ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Cinemont a posté un rp libre dans l'allée des cerisiers

    Alexiel Etsuko cherche plusieurs rps pour son personnage deux en un.

    Alexiel Etsuko a posté un rp libre dans l'appartement Kiss

    Urie Kaneki recherche divers vampires pour rp !

    Event du moment
    Calendrier de l'avent
    du 1er au 24 décembre

    IB ~ L'ennui aurait été préférable à ta venue ... [PG-16/Caractères sexuels]

    Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 31 Autre
    × Age post-mortem : 257
    × Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
    × Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
    × Appartement : Jolly Jumper
    × Logement : Viens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

    × Métier : Travaille pour Eden
    × Péripéties vécues : 1622
    × Øssements1333
    × Age IRL : 30 Féminin
    × Inscription : 21/01/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : la pomme
    × DCs : Eden / Cinemont / Rose

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    nécromancien
    Terminé
    #11 le 19.04.17 1:16


    Le monde est bien assez grand,



    Et visiblement, pas tant.



    Fasciné, impressionné, incroyablement séduit. L’homme ne pouvait qu’accepter de suivre cette femme dont il ne savait rien. Il était grisé, motivé par une forme de jouissance mentale. Cette emprise, cette force et ce charisme, c’était à l’inverse de tout ce qu’il avait connu chez les femmes et tout ce qui avait pu l’attirer. Là, il se sentait comme happé. Il était incapable de lui résister. Ironie du sort, il était le charmeur dompté par le serpent. Incapable de lui refuser quoique ce soit. Parce qu’il voulait en savoir davantage. Parce qu’il ne pouvait pas lui dire non, tout simplement. Qui pourrait lui dire ? Il ne pourrait jamais le faire. Il se sentait totalement et irrémédiablement prêt à la suivre dans chacune des missions. Est-ce pour ça que son employeur les avait fait se rencontrer ?

    Pom se saisit de la clé entre les doigts de la femme, ses doigts frôlant les siens, alors que ses yeux s’éblouissaient sous l’envie. Qu’il aimait ce jeu, cette force qu’elle émanait. C’était un nouvel élément dans son jeu ! Une force brute. Il avait l’impression d’être enlacé par elle, enroulé, entouré, et prêt à être dévoré. Il déposa la clé, rougissant brutalement, alors que ses yeux la cherchaient du regard.  

    « Que voulez-vous que je fasse exactement ? »

    Etait-il prêt pour accepter de devenir l’acolyte dévoué, le jouet ou la compagnie de cette femme ? Il l’était totalement. Il pourrit toujours fuir si ça devenait trop dangereux dans ses critères. Pour l’instant, il ne pouvait pas abandonner sa curiosité. Il n’avait qu’une envie, désormais, en savoir davantage. Soupirant d’aise, l’homme détourna les yeux d’elle. Il pensa à la drogue dans son sac, aux potions, une part de lui-même se doutait qu’elle n’accepterait pas de le voir dans un état trop second. Il lui faudrait … user de génie. Et il sentait déjà, que ce serait compliqué.

    Pour l’instant, il devait surtout essayer de s’empêcher de communiquer son excitation et il en était incapable. Il ne savait pas gérer son don face à de telle émotion. Elle devait ressentir, comme-ci, il était nu face à elle. Comme-ci son épée d’homme avait été tendue face à elle, ou que son oasis de femme s’écoulait face à elle. Etrangement, il se sentait les deux, bien qu’il soit une apparence d’homme. Quand il l’observait, il sentait la chaleur diffuse de son bas ventre, le désir dans sa poitrine.

    Il déglutit, demandant lentement :

    « Où pourrais-je prendre ma toilette ? J’ai besoin de me laver un peu … »
    Il était propre, il voulait juste réfléchir. « Je vous rejoindrai pour apprendre la mission, ensuite … »

    Il ne se sentait pas le courage de la tutoyer. Il se sentait incapable de ne la voir comme un égal. Elle était au-dessus.

     
     

    Au départ, il chercha surtout à se défendre. Puis, il abandonna. Il n’avait pas la force ou le courage de lutter, il abandonnait, totalement, jusqu’à ce qu’elle répète les mots qu’il avait lui-même employé. Jusqu’à ce qu’elle confirme qu’il était une pute. Alors, d’un geste brutal, il se saisit de ses hanches, il remonta ses mains, glissa sur son dos, remonta jusqu’aux épaules, et approfondit le baiser. L’intensifia, son émotion, son désir, s’imprégnant entre eux, malgré l’acier du sang dans leurs baisers. Il sentit son corps répondre, inconsciemment, chercher un contact plus profond, alors qu’un soubresaut, une convulsion de sa sexualité lui rappelait la nature de sa sexualité. Il sentit sa chair, ses lèvres, et brutalement il se dégagea. D’un geste brutal de la main.

    Au lieu de claquer un élastique à un poignet, il l’enserra, le pressa, le serra. La douceur, c’est une émotion facile à faire naître, facile manipulé, facile à changer. Il la sentait, remontant son bras, remontant son corps et il rit doucement. D’un geste de l’avant-bras, il nettoya ses lèvres, une légère trace de sang salissant ses joues.

    « Pom … C’est Pom, mon nom aujourd’hui. »

    Il murmura cette phrase davantage qu’il ne la dit. Il la murmura davantage pour lui-même que pour elle. Il n’était plus ce grand type blond efféminé voyageant au travers en monde en cherchant sa place. Il se mentait. Il le savait. Il avait été à sa place à ses côtés. Rose n’avait pas suffi à le prévenir des dangers d’aimer. Pour Rose, il avait l’excuse de ne pas savoir ce qu’était aimer, d’être tombé amoureux sans le vouloir. Pour Eressëa, il n’avait aucune excuse. Il aurait pu fuir dès le premier jour. Hors, non. Non, elle était venue le chercher et il avait fait le choix de rester à ses côtés.

    Il aimait ça, lui appartenir, être sien, être à elle. Il aimait ça voir les regards envieux des autres hommes, sentir son expérience, apprendre auprès d’elle. Elle aurait pu tout lui demander, il aurait pu tout accepter. C’est sans doute, pour ça, qu’il avait fui. La jalousie, il aurait pu accepter. Mais les meurtres ? La cruauté ?

    « Tu as parfaitement raison. Je te connais. Tu es une tueuse, une prostituée et une criminelle … »


    Il laissa la colère se diffuser dans ses veines, l’attrapant, la saisissant sous la forme de flamme qu’il voyait, la faisant disparaître. C’était dangereux. Il devait garder le contrôle. Pour ça, il souriait, joyeusement, essayant de ne penser à rien d’autre qu’à une joie funeste, un mensonge. Il était heureux maintenant. Elle ne pouvait pas arriver et venir tout détruire d’un château de cartes. C’était dangereux. Dangereux, maintenant que d’autres étaient dans sa vie. Il ne pouvait pas tout abandonner, tout lâcher, tout laisser tomber. Et pourtant, il avait tellement envie de fuir à nouveau. Il avait tellement envie de ne pas affronter cette femme.

    Il était assez courageux pour le faire. Il n’était plus son jouet. Il n’était pas son jouet. Elle avait perdu la partie. Tu en es certain, Pom ? Ou tu essayes juste de t’en convaincre. JE NE SUIS PAS FAIBLE. Les mots raisonnaient encore et encore dans sa tête. Elle pouvait contempler son œuvre, il était le fruit de leurs histoires. Il était leurs créations. Au final, peut-être que ses cheveux flamboyants lui rendaient parfaitement hommage. Des cheveux rougissant actuellement comme une flamme.

