ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Cinemont a posté un rp libre dans l'allée des cerisiers

    Alexiel Etsuko cherche plusieurs rps pour son personnage deux en un.

    Alexiel Etsuko a posté un rp libre dans l'appartement Kiss

    Urie Kaneki recherche divers vampires pour rp !

    Ao Ishidaru recherches plusieurs liens menant à des rps.

    Event du moment
    Calendrier de l'avent
    du 1er au 24 décembre

    Dance my love, dance like a dinosaur [PV Shirley]

    Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #21 le 16.03.17 0:20


    DANCE MY LOVE, DANCE LIKE A DINOSAUR

    Shirley prenait de l'assurance. Ses pas étaient encore maladroits et imprécis, mais les pieds d'Alex se retrouvèrent de moins en moins souvent écrasés par la semelle de ses chaussures. Ils se rapprochaient peu à peu d'une symbiose parfaite, en harmonie avec la musique et eux-même. Leur joie déteignit visiblement sur le public : quelques spectres se joignirent à la danse.

    D'un geste élégant digne des danseurs de tango les plus aguerris, le rouquin renversa sa partenaire vers l'arrière, supportant entièrement son poids pour éviter qu'elle ne tombe. Pendant ces courts instants de pause, leurs visages se rapprochèrent. Cette fois-ci, Shirley ne s'amusait plus. Gênée par cette proximité, elle ricana nerveusement et son regard prit la fuite alors que de nouvelles rougeurs apparaissaient sur ses joues.

    Puis, Alex mit un terme à son embarras d'une façon plutôt déplaisante. Il la lâcha sans crier garde et Shirley s'effondra sur le sol.

    Ouch!

    Elle se redressa en frottant sa tête douloureuse et le questionna du regard. Puis, elle comprit. Le jeune homme était hilare, bien fier de sa connerie. Un rictus mauvais qu'elle connaissait si bien retroussait ses babines. Shirley s'était fourvoyée une énième fois à son égard. Ils s'étaient amusés et elle s'était même surprise à l'apprécier un peu, mais il avait fallu qu'il cherche à l'humilier. Encore. La colère montait. Son sang bouillonnait dans ses veines. Shirley n'arborait plus ce masque désolé qui ne la quittait presque jamais. Jeledétestejeledétestecetroudeculjevaisleluifairepayerilregretterailvalebouffer
    sondéguisementdedinos...
    Les pensées se bousculaient dans son esprit, toutes aussi belliqueuses et violentes les unes que les autres. Toute la frustration et la rage qu'elle réprimait à son égard grossissaient dangereusement, incontrôlables. Ces monstrueuses émotions qu'elle ne voulait pas exprimer secouaient avec violence les barreaux d'acier de la prison à laquelle elle les avait confinés. Elles voulaient s'échapper et s'exprimer pour de bon. La jeune femme tentait de se calmer, mais elle sentait cette colère qu'elle s'interdisait d'extérioriser s'emparer de son corps et de sa tête qui luttaient face à ce terrible monstre.

    Il s'éloigna, puis brandit son téléphone. Un nouveau flash éblouissant. Il avait pris une deuxième photo. Les barreaux de la cage qui retenaient prisonnier son courroux se fendirent et le libéra.

    C’était amusant non ? Darliiiiing.

    Oooh, tu vas me le payer, mon salopard... marmona-t-elle d'une voix que la colère faisait dangereusement chevroter.

    Puis il s'éloignait, sous les regards stupéfaits de leur public. Sans plus attendre, Shirley bondit et le rattrapa d'un pas furieux tout en descendant la fermeture éclair du pyjama pour s'en débarrasser. Elle le rattrapa à l'extérieur de la salle du puzzle. Shirley aggripa sans douceur son bras.

    Hé... Tu crois que je vais te laisser partir comme ça?

    La brunette roula le déguisement fuschia en boule et le lui remit brusquement. La fureur faisait danser une flamme enragée dans ses yeux.

    Tiens, ton putain de pyjama! Tu vas effacer les photos que tu as prises de moi, exigea-t-elle alors que son ton se faisait de plus en plus puissant. Immédiatement !

