Terminé #1 le 15.03.17 18:18

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 30 Féminin
× Age post-mortem : 1222
× Avatar : Poison Ivy - DC Comics
× Croisée avec : Un Athéris, un serpent.
× Logement : Viens
× Métier : Femme d'affaire, entre autres.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 235
× Øssements 508
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 22/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : R
× DCs : Ael Shanks, Sen Ashitaka
chimère
http://www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006/www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006 http://www.peekaboo-rpg.com/t1583-erefkieobvkcnjf

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
60/100  (60/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 30 Féminin
× Age post-mortem : 1222
× Avatar : Poison Ivy - DC Comics
× Croisée avec : Un Athéris, un serpent.
× Logement : Viens
× Métier : Femme d'affaire, entre autres.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 235
× Øssements 508
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 22/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : R
× DCs : Ael Shanks, Sen Ashitaka
chimère
Tu ne m'auras pas.


Je marchais dans cette pièce sombre seulement éclairée par quelques bougies. Le parquet était froid sous mes pieds et la température relativement basse. Un peu plus loin, au centre, se trouvait une cheminée. De style rustique, elle répandait le peu de chaleur que je sentais, à présent, sur mon corps. Les murs étaient fait de pierres et recouvert de trophées en tout genre : peaux de bêtes, cornes, arcs, têtes de cerfs. L’endroit y était plutôt chaleureux à vrai dire. Non, pas chaleureux, familier. Je connaissais cet endroit, j’y avais vécu une bonne partie de ma vie, ma vie après la mort. J’y avais des souvenirs, bons comme mauvais, mais ça restait un lieu important pour moi. C’était le lieu dans lequel j’avais préparé ma vengeance pendant tellement d’années. Il m’avait permis de me rapprocher de Nälya, il m’avait permis de jouer avec elle, de la traumatiser même. Il avait été le berceau de cette nouvelle moi, cette moi forte, sans aucune attache, cette moi indépendante que personne ne pourrait plus jamais contrôler.

Je m’assis dans cette chaise, près du feu, cette chaise à bascule que je connaissais tant. Les minutes semblaient défiler et je profitais de l’instant, de ce chez moi que je n’avais pas revu depuis près de mille ans finalement. Un bruit me sortit de mes pensées. Je levai la tête et je vis la porte de la chambre s’ouvrir. Nälya en sortit. J’avais oublié à quel point elle était belle, à quel point je l’avais désiré pendant tant d’années. Elle était déjà morte après tout et puis je m’en étais débarrassée il y avait de cela des centaines de décennies. Je n’avais rien à craindre, ce n’était qu’un rêve. J’allais bientôt me réveiller de toute façon.

Elle s’approcha de moi. Non ne t’approche pas trop. Elle s’approcha encore. Vas t-en. Et encore. Hm. Juste un rêve, c’était juste un rêve. Un peu de repos après avoir passé tant d’années sans aucune attache. Je pouvais me laisser aller ? Non. Oui ! Non. J’étais perdue, elle me perdait. Elle s’avança et posa ses mains sur mes clavicules. Elle remonta un peu sa robe, laissant apparaitre ses cuisses et s’assit à califourchon sur moi. Vas t-en. Pourquoi je ne la repoussai pas ? M’avait-elle manqué ? NON. JAMAIS. Vas t-en. Je lui encerclai les hanches. Vas t-en. Elle embrassait mon cou. Le plaisir. Vas t-en.

Mes doigts s’humidifièrent. Étrange. Je les regardai alors. Du sang, du sang partout. Le sien ? Non, elle semblait bien à me mordre l’épaule là. Aie. J’avais mal. J’avais si mal. Et j’avais froid, vraiment très froid. Elle se releva et je la regardai alors. Désespérée. Je voulu la suivre mais je ne le pouvais pas. J’étais clouée à ma chaise. Littéralement clouée. Je regardai alors mon ventre ; la douleur venait de là, et le sang aussi. Elle m’avait poignardé. Elle m’avait encore poignardé la salope. Je me mis à hurler, à hurler tellement fort que j’ouvris les yeux. Le plafond de ma chambre ? Non, elle était à nouveau devant moi. J’hurlai encore et  m’arrachai de la chaise emportant avec moi l’espèce d’épée qui m’avait empalé. J’hurlai encore. J’étais debout, fébrile, face à ma commode ? Non j’étais encore face à elle. Je serrai les poings, les dents, j’allais la tuer. Je me lançai sur elle, pleine de rage. J’heurtai le meuble de ma chambre. Aie. J’ouvris les yeux à nouveau et pour de bon.

J’étais à l’appartement, enfin. Ma respiration était forte, la sueur perlait sur mon front. Je la haïssais comme je me haïssais d’avoir était si faible un instant. Dans un regain de fureur je balayai toutes mes affaires de ma commode, arrachai le miroir cloué au mur et le jetai à travers la pièce. J’hurlai de rage. Je la haïssais.

Je m’appuyai alors contre le mur avant de rejoindre mon lit. Je m’assis dessus et me recroquevillai sur moi-même. C’était la seule façon que j’avais de me calmer.
J’étais pathétique, là, sur mes draps, nue comme un ver, faible et tremblotante. Des larmes de rage me monter aux yeux. Pitoyable.

Pride

Terminé #2 le 18.03.17 22:40

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 983
× Øssements 1293
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
Big Grumpy Cat
http://www.peekaboo-rpg.com/t1408-toulouze-broken-glass http://www.peekaboo-rpg.com/t1411-toulouze-find-yourself

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 983
× Øssements 1293
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
Big Grumpy Cat

Marcher sur le fil de la solitude

Tou & Ere
Silence et trouble. Rires et tromperie. Les couloirs de l'agence étaient bien plus déserts que d'ordinaire, l'heure avancée de cette nuit froide y étant pour quelque chose. Peu de spectres dans les salles réservées à l'amusement, plus d'odeurs de nourriture dans les appartements, des éclats de rires ou des cris filtrant les murs. Cela ressemblait à une soirée comme une autre, une nuit durant laquelle il avait décidé de retourner à l'appartement pour y faire un peu n'importe quoi. Sauf que ce n'était pas une soirée comme les précédentes.

Ça n'a même rien à voir...


