Invité

#1 le 26.02.17 19:22

avatar
Invité

Il intriguait Yorin.
Il était arrivé il y a quelques jours à peine, et déjà pas mal de spectres parlaient de lui. Il n'était pas très rare que des membres de secte arrivent, souvent croyant avoir atteint la terre promise par leur "religion".
Mais il avait un plus. Celui-là n'était pas seulement comme un témoin de Jéhovah, qui ne ferait qu'avoir une croyante différente. Lui était né dans une communauté à part entière et avait passé sa vie dans la forêt. Il ne connaissait rien sur le monde des morts comme sur celui des vivants, et cela fascinait la jeune lémure.

Alors voilà, lorsqu'elle apprit qu'il était français, et qu'il ne parlait pas un mot de japonais, Yorin n'hésita pas et décida qu'elle serait celle qui lui apprendrait les bases de ce langage.
Après tout, elle possédait un charisme naturel très convainquant (et elle le savait bien), alors peut-être que l'homme accepterait d'ouvrir la discussion avec elle?
Dans tout les cas, la seule façon de le savoir était de d'essayer, alors la jeune femme décida d'aller à sa rencontre.

A mesure qu'elle s'approchait, elle distinguait mieux les vêtements de l'homme, qui étaient pour ainsi dire folkloriques, et cette façon de se vêtir rappelait à Yorin les jeux de rôle en ligne qui pullulaient au Japon. Ces souvenirs qui lui revenaient du monde des vivants firent sourire cette dernière.
Lorsque finalement elle fut quelques pas derrière l'homme, elle prit une inspiration, et tapota doucement son épaule, avant de s'exprimer dans son français académique.

"- Enchantée, je me nomme Yorin Suko. J'ai entendu que vous ne parliez pas japonais et anglais, alors je voulais savoir si vous accepteriez que je vous enseigne les bases de la langue nipponne, nécessaire pour survivre ici."

Invité

#2 le 26.02.17 22:52

avatar
Invité
Mais qu'était ce que tout cela? Tout était différent ici, même les arbres.

Myfir errait dans l'allée des cerisiers réfléchissant à tout ce qui venait de ce passé. Il y avait beaucoup de gens et il était sorti de son appartement quand il a vu qu'il y avait d'autre gens. Il ne leurs avait même pas adresser un regard.

Qu'est ce qui s'était passé dans cet appartement justement? Pourquoi s'était il changer en tigre.

Il se creusait donc les méninges en admirant le rose des fleurs de cerisiers, on lui avait un peu expliqué à son arrivé mais ce n'était pas du tout ce qu'il s'attendait de la mort.

Perdu dans ses pensées, il sentait qu'on lui tapotait l'épaule. Surpris il se retournait. C'était une jeune fille, qui était assez jolie. Il allait encore devoir s'excuser pour ne pas la comprendre. Il faudra surement qu'il boive la mixture qu'on lui avait donner à se sujet.

Alors qu'il s’apprêtait à expliquer lamentablement avec ses mains qu'il ne comprenait pas, la jeune fille s'exprima dans un français très correct.

"- Enchantée, je me nomme Yorin Suko. J'ai entendu que vous ne parliez pas japonais et anglais, alors je voulais savoir si vous accepteriez que je vous enseigne les bases de la langue nipponne, nécessaire pour survivre ici."

"-Enfin quelqu'un qui parle français... Heu je ne sais pas ce que les autres parlent mais si vous pourriez me l'apprendre, je vous en serais très reconnaissant."

A ses mots, il se courba un peu

"et aussi, si vous pourriez m'expliquer ce que c'est que cet endroit, qui sont tout ses gens et pourquoi j'ai l'impression que tout le monde me regarde... honnêtement je ne comprends pas tout."

Il se sentait enfin soulager de quelque chose. Il allait enfin avoir quelqu'un à qui parler. Et en plus se quelqu'un était plutôt mignonne.
Invité

#3 le 27.02.17 22:54

avatar
Invité

" -Enfin quelqu'un qui parle français... Heu je ne sais pas ce que les autres parlent mais si vous pourriez me l'apprendre, je vous en serais très reconnaissant. Et aussi, si vous pourriez m'expliquer ce que c'est que cet endroit, qui sont tout ses gens et pourquoi j'ai l'impression que tout le monde me regarde... honnêtement je ne comprends pas tout."

Yorin s'étira, arborant sur son visage un large sourire. Décidément, elle était de bonne humeur et la candeur de l'homme contribuait à son amusement. Il allait avoir du mal à s'habituer à la vie ici, mais cela importait peu, car il allait avoir le temps pour ça.
Enfin ce qui comptait surtout maintenant, c'était de lui expliquer où il était, et de planifier les "cours" de Japonais.

"- La majorité ici parle Japonais, je vais tâcher de faire court, mais avant d'arriver vous avez dû... mourir, non ?"

La jeune lémure déglutit, se souvenant des images de sa mort et du spectacle macabre auquel elle avait alors assisté. Elle se reprit assez rapidement, et reprit sa tirade.

