Terminé #1 le 20.02.17 3:43

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1586
× Øssements 668
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098 http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1586
× Øssements 668
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien

La vie est un jeu.






La mort aussi. Veux-tu jouer ?


A ce rythme-là, on allait vraiment finir par croire que Pom Warren était un homme qui divaguait dans l’ensemble de la ville de Tokyo sans but et sans fin. Il fallait dire que c’était assez peu éloigné de la réalité. Il était trois heures du matin, heures où nombreuses personnes sont ou vont se coucher. Ce qui n’était pas totalement son cas. Marchant ou plutôt titubant dans les escaliers du métro, le spectre à l’apparence de jeune homme abordait un magnifique sourire de débauché sur le visage et cela malgré la joue rougissante qu’il avait sur le visage.  
Il portait une chemise à rayures rouges et noires, un jean sombre et des bottines dans les mêmes teintes. La chemise, légèrement déchirée et mal boutonnée, lui donnait un aspect négligé que complétaient parfaitement ses cheveux décoiffés, son gros bonnet, son sac à dos à moitié ouvert et son casque à musique posé sur son cou qui produisait pourtant de la musique.

La journée de la veille n’avait rien de reluisante. Pom avait travaillé comme serveur dans un nouveau café où il avait été traité comme un larbin par un patron non conciliant. Furieux, le jeune homme lui avait envoyé une dose d’émotion négative tout en gardant un habituel grand sourire et en avait tiré une forme de satisfaction passagère. Quittant le travail plus tôt, sans prendre le temps de prendre les ossements qu’on lui devait, il avait été dans son bar de base, sa zone de prédilection, pour retrouver Dadine. Elle l’avait motivé et entrainé à une soirée transe où la musique l’avait enivré le temps d’un temps. Jusqu’à ce qu’il se soit retrouvé dans un coin fumeur, derrière la boîte, à embrasser quelqu’un. Il aurait peut-être du réfléchir, mais Pom aimait jouer. Il aimait le défi, et quelques heures plus tard, il était dans l’appartement de cette personne à fumer un mélange d’opium et de potion. Il était bien et ça le faisait rire, mais Pom riait toujours, même lorsqu’il était mal. Il avait peut-être été un peu mal, aussi. C’était ça qui avait dû le conduire au balcon. Et face à l’immensité du monde, les étoiles, l’air frais, face à la musique silencieuse d’une ville dormant son cœur s’était emballé. Il l’avait senti à côté de lui, il avait répondu à ses baisers, et elle lui avait dit : « Est-ce que tu as envie de moi ? »

Il avait dit non. Elle l’avait giflé. Il avait ri. Elle s’était fâchée. C’était stupide, mais c’était ainsi. Il n’avait pas spécialement envie d’elle, il avait juste eu envie de s’amuser. Aurait-il dû lui mentir ? La question et l’attitude désinvolte du jeune homme avait suffi à énerver davantage la demoiselle qui l’avait viré de chez elle avec raison. Toutefois, Pom n’avait pas été dupe que sous la colère, il y avait eu une forme d’amusement. Il aurait sans doute à nouveau sa chance, ou pas. Et ça n’avait pas la moindre importance.

Quelques minutes plus tard, il était en bas de l’immeuble de la demoiselle à boire avec des marginaux, discutant avec eux de politique, d’économie et de monde en cruel changement. A vouloir refaire le monde des morts, une heure était passé. Il avait hésité à les suivre dans leurs squats, mais l’envie de pisser avait pris le pas sur le reste. Et lorsqu’il avait voulu les retrouver, les marginaux avaient disparu. Ce qui était sans doute préférable.

Ce qui était moins préférable, c’était dans l’état où il se trouvait. Pom en avait pleinement conscience, il savait parfaitement ce qu’il faisait malgré les produits circulant dans son sang. Sa démarche était bancale, ses vêtements mal fichue, une odeur suspecte de drogue et d’alcool devait avoir rejoint son parfum naturel et ses yeux brillaient davantage qu’à l’accoutumé, même ses cheveux avaient des lueurs paillettes dû à l’abus de drogue, mais lui savait bien qu’il était en train de descendre dans les marches d’un métro. Le pire, c’était que l’effet passant légèrement, il ressentait les émotions des personnes autour de lui sans parvenir à identifier leurs sources, trop saoul pour se concentrer. Cette invasion de parasite l’agaçait.

Il essaya de se concentrer sur le son de sa musique et ce fut cette concentration, rajoutée au reste, qui lui oublier de regarder où il allait et percuter brutalement un jeune homme. Manquant de tomber, Pom s’agrippa à l’autre pour rester debout, le fixant dans les yeux. Il grogna soudainement en voyant ses yeux d’un bleu sombre.

« Eh ! Regarde un peu où tu marches, crétin. » Lança-t-il joyeusement, avec son accent si particulier ne provenant de nulle part, les mots légèrement déformés par son inaptitude à parler correctement le japonais. Il se mit à rire, facétieusement, comme-ci son insulte avait été la meilleure blague de l’année : « Ah ! Et  rends-toi utile, tu sais pas où je peux trouver du rhum dans le coin ? »


Objet : 0 • Dé : 0

Terminé #2 le 26.02.17 17:47

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 876
× Øssements 899
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : réduite
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford
Big Grumpy Cat
http://www.peekaboo-rpg.com/t1408-toulouze-broken-glass http://www.peekaboo-rpg.com/t1411-toulouze-find-yourself

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 876
× Øssements 899
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : réduite
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford
Big Grumpy Cat

Tonight, in the train station, I loose my mind

Pom & Tou
Odeur d'urine et de cigarette. Alcool fort et potions en tout genre. Un train passe, dans le silence oppressant de cette station de métro presque déserte. Les lumières éclairent bizarrement, les employés ont quitté leur poste et la radio normalement en marche est arrêtée. Il doit être bien tard pour que ce lieu soit aussi dépeuplé et tranquille, voire même inquiétant pour certains.