Ses pas résonnaient dans le couloir, comme les cloches d'une église totalement vide de ses fidèles. Rapidement, il se dirigea vers ce qui était en apparence son appartement, sortit les clefs de la poche de son sweat-shirt à capuche noir et déverrouilla la porte afin d'y rentrer. Le corridor plongé dans la pénombre l'accueillit avec son bordel habituel et ses toiles accrochées au mur. Aucun son ne s'éleva, aucun bruit ni voix, lui indiquant qu'il était le seul présent dans ces lieux.

Et c'est bien mieux comme ça, pas vrai Toulouze.

L'homme ne prit même pas la peine de retirer ses chaussures qu'il pénétra dans l'appartement, ni même d'allumer la lumière alors qu'il progressa rapidement jusqu'à la chambre qu'il occupait d'ordinaire. Cela faisait quelques jours qu'il avait déserté le logement, quelques jours depuis la dispute -si on pouvait appeler cela comme ça- qu'il avait eu avec l'une de ses colocataires. Toulouze avait coupé court à leur discussion, ne souhaitant pas aller plus loin sur ce chemin sur lequel il s'était engagé et était parti, laissant certainement derrière lui une jeune femme en pleurs. Cette idée fugace avait le don de lui mettre les nerfs en pelote, ses mains attrapant nerveusement plusieurs de ses affaires qu'il fourra dans un sac à dos qu'il avait amené avec lui.

Des jours qu'il évitait Teodora. Des jours qu'il ne passait plus à l'appartement, ni à son bureau pour les tests de ses patchs. Il faisait en sorte de ne pas se retrouver dans un lieu où elle était susceptible de se trouver malgré qu'il ne connaisse pas totalement toutes ses habitudes. Le zombie avait eu assez de mal à faire le tour de la ville et s'occuper de ses affaires sans se retourner en se demandant si elle état là ou non. Une véritable torture qui n'était que la conséquence directe de ses actes malhabiles.

C'est de ta faute, assumes maintenant.

Un grognement sourd quitta sa gorge légèrement nouée, son entreprise dans la chambre étant terminée. Il n'avait récupéré quelques vêtements mais surtout le plus gros de son stock de potions qu'il avait acheté chez ces nécromanciens qu'il voyait le plus souvent. Mais s'il était revenu à l'appartement, c'était pour récupérer son portable. Des potions, Toulouze pouvait très bien en racheter d'autres, bien que l'idée de dépenser de l'argent pour des choses qu'il avait déjà acquise ne lui plaisait guère. Mais son cellulaire, il avait besoin comme un enfant à besoin de sa mère. Sans cet objet, le zombie ne pouvait plus faire le lien entre les gens qu'il croisait et d'éventuelles rencontres passées. Il ne pouvait se rappeler des rendez-vous importants qu'on lui avait fixé ou les contacts qu'il avait déjà créé. Se payer un autre portable était tout sauf la solution au problème. Alors Toulouze était revenu.

Cependant, il avait tout de même pris la peine de vérifier si la jeune nécromancienne était à l'appartement ou non. Il avait fait le pied de grue toute la journée en attendant de la voir débarquer à son bureau, caché dans la rue attenant à celui-ci. Ce ne fut que très tard dans la nuit qu'il put l'apercevoir, cette vision lui faisant un effet bizarre avant de prendre la route de l'agence. Voir ses autres colocataires était bien moins dérangeant, mais être seul dans l'appartement le tranquillisait davantage.

Surtout que t'es en train de partir comme un voleur.

Le sac était à moitié plein quand il le plaça sur son épaule, un bruit de verre caractéristique se faisant entendre à ce mouvement. Le zombie s’apprêta à rejoindre la salle d'eau où il avait laissé ses affaires ce jour-là, récupérer son téléphone et partir. Il eut cependant à faire à une petite boule de poil pleurante se collant à sa jambe et un oiseau volant pas droit lui rentrant dans le dos. Toulouze se battit presque avec les deux animaux pour finalement les enfermer dans la chambre de sa colocataire, cet acte lui indiquerait qu'il était passé par là. Le basané soupira tout en se rendant dans la salle d'eau. Tant pis, au point où il en était, un peu plus un peu moins ne changerait pas grand chose à leur situation.

Ça c'est ce que tu dis.

Un portable et des fringues en plus plus tard, Toulouze reprit le chemin de la sortie pour quitter définitivement l'appartement. Il ne posa pas de regard en arrière, rejeta ce sentiment grondant et douloureux qui lui tiraillait les entrailles et fit abstraction de cette voix qui lui disait qu'il faisait une connerie. Il était déjà trop tard pour revenir en arrière, et ce n'était pas ce qu'il désirait. Toulouze voulait bien d'autres choses. Mais il n'eut pas le loisir d'y penser qu'un cri le tira de ses pensées. Un cri de femme venant d'une chambre non loin de l'entrée et qui le fit sourciller.

C'est quoi le délire ?

Un meuble tomba. Un autre cri. Un bruit strident. Que se passait-il au juste ? Intrigué et soucieux, Toulouze regardait la porte menant à la pièce d'un air étrange alors qu'il se demandait qui pouvait bien foutre un bordel pareil. Ou étaient-ils deux ? Le zombie n'en savait rien mais une part de lui avait furieusement envie de crier sur ces imbéciles et leur dire de se calmer.

Tu veux surtout faire ça parce qu'elle vit avec elle, pas vrai ?

Il ne fallut que deux enjambées au zombie pour atteindre la porte et l'ouvrir à la voilée, celle-ci n'étant pas fermée à clé. La pièce était plongée dans le noir, comme le reste de l'appartement mais il ne se gêna pas pour allumer la lumière afin de mieux voir la cinglé qui hurlait. Une femme, à la longue chevelure de feu et à la peau pâle, assez petite et complètement nue, se tenait dans la pièce avec un regard meurtrier et une expression de rage pure. Toulouze n'en avait jamais vu de telle -ou alors il avait oublié- et voir cette jeune femme avait un tel air lui fit froncer les sourcils. Il lui arrivait quoi au juste ?

- Tu peux pas te calmer ? Ou foutre le bordel en silence ? Tu vis pas toute seule dans cet appart'.

Concrètement, il n'y vivait plus mais il était vrai que cette femme n'était pas la seule résidente de Van Gogh. Résidente qui partagerait son quotidien avec une certaine nécromancienne qu'il évitait. Non. Il n'allait pas trop se mêler de ses histoires mais juste passer ses nerfs sur elle. Après tout, il n'avait aucun droit sur son ancienne colocataire, ni sur ses affaires.

