#1 le 27.01.17 20:54

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1587
× Øssements 680
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098 http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1587
× Øssements 680
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
Note de L'auteur et de Pom:
Ce RP est libre. Pas besoin de me demander pour y répondre.
Pom : A vos risques et périls !
Lod : Mais nooooon, en plus c'est la planque de Pom.
Pom : *voix caverneuse* A vos risques et périls.
Lod : Le RP débutera "au niveau de la période" au moment où vous répondrez. Pas d'inquiétude de temps à avoir là-dessus.


S'il y a un chez moi.





Mais la vérité, c'est que je ris vraiment avec toi.


Les bars que Pom fréquentait en tant que client et employé n’étaient guère nombreux. L'homme n'aimit guère mélanger travail et plaisir, amitié et collègues. Il y avait deux exception, dont l'un en particulier :

L’izakaya Bchobiti

L’izakaya Bchobiti était un lieu que Pom affectionnait. (Il l'adorait !) Notamment, car le bar était situé dans une petite ruelle à la rue escarpée et à la devanture légère. Les clients y étaient peu nombreux en soirée. Si les boissons étaient de bonnes qualités, les potions vendue (fabriquées ou achetées) d’une exceptionnelle raretés et les plats particulièrement abordables et bons, seuls quelques rares habitués connaissaient le lieu et se le transmettaient de bouches à oreilles.

Souvent, on tombait ici par hasard. On se jurait d'y revenir sans jamais retrouver le chemin menant à ce lieu. Réellement, il était très difficile d'y accéder et deviner que cette petite devanture offrait un tel trésor. Caché au fin fond d'un labyrinthe de ruelles, le Bchobiti se méritait !

Le lieu servait également de couverture au marché noir, à des réunions diverses et variées, à divers trafics et demande d'enquêtes. De nombreuses potions y étaient vendues sans la moindre vraie autorisation ! Des jeux d’argent, d’hasard et des concours y étaient également organisés dans l’arrière salle. Il n'était pas rare d'y croiser des prostitué ou de pouvoir s'offrir les services de l'un des vendeurs.

Ces agissements avaient lieu avec discret ion et le plus banal client n'y aurait vu que du feu.

Pom y connaissait chacun des serveurs ainsi que le patron. Ils pouvaient s’apparenter à une relation amicale, autant que le garçon en était capable. Pom s’éternisait souvent après son service pour discuter longuement avec le personnel et avait déjà dormi plusieurs fois dans le grenier. Il n'était pas rare qu'il s'endorme sur le canapé de l'arrière sale également ou qu'il s'amuse à jouer et rendre service à l'un des clients, malgré les sermons du patron. Le jeu préféré de Pom consistait à utiliser l'un des posters de Joshua, accroché au mur pour lui envoyer des boulettes de papier, des gommes, des fléchettes ou autres bêtises. Il fallait dire que le point commun de tous les employés étaient : de se méfier des instances supérieurs ! Et SURTOUT du roi des Lémures.

En réalité, Pom adorait cet endroit et il y aurait passé une grosse partie de sa vie si le patron ne le virait pas régulièrement !

***

En ce début de soirée, Pom était à l’appartement qu'il occupait à l'agence Azazel. Avec ses colocataires, ils s’étaient décidés à faire un repas ensemble à la maison. Le jeune homme s'était installé sur un tabouret, bavardant joyeusement, tout en regardant @''Shia L. L. Schenkkan'' en train de cuisiner et en taquinant @''Lynn Ahern'', s'échangeant à eux trois divers moqueries.

Ce fut avec surprise que le téléphone portable de Pom s’activa et que sonnerie ''Happy Up Here'' de Roysköpp se lança joyeusement sur Spootydeath.

Quelques notes de musique plus tard, Pom s’était éloigné pour regarder son portable et envoyer quelques messages :




A la suite de cet échange, il se rendit auprès de ses colocataires pour dire d’une voix désolée :

« J’ai un job de dernière minute. Je vous laisse profiter de cette soirée en tête à tête. »

Il alla se changer. Il enfila le pantalon noir, la chemise blanche (avec un tee-shirt fin en-dessous) et la cravate obligatoire à Bchobiti ~ mais tôt ou tard, Pom s'était juré de faire changer cette idée au patron.

