#1 le 11.04.17 22:33

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 885
× Øssements 927
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : réduite
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford
Big Grumpy Cat
http://www.peekaboo-rpg.com/t1408-toulouze-broken-glass http://www.peekaboo-rpg.com/t1411-toulouze-find-yourself

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 885
× Øssements 927
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : réduite
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford
Big Grumpy Cat


Le silence
a le poids des larmes
Le silence, c'est la mort, et toi, si tu te tais, tu meurs et si tu parles, tu meurs. Alors dis et meurs ...

Heure tardive. Les soirées commençaient dans les bars et les lieux de fêtes en tout genre. Effluves d'alcool et de cigarettes. Les jeunes et moins jeunes étaient de sortir, prêts à s'amuser, se balader ou dîner. Pas sourds, presque inaudibles. Il y avait un cacophonie dans l'avenue, une sorte de concert de voix, de rires, de cris, de klaxons et d'autres. Un brouhaha incessant se répétant chaque jour, chaque soir. Sans vouloir cesser, sans vouloir s'arrêter. Un brouhaha trop continu qui comme bien d'autres soirs, lui arrachait une œillade irritée, ses orbes couleur marine détaillant le monde comme on détaille un cadavre : avec dégoût et retrait.

Encore une sale soirée qui commence.

Il s'était réveillé tard et cela faisait plusieurs jours que ça lui arrivait. La faim était venue le déranger dans son sommeil tout sauf réparateur, l'obligeant à se tirer de cauchemars dont il n'arrivait bien souvent pas à se sortir. C'était comme tomber dans un abyme dont on ne voyait pas le fond, sans pouvoir s'accrocher aux parois. Elles étaient glissantes, telle de la vase et le faisait glisser encore plus vers ce fond qu'on ne pouvait discerner. Chaque soir, un peu plus, il s'enfonçait dans ce gouffre, ne pouvait s'en échapper, s'en sortir. Dire que l'homme était plus irritable et sombre que d'ordinaire n'aurait pas été dire la vérité. Toulouze était dans un état où même le plus gros des durs auraient passé son chemin en le croisant.

Peut-être une semaine. Ou dix jours. Il ne savait plus trop. Cela faisait un moment que les cauchemars l'assaillaient mais ils étaient devenus plus violents avec le temps, sans qu'il ne comprenne pourquoi. Ajouté aux nombreuses visions qu'il avait dans la journée, le basané avait du mal à tenir la cadence. Certains jours, il restait calfeutré dans la chambre qu'il squattait à ne rien faire d'autre que dormir et divaguer, les quelques potions lui restant faisant la moitié du travail. Un soupir lourd lui échappa, ses jambes accélérant le pas alors qu'il se rendait dans une échoppe bien connue de sa personne. Il aurait mieux fait de s'y rendre bien plus tôt.

Oui mais avec tout ce qu'il s'est passé aussi...

L'immeuble où se trouvait le magasin de Maliva était en vue, le regard du zombie se braquant sur la porte tandis qu'il nota sur son cellulaire l'heure de sa venue chez sa fournisseuse. D'un geste faussement nonchalant, il remonta son sac sur son épaule, avançant jusqu'à la porte de la boutique où il aurait dû se rendre depuis un certain temps. Lors de son dernier passage, il avait assuré à la nécromancienne qu'il repasserait la voir deux semaines plus tard... sauf que plus de deux semaines étaient passées. Toulouze tiqua bruyamment, s'attirant le regard d'une blonde passant à côté de lui tandis qu'il atteignait enfin le lieu. Connaissant la vendeuse, elle allait certainement lui poser des questions sur son retard, s'inquiéter de son état au lieu de tout simplement lui demander comment étaient les échantillons qu'elle lui avait donné à tester.

Tiens en parlant de potions !

Un soupir, plus loin, plus ennuyé. Il y avait ce problème là également. La jeune femme lui avait donné trois potions à tester. Cependant, l'une d'entre elle n'avait jamais pu être avalé, le flacon s'étant brisé dans son sac lors de son départ de l'agence. En plus de la potion qu'il avait acheté à Maliva. La poisse. La grosse poisse. Toulouze n'osa même pas repensé à cette soirée, le souvenir de cette pétasse rousse étant trop désagréable. Une grimace déforma ses lèvres, sa main poussant la porte de la boutique toujours ouverte malgré l'heure tardive.