Bah barre toi au lieu de faire chier cette nana. Tu vas encore te retrouver dans la merde.
© Belzébuth


Afficher toute la signature
Réduire la signature


and without you I'm losing my mind



En anglais : #006600
En japonais : #566C49
En suédois : #216658

Terminé #3 le 20.03.17 10:36

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 30 Féminin
× Age post-mortem : 1222
× Avatar : Poison Ivy - DC Comics
× Croisée avec : Un Athéris, un serpent.
× Logement : Viens
× Métier : Femme d'affaire, entre autres.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 235
× Øssements 508
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 22/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : R
× DCs : Ael Shanks, Sen Ashitaka
chimère
http://www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006/www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006 http://www.peekaboo-rpg.com/t1583-erefkieobvkcnjf

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
60/100  (60/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 30 Féminin
× Age post-mortem : 1222
× Avatar : Poison Ivy - DC Comics
× Croisée avec : Un Athéris, un serpent.
× Logement : Viens
× Métier : Femme d'affaire, entre autres.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 235
× Øssements 508
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 22/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : R
× DCs : Ael Shanks, Sen Ashitaka
chimère
Tu ne m'auras pas.


J’étais emplie de haine. Totalement désarçonnée par la situation. J’essayais tant bien que mal de retrouver une respiration plus ou moins normale mais ça m’était si impossible. J’étais si en colère, beaucoup trop d’ailleurs. Je me connaissais, je savais qu’il serait difficile de me vider la tête avant un moment. Mon visage contre mes genoux, celui-ci me brûlait encore et encore. Je sentais mes larmes couler le long de mes joues. Si faible. Il fallait que ça s’arrête, il fallait réellement que ça s’arrête. Je me détestais dans cet état.

Et puis mes yeux se crispèrent quand la lumière s’alluma. Oui, quand elle s’alluma. Je levai alors directement la tête essayant de comprendre le pourquoi du comment. Là se tenait un homme qui me regardait avec tant de curiosité. Étais-je un monstre de foire à ses yeux ? Ahah, vu mon état actuel, sans doute. Mais il n’avait pas être là, il n’avait pas à me voir comme ça, il ne devait pas et il devrait clairement oublier quitte à ce que je le force pour ça. Je me sentais bouillonner de plus en plus. Je le fixai alors avec tout autant de mépris que lui, non, avec beaucoup plus de mépris que lui. Il était grand, grand et svelte. Tout en noir, il n’inspirait aucune confiance, je savais donc d’entrée que ce n’était pas le genre de personne que je pourrais manipuler. Décidément, soit cette ville abritait toutes les personnes les plus complexes et incompréhensibles de la terre, soit j’étais tombée dans un appartement remplit de gens bien trop compliqués à gérer. Dans tous les cas j’étais assise là, en position de faiblesse, clairement, et je n’aimais pas ça. Mon maquillage avait coulé sur mes joues et mes lèvres craquaient tant j’étais déshydratée par ce rêve à la con. Mais je ne me laisserai pas avoir par un gringalet gothique se mêlant de ce qui ne le regarde pas.

- "Tu peux pas te calmer ? Ou foutre le bordel en silence ? Tu vis pas toute seule dans cet appart'."

Je sentis la rage monter en moi. J’avais un telle envie de lui faire fermer sa grande gueule ! De quoi se mêlait-il ? Les ados de nos jours n’avaient plus le respect pour rien. Déjà de base je ne me mettais plus dans des états pareil surtout pas pour elle et surtout pas de cette manière et si en plus j’avais affaire à un abruti de première incapable de faire preuve de la moindre empathie, il était sûre que je n’allais pas me calmer de si tôt. Bien au contraire sa phrase n’avait fait qu’accentuer cette douleur et cette haine que je ressentais au fond de moi. Un rictus apparut sur mes lèvres. Je me mis à rire d’une façon si étrange que cela en faisait presque peur. Il allait me le payer. Vraiment très cher.

Alors je me redressai sur mes genoux ; je me foutais d’être nue, je me foutais de tout. Je n’avais qu’une seule envie actuelle et c’était celle de lui faire du mal. Je ne gérais plus la situation et pour une fois je n’en avais strictement rien à foutre. Il m’avait vu ainsi et il fallait qu’il oublie ou du moins que je sois certaine qu’il se taise. Je me mis accroupie sur le lit, les mains posées sur le matelas, prête à lui bondir dessus. Je passai ma langue sur mes lèvres, un sourire cruel figé sur mon visage et je m’élançai sur ce corps immense se trouvant devant moi. Je me heurtai à lui dans un impact des plus désagréable et m’accrochai à son dos. Nous tombâmes à la renverse.
À califourchon sur lui, je me mis alors à le frapper. Sans aucune retenue ! Je sentais mes doigts entraient au contact de sa chair, de ses os. J’avais sans doute moins de force que lui mais je connaissais les endroits fragiles du corps, je connaissais la douleur mieux que personne et j’étais capable de tuer d’un seul coup. Mais là non, je voulais tout simplement me défouler. J’avais besoin de passer mes nerfs sur cet abruti qui s’était trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment.

J’avais peut-être l’air d’une psychopathe et je l’étais sans doute au final mais ce n’était pas grave, je m’en moquais éperdument.
Pleine de fureur mon corps se mit alors à changer de lui même. Une partie de ma peau, mes côtes, mes cuisses et le bas de mes reins se recouvrirent d’écailles, cachant ainsi une bonne partie de mes cicatrices. La pupille de mes yeux s’affina et il devinrent d’un vert presque translucide. Mes canines se transformèrent en deux petits crochets.
Prête à me jeter sur lui, j’attendais une ouverture afin de le mordre à pleine dents, afin qu’il sente mon venin se propager dans son sang, dans sa chair.

Pride

Terminé #4 le 26.03.17 12:23

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 983
× Øssements 1293
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
Big Grumpy Cat
http://www.peekaboo-rpg.com/t1408-toulouze-broken-glass http://www.peekaboo-rpg.com/t1411-toulouze-find-yourself

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 983
× Øssements 1293
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
Big Grumpy Cat

Be careful...

Tou & Ere
Colère ? Non. Fureur ? Non plus. Rage ? Pas tout à fait. Haine ? Pas encore. C'était bien plus, c'était tellement plus. Quelque chose d'indéfinissable, d'innommable. Une chose bien trop grande, bien trop destructrice, trop prenant et qui ne pouvait décemment pas avoir un nom. Un sentiment qui gronde et hurle dans chaque cellule du corps, qui se déverse dans nos veines comme le pire de poisons, qui nous fait perdre la raison, la notion de réalité. Une chose qui ne anime de la pire des façons et qu'on ne peut contrôler. Ce n'était pas la colère, ni la fureur, la rage ou la haine. C'était bien plus, beaucoup plus.

Elle était là, recroquevillée sur le lit, nue et immobile. Fils flamboyants. Émeraudes scintillant. Porcelaine fragile. Elle ne ressemblait à aucune autre femme qu'il avait pu rencontrer par le passé, à aucune gamine qu'il avait pu voir. Elle n'avait rien à voir avec elle, rien à voir avec les nanas qui parcouraient tranquillement les rues de la capitale. Apparence douce mais regard de glace. Cette femme était dangereuse sous ses airs d'animal apeuré. Dangereux et imprévisible.

Mec, casses toi de là !

Une impression puissante lui disait de s'éloigner, de ne pas rester là. Il aurait mieux fait de ne pas ouvrir cette porte, de ne pas la déranger, de la laisser dans son délire et de la laisser tout casser. Il ne comprenait pas pourquoi il avait fait une telle chose, pourquoi il avait hurlé de cette manière en pénétrant dans cette pièce qui ne lui appartenait pas, où il ne logeait même pas. Il avait fait une erreur, une grave erreur. La furie lui sauta dessus.

Tu sais très bien pourquoi tu as ouvert cette porte.

Son corps tomba à la renverse, s'écrasa sur le sol, surplombé par cette tigresse bien trop en colère. Ses perles émeraudes semblant bien plus sombres et profondes que lors de son arrivée, sa peau de porcelaine se changeant en une multitude d'écailles verdoyantes. Une chimère. Une putain de chimère complètement folle ! Elle riait, riait avec sadisme et allégresse. Elle frappait, frappait avec force et précision. Elle se défoulait, prenant le zombie pour un simple punching-ball qu'elle aurait acheté dans le magasin de sports du coin. Elle cognait, frappait, crachait presque, sa voix s'élevant dans la pièce comme les échos d'un fauve enragé. Il fallait faire quelque chose. Tout de suite. Maintenant.

Odeur de sang. Perles de sueurs. Son corps se redressa avec peine alors que la chimère était en train de le tabasser, des grognements surpris et douloureux ayant passé la barrière de ses lèvres fendues. Par un heureux miracle, il réussit à échanger leur place, la maintenant au sol en emprisonnant ses poignets à l'apparence délicate et tâcher de son sang. Une sacré furie ! Ses billes sombres le fixaient comme on fixait une proie, un être faible et sans défense que l'on s’apprêtait à dévorer. Mais c'était mal connaître Toulouze. Il n'était pas le genre d'animal craintif que l'on chasse et déchiquette de ses crocs. Il était plus le genre de prédateur blessé qui ne pouvait se résoudre à perdre face à l'adversaire.

- Bon tu te calmes oui ?!

Haine et rage. L'atmosphère de la chambre était si lourde que le zombie avait l'impression de porter le poids d'une montagne sur ses épaules. La tension qui régnait était plus que palpable, le danger public sous lui risquant à tout moment de lui sauter au cou, les crochets pointant sous ses lèvres prouvant qu'elle n'avait qu'une envie : le mordre et le mettre à sa merci. Toulouze avait d'ailleurs dû maintenir ses poignets à une main pour repousser le visage de cette folle de l'autre, augmentant la distance les séparant -bien qu'était sur elle, il ne pouvait décemment pas être très éloigné d'elle.

T'es pas dans la merde mon pote.

Son souffle était saccadé, son front en sueur, sa lèvres inférieure légèrement enflée. Cette pouffiasse l'avait salement amoché en moins de dix minutes, chose qui arrivait rarement au zombie. Combien de gens avait-elle pu battre de la même façon ? Combien de personnes avait-elle combattu pour être aussi forte et agile ? Toulouze sentait qu'elle n'était pas morte récemment ou que si c'était le cas, sa vie n'avait pas été faite de thé à la rose et de tricot. Non, il pouvait le sentir sur sa peau, dans sa chair : cette femme était dangereuse.

Et elle crèche ici...

Un rictus mauvais se dessina sur les lèvres du basané, ses prises se raffermissant bien que la rousse ne cessaient de gigoter. La fureur qu'elle ressentait ne semblait pas pouvoir être apaisée, ni même effacée mais elle n'était pas dirigée contre lui. Il le voyait dans son regard, dans ses yeux verts presque aussi sombre qu'une nuit noire. Ce n'était pas à lui qu'elle s'en prenait, pas à sa personne, mais à quelque chose de bien plus grand, de différent, qui le dépassait. Toulouze le sentait, après tout, il connaissait ce regard. Seulement, un être comme elle ne pouvait décemment pas rester là... sauf si elle se calmait.

- Calmes toi et je te lâche. Et on pourra faire comme si rien ne s'était passé.

C'était certainement la meilleur solution pour eux deux. Faire comme si rien ne s'était passé. Tout du moins, c'était la meilleure option pour lui. Car il était hors de question que cette sauvage aille raconter qu'il était passé par l'appartement. Les résidents s'en rendraient compte bien assez tôt, à leur retour. Alors pas besoin de raconter qu'il s'était fait tabassé par cette folle.
© Belzébuth


Afficher toute la signature
Réduire la signature


and without you I'm losing my mind



En anglais : #006600
En japonais : #566C49
En suédois : #216658

Terminé #5 le 30.03.17 13:32

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 30 Féminin
× Age post-mortem : 1222
× Avatar : Poison Ivy - DC Comics
× Croisée avec : Un Athéris, un serpent.
× Logement : Viens
× Métier : Femme d'affaire, entre autres.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 235
× Øssements 508
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 22/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : R
× DCs : Ael Shanks, Sen Ashitaka
chimère
http://www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006/www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006 http://www.peekaboo-rpg.com/t1583-erefkieobvkcnjf

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
60/100  (60/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 30 Féminin
× Age post-mortem : 1222
× Avatar : Poison Ivy - DC Comics
× Croisée avec : Un Athéris, un serpent.
× Logement : Viens
× Métier : Femme d'affaire, entre autres.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 235
× Øssements 508
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 22/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : R
× DCs : Ael Shanks, Sen Ashitaka
chimère
Tu ne m'auras pas.


Mes poings me faisaient mal. Ça faisait si longtemps, s’en était presque jouissif. Je sentais ma peau se déchirer petit à petit mais par chance mes dons de chimère me soignaient quasi dans l’immédiat. Mais lui, pauvre petit était bien amoché. Lèvres en sang, bleus sur le visage, sur ses bras qui essayaient de me retenir. Mais personne ne me retenait. Pas comme ça en tout cas. Je riais encore et encore à en perdre un peu de force, suffisamment pour que ses mains musclées et fermes m’attrapent et me retournent. Il me maintenait au sol, ou du moins je le laissai faire, il en était si mignon.


- "Bon tu te calmes oui ?!"


Je riais, nerveusement, laissant apparaitre mes crocs bien sortis. J’avais envie de le mordre, qu’il ressente un peu ce qu’était vraiment la douleur, qu’il arrête un instant de croire en sa force et qu’il se laisse aller à ce plaisir charnel de mon venin dans son sang. Il plaça une main sur mon visage, m’écrasant la face contre le sol. Sérieusement ? Il n’étais pas galant pour un sou. Et je sentais ma rage qui commençait à changer de cible. Ce n’était plus contre moi que je me battais, non, c’était contre cette homme qui me maintenait au sol. Grave erreur. J’arrêtai alors de rire. Je commençai à me débattre un peu plus ardemment. Ma tête repoussa légèrement sa main et je le fixai à présent, le regard plus sombre que jamais. Tu vas mourir, tu vas clairement mourir sale abruti.


- "Calmes toi et je te lâche. Et on pourra faire comme si rien ne s'était passé."


Une ouverture. Voila ce qu’il me fallait, un léger signe d’abandon de sa part, juste quelques secondes de répit, quelques secondes durant lesquelles il baisserait sa garde m’offrant tout le luxe d’en faire ma proie.
Mon regard s’adoucit alors. Mes sourcils se levèrent doucement, comme une femme qui serait alors choquée de son propre comportement. Je feins alors de ne plus avoir de force et fit monter les larmes à mes yeux. Oh pauvre Eressëa, te voici si faible, pleine de remords, de culpabilité. Je le regardai alors, lui et son visage si ravagé.

- "Oh mon dieu.. Je.. Je suis si désolée… "

Je mordis mes lèvres, les larmes coulant sur mon visage. Mon cinéma fonctionnait car je sentis sa main desserrer doucement mes poignets. Pauvre con.

En un rien de temps mon sourire revint ainsi que cette force qui s’était bien cachée. En un rien de temps je remontai mes jambes d’en dessous de lui et m’extirpai de ses prises avec une agilité déconcertante. Quelques secondes plus tard j’étais alors sur son dos, lui, toujours à genoux. Mes jambes encerclèrent ses côtes et je coinçai alors sa tête entre mes seins et mes bras qui lui tenaient maintenant le visage d’une manière bien désagréable !

- "Je vais te faire si mal."

Je le maintenais aussi fort que possible avant de venir mettre un coup dans ses bras, le faisant s’écrouler sur le sol. Sa force n’était pas à prendre à la légère ! C’était à mon tour de le tenir avec détermination. Il avait beau être grand et costaud, j’étais plus agile, plus habituée à ce genre de situation.
De mes jambes je bloquais les siennes, les lui écartant un peu. Je tordais ses bras que je maintenais dans son dos à l’aide de mon bas ventre et d’une main. Doucement, la seconde vint alors décaler un peu son visage afin d’y exposer sa nuque. Une veine. J’avais simplement besoin de cette petit autoroute qui balancerait mon venin à une vitesse folle. Je rapprochai alors mes lèvres de sa nuque, léchai sa peau avec envie avant d’y planter mes crocs.

Je déversai enfin ma haine en lui. Un, deux, trois secondes. Il allait avoir mal, là, il allait souffrir comme jamais. J’aurais pu l’endormir et partir, mais non, il s’était prit pour je ne sais qui, il méritait de souffrir, il méritait tout ça. Il devait comprendre que me voir en position de faiblesse avait été une grave erreur.
J’extirpai mes dents de ce corps qui commençait à se tordre et me levai.

Une fois debout, je passai ma langue sur mes dents, sur mes lèvres et revint très vite à mon apparence habituelle. Je n’avais plus besoin de ça, il allait bientôt être K.O. de toute manière.
Je le regardai alors, écrasé sur le sol.


- "Pauvre fou, tu n’aurais jamais du entrer dans cette pièce."

Pride

Terminé #6 le 01.04.17 19:01

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 983
× Øssements 1293
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
Big Grumpy Cat
http://www.peekaboo-rpg.com/t1408-toulouze-broken-glass http://www.peekaboo-rpg.com/t1411-toulouze-find-yourself

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 983
× Øssements 1293
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
Big Grumpy Cat

Be crazy...

Tou & Ere
La douleur fugace d'une morsure. Le frottement d'une peau contre une autre peau. Contraction des muscles, des tendons. Puis, d'un coup, un brasier. Plus brûlant que la lave, plus brûlant que le fer blanc. Une douleur atroce, lancinante, persistance. Une douleur comme aucune autre, si forte et virulente qu'elle n'était plus très loin de lui faire tourner de l'oeil. Mais non.

Non, t'en chies juste un max.

Pourquoi avait-il ouvert cette putain de porte ? Pourquoi fallait-il qu'il ait cette pensée à ce moment-là, pour cette fille qu'il ne voulait même plus voir ? Pourquoi au juste ? Parce que sa conscience lui hurlait qu'il devait le faire, qu'il ne pouvait laisser les choses dans l'état, qu'il ne pouvait partir comme ça ? Cela devait certainement être le cas mais Toulouze ne l'avouerait sûrement jamais. Mais l'heure n'était plus aux questions sans réponses, aux états d'âme et remords irritants. Seule la douleur régnait en maître. La douleur et une profonde raillerie.

Un juron puissant quitta sa gorge, le corps de la rousse s'étant éloigné du sien. Il était d'ailleurs tortillé sur le parquet réchauffé par leurs peaux, par leur bagarre. Tortillé, voire même tordu. Recroquevillé comme un enfant terrifié. Ses ongles pénétraient l'arrière de sa nuque, à l'endroit où la chimère l'avait mordu, cherchant à faire disparaître ce mal qui lui arrachait presque des hurlements gutturaux. Mais au lieu de ça, au lieu de cris déchirants et des insultes acerbes, un rire grave et tressautant s'éleva dans la pièce.

- T'as raison, j'aurais pas dû entrer.

Folie ? Inconscience ? Toulouze lui-même ne savait pas. Il savait juste qu'il avait été con d'ouvrir cette porte et de se confronter à cette chimère plus expérimentée qui lui, d'essayer de lui faire face en pensant qu'il pourrait la calmer. Non pas pour lui, mais pour elle. Il s'était bien foiré. Voilà qu'il se retrouvait tétanisé sur le parquet de la chambre à gémir de douleur.

Bravo mon pote. C'est pas comme ça que tu aideras qui que se soit.

Un autre rire échappa au zombie, son corps se repliant davantage sur lui-même -si une telle chose était possible- tandis que sa respiration hachée se faisait plus lente et irrégulière. Le venin de la rousse commençait à se faire moins violent, moins présent mais toujours aussi douloureux. Il était parti pour avoir mal un bon moment, peut-être pendant des jours, si il ne prenait pas de potions pour calmer sa douleur. Mais quelque part, le basané n'en avait pas envie. C'était bien fait pour lui après tout, il n'avait eu que ce qu'il méritait.

- Je plains les gens qui vivent avec toi. Se retrouver avec une folle pareille, ils ont vraiment pas de bol.

Toulouze gloussa un peu plus, non par amusement mais plutôt par amertume. C'était déjà un sacré boxon dans cet appart' et voilà que cette tarée débarquait. Heureusement qu'il se barrait loin de tout cela. Loin d'eux. Loin d'elle.

Tu devrais peut-être l'emmener avec toi, non ?

Respiration lente. Plus calme. Muscles moins crispés, moins tendus. Lentement, Toulouze put se redresser, se retrouvant sur le genou, en nage et essoufflé. Fixant le sol, il tenta avec peine de se calmer, ses perles couleur marine s'ancrant au plancher. La douleur n'avait rien à voir avec les descentes de drogues, ni avec le revers des combats de rue auquel il s'adonnait aléatoirement. C'était un niveau au-dessus de cela. Une douleur physique au-dessus de toutes les autres. Une douleur assez forte pour exprimer celle qui tiraillait ses entrailles. L'expression même de ce qu'il ressentait au plus profond de son cœur. Un nouveau rire, plus grave, plus faible, plus sombre. Des billes aussi profondes que la nuit se tournant vers la rousse. Un sourire énigmatique, presque dément.

Mec... tu vas trop loin.

- Bah alors pétasse, t'as fini ? Je peux t'en coller une maintenant, à moins que tu veuilles me planter tes putain de crocs dans la nuque ? Aller, fais toi plaisir, j'sais que t'en as envie.
© Belzébuth


Afficher toute la signature
Réduire la signature


and without you I'm losing my mind



En anglais : #006600
En japonais : #566C49
En suédois : #216658

Terminé #7 le 05.04.17 15:33

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 30 Féminin
× Age post-mortem : 1222
× Avatar : Poison Ivy - DC Comics
× Croisée avec : Un Athéris, un serpent.
× Logement : Viens
× Métier : Femme d'affaire, entre autres.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 235
× Øssements 508
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 22/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : R
× DCs : Ael Shanks, Sen Ashitaka
chimère
http://www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006/www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006 http://www.peekaboo-rpg.com/t1583-erefkieobvkcnjf

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
60/100  (60/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 30 Féminin
× Age post-mortem : 1222
× Avatar : Poison Ivy - DC Comics
× Croisée avec : Un Athéris, un serpent.
× Logement : Viens
× Métier : Femme d'affaire, entre autres.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 235
× Øssements 508
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 22/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : R
× DCs : Ael Shanks, Sen Ashitaka
chimère
Tu ne m'auras pas.


Je mettais légèrement éloignée et l’entendais se tortiller de douleur. J’avais tant l’habitude d’entendre ça, pas à longueur de journée mes presque. J’en avais mordu des centaines et des centaines et il n’était qu’un de plus. De la pure vengeance, ce n’était que ça. Je n’avais rien à tirer de lui si ce n’est le plaisir de le voir souffrir un peu.
Il ne criait pas mais se mit à rire. Oui, il pouvait confirmer que c’était une grave erreur de m’approcher, d’être entrer dans ma chambre et surtout d’avoir eu cette attitude avec moi.  Je jetai un oeil sur ce corps encore au sol et profitai de ce moment pour retourner à mon armoire continuant de l’entendre rire et parler tout seul.

- "Je plains les gens qui vivent avec toi. Se retrouver avec une folle pareille, ils ont vraiment pas de bol."

Oui, oui, continues. Je commençai à me lasser de la situation en vérité. J’avais repris mon calme après m’être déchaînée sur lui et il me fatiguait un peu. Quel petit con. Peut-importe. Je me mis à siffloter tranquillement tout en regardant mes affaires. Je choisi des sous-vêtements en dentelles noires et les lui montrait avec le sourire le plus sournois qu’il soit.

- "Tu les aimes ?"

Je riais alors et les enfilais délicatement. Je fis la même chose avec un simple jean noir et un haut tout simple, laissant tout de même apparaitre le haut de ma poitrine. Je l’entendais toujours se trémousser sur le sol. Quel petit faible. Je fermai alors les porte de mon placard et me retournai enfin vers lui afin de lui porter de l’attention. Il avait réussi à se mettre sur un genoux. Ah, je commençai à m’impatienter. Il me regarda avec tant de haine que j’en souriais presque. Je mis un genoux à terre à mon tour tout en le fixant d’un air amusé.

Bah alors pétasse, t'as fini ? Je peux t'en coller une maintenant, à moins que tu veuilles me planter tes putain de crocs dans la nuque ? Aller, fais toi plaisir, j'sais que t'en as envie.

Je lui souriais et attrapais son menton d’une de mes mains. Fermement. Je m’approchai de son visage et le regardai comme un prédateur regarde sa proie. Je lui mis une gifle, si forte qu’il en retomba presque.

- "Tout d’abord, évite ce ton là avec moi."

Je lui rattrapai le visage à nouveau.

- "Et ensuite, vas prendre une douche, et te préparer, tu pues, et on sort."

Je m’étais lassée de cette situation et j’avais faim. Je commençais clairement à m’ennuyer de tout son cinéma et tout son cirque et du mien en même temps. Je lâchai son visage et me relevai.

- "Je serai au salon quand tu auras terminé. Dépêches-toi."

Je sortais alors de la pièce prenant mon perfecto par la même occasion. J’arrivai à la cuisine, posai ma veste sur une des chaises et me servis une bière. Je n’avais plus qu’à attendre qu’il me suive.