Quelques transports en commun plus tard et surtout une longue marche douloureuse pour ces mollets (et on se demandait comment il faisait pour s'entretenir ?) Pom était derrière le comptoir du bar.

A côté de lui, de trois têtes de moins, une rouquine à couettes lâches et bouclettes bavardait gaîment avec un groupe de jeunes tout en leurs servants. Elle se nommait Dadine et elle connaissait Pom depuis plus de 200 ans. Bavarde, elle répondait facilement et joyeusement aux gens, mais évitait toujours les sujets trop risqués.

Le bar était quasiment vide. La musique du bar et les bavardages des clients produisaient de fond tout à fait supportable.
Servant les clients, Pom se montrait d’une humeur avenante et égale.
Invité

#2 le 05.03.17 11:12

avatar
Invité
HRP:
Voilà, c’est très court je sais, et comme je suis encore un peu noob en matière de RP il y a peut-être des incohérences par-ci par-là!  





L’izakaya Bchobiti


Trouver l'adresse de L'Izakaya Bchobiti n'avait pas été chose facile. Depuis qu'une des proies de Cassio avait malencontreusement laissé échapper qu'il y avait en ville un bar extrèmement bien caché qui servait des plats, boissons et potions de très bonne qualité, la chimère s'était démenée des semaines durant pour obtenir l'adresse de ce lieu extraordinaire. Elle avait usé de son charme auprès de nombreux spectres de toutes les races, lémures, zombies ou encore nécromanciens. Quand certains n'étaient tout simplement pas au courant de l'existence de ce lieu, d'autres avaient été près de révéler l'adresse à Cassio avant de se raviser et de faire comme s'il ne se souvenaient plus de rien, ce qui avait fortement déplu à la chimère.

Mais Cassio ne renonçait pas si facilement, et finit par trouver la proie parfaite: un spectre solitaire et peureux qui tomba rapidement sous son charme et ne mit pas longtemps à lui révéler où se trouvait le bar, sûrement effrayé par ce que Cassio pourrait lui faire s'il lui manquait – il n'avait certainement pas envie de devenir fou, même temporairement!

Cassio se rendit au bar un vendredi soir, se disant qu'il y aurait sûrement beaucoup de monde, dont peut-être de futures proies avec qui elle pourrait jouer comme elle savait si bien le faire.

L'Izakaya Bchobiti se tenait dans une ruelle escarpée qu'elle n'aurait jamais remarqué si elle n'avait pas su qu'elle se trouvait là. Avant d'entrer, Cassio s'arrêta quelques secondes pour contempler la devanture. Elle se demanda d'ailleurs si le nom du bar avait une quelconque signification, et qui pouvait bien l'avoir choisi. Sûrement le propriétaire? Mais au fait, qui peut bien en être le propriétaire? La chimère n'en avait aucune idée, mais ne voulant pas perdre son temps avec des questions sans réponse, elle haussa les épaules et poussa la porte.

Elle s'était trompée: le bar n'était pas bondé. En fait, il n'y avait quasiment personne. Les rares clients discutaient et riaient, comme dans n'importe quel bar, et quelque chose – une radio? – diffusait une musique à peine couverte par les discussions et les rires. Cassio repéra deux serveurs: une fille rousse à couettes qui servait les clients tout en leur parlant, et un homme plutôt jeune aux cheveux rouges foncé – tiens, comme Cassio! Peut-être pourraient-ils bien s'entendre?

C'est avec cette pensée en tête que la chimère se dirigea vers le comptoir. Cette soirée peut se révéler intéressante, finalement.
.

