendre de la part de cette femme. Puis elles tentèrent auparavant, dans la culpabilité qui le rongeait :

— Votre premier prénom, en fait. Ou celui par lequel on vous appelle le plus, conclut-il timidement, faisant allusion à sa précédente réponse.

En réalité, le moteur pour Cassian n'était autre que la sincérité de cette — pourtant — inconnue et ses secrets dévoilés. Ainsi pouvait-il avancer et changer.
one and over

Afficher toute la signature
Réduire la signature