Pride

Terminé #8 le 07.04.17 18:58

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 983
× Øssements 1293
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
Big Grumpy Cat
http://www.peekaboo-rpg.com/t1408-toulouze-broken-glass http://www.peekaboo-rpg.com/t1411-toulouze-find-yourself

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 983
× Øssements 1293
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
Big Grumpy Cat

Et bien, et bien...

Tou & Ere
Tantôt froide. Cruelle. Moqueuse. Sévère. Trop de masques différents, changeants, mouvants. Un être inhabituel impossible à gérer, aux actions aléatoires, à la personnalité trop complexe. Le genre de personnes que l'on a du mal à atteindre, à comprendre, à saisir. Le genre de personnes qui peuvent vous exploser à la gueule et faire comme si de rien était la seconde suivante. La rousse semblait être ce genre de personnes, son côté aguicheur et impérial ajoutant un peu plus à ce rôle qui lui incombait de jouer. Une belle pétasse, bien trop sûre d'elle, de ses capacités et de ses atouts. Le genre de femmes à éviter à tout prix. Car elles ont plus tendance à manipuler les autres que vous garder dans leurs petits papiers.

T'es bien tombé mon pote.

Cinglante et autoritaire. La gifle qu'elle lui avait filé n'avait rien de bien méchant comparé au ton qu'elle avait employé. Elle s'était adressé au zombie comme on s'adresse à un moins que rien, un simple pion que l'on bouge à sa guise, un outil que l'on utilise, un larbin bon à faire n'importe quoi. Pour qui elle se prenait ?! Comme si il allait lui obéir au doigt et à l'oeil pour son bon plaisir, juste parce qu'elle avait élevé la voix. Elle n'était rien pour lui et il n'était rien pour elle. Elle n'avait rien à lui dire et il n'avait rien à lui accorder. Plutôt mourir une nouvelle fois plutôt que d'obéir aux ordres de quiconque.

Et vu que tu ne peux pas mourir... rien à foutre quoi.

Elle s'était déplacée dans le salon, le laissant là avec sa rage réveillée et cet absurde rire qui ne se calmait pas vraiment. Comme si il allait la suivre et faire ce qu'elle voulait ? Il ne pouvait cependant pas lui sauter dessus et tenter de lui en mettre une, pas après la morsure qu'elle lui avait infligé. Le poison de la chimère courait encore dans ses veines comme un cheval au galop, sans pour autant lui procurer une souffrance atroce. Mais Toulouze en sentait toujours les effets. Et pour cause, il n'arrivait plus à bouger. Le basané était quasiment cloué au sol, ses jambes vacillantes refusant de le porter. Lui qui voulait juste récupérer ses affaires et se tirer, il était dans une belle merde

Bravo !

Le regard marine du zombie se posa sur le bout de couloir menant au salon, aucun son ne lui parvenant. Il n'arrivait pas à voir si la chimère y était toujours ou non, ni voir ses actions. Agacement. Se mordant la langue pour faire taire ce gloussement trop embêtant, Toulouze récupéra son sac tombé non loin pour y prendre une potion afin de faire passer la douleur. Mais manque de pot, le flacon qu'il désirait s'était brisé, comme plusieurs autres, dans le fond du sac. Une odeur étrange s'en dégageait, faisant retrousser le nez du zombie qui referma la chose sans se poser plus de questions. Il était vraiment dans de beaux draps.

Un soupir. Un sourire incontrôlable. Toulouze passa sa main sur son visage, ses billes sombres observant le couloir donnant sur le salon en attendant de voir ce qui allait se passer. C'était bien parti pour que la folle rousse revienne un brin furax et le frappe à nouveau. Qu'à cela tienne. Il n'avait plus grand chose à faire de toute façon, invalidé comme il l'était. Son rire s'échappa bien malgré lui, son front se calant sur son genou qu'il avait réussi à remonter.

Sale soirée...
© Belzébuth


Afficher toute la signature
Réduire la signature


and without you I'm losing my mind



En anglais : #006600
En japonais : #566C49
En suédois : #216658

Terminé #9 le 08.04.17 21:45

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 30 Féminin
× Age post-mortem : 1222
× Avatar : Poison Ivy - DC Comics
× Croisée avec : Un Athéris, un serpent.
× Logement : Viens
× Métier : Femme d'affaire, entre autres.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 235
× Øssements 508
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 22/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : R
× DCs : Ael Shanks, Sen Ashitaka
chimère
http://www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006/www.peekaboo-rpg.com/t1468-c-est-moi-la-belle-eressea#28006 http://www.peekaboo-rpg.com/t1583-erefkieobvkcnjf

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
60/100  (60/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 30 Féminin
× Age post-mortem : 1222
× Avatar : Poison Ivy - DC Comics
× Croisée avec : Un Athéris, un serpent.
× Logement : Viens
× Métier : Femme d'affaire, entre autres.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 235
× Øssements 508
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 22/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : R
× DCs : Ael Shanks, Sen Ashitaka
chimère
Tu ne m'auras pas.


Il était peut-être tard, mais l’avantage de vivre à Tokyo c’est que tout était ouvert la nuit et que je n’avais qu’à attendre que le zombie gothique me servant de colocataire décide enfin de bouger ses fesses. Il était lent, sûrement encore en train de se plaindre de mon venin. Pauvre petit pathétique. Je finis ma bière d’une traite, laissai la bouteille sur le comptoir et étais bien décidé à regagner ma chambre, quand arrivée près de ma porte j’entendis un peu plus loin des petits bruits. Par reflex je la refermai et tournais alors la tête vers la dernière porte du couloir. La fameuse chambre au lit double. C’était sûrement le petit marcassin qui s’agitait pour revoir sa maîtresse. Hélas pour lui et pour elle d’ailleurs ce soir, elle n’était pas là. Je ne connaissais rien au porc en tout genre en réalité. J’avais eu de nombreux animaux mais aucun de ce style. En tout cas pas dans un appartement. Peut-être voulait-il faire ses besoins aussi. Enfin, même si ce n’était pas ma chambre il était hors de question qu’il fasse partout. Je me rapprochai donc vers la pièce du fond pour vérifier. Au pire le petit brun frêle qui passait son temps à tout nettoyer dans l’appartement aurait une occupation supplémentaire.