#3 le 05.03.17 23:41

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1587
× Øssements 680
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien
http://www.peekaboo-rpg.com/t1328-pom-warren#24098 http://www.peekaboo-rpg.com/t1344-journal-de-pom-warren#24761

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/100  (100/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 31 Autre
× Age post-mortem : 257
× Avatar : (Rin Matsuoka Free!)
× Pouvoir : Empathe absorbeur hypersensible, matérialisation des sentiments. Le pouvoir de Pom est et restera instable.
× Appartement : Jolly Jumper
× Logement : Viens jeter un œil ?
- Mon pouvoir - Bosse pour le Bchobiti

× Métier : Travaille pour Eden
× Communication : 090-1988-1002 - Gère un blog
× Péripéties vécues : 1587
× Øssements 680
× Age IRL : 29 Féminin
× Inscription : 21/01/2017
× Présence : complète
× Surnom : la pomme
× DCs : Eden / Cinemont
nécromancien

Comment peut-on choisir ....



de devenir une chimère ?


La présence de Pom Warren n’était pas nécessaire vu le nombre de clients présents dans la salle principale de l’izakaya Bchobiti. Dadine, la jeune femme rousse, aux boucles agréables, était rapide et avenante avec les clients. Sa robe dansait alors qu’elle passait avec agilité de personnes à personnes. Elle les servait, discuter et échanger rapidement.
Pom derrière le bar où personne ne s’était installé, servait principalement à préparer quelques cocktails et à s’assurer qu’aucun client n’ait un comportement déplacé envers son amie et à laver les verres que Dadine lui rapportait.

Les bruits des voix étaient agréables aux oreilles de Pom qui se laissait bercer par elles. Ce fut avec surprise, pourtant, qu’il vit la porte d’entrée du bar s’ouvrir sur une silhouette jeune. Une jeune femme aux ailes de chauve-souris et à la longue chevelure rouge – ce devrait être compliqué à coiffer le matin.

A peine arrivée sur place, elle se dirigea vers le comptoir du bar. Dadine – connaissant le peu de sympathie que Pom éprouvait à l’égard des femmes vengeresses se rapprocha. Toutefois, elle n’eut guère le temps de faire quoique ce soit : Pom était d’humeur calme et il lui fit un signe de tête joyeux.

Dadine sembla lui faire un signe qui devait signifier « fais attention à ce que tu fais. » Et un regard noir, avant de rire joyeusement et de retourner à une table pour proposer un jeu de cartes à boire. Le bar demeurait un lieu où on incitait régulièrement à consommer. Les ossements permettaient à ce fond de commerce d’exister.

Souriant de toutes ses dents, Pom regarda la jeune chimère. Une jeune femme qui n’avait – comme tous les autres – pas mérité de mourir à cet âge-là. Son visage était le signe de la gravité de sa mort et qu’importe les raisons de celle-ci. On ne mérite pas de mourir aussi jeune, se disait toujours Pom Warren.

Une pensée qu’il oublia en même temps qu’il disait :

« Bonsoir Mademoiselle et bienvenue au Bchobiti. Êtes-vous seule ? Etes-vous venu pour manger ou boire ? » Questionna-t-il en japonais sur un accent étranger et imperceptible. Un mélange de différentes langues, auxquelles le japonais n’appartenait pas. De sa voix feutrée, chaude et douce, Pom se retourna pour se saisir de cartes. Il ne savait pas laquelle désirait la jeune femme.

« Chacun ici me nomme Pom et la jeune femme là-bas se nomme Dadine. Si vous ne souhaitez pas rester seul en consommant, l’un de nous peut rester avec vous. Comme vous pouvez le voir, il n’y a pas forte influence aujourd’hui. »
Continua-t-il, cette fois-ci en anglais. Pom avait encore bien des difficultés à parler japonais naturellement. Il espéra que la jeune femme comprendrait.

Difficile de comprendre comment cette jeune personne était arrivée là et pourquoi elle était seule. Rares étaient les étourdis empruntant cette ruelle qui menait à un cul de sac. Personne en général n’y passait et c’était sans doute pour ça qu’Eden, le propriétaire, avait choisi cet endroit. Toutefois, Pom savait qu’il existait également une autre raison. Une raison que le propriétaire évoquait rarement.
Rien de spécial.