ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Cinemont a posté un rp libre dans l'allée des cerisiers

    Alexiel Etsuko cherche plusieurs rps pour son personnage deux en un.

    Alexiel Etsuko a posté un rp libre dans l'appartement Kiss

    Urie Kaneki recherche divers vampires pour rp !

    Event du moment
    Calendrier de l'avent
    du 1er au 24 décembre

    Cookie or not cookie {PV Pom]

    Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #1 le 14.03.17 23:26



    Cookie or not cookie



    Du beurre, du sucre, un œuf mélangés dans un bol.  Une pointe de vanille en plus. De la farine, de la levure, du sel et du chocolat ajouté petit à petit. La pâte malaxait dans les mains. Des boules qui coulent sur les plaques à la chaleur du four. Une odeur exquise se sauvant du four encore fermé. Le minuteur qui avance. Alex est assis sur une chaise après avoir rangé son plan de travail. Il attend juste la cuisson. Une musique de Jazz s’entend du portable. La voix grave du chanteur résonne dans l’appartement mais pas de bruit. Les habitants de l’appartement sont soit sortis soit cloitrés dans leur chambre. Alex regarde autour de lui tout en se faisant bercer par le son du piano. Les murs sont couverts de posters de clowns. Tout l’appartement est truffé d’objet sortis d’une boutique de farce. Les couleurs sont vives et presque agressive. Pas du tout en harmonie avec sa musique mais en harmonie avec le personnage d'Alex. Il était comme cet appartement, un être de couleurs vives avec le même sourire que ces clowns. Il sourit en essayant ce magnifique sourire de l’un des posters. Non, il souriait bien mieux que ce poster. Il était bien plus qu’un clown.

    L’odeur de chocolat envahit tout l’appartement. La cuisson était plus que parfaite. Sans y gouter, il déposa plusieurs cookies dans une bol et disposa le reste sur la table pour que les autres habitants puissent y gouter. Le vampire aimait beaucoup cuisiner mais il n’était sûrement pas un artiste question présentation. C’était plus un amas plus qu’une jolie assiette. Il repris son portable, éteignant la musique et envoya un message.

    Pom, viens au garde-manger.

    Il ne s’envoyait pas beaucoup de message entre eux. Il ne se rappelait même plus pourquoi ils s’étaient échanger leur numéro. Leurs rencontres étaient spontanées ou c’était que l’un avait prévu un mauvais coup pour l’autre. Cette fois-ci ce n’était pas le cas, pas vraiment. Mais quelque chose de tout aussi amusant aux yeux du roux. Alex avait fait toutes les préparations nécessaires. Il se réjouissait déjà de ce qu’ils allaient faire. Parce qu’il n’avait pas oublié. Presque deux semaines qu’il n’avait pas croisé Pom. Leurs chemins se croisaient bien souvent mais bizarrement pas une fois alors qu’il vivait dans le même bâtiment. Pas depuis ce qui s’était passé dans le bureau de Joshua. L’autre était parti en se transformant en zombie grâce à un de ces bagues. Il avait été poursuivi dans la rue mais il n’avait pas réussi à le rattraper. Il avait entendu dire qu’ils avaient eu beaucoup de mal à ranger tout le bordel qu’ils avaient fait. La pseudo-police n’était pas venu le chercher ni même Joshua. Il en avait pourtant attendu plus que ça. Mais les rumeurs s’étaient répandus dans toute la ville. C’est vrai qu’il n’avait sûrement pas joué la discrétion.

    Il sortit de l’appartement avec ces éternelles bottes noires, un jean et un t-shirt gris parsemé d’écriture noire et son bol de cookie dans la main. Il ne s’était pas changé et une odeur sucrée le suivait alors qu’il monta dans l’ascenseur. Il aimait bien cet ascenseur pourrave qui ne savait jamais où aller. Pour une fois, l’ascenseur s’ouvrit au bon endroit du premier coup.

    Le garde-manger était vide comme il avait prévu. Il déposa le bol sur la table et commença à fouiller dans les provisions. Il y avait de tout dans ce garde-manger, il devrait venir plus souvent pour se servir. Tout au fond de la salle, il trouva ce qu’il cherchait. Il sortit une cannette bière et l’ouvrit, se servant sans se soucier. Pom n’avait pas l’air d’arriver tout de suite. Pom, il avait découvert un des secrets du nécromancien. Ce fameux pouvoir. Même maintenant, il se rappelait vivement comment des sentiments avaient été injecté en lui. Il ne pouvait stopper sa curiosité envers ce pouvoir. Il savait très bien qu’il jouait avec le feu mais il ne pouvait s’en empêcher comme toujours. De plus, il ne savait qu’est-ce qu’était devenu leur relation. Parce qu’il savait que l’équilibre dans lequel il vivait avait changé clairement. Chacun en savait plus sur l’autre. Et il fallait qu’il fasse avec. Il but une gorgée de sa bière et s’assit sur un des bancs entourant la table. Il savait qu’il n’allait pas être saoul, il lui en fallait des dizaines pour qu’il soit ne serait-ce que pompettes. Il attendit que l’autre veuille bien se bouger les fesses pour le rejoindre. Parce qu’il fallait bien continuer la suite de la dernière fois. Le défi des cookies empoisonné.  



    Citation de Coltrane & Hartman, Lush Life
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 31 Autre
    × Age post-mortem : 257
    × Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
    × Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
    × Appartement : Jolly Jumper
    × Logement : Viens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

    × Métier : Travaille pour Eden
    × Péripéties vécues : 1622
    × Øssements1333
    × Age IRL : 30 Féminin
    × Inscription : 21/01/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : la pomme
    × DCs : Eden / Cinemont / Rose

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    nécromancien
    Terminé
    #2 le 15.03.17 3:13

    Ne soyons pas avare,



    On ne badine pas avec les sentiments,


    Allongé sur le matelas, le regard de Pom était fixé sur le plafond. Depuis quelques jours, les rencontres fortuites avec des étrangers s’enchaînaient. Des émotions de colère, de joie et de tristesse. Des émotions de peine, de surprise et de peur. Les iris de l’homme contiennent d’innombrables couleurs, elles tournoient et lui donnent un air particulièrement fou. Les spirales sont des tempêtes, un tourbillon arc en ciel. Les paupières se ferment, il remue les doigts en l’air, tel une harpiste dont l’instrument serait invisible. Les yeux cillent et s’ouvrent. Les iris redeviennent d’un vert naturel, d’une couleur forêt calme. Il se liait. Certainement. Toutefois : il devait se préparer à fuir. Il le savait : tôt ou tard. Il devrait fuir. Sa main chercha à ses côtés son téléphone portable, bousculant des fioles, avant de se saisir de l’objet de communication. Il le regarda, l’alluma et lu le texte qui était écrit. « Ils sont venu me voir et m’ont posé des questions sur toi. » New York n’était plus un lieu sûr pour un petit moment.

    Se tournant sur le côté, Pom  grommela pour la forme. Il n’avait aucune raison de s’inquiéter. S’ils arrivaient, on le mettrait au courant et il fuirait. Est-ce qu’il craignait de perdre les liens qu’il avait faits ici ? Peut-être. Certains. Ce n’était pas bien important. Il n’avait fait que ça au travers des années. Il se redressa, fatigué, les jambes vacillantes. Un truc clochait et il en avait conscience. Il lui faudrait réfléchir à ça plus tard.

    Il rentra à l’appartement qu’il occupait avec des colocataires, se rendit dans la chambre qu’il partageait et se réfugia sous la mezzanine en bois qui lui faisait office de cabane. Il tira des vêtements, alluma la musique d’une enceinte portable et se précipita sous la douche. L’eau tiède lui fit du bien, il était songeur, n’écoutant que le son de la musique provenant de son téléphone portable. Jusqu’à ce qu’il se mette à vibrer. Pom grogna, ignora le message et termina rapidement sa douche. Il s’assit sur le bord de la baignoire, avala des potions contenues dans une petite mallette et grinça des dents. Il devait s’occuper de régénérer ses bagues. Il lui fallait y réfléchir.

    Il ne lui restait qu’une potion à prendre, la dernière, celle qui stoppait en grande partie son don pendant quelques heures. Seulement, alors qu’il allait l’avaler, son téléphone vibra encore. Pom reposa la fiole, attrapa le portable et lu un message : « Un combat demain, ça te dit ? » Il répondit un bien sûr évidemment, et cela malgré les ecchymoses qui martelaient son corps et n’était qu’à peine visible qu’à cause des potions. Pom le savait, s’il ne les prenait pas : il ressemblerait à un mec qui aurait tabassé à mort. Il voulait devenir fort.

    Le second message le laissa intrigué. Alex ? Mince. C’était quoi cette blague ! Depuis quand se donnaient-ils des rendez-vous ? Ils avaient échangés des petits secrets dans le bureau de Joshua et désormais ils pouvaient se fixer des entretiens dans des lieux louches ? Parfait. Comme il voulait. Mais non. Pas envie.

    Hors de question de s’y rendre. Pom rangea les potions, oubliant de prendre la dernière, ses yeux se perdant dans des pensées internes. Leurs teintes vertes avaient disparu pour prendre une couleur jaune curieuse.

    S’attachant les cheveux en une queue lâche, Pom enfila un boxer, un jean et un tee-shirt où était marqué : « @Oscar L. Warren, toi et moi, c’est quand tu veux ! » Il enfila ensuite une veste à capuche avec l’inscription « @Ael Shanks est une infiltrée » et le dessin d’une jeune fille aux longs cheveux noirs sortant d’un cercle en feu.

    Après avoir mis ses bottines, Pom attrapa son sac à dos – plutôt récent, il avait égaré l’ancien il ne savait où – et se rendit en direction des escaliers. Il commençait à avoir faim ! C’était uniquement pour ça qu’il se rendit rapidement au garde-manger. Et parce qu’il avait faim, il entra et vit ce stupide vampire déjà là.

    Pom sourit, amusé : « Alors je te manquais ? » Questionna-t-il amusé, il rit joyeusement, regardant les lieux. Encore un endroit où ils n’auraient sans doute pas eu le droit d’y être. Une odeur de sucre l’intrigua. Pom regarda intrigué dans la direction d’Alex, avant de fouiller dans le garde-manger, ignorant l’autre.

    Il trouva rapidement ce qu’il cherchait ! La cachette du rhum kraken. Diablerie, il ne perdrait pas son temps à boire de la bière. Il n’hésita pas, retirant le bouchon, avalant une gorgée avant de fixer avec insistance Alex :

    « C’est quoi le plan, Don Juan, tu m’as fait un petit pique-nique romantique ? »

    Il ricane, à nouveau. A l’idée d’avoir Alex derrière les fourneaux en train de préparer à manger. Car Pom vient de comprendre le jeu, le pari, l’autre en était encore là. Pom venait de se souvenir, il avait totalement oublié. Cela ne suffit pas à arrêter la lueur rouge à son poignet. Toutefois, Pom ne pensait pas vraiment qu’Alex avait cuisinier : il allait surement sortir une boîte à gâteau bon marché d’une des étagères.  
    Objets utilisés
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #3 le 15.03.17 21:55




    Une gorgée en plus. Le liquide froid coule dans la gorge. La bière était définitivement son alcool préféré de prédilection depuis toujours. Il pouvait boire une bière dès le matin avant même d’avoir pris sa douche. Il y avait toujours une de ses canettes qui traînait dans leur appartement. Il en reprit une gorgée en pensant à la venue future du nécromancien. Alex n’était pas sûr que l’autre allait se pointer. Ce n’était vraiment pas leur genre de se retrouver en donnant un rendez-vous juste tout les deux. Lui-même il frissonna à cette idée déplaisante. Mais ça en valait la peine. Car il n’avait sûrement pas lâché l’affaire. Il avait justement choisi le garde-manger car peu de personne venait du côté du garde-manger. Il était vide presque en permanence. Il y avait toujours ces gens qui s’y introduisait pour y piquer de la nourriture, comme lui mais il ne restait pas bien longtemps en général. Un endroit propice.

    Le roux n’avait parlé du pouvoir de nécromancien à personne. Alex avait perdu des principes, du sens moral et le bon sens durant ses années dans la mort. Il n’en avait pas tant que ça à vrai dire quand tu vivais dans les quartiers pauvres de grande ville américaine. Cependant il y avait une chose qu’il avait gardé toutes ses années et qu’il lui permettait de vivre la tête haute, c’était la loyauté. Ne jamais abandonner sa famille, ne jamais abandonner ses compagnons, ne jamais abandonner ses amis. Il n’avait malheureusement pas toujours réussi à tenir cette promesse. Il avait même failli de la pire façon qu’il soit. Cependant, il gardait toujours cet esprit en lui. Pour ne plus jamais trahir.  Non pas que Pom soit un ami. Il ne l’était clairement pas. Mais il avait accepté le rouge en tant que rival. Il l’avait accepté comme une personne faisant partit de sa vie. Cette acceptation était amplement suffisamment pour lui accorder sa loyauté. Il l’aurait balancé aisément si c’était encore un de leur connerie. Cependant c’était d’un niveau différent. De plus, il n’avait aucun intérêt à parler de ses pouvoirs aux autres. Pour l’instant c’était sa curiosité et le défi qui était plus important.  

    "C’est pas plutôt à toi que j’ai manqué ? T’es venu vite."

    Pom fit son entrée en riant. Il était là. Alex lui rendit son rire amusé. Le manquer ? Peut-être que le sarcasme et le rire du rouge lui avait manqué. Il se croisait tellement que c’était naturel de le voir par-ci par-là. Cependant, il avait tellement été occupé ses derniers jours entre la nouvelle vampire, la lémure bandés et le saut avec Asuma de la veille. Les potions du Croque Mort avait réussi à réparer leurs membres mais sa main gauche était entouré de bandages par précaution.

    Le vampire observa l’allée et venue de Pom qui trouva enfin ce qu’il cherchait de l’alcool, comme lui. Il avait pu voir son veston avec ce visage de jeune femme et son t-shirt avec ce blond qui lui rappelait vaguement quelques choses. Mais d’où sortait-il ses vêtements ? Il s’arrêta quelques instants sur les inscriptions du t-shirt puis ignora la chose. Ce n’était pas le moment pour ça.  

    "Par ce que t’en voudrais un princesse ? Mais désolée. Faudra que t’ailles voir ailleurs pour ça. C’est pas pour toi."

    Alex prit un ton faussement désolé. Un pique-nique romantique ? Et quoi encore ? Il y aurait eu plus de chance qu’il aille sur la Lune. Il Le roux prit un cookie du bol et croqua dedans. Le chocolat se mariait parfaitement avec le sucre. Le cuisinier était assez fier du résultat. Il savoura son cookie car il n’en était pas sûr qu’il en aurait la possibilité.  Il regarda Pom de son œil émeraude comme s’il voulait le narguer. Il poussa le bol de sa main valide tout en buvant une nouvelle gorgée de sa bière. Sûrement pas la combinaison la plus conventionnelle mais ça lui allait.

    "T’as pas oublié j’espère ?"