Personne. Les lieux étaient déserts de visiteurs, toujours emplis de dizaines de flacons aux milles couleurs. Claquant la porte dans son dos, le zombie scruta la pièce, ce malaise se collant à sa peau comme à chaque fois qu'il pénétrait dans l'échoppe avant qu'il ne s'avance jusqu'au comptoir, désert lui aussi.

- Maliva ?

Rabaissant sa capuche, Toulouze se posta devant le comptoir et attendit, une légère anxiété s'insinuant dans ses veines, se mêlant à la fatigue et l'agacement. Il devait régler cette affaire vite fait et rentrer. Faire son stock de potions, payer et s'en aller.

Ouais mais les choses se passent jamais comme tu le veux mon pote. Souviens toi de ça.

Avec Maliva
Mots 719

Afficher toute la signature
Réduire la signature


and without you I'm losing my mind



En anglais : #006600
En japonais : #566C49
En suédois : #216658
Invité

#2 le 17.04.17 18:46

avatar
Invité

C'était encore une journée fructifiante pour la métisse concernant ses potions. Ses nombreux stocks s'épuisaient assez rapidement ce qui était un bon signe car cela signifiait que ses recettes augmentaient plus rapidement mais également un mauvais signe signe dans un sens car elle devait s'atteler à les refaire et n'avait parfois pas forcément le temps nécessaire pour toutes les réaliser. L'hawaïenne était très à cheval concernant les effets notoires à vrai dire et c'était pour cela qu'elle prenait peut-être un peu plus de temps que ses collègues au niveau de ses concoctions. Mais au moins, la grande majorité de ses clients étaient satisfaits et elle ne pouvait qu'en être heureuse. C'était son métier après tout de lui apporter tout le bonheur qu'ils désiraient, du moins, il s'agissait de l'essence qu'elle avait mis dans ses potions.

La période de creux quotidienne au niveau des visites arriva un peu tardivement et Maliva se remit à penser à Toulouze durant cette dernière. Elle était en vérité inquiète à son sujet car il n'était pas repassé à son échoppe comme prévu et était en retard de quelques semaines. La métisse avait d'abord pensé à quelques imprévus ou alors à une subite dégradation de santé chez lui. Mais récemment, des idées plus noires s'étaient plues à lui traverser l'esprit. Et si les potions qu'elle lui avait offertes en échantillons avaient eu des effets indésirables sur lui. Une boule de stress vint subitement lui nouer le ventre à cette pensée. Elle ne voulait absolument pas que Toulouze ait une mauvaise expérience avec ses mixtures. La demoiselle soupira alors, un peu désespérée et coucha doucement sa tête sur le comptoir de paiement derrière lequel elle était assise. Comme elle travaillait de manière beaucoup plus intense ces derniers temps, elle en avait beaucoup moins pour récupérer et retourner très en forme dans sa boutique. Elle alla donc dans la pièce située à l'arrière pour aller s'asseoir à la petite table qui se trouvait dans cette autre pièce et ses prunelles se fermèrent donc lentement.

Un petit somme ne risque pas de me faire de mal, d'autant plus qu'il n'y aura certainement personne qui viendra à cette heure creuse. Se dit Maliva à elle-même.

Désormais assez profondément assoupie, l'hawaïenne n'entendit pas le résonnement du tintement de la petite cloche de la porte d'entrée. Elle ne répondit donc pas à la question du client qui avait pénétré au sein de l'échoppe et qui n'était autre que Toulouze lui-même. Maliva demeura à demi-couchée sur la table, un sourire particulièrement béat aux lèvres. Même si l'endroit où elle se trouvait n'était pas le plus confortable, c'était toujours très agréable de se reposer. Mais son intuition la réveilla étrangement subitement. Elle était comme persuadée d'avoir un client à cette heure vraiment déserte et se releva d'une traite pour débouler rapidement dans la pièce principale et vérifier cette impression. Son visage s'illumina aussitôt lorsqu'elle aperçut l'autre métisse en train de patienter au comptoir. Elle alla aussitôt lui faire face en ne sachant pas trop par où commencer. Elle avait tellement de choses à lui demander.

Coucou Toulouze ! Tu es enfin revenu ! Qu'est-ce qui t'est arrivé ? Je dois avouer que je me suis inquiétée en voyant que tu ne repassais plus dans l'échoppe.

