#1 le 15.04.17 1:46

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Transgenre
× Age post-mortem : 55
× Avatar : Made by Raven
× Appartement : Pucca
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 74
× Øssements 249
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 18/03/2017
× Présence : réduite
× DCs : Lynn Ahern
lémure
http://www.peekaboo-rpg.com/t1589-ekaitz-armo-inserez-titre-cool http://www.peekaboo-rpg.com/t1653-ekatombe

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
22/15  (22/15)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Transgenre
× Age post-mortem : 55
× Avatar : Made by Raven
× Appartement : Pucca
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 74
× Øssements 249
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 18/03/2017
× Présence : réduite
× DCs : Lynn Ahern
lémure

「 Hello darkness, my old friend 」

Ekaïtz et TJ
J’avais du relire ce bout de papier une bonne dizaine de fois. Je devais me l’imprimer dans le crâne, ne pas l’oublier et ne pas tout faire foirer. Rdv, 21h, usine désaffectée... 21h, usine... 21h usine... Ok. Ce n’était pas si compliqué et ce n’est pas comme si c’était la première fois que je sortais tard le soir mais ce rendez-vous était un grand pas dans mon projet. Il y avait aussi, toujours ce stresse de “ est-ce que je vais me faire surprendre ? “, parce-que je n’étais pas certain que ma petite enquête soit très légale. Après tout, je cherchais des informations sur des humains que je comptais faire assassiner. J’avais besoin de quelqu’un d’assez fou et fort mentalement pour me suivre dans ce projet, je n’avais pas besoin d’un traître.
Ce rendez-vous, je l’avais attendu depuis si longtemps. Il faut dire que jusqu’à maintenant j’avais dû me débrouiller pour pouvoir avoir ces informations sur mes assassins et enfin quelqu’un avait répondu à mon appel. Je n’avais pas fais quelque chose de direct, comme une annonce officielle ou un truc du style, j’avais plutôt laissé entendre que quelqu’un cherchait un vampire pour une affaire chez les vivants, rien de plus, rien de moins. Voilà comment, la veille au soir, je m’étais retrouvé à discuter avec un parfait inconnu qui m’avait filé ce morceau de papier. Je ne connaissais ni l’identité, ni le physique de ce vampire.
Je fixai l’heure sur mon téléphone, 20 heure. J’avais déjà enfilé mes vêtements sombres et mon sac était prêt. Il ne contenait pas grand chose en fait, une lampe torche, une carte de Tokyo, parce-que je n’avais aucune idée d’où se trouvait exactement cette usine désaffectée. J’avais beau savoir où elle se trouvait à peu près, je ne pensais pas pouvoir y arriver sans une carte. J’attrapai les clefs de l’appart, enfilai mes chaussures et sortis en essayant de faire le moins de bruit possible. Je me sentais comme un voleur à pratiquement marcher sur la pointe des pieds, mais je ne pouvais pas prendre le risque de me faire prendre. Je ne pouvais pas donner la véritable raison de ma sortie nocturne et puis j’étais un terrible menteur, je ne pourrais jamais sortir un mensonge crédible.
Je réussis à sortir de l’agence et fus accueilli par le vent frais du soir. Étais-je certain de ce que je faisais ? Non, pas du tout. Si je n’étais pas déjà mort, j’aurais sûrement pris une arme avec moi. Après tout, je n’étais pas du tout sûr de la personne sur laquelle j’allais tomber. Enfin bref, je décidai de laisser ses pensées dans un coin de ma tête, de toute façon, j’étais déjà dehors et sans même m’en rendre compte, mes jambes avaient décidé de me faire avancer. Je me retrouvai donc à marcher dans les rues de Tokyo, une carte à la main.
Je faisais attention à chaque coin de rue car, pour moi, Tokyo de nuit, ce n’était pas vraiment l’endroit que je trouvais le plus sûr. J’avais appris avec les années à ne pas me promener dans certains quartiers une fois la lune haute dans le ciel, il en était de même avec les personnes, je faisais attention à qui je faisais confiance.
Rapidement, je vis les grandes cheminées de l’usine face à moi. Évidement, le bâtiment était entouré de grandes grillages métalliques dont le sommet était protégé par des fils barbelés. Les grilles de l’entrée étaient fermées par une chaîne en acier et un cadenas et j’eus beau faire le tour, je ne trouvai pas de trou assez grand pour qu’un homme puisse s’y faufiler. Tant pis, j’attendrais au niveau de l’entrée.
Je devais attendre depuis déjà un bon quart d’heure sans voir âme qui vive. Je savais bien que l’on m’avait posé un lapin et pourtant je m’obstinais, malgré la noirceur  particulièrement effrayante de la nuit et le froid qui faisait grelotter mon corps maigre.
Soudain, je crus entendre des bruits sur ma droite. Je n’étais pas certain qu’allumer ma lampe torche soit une bonne idée, peut-être que c’était un gardien qui surveillait les alentours à la recherche d’un quelconque individu à la recherche du grand frisson et qui se serait aventuré dans cette usine désaffectée. Je me collai donc à la grille et glissai le long de cette dernière jusqu’à l’arbre le plus proche, le supposé gardien ne semblait pas m’avoir remarqué et j’étais prêt à m’éloigner encore plus, tout en essayant de faire le moins de bruit possible, quand je remarquai que cet inconnu n’avait pas du tout l’air d’être un agent de sécurité. La nuit n’était pas totalement noire, seul les rayons de la lune éclairé la zone et je distinguai les vêtements sombres de cette inconnu mais aucune arme à la ceinture, ni même un badge à la poitrine. J’attrapai donc ma lampe torche dans mon sac et l’allumai avant de la pointer vers son visage, histoire qu’il soit aveuglé et qu’il ne voit pas le mien.