" -Eh bien ici, c'est ce que certaines personnes nomment, de leur vivant, le Paradis, l'Enfer, l'au-delà, et bien d'autres noms encore. Le monde tel que tu l'as connu devait être très petit et fermé, mais ici tu es libre de te déplacer où tu le souhaites, sans danger. D'ailleurs la ville dans laquelle nous nous trouvons s'appelle Tokyo, et elle se trouve à peu près de l'autre côté du monde par rapport la France!
Enfin bref, tu en apprendras de toute façon plus au fil des jours.
Oh et, j'oubliais, ce qui attire le regard des gens est sans doute ton style vestimentaire pour le moins... spécial."


Cela faisait certainement beaucoup d'informations à digérer, alors Yorin arrêta un peu de parler pour laisser l'homme respirer un peu. Elle fouilla quelques secondes dans son sac et en sortit une petite boîte dans laquelle se trouvaient deux daifukus. Elle en attrapa un et le tendit à son interlocuteur.

" -Tiens, ce sont des daifukus, une spécialité d'ici !"

La jeune lémure sortit ensuite la deuxième sucrerie et la porta à sa bouche, savourant son goût doux et sucré.

Invité

#4 le 28.02.17 1:08

avatar
Invité

:

A mes mots, la jeune fille me souriait. Elle semblait sure d'elle et un peu pensive, après quelques instants elle disait.


"- La majorité ici parle Japonais, je vais tâcher de faire court, mais avant d'arriver vous avez dû... mourir, non ?"


"-Je ne sais pas de quoi tu parles mais oui, moi je suis mort. On m'as sacrifié pour honoré le dieu de notre forêt. Et je suis fier d'avoir était choisis. Même si la mort ne ressemble pas vraiment à ce que j'imaginais. On m'avait dis que j'allais me réincarner en cerf. C'est pour ça que j'ai reçu la marque au milieux de mon dos, j'avoue que...

Mylfir se taisait, yorin avait l'air mal à l'aise, mais après quelques instants elle était redevenu comme avant. Myfir décidait d'arrêter sa phrase au cas où se soit elle qui l'ai mise mal à l'aise.

" -Eh bien ici, c'est ce que certaines personnes nomment, de leur vivant, le Paradis, l'Enfer, l'au-delà, et bien d'autres noms encore. Le monde tel que tu l'as connu devait être très petit et fermé, mais ici tu es libre de te déplacer où tu le souhaites, sans danger. D'ailleurs la ville dans laquelle nous nous trouvons s'appelle Tokyo, et elle se trouve à peu près de l'autre côté du monde par rapport la France!
Enfin bref, tu en apprendras de toute façon plus au fil des jours.
Oh et, j'oubliais, ce qui attire le regard des gens est sans doute ton style vestimentaire pour le moins... spécial."


"-Tokyo? La France? heu je ne connais pas tout ça, et qu'est ce qu'il a mon style vestimentaire? Je m'habillais tout le temps comme ça dans ma forêt et personne me regardait aussi bizarrement.  

Ensuite, Yorin foullait dans son sac. Mylfir lui avait quelques vertiges mais il allait faire avec, il essaya de ne pas les extériorisez et regardait alors ce que yorin était en train de lui tendre, c'était une sorte de petite boule qui semblait comestible.

" -Tiens, ce sont des daifukus, une spécialité d'ici !"

Myfir portait alors ce "daifuku" à son nez pour le sentir, mais sa tête tournait de plus en plus. L'odeur était sucrée et donnait envie de la manger. alors qu'il le portait à sa bouche comme le faisait Yorin avec le sien. Mais d'un coup, il se sentait changé, comme ... comme la première fois qu'il était arrivé. IL regardait alors ses mains. Elles étaient devenu griffues et écailleuses. Il levait la tête pour voir la réaction.

Devant elle se tenait un énorme lézard, son interlocuteur s'était changé en dragon de Komodo.

Myfir essaya de parler en vains.
Invité

#5 le 06.03.17 23:36

avatar
Invité

Myfir commençait à peine à décrire sa mort et déjà une ambiance particulière s'installait. Ce qu'il disait n'avait pas vraiment de sens, et toute la philosophie du mythe de la caverne se retrouvait dans sa situation. Encore une fois, ce n'était pas de la naïveté, après tout il ne pouvait pas savoir ce qu'il se passait en dehors des barrières virtuelles érigées par sa secte.
Il était difficile de suivre ce qu'il disait car ses paroles n'avaient ni queue ni tête, mais Yorin devait se rendre à l'évidence : l'homme devait ressentir la même chose de son côté.
Elle réalisa à quel point les difficultés qu'il allait éprouver pour retrouver une vie normal dans le monde des morts étaient grandes.