    Ses doigts qui agrippaient son bras se serrèrent un peu plus. Les longs ongles de la demoiselle s'enfoncèrent dans la tendre chair presque contre le gré de leur propriétaire.
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #22 le 16.03.17 1:29





    Et une Shirley par terre. Les yeux de la brune lançaient des éclairs. Elle était furieuse. Et Alex rigolait. C’était tellement drôle de la voir changer d’une seconde à l’autre. Elle était toujours la petite timide. Cette fois-ci elle s’était libéré. Elle avait montré qu’elle avait des émotions comme il fallait. La joie checké. Place à la colère maintenant. Il s’était bien amusé bien sûr. Elle s’était amusé, il le savait. Malgré il ne regrettais pas son action pour autant. C’était de sa faute de s’être amadouer. Elle était cendrillon avec son carrosse en citrouille. Tout n’était qu’illusion. Mais le prince du bal n’était pas le prince charmant mais un vilain dinosaure violet du nom d’Alex

    Il avait fait un repli stratégique. Resté ici ne servait plus à rien. Il avait ce qu’il était venu chercher. Les photos. Il fit défilé les deux photos sur l’écran de son portable. L’une était une Shirley les joues tel une tomate. L’autre était une Shirley furieuse. Il n’était pas un grand photographe mais ces photos étaient parfaites. Ils pourraient les agrandir et en faire poster pour les coller dans le Hall de l’agence. La réaction de Shirley a cette découverte serait hilarante.  

    Il ne s’était pas pressé. Fatale erreur. Une paire de main agrippa son bras.

    "Hé... Tu crois que je vais te laisser partir comme ça?"

    Shirley était revenu à l’attaque. Elle ne s’était pas laissé choir dans son désespoir au milieu de la salle de puzzle. Son ton furieux contrastait avec la femme silencieuse habituelle. Elle comprimait de toute ces forces son bras. Cependant elle n’avait pas beaucoup de force et Alex n’eut absolument pas mal. C’était pas une femelette sans muscle comme elle qui pouvait le stopper. Il aurait pu se défaire facilement mais il ne le fit pas. La petite canadienne était divertissante.

    "Tu aurais voulu une autre danse, darling ?"

    La brune lui rendit son costume qu’elle avait roulé en boule. Il n’en avait plus besoin. Il avait atteint son rôle. Le vampire le garda pourtant dans ces bras. Il pouvait le garder pour l’instant puis lui rendre lors d’une prochaine fois pour l’enrager. Ou l’envoyer par la poste comme si c’était un cadeau inattendu. Même si elle allait sûrement être enragée en voyant ce rose pétant.

    "Tiens, ton putain de pyjama! Tu vas effacer les photos que tu as prises de moi, exigea-t-elle alors que son ton se faisait de plus en plus puissant. Immédiatement !"

    Effacer les photos ? Elle voulait à jouer cela maintenant. Son air était exigeant et claquant. Cependant il n’eut aucun effet sur le roux. C’était l’inverse, plus elle s’énervait plus ça lui plaisait. C’était tellement drôle de la voir dans tous ses états juste pour deux malheureuses photos. Photo qu’il n’avait pas l’attention d’effacer. Il lança alors le costume rose sur le visage de la brune obstruant sa vue. Il leva alors son bras tenant son portable dans l’air. Le roux faisant presque 1m90, le portable se tenait plus haut que les 2m. Shirley ne faisait qu’une taille moyenne. Jamais elle n’arriverait à atteindre le portable.

    "Essaye, si tu peux."

    Il sourit alors d’un sourire remplie de malice. Il aurait pu partir en courant sachant qu’elle n’aurait pas pu le rattraper. Il aurait pu faire beaucoup de choses les unes plus burlesque que les autres. Cependant il resta dans le simple. Il ne fallait pas grand-chose parfois pour énerver quelqu’un. Il était un as dans la matière. Alors elle lui laissé l’hameçon de l’espoir juché bien haut. Hors d’atteinte de ses bras. Mais la voir débattre serait divertissant pour sûr. Il ne lui restait plus que d’ajouter une dernière phrase. Pauvre petite Shirley attrapé dans les filets d’Alex. Allait-elle arriver à s’échapper de ses filets ?

    "Peut-être que je le ferais si tu demandes gentiment ? "

    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #23 le 17.03.17 2:44


    DANCE MY LOVE, DANCE LIKE A DINOSAUR

    Sa main qui tenait le portable était juchée trop haut, si haut que Shirley n'allait pas l'atteindre même en sautant. Il se moquait d'elle. Encore. Pourtant, elle se laissa prendre à son jeu, fléchit les jambes pour se donner un élan et bondit. Le bout de ses ongles frôla l'appareil, puis elle retomba sur ses pieds. Shirley se crispa avant de lui lancer un regard meurtrier. Jevaisletuerjevaisletuerjevaisl. Ses pensées se bousculaient sans relais dans son esprit...