- C’est toi le vampire ?

Ce fut les seuls mots que je fus capable de prononcer. Une partie de moi espérait que ce soit lui et pourtant, je savais que ce n’était pas le cas. On m’avait posé un lapin et je devais m’y faire. Ce n’était ni le premier, ni le dernier.
Invité

#2 le 16.05.17 20:52

avatar
Invité
Hello darkness, my old friend
Ekaitz & T.J
         S'il y avait bien une chose que je n'ai jamais su contrôler, c'était ma curiosité. Sérieusement, cette qualité était si forte qu'elle en devenait souvent un défaut. Du coup, ce n'était pas surprenant que j'aie décidé de suivre cet être qui venait de quitter notre logement de façon quelque peu.. louche ? Il était vêtu de façon sombre et vu la façon dont il faisait attention en sortant, il avait l'air de vouloir faire le moins de bruit possible. Pour quelle raison est-ce qu'il ne voudrait pas attirer l'attention en sortant ? Après tout, n'ayons-nous pas le droit de sortir quand on voulait ?
         Encore dans ma chambre, j'avais déjà enfilé une veste et mes chaussures, espérant ne pas faire trop de bruit, je ne pouvais pas me permettre de laisser mon coloc savoir que j'allais le suivre après tout. Il était alors 20 heures lorsqu'il décida de sortir, suivi de moi, quelques secondes derrière. Le temps était frais, mais agréable. On marchait dans les rues de Tokyo, celles-ci visuellement calme, malheureusement. Certes, il y avait des gens nocturnes qui peuplaient les rues, mais pas autant que durant le jour, ce qui rendait la discrétion un peu plus difficile. Mais ce n'était pas pour autant impossible, j'avais l'avantage d'avoir une apparence sombre de base donc, moins visible. Ou peut-être me faisais-je des à croire, mais qu'importe.
         Par moment, mon regard se promenait parmi les gens que l'on croisait. Bien que déambuler ainsi dans les rues durant la nuit n'était pas ce qu'il y avait de plus légitime et sécuritaire, je trouvais cela assez intéressant. C'était divertissant, en un sens, de voir comment les âmes étaient différentes durant la sorgue. À croire que celle-ci faisait ressortir la vrai personnalité de ce monde. Sans m'en rendre compte, je m'étais arrêté en chemin, parti dans cette réflexion qui était trop profonde pour me permettre de marcher en même temps. Lorsque j'en fis conscient, je reteins un juron en cherchant du regard la victime de mes tendances de stalker. J'espérais ne pas l'avoir perdu, car je voulais vraiment savoir ce qu'il tramait et je me doutais que le harceler de questions à son retour ne fonctionnerait pas.
         D'où j'étais, il devait avoir peut-être deux destinations par où cet homme pouvait être parti ; le cimetière et l'usine désaffectée. Malheureusement, il avait eu le temps de s'éloigner assez pour que je ne puisse pas voir sa silhouette au loin. Après une courte réflexion, j'avais décidé d'aller voir au cimetière en premier. Au moins, ce n'allait pas être long de chercher là puisque c'était un terrain vague sans cachette. J'avais donc été déambuler à cet endroit pendant quelques minutes pour finalement constater que mon choix n'était pas le bon et ainsi opter pour une visite à l'usine.
         Après avoir marché un long moment, j'étais enfin arrivé à destination. Un grand sourire c'était incrusté sur mon visage en voyant une forme humaine près de la grille. Ça devait être lui, pas le choix. Je jetais un dernier regard autour afin de m'assurer qu'il n'y avait pas de garde proche, n'ayant pas nécessairement envie de me faire prendre si je n'avais pas le droit d'être là et j'avançais vers la forme humaine. Ou plutôt, vers son dernier emplacement puisqu'elle n'était plus là.. Je levais un bras pour frotter ma nuque, les sourcils froncés avec embêtement quand je me fis aveugler par une lumière sortie de nulle part. J'étais prêt à gager qu'il s'agissait de la lampe torche de mon voisin de chambre, par contre.

