Invité

#1 le 10.02.17 19:08

avatar
Invité
les mots me manquent
“Sometimes I believe that this less material life is our truer life, and that our vain presence on the terraqueous globe is itself the secondary or merely virtual phenomenon.”

I
l était rare que la jeune femme prenne les transports en commun, notamment en cette heure qui, elle le savait, pouvait être dangereuse pour une femme de son genre... Pour une femme tout court,  d'ailleurs. Pour n'importe qui, en fait. Il était bien connu que certains se permettaient des choses bien trop audacieuses, entre les mains, les propositions diverses et indécentes, les violences inexpliquées et elle en passait... Mais bon, il fallait être réaliste, c'était beaucoup moins cher qu'un taxi, et ce n'était pas au niveau de sa grandeur certes, mais beaucoup moins cher. Et ne voulant pas se restreindre uniquement parce qu'il y avait dans ce monde ( comme dans l'autre ) des hommes et des femmes bien trop absurdes pour se tenir comme des êtres civilisés et conscients, Skylee avait tout de même pris le métro, voilà tout. Il était à présent minuit passé, mais l'heure prochaine n'avait pas encore sonné. La ville était couverte d'un voile obscur, simplement éclairée de temps en temps par de petits points de lumières orangées / jaunies qui provenaient des lampadaires. Elle n'avait pas peur, non... La nuit était ce qu'il y avait de plus magnifique pour la jeune femme. Toutes formes prenaient des allures monstrueuses et fantastiques, grandies par l'ombre, effrayantes parfois, mystérieuses le plus souvent. La nuit était, aux yeux de Skylee, un livre de conte ouvert.
Les portes s'ouvrirent d'un coup, sortant la jeune princesse de ses rêveries, et assez rapidement, pour ne pas manquer son arrêt, elle quitta sa place et sortir du métro. Comme elle le faisait toujours, elle partit sur la droite, empruntant un petit chemin à l'opposé de la sortie pour se prendre quelques trucs dans le distributeur. Il n'y avait pas grand monde mis à part elle et un groupe un peu plus loin auquel elle ne prêta guère attention. Oui, c'était de la pure gourmandise, mais son ventre venait de lui faire un énième caprice, et son regard était obnubilé par le choix divers de biscuits chocolatés.

« Tiens, je n'ai jamais goûté ça... Au packaging, cela m'a l'air pas mal du tout. Mais, mh... Ils font des Bueno ! Ça fait tellement longtemps que je n'en ai pas mangé... » Et profitant de cette parfaite solitude, elle baissa son regard vers sa poitrine et chuchota alors : « Aidez-moi, je prends quoi ? Vous devez savoir vous ! Vu votre taille, doit bien il y avoir un cerveau intégré dans l'un ou l'autre, si ce n'est deux ! »

E
lle entendait derrière la conversation s'échauffer. Des mots plutôt crus et qui n'étaient pas agréables à entendre. Ils devaient être quatre ou cinq, assez insistants de ce que son oreille percevait. Comme elle était dos à la scène, elle ne voyait pas qui était la malheureuse proie de cette bande de garçons sans doute pas très nette. Ils étaient peut-être bourrés, elle n'en savait trop rien, mais ce qu'ils étaient lourds ! Quatre ou cinq gars pour demander un unique numéro de téléphone, ils devaient vraiment avoir faim, comme on le dit si bien. Enfin, une voix féminine s'éleva, une voix que Skylee reconnut sans trop de difficultés. Elle ne saurait décrire le sentiment qui l'avait parcourue à l'instant même où elle avait reconnu Akiyo parler. Un brouillon de sentiments d'où ressortaient surtout de la surprise et une forme d'inquiétude. Sans même prendre la peine de plus réfléchir, l'anglaise se redressa, et se dirigea immédiatement vers le groupe qui semblait prêt à prendre la petite blonde entre ses griffes.