    Son sourire cruel réapparut, titillant un peu plus la colère enflammée de Shirley. Il tenait encore son téléphone hors de sa portée pour l'énerver un peu plus. Elle sentait son sang pulser furieusement dans ses veines. Pour la première fois de sa vie, elle avait envie de blesser quelqu'un pour lui faire mal. Pour se venger. Pour effacer ce rictus badin. Pour être prise au sérieux. Mais ce petit bout de femme était dotée d'une force ridicule. Elle était condamnée à être prise de haut, dans tous les sens du terme, par ce despote qui se riait de sa faiblesse. La violence n'était jamais une solution, elle mieux que quiconque le savait, mais qu'est-ce que ça ferait du bien pensait-elle en ce moment même.

    Peut-être que je le ferais si tu demandes gentiment ?

    Tu vas trop loin, Alex! hurla-t-elle d'une voix claire et furieuse.

    Elle serrait les dents et l'assassinait du regard.

    T'es-tu seulement mis à ma place une seule fois en faisant tes mauvais coups? Te rends-tu compte de ce que tu me fais subir? Chaque fois qu'on se croise? Tu te rends compte que je veux T'ÉVITER tellement tu m'insupportes? Là, tu as dépassé les bornes !! Entre blagues et humiliation, la différence est mince. Mais là, tu m'as humiliée! Tu le fais encore! Et tu le referas encore avec ces putains de photos!!

    Elle reprit son souffle un peu. Sa gorge était douloureuse, mais s'être égosillée semblait avoir réduit un peu sa colère.

    Efface ces photos! rugit-elle.

    L'incident du tango et des photos n'étaient pas la source de cette fureur. C'était plutôt l'accumulation de toutes les choses qu'il lui avait faites...
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #24 le 17.03.17 21:07





    Elle sautillait la petite Shirley. Elle bondissait sur ses jambes pour essayer d’attraper le portable sauf qu’elle n’y arrivait pas. Alex avait fait en sorte pour qu’elle n’y arrive pas. Il s’amusait à la voir sautiller de partout se démenant de toutes ses forces.  Il aimait voir les autres se rebellaient, s’énervaient contre lui. Ils lui donnaient du piment à toutes ces conneries qu’il faisait. C’était sûrement pour cela qu’il ne pouvait arrêter de le faire. Les faire rouler dans la paume de ses mains, les voir se débattre contre lui. Certains arrivait à s’en défaire ce qui était une agréable surprise. Mais ce n’était pas encore le cas de Shirley. Tel un chat avec son jouet. Elle essayait d’attraper la queue de souris qu’Alex lui tenait sous son nez.

    "Tu vas trop loin, Alex!"

    Le hurlement de la brune retentit dans tout le couloir. Le peu de personnes qui marchaient se retournèrent. Ce qu’il devait observer devait être assez troublant. Un dinosaure violet et une femme à moitié zombie sautant sur place. Il ressemblait à un couple déguisé pour Halloween qui s’était trompé de saison. Shirley elle la fusillait du regard et continua dans une tirade énervée.

    "T'es-tu seulement mis à ma place une seule fois en faisant tes mauvais coups? Te rends-tu compte de ce que tu me fais subir? Chaque fois qu'on se croise? Tu te rends compte que je veux T'ÉVITER tellement tu m'insupportes? Là, tu as dépassé les bornes !! Entre blagues et humiliation, la différence est mince. Mais là, tu m'as humiliée! Tu le fais encore! Et tu le referas encore avec ces putains de photos!!"

    Il ne s’était jamais mis à sa place car il n’en avait pas besoin. Personne ne pouvait vraiment se trouver à la place de quelqu’un d’autre de toute façon. Elle lui crachait toute la haine à son visage. Tout ce qu’elle disait était tout à fait raisonnable. Il s’en était rendue compte qu’elle l’évitait. C’était justement pour ça qu’il reprenait de plus belle. Plus la souris fuyait, plus il avait envie de la pourchasser. Shirley ne comprenait vraiment rien à la logique d’un farceur. Il avait justement tout fait pour qu’elle sorte de ses gonds. Elle était trop coincée dans sa coquille alors il l’avait sorti de là. Sûrement pas de la façon la plus douce qu’il soit. Il était justement en extase de voir cette furie devant lui.

    "Efface ces photos!"

    Elle souffla et prononça ses mots plus calmement. Il ne fallait pas qu’elle redevienne calme. Il voulait la voir encore plus en colère. Il redescendit rapidement son bras levé pour la plonger dans son costume sans que la lémure ait le temps de faire quoi que ce soit. Il glissa l’objet de convoitise dans une poche intérieure où il était sûr qu’elle ne pouvait pas le prendre. Elle aurait très bien pu se jeter sur lui mais il l’aurait parfaitement réussi à l’arrêter. Il ne fallait pas non plus oublier qu’il avait été un militaire dans le passé.


    "Humilier ? T’appelle ça humilier toi ? Si je voulais vraiment t’humilier ça aurait été 100 fois pire. Tu n’arriverais même pas à rester debout sur tes deux jambes."

