avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : keith (voltron)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison
× Métier : petite main
× Péripéties vécues : 8089
× Øssements2996
× Age IRL : 21 Masculin
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre / Brendan / Ame

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
98/100  (98/100)
19Masculin30keith (voltron)visionsMaisonpetite main8089299621Masculin11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan / Ame
FLOODSHOOTER
★ FLOODSHOOTER ★
19Masculin30keith (voltron)visionsMaisonpetite main8089299621Masculin11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan / Ame
http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paperhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavyhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2049-cassian-081-966-546
#11 le 18.04.17 17:42

Mêlé entre la confusion générale et celle de son esprit, le jeune homme ne s’attendait pas à de telles répercussions. Il visait toujours à faire mieux que son prochain mais quand il s’agissait d’Alex comme prochain, peut-être parlait-on plus de « pire » que de « mieux ».

Le chaos unanime s’était répandu comme une traînée de poudre mais avait surtout explosé comme des canons en furie. À priori, même des artilleurs semblaient en perdre le propre contrôle lorsque Cassian sentit perdre une part de vie dans le poignet piégé du roux. Comme si son sang ne circulait plus pour vivre mais pour mourir. Le dénommé Alex restait là, fixé mais surtout cloué, empêchant le zombie de bouger davantage lorsqu’il avait encore comme fardeau ce grand homme à sa suite.
Il était trop concentré sur ses flammes qui se mettaient à naître depuis ces tas de détritus. Il n’avait pas mesuré de conséquence. De toute façon, les résultats qu’il en avait toujours retirer lui prouver bien que, même s’il s’intéressait trop à l’avis des gens, il en demeurait trop maladroit avec le reste et donc ici son environnement.

Au final, à vouloir contrôler l’autre encore, pour l’instant, devant ses yeux, il n’avait pas pu contrôler le reste qui lui échappait complètement. D’un piètre farceur, il passa à pyromane. Personne ne lui attribua la faute mais voir une vague de passants l’évanouir n’arrangeait pas la culpabilité auquel il faisait face. Pourtant, il savait qu’il ne pouvait résoudre ça par des mots ; mêmes les actions étaient vaines.
Même tenter de se rassurer en se disant que les autres spectres ne mourraient pas de toute manière ne l’aidait pas puisque le borgne restait là, accroché telle une bouée. Pour être honnête, c’était plutôt l’autre jeune homme qui ne pouvait s’en dissocier et pas l’inverse. Étant son seul gilet de sauvetage désormais, Cassian ne savait que faire hormis sa propre peau, en se rassurant, en tirant sur cette manche qui pouvait encore lui attribuer un peu de réconfort après lui avoir apporté son prénom. Après tout, Alex pouvait même comprendre son geste. Seul lui pouvait le comprendre et, peut-être, lui dire qu’il n’était pas coupable.

En l’état actuel des choses, le zombie ne chercha pas à se racheter mais bien plus à se relever d’une telle situation où tout lui tombait sur les épaules. S’il avait bien voulu croire que l’homme encore dans sa main voyait une lumière, il n’imaginait pas celle des flammes alors il tenta encore de s’en persuader en plissant les yeux, fronçant les sourcils, après s’être secoué la tête.

— Vous n’allez pas rester planter là, quand même ?

Ses mots furent comme jeter de l’huile sur le feu puisque, même si entendus ou non, ce roux ne prit pas attention à eux et préféra mêler sa crinière à celle dévastatrice du feu. D’un plongeon irréfléchi, il s’aventura dans les flammes. Vouait-il un tel culte pour les incendies à s’en plonger follement ?

L’américain manqua de lui hurler dessus pour qu’il revienne, auprès de lui. Seul, il ne se sentait pas en sécurité. Pas par peur de cette rue infestée au bûcher mais son angoisse augmentait à mesure que les gens fuyaient dans une direction qui lui était opposé. Comme si on le fuyait, lui.
Alors, lorsqu’Alex se détacha de son emprise, ses yeux ne manquèrent pas de s’écarquiller ce qui lui lâcha un hoquet coincé dans ce conflit entre surprise et peur. Ainsi donc s’était-il trompé sur cette impression de déjà vu ? Le jeune homme plus intéressé et curieux par ce désir de flammes, plus intéressé par une vieillard… brûlant ?

