#1 le 21.02.17 19:28

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1372
× Øssements 911
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
http://www.peekaboo-rpg.com/t1294-etsu-morugawa-lassee-de-la-vie http://www.peekaboo-rpg.com/t1298-etsu-morugawa-come-watch-the-sky-with-me#23487 https://parolesdindecise.wixsite.com/blog

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
25/100  (25/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1372
× Øssements 911
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
Akajou & Etsuchou

C'est la mère Etsu qui a perdu son chat
Qui crie dans le couloir à qui le lui rendra...



Une odeur de chocolat incrustée dans les vêtements. Des rougeurs sur les joues à cause du froid de l'hiver. Une faible fatigue et une légère lassitude. Etsu quitta l'ascenseur de l'agence d'Azazel dans un bâillement, son menton s'enfonçant dans sa grosse écharpe de laine qui cachait une partie de son visage. Cachée dans son lourd menton, la jeune spectre rejoignait son appartement d'un pas lent, les épaules un peu basses et le regard perdu dans la vague.

La nuit avait été courte. Etsu était restée dehors une bonne partie de nuit, comptant comme à son habitude les étoiles scintillant dans le ciel avant de rentrer vers quatre heures du matin. Elle avait à peine eu le temps de dormir un peu que son réveil avait sonné, lui rappelant qu'elle avait une tonne de courses à faire. Puis il avait fallu qu'elle passe à la bibliothèque rendre plusieurs livres, qu'elle se rende dans une papeterie achetée un nouveau carnet de notes. Un véritable parcours du combattant que la jeune femme avait effectué avec une énorme tasse de chocolat chaud à la main. À présent, Etsu se retrouvait avec trois énormes sacs de courses, une tasse vide qu'elle avait terminé dans l'ascenseur et une envie grandissante de faire une sieste.

Le couloir était désert et silencieux. À cette heure de la matinée, la plupart des gens devait être dehors pour déjeuner dans des restaurants ou en train de se préparer quelque chose à manger. Une odeur de riz flottait de sous une porte pourtant, malgré tout ce que la jeune spectre avait pu faire depuis la nuit précédente, elle n'avait pas faim. Il fallait dire qu'Etsu n'était pas du genre gourmande. Sauf quand il s'agissait de chocolat. Elle pouvait très bien passer la journée sans manger que cela ne la dérangeait pas. Mais c'était sans compter certains de ses colocataires et les boules de poil qui cohabitaient avec eux dans leur appartement. Sinon, elle ne se serait pas donnée la peine de faire toutes ces courses.

Posant enfin ses sacs devant le logement Pucca qu'elle habitait, Etsu chercha sa clé dans la poche de son manteau tout en soupirant. Elle allait prendre un bain et aller se coucher. Les courses attendraient d'être rangées plus tard. Il lui faudrait juste vérifier que London, son chat et Kiwi, le lapin de son jeune colocataire Ellioth, aient suffisamment à boire et à manger durant la période où elle sommeillerait. Elle espérait juste que son chaton ne soit pas avide de câlins pendant sa sieste et ne vienne l'embêter.

Un soupir lui échappa, ses billes ambrées fixant la porte qui s'ouvrit enfin sur la pénombre de l'appartement rose. Un miaulement aigu lui parvint, la faisant sourire de tendresse tandis qu'elle se penchait pour prendre son chaton dans ses bras. Bien qu'agaçant, London était bien l'un des petits chats les plus mignons du monde, du point de vue de la jeune femme. Sauf qu'à cet instant, Etsu n'était pas prête à ce qui allait se produire.

Un bond et le chat atterit dans le sac de courses le plus proche de lui, étonnant sa maitresse qui haussa un sourcil. Elle n'eut même pas le temps de dire quoi que se soit que la boule de poil blanc fila dans le couloir, vif comme l'éclair et disparut dans l'angle.

Et bien, ce n'était pas sa veine.

- London, reviens.

Et sans réfléchir, Etsu alla à la poursuite de son chat, la porte de son appartement ouvert et ses courses par terre. Son après-midi commençait bien.


acidbrain
Afficher toute la signature
Réduire la signature


I love and I hurt you
Sur mon coussin comme un dessin Comme une tâche C’est ton mascara qui déteint Quand on se fâche Et ce coussin d’ici demain Après l’orage Sera témoin que l’on sait bien Tourner la page


En japonais : #6600FF ; En anglais : #998AA8
Invité

#2 le 27.02.17 22:41

avatar
Invité
Que l'on retrouve ce félin !
Etsuchou & Akajou
Il voudrait être comme eux, libre, spontané, gracile. Il voudrait être des yeux devant lesquels ont fond, capable de toute franchise, capable de tout entendre sans paraître capable d'ensuite venir révéler des secrets. Il désirait être tout aussi fragile, donner envie de protéger. Toutefois il ne pouvait pas, ainsi il ne lui restait que ce loisir de les regarder évoluer.