    Il s’était penché, rapprochant son visage pour qu’il soit à la hauteur de la brune. Il souriait encore de son sourire farceur mais son œil brillait d’une lueur dangereuse. Non, il ne l’avait pas humilié, pas dans la définition qu’en avait Alex. Toute façon il ne jouait pas dans l’humiliation. S’il voulait vraiment perdre quelqu’un au point de l’humilier, ça voulait déjà dire qu’il voulait le détruire. Et il ne se serait pas gêner. Il ne resterait plus rien de l'autre, même pas une miette. Il n'avait pas l'intention de faire ça à la lémure. Il aimait bien la petite Shirley pour l’embêter. Il n’allait bien sûr pas effacer les photos. C’était d’Alex qu’on parlait. Mais il ne voulait pas que l’autre se cloître pour ne plus jamais le revoir. Il s’éloigna de quelques pas de Shirley pour retrouver de l’espace entre les deux. Alors il fit ce qu’il pensa de plus efficace. La provocation

    "Shirley, si tu trouves que je t’humilie t’avais qu’à riposter. Tu es toujours resté à subir et à fuir. Tu joues la petite victime devant le grand méchant loup. Si tu veux que j’arrêtes, bas-toi."

    Car qu’est-ce qu’il y avait de plus amusant qu’une proie qui se réveillait ?

    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #25 le 18.03.17 23:17


    DANCE MY LOVE, DANCE LIKE A DINOSAUR

    Sa main, griffes sorties, s'abattit cruellement sur la joue d'Alex dans un claquement qui fit tourner des têtes. Ses longs ongles aiguisés avaient entaillé légèrement son visage sur la fin de la gifle : deux fins traits rouge étaient tracés sur sa joue, oeuvre de la colère de Shirley.

    Je ne me vengerai pas! Je ne me battrai pas!! cria-t-elle sur un ton qui avait à nouveau gagné en puissance. Je suis mature! Je suis une bonne personne, j'essais pas de blesser les autres!! Pas comme toi, Alex!!

    Des paroles incohérentes avec des gestes si peu réfléchis mais tout de même posés... Un idéal en lequel elle croyait dur comme fer et qu'elle était convaincue d'avoir presque atteint mais qu'elle n'arrivait pas à assumer alors que la colère faisait trembler son corps trop frêle pour être le récipient de tant d'émotions dévastatrices... Les griffures témoignaient de ces sentiments que les bonnes personnes ne ressentaient pas mais que Shirley vivaient malgré tout.

    Tu me pourris la vie! Tu es si insensible... Tu profites du fait que je me laisse marcher sur les pieds parce que le conflit m'effraie... tu.. tu..

    La colère se déconstruisit et disparut lentement, balayé par une faiblesse soudaine. Elle n'y arriverait pas. Alex était fort et elle, si faible.

    Je veux pas être un souffre-d-d-douleur...! Je veux plus l'être... A-Arrête... protesta-t-elle presque dans un murmure fragile.

    Il la poussait à l'éreintement chaque fois qu'ils se voyaient. Alex aspirait et absorbait toute son énergie rien qu'en gravitant autour d'elle. Il se nourrissait de son malheur et de sa gêne, tel un mauvais démon. Fragilisée par les dernières années de sa vie, elle le supportait difficilement. Elle se remettait tranquillement de l'autre mauvais démon de son ancienne vie qui se jouait d'elle d'une tout autre façon et qui se repaissait de ses pleurs et de ses cris enragés, mais il n'aidait pas les choses. Ils étaient d'agiles diablotins qui savaient que trop bien les failles des femmes trop fragiles pour élever la voix et s'affirmer. Ils refermaient leur emprise sur elles, les coinçant entre leurs griffes et les empêchant de se débattre. Ils les réduisaient à une soumission barbare et s'amusaient à les voir encaisser péniblement. Shirley aurait voulu trouver la force de se tenir bien droite et fièrement devant ce nouveau démon qui s'immisçait dans sa vie et ruinait ses précieux instants de solitude pour lui faire entendre ses protestations. Les crier si fort pour qu'elles se gravent dans son crâne, qu'il comprenne parfaitement la détresse qu'il causait chez elle en l'humiliant malgré ses contestations. Mais elle n'était pas assez forte. Elle ne l'avait jamais été suffisamment pour s'affirmer véritablement. Mais lorsque le jour viendrait et que Shirley saurait se tenir sur ses pattes sans s'écraser lorsque l'on élevait le ton, Alex comprendrait peut-être que ses cruelles apparitions indésirables dans son quotidien étaient trop fatigantes. Que son irrespect et son manque de considération l'abîmaient à la longue. Que ses blagues n'étaient pas que des blagues.

