#1 le 28.03.17 0:29

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Keith (Voltron)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 6199
× Øssements 531
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre / Brendan
FLOODSHOOTER
http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paper http://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
48/100  (48/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Keith (Voltron)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 6199
× Øssements 531
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre / Brendan
★ FLOODSHOOTER ★

Dépassé de mode voire complètement ringard, le zombie ne comprenait pas pourquoi on l’avait embarqué ici. De son plein gré, il n’y serait peut-être jamais rentré. À vrai dire, quand on se tardait à recueillir une once de beauté dans cet endroit criard autant couleurs qu’en son, on tardait son temps plus qu’on ne le devrait. Chaque détail était travaillé mais très grossièrement.
Par chaque pan de mur tapissé en imitation métallique, on retrouvait aligné en despote de minuscules sources de lumières capables de crier une nouvelle couleur tapageuse toutes les secondes. Rouge, bleu, rose, jaune, violet, vert. Entre les nuances, il n’y avait certainement aucune distinction maîtrisée pour pouvoir être un tant soit peu apprécié mais surtout supporté par l’oeil humain.
Le néon de l'enseigne l’avait déjà assez aveuglé comme ça et quand bien même, il pénétra dans l’enceinte de ce bâtiment hurlant, presque hanté par les démons de minuit.

S’il devait se présenter comme victime, il aurait volontiers clamé que ce n’était en aucun cas sa volonté de venir s’assourdir les oreilles ici ; qu’il pouvait même très bien le faire chez lui. Mais Cassian n’était pas de cette trempe, préférant subir plutôt que de protester, évitant le plus possibles des regards de reproche. Ne pas accepter une telle invitation, c’est bien ce qu’il aurait voulu mais il savait que c’était nécessaire pour toujours bien être entouré. À vrai dire, ne pas suivre le groupe, c’était forcément s’en dissocier et Cassian ne pouvait se résoudre à s’en détacher. Autrement, plus aucune autre attache ne lui serait accordé. Plus jamais ne pourrait-il profiter de la générosité des autres et encore moins de la réputation qu’on pouvait lui offrir.

Clairement, arrivé ainsi dans un tel endroit n’avait rien d’identitaire, c’était purement un dette payée pour des bénéfices prochains comme passées. Son arrivée dans la discothèque ne se fit absolument pas discrète puisqu’une meute de plus d’une vingtaine de personnes, dont lui, imposa sa présence, directement au comptoir. C’était, certes, des gens si populaire qu’on les admirait pour leur image, pas pour leur identité et encore moins leur personnalité. Ainsi se résumer l’histoire de Cassian, toujours à dérouler sur une piste de danse de faux pas bien déguisés.

Par ailleurs, le jeune homme avait aussi une fâcheuse tendance à vêtir son visage plutôt que son corps. Assurément paré d’une potion lémurisante et de milles fantaisies en tout genre comme une chemise feutrée par des carreaux noirs et une boucle d’argent agrémenté au reste de ses piercings à l’arcade ; il savait que l’apparence jouait un rôle important mais davantage l’apparence de ses émotions. S’il voulait plaire, il devait rire à ces foutues blagues salaces que son prétendu ami racontait à l’ensemble du groupe, formant pour le moment.
Franchement, il ne l’aimait pas ou tout au moins, il s’en fichait. Si Cassian était capable d’exploser le fond de sa pensée, il lui dirait. Seulement, il n’était capable d’exprimer son mépris pour cette personne par des railleries à connotation pseudo-ironiques.
Non ce n’était pas de l’ironie, il pensait vraiment que ce gars était un puceau incapable de trouver du sexe ailleurs que dans ses blagues. Et encore, il pesait ses pensées autant que ses mots.

Pour déverser son mépris de ces soi-disant amis, il fallait qu’il se verse lui même des verres en remède pour oublier la douleur d’être avec gens aussi immatures. L’alcool était vraiment un médicament, une drogue. En soit, c’était immonde et ça brûlait autant sa gorge que ses sens, à chaque fois qu’il en ingurgitait même à l’aide d’une paille, histoire de siroter. Mais l’avantage d’une telle lésion incendiait toute possibilité qu’il puisse être aussi aigri que la boisson.
Finalement, il ne regrettait pas de dire que même le vomi était plus appétissant que de rester avec des gamins pareils, même s’ils étaient très côtés par leur soi-disant originalité à lutter contre des causes qu’ils considéraient, durant la mort, inutiles. Très sincèrement, il se demandait encore pourquoi il avait accepté de rejoindre certains clubs pathétiques par leur excès de l’écologie.

Ca rendait bien. Ca le rendait mieux qu’il ne l’était. Hélas, il ne sortait jamais du lot, se ridiculisant toujours plus.