Les nuages s'entassaient les uns contre les autres, s'abritant du froid qu'ils devaient subir à longueur de temps, dévoilant des couleurs aux teintes monochromes, pâles puis sombres. Un gris tout ce qu'il y avait de plus blême, décourageant. Au dehors, en dessous de ses surfaces cotonneuses, le monde s'assemblait et se séparait avec violence, les talons claquant contre le sol goudronné, les personnes encore un peu perdues se permettaient de lever la tête pour fixer les autres, s'intéresser à leur cas, mais pas lui. Dans ses pensées le monde pouvait se créer et se recréer à partir d'un rien, du néant, de simples lignes posées sur une feuille blanche. Akatsuki souleva la tête de son écharpe rouge, le bout de son nez rougi rencontrant l'air frais et la bise matinale, lui arrachant un éternuement, encore un. Il ne savait pas ce que c'était, mais quelque chose, quelqu'un portait sur lui une odeur, un objet, une essence qui piquait son allergie et le faisait réagir de la plus violente des façons. Le Lémure poussa un long soupire, son sac dans une main, l'autre s'étant depuis longtemps perdue dans une des nombreuses poches de son manteau. Ce n'était pas qu'il était las non, juste un poil fatigué, juste un peu découragé et peut-être juste un poil ennuyé. Les débuts de journée étaient pourtant un des moments qu'il adorait le plus avec le calme de la nuit, avec ce moment magique où il pouvait lire sans être dérangé par une quelconque personne barge qui se permettrait de hurler dans les couloirs ou de danser contre les portes. Cependant, tout cela c'était seulement dans la théorie, dans la pratique il semblerait qu'il devienne chaque jour un peu plus énergique, tel un oiseau désirant ouvrir ses ailes pour tenter de voler à nouveau.

Lentement, il fit rouler ses épaules dans ses vêtements, poussant un bâillement qui lui décrocha la mâchoire alors qu'il se frotta doucement les yeux, ses lunettes étant depuis longtemps cachées parmi les nombreux tissus l'habillant. Dans sa poche, il tenta une nouvelle fois d'ouvrir et de refermer sa main blessée, s'attirant une violente douleur qui remonta tout le long de son bras, tel un courant électrique instable, faisant se crisper ses traits. Parfait, il avait toujours mal, tout cela parce qu'il avait voulu tester ce que c'était que de se prendre une cuite monumentale et qu'il avait été un peu trop tête en l'air pour faire attention à la suite. Résultat des courses, un mal de crâne infernal, le porte monnaie vide et le poignet tordu. Le blond se retint de rire de manière nerveuse, ironique, cachant son visage contre son écharpe pour dissimuler son hilarité. Cependant malgré tout cela, la soirée avait été tout de même amusante. Plus amusante que tout ce qu'il avait pu faire dans toute sa vie de personne mortelle et vivante.

Alors que ses pas cessèrent devant l'entrée de l'Agence, il se permit de tourner la tête pour regarder à nouveau le ciel, puisant une inspiration inexorable, l'envie de se poser et de réfléchir lui donnant un air presque béât. A l'abris dans ses pensées diffuses, il posa sa main contre la porte d'entrée et la poussa de son épaule, ses quelques pas subtils et rapides le faisant rapidement atteindre les ascenseurs. Cependant quelque chose l'empêcha d'y monter, un minuscule bruit, un petit miaulement suivit d'un ronronnement tout ce qu'il y avait de plus adorable. Adorable. Voilà quelque chose devant laquelle il ne savait jamais comment réagir. Akatsuki tourna lentement la tête, baissa les yeux, fixant la créature avec un élan de tendresse dans le regard. Une petite boule de poils blanche, avec ses longues moustaches l'observait assise, tendant la patte pour tenter de jouer avec le tissus de son sac. Pendant un court instant il hésita sur la chose à faire, ne pouvant décemment pas laisser cette petite créature toute seule sans une caresse, alors qu'elle lui jetait un des regards les plus beaux qu'il avait reçu. Jamais il n'avait compris pourquoi les animaux l'aimaient autant, pourquoi ils parvenaient à faire ressortir ses côtés les plus tendres. Toujours est-il qu'il avait toujours, dans sa plus jeune année, lorsqu'il était encore "vivant" désiré avoir un animal avec lequel passer du temps. A aucun moment la situation ne s'était présentée, sa mère y étant allergique, il n'avait guère eu le choix.

Tout doucement, alors qu'il s'accroupissait devant l'animal, il tendit sa main afin qu'il puisse la sentir, venant doucement caresser sa truffe et attendant quelques instants. Ses doigts glissèrent sur le haut de son crâne, lui prodiguant quelques petites papouilles, souriant lorsqu'il le vit ronronner contre lui. Ce qu'il pouvait fondre devant ce genre de petite chose.

— Viens là, tu ne peux pas rester tout seul.