    Je suis désolée, Issui. J'arrive à me tenir debout pour de petites choses maintenant, mais face à Alex... Face à Alex, j'en suis incapable... Quand je le vois comme ça, à essayer de me pousser à bout, à me prendre pour une moins que rien et à me ridiculiser, il me rappelle Akemi. Je te rendrais folle de rage si tu me voyais.

    Les yeux de Shirley se posèrent sur les marques rouges provoquée par leur altercation. Elle baissa les yeux. La culpabilité la frappa de plein fouet, mais elle ne tiqua pas. Garde ça pour toi. Tu veux faire un drame?

    T'as pas envie qu'on fasse la paix? Qu'on s'amuse comme on l'a fait quand on a dansé le tango? J'aimerais bien. J'aimerais bien passer du temps avec toi sans craindre que tu tentes de te moquer de moi.

    Elle mentait avec une adresse gagnée grâce à tous les conflits qu’elle avait évité. Elle avait déjà compris qu'il fallait couper les ponts ces gens qui vous sucent la vie malgré vos protestations, mais elle ne trouvait pas le courage de le repousser... Un sourire faussement amical qui voulait acheter la paix étira ses lèvres et dissimula entièrement sa mélancolie.
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #26 le 19.03.17 1:17





    Douleur. Tout se passe en l’espace d’un instant. La main de la femme qui s’accroche à sa joue et plante ses griffes telle une tigresse dans sa joue. Il l’avait vu venir. Il n’avait pas prévu la griffure en elle-même. Il savait juste qu’elle allait soit se battre soit s’enfuir. Et elle avait choisi de se battre. Alors il ne fit rien pour arrêter cette main. Pour voir ce qu’elle allait faire. Il pouvait sentir les gouttes coulaient de cette petite blessure glisser jusqu’à son menton petit à petit. Il ne bougea même pas faisant presque penser que rien n’était arrivé. Qu’elle ne venait pas de l’attaquer. Pourtant il jubilait à l’intérieur. Enfin, il voyait l’intérieur de cette carapace que cachait cette lémure. Elle n’était sûrement pas une pauvre brebis mais bien plus.

    "Je ne me vengerai pas! Je ne me battrai pas!! Je suis mature! Je suis une bonne personne, j'essais pas de blesser les autres!! Pas comme toi, Alex!!"

    Elle lui criait dessus. Elle se défendait de vouloir être mature, de ne pas vouloir se venger. Mais les humains étaient des créatures immature et pleine de vengeance. Il en savait bien un rayon. Il avait vu des contrées se battre pour des raisons immatures. Il s’était lui-même battu pour ces causes. Et à quoi bon servait la maturité ? Elle te lié de partout ne te laissant plus vivre avec liberté. Il était un aigle libre.

    Pourtant dans les propos de cette femme, quelque chose avait retenu son attention. J’essaie pas de blesser les autres. Pas comme toi Alex. Les mots résonnèrent dans sa tête. Pas comme toi Alex, toi qui blesses les autres. C’était vrai qu’il blessait. Il devait bien se l’admettre. Il n’avait jamais cessé de blesser. Il ne s’avait pas faire autre chose comme toujours. Il communiquait à travers ses actions, ses conneries, ses poings.

    "Je sais."

    Ce fut un murmure inaudible Même lui n'était pas sûr de l'avoir prononcé. Elle avait raison. Femme mature, bonne personne. Comme toujours elles avaient toujours raison. Mais il ne voulait pas avoir raison.

    "Tu me pourris la vie! Tu es si insensible... Tu profites du fait que je me laisse marcher sur les pieds parce que le conflit m'effraie... tu.. tu.."

    Il était insensible. Combien de fois lui avait-on répété ces mots ? Pas assez on dirait. Il ne comprenait pas les autres comme les autres ne le comprenaient pas vraiment. Il ne pouvait pas comme ces personnes attendrit qui pouvait tout écouter et apporter le sourire si facilement. Et il ne voulait pas l'être. Il était comme ça, insensible.

    "Je veux pas être un souffre-d-d-douleur...! Je veux plus l'être... A-Arrête..."

    Il continuait à l’écouter silencieusement sans broncher.  Il la laissait se déverser à l’extérieur. Petite à petite la tigresse se calmait, redevenait cette pauvre brebis. Elle bégayait devenant de plus en plus faible. Pourquoi les femmes étaient-elles donc si émotives ? Si facile à se retrancher sur elle-même ? Surtout Shirley. A chaque fois qu’il avait l’impression de voir le feu brûlant à l’intérieur, elle l’éteignait de force, ne voulant pas lui montrer. Ses yeux ses baissèrent, plus calme mais plus fatigué. Elle abandonnait ?