— Bon, on est pas venus pour se tourner les pouces... Venez danser !

Et voilà qu’on lui trouvait une nouvelle opportunité pour se ridiculiser devant tout le monde. Il se demandait s’il ne ferait pas mieux de partir… Mais son absence serait remarqué, même s’il prétextait devoir partir à cause d’une urgence, ce ne serait pas très bien vu.
Qui a une urgence lorsqu’il est mort, honnêtement ? Cassian pouvait être crédule mais pas ses amis qu’ils tentaient, avec lutte, d’impressionner jour après jour.

— Pourquoi pas, opta-t-il pour donner autant de vérité que de mensonge dans sa réponse.

Pour se donner une pincée de courage, il isola la paille plongée dans son cocktail et en extirpa par l’intermédiaire du tube un trait de menthe alcoolisé, juste pour se donner un zeste de courage et emboîter le pas vers les marches descendant vers la piste.
Dans les enceintes, c’était toujours cette même musique bien écoeurante pour les oreilles depuis déjà une quarantaine d’années. On ne changeait jamais le disque. Personne ne changeait de pas, se limitant à bouger et jongler avec ses pieds, l’un devant l’autre puis inversement.
C’était une danse intemporelle, une mode qui ne changerait jamais car elle n’avait jamais eu d’identité ; elle était juste robotique et n’avait pas de but, d’ambition dans le vie, contrairement aux trop grandes ambitions de l’américain.
Un cercle vicieux où jamais de fin n’était atteinte.
medicine

Afficher toute la signature
Réduire la signature


#2 le 07.04.17 18:56

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuroo Tetsuro - HQ!!
× Pouvoir : Cryokinésie
× Appartement : Brossard
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 194
× Øssements 324
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 16/12/2016
× Présence : réduite
× Surnom : l'araignée
× DCs : Tian Hui
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1204-nae-w-dwyer-you-look-like-my-next-mistake http://www.peekaboo-rpg.com/t1258-nae-wyatt-dwyer-just-when-you-thought-the-fun-was-over

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
13/100  (13/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 20
× Avatar : Kuroo Tetsuro - HQ!!
× Pouvoir : Cryokinésie
× Appartement : Brossard
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 194
× Øssements 324
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 16/12/2016
× Présence : réduite
× Surnom : l'araignée
× DCs : Tian Hui
nécromancien

Those who cannot understand how to put their thoughts on ice should not enter into the heat of debate.

848


Il était rare pour l'irlandais de se retrouver ainsi seul et ne pas s'en plaindre, le regard chocolat se promenant sur la foule face à lui, un sourire amusé au coin des lèvres. Il était plutôt bien, là où il était, installé sur un tabouret du bar, dos au comptoir et un verre à la main. Nae n'était pas là pour attirer l'attention, ni pour mettre le bordel dans un endroit déjà plutôt chaotique en un sens. Non, il n'était là que pour un pacifiste but : observer et apprendre de ses observations.

De lui-même, il ne serait jamais allé dans cet endroit, où on était plus serré encore que des sardines dans leur petite boite de conserve, les corps se frottant les uns les autres dans une écœurante danse sensuelle. Un groupe d'amis l'avait poussé à les accompagner parce qu'ils avaient décidé que cette nuit-là, ils allaient « pécho ». Autant dire que le nécromancien n'avait pas la moindre idée de ce dont ils parlaient, ne connaissant pas ce terme et encore moins ce en quoi ça consistait.

A peine arrivés, ceci dit, il changea bien vite d'avis et abandonna quasiment aussitôt le troupeau auquel il s'était mêlé. Après avoir fait le tour de la boite de nuit, Nae s'était installé au bar, commandant une boisson sans une once d'alcool, désirant garder ses moyens jusqu'à la fin de la soirée, et s'était mis à contempler les animaux en face de lui. Comment les voir autrement ? Ils semblaient tous en chasse, en rut, et pour parvenir à leurs fins, ils étaient prêts à tout. Pour le jeune brun, c'était un terrain de jeu parfait afin d'en apprendre davantage sur les méthodes d'attraction.

Il riait dès qu'on s'approchait de lui, hilare à l'idée qu'il puisse plaire à une quelconque personne, en particulier lorsqu'il ne faisait rien pour attirer l'attention. Malheureusement pour lui, il était incapable de se réjouir de cette attention spéciale qu'on lui accordait, celle-ci résultant d'une envie de chaleur qu'il n'était pas prêt à offrir à qui que ce soit ; c'est qu'il est froid, Nae, très froid. Nul besoin de glaçon dans son verre, une main autour suffit à le rendre terriblement frais, mais il en a bien besoin, dans un tel lieu, où la chaleur se fait étouffante - excepté pour lui.