Origami

#3 le 21.04.17 23:05

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 885
× Øssements 927
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : réduite
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford
Big Grumpy Cat
http://www.peekaboo-rpg.com/t1408-toulouze-broken-glass http://www.peekaboo-rpg.com/t1411-toulouze-find-yourself

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 885
× Øssements 927
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : réduite
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford
Big Grumpy Cat


Le silence
a le poids des larmes
Le silence, c'est la mort, et toi, si tu te tais, tu meurs et si tu parles, tu meurs. Alors dis et meurs ...

Sortie de nulle part. Tel un lutin apparaissant au hasard, sortant d'un buisson pour vous jouer un mauvais tour. Ou un lapin, joyeux et joueur, prêt à vous bondir dessus. Sortie de nulle part, avec son grand sourire habituel, sa longue chevelure brune et ses cernes sous les yeux. Elle avait quelque peu surpris le zombie en apparaissant de cette façon, sans prévenir, les épaules du basané ayant légèrement sursauté à sa venue. Mais Toulouze n'en montra pas davantage, sa main baissant avec nonchalance la capuche de son sweat-shirt. Des mots inquiets, des questions qu'il ne voulait pas entendre. Ce regard qui cherchait le sien. Il avait bien senti qu'il allait devoir se confronter à une telle expression en allant dans le magasin de la nécromancienne, son retard étant déjà assez inquiétant en soi. Mais il n'aurait pas cru que cela le dérangeait autant.

Certainement parce que la dernière fois tu lui as fait de la peine.

S'approchant du comptoir, l'homme se posta à la hauteur de la chimère avant de déposer son sac sur le meuble avec flegme. Il avait conscience qu'elle devait épier chacun de ses gestes, attendre une réponse satisfaisante de sa part alors qu'il traînait avec lui une fatigue écrasante et visible sur ses traits. Il avait eu le temps de voir son reflet dans une vitrine en venant et les poches qu'il transportait sous ses yeux n'avaient pas pris la peine de se faire la malle depuis qu'il les avait découvert le matin même. Pire, elles étaient bien plus creuses et sombres, donnant au zombie un air bien plus maladif que d'ordinaire. Avec ça, Maliva avait de qui s'inquiéter pour les trois mois à venir. Le basané eut envie de soupirer, l'une de ses paumes massant ses traits fortement. Ce qu'il avait envie de dormir.

- Rien, plusieurs contre-temps. Ça va.

Bel euphémisme. Mensonge à peine voilé. Toulouze poussa un bâillement à s'en décrocher la mâchoire, confirmant un peu plus son manque grandissant de sommeil et son état avancé d'épuisement. C'était limite s'il n'allait pas se rouler en boule quelque part dans l'échoppe pour faire une sieste. À moins qu'il ne la fasse dehors dans une ruelle, comme il pouvait le faire souvent.

Vaut mieux pas quand même.

Ses rétines lui piquaient désagréablement, ceux-ci étaient certainement rouges tandis qu'il portait son regard sur la jeune femme face à lui qui souriait toujours. Toulouze se demandait parfois comment elle faisait pour rester ainsi alors qu'il pouvait se montrer bien désagréable par moment, même si souvent cela lui importait peu sur le coup. Maliva était vraiment très professionnel. Ou bien cherchait-elle juste à le mettre à l'aise. Le zombie ne savait pas vraiment et certainement qu'il ne le saurait peut-être jamais. Un raclement de gorge et un nouveau frottement mou de paupières. Il allait finir par s'endormir sur le comptoir.

- J'ai perdu l'un de tes échantillons par contre. Et j'ai plus de potions non plus. M'en faudrait plusieurs d'ailleurs, je sais pas quand est-ce que je vais pouvoir repasser.

Un encore un mensonge déguisé. Une remarque oubliée et une vérité gardée pour lui. À vrai dire, Toulouze ne savait vraiment pas quand il pourrait revenir dans l'échoppe de l’hawaïenne d'ici les prochaines semaines. Ses derniers temps, sa vie était devenue un véritable chaos qu'il n'arrivait pas à calmer, les personnes qu'il rencontrait lui mettant le plus souvent des bâtons dans les roues et l'empêchaient de faire ce qu'il désirait comme il le désirait. Il devait y mettre de l'ordre, rapidement, avant de se retrouver enliser dans toutes ces histoires. En finir une bonne fois pour toute avec Hell, rembarrer Fubuki en bonne et due forme. Retrouver ce con de Nae et lui faire la peau. Voir Teo... sa main revint masser ses paupières, la lassitude l'assaillant.