    "T'as pas envie qu'on fasse la paix? Qu'on s'amuse comme on l'a fait quand on a dansé le tango? J'aimerais bien. J'aimerais bien passer du temps avec toi sans craindre que tu tentes de te moquer de moi."

    C’était ça. Elle abandonnait. Elle lui souriait comme une gentille fille, une fille mature comme elle disait. Elle baissait les armes. Elle préférait retourner à l’état de brebis que de rester ce félin puissant. Elle redevenait faible. Mais lui n’était pas d’accord. Il haïssait abandonner et il n'aimait pas quand les autres le faisaient.

    "T’as raison. Je suis un connard insensible qui ne sait que blesser les gens."

    Tout en regardant la brune dans les yeux, il essuya la goutte tombante de son menton avec son pouce et le lécha avec sa langue. Il n’était absolument pas blessé par ces propos. Il relatait juste d’un ton amusé la vérité car il le savait lui-même. Il pouvait essayer de se convaincre du contraire mais toute sa vie il avait blessé. C’était presque hilarant alors qu’il avait juste voulut protéger au début. Maintenant c’était une partie intégrante en lui. Il était ce farceur timbré égoïste mais il était fier d’en être un.

    "C’est vrai que c’était amusant. Surtout quand tu m’as proposé une danse en rougissant. Je recommencerais quand tu veux, Darling"  

    Il s'était rapproché d’elle, sa main se positionnant délicatement sur son menton pour forcer doucement le visage de la femme à le regarder. Il avait pris exprès un air séduisant tel un de ses séducteurs espagnols. Il avait prononcé ses mots en accentuant exprès pouvant presque faire croire à des sous-entendu. Il avait eu un plaisir réel à danser avec elle. Elle avait été radieuse à danser dans ses bras. Ils avaient été joyeux. C’était vrai. Il n’avait juste pas à tout gâcher comme on lui disait si souvent mais il ne pouvait se l’empêcher. Il n’aimait pas ces happy ending à l’eau de rose. Il aimait l’action, le suspens, la surprise, l’excitation. Pour lui tout cela n’était qu’amusement et ses conneries en faisait partie.

    "Mais faire la paix. Non. Je ne sais pas faire la paix Shirley."

    Il avait relâché son menton, la laissant libre de réagir comme elle le voulait. Il ne comprenait tout simplement pas ce que la paix signifiait. Pour lui la vie comme la mort était un combat perpétuelle ou paix signifiait fin. Alors non, il ne ferait pas cette fin qu’elle lui proposait avec son sourire menteur.

    "Et je t’aime pas quand t’es toute molle. C’est toi qui t’es collé le label de souffre-douleur toute seule. Je ne t’ai jamais considéré comme tel. Toute façon je te préfère quand t’es enragé, quand tu montres que tu es une tigresse pas une brebis tremblante."

    Il souriait bien sûr car Alex souriait tout le temps. Mais tout ces propos était vrai. Il ne pouvait que dire la vérité directement. Il fallait juste que Shirley accepte ou ne l'accepte pas.

    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #27 le 19.03.17 4:35


    DANCE MY LOVE, DANCE LIKE A DINOSAUR

    Après avoir confirmé son manque de considération pour autrui et avoir avoué apprécié leur petite danse, Casa Nova glissa des doigts sous son menton pour diriger ses yeux dans son regard émeraude. Cette simple caresse fit rougir les pommettes candides de sa proie. Le regard fuyant, elle attendait la suite. Je me fais toujours avoir par les tombeurs. Tsume, puis lui... Il suffisait qu'un homme (ou une femme, certaines expériences récentes le lui avait prouvé) lui porte un peu d'attention et d'affection pour qu'elle veuille tout pardonner. Ce regard séducteur faisait battre son coeur. C'était différent du tango. Il ne le faisait pas parce que la danse le lui imposait...

    Elle voulait qu'il accepte de faire la paix. Qu'ils puissent être de simples amis qui ne se souhaitent que du bien mutuellement, même si Shirley aurait préféré couper les ponts et de ne plus le revoir. Peut-être qu'ils se seraient entendus. Peut-être qu'une complicité se serait formée, qu'ils auraient pu réitérer ces instants de folies au beau milieu de la salle de puzzles tout en ayant l'occasion de se soutenir dans les moments les plus difficiles. Après tout, Alex et Shirley, ça sonnait bien, non? Pourtant, l'un des partis avait une tout autre idée en tête.

    Mais faire la paix. Non. Je ne sais pas faire la paix Shirley.