Alliant geste à la parole, il l'attrapa et le déposa tout contre sa poitrine, sortant sa main blessée pour fouiller sur son collier, tentant de retrouver éventuellement le nom de son maître. Il ne trouva rien. Peut-être était-il aussi seul que lui, finalement ? Non, impossible, pour le moment il n'envisagerait pas la chose. Le chat toujours contre son manteau, il se rapprocha de la porte de l'ascenseur s'ouvrant devant lui, les yeux toujours posés sur la boule de poils qui paraissait aimer jouer avec le bandage autour de sa main. D'un nouveau coup d'épaule, il bouscula quelqu'un.

— Oh. Excusez-moi, je n'étais pas attentif.

Il deposa son sac et tendit la main vers la demoiselle, la tête légèrement tournée, entre la gêne et cette distance qu'il posait entre lui et les inconnus, inconsciemment.


Made by Neon Demon

#3 le 04.03.17 10:56

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1372
× Øssements 911
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
http://www.peekaboo-rpg.com/t1294-etsu-morugawa-lassee-de-la-vie http://www.peekaboo-rpg.com/t1298-etsu-morugawa-come-watch-the-sky-with-me#23487 https://parolesdindecise.wixsite.com/blog

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
25/100  (25/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1372
× Øssements 911
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
Akajou & Etsuchou

Une fois entré dans mon cœur, tu ne peux plus en sortir



Courir à perdre haleine. Poursuivre ceux à qui l'on tient. Entre panique et angoisse, adrénaline et sueurs froides, on se rend toujours compte au dernier moment de ce qui nous est cher. Etsu le savait pourtant qu'elle tenait énormément à son chaton. Il ne remplaçait pas Cara, le chat angora qu'elle avait de son vivant, car London avait sa propre place dans son cœur. Une place juste à côté de Cara qui manquait beaucoup à la jeune femme, certains soirs. Mais elle n'aurait jamais pensé que cette place prenne autant de place dans sa poitrine.

Courant toujours, la jeune japonaise tourna dans le couloir telle une furie, cherchant des yeux cette boule de poils blanc qui s'était fait la malle. L'idée qu'il se soit perdu et qu'il ne revienne jamais lui retourna les entrailles alors que son regard devenait brillant et trouble. Qu'allait-elle faire si elle perdait London ? Et lui, qu'allait-il devenir ? Son cœur rata un battement, son souffle doublant de vitesse tandis qu'elle accélérait le pas. Quand au détour d'un tournant, son corps rencontra violemment une masse bien plus grande qu'elle. Prise de court, Etsu n'eut pas la chance de se rattraper à quoi que se soit, ses épaules vacillant avant que ses jambes ne se rompent sous son poids. Elle atterrit alors sur le sol comme un gros sac à patates que l'on aurait jeté sans la moindre douceur.

La journée commençait vraiment bien.

La voix d'un homme lui arriva dans un brouhaha causé par acouphènes, sa tête lui tournant légèrement. Laissant un gémissement plaintif lui échapper, Etsu se massa le visage sous cette faible douleur, accusant le coup lorsqu'elle aperçut la main tendue de l'inconnu qu'elle avait bousculé. Les paupières de la jeune spectre papillonnèrent un instant sous la surprise, l'embarras se faisant ensuite une place dans sa poitrine pendant que ses joues devenaient aussi rouge des pivoines. À courir comme elle l'avait fait, elle n'avait pas fait attention à ce qui l'entourait.

- Non, c'est ma faute. Je nous excusais pas.

Attrapant la main gentiment tendue, Etsu se redressa difficilement avant de finir devant celui qu'elle avait bousculé. Ses perles brunes la fixaient avec ce qui ressemblait à une légère gêne, cachées derrière une paire de lunettes qui glissaient sur son nez. Des cheveux blonds, au couleur du soleil et des traits fins, typiques des personnes typés asiatiques. La jeune femme se sentit étrangement impressionné par la stature du jeune homme, certainement parce qu'elle lui était rentrée dedans sans la moindre hésitation. Mais elle n'eut pas le loisir de réfléchir davantage à ce qu'elle ressentait sur l'instant, un miaulement bien connu brisa le silence qui venait de s'installer.

- London ?

Les billes ambrées de la jeune japonaise se baissèrent d'un coup, découvrant alors, calé dans le bras de l'inconnu, cette petite boule de poils qui lui avait filé entre les doigts. De ses grands yeux adorables, London regardait sa maîtresse en miaulant, comme s'il était heureux de la revoir. La panique et l'angoisse disparurent d'un coup, un grand soulagement emplissant la cœur d'Etsu qui se pencha d'instinct vers l'animal pour le caresser entre les oreilles. Elle ne se rendit pas compte qu'elle venait de réduire l'espace entre elle et le blond, un simple sourire heureux se dessinant sur ses lèvres fines alors qu'elle se concentrait sur son chaton.

- Tu es là petit sacripant. Pourquoi tu t'es enfui comme ça ?