T'es sûr de pouvoir aller la voir même ?

Fatigue et ennui. Le zombie voulait juste récupérer ses potions, faire ses commentaires sur les potions de sa fournisseuse et s'en allait. Le malaise qu'il ressentait dans son magasin lui collait à nouveau à la peau tandis qu'il se disait que tout ce cirque durait depuis trop longtemps. Ça ne pouvait pas durer plus longtemps de toute manière.

Avec Maliva
Mots 697

Afficher toute la signature
Réduire la signature


and without you I'm losing my mind



En anglais : #006600
En japonais : #566C49
En suédois : #216658
Invité

#4 le 13.05.17 21:37

avatar
Invité

Toulouze avait beau lui affirmer qu'il allait bien et qu'il avait eu juste quelques petits empêchements, Maliva n'en fut aucunement convaincue. Il était trop en mauvais état pour lui prouver le contraire. Il n'y avait qu'à voir ses prunelles cernées et rougies par la fatigue. Il menaçait même de s'effondrer juste sous ses yeux tellement la fatigue l'avait assailli. Maliva afficha une expression désolée. Elle espérait vraiment le voir un jour prendre davantage soin de lui car elle avait l'impression que plus le temps passait et plus sa complexion physique se dégradait et à vue d'oeil le pire dans tout cela. Ses prunelles se rivèrent sur son sac qu'il posa sur le comptoir pour refaire le stock de potions. Il affirma en avoir malheureusement perdu l'une d'entre elles. C'était dommage autant pour lui que pour Maliva car il n'avait pas pu profiter de ses effets et la métisse ne pourrait pas avoir son avis sur l'efficacité de cette dernière.

Je te refais tout de suite le stock des habituelles. Comment ça tu ne sais pas quand est-ce que tu vas pouvoir repasser ? Il s'est passé quelque chose de grave ?

L'hawaïenne s'inquiéta de plus en plus à son sujet et même si elle désirait l'aider, elle demeurait impuissante. Elle ne pouvait apparemment rien faire qui puisse lui remonter le moral car elle avait bien vu et compris que Toulouze avait été davantage tourmenté par quelque chose en particulier pour se présenter dans sa boutique dans un tel état. La métisse avait beau réfléchir sur le pourquoi du comment de son mal-être elle n'en avait pas vraiment la moindre idée. Il s'agissait peut-être de gros problèmes d'amour ? Il n'y avait que cet aspect-là qui lui était venu à l'esprit mais la raison pouvait très bien être quelque chose de différent. L'hawaïenne s'éloigna de son comptoir en essayant de calmer son inquiétude et s'empressa de récupérer quelques potions qu'elle savait que Toulouze utiliserait dans les jours à venir. Elle retourna près du zombie et les disposa dans son sac avec au passage deux échantillons de la potion qu'il avait perdue. Cette fois-ci, il pourrait peut-être profiter de ses bienfaits.

Les potions ont été efficaces comme d'habitude ou tu as rencontré un problème avec elles ? J'espère que tu as également apprécié l'échantillon que tu n'as pas perdu.

Maliva afficha un très léger sourire car elle avait vraiment du mal à être rayonnante de joie devant lui. Elle ne pouvait pas l'être, pas devant un état aussi désolant. Elle eut alors l'idée de disposer quelques chaises l'une à côté de l'autre pour faire une sorte de banc. Il ne serait certainement pas aussi confortable qu'un lit mais il aiderait quand même un peu Toulouze à se reposer car il en avait vraiment besoin. Il avait atteint ses limites.

Toulouze viens dormir un peu avant de repartir. Tu menaces sérieusement de t'écrouler sur place et je me doute que tu aies la force de rentrer chez toi pour le moment.

Elle n'attendit pas vraiment sa réponse et l'attrapa par le bras pour l'emmener doucement vers les chaises alignées dans un coin de son échoppe. Elle le força délicatement à s'allonger sur ces dernières. Elle ne put malheureusement rien faire de plus pour lui et s'en mordit un peu la lèvre inférieure, gênée par une aide aussi maigre. Si seulement elle avait un oreiller et une couverture sous la main ...

Origami

#5 le 18.05.17 0:21

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 885
× Øssements 927
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : réduite
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford
Big Grumpy Cat
http://www.peekaboo-rpg.com/t1408-toulouze-broken-glass http://www.peekaboo-rpg.com/t1411-toulouze-find-yourself

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 885
× Øssements 927
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : réduite
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford
Big Grumpy Cat


Le silence
a le poids des larmes
Le silence, c'est la mort, et toi, si tu te tais, tu meurs et si tu parles, tu meurs. Alors dis et meurs ...