« Beurk... T'attires vraiment les rats. » Lança-t-elle à la chimère une fois qu'elle fut à sa hauteur. Il n'en fallut d'ailleurs pas plus aux concernés pour se mettre dans des états de rage presque surjoués à son goût ( elle n'avait pas dit grand chose après tout ), tous lançant des menaces d'une vulgarité et d'un ridicule sans nom. Elle ne perdit pas plus de temps à les écouter, saisissant avec fermeté le poignet d'Akiyo pour fuir le plus loin possible, quelque part où elles ne seraient pas confrontés à ses abrutis. Elles traversèrent l'allée, descendirent les escaliers, coururent de nombreux mètres avant d'atteindre enfin la sortie de la gare. Tirant toujours la petite blonde, Skylee l'emmena dans une petite ruelle tranquille à l'abri de tous. Après un tel effort, la nécromancienne tenta de reprendre son souffle, déjà inquiétée du fait qu'elle allait se retrouver face à cet éternel problème qui surgissait lorsqu'elle se retrouvait en tête à tête avec Akiyo : l'absence de mots. Ce n'était pas un manque de volonté, mais elle ne savait pourquoi, les deux se muraient à chaque fois dans un long silence, n'osant même pas se souffler un ou deux mots. Sans même qu'elles ne le sachent toutes deux, elles maintenaient entre elles et une sorte de confusion qui faisait que ni l'une ni l'autre osait briser la glace : non, elles ne se détestaient pas.
© Mister Hyde
Invité

#2 le 12.02.17 3:33

avatar
Invité
CROSS THE LINE × ft. Yorin & Akiyo
Comment en était-elle arrivé là ? Elle avait changé de trajet, ennuyée de voir toujours les mêmes paysages, les mêmes personnes... Et elle s'était retrouvée dans cet endroit remplis de mecs mal intentionnés nommé le métro. Ils s'étaient attroupé autour d'elle alors qu'elle était en train de regarder le plan du métro, pour s'informer du chemin à prendre pour rentrer. La chimère avait beau les nier, ils persistaient et elle commençait vraiment à être agacée. Au début, elle avait voulu les ignorer et passer son chemin. Mais ils s'étaient montrés assistant et à essayer de l'embarquer dans elle ne sait quel endroit louche. Cela l'avait agacée car il avait forcément aperçu ses cornes indiquant sa condition de chimère. Était-il bêtes ? Ne savaient-ils pas qu'un simple un cri de sa part pouvait les rendre sourds ? Quels effrontés étaient-ils pour ne pas la respecter ? Elle détestait les hommes et leur caractère "je m'en foutisme", elle détestait les hommes et les détesterait toujours.

Elle leur indiqua de "foutre le camp, s'ils ne voulaient pas finir sourd" mais ils ne semblaient pas vraiment impressionnés. Elle était sur le point d'utiliser son cri quand elle entendit une voix familière. Elle sentit son rythme cardiaque s'accélérer et ses yeux s'écarquillèrent. Une chaleur familière agrippa fermement sa main et la tira de ce calvaire d'hormone masculine.

Un air frais, du vent, elle était dehors et cela faisait du bien. Elle avait commencé à se sentir oppresser dans cet arrêt de métro. C'est en reprenant son souffle qu'elle aperçut enfin le visage de sa sauveuse. "Sauveuse" était peut-être un bien grand mot, mais lorsqu'elle utilisait son pouvoir elle était malade pendant des jours entiers et avait des nausées pas possible. La blondinette était donc bien contente de ne pas avoir à l'utilisé malgré tout. La demoiselle venue l'aider n'était autre que Skylee. Elle la remercia intérieurement mais ne dit mot.

C'était toujours comme ça entre elles et, pour une raison qui échappait aux deux jeunes femmes, elles n'arrivaient pas à crever l'abcès. La chimère ne détestait cependant pas la jolie princesse, elle l'admirait même. Elle avait un caractère bien trempé, mais avait la tête sur les épaules et savait se pointer au bon moment, comme cette nuit-ci. Akiyo avait du respect pour Skylee. Le bémol est que cela s'arrêtait là. Elles ne se disaient mots.