L'animal lui répondit par un ronronnement appréciateur, un petit rire quittant la gorge de la jeune spectre qui redressa d'un coup son visage illuminé par la douceur.

- Vous l'avez retrouvé. Merci beaucoup.

C'était une péripétie de terminée. Une angoisse qui se volatilisait. Tout cela grâce à ce jeune homme. Comme quoi, il suffit juste de pas grand chose pour que les choses aillent mieux à nouveau.iv>
acidbrain
Afficher toute la signature
Réduire la signature


I love and I hurt you
Sur mon coussin comme un dessin Comme une tâche C’est ton mascara qui déteint Quand on se fâche Et ce coussin d’ici demain Après l’orage Sera témoin que l’on sait bien Tourner la page


En japonais : #6600FF ; En anglais : #998AA8
Invité

#4 le 15.03.17 22:26

avatar
Invité
Que l'on retrouve ce félin !
Etsuchou & Akajou
Il voudrait être comme eux, libre, spontané, gracile. Il voudrait être des yeux devant lesquels ont fond, capable de toute franchise, capable de tout entendre sans paraître capable d'ensuite venir révéler des secrets. Il désirait être tout aussi fragile, donner envie de protéger. Toutefois il ne pouvait pas, ainsi il ne lui restait que ce loisir de les regarder évoluer.

Le geste répété et respectueux qu'il n'offrait qu'aux jeunes femmes, l'esprit encore un peu confus, il tendit sa patte en sa direction comme il l'avait toujours fait, avec légèreté, le sourire manquant se dessinant peu à peu. Tout était bien sa faute, il n'avait qu'à mieux regarder avant de marcher et non pas se perdre dans des quelconques pensées incohérentes. Peu à peu son regard se glissa sur la personne tombée au sol, remarquant son air fragile et son visage aux parfaites allures de poupée. Sa peau pâle lui rappela en tout point la sienne, nipponne, il devina qu'elle devait avoir en son sang les mêmes origines. De grands yeux de cendres venant rencontrer son regard, il se remit droit, osant agrandir légèrement son sourire, hésitant quand à la chose à dire car en cet instant il savait que la moindre petite chose comptait. Il n'avait jamais été la bonne personne quand il s'agissait de prendre la parole et de se présenter, de donner confiance. Il excellait dans les discours mais était en revanche pathétique pour aborder le monde. Un équilibre précaire par excellence.

— Non, ne vous excusez pas c'est ma faute.

Cela semblait être la meilleure chose à dire dans ce genre de situation, courber l'échine, reconnaître ses tords. Il y avait donc bien quelque chose de bien que son éducation lui avait transmis malgré toutes ses plaintes silencieuses et tous ces reproches furtifs. Ainsi avec lenteur, il l'aida à se redresser et à se remettre sur ses deux pieds, la main tenant la sienne, ce geste étant pour lui agréable car il lui rappelait les seuls bons moments où on avait pris la peine de le voir en tant qu'enfant et non pas en tant qu'objet. À peine quelques minuscules secondes de silence et ses oreilles furent gâtées par un miaulement mélodieux, presque jovial et pendant un court instant, furtif instant il eût l'impression que le chat avait sourit. Ce n'était certainement pas un sourire comme celui qu'il aurait pu esquisser, certainement pas un sourire proche de ceux des âmes ivres chantant le matin. Un simple détail imperceptible, un éclat dans les yeux, c'était bel et bien cela qu'il avait distingué dans ses prunelles et perçu sur ses babines. Et cela piqua sa curiosité, chassant un quelconque désintérêt lorsqu'il redressa le regard et croisa l'air lumineux de la jeune fille. Akatsuki gratouilla le haut de la tête du félin blanc, n'éloignant sa paume que lorsque la voix plus douce que la sienne fit écho dans son crâne.

London.

Ce prénom exotique sembla réjouir le chat présent contre lui, comme si celui-ci venait de retrouver son identité par ce simple mot, ronronnant presque d'allégresse qu'on l'ait finalement reconnu et retrouvé. Et cela le rassura, bien qu'il ne montra aucun signe, bien que ses lèvres ne s'étirèrent pas davantage et qu'aucun murmure ne vient interrompre cette bulle qui s'était créée entre le félin et la jeune fille. Sans doute sa jeune maîtresse, bien qu'il préférait de loin l'appeler sa jeune mère. La jeune nippone - de ce qu'il avait pu constater - se rapprocha, franchissant cette distance qu'il avait mis entre eux deux sans même s'en rendre compte, venant doucement cajoler la boule de poils d'un air réjouis, le sourire aux lèvres. Et cela fût surprenant, de remarquer que ce petit plus sur lui faisait tâche mais sur elle était annonciateur d'une bonne humeur palpable, étant comme un accessoire sur mesure. Il avait toujours reconnu son pays et sa culture comme étant créateurs de fausse joie, tel était comment les gens vivaient encore à son époque, mentant sur leur état, dissimulant leur fatigue et leur excès derrière ce geste qui se voulait poli. Il avait été ainsi habitué au sourire hypocrite et jaune et voir un véritable être ne rien dissimuler derrière était presque étonnant.  