C’était étrange de penser qu’on pouvait se ficher du sort de quelqu’un plutôt que le sien. C’était surtout très égoïste mais Cassian était hélas ainsi et lorsqu’il vit que son précédent conquis nommé Alex s’affranchit de lui pour un autre, le zombie se pinça les lèvres pour contenir une certaine colère inexplicable. Lui ne pouvait attribuer des mots à ses doigts gesticulant dans tous les sens pour éviter de se former en poing. Il ne pouvait pas non plus définir le fait que son corps brûle plus que le lieu ne le faisait. D’autres auraient attribué ça à de la jalousie.

Tandis que la multitude de fuyards reculaient, Cassian s’avança lui aussi vers l’objet d’intérêt qui avait curieusement attiré le roux à s’y fondre. Évidemment, il n’y était pas happé par pur courage ou par envie mais le fait de ne pas avoir conquis quelqu’un, de l’avoir fait fuir le terrorisait encore plus que ces flammes qui étaient moins mortelles qu’un coeur en péremption continue.
Ses pas n’étaient pas calmes mais bien aussi pressés que tous les autres pour sortir le jeune homme de là. Sa respiration fut de plus en plus moindre quand il pénétra dans ce tombeau croulant mais la lueur de l’homme lui redonna un second souffle. Ou peut-être pas.

Impuissant dans ce décor apocalyptique mais encore plus face à une telle personne souffrante. Cassian savait toujours garder un calme certain, qu’importe la situation, qu’importe cet incident pas si dangereux que ça dans le fond. Il souffrait lui aussi de l’atmosphère et avait du mal lorsqu'on soufrait plus que lui. Car l'américain était d'origine la victime parfaite (inconsciemment le bourreau) et pas le protecteur. En revanche, il peinait à comprendre des suffocations exagérées et la torture qu’Alex s’infligeait même s’il plaignait à la fois ce dernier.
Bien qu’une fois à son niveau, cela ne changea pas davantage. Il essayait de le raisonner par des mots :

— Alex ! Alex ! lui hurlait-il dans les oreilles pour se faire entendre.

Il essaya d'intervenir par des entraves aussi lorsqu’il essaya de détacher les griffes qui harcelaient son dos. Malheureusement, ce fut avec une certaine vigueur qu’il s’infligeait autant de supplice. Dans un délire masochiste que Cassian ne pouvait pas comprendre, ce dernier essayait tout de même, même si en alerte, de pénétrer dans le monde de cet homme en se penchant vers lui, bouche contre son oreille, en essayant de le rassurer tant bien que mal. Par la même occasion, il essayait de se rassurer lui-même, dans l’espoir d’être enfin entendu et surtout écouté par cet homme.

Le seul problème était qu’Alex semblait isolé et damné dans un monde de chaos protégé par les produits inflammables de l’enfer. Les déchirements affectant son dos paraissaient plus fissurer sa propre ouïe que le sweat emprunté. Il n’écoutait pas ou du moins ne l'écoutait pas lui mais écoutait les seules pétales encore restantes crépiter dans le désordre total.

La seule solution toute enfantine que Cassian trouva fut de faire à nouveau don d’un de ses vêtements. Il ôta un de ses nombreux haut qu’il avait encore sur le torse pour cette fois-ci, le placer au niveau de la tête du roux et l’aveugler de ce qu’il pouvait y avoir à l’extérieur de ce vêtement, c'est-à-dire, l'enfer ardent. Le zombie chercha à y faire passer une sorte de tranquillisant par là où seul lui-même pouvait pénétrer pour parler à Alex? Non plus les flammes.

— Oubliez le feu, il est plus là ! Maintenant, suivez moi. Suivez ma main et faîtes moi confiance !

C’était digne d’un cache-cache avec le loup ou plutôt colin-maillard mal tourné dans une piscine de feu. Pouvait-on vraiment faire confiance à Cassian quand celui-ci s’intéressait principalement à sa survie ou plutôt son ego ?