Mais le jour où tu t'inquiétera pour un truc du genre n'est pas encore arrivé, pas vrai ?

Un bâillement sonore lui échappa, une faible odeur de sueur se dégageant de sa veste en cuir et son sweat-shirt bleu marine. L'une de ses paumes vint frotter ses paupières avec mollesse, l'autre tenant fermement son téléphone portable qu'il farfouillait sans trouver quoi que se soit d'intéressant. Toulouze s'était réveillé dans un coin de la station avec un mal de crâne à assommer un cheval, le faible souvenir d'un cauchemar horrible restant ancré dans un coin de sa mémoire. Il n'arrivait cependant pas à se rappeler comment il avait fini dans un tel endroit et de ce que lui disait son portable, il n'était pas prêt de se souvenir. Le zombie n'avait rien noté depuis le début de la matinée, la seule information lui restant était d'être passé à la boutique de Maliva. Le seul truc était qu'il ne se rappelait pas lui avoir acheté quoi que se soit et aucune potion ne remplissait sa flasque.

Mais qu'est-ce que tu as fait encore ?

Un faible grognement résonna dans sa gorge, ses maux de tête reprenant de plus belle. C'était bien sa veine. Comme s'il avait besoin d'un truc pareil maintenant. Et dire qu'il venait tout juste de se réveiller. Toulouze poussa une plainte, ses yeux sombres observant l'ensemble de la station vide tandis qu'il rangeait son cellulaire et agitait d'un air ennuyé sa gourde vide. Il était bon pour rentrer à  l'appartement qu'il partageait avec ces autres spectres bien trop emmerdant et envahissant. Le zombie n'était pas très motivé pour s'y rendre, surtout qu'il se souvenait encore de sa dispute avec deux de ses colocataires féminines les plus chiantes et d'avoir enfermé le petit animal qui le suivait partout et dont Teo ne voulait pas se débarrasser. C'était dire que l'homme avait envie de soupirer. Peut-être ferait-il mieux d'aller dormir dans un squat quelque part. Mais les fringues de la nécromancienne faisait tout de même un super oreiller...

Bon, tu te décides ou bien ?

Les doigts de Toulouze frottèrent ses sourcils, son cerveau commençant à lui faire bien trop mal. Il ferait mieux de rentrer. Tant pis si le cochon poilu venait dormir contre lui cette nuit, il serait bien mieux à l'appart que quelque part sur le trottoir. Pas vraiment convaincu par sa décision, le métis se dirigeait vers le quai pour prendre le prochain métro et retourner à l'agence, un autre bâillement passant entre ses lèvres quand d'un coup, un corps lui rentra dedans.

Bah dis donc, c'est ta soirée !

Un mec aux cheveux rougeoyant. Au teint pale et aux joues rougies. Son bonnet énorme tombait sur son front et sa chemise ne demandait qu'à finir à la poubelle. En entendant son rire, Toulouze remarqua bien qu'il était totalement pété, son regard le fixant à peine. Il devait vraiment être tard pour que ce genre de type se promène gentiment. Le zombie sortit son portable, le regardant un instant avant de le ranger. 3h du mat. En effet, il était vachement tard.

Bon tu rentres ou pas ?

Négligemment, le métis poussa le garçon sans lui porter un autre regard et reprit son attente silencieuse là où il l'avait laissé. Toulouze était trop fatigué pour se prendre la tête avec quiconque et il sentait qu'en retournant à Van Gogh, il allait s'en prendre encore plein la poire si les filles étaient là. Un soupir lui échappa, l'une de ses mains remontant sa capuche sur son crâne. Rentrer et dormir dans les fringues de Teo. Et tout habillé. Comme ça, son odeur alcoolisé finirait sur ses vêtements et peut-être que ça lui apprendrait à ranger son bordel.
© Belzébuth


Afficher toute la signature
Réduire la signature



   
Baby, Baby please...
Birds flying high you know how I feel Sun in the sky you know how I feel Breeze driftin' on by you know how I feel. It's a new dawn It's a new day It's a new life for me yeah

Terminé #3 le 26.02.17 18:17

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1586
× Øssements 668
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098 http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1586
× Øssements 668
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien



Terminé #4 le 26.02.17 18:17

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1849
× Øssements 371
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1849
× Øssements 371
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Pom Warren' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'6 FACES' :

Terminé #5 le 26.02.17 19:04

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1586
× Øssements 668
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098 http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1586
× Øssements 668
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien

Je n'aime pas être évité,






Je n'aime pas être ignoré !


Je n’en crois pas mes yeux ! Il est sérieux ce gars ? Il vient totalement de m’ignorer ! Pas une excuse, pas un pardon, pas une insulte ! Ce crétin sans le moindre courage m’a juste repoussé avec la même facilité et la même aisance que si j’étais une plume venue lui chatouiller le front ! Quand je pense que quand j’étais en vie, les gens comme lui m’appelaient maître. Sursaut. Cette pensée est dégueulasse, et j’en culpabilise un peu. J’ai beau avoir évolué, j’ai parfois des retours de ma vie d’avant comme un rejet acide de mon estomac qui me laisserait un gout de vomi mental.