    Il venait d'éclater ses illusions comme on éclate un verre avec un marteau. Ça ne fonctionnera donc jamais entre nous... Je suis condamnée à subir ses moqueries. Un simple soupir franchit ses lèvres. Elle se dégagea de sa douce caresse et recula.

    Et je t’aime pas quand t’es toute molle. C’est toi qui t’es collé le label de souffre-douleur toute seule. Je ne t’ai jamais considéré comme tel. Toute façon je te préfère quand t’es enragé, quand tu montres que tu es une tigresse pas une brebis tremblante.

    Et moi, je t'aime pas quand tu es comme ça, Alex. Je préfère quand on s'entend bien. Comme tout à l'heure. Mine de rien, c'était la première fois et...

    Nouveau soupir. Besoin d'une pause. Cette situation l'exaspérait. Elle essayait de s'expliquer calmement en sachant pertinemment que ses paroles ne l'atteindraient jamais. Il était là, il continuait de sourire. Complètement hermétique à sa détresse. Complètement insensible. Il se fiche complètement de moi, constatait-elle.

    Ça m'a fait plaisir. Ça m'a fait comprendre aussi que les gens ne jugent peut-être pas aussi cruellement que je le crains. Mais dis-moi franchement ce que je dois faire pour que tout ça s'arrête. S'il te plait.

    L'adrénaline que la colère avait fait pulser dans son sang était retombée. Elle était calme et fatiguée, les émotions l'ayant épuisée. Son corps savait contenir et retenir les émotions mais lorsqu'il s'agissait de les vivre, il atteignait facilement ses limites.
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #28 le 19.03.17 7:23




    A son contact, la lémure fuya son regard. Ses joues s’étaient rosis à cette proximité. Cette teinte rose n’apparaissait que sur le côté de son visage découvert. Ce rouge lui allait bien pensa le vampire. Elle était mignonne à rougir pour un simple geste comme celui-là. Il ne dit pourtant rien gardant cette remarque pour lui-même. Pendant qu’elle fuyait son oeil, Alex posa son regard sur le côté bandé de son visage. Il n’avait jamais vraiment réfléchi à ce qu’il y avait en dessous. C’est vrai qu’on ne voyait pas tant de personnes couvertes de bandages dans ce Tokyo des morts mais il en voyait quotidiennement lorsqu’il était au Vietnam alors il ne s’était jamais vraiment intéressé. Pour la première fois depuis qu’il la connaissait il se demanda ce que pouvait bien cacher ses bandages. Il savait pertinemment que ça ne devait pas être très jolie. Il avait bien un cache-œil pour couvrir cette cavité immonde. Il ne dit rien continua son discours alors que la jeune femme se retirait de son emprise.

    "Et moi, je t'aime pas quand tu es comme ça, Alex. Je préfère quand on s'entend bien. Comme tout à l'heure. Mine de rien, c'était la première fois et... Ça m'a fait plaisir. Ça m'a fait comprendre aussi que les gens ne jugent peut-être pas aussi cruellement que je le crains. Mais dis-moi franchement ce que je dois faire pour que tout ça s'arrête. S'il te plait."

    Elle s’était amusé. Elle lui redisait encore une fois. Il aimait entendre quand la lémure lui disait ses mots là. Il adorait voir les gens énervaient mais il aimait plus que tout voir les gens rire. Cependant elle semblait plus fatiguée, plus las. Elle n’avait plus cette colère en elle. Elle ne ressemblait pas à la timide Shirley de d’habitude, juste à une personne que l’âge avait rattrapée. Il sentait que même s’il essayait de l’énerver encore plus elle ne riposterait plus. Il soupira intérieurement. Il aurait pu l’abandonner et attendre une fois où elle avait plus d’énergie pour revenir à l’assaut. Mais il n’en fit rien et resta. Il croisa ses mains devant le lui tout en regardant la brune, son éternelle sourire sur ses lèvres.

    "Je ne peux pas arrêter d'être comme ça même si tu le voulais. Je suis comme ça et je ne veux pas changer ça. Je t’embêterais toujours parce que tu me donnes envie de te taquiner."

    La jeune femme lui donnait toujours envie de taquiner. Il n’y avait pas beaucoup de raison pourquoi. Il lui avait tapé dans l’œil et il trouvait ses réactions exquises. C’était presque arbitraire mais il appelait ça de l’instinct. Dire qu’il pouvait être autrement serait mentir.  Il resterait toujours fidèle à lui-même. Il resterait cet éternel farceur. Le monde entier pouvait lui dire d’arrêter qu’il n’arrêterait pas. C’était un élément inchangeable de lui. Même pour ses personnes les plus importantes du monde il n’avait pas changé cette partie de lui. Il était une flamme vivante qui bondissait partout où il portait son attention. Et elle était un de ces centre d’attention. Alors il n’allait pas arrêter mais si elle le demander avec politesse.