Une nouvelle fois sa voix sonna plus douce que la sienne, le faisant y prêter attention sans même le vouloir, sans reculer pour retrouver cet espace qu'il avait tracé entre eux. Ce ne serait pas poli comme geste, elle aurait pu mal interpréter cette action, croyant qu'il voulait couper court ses retrouvailles avec le petit animal entre ses bras. Akatsuki entrouvrit les lèvres, cherchant les mots, les refermant aussitôt qu'une grande envie d'éternuer le prit et qu'il cajola le bout de son nez d'une légère caresse.

— J'imagine qu'il est à vous.. enfin à toi. Je ne sais pas trop comment vous appeler.

La question se posait toujours, sa manière de parler un peu ancienne le mettant dans l'embarras, rajoutant un côté comique à ses paroles combien même sur son visage ne trônait aucune expression vraiment marquante. Le japonais se rapprocha de l'ascenseur, appuyant sur le bouton afin de le retenir encore à leur étage et reprenant non sans un peu de mal le sac qu'il avait précédemment posé sur le sol.

— Est-ce que je pourrai m'excuser pour mon geste en t'invitant à boire quelque chose ? Et aussi pour te rendre... London, si j'ai bien compris ?

Suite à ses mots il s'empara délicatement d'une des pattes du félin, caressant vaguement son coussinet comme jouant avec, tel un enfant émerveillé. Il lui laissa ensuite le champ libre pour qu'elle puisse le reprendre, savourant pendant les derniers instants la douce chaleur du chat ressemblant à une peluche blanche.


Made by Neon Demon

#5 le 24.03.17 23:21

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1372
× Øssements 911
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
http://www.peekaboo-rpg.com/t1294-etsu-morugawa-lassee-de-la-vie http://www.peekaboo-rpg.com/t1298-etsu-morugawa-come-watch-the-sky-with-me#23487 https://parolesdindecise.wixsite.com/blog

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
25/100  (25/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1372
× Øssements 911
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
Akajou & Etsuchou

Parfois, je me sens vraiment nulle...



La distance qui les séparait n'était pas très grande, pas assez grande pour deux inconnus qui venaient de se rentrer dedans. La distance n'avait pas de réellement importance pour la jeune femme, ce n'était pas ce qui comptait pour l'instant, ni ce qui avait pu se produire quelques minutes plus tôt. Elle se fichait bien de ce qui l'entourait et de ce que pouvait penser cet homme alors que son regard ambré était posé sur l'adorable boule de poil qui avait filé de son appartement. Elle ronronnait joyeusement, comme s'il était l'être le plus heureux du monde et acceptait ses caresses avec allégresse. Etsu ignorait si un dieu existait vraiment dans ce monde, si un esprit était la cause de ses retrouvailles fortuites dans un coin de couloirs mais elle était la femme la plus heureuse et la plus soulagée à cet instant.

Une douceur étrange les entourait, sans que la jeune japonaise ne puisse dire d'où elle pouvait provenir. Était-ce juste ainsi ou était-ce cet homme face à elle qui dégageait une telle aura ? Un léger trouble envahit la spectre quand elle replongea dans les perles brunes du blond, des perles semblables aux siennes, bien que plus sombre. Il y avait quelque chose de familier dans son comportement, de drôlement connu et habituel pour la brune qui ne bougea cependant pas d'un pouce, son corps ne vacillant pas. C'était elle qui s'était approchée ainsi, alors qu'elle n'avait d'yeux que pour le petit London et à présent qu'elle remarquait la proximité qu'elle avait avec cet inconnu, Etsu se trouva un peu bête d'avoir agi de la sorte. Mais qu'importe, il était trop tard pour revenir en arrière et prendre un air faussement embarrassé. Cela ne ferait que gâcher l'atmosphère qui s'était installé.

Et Etsu n'en avait aucune envie.

La voix de l'homme résonna à ses oreilles, un peu grave, assez calme, impersonnel. Il paraissait quelque peu hésitant, ne sachant sur quel pied danser, ne sachant pas vraiment quoi lui raconter. Bien malgré elle, la jeune japonaise le trouva amusant et touchant , la candeur se confrontant à son sérieux. Était-il des mêmes terres qu'elle, de ce pays où les gens étaient si coincés alors que tout pouvait être si simple ? La jeune femme ne se garderait pas de lui poser la question plus tard.

- Tu peux me tutoyer, cela ne me dérange. D'ailleurs, je me nomme Etsu.