    « Tu es surprise que je sois parti ? »

    Il rit, moqueur, amusé, tendre. Il rit, d’un rire égocentrique, d’un rire narcissique, d’un rire mesquin. Il la bravait, comme jamais il n’avait su le faire auparavant. Si elle l’avait rattrapé, si elle l’avait chopé, après son départ, il l’aurait imploré de lui pardonner. Il ne voulait plus de son pardon ! Et il ne voulait pas lui pardonner. Elle était un agent double, un agent travaillant pour le plus offrant.

    Il s’avança vers elle, attrapant une mèche bouclée dans ses doigts, l’enroulant dans sa main, l’entortillant.

    « Soyons sincère, je m’amusais bien au début, puis je me suis ennuyé et je me suis barré. »

    Il a fermé la main sur la mèche, sans se soucier de savoir s’il pouvait lui faire mal. Sans se soucier de savoir ce qu’elle pouvait ressentir. Qu’elle sorte de sa vie maintenant !

    « Eressëa, je te voyais en déesse, mais tu n’es qu’une petite fille gâtée qui est en colère car elle a perdu sa poupée. Hurle, rends-moi fou, barre-toi, gifle-moi, roue-moi de coups, ça ne changera rien. J’appartiens au Bchobiti bar, aujourd’hui. Et tu n’es pas la bienvenue en ces lieux. Et si pour changer, c’est toi qui m’implorait ? »

    Objets utilisés
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 30 Féminin
    × Age post-mortem : 1222
    × Avatar : Poison Ivy - DC Comics
    × Croisée avec : Un Athéris, un serpent.
    × Logement : Viens
    × Métier : Femme d'affaire, entre autres.
    × Péripéties vécues : 235
    × Øssements560
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 22/02/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : R
    × DCs : Ael Shanks, Sen Ashitaka

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    64/100  (64/100)
    30Féminin1222Poison Ivy - DC ComicsUn Athéris, un serpent. Viens Femme d'affaire, entre autres.23556024Féminin22/02/2017complèteRAel Shanks, Sen Ashitaka
    avatar
    chimère
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006/www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006http://www.peekaboo-rpg.com/t1583-erefkieobvkcnjf
    30Féminin1222Poison Ivy - DC ComicsUn Athéris, un serpent. Viens Femme d'affaire, entre autres.23556024Féminin22/02/2017complèteRAel Shanks, Sen Ashitaka
    chimère
    Terminé
    #12 le 19.04.17 18:12
    IB ~ L'ennui aurait été préférable à ta venue...


    Il m’accepta et me repoussa. Rien ne m’étonnait la dedans à vrai dire. Tout était si complexe dans cette pièce, tout était sous tension que tout pouvait s’intensifier à tout moment. Je tombais sur le côté, mes mains glissant sur le verre encore au sol. Et puis sans élégance il essuya ses lèvres. Charmant. Peut-être y étions-nous allés trop fort. Enfin non, avec Philip ce n’était jamais assez. Lorsque l’on travaillait ensemble, j’en voulais plus, lorsque j’étais dans ses bras j’en voulais plus, lorsque nous faisions l’amour, nous avions du mal à nous arrêter alors j’imagine que cette haine qu’il ressentait envers moi pouvait se décupler à son tour. Comme je le disais, plus rien ne m’étonnait.

    
- "Pom … C’est Pom, mon nom aujourd’hui."


    Pom.. L’abréviation de Philip Oanell Myrddin j’imagine. Après tout il m’avait vu revêtir l’apparence de mille personnes, hommes, femmes, avec tous des noms et comportements différents. Je ne pouvais pas lui reprocher de faire la même chose. Phi.. Pom était sans doute une des seules personnes que je respectais un minimum dans ce monde. Malgré ce que l’on avait vécu il avait eu un certains impact dans ma vie. Je m’en étais servi certes mais rien ne m’avait obligé à vivre avec lui autant d’année si ce n’est ma propre envie. Mais il ne comprenait pas, de toute façon il comprenait toujours tout de travers.

    
- "Tu as parfaitement raison. Je te connais. Tu es une tueuse, une prostituée et une criminelle. Tu es surprise que je sois parti ?"

    Et il se mit à rire, encore et encore. D’un rire presque sadique, d’un rire de triomphe, comme si à ce moment là il venait de me percer à jour. Mais ce n’était pas le cas. Oui j’avais tué, oui j’avais couché pour de l’argent, pour des biens, des informations, oui j’avais commis des choses affreuses. Mais n’avait-il pas fait la même chose ? N’était-il pas avec moi, parfois, lorsque j’abusai de mon corps pour certaines missions ? Lorsque l’on frappait ensemble, volait ensemble, fuyait ensemble ? Oui j’étais tout ça, mais il ne valait pas mieux que moi.
    Il s’avança. Je restai toujours muette, je voulais entendre tout ce qu’il avait à me dire enfin. Il joua avec mes cheveux, un peu plus violemment qu’avant. En même temps ce n’était plus avant. Ce n’était plus rien que de la rancoeur.

    - "Soyons sincère, je m’amusais bien au début, puis je me suis ennuyé et je me suis barré."

    Il avait toujours été un bon menteur, sauf avec moi. Quelle rage, quelle haine en lui se transformant à un amusement sans fin. Je commençai à l’observer avec un semblant de pitié. Comme la petite chose qu’il avait été lors de notre rencontre, comme cet homme abandonné qui cherchait encore son chemin et qui j’offris une vie. 


    - "Eressëa, je te voyais en déesse, mais tu n’es qu’une petite fille gâtée qui est en colère car elle a perdu sa poupée. Hurle, rends-moi fou, barre-toi, gifle-moi, roue-moi de coups, ça ne changera rien. J’appartiens au Bchobiti bar, aujourd’hui. Et tu n’es pas la bienvenue en ces lieux. Et si pour changer, c’est toi qui m’implorait ?".

    Je lui souriai alors. C’était un mélange de tristesse, de nostalgie, de regret mais surtout de tendresse. De tendresse car je n’étais pas comme ça et il le savait. Je n’avais jamais imploré personne depuis ma mort et je n’allais pas commencer aujourd’hui. Il était partit, peut-importe les raisons. Il était partit et me demandait une nouvelle fois que l’on se sépare. Je n’avais jamais eu l’habitude de lui laisser choisir quoi que ce soit, sauf lorsque nos corps se mélangeaient. À ce moment là, parfois, je le laissai diriger. Mais dans notre vie quotidienne non. Elle était faite de mes ordres et de son obéissance. Elle était faite de mes choix et de son obéissance. Car Philip obéissait. Toujours. Mais plus de deux cent ans étaient passée et nous ne nous devions plus rien.

    Nos mémoires avaient réussi à oublier un temps, ainsi que nos corps. Le revoir avait bien entendu ravivé tout ça, mais nous étions capable d’oublier encore. Je pouvais oublier mais je n’allais pas le laisser m’insulter plus longtemps pour autant. Alors je saisi sa main toujours enroulée dans mes cheveux, la lui caressai avant de la torde gentiment pour qu’il me lâche. Je lui maintenais le bras tout en me levant. Tu ne me domineras pas Philip. Jamais.