Elle soupira un bon coup avant de se lancer, se disant à elle-même  que ça ne pouvait pas durer éternellement et décidait de la remercier.

« Merci. Tu m'évites une semaine de nausées. »

Et le silence fut de retour. « Cela allait être plus difficile que prévu », pensa-t-elle. Akiyo n'était pas douée avec les mots et préférait agir. Elle s'approcha de Skylee doucement et lui pris le poignet pour y accrocher une chainette dorée. Dans l'après-midi elle était partie en ville et s'était acheté quelques nouveaux vêtements et avait trouvé deux bracelets du même modèle plutôt joli, l'un orné d'un coeur et l'autre d'une étoile. Elle leva son bras à son tour, pour lui faire remarquer qu'elle portait l'autre modèle, comme pour ne pas avoir à dire mot.

Elle venait d'offrir le modèle comportant le coeur à Skylee pour la remercier. Akiyo ne savait pas comment aller réagir la jeune femme et un peu gênée, mais ne voulant pas le montrer, elle changea de sujet.

« Ton shampooing sent très bon. » dit-elle d'un air détaché, mais cela était surtout en espérant ne pas paraître pour une idiote.

C'était certes, une réponse assez maladroite. Mais malgré tout, elle était agréablement surprise et contente d'arriver à aligner plus de deux mots en parlant à la jeune femme. Au fond, elle espérait juste que ses efforts ne soient pas vains et que la chevelure argentée enchaînerait sur une réponse.

code by lizzou × gifs by tumblr
Invité

#3 le 19.02.17 18:42

avatar
Invité
les mots me manquent
“Sometimes I believe that this less material life is our truer life, and that our vain presence on the terraqueous globe is itself the secondary or merely virtual phenomenon.”

S
kylee avait comme la sensation qu'on lui agrippait violemment la gorge, se sentant incapable d'émettre le moindre son. C'était comme si les mots s'évanouissaient dans sa gorge, ne parvenaient à sortir et à être exprimés. Ces mots pesaient étrangement lourds également, ne pas les prononcer lui faisait presque mal. C'était pourtant bête, il lui suffisait d'être comme toujours : jouer cette éternelle comédie de princesse gâtée, demandée à être remercier de manière digne, et s'en aller la tête haute. Mais elle ne savait pourquoi, même cela elle n'y parvenait pas. Ses jambes avançaient seules, sans qu'elle ne veuille réellement avancer aux côtés d'Akiyo, pas qu'elle ne l'aimait pas... Disons plutôt qu'à force, elle finissait par penser que fuir sa compagnie était préférable. Ce parfait silence dont elles étaient toujours témoins l'une et l'autre l'agaçait fortement. Enfin, si ce n'était qu'un problème de conversation, cela ne serait pas bien navrant... Cependant, c'était carrément un problème de communication, et la jeune femme ne savait absolument pas comment agir avec elle, tout comme elle ne savait pas que faire de sa propre personne en compagnie de la jeune blonde. Finalement, la chimère finit par rompre ce silence insupportable par des excuses auxquels Skylee ne s'attendait même pas. Plutôt que de montrer sa surprise, elle tourna sa tête vers le ciel noir, se donnant un air désintéressé.

« Hm, ce n'est rien. Faut faire preuve de solidarité entre fi... » S'arrêtant net lorsqu'elle aperçut la chimère s'approcher petit à petit d'elle, l'anglaise l'observa avec méfiance, ne sachant pas vraiment que faire dans cette situation, et ignorant totalement ce que Akiyo lui voulait... Finalement, c'est presque avec émotion que la blonde lui enfila autour de son fin poignet un petit bracelet dorée, adorable comme tout. L'attention lui plaisait énormément, au point qu'elle sentit même ses joues prendre une teinte légèrement rouge – chose rare. Skylee recevait très peu de cadeaux en réalité,  chose qui s'expliquait par le simple fait qu'elle avait peu d'amis. Pour elle, ce genre d'attention valait beaucoup, bien plus que ce qu'elle tenta de faire paraître à ce même moment d'ailleurs en lançant : « Tu m'as déjà vu porter du toc ? Franchement... »