Un doux sourire se dessina sur les lèvres de la spectre, ses billes ambrées restant ancrées dans celles du jeune homme en face d'elle. Elle avait l'habitude de sourire poliment aux personnes qu'elle rencontrait, vieille manie du à son éducation stricte et morose. Elle souriait toujours d'un air neutre mais engageant pour ne mettre personne mal à l'aise. Mais le sourire qui s'affichait sur son visage à ce moment-là était tout autre. Bien plus tendre, bien plus joyeux, bien plus lumineux. Un grand et magnifique sourire comme Etsu en arborait rarement.

Ses doigts retournèrent gratter une oreille du chaton, un ronronnement lui répondant tandis qu'elle écoutait le jeune homme lui proposait un verre. C'était assez audacieux de sa part, ne put-elle s'empêcher de penser. Audacieux mais pas déplacé. Etsu avait d'ailleurs envie d'accepter, bien que c'était à elle de s'excuser et d'offrir quelque chose à ce garçon qui avait retrouvé son adorable animal. Elle comptait d'ailleurs le lui faire remarquer quand une chose lui revint soudain en mémoire.

- La porte !

Sa main se claqua sur ses lèvres, ses prunelles s'agrandissant d'étonnement avant que l'affolement ne prenne place dans ses iris. Dans sa précipitation, la jeune femme avait laissé la porte de son appartement ouvert, avec ses cours sur le palier. Il n'y avait pas à dire, elle avait une sacré poisse aujourd'hui.

- Je... j'ai laissé la porte de mon appartement ouvert... ciel que je suis sotte ! Ça c'est de ta faute London !

Les oreilles du chaton se baissèrent instinctivement, le petit animal se rendant certainement compte de sa bêtise avant que sa maîtresse ne rattrape le coup en lui caressant le museau. Ses lèvres laissèrent échapper un soupir légèrement paniqué tandis que son talon frappait le sol à cadence répétée.

- Tu... pourrais-tu m'accompagner ?

Ces mots étaient sortis tout seul de sa bouche, la surprenant un peu quand elle se racla soudain la gorge, prenant un air plus assuré et sérieux.

- Ce sera plus simple ainsi. Je pourrais te remercier d'avoir trouvé London en te préparant quelque chose à mon appartement. Ma proposition est peut-être un peu trop... déplacée ?

Ses joues se teintèrent alors de rose, une moue contrariée peignant ses traits. Allait-il accepter ? Après tout, il l'avait invité à boire un verre. Mais allait jusque dans son appartement ? Et si derrière ses airs de garçon sage se cachait un gros psychopathe ? Etsu eut un tremblement, son cerveau allant à cent à l'heure.

Mais pourquoi avait laissé la porte ouverte ?!
acidbrain
Afficher toute la signature
Réduire la signature


I love and I hurt you
Sur mon coussin comme un dessin Comme une tâche C’est ton mascara qui déteint Quand on se fâche Et ce coussin d’ici demain Après l’orage Sera témoin que l’on sait bien Tourner la page


En japonais : #6600FF ; En anglais : #998AA8
Invité

#6 le 02.04.17 19:00

avatar
Invité
Que l'on retrouve ce félin !
Etsuchou & Akajou
Il voudrait être comme eux, libre, spontané, gracile. Il voudrait être des yeux devant lesquels ont fond, capable de toute franchise, capable de tout entendre sans paraître capable d'ensuite venir révéler des secrets. Il désirait être tout aussi fragile, donner envie de protéger. Toutefois il ne pouvait pas, ainsi il ne lui restait que ce loisir de les regarder évoluer.

La caresse de la fourrure pelucheuse contre sa paume et ses doigts était agréable, encore peu connue, un peu étrange. L'image était comme de caresser des draps de satin, de cajoler une immense sphère tendre qui ne fondrait pas entre ses doigts. Et il se surprit à aimer cela, à apprécier d'avoir un animal plus ou moins discret entre les paumes. Tout du moins, c'était ce qu'il pouvait voir uniquement, ce n'était que des suppositions infondées, quelque chose qu'il voulait croire car il n'était pas sûr de pouvoir un jour bien élever un animal s'il en prenait. Bien trop permissif ou bien trop strict, il jonglait entre ses deux facettes, le regard torve puis acéré, les mots aux consonances douces puis froides. Il n'était qu'une facette de plus dans l'univers, une facette qui tentait de s'éduquer elle-même et qui ne cessait de se risquer à vivre un jour de plus. Qu'importait dans le fond, il était déjà mort. Qu'importait dans le fond lorsque ce que l'on désirait était de grandir et mûrir. Et peut-être, peut-être qu'il n'avait pas assez vécu de ses choses. Peut-être qu'il n'avait pas eu assez de chutes, peut-être qu'il n'avait pas encore assez ris et pleuré. Peut-être. Peut-être bien.

Ce serait le moment d'essayer de vivre convenablement.

Que de ne pas craindre que le jour se lève, de ne pas craindre que les mots viennent à blesser car cela arriverait toujours tôt ou tard. C'était le moment de baisser la tête et esquisser un sourire plus sincère à cette jeune fille, Etsu car elle représentait à elle seule ce qu'il tentait d'atteindre, cette sincérité qu'il ne parvenait à effleurer sans quelques pots cassés. Et c'était rassurant que de répondre à son sourire par un autre tout aussi vrai, que de suivre du regard ce visage de porcelaine et de poupée et de le trouver ainsi harmonieux. Elle représentait une fleur venant d'éclore, venant attendrir son cœur parsemé de glace et de fils barbelés. Akatsuki offrit une énième caresse au félin, retenant un sourire, des yeux rieurs répondant pour lui.

— Enchanté dans ce cas, je m'appelle Akatsuki.

Le jeune japonais voulu tendre la main afin de se présenter correctement, une simple formalité avec laquelle il avait été élevé et qui lui tenait à cœur, mais dès l'instant où son bras se balança la jeune femme sursauta, semblant se souvenir d'un élément perturbant qui le déstabilisa. Il haussa les sourcils, les rapprochant, ne comprenant pas le problème. Avait-il dit quelque chose qu'il ne devrait pas ou bien peut-être que cette demande anodine pour lui était plus que déplacée ? Qu'allait-il faire si elle le prenait pour une espèce de pervers dégénéré cherchant à capturer des proies dans des coins sombres ? Vraiment ce n'était pas sa journée, le monde semblait sans cesse le lui prouver avec ces bourdes incessantes. L'air las prenant place sur son faciès fatigué, il se massa les tempes, cherchant comment prendre parole sans paraître trop louche, sans aggraver son cas qui semblait désespéré. C'était bien lui, que de balancer une phrase aux sous-entendus étranges sans même le remarquer, que d'insulter une personne sans même s'en rendre compte. Il se sentit honteux et incroyablement stupide. Pourtant, alors que la jeune femme plaça une main devant ses lèvres, aucun reproche ne lui fût fait, simplement une information qui lui calma le cœur et les nerfs, ramenant un peu de bon temps dans la prairie vaste et aride qu'était son esprit créatif. Elle avait oublié de refermer la porte de chez elle. Il s'était emporté dans les vestiges d'un cauchemar pour rien, sa naïveté était presque navrante.

Et cela lui donnait envie de rire de lui-même. De faire preuve d'une auto dérision qu'il ne se savait pas capable de dévoiler.

Ainsi, alors que le temps reprit de son allure frénétique, il se mit à rire, un rire discret, nullement moqueur mais amusé par ses propres craintes et par cette jeune japonaise semblant être aussi perdue que lui. Un rire comme ceux des bambins s'amusant des couleurs du monde, léger comme un papillon battant des ailes et se glissant hors d'une quelconque cage dorée. Sa main blessée posée contre ses lèvres, dissimulant ce rictus agréable aux yeux mais qu'il n'avait pas l'habitude de partager avec les autres. Le temps redevint clair, les nuages blancs et cotonneux et sa journée éblouie simplement grâce à ses quelques mots et ce malheureux malentendu monté de toutes pièces. Ce ne fût que quelques longues secondes plus tard qu'il s'autorisa à lui répondre, la tonalité tendre et beaucoup moins glaciale, hésitant tout de même à la réponse qu'il pourrait lui donner. Jamais on ne l'avait invité à faire quelques chose de cette façon, jamais pour un verre, il ne savait pas bien comment réagir, comment se comporter ensuite. Bien que son éducation fût forgée dans cet aspect respectueux envers les jeunes filles, il n'avait jamais été invité par une, bien trop occupé à rester enfermé chez lui, parmi les livres et une solitude trop prononcée. La blond déposa sa paume à l'arrière de sa nuque, grimaçant légèrement suite à sa récente blessure, détournant le regard tout en réfléchissant plus posément à la question. Dans le fond, que risquait-il si ce n'était que de paraître ridicule ?

— Et bien... je suppose que je peux t'accompagner si ça ne te dérange pas.

Ce fût sa réponse tardive mais néanmoins honnête, serrant légèrement le félin contre lui alors qu'il lui laissa la place pour rentrer dans l'ascenseur. Au bout d'un moment une question lui trotta à l'esprit et il se permit de la poser, le plus normalement possible.

— Je suis désolé si j'ai paru bizarre avec ma demande ? Je ne suis pas un pervers ou un truc du genre ne crois pas ça ! Je ne sais pas trop... aborder les gens. Mais enfin, je te laisse mettre ton étage.

Sur ses joues une délicate teinte de rose et de rouge cerise, la gêne lui recouvrait le visage tel un voile masquant ses autres émotions. Celle-ci prédominait sur les autres, étant une des seules qu'il n'assumait pas de ressentir devant autrui. Il se trouvait réellement stupide. Le silence s'installa alors qu'il ne trouvait pas quoi rajouter de plus, les yeux fixant la boule blanche qui s'amusait à fixer son reflet le long de l'immense miroir. Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent au bout de plusieurs secondes et il tendit un bras pour les retenir, lui faisant signe de passer devant, qu'il passerait à sa suite pour l'accompagner

— Je dois dire que London est plutôt doué pour se repérer. La première fois qu'ai pris l'ascenseur je me suis perdu pendant une bonne heure.