    - "Ne prends pas tes rêves pour des réalités. Tu peux te faire croire ce que tu veux Pom.. " J’étais calme, juste calme. "Mais rien n’a changé. Je suis toujours cette criminelle et tu restes toujours.. Toi. Toi et tes émotions, toi et ton désir. Même ton corps ne se contrôle pas. Tu appartiens à ce lieu car tu es incapable de t’appartenir à toi même." Je lui lâchai le bras. "Je te connais mieux que personne et tu me connais bien. La différence entre nous c’est que j’ai toujours su prendre du recul sur notre vie, sur ces émotions qui te dirigent tant. Tu étais prévenu dès le début. C’était notre projet d’abord et nous ensuite. Tu savais qui j’étais, tu l’as vu le premier soir. Je ne t’ai jamais rien caché et tu le sais. Ne me reproches pas mon comportement, reproches toi le tien."

    Je m’éloignai alors de lui, me rapprochant de la bibliothèque qu’il avait refermé derrière lui. J’enlevai les bouts de verre encore plantés dans mes mains et le regardai à nouveau.


    - "Tu peux penser ce que tu veux Pom, ça ne me regarde plus. Mais j’ai été sincère avec toi plus qu’avec n’importe qui."

    Je frottai alors mes vêtements pour paraître un peu plus présentable et actionnai le mécanisme de sortie.



    Il acceptait cette position. Bien. C’était un bon début. Il me regarda afin de me répondre. Mh, il rougissait. J’avais donc ce pouvoir là sur lui. Il était beau. Fort et fragile à la fois. Attirant.

    
- "Que voulez-vous que je fasse exactement ?" 


    Il était clairement troublé et je sentais cette envie se dandiner devant moi. Je pouvais sentir son corps se raidir, sécréter ses hormones qui avaient tendance à m’appâter. Je le regardai, fixement, ne lui laissant aucune échappatoire.  

    - "Où pourrais-je prendre ma toilette ? J’ai besoin de me laver un peu … Je vous rejoindrai pour apprendre la mission, ensuite …"

    Je m’avançai alors vers lui, maintenant ce regard qui ne le lâchait pas et me mordis doucement la lèvre.

    - "La salle d’eau se trouve derrière cette porte." Je la lui indiquai d’un geste. "Pour ce qui est de ce que tu dois faire, vas te rafraîchir, je t’attends dans mes appartements, à l’autre bout du couloir."

    Je me détachai de son corps si proche du mien et me dirigeai alors vers l’entrée de sa chambre. Je me retournai.

    - "Sois rapide, la nuit va être longue pour nous deux."

    Il fallait que je le test, il fallait que je sache de quoi il était capable dans tous les domaines possibles. Pouvait-il frapper ? Pouvait-il faire mal ? Quels étaient ses pouvoirs ? Pouvait-il donner du plaisir à une femme ? À un homme ? Je devais le connaitre par coeur avant notre prochaine mission. Je n’avais que quelques jours. Alors oui, la nuit serait très longue.

    Pride
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 31 Autre
    × Age post-mortem : 257
    × Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
    × Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
    × Appartement : Jolly Jumper
    × Logement : Viens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

    × Métier : Travaille pour Eden
    × Péripéties vécues : 1622
    × Øssements1333
    × Age IRL : 30 Féminin
    × Inscription : 21/01/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : la pomme
    × DCs : Eden / Cinemont / Rose

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    nécromancien
    Terminé
    #13 le 20.04.17 0:38
    Hide:
    Hide:
    1.Eden rentre
    2. Dadine rentre
    3. Pom retient Ere
    4. Pom ne retient pas Ere
    5. Des mangemorts sont entrés pour se renseigner
    6. Pom laisse son numéro de téléphone à Ere et l'implore de ne pas revenir ici

    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
    × Age post-mortem : 0
    × Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
    × Pouvoir : omnipotente
    × Péripéties vécues : 1988
    × Øssements2060
    × Age IRL : 0 Autre
    × Inscription : 15/03/2014

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    0/0  (0/0)
    0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente198820600Autre15/03/2014
    avatar
    maitre de la mort
    0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente198820600Autre15/03/2014
    maitre de la mort
    Terminé
    #14 le 20.04.17 0:38
    Le membre 'Pom Warren' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


    '6 FACES' :
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 31 Autre
    × Age post-mortem : 257
    × Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
    × Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
    × Appartement : Jolly Jumper
    × Logement : Viens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

    × Métier : Travaille pour Eden
    × Péripéties vécues : 1622
    × Øssements1333
    × Age IRL : 30 Féminin
    × Inscription : 21/01/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : la pomme
    × DCs : Eden / Cinemont / Rose

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    nécromancien
    Terminé
    #15 le 20.04.17 1:28


    Le monde est bien assez grand,



    Et visiblement, pas tant.



    Sans doute que la femme avait raison, définitivement raison. Pom appartenait à cet endroit car, comme à chaque fois qu’il déménageait, il avait besoin d’être rattaché à d’autres. Toutefois, cette fois-ci, c’était différent. Il aimait sincèrement Dadine et Eden. Et surtout, il s’était fait des amis à Tokyo. Sans doute que ça ne durerait pas. Les amitiés n’avaient jamais durés au-delà de quelques années dans la vie de Pom, mais il s’en contentait. Il aimait sa vie, ici, même s’il tombait toujours plus bas. Les gens qu’il rencontrait ici, le méritaient. Une part de lui-même savait parfaitement que maintenant qu’il était au courant que la Femme était ici, il ne pourrait pas ignorer sa présence. Aussi, alors qu’elle partait, il la rattrapa par le poignet. Il y déposa une carte, contenant simplement un dessin de pomme et son numéro de téléphone.

    « J’ai besoin de penser à tout ça, envoie-moi ton numéro. Et essayons de nous revoir, ailleurs. Ne reviens plus jamais ici, je t’en prie. »

    Sans doute que Pom avait conscience d’autre chose, une autre part de lui-même lui criait : Eden n’apprécierait pas de voir cette femme ici ou il l’apprécierait que trop bien. Lui qui aimait les femmes serait sans doute amusé de tout cela. Et Pom n’avait clairement pas envie que son patron soit une nouvelle carte à rajouter à ce jeu.

    Et, puis, il y avait Dadine. La rouquine était son amie depuis si longtemps que Pom voulait l’épargner. Hors Dadine lui dirait certainement que ce n’était pas une bonne idée de reprendre contact avec la Femme qui lui avait brisé le cœur autrefois. Même si ce n’était pas Rose.

    Il la laissa partir et verrouilla l’entrée de la porte. Il tourna la pancarte, indiquant la fermeture de l’établissement, monta en haut de l’étage, s’installant sur le lit d’une chambre. Lentement, il diffusa l’émotion qu’il ressentait, la laissant s’imprégner entre ses doigts avant de l’enfermer dans une bouteille en verre. Il ne la laisserait pas entrer à nouveau dans sa vie. Il ne la laisserait faire.

    Du coin de l’œil, il jeta un regard en direction de son téléphone portable. Putain.


    L’éponge s’imprégnait d’eau, il la pressait sur son corps, se lavant, tout en pensant à ce qu’il était en train de faire. C’était une chose que de chercher à tromper l’ennui, c’était autre chose que de suivre cette personnalité. Il n’avait pas besoin d’être clairvoyant pour savoir qu’elle était un danger pour tous les êtres qui s’approchaient d’elle. Et pourtant, pour la première fois depuis longtemps, il ne voulait pas fuir. Parce que tout aurait été préférable à l’ennui qu’il ressentait avant qu’elle n’arrive dans le bar. N’importe quoi, plutôt que l’ennui. Et si elle était loin d’être n’importe qui, il était clair, qu’elle risquait de lui faire n’importe quoi. Et il s’en fichait.