    Parce qu’il n’avait pas oublié. Il voulait essayer, il voulait comprendre. Jamais il n’avait été aussi curieux à propos du nécromancien. Avant le bureau de Joshua, il n’aurait pas voulu en savoir plus. Leur relation sans les détails compliqués était plaisante. Ils pouvaient être tout simplement comme ça leur plaisait. Il aurait bien sûr faire comme si rien ne s’était passé. Mais c’était trop tard. Quelque chose avait clairement changé. Chacun avait touché quelque chose de l’autre qu’il n’aurait pas dû. Et Alex Fletcher ne laisserait jamais passer une chose aussi excitante sous ses yeux.

    "Montres-moi comment tu fais. Tu vas pas de te défiler n’est-ce pas ?"

    Montres-moi, Pom. Voyons qui de nous deux est le chat et dans cette course poursuite.
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 31 Autre
    × Age post-mortem : 257
    × Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
    × Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
    × Appartement : Jolly Jumper
    × Logement : Viens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

    × Métier : Travaille pour Eden
    × Péripéties vécues : 1622
    × Øssements1333
    × Age IRL : 30 Féminin
    × Inscription : 21/01/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : la pomme
    × DCs : Eden / Cinemont / Rose

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    nécromancien
    Terminé
    #4 le 16.03.17 3:16

    Ne soyons pas avare,



    On ne badine pas avec les sentiments,


    Roulant des yeux avec exagération, les iris du nécromancien à la chevelure sorcière s’arrêtent sur le vampire à la chevelure démoniaque avec une attitude d’adolescente qui aurait dit : « Sérieux, quoi ? »

    Ce n’était une manière de demander quoique ce soit et il n’était pas le cobaye d’Alex ! Le « dent pointue » semblait le prendre pour une bête de cirque, un sujet d’expérience ou un rat de laboratoire. Apparu et disparu à la vitesse du son, une pensée lui vint que s’il voulait goûter à son pouvoir : il pouvait lui en mettre plein la gueule sans avoir besoin de cookies et que le roux en payerait les conséquences ! Si tu veux tant que ça savoir que ça ce que ça fait, ne veux-tu pas que je te foute en rogne en un claquement de doigts, que je te fasse pleurer ou vomir ?

    Très bien, qu’on en finisse !

    Exagérant une réaction agacée – ne l’étant déjà plus et étant plutôt amusé, bien qu’inquiet par l’idée – Pom attrapa le bol. Il s’installa à une chaise, posant les objets sur la table, essayant d’omettre la présence d’Alex et son observation. Ce n’était pas dans ses habitudes d’agir ainsi. D’être vu. Et surtout il commençait à être fatigué.

    Seulement, alors qu’il prenait un premier biscuit, le posant dans le plateau face à lui, Pom s’arrêta. Ses yeux, devenus bruns, regardaient Alex. Il était blessé. C’était visible. C’était inquiétant. Est-ce qu’il avait juste fait une connerie habituelle ou était-il allé en chasse dans le monde des vivants et avait subi une réponse violente de la part d’un humain ?

    A nouveau la question demeura suspendue à ses lèvres, mais Pom demeura à l'observer. Se concentrant sur l'émotion qu'il ressentait.

    L'hypersensible détourna les yeux. Il disposa les gâteaux sur le plateau les alignant de manière peu ordonnée, avant de les éloigner et de lui. Il ouvrit son sac à dos, qui était davantage une valise en vue de sa capacité et de son contenu, et en sorti une boîte contenant de nombreuses petites fioles de quelques centimètres, dont certaines déjà remplies.

    « Surtout, ne m’interrompt pas. Quoiqu’il arrive ! »


    Le brun de l’inquiétude bouillait en lui, et soupirant, il leva les doigts. Par un tic nerveux, il vint claquer l’un des élastiques noirs à ses poignets, là où le bracelet brillait d’une fumée rouge diffuse depuis sa première rencontre avec Alex.

    A chaque fois que Pom prendrait une émotion et l’enlèverait, il viendra frapper cet élastique. C'était sa manière à lui de vérifier qu'il gardait le contrôle, d'éjecter les émotions et de prendre un temps calme.

    Le doigt demeura un instant dans l’élastique - plus qu'à l'ordinaire, il se sentait stressé et il espérait que ça ne jouerait pas sur les potions - avant que les deux mains ne se dirigent vers Pom lui-même, tournoyant sur elle-même, comme enroulant une pâte invisible. Les doigts saisirent la matière, l’attirant, la grossissant. D’une petite inquiétude, il créait une angoisse, proche d’un sentiment que provoquait une phobie. Puis, ses mains ralentir, jusqu’à ce que ce ne soit plus que les deux index de ses mains qui tournoient. Enfin, la main de Pom sembla saisir un objet. Un objet invisible qu’il emprisonna dans une des fioles contenant un liquide transparent et presque gluant.

    Désormais, même pour Alex, il était possible de voir la pâte transparente se muer, prendre une couleur brunâtre, puis se liquéfier avant qu’un point brun ne sèche à s’enfuir. Remuant, bougeant. Une fois en contact avec la potion, l'émotion prenait une forme et une matière bien à elle visible de tous.

    Pom ouvrit des yeux verts, attrapa la fiole et la secoua avant de la disposer devant lui.  Il devait attendre, attendre que l’émotion soit moins volatile. Il referma les yeux, il chercha autour de lui, s’arrêta sur la flamme vive d’Alex, traversa son corps d’émotion, - et réalisa qu’il avait oublié de prendre l’une des drogues réduisant son pouvoir ce matin -, trembla sous l’émotion d’Alex, avant de s’en échapper, pour passer dans le couloir. Les émotions sont comme le bruit. Un mur simple ne peut les retenir. Elles se déplacent quasiment de la même manière.

    Des personnes passèrent dans le couloir et Pom senti ses propres joues rosirent de désir. Qu’importait la raison,  amants, couples, amis qui ne se l’avouaient pas, de l’amour et du désir étaient ressentis. Ses lèvres s’entrouvrirent pour laisser échapper un râle de d'envie, qu'il réprima en même temps qu'il ouvrait les yeux et venait claquer l’Élastique. Ce rouge presque dorée, et ce rouge presque colère se mélangeaient bien, et Pom n’eut aucune difficulté à les éloigner de lui et à les attraper. Une fois attrapé et emprisonné dans une fiole, le liquide gluant rougit, disparu, pour ne devenir que deux flammes. Deux flammes dansantes, …

    C’est ainsi que Pom emprisonna en fioles l’angoisse, le désir et l’amour, la colère, le dégoût - son teint vira un peu jaune le temps de ce transfert et il avala un peu de rhum - , la tristesse (où il évita soigneusement de fixer de ses yeux bleus Alex, pour ne pas que ce dernier voit la détresse d’une telle émotion). Puis, il s’attaqua à des émotions plus complexes, la déception - long soupir - , l’extase, l’arrogance, la crise de panique, la douceur, l’admiration exagéré, l’affection tendre, l’agressivité, l’amertume, le bonheur, la frustration, la culpabilité, l’enragé, la sensualité, la cruauté sadique, le désespoir, le dolorisme, le déprimé suicidaire, la méchanceté, l’égoïste, la jalousie par l’envie, la jalousie amoureuse, la nostalgie, la furie, le pessimisme, la reconnaissance, la honte d’être ridicule, la timidité, la trahison, le besoin de violence, et …

    A chaque sentiment, une couleur. A chaque sentiment, une expression retenu de Pom, demeurant sérieux et stoïque pourtant et reprenant un sourire amusé à chaque fois que l'émotion était mise en flacon. Un sourire qui devenait fatigué.

    Le visage du nécromancien avait blanchit. Il sentait son cœur rebondir dans sa poitrine et alors qu’il ouvrait les yeux, une multitude de couleur s’enchainèrent. Il se stoppa, attrapant la bouteille de rhum pour s’enfiler une rasade importante. Il la reposa, un peu durement sur la table, versant une potion sur chaque cookie sans vraiment regarder.

    Dès que Pom penchait la petite fiole d’à peine cinq centimètres, le contenu devenait liquide, puis disparaissait en une fumée sur le cookie. Certains prenaient une légère teinte, quasiment invisible, d’autres ne bougeaient pas dans leurs nuances.

    Pom s’arrêta, désormais. Il demeura avachi sur sa chaise, en réalité : il était bien incapable de se lever. Pour épater Alex, Pom avait été rapide, à peine une demi-heure étaient passées – quelques minutes pour Pom – mais cela avait signifié ressentir, attraper et amplifier chaque sentiment en une trentaine de secondes à peine.

    Pourriez-vous ressentir autant d’émotions en si peu de temps ?

    Une autre gorgée de kraken. « On va faire ça comme ça. Tu en essayes deux. Ce que tu veux et tu essayes de les gérer et de reprendre le contrôle sur toi-même. Si tu n’y arrives pas, et crois-moi que c’est possible … » … Connard d’inconnu du Quai …. « Tu me diras simplement que tu abandonnes. Et je reprendrais l’émotion. »

    Ce n’était évidemment pas aussi simple. Si Alex ne contrôlait vraiment pas l’émotion, il se pouvait que ce soit Pom qui soit contaminé et alors il ne pourrait pas la contrôler mais Pom se disait qu’Alex arriverait parfaitement à gérer la situation. Et si ça dérapait, il gardera le contrôle. Donc ça irait.

    « N’en prends pas plus que deux à la fois. »
    Pom n’avait aucune idée de ce que plus de deux émotions ressenties en même temps pouvait provoquer. Nerveusement, il tira une cigarette d'un nécromancien, des "travestijs" et la posa à ses lèvres, l'allumant à l'aide d'un vieux briquet en plastique noir.

    « Si tu y parviens, tu gagnes. »
     
    Ce n'était qu'un jeu, pensa-t-il, ce ne pouvait être dangereux. Ce n'est qu'un jeu, et je gagnerai. Car je n'aime pas perdre. Mais j'aime encore moins renoncer.
    Objets utilisés
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #5 le 16.03.17 4:29

    Somme des 7 premiers dés: Résultat du premier cookie
    Somme des 7 derniers dés: Résulat du deuxième cookie

    1 la colère
    2 la déception
    3 l’extase
    4 l’arrogance
    5 la crise de panique
    6 la douceur
    7 l’admiration exagéré
    8 l’affection tendre
    9 l’agressivité
    10  l’amertume
    11 le bonheur
    12 la frustration
    13 la culpabilité
    14 l’enragé
    15 la sensualité
    16 la cruauté sadique
    17 le désespoir
    18 le dolorisme
    19 le déprimé suicidaire
    20 la méchanceté
    21 l’égoïste
    22 la jalousie par l’envie
    23 la jalousie amoureuse
    24 la nostalgie
    25 la furie
    26 le pessimisme
    27 la reconnaissance
    28 la honte d’être ridicule
    29 la timidité
    30 la trahison
    31 le besoin de violence
    32 le désir
    33 l’angoisse
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
    × Age post-mortem : 0
    × Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
    × Pouvoir : omnipotente
    × Péripéties vécues : 1988
    × Øssements2060
    × Age IRL : 0 Autre
    × Inscription : 15/03/2014

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    0/0  (0/0)
    0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente198820600Autre15/03/2014
    avatar
    maitre de la mort
    0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente198820600Autre15/03/2014
    maitre de la mort
    Terminé
    #6 le 16.03.17 4:29
    Le membre 'Alex Fletcher' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


    #1 '6 FACES' :


    --------------------------------

    #2 '4 FACES' :


    --------------------------------

    #3 '6 FACES' :


    --------------------------------

    #4 '4 FACES' :
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #7 le 17.03.17 2:01






    Un claquement d’élastique. Une main dans l’air, puis une autre se mettant près d’elle. Elles se rapprochèrent de son corps pour tournoyer tel un moulin d’une rivière calme. Une chose invisible prenait forme sans que personne ne puisse savoir sauf le détenteur du secret.  Puis la chose fut saisie dans sa main toujours invisible aux yeux d’autrui. Cette chose alors prit forme dans une fiole se colorant en apparaissant de nulle part. Elle tournoyait dans cette fiole, comme muée d’une vie, voulant sortir de cette cage de verre. Un claquement d’élastique, une autre couleur. Le cycle reprenait. Un rituel mystérieux prenait forme devant son œil. Un rituel dont il n’avait pas accès mais pouvait entrapercevoir sa forme sous des rideaux de mains. Il n’avait plus un homme mais un shaman devant lui. Un shaman qui l’ouvrait dans un monde mystique. Il jouait dans des domaines qu’il ne pourrait jamais atteindre, ou même ne serait-ce qu’effleurer.

    Alex déposa ses coudes sur la table, croisant les doigts, il déposa son menton sur le dos de ses mains. Il était comme hypnotiser par cet étrange personnage. Il avait l’impression d’être un enfant devant un magicien émerveillé par ces pigeons sorti de son haut de forme noir. Son œil poursuivait chacun de ses mouvements avec intensité. Il l’aurait bien taquiné, déranger pour voir comment il réagirait mais il ne fit rien. Il aurait l’impression de faire écrouler un rêve d’un simple coup de doigt. Et il voulait continuer à regarder. Il avait l’impression de voir le vrai Pom avec son air concentré et ses mouvements précis. C’était un ouvrier qui se tenait devant lui. Il avait des réactions étranges tel un râle. Il lui aurait sorti une remarque moqueuse en temps normal mais il ne dit rien. Il resta silencieux pendant tout le processus. Souvent, les gens croyaient qu’il ne pouvait jamais tenir en place mais ce n’était pas le cas. Il décidait lui-même de ne pas tenir en place. Il savait rester concentré pendant des heures si la situation était nécessaire. Il ne le faisait juste pas.

    Il fut sorti de son hypnotisme soudainement quand l’autre reposa ses fioles. Il en avait presque oublié pourquoi ils étaient là. Le visage de l’autre était livide. Il était clairement fatigué mais il n’en fit pas la remarque.

    "Tu me prends pour qui Pom ? Une de ses adolescentes qui savent pas se contrôler ?"

    Son ton était provocateur. Il était confiant, bien trop confiante. Il savait très bien que cette chose était dangereux et qu’il ne pouvait pas les prendre à la légère. Il le savait mais il ne pouvait s’empêcher de répliquer. Il haïssait perdre un défi. Il prit alors un premier cookie qu’il approcha de son visage. Il avait l’air parfaitement normal. Le même cookie qu’il avait sorti du four un peu plus tôt. Est-ce que tu avais bien fait d’accepter ce défi Alex ? Pouvais-tu vraiment tout risquer pour un simple petit défi. Sauf que la réponse du vampire était oui. Il lança un dernier regard dans la direction de Pom pour lui dire qu’il était prêt puis croqua le cookie en entier.

    La chose ne vint pas d’un coup comme la dernière fois. Elle remonta lentement, grimpant l’intérieur de son corps petit à petit pour qu’il ne la rejette pas. Elle regardait sa réaction, s’introduisant doucement en lui. Il l’avait enterré sous des couches de béton pour qu’elle ne sorte jamais espérant qu’elle s’asphyxie. Cependant il n’avait jamais rebouché le trou complètement. Elle était toujours un peu présente quand il s’amusait à voir les autres s’énervaient contre lui. Cependant c’était plus un divertissement, de la farce pas méchante à ses yeux. Sauf que cette fois elle était bien là. Il ne l’enferma pas sachant qu’il perdrait s’il faisait ça.

    Sa tête se renversa et un rire échappa de ses lèvres. Non pas un rire joyeux ou moqueur. Un rire qui puait la malice cruelle. Il ne l’avait jamais laissé entièrement prendre son corps par peur de devenir un monstre même s’il savait pertinemment en être déjà. Il ne voulait pas être cet homme aux yeux émeraudes. Il se leva sans vraiment savoir la raison. Son œil se posa sur l’autre être humain présent dans cette salle. Pom. Comment pouvait-il être quand il souffrait ? Une curiosité teintée de sadisme s’empara de lui. Il voulait voir comment l’autre criait sous ses mains. Il passa son pouce sur ses dents comme s’il voulait sentir ses crocs qui n’étaient pas encore là. S’il était vivant comment Pom aurait-il réagit à sa morsure. Se serait-il débattu ? Aurait-il demandé la grâce ? Aurait-il crié, pleuré. Doucement, un pas après l’autre il se rapprocha de l’autre individu, ne le lâchant pas du regard. Sa proie était là assise, épuisée devant lui. Dommage, il aurait préféré qu’il soit plus en forme pour le voir débattre encore plus. Il s’arrêta enfin de cet homme qu’il connaissait. Son bras se tendit vers le visage de l’autre mais il était encore trop loin pour l’atteindre. Comment crierait-il s’il lui crevé les yeux ? S’il lui brisait les os un par un ? Chanterait-il une mélodie exquise le suppliant d’arrêter. Tel une succube, une voix intérieure lui chuchotait ses mots à l’oreille Elle avait ses bras enlacé sur son corps lui présentant ces idées délicieuses.

    Son bras tendu fut un mouvement brusque. Un craquement d’os se fit entendre dans la salle. Le roux se rassit sur le banc. Il venait de retourner un de ses doigts tout juste soigné la veille. L’os avait craqué sous la violence et la rapidité de son action. La douleur était perçante mais elle avait permis de lui rendre l’esprit. Il ne pouvait pas laisser cette démone tentatrice le contrôler.

    "T’as eu peur ?"

    C’était lui qui avait eu peur, non pas Pom. Il avait eu peur de cette chose qui était une partie de lui. Il avait retrouvé son sourire, son bouclier. Il lui permettait de tenir. Il avait besoin d'être le salaud moqueur qui jouait la comédie. Il ne réprima pas cette cruauté sadique pour une fois, la laissant posséder son corps. Il ne pouvait perdre le défi. Et elle lui chuchotait des idées encore et encore à l’oreille. Il ne répondit pas à ses commandes. Il plongea sa main dans le bol sans regarder. Un autre cookie. C’était pour le défi. Juste un deuxième. Ce n’était pas grand-chose. Il n’avait qu’à laisser l’autre où elle l’était. C’était pour le défi. Pour le défi. le défi.


    Then you came to me with your siren of song to tempt me with your madness

    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 31 Autre
    × Age post-mortem : 257
    × Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
    × Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
    × Appartement : Jolly Jumper
    × Logement : Viens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

    × Métier : Travaille pour Eden
    × Péripéties vécues : 1622
    × Øssements1333
    × Age IRL : 30 Féminin
    × Inscription : 21/01/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : la pomme
    × DCs : Eden / Cinemont / Rose

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    nécromancien
    Terminé
    #8 le 17.03.17 5:30

    Je ne supporte pas quand les autres ont mal,



    Encore moins mes amis,


    S’il y avait bien une émotion que Philip Oanell Myrddin Blanc des Nymphéas n’avait jamais compris du temps de son vivant : c’était bel et bien la cruauté sadique. Celle qui fait qu’un enfant blesse une fourmi à l’aide d’une loupe, celle qui fait qu’on prend plaisir à voir souffrir autrui. Non pas parce qu’il était trop gentil, seulement parce qu’aucune situation ne lui avait amené à éprouver ce genre d’émotion. Et qu'il ne l'avait jamais reconnu chez les autres. C'était aussi parce qu'il ne savait pas reconnaître les émotions de ce type, entre autre, du temps de son vivant que Pom était mort.

    Aussi lorsqu’il l’avait amplifié le sentiment de cruauté, n’avait-il tout simplement pas pensé aux conséquences que ça pouvait entraîner.

    Toutefois, l’homme n’était pas non plus mort à la dernière pluie, aussi en voyant cette couleur opaque et d’un violet virant au pourpre, lui donnant la chair de poule, il se douta que ce n’était pas très positif. Il aurait peut-être dû, en y repensant, ne mettre que de bonnes émotions. Il avait eu envie de pimenter le jeu. Pas au point qu’Alex se fasse du mal.

    Le rire le surpris, ce n’était ni bon enfant ni même railleur. C’était mauvais. Et l’unique œil d’Alex sembla le dévorer sur place. Repoussant l’émotion, du mieux qu’il pouvait, ce fut la surprise qui dessina les traits du nécromancien. En vérité : il ne savait pas pourquoi Alex le regardait ainsi. C'était proche du désir : c'était trop froid pour être ça.
    C'était proche de la colère : c'était trop calme pour être ça.
    C'était proche de le la méchanceté : c'était trop doux pour être ça.

    Il était fasciné par le visage d’Alex. On aurait dit que l’âge l’avait rattrapé, le sérieux et une forme de cruauté. Ce n’était pas de la méchanceté. Une personne sadique et cruel à ce pouvoir d'être un puissant manipulateur. Pourquoi ? Car les émotions de ce genre de personne sont presque invisibles, presque disparu. Un sadique éprouve du plaisir et un plaisir qu'il est difficile de différencier d'un sentiment positif. La cruauté sadique, c'était un sentiment positif, plutôt calme pour l'instant. Aussi pour Pom, Alex n'était ni plus ni moins qu'un mystère à cet instant.

    C’était mauvais seulement car Alex avait rit de manière particulière et agissait étrangement, mais calme. Un calme qui ne l’alerta pas. Il percevait les émotions, mais il ne pouvait les lire totalement. Aussi étrange que ça puisse sembler, le nécromancien ne se senti pas immédiatement en danger. C’était bizarre comme sentiment, certes, mais Alex semblait le gérer au final. Il le regardait d’un œil particulier : presque comme un prédateur se préparant à manger sa proie. Mais, même fatigué, Pom ne sentait pas faible. Et parce qu’il bravait les interdits et les dangers, il se dit que ce n’était rien de plus qu’un mauvais coup du sort.

    Le danger, il commença à le percevoir quand Alex s’approcha de lui. Il hésita, à essayer de retirer l’émotion de l’autre, mais la curiosité l’emporta : pourquoi se sentait-il en danger alors qu'aucune vraie émotion n'était visible ? Si Alex posait la main sur lui pour commettre une mauvaise action, l’homme pensait pouvoir se défendre. Il ne savait pas s’il était plus fort : mais il s’en croyait capable. Il se sentait capable de ne pas avoir besoin de biaiser le jeu et de se faire accuser de tricherie. Une main se tendit pour l’attraper et Pom n'eu aucun mouvement pour l'en empêcher. Il n'avait d'ailleurs aucune idée de ce qu'Alex comptait faire.

    Un ossement. Un bruit d’ossement. Et le corps de l’homme se raidit : effrayé. Non pas effrayé pour sa propre personne, à aucun moment Pom n’avait imaginé Alex lui faire du mal. Effrayé simplement à l’idée de ce que l’autre venait de faire. De la douleur qui lui vrilla le crâne. Il se redressa, immédiatement, sortant de sa torpeur curieuse.

    Maintenant debout, si proche d’Alex, les mains de Pom se refermèrent sur celle de son homologue, dans le plat de gâteau, l’obligeant à le lâcher, remontant la main jusqu’à lui. Ses yeux se mirent à briller d’un violet froid. Ce n’était pas si désagréable de voir l’autre souffrir ! C’était même plaisant après tout.

    Pom grogna, éloignant l’émotion, encore. Encore, et toujours. Il ne faudrait pas que cet homme devienne cruel : il l’était assez sans le faire exprès. Si Pom devenait cruel, ce n’était pas des os ou des yeux qui seraient brisés et crevés. C’était une âme qui terminerait en charpie. Il prendrait sans doute son temps, le temps d’enlever chaque parcelle de fierté, d’humanité et de bonheur dans la personne. Il lui ferrait ressentir des émotions perverses, il se jouerait de l’autre. Pom n'aurait aucune limite de décence, de peur, de violence. Fort heureusement, lui n'avait pas mangé ce gâteau. Et fort heureusement, Alex n'était pas lui.


    « Je n’ai pas peur de toi, Alex. »
    Pourtant, il ressentait une forme de peur. Ce n’était pas la sienne. Pas vraiment. Alex avait eu peur, mais de quoi ? Pom n’en avait pas la moindre idée. Il n’avait pas la moindre idée de ce que le vampire aurait pu tenter de lui faire. Il ne s’était même pas imaginé une seconde dans la peau des fourmis sous la loupe. Pour lui ce n’était que de l’incompréhension et il n’aimait pas ça.
    Ce n'était pas la peur qui l'énervait, ce n'était pas ça qui était en train de l'agacer lui faisant oublier l'envie de boire sa bouteille de rhum en raillant l'autre.


    « Je … »
    Encore une fois, Pom se perdit dans sa phrase. C’était la troisième fois avec le vampire que ça arrivait. A croire que certaines pensées refusaient de lui venir à l’esprit. Le nécromancien eu un sourire doux, il était inquiet. Terriblement inquiet. Il aurait pu fuir cette émotion, mais le bruit des ossements raisonnaient dans sa tête, et il n’arrivait pas à s’en défaire.

    Putain ! Encore une fois, une situation embarrassante. Heureusement, Pom ne s’en rend pas compte cette fois-ci, alors qu’il a la main d’Alex dans la sienne et qu’il l’a posé contre sa poitrine battante. Il faut dire qu’il n’a jamais été très doué pour savoir si une situation était gênante ou non quand elle provenait de lui. C’est ainsi que sous l’apparence de femme, il agissait de manière bien trop aguicheuse avec les gens : car il se comportait exactement pareil en homme et qu’il n’avait jamais saisi les subtilités. Ou peut-être les comprenait-il trop et qu’il s’en fichait.

    Il n’en avait pas rien à faire d’Alex. Il aimait rire, jouer et plaisanter avec lui. Il aimait ses blagues. Il n’aimait pas l’imaginer boire le sang d’innocent. Il n’aimait pas l’imaginer dans une guerre. Il n’aimait pas la guerre. Il n’aimait pas savoir qu’il avait souffert. Maintenant qu’on était mort, c’était une peine qu’on pouvait s’épargner. Pourquoi se faire ça ?

    Pom eu un bref instant l’impression que c’était un peu de sa faute – juste un peu, bon certainement totalement mais il ne le voyait pas ainsi – et que si Alex s’était retourné le doigt, c’était pour contrôler l’émotion. Pour quelle raison ? Gagner un stupide pari contre lui ? C’était ridicule !

    « Est-ce que tu es stupide, bon sang ? »
    Il relâcha la main, pointant un doit agacé sur la poitrine du vampire. S’il y a une émotion qui permet d’empêcher les autres négatives et positives dans le cas de Pom, c’était bien l’énervement. Il n’était pas en colère, non.

    Il s'énervait pour ne pas montrer l'inquiétude. La même inquiétude qu'il avait fait disparaître en voyant l'état de son camarade et qui revenait. Tu crois qu'on est pas ami ? Sois pas stupide !

    Il grondait Alex, comme on gronde un enfant qui a fait une bêtise. Il grogna : « Ce n’est pas reprendre le contrôle que de se faire du mal. Tu es un tricheur, Fletcher ! Un stupide tricheur ! La prochaine fois que tu veux te torturer, demande-moi ! Je le ferai avec plaisir ! Avoue simplement que tu as perdu et on passera à autre chose ! »

    Objets utilisés
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #9 le 17.03.17 19:25






    Ses mains se referment sur les siennes et l’obligèrent à le lâcher. Il ne résista pas. Il laissa l’autre porter sa main jusqu’à sa poitrine. Il pouvait sentir le battement de son cœur vibrer à travers sa paume. Il vivait, non il était mort mais il vivait devant lui. Il sentait cette vie à travers la couche de vêtement et il fut rassuré. Il se rappela alors des bras qui l’avait enlacé dans le bureau de Joshua. Pourquoi Pom était-il ainsi ? Il pouvait l’abandonner à son sort mais il l’arrêtait, s’inquiétant pour lui alors qu’il n’avait rien demandé. Il n’avait pas besoin de l’inquiétude des autres. Il l’avait toujours évité comme une peste. Et pour la deuxième fois Pom lui avait montré qu’il avait un cœur. Qu’il était la voix de la raison entre les deux. Il le stoppait quand il allait beaucoup trop loin. Ce geste, ce touché qu’il aurait trouvé perturbant ou même énervant était rassurant pour la première fois. Elle lui rappelait où il était, qui il était censé être.

    Il était trop absorbé par ces faibles vibrations sur sa paume pour entendre les propos de l’autre. Il avait juste besoin de ces battements pour lui prouver qu’il ne l’avait pas laissé faire. Ce cœur qu’il aurait pu attraper en éventrant le torse de l’autre. Il se serait saisi de l’organe et bu le sang coulant encore chaud se réjouissant de la souffrance de l’autre. Il rejeta l’idée qui s’était glissé dans son esprit. Comment pouvait-il penser une chose pareille ? Jamais il n’aurait fait ça à Pom. Il était même sûr de l’inverse. Si quelqu’un avait essayé de blesser Pom il l’aurait détruit. Il aurait piétiné leur corps jusqu’à que leur cervelle se répandent sur le sol, encore et encore.

    Non, il fallait qu’il s’arrête. Pourtant il ne pouvait réprimer les murmures de cette démone. Elle lui parlait comme une ancienne amie qui avait toujours été présente à ses côtés et ses propos était tellement tentant.

    "Bien sûr que je suis stupide. Tu le savais pas depuis le temps ?"

    La voix énervée du rouge et ce doigt touchant sa poitrine le réveilla de ces pensées. Oui, il était stupide et il le savait. Il ne serait pas ainsi si elle était intelligente. Une personne intelligente saurait s’arrêter alors que lui ne le pouvait pas. Une personne intelligente aurait trouvé la force dans les mots. Elle pouvait protéger avec cette intelligence qu’elle avait. Elle pouvait rendre la vie plus facile à ce qu’il aimait. Elle pouvait trouver les mots juste pour faire réconforter et sourire. Sauf qu’il n’avait pas vécu avec elle. Il avait toujours vécu ou force et violence était maître mot. Les mots n’avaient même pas le temps de sortir alors il fallait faire avec ce qu’on avait. C’est pour ça qu’il était devenu fort. Parce qu’il n’avait que ça pour protéger, ses poings. Mais tu aimes cette violence.

    "T’as jamais dit qu’on ne pouvait pas Warren. Je ne suis donc pas un tricheur. Arrêtes d’en faire tout un plat, c’est qu’un doigt."

    Il pouvait bien sacrifier un doigt pour un défi. Ce n’était pas grand-chose. Il était assez souvent blessé par ses propres bêtises et un doigt, ce n’était rien. On n’allait encore râler à l’infirmerie mais peu importe. Ce n’était plus un simple défi. C’était beaucoup plus que ça. Il ne pouvait pas perdre alors qu’il avait détaché les chaînes de la cruauté. Elle qu’il avait toujours enfoui, ignorant son existence. Perdre maintenant, c’était perdre contre elle. Pourtant n’as-tu pas aimé tuer, blesser tout ces gens ? Dans la banlieue, dans la guerre, dans le monde des vivants et même ici dans les arènes. Non, il n’avait pas aimé. C’était par nécessité. Etait-ce vraiment ?

    "Saches que je ne perds jamais."

    Il lança d’un ton provocateur tout en regardant droit dans les yeux du nécromancien. C’était plus à sa réflexion se reflétant dans ses yeux qu’il disait. Il ne perdrait pas, pas contre elle. Pas contre cette démone aux yeux vert. D’un geste théâtral, il prit un cookie entre deux doigts pour bien le montrer en évidence à l’autre. Il s’en fichait de ce que l’autre pouvait bien lui dire. Il était allé trop loin pour écouter la voix de la raison. Et il croqua.

    Le deuxième cookie était une brume étrange. Elle l’entourait petit à petit, s’insérant dans sa peau tel l’air empoisonné du monde des vivants. Ses épaules se firent lourde comme s’il porté un fardeau invisible. Une fatigue qu’il n’avait jamais connue l’envahit. Le monde devant ses yeux perdit ses couleurs. Tout semblait si ennuyeux, dépourvu d’intérêt. Pourquoi était-il assis dans cette pièce ? Pourquoi avançait-il alors qu’il n’y avait aucune raison ? Ces questions, il ne se l’étaient jamais posé. Il s’était toujours battu dans sa vie, dans sa mort. Il ne comprenait pas. Cette émotion était bien différente de la précédente. Elle était une étrangère qui venait s’introduire dans un corps qui ne l’avait jamais connu. Il aurait pu la rejeter facilement mais il savait qu’il ne devait pas alors il la laissa entrer dans cette terre inconnue. Il se saisit de la bière encore présente sur la table et la but d’un trait comme si cette chose étrange pouvait couler en lui avec ce liquide froid.

    Il ne pouvait décrire cette sensation avec de mots. Elle était nouvelle pour lui. Elle lui parlait d’un ton plus calme, plus posé, plus froid. Elle était comme une douche froide sur tout son être et le roux haïssait cette sensation, encore plus que la précédente. Il fallait en finir, de tout. Il n’avait aucune raison d’exister. Il était déjà mort de toute façon. Mais il aimait cette mort. Aimer n’était qu’une illusion. Il ne possédait plus rien. Si, il avait des choses à protéger. Mais elle ne voulait plus de lui. C’était faux. Elle préférait cet homme à lui car il l’avait abandonné. C’était faux. Elle savait, ils savaient tous qu’il était un meurtrier. Tout les hommes mourraient un jour, il l’avait juste écourté leur temps d’un peu. Il était un monstre qui aimait la violence. Oui il était un monstre mais il n'aimait pas la violence. Il était pareil que cet homme alors autant en finir. C’était faux. Il ne pouvait pas y échapper, il l’avait dans son sang. C’était faux. Finir avant qu’il ne devienne comme lui. Finir

    Il déposa son visage dans sa main valide. Il soupira d’un son lourd et fatigué qui n’était jamais sorti de ses cordes vocales auparavant. Cette émotion était fatigante. Elle lui sortait des paroles stupides. Est-ce que c’était ce que les gens se suicidant penser ? C’était stupide. C’était fuir. Il releva la tête pour observer l’autre occupant de la pièce. Ces couleurs étaient tellement vive, un rouge pétant et des yeux qui changeait de couleur tout le temps. Alex s’accrocha à ce regard. Il ne savait pas vraiment pourquoi. Les paroles froides continuaient à tourner dans sa tête et ses yeux l’empêchait de vraiment écouter ces histoires de fin. Il avait besoin de cette ancre qui le tenait dans la réalité pour lui rappeler que c’était pour le jeu, le défi. Il plongeait son regard dans le sien pendant des secondes, des minutes. Il ne sentait plus le temps passait. Il avait juste besoin de laisser l’autre s’installer confortablement pour qu’il puisse enfin faire ce qu’il était venu faire. Gérer les deux émotions en même temps.

    Il pourrait arracher ses yeux. Un par un puis laisser couler une potion pour qu’il guérisse et arracher encore. Il pouvait en faire toute une collection.

    Voilà que l’autre revenait. Elle n’aimait pas être soumise. Elle voulait dominer. Ce n’était pas une bataille entre la glace et le feu. C’était plus vicieux que ça. Les deux émotions s’étaient détesté ne serait-ce qu’en s’effleurant. Elle ne voulait pas de l’autre. La démone et l’ange déçu se fait face, prêt à le tirailler pour prendre le contrôle. Et le combat ne faisait que commencer.

    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 31 Autre
    × Age post-mortem : 257
    × Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
    × Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
    × Appartement : Jolly Jumper
    × Logement : Viens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

    × Métier : Travaille pour Eden
    × Péripéties vécues : 1622
    × Øssements1333
    × Age IRL : 30 Féminin
    × Inscription : 21/01/2017
    × Présence : complète
    × Surnom : la pomme
    × DCs : Eden / Cinemont / Rose

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    avatar
    nécromancien
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761
    31Autre257(Rin Matsuoka Free!) Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.Jolly JumperViens jeter un œil ?
    - Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti
    Travaille pour Eden1622133330Féminin21/01/2017complètela pommeEden / Cinemont / Rose
    nécromancien
    Terminé
    #10 le 18.03.17 6:23



    On se bat pour un jeu,



    Sans aucun enjeu défini.



    Les bravades d’Alex lui firent du bien ; entendre sa voix lui fit du bien. Le silence sourd avait été douloureux. Il manquait un bruit dans cette pièce. Il manquait une mélodie. Le nécromancien ne mettait pas le mot dessus et pourtant son esprit se mit à réfléchir à cette pensée, la rendant presque unique. Les couleurs psychédéliques d’Alex viraient d’un terne à une flamme, elles vacillaient et s’opposaient. Elles semblaient comme deux monstres bouillant qui se crachaient des flammes. La force de caractère du vampire était évidente. Peu de personnes auraient pu supporter autant d’émotions sans entrer dans une crise. Entre l’admiration et l’inquiétude, le jeu était lancé et Pom ne pouvait rien faire d’autres qu’en accepter des règles qu’il ne connaissait pas. Ils étaient aléatoires. Et lui, il était déboussolé. Pom n’aimait pas savoir qu’il tenait à quelqu’un. Il évitait les relations trop approfondies. La superficialité des amitiés permet d’être heureux sans avoir à creuser trop longuement la vie de l’autre et sans souffrir lorsqu’il disparaît. Il faut profitez de l’instant présent.

    Faut-il vraiment se battre, dans le fond ? L’Inconnu du Quai avait raison. On était tous baisé dès la naissance, ça ne servait à rien d’essayer. Essayer quoi ? D’être heureux ? On veut nous faire croire qu’on grandit, qu’on devient meilleur, qu’il y a un Dieu. Et puis, on se retrouve à revivre une seconde vie et on peut se demander si les foutaises qu’on nous raconte ne nous servent pas uniquement à vivre plus longuement. Ce devait être ça, on s’invente des mensonges pour tenir dans la vie. Autant partir ! Autant mourir. Peut-être qu’après la poussière, il n’y a rien. Peut-être qu’il y encore une autre vie qui l’attendait ailleurs. Une vie où il ne serait pas traqué par des vengeances du passé.

    Les yeux sont gris, sont perdus. Le désespoir est l’ami de cet homme depuis longtemps, il a toujours refusé de l’écouter.  Si le sadisme lui est inconnu, la tristesse et les profondeurs du mal : Pom les a vécu sans les comprendre. A nouveau, ils viennent à lui et Pom voudrait les repousser mais il se demande si ça sert à quelque chose. A quoique ce soit ! A quoi bon vouloir essayer d’empêcher qui qui était inévitable.

    « … »


    Il est retourné s’asseoir, buvant à la bouteille davantage qu’il ne faudrait. Sa tête lui tourne un peu, sous cet afflux d’alcool, puis il rit. Il rit brutalement, sans aucune raison et toutes les couleurs reviennent. Il rit, comme il riait lorsqu’enfant il ne comprenait pas sa mère l’accusant de sorcellerie. Il rit et il se sent mieux, tellement mieux. Alors il pose sa main sur lui, referme les doigts, et claque l’élastique à son poignet pour envoyer l’émotion qu’il a ressenti dans une boîte de gâteaux. Cette dernière se grise, se change en poussière, immédiatement. La volonté d’un objet face à la dépression étant nulle, la mort – la seconde – ne pouvait que lui tomber dessus.

    Le rire se remet à danser dans sa gorge, alors qu’il fixe Alex, prenant la bouteille dans une main. L’alcool est meilleur quand on rit, il est plus agréable, il a meilleur gout et donne envie de danser. De jouer. Toutefois, un élément l’empêche de se sentir d’être tout à fait à l’aise.

    « On dirait que tu vas me bouffer, Alex. C’est flippant. »


    D’un geste de la main, Pom pointe du doigt l’unique œil de son camarade. Il voudrait lui dire d’arrêter, mais il n’y arrive pas. C’est rare, en réalité, qu’on le regarde de cette manière. C’est peut-être même la première fois depuis longtemps. Jouant avec les élastiques à ses poignets, Pom détache celui de ses cheveux pour le rajouter au lot, laissant sa chevelure venir chatouiller son visage blafard de ces derniers temps. Il se sent mal à l’aise, curieux, amusé. Il se sent dans un autre jeu.

    Alex joue à celui qui gagnera le pari du cookie.
    Pom joue à convaincre Alex d’en rester là.

    Seulement, il est difficile de penser à commencer l’arrêter et à la musique qui manquent quand on nous fixe avec autant d’intensité. C’est que si au début, Pom n’y prenait pas garde, le silence d’Alex finit par le perturber. Et inconsciemment, Pom le fixe d’autant plus. Il voudrait savoir ce qu’il désire. Pourquoi ?

    « Non sérieux, j’ai à ce point une sale tête ? »


    Il parle, presque seul,  il essaye. Il essaye quoi ? Le questionnement du début revient. Et il revient si soudainement, si logique. La réponse, il l’a. Il sait pourquoi il parle. Pom sait la musique qui manque. Il sait ce qu’il essaye de combler en posant des questions, en s’en prenant à Alex, en lui posant des questions.

    Il veut le voir rire, joyeusement, il veut le voir furibond. Il veut le sentir heureux. Il veut le sentir bien. Il a soudainement l’impression d’avoir en face de lui un être fragile, un morceau de verre qu’il doit protéger. Il a l’impression qu’Alex est sur le point d’exploser et Pom n’aime pas ça. Il ne peut pas comprendre tout à fait ce qui se passe, mais il voit bien les couleurs qui se battent.

    Alors comme avec la coccinelle, comme souvent, Pom se dit qu’il préférait perdre que de continuer dans cette route. Ils sont si différents. Il est joueur et il aime gagner, mais perdre est une forme de victoire à ses yeux. Tout dépend de comment l’échec survient. Pom préférait perdre ce pari stupide où rien n’est en jeu à son souvenir, plutôt que de voir Alex aussi mal. Aussi longuement.

    L’alcool rougit ses joues et accentuent les nuances mélangées de ses yeux qui changent si rapidement entre un gris sombre, un gris clair et des couleurs vives de joie. Il est comme incapable de se fixer sur un sentiment. C’est parce qu’il doit lutter contre cette couleur cruelle qui veut venir. Celle-ci, Pom ne la comprend pas, mais dès qu’elle le frôle, il a envie de gagner : de gagner au prix de la souffrance d’Alex. Quand cette émotion le frôle, Pom aurait bien envie de voir Alex essayer d’autres cookies. C’est rigolo de le voir souffrir en poupée vaudou. De le voir autant mal. C’est rigolo, non ?

    Avec ses cheveux défaits et décoiffés, sa peau trop blanchâtre, ses vêtements trop grands dissimulant les plaies et les bleus de son corps, ses joues rougies et son air à la fois butée et boudeur qu’Alex ne cesse pas le jeu.

    Et à chaque fois le spirite voit ses pensées être arrêtées par l’inquiétude qui émerge.

    « Veux-tu que je change l’émotion ? »
    Questionne-t-il, brutalement, « tu as gagné, Alex. Cela ne sert à rien de vouloir continuer à les laisser se combattre. Laisse-moi les changer. Laisse-moi prendre ce qui te ronge …. »

    Des mots, des mots, toujours des mots. Il doit s’arrêter de parler. Il doit se taire, sinon, Alex le prendra pour un fou. Pom peut sauter du haut d’un pont, il peut poser une planche au-dessus de deux gratte-ciel et voir si la gravité est moins forte que lui. Il ne peut pas voir souffrir un ami par les conséquences de ses actes.

    Même s’il le mérite un peu.
    Même si ce qui est fait est fait. Et tant pis.

    Ce jeu n’avait ni queue, ni tête, Alex avait une malchance de dingue. Il était tombé sur deux émotions négatives et très fortes. Deux émotions qui ne peuvent disparaître aussi facilement qu’une colère soudaine ou une tristesse sans but. La pluie s’arrête, la tempête aussi, mais les marées et la lune ne cessaient pas d’exister, même quand on fermait les yeux pour ne pas les voir.

    Crétin de vampire, crétin de vampire, il méritait sa mort. Il méritait sa souffrance. Il méritait tout ça. Il tuait et maintenant ressentait ce que les gens qu’il avait mis en deuil ressentait. C’était bien fait pour lui. Stupide pensée. Est-ce que c’était ça qu’Alex ressentait ? Alors, Alex lui voulait du mal. Il voulait le blesser ? C’était ça, n’est-ce pas.

    Cette révélation lui donne froid dans le dos, alors qu’il avale un peu davantage de son breuvage préféré. Il s’est rassit totalement, avachi, riant à moitié. C’est agaçant ! Bordel. Peut-être peut-il l’aider. Peut-être peut-il essayer de le manipuler.

    « Laisse-moi les retirer ou montre-moi ce que tu ressens. Veux-tu me blesser ? Veux-tu te foutre en l’air ? Tu vas me trucider avant de te terminer ? Je vois déjà les titres : Le grand Alex se suicide après avoir tué  … PUTAIN ! Ils vont dire qu’on était amant ou que tu m’avais piqué mon amour, ou bien que je t’ai surpris en train de faire une connerie. J’en sais rien, Je n'ai jamais voulu mourir, mais s’il le faut pour ne pas mourir d’ennui : Fais ! Car Là, tu m’ennuies ! »

    Les phrases sont calculées bien qu’improvisées et dont un peu flou, un peu décousues sans doute sous l’émotion et la peur de rater, et sous l’alcool. Alex n’aime pas l’ennui. C’est une certitude. Pom le sait parfaitement. Il ne le voyait pas rester assit à écouter le discours d’un gars sur le rangement dans les couloirs sans se sentir obligé de provoquer une catastrophe.

    Putain, Alex ! Fais n'importe quoi, mais bouge. Bouge, car sinon, je ne pourrai plus me retenir d'agir. Et tu en subiras les conséquences.




    Objets utilisés
    Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    forums partenaires