La demoiselle à la chevelure immaculée secoua doucement la tête, se remettant à avancer sans rien dire de plus. Un doux sourire subtil ornait ses lèvres charnues, appréciant réellement ce petit cadeau. Elle savait qu'elle le porterait souvent, toc ou non. Ce serait un peu comme une sorte de porte-bonheur à ses yeux. Elle observa quelques secondes son poignet décoré du pendentif doré en forme de cœur, puis souffla assez discrètement un : « Merci... » qui suivit son compliment assez étrange sur le parfum que dégageait sa chevelure... Ainsi, on ne savait pas bien si la nécromancienne la remerciait pour le cadeau, le compliment ou bien même les deux. D'ailleurs, elle se plaisait à maintenir cette confusion étrange, car elle avait eu du mal à sortir ce simple son de sa bouche. C'était ridicule, elle hésitait, bafouillait et se sentait timide comme lorsqu'elle était sortie avec son premier copain.

Soudainement, Skylee s'arrêta, se tournant vers Akiyo avec un air un peu plus sérieux, lui donnant enfin un semblant d'attention – étant donné que depuis tout à l'heure, elle ne la regardait même pas. La nécromancienne prit une grande aspiration, croisa ensuite les bras sous sa poitrine, puis elle lança d'un air si désintéressé qu'elle semblait presque blasée par ce qu'elle disait elle-même :

« Si des mecs t'importunent, appelle-moi. Je sais que tu ne les aimes pas. Puis il y en a qui ne sont pas franchement sympas. » C'était dit avec une autorité sans pareille, comme si elle parlait à un enfant, mais au fond elle voulait simplement être serviable. « Je ne sais pas s'il y a des trucs ouverts à cette heure-ci, mais on pourrait se trouver un endroit pour manger. Tu ne crois pas ? »
© Mister Hyde
Invité

#4 le 07.03.17 0:38

avatar
Invité
CROSS THE LINE × ft. Yorin & Akiyo


Akiyo était soulagée que Skylee ne lui accorde pas plus d'importance. La jeune femme ne la regardait pas, tandis qu'elles marchaient l'une à côté de l'autre. En temps normal, elle aurait pu être vexée, bien qu'elle ne le montrait que rarement. C'était après tout un sentiment bien humain. Cependant cette fois-ci, elle était bien gênée d'avoir agit comme ça, comme si Skylee allait aimer son cadeau, un simple bracelet doré. Pour elle cela ne représentait rien, elle qui était si précieuse. Dès son retour chez elle, elle allait sûrement sans débarrasser. Qu'importe. Elle pouvait en faire ce qu'elle voulait après tout, il était à elle maintenant. Akiyo avait beau penser ça, cela lui faisait un pincement au coeur d'envisager la possibilité qu'une telle chose se produise car après tout, elle ne détestait pas Skylee. Elle la respectait même. Akiyo trouvait qu'une aura particulière émanait de la jeune femme. Sans qu'elle puisse vraiment l'expliquer, celle-ci respirait la fraîcheur et la confiance en soi.

« Tu m'as déjà vu porter du toc ? Franchement... »

C'est quelques mots que la princesse venait de dire confirmèrent l'idée qu'Akiyo venait de se faire. Elle ne voyait cependant pas les rougeurs sur les joues de la jeune femme, ni le sourire sincère que dessinait sur ses lèvres car il faisait à présent, trop sombre. Elles continuèrent d'avancer dans un silence tout de fois moins pesant qu'habituellement quand elles se croisaient, ce qui n'était pas si mal finalement. Par la suite, Skylee la remercia, mais la chimère ne savais pas vraiment pour quelle cause elle la remerciait, peut-être les deux ? Peut-être pas. Dans tous les cas, elle avait remarqué en passant sous un lampadaire que sur le visage de la nécromencienne se dessinait quelque chose qui se rapprochait de près ou de loin à un sourire.