    "Mais je peux te donner un conseil. Amuse-toi. Arrête de te soucier des jugements des autres. Qu’est-ce que ça peut te faire que cet inconnu pense du bien ou du mal de toi ?  A rien."

    C’est vrai qu’il aimait la voir énerver mais il ne voulait pas la voir souffrir. Il y avait une différence entre faire ses conneries et faire souffrir. Même si la frontière n’était pas très clair chez le roux. Cependant c’était la figure d’une femme fatiguée qu’il voyait et il lui rappelait étrangement une autre figure. Une figure qui avait tout le temps le dos courbé par cette vie las. Il fallait qu’elle s’amuse, qu’elle rigole, qu’elle se sortes cette Shirley. Il n’y avait rien de plus insignifiants aux yeux du roux que les jugements des autres. Tout le monde se jugeait. Et jamais ils ne s’arrêteraient de juger même chez les morts. Ils avaient toujours besoin d’avoir une opinion sur un autre. Il ne pouvait le nier qu’il le faisait aussi. Mais ses jugements ne pouvaient pas l’atteindre. Qu’est-ce qu’il en avait à foutre de ce que les autres pensait ? Il n’était pas lui. Alors autant faire bon lui semblait sans se soucier d’eux. Il décidait de sa vie lui-même et non les autres. Shirley n’avait qu’à faire la même chose. Juste être soi-même et ne pas se soucier de ses jugements cruels comme elle disait.

    "Oublie-les. On pourra alors s’entendre comme tu le souhaites."

    Il tendit la main vers brune, de la même façon qu’elle avait fait tout à l’heure en lui proposant la danse. Il ne savait pas si elle allait accepter cette main et faire la même expérience de cet enfer multicolore qu’il était ou juste tout rejetait. Il était le Chapelier qui attendait la Alice pour lui montrer le chemin de son royaume.

    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #29 le 19.03.17 17:03


    DANCE MY LOVE, DANCE LIKE A DINOSAUR

    Ça n'allait donc jamais s'arranger. Son tortionnaire continuerait de la harceler et de lui faire subir ses mauvais tours. Il la condamnait à des taquineries peut-être un peu affectueuses vu le discours qu'il tenait, peu importe ce qu'elle ferait. Shirley lui jeta un regard peu réjoui. Quel gamin. Il est censé avoir près du double de mon âge et je suis l'adulte de nous deux. Alex lui tendait la main, comme une nouvelle invitation. Shirley la contempla d'un oeil peu tenté.

    Tant pis, j'imagine. C'est complètement con d'apprécier ton entourage en les poussant à bout et à les ridiculiser, si tu veux mon opinion. Tes taquineries vont si loin parfois que les personnes à qui tu tiens finiront peut-être par t'abandonner. Moi, je ne suis qu'une inconnue. C'est normal que mes protestations ne t'atteignent pas. Je ne connais pas ta vie, mais si tu prends pour cible quelqu'un que tu apprécies beaucoup et qu'il ne veut pas subir tes blagues, et bien il partira parce que tu es trop obstiné pour le respecter.

    Les mots étaient tranchants et secs. La brune s'était braquée, comprenant bien qu'il était trop borné pour accepter son point de vue. Elle aussi l'était pour ne pas vouloir le comprendre, mais elle ne voulait simplement pas se l'avouer. Je ne peux rien pour lui. C'est dommage, mais il sera bien triste s'il perd quelqu'un parce qu'il manque affreusement de considération. Et il pensera que j'avais raison. Et changera Son côté têtu qui tente de se rassurer dans une vérité réconfortante refaisait surface. Ces derniers temps elle avait malmené son esprit avec une centaine de remises en questions qui l'avaient chamboulée. Ça faisait du bien de se mentir à nouveau.

    Je ne me targue pas d'être une experte en relations humaines, bien au contraire j'ai de terribles défauts qui viennent trop souvent interférer dans mes amitiés et mes amours. Mais crois-moi, j'en connais un rayon sur le respect de l'autre et ce n'est pas tout le monde qui arrive à supporter quelqu'un qui ne fait pas attention à soi.

    Mais Shirley, d'une manière bien triste, en était capable.

    On va s'arrêter là. J'ai plus envie de parler et de toute façon je ne te sens pas très ouvert à la discussion vu comme tu es borné, fit-elle ironiquement d'un air pincé. Passe une bonne soirée.

    Sans demander son reste, elle tourna les talons et repartit à grands pas en direction de son appartement en le laissant là, dans son drôle de déguisement de dinosaure. Tant pis pour lui. C'est triste, mais tant pis pour lui.
    Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    forums partenaires