Paupières tombantes et fatigue tenace. C'était dire qu'il tenait à peine debout, luttant contre l'harassement et l’épuisement. Il fallait dire qu'après avoir couru dans les rues de la ville pour éviter des vampires en furie n'avait pas aidé. Ni même toutes les péripéties qu'il avait pu vivre ces derniers jours. Et encore moins ces cauchemars. Ne voulant pas y penser, le zombie braqua son regard sur la jeune femme, sa voix lui arrivant derrière le brouillard qui embrumait son cerveau. Il avait vraiment besoin de dormir.

- Pas grand chose. Je dois juste bouger de piaule.

Réponse évasive pour une question bien trop inquiète. Toulouze avait biens senti que la nécromancienne voulait en savoir plus, ses perles brillantes l'observant avec curiosité. Sauf qu'il ne désirait pas réellement lui parler de tout cela et l'inquiétait. Il se prenait déjà assez la tête tout seul pour qu'elle en rajoute une couche. Il la regarda donc faire, les potions se retrouvant près de son sac que Maliva remplit gentiment. Toujours aussi avenante. Toujours aussi présente. Le zombie se demandait comment elle faisait pour le supporter, lui et son humeur exécrable. Pourtant, la jeune femme continuait toujours de le servir en souriant, après toutes ses années. Franchement, il n'était vraiment pas correct avec elle.

Grimaçant légèrement à cette pensée qui se mêlait à d'autres tout aussi contrariantes, le basané ne fit pas attention que la vendeuse lui attrapa soudain le bras pour le traîner à sa suite. Il comprit à peine les paroles qu'elle venait de prononcer, ne se souvenant déjà plus de celles précédentes et se retrouva allongé sur plusieurs choses alignées. Il se passait quoi au juste ?

- Non mais...

D'un geste précautionneux, Maliva le poussa sur les sièges, l'obligeant à se coucher pour récupérer. Elle rigolait ? Il n'allait tout de même pas dormir dans l'arrière de sa boutique. D'une ça ne se faisait pas et de deux, il n'en avait pas envie. Toulouze ne voulait pas rester là, une vieille impression remontant du fond de ses entrailles comme une sonnette d'alarme. Seulement, son corps était bien trop épuisé pour faire quoi que se soit. Le zombie voulut grogner, protester, partir, mais ses membres ne répondirent pas. Au lieu de ça, ses paupières se fermèrent, le sommeil l'enlaçant rapidement avant qu'il ne tombe totalement dans une rêverie silencieuse. Une mer calme. Le bruit des vagues. Un rire joyeux. Souvenir d'un moment doux passé un soir tranquille. Sur une plage de sable fin sous les rayons de la lune. Souvenir doux et triste d'un soir qui n'avait pas été comme un autre. Triste souvenir.

Ses yeux s'ouvrirent quelques heures plus tard, la nuit étant complètement tombée sur la ville. Toulouze n'avait pas bougé de sa place, toujours allongé sur les chaises entreposées par Maliva. D'ailleurs, la métisse avait à nouveau disparue, le laissant seul derrière le comptoir. Tout en se redressant, le zombie tourna son regard pour voir où elle pouvait être, sans la trouver. La jeune femme n'était plus là. Toulouze en était particulièrement étonné. Elle lui faisait à ce point confiance pour le laisser tout seul dans sa boutique sans surveillance. S'il l'avait voulu, il se serait levé, aurait pris ses affaires, des potions supplémentaires et aurait mis les voiles. Sauf qu'une telle idée le dérangeait profondément. Il ne pouvait pas faire ça à la chimère. Pas à elle. Pas alors qu'elle tentait de l'aider.

Se massant la nuque, Toulouze attendit sagement que sa fournisseuse revienne, observant d'un air bien moins embarrassé que d'ordinaire le lieu dans lequel il se trouvait. Il n'avait rien à voir avec sa boutique, ni la décoration, ni l'atmosphère. Il n'était plus là-bas. Il n'y était plus. Il n'avait pas à être mal à l'aise. Tout cela était fini depuis bien longtemps.

Avec Maliva
Mots 628

Afficher toute la signature
Réduire la signature


and without you I'm losing my mind



En anglais : #006600
En japonais : #566C49
En suédois : #216658