Dans le fond, Cassian était peut encore cette bougie capable de rallumer l'incendie autre part, une fois consumé.
inhumane

Afficher toute la signature


nothing hurts
cause i'm nothing
avatar
Invité
Invité
#12 le 04.05.17 21:35





Il était seul. Seul dans cet enfer vivant. Les flammes étaient partout dégustant avec plaisir son corps paralysé. Rien n’y personne ne pouvait gagner contre le feu. N’était-ce pas ironique ? Il était attiré par elle autant qu’elle l’effrayait. Jamais il ne pouvait se défaire de celle-ci. Il avait chaud, il avait mal, il souffrait. Il sentait chaque parcelle de son corps être ronger par ce feu inexistant. Ses pores se consumait petit à petit de ce virus cramoisi qui déclenchait des hurlements intérieurs qui ne sortirent pas de sa gorge. Il suffoquait toujours et encore. De l’air. De l’air. Il était habitué à combattre dans ces flammes et pourtant quand c’était à son tour d’être sa proie, il avait été terrifié par celle-ci. Si l’enfer avait existé, il était pour lui une mer enflammée dans laquelle il coulerait pour l’éternité. Il était sous l’emprise de cette malédiction dans sa mort. Il n’entendait rien. Les sakuras avait disparus pour juste laisser cette reine du désastre. Et son cœur criait pour un secours inexistant. La présence de son compagnon avait disparu de sa mémoire. Il n’entendait pas ses appels alors qu’il beuglait dans son oreille. Il avait perdu toute sensation de temps et d’espace. Juste lui et les flammes se fixant intensément. Et il savait déjà qui était le perdant. Il sentait sa griffe enflammée déchirait son dos alors que ce n’était que ses propres ongles. Tout était confusion à l’intérieur de lui. Il brûlait sur place. Il cramait sur place. Le feu. Lui. Le feu. Lui. Le feu. Le feu. Le feu.

La nuit. Tel une douce caresse salvatrice, la pénombre recouvra son œil. Sa vision se perdit et ces danseuses enflammées s’effacèrent de ses prunelles. Les sensations de brûlures imaginaires se dissipèrent lentement, ne voulant pas se défaire de leur déjeuner. Sa respiration était encore saccadée mais il pouvait enfin l’entendre. Il pouvait enfin ressentir son propre corps tel qu’il était. Il était perdu dans cet absence de vision soudaine. Pourtant, elle était tellement plus rassurante qu’elles. Elle était telle une douche d’eau refroidissant ce corps meurtris.

La voix était proche de lui. Encore dans les vapes de la vision d’horreur, il fut surpris par la présence d’un autre à côté de lui. Il reconnaissait cette voix masculine. Il l’avait déjà entendu. Son cerveau tournait à une lenteur inimaginable pour cet esprit vif en temps normal. Puis enfin, il lui donna l’information. Cass. Il était tel une bouée dans cet océan de flamme. Il s’agrippa à cet main la trouvant malgré que sa vision eût été prise. Il se laissa entraîner par ce bout d’homme, beaucoup plus petit, moins fort que lui. Les rôles s’étaient inversés, il était maintenant celui qui se faisait trimballer dans cette foule dans il ne pouvait voir la forme. Ils bousculaient des humains à travers cette course difficile, toujours ces yeux recouverts de ce tissu sur les yeux. Il était encore déboussolé par les événements mais il trouvait aussi un certain amusement à se faire traîner dans le noir le plus total. Il trouvait toujours un moyen de s’amuser même dans les situations les plus improbables. Les passants devait observer une sorte de momie entouré de tissu différent se faire traîner.

Quand Alex retira enfin le vêtement de ses yeux, les deux compagnons se trouvait non plus sur l’Allée des Cerisiers mais dans une allée proche de celle-ci. La course version colin-maillard avait réussi à calmer le roux de cette crise. Même après presque 40 ans, ces crises de pyrophobie ne s’étaient pas atténué. Le vampire éclata dans un fou rire appuyant son corps sur le mur le plus proche, levant la tête posant sa main sur ses yeux. Un rire un peu trop soudain dans cette gorge asséchée rendait sa voix enrouée, et le rire semblait presque maladif.

"Et bien, c’était excitant ! T’as dépassé toutes mes attentes. Je sens que toi, tu vas aller loin."

Le roux s’adressa à son compagnon d’un ton enjoué après que ses rires se soit calmé. Il était de nouveau Alex, le joyeux malade mental irresponsable. Changement brutal certes, mais le roux n’était pas de ceux qui avait besoin de parler de ses problèmes calmement. Ou plus exactement, il ne pouvait pas le faire. Il ne savait tout simplement pas se poser et penser à ses problèmes sérieusement. Non, son remède était de rire et continuer à rester le fou qu’il était.

"Au moins, on a réussi à les semer. Alors qu’est-ce qu’on pourrait faire maintenant."