La lémure souhaitait plus que tout l'aider dans cette tâche, mais alors qu'il s'apprêtait à manger la pâtisserie qu'elle lui avait offert, un changement commença à opérer. Des griffes apparaissaient au bout de ses doigts à mesure que son corps se déformait et que des écailles se matérialisaient sur sa peau. Yorin pencha la tête sur le côté, étonnée mais pas choquée - elle avait vécu tant de situations étranges depuis qu'elle était arrivée - et elle observa la transformation en varan de Myfir.
L'homme, si on pouvait encore l'appeler ainsi, ouvrit la gueule, mais seul un gargouillis sortit de sa gorge, bien que la jeune fille n'aurait pas été si étonnée qu'il soit doué de parole.
Cependant la scène était maintenant assez pittoresque, car Yorin ne savait pas s'il était toujours capable de comprendre ses mots, le mutisme n'aidant pas à clarifier le tout.
Malgré cela, la jeune lémure était d'autant plus amusée par la tournure que prenaient les évènements et elle ne plus s'empêcher de rire avec légèreté.

" -Eh bien, il va m'être difficile de vous apprendre quoi que ce soit sous cette forme !"

Elle espérait tout de même que la transformation n'était qu'éphémère, le nécromancien semblant de toute évidence incapable de contrôler son pouvoir tout juste acquis.
Yorin décida finalement de s'asseoir sur un banc, attendant patiemment que la métamorphose se termine et qu'elle puisse planifier des cours avec Myfir.
Elle sortit un livre signé Alexander Kohl, un nécromancien dont elle appréciait le style et reprit sa lecture de là où elle l'avait arrêtée.

Invité

#6 le 07.03.17 22:47

avatar
Invité
Myfir hocha la tête aux paroles de Yorin, il ne savait pas se contrôler, il grimpait difficilement sur le banc pour regarder le livre de sa nouvelle amie.

Il avait une toute autre perception des choses, il voyait des choses qu'il ne voyait pas avant, et n'en voyait pas certaine autre. Mais ce qui le changeait le plus était de sentir le soleil le réchauffer, dans le sens ou il en avait besoin. Il essayait de ne pas trop prendre de place mais il s'avérait qu'il était assez imposant.

Il se posa donc aux cotés de Yorin, profitant de la chaleur qui lui était plus que jamais bénéfique.

Les arbres lui paraissaient immenses, et différents, il ne les voyait plus roses comme avant, ils étaient plus ternes.

Il entendait chaque mouvements que faisait Yorin, enfin beaucoup plus qu'avant. Et différemment aussi.

Et il resta comme ça deux bonnes heures, avant d'enfin redevenir humain. Enfin...

"Désolé... je ne sais pas ce qui m'arrive, c'est la cinquième fois que je me transforme en créature comme celle-ci. J'espère que tu ne m'en veut pas de t'avoir fais attendre...

Le druide semblait sincèrement désolé, il avait la tête baissé et n'osait plus regarder Yorin en face

"Si tu es toujours d'accord pour m'apprendre la langue je t'en serai très reconnaissant

En disant ses mots il relevait la tête, pour voir la réaction de Yorin
Invité

#7 le 20.03.17 12:47

avatar
Invité

Il est vrai que dans la vie de tous les jours, voir un dragon de komodo grimper sur un banc à côté d'une jeune fille lisant sans être perturbée était somme toute quelque chose de plutôt rare.
Mais dans le monde des morts, ce genre d’événements n'avais plus rien d'étrange.
C'est pour ça que Yorin continuait à lire le roman, attendant que Myfir ne retrouve une forme humaine. Au moins, s'il ne pouvait plus parler, elle était sûre qu'il était encore capable de se controler, voire même qu'il comprenait ce qu'elle lui disait.
Ils restèrent tous deux assis comme ça pendant une paire d'heures, quand finalement Yorin aperçut du coin de l'oeil le changement de forme opéré à côté d'elle.

""Désolé... je ne sais pas ce qui m'arrive, c'est la cinquième fois que je me transforme en créature comme celle-ci. J'espère que tu ne m'en veut pas de t'avoir fais attendre..."

Myfir semblait assez mal à l'aise, et Yorin espérait qu'elle serait en mesure de lui faire relever la tête car elle était loin de le juger pour ce qui lui arrivait, et elle ne lui en voulait pas le moins du monde.

"Si tu es toujours d'accord pour m'apprendre la langue je t'en serai très reconnaissant"

La jeune lémure déposa son livre sur le banc en riant avec légèreté avant de répondre.

"Bien sûr que je suis toujours d'accord! Ca te convient si nous travaillons deux fois par semaine, disons le mercredi et le vendredi soir? En attendant d'avoir de bonnes bases, tu pourras toujours te servir des potions dont on a du te parler qui te permettent de comprendre les autres langues."

Yorin était toujours souriante. Elle avait hâte de commencer les cours avec lui. Elle qui avait depuis toujours adoré découvrir de nouvelles langues allait pour la première fois transmettre son savoir, et la lémure songea un instant qu'elle pourrait même en faire son métier, aidant les nouveaux venus à vivre dans le monde des morts.