    Un coup d’œil dans le grand miroir le laissa légèrement circonspect. Cette longue chevelure blonde, raide, ce corps grand et fin, ce visage longiligne et ces courbes davantage féminines que masculines. Un jour, il trouverait le bon dosage, la bonne potion, la bonne drogue, pour que seuls les aspects masculins de sa personne ne soit visible. Il en était persuadé. Pour l’instant, il ne pouvait qu’avaler des potions rendant sa poitrine masculine, sans effacer ses traits. Des potions qui ne duraient qu’à peine quelques heures, parfois moins. Il avait bien conscience que c’était un risque, une drogue, mais c’était mieux que de voir un homme et une femme en même temps, à chaque fois qu’il voyait son reflet.

    Il avala la potion, la petite fiole vide fut rejetée dans son sac, alors qu’il enfilait une tunique blanche et un pantalon en lin. Il tressa ses cheveux, demeurant un instant assit sur le lit, des senteurs de vanille émanant de sa peau encore humide. Quelques mèches de cheveux avaient été mouillées pendant sa toilette. Raisonnablement, on pouvait admettre qu’il était séduisant. Si lui se trouvait pathétiquement laid, la plupart des êtres n’étaient sans doute pas de cet avis. Il aurait aimé avoir le courage de s’affirmer avec des cheveux colorés, bleus, verts ou bien rouge. Le rouge, … Ce serait certainement affreux. Il ne se voyait pas essayer. Il aurait l’air ridicule, il en était persuadé.

    Que voulait son employeur exactement ? Il voulait qu’elle lui apprenne l’art d’être un agent secret ? Ou l’idée provenait-elle, d’elle ? C’était assez grisant.

    Avec mille et une hésitation, il quitta les appartements qui lui était attribué et se rendit dans le couloir pour frapper à la porte de la femme, son corps entier était crispé par la rencontre qu’il allait à nouveau avoir avec elle. Il voulait tellement lui montrer qu’il était à la hauteur de ce qu’elle attendait de lui. Il voulait lui prouver qu’il était capable de tout et qu’elle n’avait aucune raison de se méfier de lui, ou de douter.

    « Je suis prêt. »


    Il le dit rapidement, dès qu’il la vit, alors même que ses doigts tremblaient et que ses yeux prouvaient le contraire. Il avait un peu peur, il était vrai. Il craignait ce qu’elle allait lui demander. Ce n’est pas qu’il avait peur de l’accomplir : il avait peur de rater. De se voir échouer et de l’entendre dire qu’il pouvait repartir dans son bar minable et qu’elle n’avait plus besoin de lui. Il devait se rendre indispensable, et ce n’était pas chose aisée. Il en avait bien conscience : elle semblait n’avoir besoin de personne. Cet endroit le démontrait bel et bien.

    « Quel est votre nom ? »
    Questionna-t-il, prudemment, la regardant avant de fixer le sol. Définitivement, le jeune voleur n’était pas à l’aise.

     
     


    Le bar était ouvert à nouveau, et la soirée battait son plein. Eden était rentré et n’avait pas posé de question, en voyant son employé en train de nettoyer le sol de la première pièce secrète. Il s’était contenté de lui demander si tout s’était bien passé pendant son absence. Pom avait répondu par l’affirmatif. Ils avaient ris ensemble, puis Eden avait laissé un nom et un prénom, une personne à retrouver. Une mission qui tombait à pic, puisqu’elle lui permettrait d’oublier la rencontre de l’après-midi. Le nécromancien l’avait donc immédiatement accepté et était aller rejoindre les mauvais quartiers.

    Joyeusement souriant, il s’était habillé d’un tee-shirt d’un vert pomme avec l’inscription : parlons peu et baisons bien et d’un jean déchiré. Il portait ses habituels bottines, un bijou allant du cartilage de l’oreille au lobe, et ses cheveux étaient ramenés de manière punk du même côté.

    En entrant dans le bar fréquenté principalement par des lémures, quelques chimères et des nécromanciens, il se dirigea immédiatement vers le serveur, chuchota à son oreille, s’amusant un instant. Les yeux de l’homme virevoltèrent, dansèrent, et s’arrêtent sur une femme travaillant pour le clan de de Margareth. Il se rapprocha d’elle, murmura quelques mots, riant tendrement et joyeusement, avant de lui offrir un verre. Ses doigts vinrent glisser sur les cheveux de la femme, jouant avec, commençant à la séduire, d’un sourire contrôlé, d’émotions à peine diffusé. Alors que ses yeux de panthère ne lâchaient pas leur proie, il lui indiqua une banquette, un peu à l’écart, et il se dirigea avec elle. Il s’assit à coté, bien que personne ne se trouve en face.

    Quelques verres plus tard, elle était serrée contre lui, rougissante, racontant une erreur commise la veille, un peu ivre, un peu prête à tout raconter à ce jeune homme séduisant qui l’abordait et lui promettait mont et merveille. Pom écoutait, patient, cherchant à gagner du temps pour parvenir à arriver à la question principale. Celle dont Eden attendait la réponse. Il en profita pour embrasser le coup de la femme. Il se sentait à l’aise.

    Pourtant une part de lui-même était centrée sur la rencontre qu’il avait fait, quelques heures plus tôt. Il essaya de ne pas y penser. De ne pas penser aux boucles rousses, à la silhouette pleine de formes, à cet air si sûre d’elle. Aux mots, où elle avait, oh oui il le savait, raison. Pas sur tout. Pas sur tout. Elle lui reprochait d’être parti. Mais, il avait la certitude qu’elle pleurnichait juste la perte de son petit jouet. Il ne pouvait pas lui faire confiance. S’il avait pensé le contraire un jour, c’est qu’il était simplement stupide !


    Objets utilisés
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 30 Féminin
    × Age post-mortem : 1222
    × Avatar : Poison Ivy - DC Comics
    × Croisée avec : Un Athéris, un serpent.
    × Logement : Viens
    × Métier : Femme d'affaire, entre autres.
    × Péripéties vécues : 235
    × Øssements560
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 22/02/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : R
    × DCs : Ael Shanks, Sen Ashitaka

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    64/100  (64/100)
    30Féminin1222Poison Ivy - DC ComicsUn Athéris, un serpent. Viens Femme d'affaire, entre autres.23556024Féminin22/02/2017complèteRAel Shanks, Sen Ashitaka
    avatar
    chimère
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006/www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006http://www.peekaboo-rpg.com/t1583-erefkieobvkcnjf
    30Féminin1222Poison Ivy - DC ComicsUn Athéris, un serpent. Viens Femme d'affaire, entre autres.23556024Féminin22/02/2017complèteRAel Shanks, Sen Ashitaka
    chimère
    Terminé
    #16 le 20.04.17 3:26
    IB ~ L'ennui aurait été préférable à ta venue...


    J’avais pris sa carte, je l’avais prise acquiescent de ne jamais revenir ici. Je ne pouvais rien lui promettre et il le savait. Si ce lieu était connu dans notre monde, dans cette sphère dans laquelle je travaillais alors je serai sans doute amené à fréquenter à nouveau cet endroit. Mais non, j’acquiesçai, je ne voulais pas continuer cette conversation. Je voulais rentrer chez moi, prendre un bon bain et tout comme lui, réfléchir à cette situation.