Le roux afficha un sourire, ses yeux pétillants d’excitation. Ce zombie avait réussi à le chambouler en si peu de temps, même si c’était plus un accident qu’autre chose. Pourtant, il sentait qu’il en cachait beaucoup plus et il était en quête d’excitation encore plus intense. Il était tombé sur un joyau nommé Cass dans cette masse de spectres.



avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : keith (voltron)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison
× Métier : petite main
× Péripéties vécues : 8089
× Øssements2996
× Age IRL : 21 Masculin
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre / Brendan / Ame

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
98/100  (98/100)
19Masculin30keith (voltron)visionsMaisonpetite main8089299621Masculin11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan / Ame
FLOODSHOOTER
★ FLOODSHOOTER ★
19Masculin30keith (voltron)visionsMaisonpetite main8089299621Masculin11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan / Ame
http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paperhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavyhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2049-cassian-081-966-546
#13 le 09.05.17 0:27

Les pétales de cerisiers cherchent leur éclat à en devenir aussi rougeoyants que cette eau bouillonnante les environnant. Passant de cette couleur vermillon, succédant à une teinte plus cramoisi pour en devenir au final carbonisés. Tels étaient les espoirs de Cassian pour le moment lorsqu’il cherchait une plausible issue dans cette masse plus grouillante et plus sauvage que ces feuilles d’un automne finissant par être trop festif. Le mur fiévreux les encerclait ou plutôt l’encerclait lui exclusivement puisque Alex ne semblait plus répondre de son conscient, comme consumé par les flammes. Il était désormais seul dans cette épreuve avec un pantin de bois absolument pas ignifuge et demandant rescousse par un compte à rebours omniprésent dans la tête du jeune homme.

Ses pas en tant que guideur furent creux et résonnèrent juste comme des aiguilles allant de l’avant puis reculant. Le poids à transporter était incontestablement trop lourd, autant pour ses épaules morales voûtées sur les échecs que ses épaules physiques incapables de tracter une charge au-dessus. En effet, son espérance lâcher autant prise que ses doigts dans cet entrelacement qu’il avait créé dans sa poigne avec le roux. Jamais il n’aurait cru se retrouver dans une telle situation et il aurait pu tout abandonner mais il ne fallait pas oublier qu’il était responsable de la crise de cette victime devenue maintenant curieusement trop passive pour qu’il puisse encore le fixer jusqu’à sa hauteur de nouveau.
Il adopta alors plutôt une solidité condescendante dans cette remorque humaine, plus déterminé par la fin de cette épreuve que la récompense qu’il pourrait en retirer.

C’était ce qu’il disait jusque là mais par force de brutalité et d’imprévu, Alex — quand il estima sans doute le moment le plus raisonnable ou même le contraire — choisit de retirer le vêtement faisant cagoule à sa pudeur, armure à sa peur, désormais toutes deux disparues.
C’était si saisissant puisque Cassian n’avait à peine remarqué la transition de continent entre un pays du feu alimenté par un charbon belliqueux et un autre, plus oriental mais étrangement plus familier, plus doux dans ses tons pastels, où la paix et la guerre s’étaient inopinément évaporés pour faire renaître de leurs cendres ces pétales qu’on pensait d’un temps antique. La crise n’avait duré que quelques secondes au final mais l’américain y avait vu là plusieurs heures de travail éreintant pour sa peau déjà abîmé par la zombification.

Ses sueurs face à un tel climat lui avait déversé en goutte des émotions qu’il était maintenant désormais incapable d’échanger à l’homme en face de lui. Son souffle se faisait court car il avait manqué d’oxygène qu’il avait perdu par procédé paradoxal d’inhalation d’une fumée qu’il pouvait encore considéré d’une oeillade introspective en regardant un peu plus loin à sa gauche.
Mais le regard fut trop court et interrompu par une quinte de toux qu’il cracha en rejet de nicotine ingéré pendant une dizaine d’années. La morve qu’il déversa était vilaine et violacée, brouillée par des effluves de tabac et d’héroïne négative. Il appuya son poing tireur contre le premier mur droit devant lui, se pencha et serra sa seule pièce de tissu blanche présente sur le dos pour prendre ses deux poumons, les compresser et les essorer de sorte à en retirer toute la noirceur qu’il pouvait contenir dans une respiration si malsaine.
Un énorme râle finit par conclure cette interruption aussi inattendu que prédite scientifiquement parlant. Il passa sa main précédemment occupée à serrer sur sa bouche baveuse, détentrices de reliques bien sombres.  D'accoutumée si jolie, un sourire ne pouvait la complaire assez bien. Tout du moins, si on était perspicace, c'était la belle métaphore à son hypocrisie habituelle. Il était maintenant incapable de formuler des émotions et encore moins des duplicata dont il était le maître.

À ses côtés, l’autre se tenait pour sa part, rieur. Celui qui s’était fait audacieux le temps de quelques instants avait encore échangé son rôle qu’il avait emprunté au roux ou plutôt, du coup, le lui avait rendu. Il se montrait impénétrable et ne comprenait pas une telle compréhension qui puisse à nouveau transcender son visage fait désormais d’albâtre moins friable. Un tel revirement d’attitude pourrait être explicable chez Cassian car il était lui, adapté aux situations et malléable aux circonstances mais chez Alex, il existait un facteur encore inconnu pour que cela puisse être retranscrit comme normal et sensé.

Se retrouver derechef bavard alors que le dioxyde avait probablement tût sa voix masculine pour des petits gémissement, gesticuler dans une hilarité alors que les pleurs n’étaient que du désarroi auparavant : Ces transitions n’en étaient pas car elles étaient vraiment juxtaposées d’une manière trop directe pour être fondues en un enchaînement logique. La tête du zombie tangua dans une expression mécompréhension, cherchant une réponse en changeant son point de vue et sa position sur cette euphorie volcanique. Le feu ne lui faisait plus autant de mal puisqu’il en éclaboussait sur le jeune en homme en particules de magma.

Cassian sentit la nécessité de reculer devant un séisme aussi insondable. Il pouvait difficilement examiner ce spécimen qui lui provoquait des effets qu’il n’aurait pas soupçonnés. D’un naturel logique, favorisant celle-ci plutôt que ses sentiments, il ne tarda pas pour autant à se faire relayer par ces derniers cette fois-ci, trop méprisé d’habitude. Son manque de prédiction l’avait conduit à ne pas référer à cette logique. Il s’attendait à ce qu’on le remercie et que les chemins divergent comme si de rien n’était et que finalement, il aurait oublié cet incident de verres brisés. Mais le simple fait de se rappeler de cet accident contredisait tous les calculs qu’il avait conçu au préalable, dans l’incendie. La fumée avait sans doute était trop nébuleuse et par effet de respiration, il avait comblé ses pensées vides par de la fumée et des illusions lui offrant un faux avenir. Il se gratta alors la tempe pour creuser plus loin dans la réalité des choses mais, effectivement, seuls ses sentiments prirent le relais lorsqu’Alex lui fit plutôt des compliments que des louanges de pacotille en prétendu or massif.

Les compliments n’étaient pas plus concrets que des récompenses et; avec étonnement, le garçon les prit avec la plus grande des candeurs se filtrant en innocence rosée. Ses paumes meurtries par le grisonnement des cités et de la monotonie prirent des teintes plus adaptés à l’enfant qu’il avait toujours été. Il voulait jouer les grands mais au final, en suivant un homme, on découvrait bien en lui cet aspect de gamin que Toulouze ne cessait de lui répéter alors que lui maugréait pour qu’on le considère comme un grand.
Qu’Alex lui fasse des félicitations comme on applaudissait les premiers mots d’un enfant, il n’y vit pour ainsi dire que du feu et imita les lueurs rougeoyantes d’un feu désormais lointain, rivalisant avec les pétales de cerisier. Il se gratta désormais la pommette comme pour effacer ces rougeurs dérangeantes et trop expressives puis les chassa en un mouvement vif de la tête vers l’arrière.

Ses lèvres étaient encore salement humides mais de cette voix insalubre par les cigarettes avalées, il tenta de s’éclaircir la voix pour reprendre un peu de réalité qu’il perdait en admirant cet homme plein de bonté envers lui et qui désirait étrangement un après.

— Et bien, je pensais pas que vous vous seriez remis aussi vite mais…

Il hésita à remettre sur le tapis le sujet des bouteilles en verre mais après de telles flatteries, il ne pouvait tout de même pas faire preuve d’autant de renvoi et ne pensa donc plus à y réfléchir.

— Perso, j’ai un peu froid, dit-il en grelottant. Si ça ne vous dérange pas de juste me rendre mes habits.

Dans son T-shirt à col V, le garçon se mit à grelotter dans un climat pourtant tempéré. Sa malingrité en était sans doute la cause mais lui permettait de réclamer une partie de son dû. Hélas, Cassian ne gagnait qu’en faisant pitié. Si le jeune homme avait dit vouloir poursuivre, si l’un demandait à être réchauffé, c’était peut-être coupé court aux espérances qu’il avait pu formuler.
replica

Afficher toute la signature


nothing hurts
cause i'm nothing
avatar
Invité
Invité
#14 le 11.05.17 23:47
Encore ces débilos ou pas?:

1 Oui
2 Non
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Péripéties vécues : 2355
× Øssements726
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
0/0  (0/0)
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente23557260Autre15/03/2014
maitre de la mort
maitre de la mort
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente23557260Autre15/03/2014
#15 le 11.05.17 23:47
Le membre 'Alex Fletcher' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'PILE OU FACE' :
avatar
Invité
Invité
#16 le 12.05.17 0:58





Des réactions diamétralement opposées tandis qu’un suffoquait dans ses souvenirs noirs, l’autre déversait le contenu de son œsophage sur le sol. Un bon duo qu’il devait faire entre celui qui crachait du liquide visqueux et lui couronné de vêtements pas à sa taille. Rien ne sortait de lui, le tissu l’ayant sûrement protégé de cette fumée empoisonnée qui avait l’air d’affecter son guide. Alex ne sentait rien, juste des rires vides et euphorique sortant de lui. C’était toujours ainsi, il s’asphyxiait dans les flammes du passé et tout son corps était emprisonné par elle mais s’il apercevait un rob des fruits de malheurs, du bout de ses doigts ces horreurs, ils la rejetaient au fond de lui dans une cage fermée à double tour, remplies de sentiments et de souvenirs si noirs que personne n’aurait pu deviner. Il relayait les mauvaises choses à plus tard, nourrissant ainsi cette bombe à retardement qui jubilait à se faire voir sous ses activités nocturnes pas très légal, ignorant les agressions morales de ceux avec du bon sens.

L’incompréhension était inscrite dans les traits de son compagnon. Chose peu étonnante à la vue de ce changement radical dans sa personne. Alex était un expert a remettre le bouton au niveau zéro, se déguisant dans ces costumes de saltimbanque pour son numéro de rire en permanence. Pleurer ou se morfondre ne servait à rien. Si l’on pouvait choisir, mieux valait en rire. Et c’est ainsi qu’il présentait son enthousiasme débordant à l’autre. Alex était un être capricant, sautant d’une chose à une autre sans que personne ne puisse prévoir sa course. Un fard vint décorer les joues de Cass, rappelant un instant un Asuma rougissant à chaque fois qu’il le mettait dans des situations embarrassantes. Non, le roux n’avait pas compris que c’était ses compliments qui avait fait rougir l’autre. Il laissa passer la chose ne comprenant pas sa signification.

"Et bien, je pensais pas que vous vous seriez remis aussi vite mais…"

Remis vite ? Le zombie avait tort et raison à la fois. Il avait juste switcher comme on changeait de chaînes à l’aide d’une télécommande. Sa crise n’avait pas disparu, elle avait été juste balancée au loin de force grâce à l’entrainement de ses années dans la mort. Alex haïssait qu’on le voit faible, qu’on le voit souffrant. Il préférait s’occuper de ses problèmes seuls, à sa façon, par des méthodes très peu recommandable par les psychologues mais qu’importe. Effectivement, il était maintenant remis pour la journée mais les démons reviendraient toujours pour hanter ses nuits de sommeils.

"Perso, j’ai un peu froid, dit-il en grelottant. Si ça ne vous dérange pas de juste me rendre mes habits."

La réclamation du zombie était d’autant plus valide qu’elle était évidente. Alex avait toujours sur lui ses vêtements. Il s’empressa alors d’enlever le sweat à moitié mis. Il remarqua alors que le vêtement trop petit pour lui de base avait mal survécu son séjour avec le vampire. Il redonna ses biens au propriétaire.

"J’ai l’impression que j’ai craqué tes vêtements. Je sais pas si ça peut t’aider à combattre le froid avec ce trou. Tu sais quoi, on va aller te racheter un truc à te mettre sur les épaules. Je paye. Tu m’as bien fait rire."

Cependant, les paroles du rouquin furent entravées par un cri caractéristique qui fit réagir le farceur. Encore un fois, on avait crié son nom et c’était encore un de ses Mangemorts qui avait réussi à trouver la trace de leur refuge temporaire. Il ne voulait donc jamais les lâcher ? Cependant, il n’y avait plus aucune foule pour cacher les deux. Il devait prendre la fuite sauf que le roux ne prit pas le bras du zombie cette fois-ci. En temps normal, il aurait encore une fois de plus entraîné sa pauvre victime avec lui dans cette course poursuite digne de Titi et Gros Minet mais cette fois-ci c’était un incendie, même s’il était de petite taille qu’ils avaient provoqués. Il ne devait absolument pas se faire attraper et il avait bien peur que le brun le ralentisse. Et de plus, il ne devait sûrement pas apprécier le label de cleptomane contrairement à Alex qui avait tellement de titre qu’il ne se souciait plus de rien.

"On peut remettre ça à plus tard ? Je crois qu’on ne va pas pouvoir faire du shopping tranquillement vu les têtes qu’ils font. J’habite à l’appartement Bozo à l’Agence. T’auras qu’à venir me voir et je te rachèterais un truc pour m’avoir aidé. S’il ne m’envoie pas en prison !"

Aussi soudainement qu’il était apparu, le roux disparut de la rue, s’élançant à l’opposé pour entraîner une escorte enragée derrière lui.



avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : keith (voltron)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison
× Métier : petite main
× Péripéties vécues : 8089
× Øssements2996
× Age IRL : 21 Masculin
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre / Brendan / Ame

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
98/100  (98/100)
19Masculin30keith (voltron)visionsMaisonpetite main8089299621Masculin11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan / Ame
FLOODSHOOTER
★ FLOODSHOOTER ★
19Masculin30keith (voltron)visionsMaisonpetite main8089299621Masculin11/02/2017complètele sans-surnomLéandre / Brendan / Ame
http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paperhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavyhttp://www.peekaboo-rpg.com/t2049-cassian-081-966-546
#17 le 13.05.17 2:53

Ca serait exagéré de qualifier le vêtement de lacéré en lambeaux mais, il était net qu'on aurait pu le qualifier de passage au zoo dans la cage des félins prédateurs plutôt qu'au pressing. La ligne horizontale séparant deux couleurs pour rendre le tissu bicolore n'était même plus la plus franche des divisions puisque le trou béant qui s'était fait au niveau du pli conforme pour l'aisselle se retrouvait être désormais une abysse rivalisant avec d'autres mers. Cette abysse aurait probablement pu éteindre tout l'incendie au loin d'ailleurs si on la corrélait pour sa grandeur.

Le brun saisit le sweat rendu mais seulement par la manche, comme s'il tenait une serpillière complètement imbibée d'eau sale. Il le laissait donc pendre à la vue du roux ; non pas pour rejeter la faute mais ça en donnait vraiment tout l'air. Après tout, Cassian n'oserait jamais blâmer ce garçon enflammé si bien qu'il l'avait vu souffrir quelques minutes auparavant. Même s'il était remis d'aplomb, il n'aurait voulu recréer ce choc à priori traumatisant mais éphémère du grand. Peut-être que l'accalmie bercée tranquillement par une euphorie souriante ne serait que de trop courte durée et que tout ceci reviendrait à la moindre évocation.
L'ancien drogué ne tergiversa donc pas plus sur le sujet fâcheux et n'assimila plus la crinière rousse de son camarade à l'incident qui venait de ce produire. Il choisit plutôt donc un regard doux voire gentil alors que cela n'avait contrastait avec ce qu'autrui aurait pu exposer et reprochait au pyrophobe. En soi, Cassian n'avait pas tort car il était le fautif à avoir laisser le sweat en possession d'Alex mais jamais il n'aurait imaginé que de telles circonstances auraient fait rendre l'âme à cette pauvre pièce encore plus morte que les deux individus. Et puis, cet homme lui annonçait qu'il allait même réparer son propre incident à coup d'achat. Tant mieux !

Enfin, c'était peut-être trop beau pour exister.

Réchampir l'imprimé du vêtement comme l'on fait sur une toile était peut-être fondamentalement plus aisé plutôt que ne pas revenir sur les détails de ce passé proche trop atroce. Même en imitant Shirley à jouer au silenciaire, tout revenait sur les épaules de Cassian tel un fardeau qu'était le Destin. À croire que même quand il n'accomplissait rien, il demeurait un vrai porte-malheur. La meilleure solution n'était pas cracher et persifler sur ce chat noir pour laver et purifier sa crasse de malchance dans un bain de baptême, ni de recoller fastidieusement des morceaux brisés d'un gigantesque psyché. Au final, ça serait aussi utile que jeter de la cassonade sur de la neige pour la faire fondre alors que seul le sel en est capable. Ainsi donc, la malchance, on la fuyait comme la peste et assurément, Alex partait déjà au loin.

Il avait écouté ses mots parlant d'une certaine promesse. Sa conscience lui disait de ne pas y croire car, à de nombreuses reprises, il s'était fait avoir. Mais qu'importe, le croire ou non ne changeait rien car il ne pouvait le rattraper et obtenir confirmation qu'il aurait bien son dû de payer. Pas qu'il attendait impatiemment le retour de cette perte en tissu mais croiser de nouveau ce type ne lui déplairait pas. Ce type en question ne le déplaisait pas. Il se gratta un peu la joue en y repensant, des réminiscences optimistes aux joues encore imprégnées d'un doux rose charmé. Curieusement, on ne pouvait pas lui en vouloir.

Cependant, il n'avait pas vu que le rose des sakura avait fini par se ternir encore pour devenir cette fois, non pas le rouge cru des flammes de Tartare. Les couleurs étaient toujours antiques pourtant et rappelait, en effet, cette remise à l'ordre de l'entropie de l'incendie. Jamais ces flammes ne les lâcheraient et donc, Alex préférait les fuir, laissant Cassian se faire ronger par ses dernières. Cependant, elles n'étaient pas aussi brûlantes mais bien plus humaines ; peut-être plus cruelles en fait.

Un mangemort qu'on fuyait avait refait son apparition pour attraper Alex.

FACE:
Très vite, l'arrivant fit signe à sa tribu de pénétrer dans la cachette. Le nombre imposant déficit à Alex n'allait faire qu'une bouchée de lui et il n'eut même pas fallut de raccourcis et stratagèmes pour attraper ce récalcitrant de la justice. Trois mangemorts s'emparèrent d'Alex pour créer un embargo total à sa liberté de mobilité. Ils auraient pu en battre deux aisément au vu de sa carrure mais ce trio le pétrifiait.

Impuissant face à la situation, le garçon aux yeux pulsés anciennement par l'héroïne les porta cette fois-ci illogiquement vers le sol, comme s'il aurait pu y trouver une hallebarde capable de défier tout ce groupe. Juste une paume de minuscules gravillons se trouvait à sa porter. Le sort désignait décidément Cassian comme un bon lanceur après la dynamite d'amateur créatrice d'incendie. Il attrapa donc cette poignée et la jeta précisément contre la nuque des assaillants d'Alex. Cassian était réputé pour être rapide donc il aurait sans doute de meilleurs chances sur la vélocité qu'Alex. Son tir permettrait donc à Alex de se battre contre deux mangemorts et pas trois. C'était peut-être plus « équitable ».

C'est ainsi que Cassian se mit à courir dans la direction opposée.

PILE:
Mais la meilleure manière qu'il trouva était bien la plus lâche ; ou peut-être celle qui aiderait un lâche en fin de compte. La moule qui ne s'était qu'à peine rendue compte que le roche s'était volatilisé, trop habituée à sa présence, venait de se faire kidnapper. Le mangemort se mit à attraper et capturer Cassian comme le meilleur bouc-émissaire mais surtout comme meilleure raison de sorte à rappeler Alex. Il devait supposer que Cassian était un acolyte.

Évidemment, même si que bien trop inconscient de la situation, Cassian se mit à jouer son rôle comme une almée le fait pour son public et se débattit. Mais son manque de force et de contrôle ne l'aidait pas. Il se contraignit donc à appeler Alex à l'aide. En vain sans doute alors que cet apparent vilain de dessin animés ricanait de son sort trop douloureux.
super-coward

Afficher toute la signature


nothing hurts
cause i'm nothing
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Péripéties vécues : 2355
× Øssements726
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
0/0  (0/0)
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente23557260Autre15/03/2014
maitre de la mort
maitre de la mort
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente23557260Autre15/03/2014
#18 le 13.05.17 2:53
Le membre 'Cassian C. Sanders' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'PILE OU FACE' :
avatar
Invité
Invité
#19 le 17.05.17 0:24
Bienvenue a catchland:

1 Oui. Non
2 Oui. Oui.
3 +1 Oui
4 +2 Oui only
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Péripéties vécues : 2355
× Øssements726
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
0/0  (0/0)
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente23557260Autre15/03/2014
maitre de la mort
maitre de la mort
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente23557260Autre15/03/2014
#20 le 17.05.17 0:24
Le membre 'Alex Fletcher' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'4 FACES' :