Murmurra-t-il entre ses lèvres comme pour lui-même, ne se rendant pas compte qu'on pouvait facilement comprendre ses mots.


Made by Neon Demon

#7 le 02.04.17 20:54

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1372
× Øssements 911
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
http://www.peekaboo-rpg.com/t1294-etsu-morugawa-lassee-de-la-vie http://www.peekaboo-rpg.com/t1298-etsu-morugawa-come-watch-the-sky-with-me#23487 https://parolesdindecise.wixsite.com/blog

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
25/100  (25/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1372
× Øssements 911
× Age IRL : 25 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford | Juunko Naonori
☢ Désintégrator ☢
Akajou & Etsuchou





Un sourire un peu gênant puis un regard, un caresse pour London et un sourire plus tendre. Ce jeune homme avait réellement une aura étrange, apaisante, comme une mer calme que l'on pourrait regarder pendant des heures. Il paraissait froid, distant, comme bon nombre de japonais que la jeune femme avait rencontré par le passé pourtant, son regard s'était illuminé quand il lui avait parlé, quand il avait regardé cette boule de poil douce et mouvante. Certainement était-il encore trop ancré dans les principes de leur éducation, de cette éducation que les mœurs de leur pays d'origine avaient créé. Comme un schéma à suivre, une ligne de conduite dont on ne pouvait se détourner. C'était sûrement cela qui faisait que ce jeune homme, cet Akatsuki, donnait l'air d'être aussi réservé. Mais Etsu sentait qu'il pouvait être bien plus que le simple japonais que son apparence prétendait être.

Les pas du blond les menèrent jusqu'à l'ascenseur tandis qu'il avait accepté de l'accompagner à son appartement. Etsu était rassurée que le jeune homme dise oui à une telle proposition, bien qu'il lui ait proposé de boire un verre pour s'excuser. Ce n'était pas tous les jours qu'elle sortait de telles demandes, surtout avec une telle spontanéité. Ce devait sûrement être ses derniers rapprochements avec ses nouvelles amies qui la rendait ainsi. Plus ouverte, plus instinctive. Et quelque part, cela ne la dérangea pas pour un sou.

Les portes de métal se refermèrent alors que les mots d'Akatsuki lui parvenaient, l'étonnant grandement. Lui, un pervers narcissique ? Les billes ambrées de la jeune spectre fixèrent le blond à ses côtés, ses paupières papillonnant un instant quand un faible rire quitta sa gorge. Ni moqueur ou railleur. Juste surpris.

- Tu ne ressembles pas du tout à l'idée que je me fais d'un pervers. Tu es bien trop... hésitant. Ne penses pas ainsi, je suis certaine que tu es quelqu'un de bien.

C'était sorti tout seul, les pommettes de la jeune japonaise rougissant un instant à ses mots. Qu'est-ce qui lui avait pris de dire une telle chose, surtout à un inconnu ? Certes, elle sentait au fond d'elle que le blond n'avait rien de dangereux ou d'effrayant, ni même de mesquin. Mais de là à dire une telle chose le plus naturellement du monde, il y avait un gouffre. Gênée, Etsu posa son regard sur son chaton, lui offrant une caresse plus pour se tranquilliser que lui faire plaisir avant qu'un doux sourire ne s'étire sur ses lèvres fines. Le petit sacripant lui en avait fait voir de toutes les couleurs tout de même.

- Je suis étonnée moi-même. Il n'est quasiment jamais sorti de l'appartement. Sûrement qu'il a dû retenir le chemin quand je l'ai emmené la première fois.

Un miaulement se fit entendre, la boule de poils blanche semblant toute heureuse entre les deux êtres qui le câliner. Trop doux, trop adorable. L'attention qu'il attirait sur lui réussissait à attendrir la jeune japonaise, lui arrachant un autre sourire enjoué quand les portes de l'ascenseur s'ouvrirent, leur permettant d'accéder à son étage. Entendant le « ding » de la boite de métal, Etsu leva les yeux en direction du couloir qui apparaissait pour ensuite s'y engouffrer, remarquant avec soulagement que ses courses n'avaient pas bougé de leur place. Elle avait vraiment de la chance.

- Suis moi.

Un nouveau sourire, toujours aussi enjouée et la jeune femme s'avança jusqu'à son appartement, sa main poussant la porte de celui-ci pour leur permettre, à son invité et elle, d'entrer.

- Entre, je t'en prie.
acidbrain
Afficher toute la signature
Réduire la signature


I love and I hurt you
Sur mon coussin comme un dessin Comme une tâche C’est ton mascara qui déteint Quand on se fâche Et ce coussin d’ici demain Après l’orage Sera témoin que l’on sait bien Tourner la page


En japonais : #6600FF ; En anglais : #998AA8