    Je ne m’étais pas préparer à ce qui venait de se passer. Je n’avais pas vu Philip depuis près de deux cents ans et même si ma mort avait été assez longue finalement, deux cents ans, ça restait long, vraiment très long.  Je savais que le cerveau n’oubliait rien. Il n’avait pas oublié mon premier amour, ma première trahison, il n’avait pas oublié mon histoire et il se rappelait même de certains objets qui avaient compté il y avait des centaines d’années. Non, le cerveau était vicieux, communiquant avec un corps qui lui était entièrement dévoué. Et je l’avais ressenti au moment même ou mes yeux s’étaient à nouveau posés sur Philip. De l’effroi, de la peur même, de ressentir à nouveau cet attachement. Et du désir. Du désir à perte de vue. Je l’avais vécu aussi bien que lui, me rappelant de son corps contre le mien, de son envie entre ses jambes, contre mon bas ventre. Je me souvenais de ses caresses, de ses baisers, de cette façon qu’il avait eu de me regarder pendant tant d’années, comme si j’étais un trésor inaccessible.
    Et aujourd’hui il m’avait rappelé tout ça. Il avait beau essayer de me haïr, son corps l’avait trahi plein de fois, tout comme le mien. Et je n’aimais pas ça. Je n’aimais pas me souvenir de ces années de faiblesses où j’avais trop souvent écouté mon coeur plutôt que ma raison. Non, je ne devais pas l’approcher. Pas encore, pas en étant sûr qu’il n’aurait plus cet impact sur moi.

    Alors j’étais rentrée et j’avais posé sa carte dans une des boites en bois posées sur la commode de ma chambre. Je ne l’utiliserai pas. Pas encore, pas encore, pas encore. J’ouvris la boite, la refermai, l’ouvris. Rah, je la jetai à travers la pièce et me dirigeai vers la salle de bain, mes pensées se bousculant encore et encore.
    Je pris un bain brulant, j’avais besoin de me sentir bien, de m’apaiser, d’oublier presque. Je sortis de l’eau, me séchai et me rendis à la cuisine. J’ouvris tous les placards un par un. Non, décidément je n’avais pas faim ce soir. Je n’aimais pas cet état dans lequel il me mettait. Je n’aimais pas ça du tout. Il fallait que je bouge, que je me change les idées, je n’allais tout de même pas faire la larve pour lui. Non surtout pas ! J’allais me prouver à moi-même qu’il n’avait aucun impact sur moi.

    Je retournai dans ma chambre et me préparai alors à sortir. Je mis mes portes jarretelles, celles auxquelles je pouvais accrocher mon petit couteau, mon body noir en dentelle et recouvrai le tout d’un jupe noire moulante et d’une chemisier blanc légèrement trop grand pour moi. Je fis quelques tresses à mes cheveux et laissai tomber de longues mèches près de mon décolleté. Des escarpins rouges, assortis à ma chevelure feraient largement l’affaire. Je me maquillai, pris mon sac à main et me regardai dans le miroir. J’étais séduisante, tout juste ce qu’il fallait. Je pris mes clefs et sortis alors de l’appartement en direction des quartiers "attractifs" de la ville.

    Ce soir il n’y avait pas de contrat, pas d’enjeux, pas de crime, non juste le plaisir de sortir et moi. Très vite j’arrivai dans un de mes bars favoris. Le style y était assez grungie et je m’y sentais bien. Je savais que quelques employées de Margaret venaient souvent ici et ce n’était pas plus mal. Je pouvais sans doute les surveiller par la même occasion. Enfin non, ce n’était pas le but de la soirée. J’entrai alors et donnai mes affaires à l’hôte gérant l’accueil. Il prit ma veste, je gardai mon sac. Je m’avançai alors vers le bar.

    L’endroit était assez cosy malgré tout, parsemé de bois et de cuir. Le bar en bois était immense et accompagné de tabourets. Au centre, les gens dansaient, se draguaient, buvaient même parfois. On pouvais observer quelques dealers aux quatre coins de la pièces et dans le fond quelques banquettes où les gens s’enlaçaient pour finir plus tard dans les chambres à l’étage. Je m’assis sur un des tabourets près d’un jeune homme à la longue chevelure blonde. Sur tous les types présents dans le bar il fallait que je choisisse son ancien portrait. Peu-importe, il ferait l’affaire pour la soirée et sûrement pour la nuit. Je commandai à boire et stoppai l’effet de mon venin dans mon sang. Oui, ce soir, je voulais ressentir les effets de l’alcool, de cette insouciance, de ce monde qui tournait encore et encore. Je voulais ne penser à plus rien. Alors j’enchainai quelques verres tout en séduisant le jeune homme à mes côtés. Je l’entrainai alors au centre de la pièce en le tirant par la main. Je mis mes mains autour de son cou et le regardai aussi fixement que possible. Non, ce n’était pas Philip, non ce n’était pas lui. Rah, cette journée avait été de trop dans ce siècle. Jamais je n’aurais du entrer la dedans. Me voila qui espérais secrètement le revoir. Non, non, non. J’étais plus forte que ça. Et pour me le prouver encore une fois, ma danse devint plus sensuelle, attirant les regards d’hommes et femmes nous entourant. Je le frôlai, le caressai parfois, jouai avec ses cheveux. Mais je n’avais aucun désir. Mais peut-importe, je continuai quand même. Je tournai, passai mes mains sur son corps tandis qu’il me saisissait par la taille, fermement. Je mis ma tête sur son épaule et regardai alors au loin. Bien trop loin car mon regard se plongea dans un autre. Un regard que je connaissais que trop bien, un regard qui m’avait haïs cette après-midi et aimé par le passé.




    Je l’attendais de pieds ferment. Il mit plus de temps que prévu, peut-être avait-il renoncé ? Alors j’étais là, assise dans mon fauteuil en nuisette blanche et légère. Mais non, il toqua à la porte et j’ordonnai qu’il entre.

    
- "Je suis prêt." Il fit une pause. "Quel est votre nom ?"

    Il était gêné, regardant le sol. Je me levai alors pour m’avancer vers lui. Il devait être fort, bien plus fort que ça. Il ne devait pas me tenir tête mais presque. Les gens devaient croire qu’il était mon égal, qu’il était même parfois supérieur à moi. À vrai dire, les gens devaient croire tout et n’importe quoi, tout sauf la vérité.
    Je m’approchai, dangereusement, langoureusement même et plaçai mes doigts délicatement sous son menton pour le lui relever.

    - "Ne baisse jamais les yeux Philip."
    Je le fixai alors, sentant sa gêne entre mes doigts. Son nom avait fuité lors d’une conversation la nuit dernière ce qui me mettait une nouvelle fois en position de force. "Tu peux m’appeler Eressëa. Pour l’instant."

    Je lui souris alors, lâchant son visage dans une douce caresse pour venir m’asseoir à nouveau dans mon fauteuil. Je le regardai là, droit devant moi sans bouger, sans savoir quoi faire. Il était une proie et j’allais m’amuser à le comprendre le temps d’une nuit. Je caressai alors l’accoudoir de mon assise avec délicatesse, traçant des cercles du bout de mes doigts fins.

    - "Cette nuit tu vas me faire l’amour, je serai tienne et tu seras mien. Tu me feras l’amour comme jamais tu ne l’as fait auparavant. Et après ça, tu devras me torturer, me battre jusqu’à ce que je perde conscience."