N’empêche que noir ou blanc, mec ou meuf, crétin ou génie, tu ne fais pas genre que je n’existe pas ! C’est une dinguerie quand même ! Entre la chimère qui me parle comme-ci j’avais quatre ans, la coccinelle qui doit rêver de me gifler depuis qu’elle m’a rencontré, les vampires qui me servent de colocataires et la claque de tout à l’heure, l’année 2017 est contre moi !

La tête baissée, Pom a vacillé en arrière,  il a détourné les pieds et il est resté immobile. Puis il a avancé, suivant le gars. Son regard toujours au sol, semblant ailleurs, ruminant des pensées râleuses mais amusées. Ses mains se sont rejointes, puis ses doigts droits ont glissés sur son poignet gauche, claquant un élastique noir. Il le fit une seconde fois, se concentrant sur les couleurs l’entourant.

Il y a un rouge vif, de l’amour, provenant d’une fille assise sur un banc qui embrasse goulument un garçon aux cheveux verts. Sans la moindre décence son cœur semble vouloir exploser de cette passion. Pom évite cette émotion, virevolte son esprit et le pose sur un gars un peu plus loin. Lui, personne ne le remarque, il pleure en silence et son cœur semble brisé à ses pieds. Sa couleur est si triste que le corps de Pom se glace de l’émotion, il se surprend à avoir envie de s’effondrer sur le sol et tire une grimace de dégout, avant de laisser son esprit divaguer vers un autre.

Cet autre, c’est un gamin, naïf. Ses sentiments sont si roses qu’il doit être émerveillé par le métro. Il doit découvrir la vie et il est heureux de vivre. Un optimiste ! Celui qui pense quand la pluie tombe que c’est génial. Celui qui est heureux de marcher dans la merde, car ça porte bonheur et qui voit toujours le verre à plein, même lorsqu’il est au trois-quarts vide.

Et puis, il y a ce type en colère, qui cherche quelqu’un à cogner. Il est rouge d’une passion qui n’est pas l’amour. Il cherche des yeux le prochain à frapper, le prochain à cogner. La fureur est dans son cœur et s’il pouvait, il irait se battre contre le monde entier.
Près du couple, il y a une dame dégoutée, écœurée par le spectacle. Elle doit avoir l’impression d’avoir mangé un plat immonde et si elle ne se retenait pas, elle vomirait sur les petits amoureux.

Il y a d’autres sentiments, des nombreux, des plus grands, des plus petits. L’esprit de Pom s’arrête sur chacun, et il se rapproche du mec qu’il a bousculé tantôt. Il se place derrière lui, telle une ombre, le visage toujours baissé, la main toujours sur les élastiques. Les sentiments de l’étranger à la peau attirante mais à l’attitude exécrables sont plutôt plats. Fatigue ou personne zen, Pom ne peut savoir. Il sait juste que ce vide permet d’être rempli plus facilement. Il est plus facile de faire entrer une émotion dans une boîte où il y a de la place que devoir altérer, modifier ou remplacer une émotion.

Son esprit s’arrête alors sur une personne. Une personne qui est en train de se faire agressé par le gars terreur de tout à l’heure. Il flippe carrément et heureusement, un gars plein d’assurance vient prendre sa défense. La scène se passe au loin, mais Pom la ressent. Il ressent l’effroi de la victime. Et doucement, lentement, il enroule le sentiment. Son sang se glace sous l’émotion, Pom est tout autant terrifié, mais il contrôle l’émotion, il l’enroule. La drogue, l’alcool, l’aide à ne pas trembler. L’énervement aussi, d’avoir été aussi facilement rejeté et repoussé par un gars qu’il ne connait pas.

Et la terreur s’enroule en une bobine d’un orange d’halloween, de touche violette, de cette émotion intense. Et doucement, très doucement, une masse se forme, se créé, se modifie. C’est comme une tornade, qui tournerait entre ses doigts. Pom se concentre, encore, il doit se presser : il ne faudrait pas que sa victime parte.

Et d’un seul coup, la main de Pom s’est posé sur le dos de ce garçon qui ne lui a rien fait. La terreur contenue entre ses doigts se repend dans la paume de sa main avant d’emplir entièrement l’autre être qui lui fait face. Il l’amplifie, l’augmente, comme-ci la plus grande peur de l’autre venait de naître sous ses yeux. Comme-ci le plus grand de ses cauchemars venait d’apparaître. Et Pom appuie légèrement de sa main, avant de dire d’une voix distincte, avec son accent si particulier mais qui doit rappeler à l’autre légèrement le vieux français, et dans un français calme :

« Vous pourriez répondre aux questions qu’on vous pose, Orchidoclaste ! »

Ses yeux verts brillent de nuances orangées, légèrement violette, ils brillent de moquerie, d’amusement, d’un jeu auquel il n’explique jamais les règles. Après tout, le but n’est jamais de gagner ! Le but est simplement de s’amuser. Pas certain que le type face à lui trouve ça amusant.

Après tout ! Il l’a bien cherché, se dit Pom, au même instant qu’il a posé la paume de sa main sur lui. Qu’il apprenne à avoir peur, cet imbécile ! Qui ose repousser les gens sans répondre à une question posée ! Cela lui apprendra à être poli.
Rien se spécial

Terminé #6 le 04.03.17 23:23

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 876
× Øssements 899
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : réduite
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford
Big Grumpy Cat
http://www.peekaboo-rpg.com/t1408-toulouze-broken-glass http://www.peekaboo-rpg.com/t1411-toulouze-find-yourself

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 876
× Øssements 899
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : réduite
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford
Big Grumpy Cat

Bad memories. Sad memories

Pom & Toulouze
Les poils qui se hérissent dans la nuque. La sueur qui coule sur la peau. Lentement. Doucement. Le souffle qui s'accélère. Le cœur qui bat plus fort. Les yeux qui s'écarquillent. Il y avait un problème. Un sérieux problème. C'était juste impossible. Impensable.