         Easy tiger. Ai-je dit en levant les mains en signe de paix. Ayant souvenir d'avoir déjà lu des mots anglais sur ses lèvres, j'avais décidé d'opter pour cette langue afin de communiquer. Ça te dérangerait de pointer ta lumière vers un autre endroit que mes yeux ? Question qu'on puisse discuter un peu.

#3 le 21.05.17 19:05

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Transgenre
× Age post-mortem : 55
× Avatar : Made by Raven
× Appartement : Pucca
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 74
× Øssements 249
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 18/03/2017
× Présence : réduite
× DCs : Lynn Ahern
lémure
http://www.peekaboo-rpg.com/t1589-ekaitz-armo-inserez-titre-cool http://www.peekaboo-rpg.com/t1653-ekatombe

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
22/15  (22/15)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 24 Transgenre
× Age post-mortem : 55
× Avatar : Made by Raven
× Appartement : Pucca
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 74
× Øssements 249
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 18/03/2017
× Présence : réduite
× DCs : Lynn Ahern
lémure

「 Hello darkness, my old friend 」

Ekaïtz et TJ
Dès les premiers mots je compris que j’avais eu raison, ce n’était pas un gardien. J’éteignis donc ma lampe torche afin de découvrir qui était la personne qui avait eu la curiosité de me suivre en pleins de la nuit. Bien que la pénombre ne me permettait seulement de voir qu’il me dépassait de quelques centimètres et qu’il avait les cheveux foncés et longs, je reconnus son visage. Il était un de mes colocataires et pourtant, il m’était impossible de lui donner un prénom. Je les avais déjà tous vu sans pour autant vraiment leur parler et n’avais donc pas eu le temps d’apprendre leurs prénoms. Je me grattai la nuque, légèrement embarrassé de m’être fait surprendre à traîner ici, et répondis :

- Désolé, je pensais que tu étais un gardien. Ca va les yeux ?

Attendant sa réponse, je baissai la tête et écrasai les quelques feuilles mortes à l’aide de mon pied. La situation était gênante, qu’allais-je bien pouvoir lui dire ? Il m’était impossible de lui dire la vérité, je le connaissais à peine et n’avais aucune confiance en lui et puis j’étais un terrible menteur, je ne pouvais pas juste lui sortir que j’avais eu envie de prendre l’air. Mes yeux se levèrent en direction de l’usine qui me faisait face et un presque mensonge me vint en tête. Bon, ça pouvait être dangereux mais qu’est-ce qui pourrait nous arriver ? Ce n’est pas comme si nous pouvions mourir.

- Écoute, j’étais censé m’introduire dans cette usine avec un ami mais il m’a posé un lapin...

Ce n’étais pas un vrai mensonge, on m’avait bien posé un lapin après tout, c’était juste cette histoire de visite nocturne qui était fausse. Par contre, je n’étais pas prêt à rentrer, je n’avais ni l’envie, ni le moral pour et j’étais bien parti pour réellement m’introduire à l’intérieur de la bâtisse avec ou sans mon colocataire d’ailleurs.

- Enfin bref, mon ami n’est pas là mais ça ne veut pas dire que je ne peux pas y aller seul.

Étais-je réellement sur le point de visiter un endroit abandonné en pleins milieu de la nuit avec pour seul compagnie une lampe torche? Apparemment oui. De mon vivant, je n’avais jamais vécu quelque chose d’aussi excitant et d’ailleurs, je n’aurais sûrement jamais osé le faire.
Je fermai ma veste et allumai ma lampe torche. Je dirigeai le faisceau vers le grillage, il n’était pas bien grand et je me sentais capable de l’escalader sans me blesser. Je m’avançai donc d'un pas assuré vers l’entrée de l’usine sans réellement faire attention si mon colocataire me suivait. Pourtant, je m’arrêtai face à la grille et me tournai avant de lui demander :

- Tu veux venir ?