    Je n’avais aucunement peur de la souffrance. Avec le temps je m’étais presque mise à l’apprécier, me rappelant des sensations d’êtres vivants. Mais ça il ne le savait pas. Non je voulais qu’il s’attache, je voulais qu’il aime une inconnue le temps de quelques heures et qu’il soit capable ensuite de la détruire, de la blesser, de lui faire du mal. Il devait passer par là. Si il y arrivait alors il avait ses chances de rester près de moi encore un bon moment. Alors, je ne le lâchai pas du regard.

    - "Tu viens ?"

    Pride
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 31 Autre
    × Age post-mortem : 257
    × Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
    × Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
    × Appartement : Jolly Jumper
    × Logement : Viens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

    × Métier : Travaille pour Eden
    × Péripéties vécues : 1622
    × Øssements1333
    × Age IRL : 30 Féminin
    × Inscription : 21/01/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : la pomme
    × DCs : Eden / Cinemont / Rose

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    nécromancien
    Terminé
    #17 le 20.04.17 14:45
    ♥1:
    Mélitine est l'une des filles qui a fait capoter le plan la veille, elle reconnait Eressëa et flippe (elle veut pas de problème.) Elle s'éloigne de Pom.
    Mélitine est l'une des filles qui a fait capoter le plan la veille, elle reconnait Eressëa et se dit qu'elle peut la provoquer pour montrer qu'elle est bien égale à elle !
    3°  Mélitine est l'une des filles qui a fait capoter le plan la veille, elle reconnait Eressëa, elle est gênée, mais elle ne bouge pas tiraillée entre l'envie de partir et de rester.
    Mélitine ne semble pas voir ou reconnaître Eressëa, elle est très entreprenante avec Pom.
    Mélitine ne semble pas voir ou reconnaître Eressëa, elle est receptive avec Pom.
    Mélitine ne voit pas Eressëa mais n'est pas très attentive non plus à Pom. (Elle est pas dupe !)
    ♥2:
    1° Pom voit Ere et ne veut pas envenimer la situation, il part un peu plus loin.
    2° Pom voit Ere et se dit qu'il peut bien jouer un peu et provoquer.
    3° Pom voit Ere et est moins à l'aise, du fait de la présence de la femme.
    4° Pom est un poil parano, il se dit qu'elle l'a suivi et "tu veux jouer, on va jouer !"
    5° Pom va directement vers Ere pour lui demander ce qu'elle cherche là
    6° Pom provoque à fond ! Jouons, ma belle !

    A toutes les miettes de pain,
    Que j'ai laissé sur mon chemin,
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
    × Age post-mortem : 0
    × Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
    × Pouvoir : omnipotente
    × Péripéties vécues : 1988
    × Øssements2060
    × Age IRL : 0 Autre
    × Inscription : 15/03/2014

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    0/0  (0/0)
    0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente198820600Autre15/03/2014
    avatar
    maitre de la mort
    0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente198820600Autre15/03/2014
    maitre de la mort
    Terminé
    #18 le 20.04.17 14:45
    Le membre 'Pom Warren' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


    #1 '6 FACES' :


    --------------------------------

    #2 '6 FACES' :
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 31 Autre
    × Age post-mortem : 257
    × Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
    × Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
    × Appartement : Jolly Jumper
    × Logement : Viens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

    × Métier : Travaille pour Eden
    × Péripéties vécues : 1622
    × Øssements1333
    × Age IRL : 30 Féminin
    × Inscription : 21/01/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : la pomme
    × DCs : Eden / Cinemont / Rose

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    nécromancien
    Terminé
    #19 le 20.04.17 16:13


    Le monde est bien assez grand,



    Et visiblement, pas tant.



    Qu’est-ce qu’il était en train de faire de sa mort en ce moment ? La question était pertinente et Pom aurait mieux fait de sa la poser plutôt que de demeurer silencieux alors que son regard croisait celui de l’impératrice à la tenue qui aurait fait se damner n’importe quel prêtre et curé. Au lieu de ça, ses yeux demeurèrent figés dans la direction de la femme. Autrefois, il n’aurait sans doute rien osé dire. Il n’aurait rien pu lui dire, de toute façon, elle avait inscrit au fer rouge son nom et il aurait plongé le premier dans les méandres de sa beauté. Aujourd’hui, est-il capable d’agir différemment et de ne pas sombrer dans les bras d’une Némésis qui lui avait brisé le cœur ?
    Tantôt dans le bar, elle avait eu raison. Elle ne l’avait pas trahit. Elle avait été claire depuis le premier jour avec lui. C’était lui qui n’était pas clair dès le départ. C’est lui qui s’était comporté en enfant. Il ne connaissait rien de la vie. Tellement rien. Il était un livre avec des pages à écrire et l’encre d’Eressëa s’était inscrire sur de nombreuses pages, lignes après lignes, mots après mots, lettres après lettres.

    La jeune chimère à ses côtés ne sembla guère prêter attention au changement d’attitude de Pom. A moins qu’elle ne soit stimulée par cette femme séduisante regardant dans leurs directions. Elle glisse son visage dans le cou de l’homme, laisse ses doigts effleurer sa peau, et soudainement, elle se redresse sur ses genoux, l’embrassant dans un baiser que l’homme rend, oubliant le temps d’une seconde l’autre femme rousse. Les lèvres de Pom s’entrouvrent, sa main glisse dans la nuque de la femme, une onde électrique parcourant l’échine de son dos. Dernièrement, la sensualité et la sexualité de Pom sont exacerbées. Il l’avait ressenti lors de sa nuit passée en compagnie de Shirley, ressentant le besoin de l’enlacer, de la toucher de se rapprocher d’elle. Il l’avait ressenti en croisant son colocataire, Myfir, dans un bar. Et surtout, lors de ses dernières rencontres avec Alex et Toulouze. Le premier, Pom fantasmait dessus, quasiment toutes les nuits, l’assimilant à une femme. Il rêvait de sa poitrine, de son corps, de ses hanches et de ses lèvres. Il rêvait de sa chute de rein, de ses yeux, de sa chevelure rousse. Le second, c’était différent. Pom l’avait vu comme un monstre, puis comme un enfant, mais Toulouze était un homme charismatique et qui émanait assez d’hormone male pour lui faire croiser les jambes.

    Mais le départ, la faute, la responsabilité de son comportement avec Shirley, Myfir, Alex et Toulouze provenait d’une rencontre dans les archives. Une rencontre qui avait animé son désir de communier avec un autre corps. Un besoin insatiable qu’il ne parvenait pas à combler depuis ce jour-là.

    Dans l’état des choses, l’arrivée d’Eressëa au Japon était problématique. Ce dragon brûlant à l’intérieur de son bas ventre semblait vouloir sortir et se confronter à ce serpent de feu qui se dirigeait dans sa direction.

    Ce fut lui qui stoppa le baiser, avec lenteur, se redressant pour attraper la main de sa compagne. Il entrelaça les doigts de la chimère, l’attira contre lui, la pressa contre son corps, l’enlaça, murmurant à son oreille avant de se diriger vers la piste de danse, se rapprochant de cet homme longiligne à la chevelure blonde – se rapprochant surtout de cette Némésis aux bouclettes rousses et aux lignes graciles et gracieuses.