Quelle heure pouvait-il bien être ? Akiyo n'en avait pas la moindre idée. C'est quand elle décida de laisser son esprit vagabonder que Skylee tourna sa tête vers la jeune femme, comme pour lui rappeler qu'en sa présence, elle n'avait pas le droit de faire autre chose que de faire attention à elle. La chimère ria intérieurement en ayant cette pensée, et se dit à elle-même que c'était quelque chose qu'elle aurait été totalement capable de lui dire, après tout, Skylee s'adorait. Elle adorait qu'on la regarde et ce n'était un secret pour personne, pour peu qu'ils la connaissaient. La blondinette realisa que pendant qu'elle était perdue dans ses pensées, cette dernière était en train de lui parler, c'était à propos des rats de toute à l'heure.

« Si des mecs t'importunent, appelle-moi. Je sais que tu ne les aimes pas. Puis il y en a qui ne sont pas franchement sympas. »

Cela la surpis, car elle pensa que ça ne ressemblait guère à la précieuse enfant qu'était Skylee. Cependant, Akiyo trouva cela touchant et la remercia d'un simple mot. Elle aurait pu lui dire qu'elle se débrouillerait très bien toute seule. Que si ils avaient continué une minute de plus elle les aurait sans doute rendu sourd, car après tout, elle était une chimère, et comme toute chimère normalement transformé, elle avait acquis un cris strident capable de rendre les hommes sourd rien qu'avec ce dernier. Mais elle n'avait pas envie de blesser Skylee dans son orgeuil, pour deux simples raisons. La première était qu'elle n'en voyait pas bien l'utilité. La deuxième était qu'elle était touchée que la jeune femme soit venue prendre sa défense. Ce n'était pas tous les jours que Skylee Lawford était son prochain sans rien attendre en retour.

Chose encore plus inattendue, Skylee venait de demander à la jeune fille si elle désirait manger quelque part, bien qu'il soit tard. Elle fit un signe verticale de la tête pour acquiescé que "oui, pourquoi pas" et commença à se diriger vers la rue ou se trouvait pas mal de restaurants et de boutique de nourritures de toutes sortes. Akiyo n'avait aucune idée des goûts de cette fille qui l'avait aidé à s'échapper de ses idiots d'hommes. Elle se rendit compte qu'elle n'avait jamais vraiment eut le temps de parler de ses goûts avec Skylee. Elle n'avait jamais vraiment parlé avec elle, à vrai dire. Les fois où elles s'étaient retrouvées toutes les deux, et il y en avait peu, cela c'était soldé par un silence.

« As-tu une nourriture préférée ou quelque chose qui tu aimerais manger la maintenant ? J'aime pas mal de choses alors peu importe pour ma part. Je te laisse choisir et comme ça tu es sûre que cela te plaise un minimum. »

Akiyo n'avait toujours pas idée de l'heure qu'il était, mais la soirée allait sans doute durer un moment...et elle n'avait aucune idée de quand elle terminerait. Cette pensée fit frisonner la chimère. Elle ne savait pas si cette information devait la réjouir ou au contraire, l'inquiéter.



code by lizzou × gifs by tumblr
Invité

#5 le 26.03.17 14:36

avatar
Invité
les mots me manquent
“Sometimes I believe that this less material life is our truer life, and that our vain presence on the terraqueous globe is itself the secondary or merely virtual phenomenon.”

« C
e que je préfère manger...
»

La jeune princesse s'arrêta quelques secondes, s'adossant à un lampadaire tout en réfléchissant. Dans la rue dans laquelle elles venaient de s'arrêter, il y avait pas mal de restaurants et petits commerces qui, visiblement, accueillaient encore de la clientèle. Elles avaient donc l'embarras du choix. En revanche, Akiyo ne l'aida pas grandement en lui laissant l'honneur de choisir, mais en même temps, Skylee aurait sans doute imposer son choix de façon arbitraire dans tous les cas. C'est elle qui gère, c'est elle qui décide, et seule sa volonté a une importance. Du moins, c'est ce qu'elle aimait faire croire aux autres. Petite princesse égoïste, narcissique et égocentrique... Enfin bref. Son regard violet glissa sur les différentes enseignes illuminées, faisant une sélection dans sa tête sans dire un mot à la blonde. Elle lui laissait le choix, non ? C'était donc à ses risques et ses périls désormais. Si elle n'aimait pas le choix que Sky comptait faire, elle n'avait pas qu'à pas lui laisser la liberté de choisir. Après quelques minutes de silence, Skylee se redressa enfin, un air de satisfaction sur le visage. Elle avait opté pour la simplicité, mais personne ne pouvait refuser...

« Je veux un bol de ramen. Viens. »

Skylee saisit la main d'Akiyo et l'entraîna alors dans une nouvelle rue où elles pourraient, ou du moins ELLE pourrait trouver son bonheur. Le chemin fut assez rapide, seulement cinq petites minutes de marche avant d'arriver à destination. La bonne odeur de ramen lui chatouillait déjà les narines, et elle ne put s'empêcher de laisser échapper un sourire de satisfaction. Visiblement, l'anglaise était une habituée de l'endroit à la manière dont le chef l'avait accueillie. Pourtant, ce restaurant n'avait rien de bien luxueux, on croirait même qu'elle n'y poserait pas un pied. C'était un lieu pour les personnes normales, modestes, assez souvent fréquenté par des adolescents ou de jeunes adultes... Chose qu'elle était encore, en quelque sorte. Elle s'assit au comptoir, incitant sa camarade à faire de même, puis elle laissa son regard traîner sur les différentes photos de bol, bien qu'elle savait pertinemment qu'elle allait prendre des ramens au porc. Calorique et délicieux.
Le fait d'être dans un lieu familier à la jeune femme la rendait étrangement plus... Joviale et accessible. Il semblait que ce soir-là, elle allait être d'humeur moins vache que d'ordinaire. Peut-être que la chimère aurait la chance de découvrir une toute autre personnalité de la nécromancienne... Après tout ce temps, il était peut-être temps qu'elles parviennent réellement à briser la glace, cette barrière qui les empêchait d'être amies... Ou d'être réellement ennemies. Quoiqu'il en soit, Skylee espérait au fond d'elle que cette soirée soit déterminante, bien qu'évidemment elle n'en disait rien. Elle ne voulait pas lancer le sujet comme ça, elle qui avait pourtant l'habitude de jouer carte sur table. Ou peut être qu'en réalité, elle craignait un peu l'issue de tout cela...

« Ah bah ! C'est plutôt rare que tu sois en compagnie Sky, c'est qui celle-là ? » Demanda le cuistot en commençant par habitude à préparer le plat de Skylee, sans même la consulter. Sans même qu'il s'en soit rendu compte, l'homme était parvenu à mettre la nécromancienne dans l'embarras. La voilà qui devait mettre un nom, une étiquette, le moindre mot sur leur « relation »... Elle-même ne savait pas qui était Akiyo par rapport à elle ! Alors par précaution, ne voulant pas prendre le risque de parler d'une amitié qui se pourrait être à sens unique, elle se contenta de répondre :

« Oh, c'est Akiyo ! D'ailleurs, choisis ce que tu veux prendre, je paie la tournée. »

Intérieurement, Skylee se félicitait d'être parvenue à tant esquiver la question fatidique. Sans avoir à parler d'amitié, elle n'avait pas non plus dit de choses qui aurait possiblement pu blesser la blonde. En attendant que cette dernière choisisse, la nécromancienne demanda qu'on leur serve du saké, histoire d'avoir un petit accompagnement. D'un coup, elle souleva son verre vers sa camarade, et lança alors avec un large sourire qui était des plus rares :

« Santé, ma belle ! »
© Mister Hyde