Je me rendis donc à la porte et l’ouvris doucement. Comme la toute première fois il se précipita entre mes jambes pour rejoindre le salon. Il fit un tour du canapé, cherchant sa maitresse partout et revient rapidement vers moi, ou plutôt vers la porte de ma chambre. Tout me revient alors, le lit double, les deux armoires, tout ce duo d’équipements que j’avais vu sans cette chambre était à présent logique. Teodora n’était pas la seule propriétaire de ce porcelet ridicule, non, le jeune homme qui se tordait de douleur semblait l’être aussi. J’allumais la lumière de la chambre. Quelques portes de placards étaient ouvertes et le sac que j’avais vu près du gothique semblait confirmer mon impression. Partageaient-ils leur chambre ? Sans doute oui, dans tous les cas, quelque chose les reliait, c’était indéniable.

C’était alors ma chance. Trouve le point faible de quelqu’un et il sera alors à toi. C’était aussi simple que ça. Je récupérai le marcassin doucement et le remis dans la chambre. Je me redirigeai alors vers la mienne, l’ouvris et aperçu le zombie n’ayant pas vraiment bougé de sa position.
Je pris mon téléphone, m’approchai de lui et m’accroupis juste à côté. Je le pris en photo.

- "Je ne sais pas si Teodora va aimer ça ? Tu pense qu’elle aimerait te voir dans cet état ?

Je n’étais pas sure en réalité qu’il en ai à faire quelque chose de cette photo, par contre, j’étais certaine que mentionner ce nom allait avoir un impact sur lui. Étrangement, au fond, j’appréciais ma colocataire. Même si je ne le montrais pas, même si, un jour, j’étais capable de lui faire du mal, c’était tout de même quelqu’un qui m’avait laissé une forte impression, je ne pouvais pas l’ignorer.
Je me relevai alors, mon ventre faisant à nouveau des siennes.

- "Je te propose plusieurs choses. Tu sais ce dont je suis capable je pense. Et il me semble que Teodora n’aimerait pas ressentir la même chose, c’est exacte ?"

Je ne le laissai pas vraiment répondre en réalité et continuai mon monologue.

- "Je peux te donner un antidote contre mon venin. Suffisamment pour toi et pour une autre personne. Juste au cas où."

Je lui adressai alors un léger clin d’oeil. Seule moi était en possession de ces flacons car il était nécéssaire d’extraire ce précieux liquide d’a même mes canines pour en fabriquer une potion.
Je n’avais plus vraiment envie de sortir après tout ça, mais j’avais toujours faim. Je le regardai alors une nouvelle fois avec une sourire narquois.

- "Si tu me fais à manger et qu’on oublie cette rencontre, alors l’antidote est à toi. Sinon, je sors me trouver une belle et grande brune pouvant prendre ta place."

Pride

Terminé #10 le 13.04.17 19:04

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 983
× Øssements 1293
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
Big Grumpy Cat
http://www.peekaboo-rpg.com/t1408-toulouze-broken-glass http://www.peekaboo-rpg.com/t1411-toulouze-find-yourself

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 983
× Øssements 1293
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : complète
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
Big Grumpy Cat

Stop this shit

Tou & Ere
Il y avait eu un silence, puis un grattement contre la porte, assez significatif. Puis à nouveau un silence, une attention très courte avant que la chevelure rousse ne refasse son apparition. Souriant de cet air qui lui donnait envie de lui mettre son poing dans la figure, la chimère se posta près de lui, sortit un appareil de sa poche quand il flashe inonda la pièce, l'espace de quelques secondes. Le zombie ne comprit pas réellement pourquoi elle le prenait en photo, certainement pour ajouter sa défaite à sa collection de victoires, son caractère quelque peu hautain et supérieur donnant bien l'impression qu'elle devait être imbue d'elle-même et sacrément narcissique. Cependant, un frisson le parcourut, la rousse entama son petit discours le sourire aux lèvres.

Ok... cool... encore un peu plus d'emmerdes.

Toulouze observait la furie bien trop calme à son goût, ses paroles lui arrachant presque un grognement. Elle allait réellement faire un truc pareil ? Comme si il n'était pas assez dans une merde noire après tout ce qu'il s'était passé récemment. Il n'avait pas non plus besoin que la brune soit au courant de son passage à l'appartement de cette façon. Le fait que la nécromancienne puisse le voir dans un tel état ne l'importunait pas plus que cela, ce ne serait pas la première fois de toute manière, quand on sait que le basané est du genre à se battre tous les quatre matins avec n'importe qui. Cependant, il n'était pas pour que Teo soit mise au courant de son passage. Elle allait bien se rendre compte qu'il avait plié bagages et s'était barré.

Ouais. Par contre...

Les perles sombres du zombie fixaient la chimère avec animosité et colère, sourde et froide comme la glace. Son deal ne lui plaisait pas du tout, une grimace s'étant finalement dessiné sur ses lèvres. Seulement, il n'était pas non plus pour rester là sans pouvoir se mouvoir correctement et se faire surprendre par un autre de ses colocataires. Il en avait assez eu pour ce soir. Le truc, c'était que la cuisine et lui, ça fait trente-six.

- J'ai une tête à savoir faire à bouffer ?

Voix bien plus grave. Ton bourru. Cette situation commençait sérieusement par le lasser et lui prendre le chou, si bien que le zombie était bien parti pour faire n'importe quoi du moment qu'il pouvait partir loin, mais très loin de cette folle furieuse et de cet appart. Fronçant les sourcils, il la regarda en biais, la mâchoire serrée alors qu'un peu plus loin dans le couloir on pouvait percevoir les pleurs étouffés d'un petit animal. Ah oui ! C'était lui qu'il avait entendu tout à l'heure. Et surement lui qui avait permis à la rousse de faire le rapprochement entre lui et Teo. Saleté de cochon.

- Va falloir que tu te commandes à bouffer ma jolie, lâcha finalement le basané. Mais si tu oublies cette histoire comme tu dis et que tu parles pas de moi, je veux bien te faire plaisir en payant.

Plantant ses billes marines dans les orbes de la jeune femme, Toulouze espérait secrètement qu'elle ne lui prenne pas plus la tête que ça et accepte sans faire plus d'histoires. Et qu'elle lui donne l'antidote à son putain de venin aussi. Car il était hors de question qu'il reste là plus longtemps.
© Belzébuth


Afficher toute la signature
Réduire la signature


and without you I'm losing my mind



En anglais : #006600
En japonais : #566C49
En suédois : #216658