    La jeune chimère s’est éloignée pour aller vers le bar. Elle commande pour eux, curieuse de cette femme vers qui se rapproche Pom, garant un œil sur eux, visiblement pas prête à partager son dû. Pom sent son désir, sa possessivité, son envie stimuler par la présence d’une autre. Les jeunes chimères sont souvent possessives et agressives, surtout quand la piqure provient d’un animal prédateur, elles ont du mal à dissimuler leurs instincts bestiaux. Certains que si Eressëa n’émanait pas naturellement une onde de frayeur et de domination, l’autre chimère se serait moquée d’elle et l’aurait humilié pour rappeler que Pom était avec lui.

    Le nécromancien, lui, se montre courtois. Il sourit joyeusement au blond, le saluant d’un air charmeur. Il lui passe devant, tout simplement, sans toutefois le faire fuir. Au contraire, le nécromancien laisse une partie de calme s’imprégner en l’autre, une partie de désir, il stimule l’autre d’un sourire séduisant. « Ne vous inquiétez pas, » murmure-t-il, dans ce qui ressemblerait presque à un susurre, « je ne viens pas vous voler votre divine conquête … »

    Difficile de reconnaître l’homme de l’après-midi, il faut dire que la surprise est passée. Il est mieux armé, préparé à cette rencontre, bien qu’elle soit encore surprenante. Une part de lui-même se demande si elle l’a suivi, une autre en doute. Elle n’a pas eu l’air de mimer la surprise. Le problème, c’est que lire les émotions de cette femme est difficile. Tout comme Eden, elle sait les dissimuler, elle sait contrer son don. Le pouvoir s’heurte à une barrière solide. Un peu ébréché ce soir, à cause de l’alcool qu’elle boit. D’ordinaire, pourtant, l’alcool ne lui fait rien. Elle a donc fait le choix de s’enivrer ! Elle la fait toute seule.

    « Nos chemins se sont évités pendant si longtemps et les voilà qui s’entremêlent à nouveau. » Sa voix est plus haute, mais elle est rayonnante, chante, alors qu’il sent la jeune chimère le rejoindre, se presser contre lui, marquer qu’elle est là et qu’elle ne compte pas s’effacer. Pom lui prend son verre, la remercie, et fixe dans les yeux Eressëa :

    « Puisque le destin semble le désirer, nous pouvons passer la soirée tous les quatre, nous avons une table là-bas. »


    Ainsi, tu dis que je suis un lâche. Voyons que de nous deux fuira le premier.

    Les doigts sur son menton lui font redresser un visage dont les yeux verts brillent de leurs de feux. Si Philip pouvait contrôler son pouvoir, il s’arrêterait là. Là, il ne pouvait que sentir cette couleur argentée prenant la forme d’un serpent émanant de cette femme et venant s’enrouler autour de lui. Et alors qu’elle parle, il sourit avec tendresse, amusé par ses mots. Il est curieux, effrayé et chaviré. Si elle est le capitaine d’un bateau, ce doit être la caravelle d’un pirate et il n’est pour l’instant qu’un matelot qui a à peine les pieds marins. Toutefois, il peut tanguer, trébucher et avoir le mal de mer, il ne lâchera pas les flots, malgré le chant de la sirène. Une sirène assise, installée, confortablement sur un fauteuil. Elle doit lever les yeux pour le fixer et pourtant elle le domine et il le sait. Il le sait parfaitement, et ça n’a pas la moindre importance. Si le serpent peut tuer la jeune panthère imprudente, ça n’empêche pas la panthère d’apprendre à chaque morsure qu’elle parvient à éviter.

    Il ne la quitte désormais plus des yeux, malgré les rougeurs qui se sont dessinées sur ses joues, montant jusqu’à l’arrête de son nez. Un docteur craindrait qu’il ne soit fiévreux, tant son visage ne dissimulait pas son émotion. Il ne savait pas les comprendre, comment pourrait-il les cacher ? Ses lèvres s’entrouvrirent, il se mordit un coin de la lèvre inférieure, sentant la chair rouler entre ses dents, se rougissant, et de quelques pas il se rapprocha d’elle.

    Certainement qu’elle se leurrait. Philip était un voleur, un tricheur et parfois un menteur. Il aimait travailler, les intrigues et l’espionnage. Toutefois, il n’était pas une fille de joie, et s’il séduisait, il s’arrêtait toujours avant d’avoir à ouvrir les cuisses. Il n’avait jamais été au-delà dans ses missions, et blesser quelqu’un n’arrivait que lorsqu’il n’avait pas le choix. Pourrait-il devenir autrement ? Ce dont il était certain : c’est qu’elle, il la voulait.

    Son désir enveloppa la femme, tournoyant autour d’elle, sans la contaminer. Elle était trop puissante pour être aussi facilement atteinte, elle était une couleur difficilement miscible. Elle devait pourtant ressentir l’émotion, comprendre, et il s’en fichait. Comment pourrait-il lui faire du mal ? Comment pourrait-il la blesser ?
    Il se détourne, glisse le bout de ses doigts sur la peau visible que cette nuisette offre à volonté, se détourne derrière le fauteuil, se faufile pour revenir à elle, agenouillé à ses côtés. Ses doigts glissent sur la peau blanche, se perdant. Son esprit a cessé de fonctionner. Il aurait dû fuir.

    Désormais, c’était impensable. Il se sentait observé, il sentait son regard sur elle. Son cœur battait trop fort, il raisonnait intégralement dans son corps. Il avait l’impression que l’intégralité de l’Italie pouvait l’entendre.

    Il passa la main sur l’une des cuisses, remontant sous le vêtement, jouant un instant avec, avant de glisser jusqu’au nombril. Il glissa entre elle, fixant ses jambes légèrement écartées et se redressa, une main sur l’accoudoir pour venir se saisir de sa nuque, dans un mouvement plus brutal, ses doigts se refermant sur la chevelure. Sa respiration s’accéléra, alors qu’il approchait son visage d’elle, l’effleurant, jouant, son autre main quittant son corps pour se lever à quelques millimètres d’elle. Il la fixa, un félin arc dessinant son visage d’albe. La nuit ne débutait qu’à peine.

     
     


    Objets utilisés
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 30 Féminin
    × Age post-mortem : 1222
    × Avatar : Poison Ivy - DC Comics
    × Croisée avec : Un Athéris, un serpent.
    × Logement : Viens
    × Métier : Femme d'affaire, entre autres.
    × Péripéties vécues : 235
    × Øssements560
    × Age IRL : 24 Féminin
    × Inscription : 22/02/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : R
    × DCs : Ael Shanks, Sen Ashitaka

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    64/100  (64/100)
    30Féminin1222Poison Ivy - DC ComicsUn Athéris, un serpent. Viens Femme d'affaire, entre autres.23556024Féminin22/02/2017complèteRAel Shanks, Sen Ashitaka
    avatar
    chimère
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006/www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006http://www.peekaboo-rpg.com/t1583-erefkieobvkcnjf
    30Féminin1222Poison Ivy - DC ComicsUn Athéris, un serpent. Viens Femme d'affaire, entre autres.23556024Féminin22/02/2017complèteRAel Shanks, Sen Ashitaka
    chimère
    Terminé
    #20 le 20.04.17 20:58
    IB ~ L'ennui aurait été préférable à ta venue...


    Ma main dans sa nuque caressait ses longs cheveux blonds tout en regardant le ballet qui se jouait devant moi. Depuis quand les femmes de Margaret se laissaient autant aller avec des hommes ? Car clairement, Philip avait  l’apparence de l’un de ces minets à la mode que l’on croise dans les rues de Tokyo de nos jours. Je la regardai faire, l’embrassant, le séduisant. Elle était appétissante, pas autant que lui, mais tout de même.