C'est quoi ce délire ?

Estomac serré. Sentiment étrange. L'homme sentit dans sa poitrine une chose qui grossissait sans qu'il ne comprenne pourquoi, sans qu'il puisse la contrôler. C'était comme si elle était douée d'une volonté propre, d'une envie de grandir et de se faire une place dans son être tout entier. Sauf que s'il la laissait faire, s'il la laissait grossir sans agir, il n'était pas dit qu'il puisse se débarrasser d'elle. Il serait perdu. Totalement perdu.

Une telle chose ne pouvait décemment pas arriver comme ça, sans raison. Toulouze passa nerveusement sa main sur son torse, sa respiration s'accélérant de seconde en seconde. C'était n'importe quoi. Pourquoi ressentait-il un truc pareil, dans un endroit pareil, alors qu'il ne faisait rien d'autre qu'attendre un métro ? Il n'avait fait qu'attendre... et ignorer ce type. Qui soudain, lui parla.

C'est du gros n'importe quoi !

Un frisson parcourut son dos, incontrôlable. Les mots prononcés par l'homme derrière lui lui glacèrent le sang, bien plus que le sentiment qu'il ressentait. Toulouze ne voulait pas lui donner de nom, ni avouer qu'il lui tordait les entrailles. Cependant, il ne faisait que grossir. Et ce davantage à l'entente de cette langue qu'il détestait. L'avait-il fait exprès ? Avait-il deviné ? Et comment aurait-il pu savoir ? Ce mec devait un nécromancien, c'était la seule explication. Car il n'y avait pas de raison que le zombie ressente une telle chose juste en entendant des mots prononcés en français. C'était tout bonnement impossible.

Et pourtant, t'es bien en flippe mon pote.

Sa respiration se bloqua un instant, son corps se tournant d'un coup vers l'homme dans son dos auquel il attrapa le col avec agitation. Ses yeux bougeaient dans tous les sens, comme pour chercher un danger. Son corps tremblait, bien malgré lui. Sa gorge était serrée à un point qu'il n'était pas dit qu'il puisse parler. Comment le pourrait-il de toute façon ? Son cerveau lui envoyait des images qu'il ne pouvait pas voir, des idées auxquelles il ne voulait pas penser. C'était pire qu'une descente après la prise de drogue, pire que l'enfer dans lequel il vivait en permanence. Cette sensation que le pire allait arriver. Que la mort elle-même allait venir le chercher. Et bizarrement, la mort ressemblait à ce type.

Mais t'es déjà mort Toulouze. Contrôles toi !

Ses doigts serrèrent plus fort, la colère tentant de reprendre le pas sur cet autre sentiment qui le tétanisait presque. Le zombie voulut parler, hurler même mais rien ne sortit de sa bouche. Il voulut frapper, massacrer quelque chose, mais son corps ne lui obéissait pas. Il était là, le poing serré sur la chemise de ce type qui le regardait d'un air bien trop présomptueux. Toulouze eut l'impression de se retrouver des années en arrière, des siècles en arrière, alors qu'il vivait encore dans une cahute près d'un champ de coton. Alors qu'il courrait dans la forêt pour fuir et sauver sa vie. Les choses étaient pourtant bien différentes ici, tellement différentes. Il ne pouvait pas mourir. Il était déjà mort. Alors pourquoi avait-il l'impression que cet homme allait sortir un fusil de sous sa chemise pour le buter ?

C'est la peur crétin ! L'écoutes pas !

Mais si seulement il pouvait se contrôler. Ce n'était pas dit qu'il y arrive, ni à cet instant, ni même dans deux heures. Toulouze était parti pour ressentir ce truc un long moment, un très long moment. Pourtant, comme par miracle, sa voix réussit à sortir de sa gorge en un fin filet, à peine audible, entre ses dents serrées. Une petite phrase, simplement murmurée, qui ne révélait pas vraiment de son état de fureur et de peur mêlées.

- Je réponds à qui je veux... quand je veux...

Ayant utilisé le français à son tour, Toulouze espéra secrètement que ce type comprenne qu'il jouait avec le feu en s'en prenant à lui. Bien qu'il  ne soit pas réellement en état de lui faire quoi que se soit. Mais ce que le zombie devait espérer le plus était de ne pas revivre à nouveau ce qu'il avait vécu ce soir-là, cette scène qui ne cessait depuis quelques secondes de repasser en boucle dans son esprit.

T'es fais pas Toulouze. Y'a pas de chevaux dans une station de métro. Et puis tu risques pas de mourir une nouvelle fois.
© Belzébuth


Afficher toute la signature
Réduire la signature



   
Baby, Baby please...
Birds flying high you know how I feel Sun in the sky you know how I feel Breeze driftin' on by you know how I feel. It's a new dawn It's a new day It's a new life for me yeah

Terminé #7 le 05.03.17 2:03

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1586
× Øssements 668
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098 http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1586
× Øssements 668
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
Evidemment se lancer vaut pour un 1. (voir 0, je m'en fous ♥)



Option du destin - vous SPOILEZ pas làààà!:

Emprise de Tou Chemise Coup de poing émotions
10 Pom arrive à se défaire de l'emprise Intacte Paré Pom est contaminé
11 Pom arrive à se défaire de l'emprise Intacte Ok Non
12 Pom arrive à se défaire de l'emprise déchirée Paré La colère l'emporte
13 Pom arrive à se défaire de l'emprise déchirée Paré La peur l'emporte
14 Pom arrive à se défaire de l'emprise déchirée Ok La colère et la peur se mélangent
15 Pom arrive à se défaire de l'emprise déchirée Ok Non
16 Pom arrive à se défaire de l'emprise déchirée Ok et fuite non
17 Pom arrive à se défaire de l'emprise intacte paré et fuite la peur l'emporte
18 Pom ne peut pas se défaire Intacte Ok et fuite émotions
19 Pom ne peut pas se défaire Intacte paré et fuite Pom est contaminé
20 Pom ne peut pas se défaire déchirée Paré Non
21 Pom ne peut pas se défaire déchirée Ok La colère l'emporte
22 Pom ne peut pas se défaire déchirée Ok La peur l'emporte
23 Pom ne peut pas se défaire déchirée Paré La colère et la peur se mélangent
24 Pom ne peut pas se défaire déchirée Ok Non
25 Pom ne peut pas se défaire déchirée Paré non
26 Pom ne peut pas se défaire intacte Paré la peur l'emporte
27 Pom ne peut pas se défaire intacte Paré Pom contamine Tou par une émotion positive
28 Pom n'arrive pas à se défaire mais choppe Tou déchirée Ok La colère l'emporte
29 Pom n'arrive pas à se défaire mais choppe Tou déchirée Paré La peur l'emporte
30 Pom n'arrive pas à se défaire mais choppe Tou déchirée Paré La colère et la peur se mélangent
31 Pas défait, Pom frappe Tou à la lèvre intacte Paré partiellement La colère l'emporte
32 Pas défait, Pom frappe Tou à la joue intacte Paré partiellement La peur l'emporte
33 Pas défait, Pom frappe Tou au menton déchirée Paré partiellement La colère et la peur se mélangent
34 Pas défait, Pom frappe Tou au nez déchirée Paré partiellement Non
35 Pas défait, Pom frappe Tou à l'épaule (il est pas doué) intacte Paré partiellement non
36 Pas défait, Pom frappe Tou à la lèvre intacte YEAH la peur l'emporte
37 Pas défait, Pom frappe Tou à la joue intacte YEAH Pom contamine Tou par une émotion positive
38 Pas défait, Pom frappe Tou au menton déchirée YEAH La colère l'emporte
39 Pas défait, Pom frappe Tou au nez déchirée YEAH La peur l'emporte
40 Pas défait, Pom frappe Tou à l'épaule (il est pas doué) intacte YEAH La colère et la peur se mélangent
41 Echec critique sur tout Déchirée Totalement paré Crise
42 Echec critique sur tout Déchirée un peu trop et la potion fonctionne plus, trop, paré, et la P est visible, Crise
43 Echec critique sur tout Déchirée un peu trop (P visibe) paré, et la potion P fonctionne plus Crise
44 Echec critique Déchirée Totalement paré Calme
45 Echec critique Déchirée Totalement paré Colère
46 Echec critique Déchirée Totalement paré Peur
47 Echec critique Déchirée Totalement paré Tristesse
48 Echec critique Déchirée Totalement paré Panique
49 Réussite cheloue, il se libère déchirée et frappe Tou dans le ventre Euphorie
50 Echec critique déchirée mais amplifie l'émotion de Tou Non contaminé
51 Echec critique déchirée mais amplifie l'émotion de Tou Contaminé partiellement
52 Echec critique déchirée mais amplifie l'émotion de Tou Contaminé
53 Pom se blesse involontairement Intacte paré colère
54 Pom se blesse involontairement déchirée paré peur
55 Pom se blesse involontairement déchirée touché rien
56 Décrire l'action mais ne peut pas déterminer la suite, laisser la joueuse de Tou décider avec ça, haha !
57 Décrire l'action mais ne peut pas déterminer la suite, laisser la joueuse de Tou décider avec ça, haha !
58 Des gars interviennent pour les séparer (PNJ)
59 Critique cheloue, il se blesse involontairement déchirée paré, et la potion P fonctionne plus CRISE
60 Pom se dit qu'il est pas cool, voit en Tou un gars séduisant et il est in love Amour xD

Terminé #8 le 05.03.17 2:03

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1849
× Øssements 371
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1849
× Øssements 371
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Pom Warren' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'6 FACES' :

Terminé #9 le 05.03.17 4:00

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1586
× Øssements 668
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098 http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1586
× Øssements 668
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien

Mon mignon, prends-toi ma colère dans la gueule,



Pendant que je me choppe ta terreur !


Incompréhension. Le mot décrit la situation dans laquelle Pom se retrouve. Il n’a jamais aussi bien maîtrisé son pouvoir qu’à cet instant précis où il a inoculé le virus de la terreur dans le cœur battant de ce pauvre malheureux fatigué. Le nécromancien n’a jamais eu autant de facilité à manier une couleur émotive qu’à cet instant. Précisément. Une seconde plus tôt, il aurait planté. Il fallait que cette réussite soit sur un pauvre diable qui a déjà bien la haine des gens comme lui et avec un sentiment négatif de surcroit.

Lorsque l’inconnu se retourne, Pom sent bien que rien ne va aller dans un sens agréable pour sa propre personne. Aussi son premier instinct lui dit de fuir : parce qu’il n’est pas assez en colère pour une simple bousculade pour en risquer d’en découdre. Sauf que son second instinct qui suit toujours le premier lui dit : il semble fort, bats-le ! Prouve-toi que tu es plus fort que le plus fort de tous ses hommes virils. C’est donc autant avec bravade que bravoure que Pom dévisage des yeux qui ne trompent pas. Il n’est pas en face d’un petit lémure faisant ses premiers pas timides dans le monde des morts. Il est en face d’un puissant dragon bleu qui peut le dévorer à l’aide de ses uniques phalanges.

Lorsque les doigts fermes l’agrippent, Pom a un battement de cœur qui se perd et il recule brutalement. Nonobstant, bloqué par cette main, son geste est arrêté et ses yeux deviennent flamboyants. Oser le tenir ainsi ! Oser le provoquer ! Oser le maintenir ! Lâche-moi ! Maintenant. Maintenant, ou je te bute. Je te crève. Je te saigne. Voici ce que le cerveau de Pom lui envoi. La logique a bien fait son œuvre, le calcul est rapide : il perdra. Sans aucun doute, le nécromancien n’a aucune chance. Il s’en fout, royalement. Son habituel bonheur à entendre du français est remplacé par une soif de se défendre. De prouver qu’il n’est pas faible. Il n’est pas faible ! Personne ne le contrôle, personne ne le maintien, personne ne le bloque ! Certainement pas ce jeune gredin.

Ils sont prêts à en découdre. La réussite de son pouvoir et la jouissance provoquée par cet instant ont disparu. Ce minot ne sait pas qu’il faut respecter les personnes âgées ! A moins, qu’il ne soit un ancien. Lui, aussi. Ce serait bien son bol de tomber sur un autre nécromancien avec un pouvoir à la con et provenant d’une époque de ses aïeux. Pom vacille, légèrement en arrière, surpris. Il est surpris par le temps. Surpris par les émotions. Surpris par la peur. Surpris d’être aussi en rage, lui qui est généralement si calme. Non, Pom ne s’emporte pas ! Pom rit, quand on le critique. Pom danse quand on l’embête. Lorsque des émotions négatives le touchent, il les prend et les jette très loin de lui. Il ne les éprouve pas. La tristesse, la peur, la colère. Ce ne sont pas ses mots d’ordre. Il triche avec les émotions et les sentiments.

Cette chemise n’a aucune valeur, mais sous cette chemise, il y a le corps de Pom. Et Pom ne sait guère si la potion de physique agit encore. Il ne sait pas si sa poitrine de femme, arrondie, petite, mais pas tant puisque tenant dans des mains, a surgit. Et ce n’est clairement pas l’endroit pour le vérifier, et donc pour la perdre. Je ne suis pas faible, ce sont cinq mots qui tournent en rond dans son cerveau. Une litanie où se rajoute trois autres : je te hais. Il le hait lui qui ose le toucher. C’était quoi ce gars ? Un pote à Luke Cage et Iron Man ? Sa force semblait démentielle. Il hait ça. Il hait les hommes plus forts que lui. Il hait se sentir si facilement attrapé. Il hait savoir que l’autre pourrait le projeter au sol. Que sa chemise pourrait se déchirer, que son corps pourrait devenir visible. Il hait l’idée de la laideur qu’il montrerait, de l’anormalité qu’il est. Il ne veut pas qu’on voit son anomalie. Ce qu’il ne veut surtout : c’est perdre face à un homme viril. Face à un de ceux qui l’ont … qui l’ont … Doute.

Je te hais. Je ne suis pas faible. Les mots reprennent, la pensée se perd, les pensées se mélangent, elles sont nombreuses en même temps. La haine de l’instant était très différente de l’antipathie qu’il peut éprouver pour un vampire, pour une chimère et qui change quand il connaît la personne. Elle est loin de l’antipathie pour les êtres trop sérieux ou ne s’amusant pas. C’est une haine qui fait battre son cœur, son corps. Qui le fait trembler et perdre pied sur la possibilité de contrôler son pouvoir.

Et en lui, la peur et la colère se mélangent, la sienne, celle de l’autre. Et il les lui renvoie sans faire exprès. Car Pom ne le contrôle pas. Car Pom est trop furieux et effrayé pour se rendre compte qu’il transmet maintenant cette furie à l’autre. Monsieur Muscles le provoque ! Devrait-il ne rien faire ?

Qu’il soit damné s’il se laisse faire ! Il n’est pas faible. Il n’a jamais été faible. Il n’est pas faible ! PUTAIN. FILS DE CUNEGONDE ! Trainé ! Putain à la souillure animale ! Troufion des bas chemins !

Pom Warren n’est pas un mauvais combattant des rues. Rares ont été les semaines où il ne s’est pas battu depuis son arrivée dans ce monde. Sa langue bien pendue et son amour pour prouver qu’il est plus fort que le plus musclé qu’il rencontre en étaient responsables en grande partie. Derrière les rues obscures, son sang avait souvent été posé tout comme celui de ses adversaires. Ce n’était pas pour rien s’il était bon en potions de soin, un minimum, et surtout pour se soigner. S’il connaissait mieux qu’un lambda les bons gestes pour secourir, soigner ou se protéger. Pom sait se battre et excelle dans les armes blanches, également. Il est moindre dans ceux à feu. Ne sait pas non plus user des armes à projectives : viser est compliqué pour lui.

Il a bien une arme sur lui et il n’en servira pas. Pom ne sortirait jamais son fin couteau pour une personne, même qu’il hait de tous son cœur, sans qu’une autre personne soit menacée. Il n’irait jamais risquer de tuer quelqu’un – même un mort qui n’en mourrait donc pas. Il ne veut pas faire ça. Jamais. Il a ses poings et il sait s’en servir. Il était militaire avant et il écumait les bars. Il ne fait que ça : fuir, voyager, se battre. Il ne fait que ça : prouver qu’il n’est pas faible. Que jamais plus personne n’ait le contrôle sur lui. Il le sait. Avec aisance il a battu bien plus grand et baraqué. Il  ce besoin, cette haine, cette envie de gagner chaque combat ou au moins de le faire. Perdre, c’est moins grave que d’implorer. Il a ce besoin de se surpasser. D’encaisser. De ne pas dire la vérité. Il pourrait, ou même essayer de modifier l’émotion de l’autre pour la rendre moins dangereuse pour lui.

Il peut le faire et ne le ferra pas. Il n'y pense même pas, il ne pense qu'à frapper et alors qu'il tente et que son geste est si facilement empêché par cet inconnu : la colère et la peur ne font que davantage l'atteindre et donc se transmettre de l'un à l'autre.

Avec le temps, la mort de Pom est devenue un conte de fée à sa mémoire. Il a simplement préféré en occulter les plus sombres moments. Il se souvient avoir été sauvé par Rose et Jacques, des amis à lui, pendant la révolution française et avoir été hébergé par eux. Il se souvient parfaitement avoir été réveillé au milieu de la nuit et avoir été tué. Point. L’histoire s’arrête là. Parfois, pour son propre bien, il essaye de se souvenir. Il sait que les cauchemars qui le réveillent la nuit et le font, lorsque les crises sont trop importantes, se retrouver en pyjama seul dans des lieux étranges sont liées à cette mort. Mais, elle refuse de revenir. Pom ne s’en souvient pas : mais l’une de ses premières amantes dans le monde des morts  a fait en sorte que ça lui échappe en permanence. Elle a voulu le protéger et la condamné à douter en permanence.

C’est peut-être mieux ainsi. C’est peut-être mieux qu’il ne sache pas pourquoi la peur peut facilement le gagner alors qu’il est maintenu et pourquoi la colère l’a submergé. Le feu follet ne souhaite plus rire. Il n’a plus le sourire aux lèvres. Il n’a plus envie de s’amuser. Il n’a même plus envie de se faire pardonner et de retirer l’émotion insufflée à l’autre, car Pom ne laisse jamais une émotion négative perturber trop longtemps. Il veut juste en découdre. Tant pis s’il se retrouve KO sur le sol. Il pourrait en mourir qu’il s’en ficherait.

Les deux mains de Pom se sont saisit du haut de Toulouze, cherchant à se défaire de son emprise, mais n’y parvenant pas. Au contraire, Pom sent sa chemise se déchirer davantage qu’elle ne l’est, et la colère ne fait qu’amplifier. La colère et la peur.

Pom ne contrôle pas la colère qu’il insuffle à l’homme face à lui. Il ne contrôle pas la peur qu’il transmet davantage, ni la rage qui fait qu’il contamine ledit ''Toulouze''.


« Sale chien d’enculé de maraud ! »
crache Pom, sans se retenir, sans pouvoir empêcher quoique ce soit, il a les yeux si flamboyant, vacillant entre un bleu et un rouge profond en passant par un violet, vrillant si intensément, que Dieu le Père pourrait se pointer et lui proposer le Paradis qu’il lui cracherait à la gueule.

C’est ainsi, les mains de Pom maintiennent Toulouze et rien ne pourra les faire les lâcher si ce n’est pour frapper. Que l’autre le cogne, hurle, crie. Pom se défendra tant qu’il aura la possibilité de le faire et attaquera dans les mêmes conditions.

« Philip, … regrettes-tu ? Regrettes-tu ta vie d’avant ? » Je vois ses seins nues, sa peau d’ébène, ses yeux noisette presque noir, sa chevelure folle qu’elle ne tresse jamais. Je ne peux m’empêcher de la tirer vers moi pour l’enlacer davantage. Je sens son odeur de miel et de sucre. Je sens sa douceur et je soupire : « Je regrette ma vie d’avant. Pas la vie, mais la vie que j’ai vécue. J’étais aveuglé par ma stupidité et mon éducation. »

Elle rit. Et c’est pour ça que je sais que je m’attache à elle. Une autre m’aurait frappé. Ce n’est pas son cas, elle m’enlace, je sens ses seins contre moi tandis qu’elle me murmure à l’oreille : « Ce doit être si difficile, de vivre avec ta culpabilité. Tu dois cesser de t’en inquiéter Pom. Tu n’as pas été parfait, mais tu as fait ce qui te semblait juste et tu as essayé.  
- N’importe quoi. Je me suis inscris à ce groupe « les amis des noirs. » Ce qui n’a provoqué que davantage de haine à mon égard et aucun bienfait pour vous autres. Je n’ai agi qu’avant de mourir. Si j’avais été plus tolérant, plus jeune, j’aurai sans … »

Elle rit encore et je me rends compte que je suis stupide. Je cesse de parler. J’en rougis, je culpabilise de ce qu’elle a subit. Elle devrait me haïr de ramener ça à moi. Je ne suis pas la victime : elle l’est. « Arrête un peu avec ça, Philip. » Me dit-elle. « Je sais parfaitement que tu ne te pardonneras jamais mais que tu apprendras à vivre avec. Et que tu feras en sorte que notre monde ne reproduisent pas les erreurs du tiens. Ne t’en veux pas, ça ira, crois-moi ? » Ses certitudes et sa tranquillité me contaminent. Elle a raison et je l’aime davantage pour ça.  

Les poings de Pom se raffermissent, s’il doit souffrir : très bien qu’il souffre. Mais il ne souffrira pas d’avoir abandonné ! De ne pas avoir ramené ce pauvre bougre à sa condition d’homme qui perd face à lui. La chose.

Elle le regarde, il la fixe. Il ne comprend pas. « Tu hurlais. » Sa mort remontait à quelques années à peine, il contrôlait durement son don et ses essais de potions pour cacher les aspects de sa féminité et annihiler son don le rendaient dans un état second. Elle glissa sa main sur sa joue, « tu es fièvre… » il la frappa, s’éloignant brutalement les yeux tétanisés par la peur. « Je t’en … ne me touche pas. Ne me touche pas. » Un sursaut, effrayé, un bref mouvement de panique puis une course folle.

Pom avait détalé, rapidement, hors de leur appartement.

Elle l’avait cherché et l’avait trouvé, tétanisé, au milieu d’une bande d’un groupe d’extrémistes du coin. Il frappait, pas assez face à eux. Elle le vit tomber la tête la première et l’homme relever la tête de celui qu’elle aimait pour dire : « Tu as dit que tu nous sucerais si on gagnait, n’est-ce pas ? »

Alors elle avait utilisé son pouvoir, tout simplement. Les conduisant à s’enfermer eux-mêmes dans une chambre. Elle l’avait attrapé et l’avait fixé. Il la regardait sans la voir. Philip trembla. « Je ne sais pas ce que je suis. Je ne veux pas être mort … » avait-il murmuré sans le moindre sanglot, sans la moindre larme. Son pouvoir ayant déjà envoyé valdingué la tristesse et toutes les émotions négatives. C’était pour ça qu’il était allé les trouver, qu’il leur avait fait cette proposition : pour ressentir. Que ce soit la violence, le sexe, le mépris ou l’envie. Il voulait comprendre.

Elle ne lui laissa pas l’occasion. Posant son doigt sur la tête de son aimé, elle murmura : Philip, tu n’es pas obligé de revivre les évènements effrayants de ta vie : Regarde-moi. Je t’interdis d’y penser. Pour toujours.
Trop perdu dans son état, il ne réalisa jamais qu’il avait leurré par un pouvoir. Tout comme elle ne réalisa pas, quelques temps plus tard, qu’il avait utilisé son pouvoir pour lui retirer son amour et le jeter loin. Et qu’il s’enfuit, ensuite. Avant de retirer le sien pour le jeter dans le train qui le conduisait loin d’un amour intense et fugace.

En cessant de parvenir à se souvenir des traumatismes les plus importants de son histoire, Pom avait surtout cessé de pouvoir les combattre. Alors il les fuyait. Et, il s’était juré de ne jamais plus laissé une crise le faire se retrouver à vouloir agir stupidement avec autrui ou se foutre en l’air. Il préférait davantage se battre. Au moins, ça lui permettait de calmer la crise et de retrouver son calme. Quand le souvenir revenait de lui-même à cause d'une situation ... c'était la violence qui l'aidait à fuir la réalité.

« Frappez ! »

Mais frappez longtemps, frappez fort, et ne laissez pas une minute, une seconde, un dixième de seconde à ma personne d’arriver à votre chair. Car je suis moins fort, surement moins doué que vous pour les combats à mains nues. Je suis une brindille, une allumette, que tu pourrais facilement briser, mais la force, la vitesse et la ruse que j’ai, me feront saisir la moindre occasion pour bloquer tes jambes et te mettre à terre, saisir ton cou, faire trembler ton bras jusqu’à t’obliger à plier le genou. Que ce soit toi ou moi, je vous promets que …

« Corniaud. »

Dans le fond, cet inconnu rappelait à Pom tout ce qu’il n’était pas. Il n’était pas charismatique, il n’était pas aussi fort, il n’était pas aussi grand, il n’était pas musculeux, il n’était même pas sûr de vouloir l’être. Il l’enviait d’être aussi sûr de lui et le haïssait de lui montrer sa supériorité. De pouvoir le tenir à une main, de ne pas être tétanisé par la terreur, de pouvoir la combattre. Il l’enviait car il aurait désiré être aussi fort que lui et aussi féminine que la danseuse des bars @Giuliana Scuderi, car il n’était rien d’autre que lui-même. Et dieu du ciel, il ne voulait plus jamais douter de lui-même. Il ne voulait plus jamais à avoir à réfléchir sur son passée, sur sa vie, sur la douleur. Il ne voulait pas passer outre ses faiblesses. Il voulait juste ne pas y penser. Quitte à passer sa vie à se construire un mensonge.
2 dés plus tard

Terminé #10 le 07.03.17 12:39

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 876
× Øssements 899
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : réduite
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford
Big Grumpy Cat
http://www.peekaboo-rpg.com/t1408-toulouze-broken-glass http://www.peekaboo-rpg.com/t1411-toulouze-find-yourself

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 19 Masculin
× Age post-mortem : 283
× Avatar : Daiki Aomine - Kuroko no Basket
× Pouvoir : Te cogner dans le nez :nose:
× Croisée avec : Grympy Cat
× Logement : Duplex
× Métier : Prédicateur - Cobaye
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 876
× Øssements 899
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 04/02/2017
× Présence : réduite
× Surnom : Touloose
× DCs : Etsu Morugawa | Margaret E. Redford
Big Grumpy Cat


Pile : La chemise se déchire et reste dans la main de Tou ! Catastrophe !
Face : Un craquement se fait entendre mais la chemise tient bon. Bizzare quand même ^^

Pile : La potion de Pom fait toujours effet. L'illusion est toujours en place.
Face : La potion ne fait plus effet. La vérité éclate !

Pile : Tou arrive à mettre son poing dans la figure de Pom ! Ca va faire mal.
Face : Pom esquive de peu le poing de Toulouze et réussit à s'échapper de sa prise.

ALLONS Y
Afficher toute la signature
Réduire la signature



   
Baby, Baby please...
Birds flying high you know how I feel Sun in the sky you know how I feel Breeze driftin' on by you know how I feel. It's a new dawn It's a new day It's a new life for me yeah