C'était dans ce genre de moment qu'il était ravi d'être lui-même.

Son regard capta une silhouette familière sur la piste de danse et il baissa son verre quasiment vide, le posant maladroitement derrière lui. Ce n'était pas la première personne qu'il connaissait qu'il voyait là et pourtant, celle-ci lui arracha un sourire narquois, plus grand encore qu'il ne l'aurait pensé, son amusement atteignant subitement son paroxysme. Décidément, cet endroit lui plaisait de plus en plus au fil des minutes. Le nécromancien se détacha du comptoir et s'approcha à pas de loup de son objectif, se frayant un chemin entre les animaux en rut, se glissant derrière l'objet de ses pensées, de son futur divertissement.

Personne n'aurait pu prédire les prochains gestes de Nae, pas même lui, se laissant aller avec le courant, ne songeant à rien à l'avance si ce n'était qu'à obtenir ce qu'il désire par tous les moyens. Absolument tous. S'il est vierge de toute relation, il connait tout de même la mécanique, les gestes lascifs, les suggestions silencieuses et le charme muet dans les mouvements, alors il n'hésite pas à se coller, à laisser ses mains devenir baladeuses et se poser sur les hanches, remontant lascivement le long des flancs, s'appropriant les bras dans de longues caresses, tout sur le rythme de la musique ambiante, dansant comme s'il en avait l'habitude.

Son sourire vient se coller à son oreille, laissant son creux accueillir son souffle, trop frais pour appartenir à quelqu'un d'autre qu'à ce nécromancien-là. Oh, oui, il en avait appris des choses depuis le début de la soirée, recopiant les gestes de ces bêtes en manque comme s'il l'avait fait toute sa vie, alors qu'il lui est impossible de ressentir la même chose, de s'échauffer de la même façon, apportant fraicheur là où uniquement la chaleur est appelée. « Hey, Cassian. Toujours pas changé de méthode, eh ? » Souffle-t-il lorsque la musique se fait moins forte, un petit interlude de quelques secondes qu'il saisit au bon moment, laissant ses mots l'atteindre et lui faire réaliser qui le regardait avec tant d'insistance.


Afficher toute la signature
Réduire la signature


#3 le 09.04.17 20:27

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Keith (Voltron)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 6199
× Øssements 531
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre / Brendan
FLOODSHOOTER
http://www.peekaboo-rpg.com/t1434-cassian-snowflakes-shit-of-paper http://www.peekaboo-rpg.com/t2110-cassian-how-can-emptiness-be-so-heavy

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
48/100  (48/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 27
× Avatar : Keith (Voltron)
× Pouvoir : visions
× Logement : Maison d'Ael
× Métier : Petits boulots et sbire de Teodora
× Communication : PortableDeathbook
× Péripéties vécues : 6199
× Øssements 531
× Age IRL : 20 Autre
× Inscription : 11/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : le sans-surnom
× DCs : Léandre / Brendan
★ FLOODSHOOTER ★

Autant de confusion que de nausée quand le rythme à priori endiablé se transposait de son ouïe à sa vue puis finalement aux autres. Similaire à une fête foraine nocturne gâtée​ pour les plus âgés, les couleurs bariolés  à des lumières diapraient les autres déjà saturées sur le plafond et les murs. Le pire était peut-être le fait qu’elles s’échangeait en un tour de carrousel trop brusque, trop vif.

À peine avait il baptisé le premier pas sur la piste qu’il se vit emporté par le moment de foule. C’était une saveur dont on avait trop pris l’habitude qu'elle ne passait plus que comme un cachet dans un traitement. Un régime de vie qu’il subissait comme un quotidien. Peut-être que ça envahissait même l'arrière-goût qu’il pouvait en retirer, qu’il n’en détectait plus rien tant son palais avait été endolori. Ainsi tous ses sens furent envahis de la sorte ; pour le rendre sourd, aveugle, insipide et bouché du nez par les relents de sueur se créant à mesure que les corps s'agglutinaient sur sa personne.

Dans cette cadence inhibant des sens, il ne manquait plus qu’une pincée de toucher, pianotant avec intrusion sur ses hanches. Comme des griffes lacérant ses bras déjà meurtris, le bout de ces traces inconnues, s'appuyant et faisant atterrir sur le tissu volant de sa chemise sur sa peau, s'agrippant avec une hargne pourtant délicate sur la base de son buste. C'était comme si la piste voulait le kidnapper et ne faire qu'un avec lui ; de nouveau le noyer dans cette vague en vogue.
Sa respiration rata un écho lorsque ce mouvement chargé de sel atteignit ses côtes. C'était glacé !

À la fois, cette sortie des songes le rassura mais, après réflexion, l'apeura davantage. Entre ses mains offensives et dans lesquelles on ne se sent pas forcément en sûreté, on n'était sûr de rien. Le monde paraissait déjà si mystérieux mais se perdre entre le croisement de ces doigts, c'était parcourir un dédale déjà en méli-mélo.
Il était perdu.
En soi, il devina de qu'il s'agissait et pouvait prendre la peine de ne pas se retourner car le givre éternel sur ses paumes était caractéristique de sa personne. Une avalanche remontant dangereusement
En revanche, Cassian ne voyait pas ce qu'il pouvait y avoir de caractéristique chez lui-même pour qu'il puisse être repéré par un tel requin dans une mer si bondée d'algues dansant innocemment  dans l'écume effervescente.

Même si l'ambiance ne lui plaisait guère, même si suivre un banc tel que celui-ci était inconvenant,  on y trouvait une sûreté significative. Les paires d'yeux salvatrices auraient pu au moins dresser un avertissement à quiconque de s'approcher du jeune homme et c'était l'une des raisons pourquoi ce dernier cherchait un entourage large mais clôturé ; pour éviter ce genre de personne de pénétrer dans un cercle trop privé. Hélas, aucune borne n'avait jamais été défini entre le privé et le public car trop complexe mais surtout trop exclusif pour l'américain.
Malheureusement, cet arctique vint briser la glace avec le reste du monde. Sa présence n'était pas très remarquée tant il se fondait dans le décor mais ceci seulement jusqu'à ce qu'il s'immisce avec la plus grande des discrétions pour se consolider sur le corps d'un autre par le même froid.
Toujours la même méthode, peut-être pas. Il ne le connaissait très peu mais c'était sans doute ainsi que Nae l'abordait le mieux si on se référait à cet instant présent car Cassian préférait égarer son regard sur une vue d'ensemble qu'une exclusive, encore une fois, trop concentré à vouloir éblouir plusieurs plutôt qu'un seul. Seulement, l'autre mort semblait bien plus égoïste en réclamant cette attention nouvelle que le zombie rejeta spontanément d'un revers de la main. Il chassa donc une des paumes qui s'était tatouée d'un choc  progressif, comme un coup de jus qu'on ne pouvait interrompre. Le fil coupé, l'autre bout pas encore ; la voix sur l'autre extrémité quémanda sa concentration et l'en fit faire volte-face aussi spontanément que le refus qu'il avait adressé à la main gauche écartée.

Sourire crispé par la glace se formant sur ses lippes à lui aussi une fois qu'il croisa l'intersection des deux glaçons pour orbes, c'était de cette manière des plus hypocrites que Cassian répondit pour s'excuser de cette impolitesse qu'il n'avait pas calculé avec son cerveau mais bien avec son coeur. Pour s'en sortir avec ce garçon, le zombie savait qu'il ne devait pas faire d'impair par le biais de sa peur envers ce presque inconnu.
Peu d'informations sur Nae hormis, évidemment, son prénom, cette caractéristique et ce regard perçant le courage des plus audacieux. Le jeune homme se devait d'avancer prudemment pour pouvoir reculer face à cette nouvelle menace.

— Excuse-moi, accentua-t-il au-dessus de la terrible musique, je ne t'avais pas vu.

Vrai et faux cependant il mettait en avant ce côté avantageux pour ne pas faire mauvaise impression. Ses remords étaient vides comme il n'y avait aucune excuse en réalité mais les néons couvrait son hypocrisie par leur brillance, tout comme son immense sourire trop perfectionniste pour être sincère.
À vrai dire, Cassian ne voulait pas avoir affaire avec ce type. S'il était dans le fond, cela signifiait qu'il n'avait pas réelle attraction ou intérêt pour lui. Mieux valait l'éviter. Mais, surtout, son instinct lui hurlait de ne pas tenter une danse avec lui uniquement.

— Tu veux te joindre à nous ? proposa-t-il avec la candeur prononcée par l'hypocrisie de son sourire.

Ce prétexte et cette intense corruscation surpassant tous les autres mots se dressait sur l'emploi d'un « nous » plutôt qu'un « je ». Par ce jeu de pragmatique, le zombie préféra pointer sur un autre acteur plutôt que lui. Il n'était pas évident de le discerner mais le jeune homme manipula ce prénom de telles stratégies qu'il montra à ce rival venu qu'il avait un entourage.
En revanche, il pouvait aussi souligner sa faiblesse ainsi en montrant le fait qu'il ne voulait pas se retrouver seul avec le garçon tactile.

Définitivement, il voulait rester ici, planté là encore et ne pas danser. Encore moins bouger pour Nae.
warning

Afficher toute la signature
Réduire la signature