    Il m’avait vu, clairement vu. Il s’amusait, se laissait faire comme j’avais décidé de le faire ce soir. Je n’étais pas là pour me battre, pour me sentir jalouse ou pour quoi que ce soit d’autre ayant un rapport avec lui. Mais je ne pouvais m’empêcher de porter mes yeux sur cette chevelure rouge, sur ses mains caressant une autre que moi. Je me mordis la lèvre désirant plus qu’autre chose être à la place de cette beauté.
    Je me forçai à revenir vers l’homme m’ayant saisi la taille, jouai avec ses mèches de cheveux avant de venir lui mordre la lèvre et de l’embrasser à pleine bouche. Oui, j’étais là pour le plaisir, le plaisir, le plaisir. Philip. Le plaisir. Philip. Du coin de l’oeil je l’observai encore. Non, ça devait cesser.

    Mais ça ne cessa pas. Non il avait laissé sa garce et s’était rapproché de nous. Non Philip, je n’étais en état de te voir ni même de supporter tes reproches encore une fois. Je me redressai alors, essayant de reprendre mes esprits un minimum. Je m’éloignai instinctivement du blond tout en gardant ma main sur son bras. Bras que je finis par lâcher lorsque je le vis, lui et sa malice se mettre entre nous. Je regardai alors ces deux hommes aussi séduisants l’un que l’autre se sourire, essayant presque de se charmer. À quoi jouait-il ?

    - "Ne vous inquiétez pas, je ne viens pas vous voler votre divine conquête … Nos chemins se sont évités pendant si longtemps et les voilà qui s’entremêlent à nouveau. "

    Encore une fois j’avais face à moi un Philip nouveau, plus confiant, plus sage même. Je me détendis alors un peu, restant tout de même sur mes gardes. La chimère s’avança vers lui, le collant comme une sangsue. Salope. Je la regardai alors avec un sourire chaleureux, faux évidemment, mais qui le savait après tout ? Non, tout devait être cordial, joyeux presque. Je n’allais pas le laisser m’avoir. Sûrement pas. Non cette soirée était à moi.

    - "Puisque le destin semble le désirer, nous pouvons passer la soirée tous les quatre, nous avons une table là-bas."

    Bien Philip, puisque tu veux jouer, jouons. J’attrapais alors le bras de mon étalon et le serrer contre moi.

    - "Simon, je te présente Phi.. Pom, c’est une vieille connaissance, ça ne te dérange pas si l’on se joint à eux ? Plus on est de fous, plus on rit."

    Je ris presque de manière juvénile, l’alcool se faisant petit à petit ressentir dans mon sang, dans ma tête. J’avais encore la capacité de le bloquer mais étrangement, je ne le voulais toujours pas. Non, je voulais avoir une excuse pour tout ce qui pourrait se passer ce soir. Mon dieu, la grande Eressëa Qorwyn qui se cherche un échappatoire. Mais que me faisais-tu encore ?
    Je caressai alors le bras de mon ami avant de regarder Philip, un flamme malicieuse dans les yeux. Il savait comme je savais ce qui était en train de se passer. Cette soirée allait être fascinante et elle commençait réellement maintenant.

    "Ce sera avec plaisir, allons-y." Je regardai alors sa chimère lui attrapant la main et la tirant avec moi. "Tu viens ?"

    J’étais séductrice avec tous. Personne ne devait m’ignorer, encore moins cette moins que rien. Un autre sourire en sa direction.

    Leur table était un peu plus à l’écart. Toujours dans la pièce principale mais un peu en retrait. C’était un endroit plus privé. composé de banquettes beaucoup plus confortables avec des rideaux que l’on pouvait fermer. La plupart du temps ceux-ci restaient ouverts, les gens aimaient se montrer désirés, montrer cette liberté.

    Je m’installai alors sur la banquette bleutée, celle contre le mur et la jeune femme se plaça à mes côtés. Simon se mit en face de moi. Il ne restait donc qu’un seule place de libre, la plus éloignée de la mienne, celle où j’étais quasiment certaine de ne pas entrer en contact avec lui.

    - "Eressëa, viens, changeons de place, après tout cela fait longtemps que vous ne vous êtes pas vu si ? Viens, prends ma place."

    Je le haïssais lui aussi. Mais je le cachais si bien. Je me levai alors et inversai ma place avec lui, me retrouvant à quelques centimètres de Philip. Tout sourire, je m’adressai alors à la jeune chimère.

    - "Comment va Margaret ? Je devrais l’appeler pour prendre une tasse de thé tiens."

    Je lui souriais, toujours dominante dans cette situation. Allais-tu comprendre, petite, qu’il ne fallait pas trop me titiller ? Que tu travaillais actuellement pour celle que j’avais formé, éduqué presque ? Tu n’avais aucun pouvoir ici, si ce n’est celui que Phillip t’accordait. Celui de jouais avec toi, pour jouer avec moi.

    - "Commandons à boire. J’ai soif."

    Oui, clairement, l’alcool faisait effet et j’en voulais plus, je voulais ne sentir que ça et pas lui, pas son odeur, sa présence à côté de moi, cette irrésistible attirance que je ressentais dans mon bas ventre et qui me faisait me détester pour ça. Sois forte, montre qui tu es Ere.



    Ma proposition semblait lui aller. Je pouvais le sentir d’ici, je pouvais sentir son regard se poser sur moi, sur mon corps. Il acceptait. Il le voulait. Avait-il conscience qu’il en était de même pour moi ? Il était un travail mais un travail séduisant, un travail qui me plaisait, un travail qui s’était approché de moi, jouant avec mon tissus, avec ma cuisse, un travail qui me saisissait les cheveux, les maintenant avec plus de force qu’attendu. Il était prêt de moi, je sentais son souffle contre sur mes lèvres. Mon regard se plongea entièrement dans le sien. Sentait-il cette envie qui s’emparait de moi ? Je lâchai alors mon rôle, je devais m’abandonner à lui comme une inconnue le ferait, comme une demoiselle tomberait sous le charme de sa longue chevelure et de cette vision si belle qui s’offrait à moi. Car il était d’une beauté folle. Toujours assise je passai ma main sous sa tunique blanche et frôlait alors le bas de son ventre. Je sentais ses muscles se crisper sous mes doigts tandis que ma seconde main saisit sa nuque avec une douceur déconcertante. Je caressai sa tresse un instant et me relevai doucement, ma main sous son haut le lui saisissant pour le retirer lentement. Je me mordis alors les lèvres à la vu de ce corps si réceptif à mes caresses. Il était fin, élancé, presque féminin même. J’aimais cela et ça se voyait.

    Je vins alors embrasser son épaule, puis son trapèze, et enfin son cou. Ma langue caressa le lobe de son oreille avant de venir se glisser entre ses lèvres. Instinctivement mes mains s’accrochèrent à son cou et je passai alors mes jambes sur ses hanches, m’accrochant à lui, ma bouche mangeant la sienne avec appétit.

    Je pouvais coucher avec bien des gens, beaux, laids, minces, enrobés, jeunes, âgés, ça m’était égal. Ils pouvaient me plaire où non, ce n’était pas ce qui importait, non ce qui importait c’était mes missions, mon travail, mes projets. Ce soir était un travail et cela faisait longtemps qu’il n’avait pas été si agréable.

    Pride
    Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires