Invité

#1 le 24.01.17 16:16

avatar
Invité

          Tali & Etsu

          Pleine lune, les nuages trempent dedans comme d'incroyables tartines bleutées. On dirait des morceaux d'océan coagulés dans le ciel.

         

          Cette soirée. Ce temps. Éprouvant et fatiguant. Même la lune s'est cachée derrière les nuages pour bouder dans son coin. Bouder les spectres et le ciel tout entier. Remplacée par une pluie glaciale qui s'abat bruyamment sur le toit du musée. Tali elle se demande si c'est sa faute. Si c'est parce que ses vêtements et trésors en nuages ne sont pas assez jolis. Pas assez jolis pour plaire à la lune, alors elle pleure tout son soûl. Pourtant elle s'est donné du mal pour cette tout finir à temps, pour tout organiser avec des monsieurs toujours pressés et qui répondent rarement présent. Elle s'est donné à fond, Talitha, pour que cette soirée se passe bien. Pour faire connaître ses créations, comme disent les monsieurs en costume. Alors elle avait appelé le musé, loué une salle, et préparé tout un tas de nuages exprès. Des roses, des bleus, des oranges et des blancs évidemment. Elle avait cousu pendant des nuits entières, rien que pour cet évènement. Les monsieurs en costume, ils disent que les galeries c'est super, c'est beau, et tout l'monde aiment ça. Après, tout le monde viendra te voir, Tali. Encore plus que maintenant, et pas simplement pour boire du thé à la framboise et au sucre d'orge. Non, pour tes nuages. Ces nuages que tu aimes. Que tu aimes ? Tali elle se pose des questions un peu bêtes, un peu fades dans sa tête alors qu'elle observe le monde entrer, se faire gober par ses cumulonimbus. Elle les accueille, dans sa jolie robe rose pastel, robe en nuages de crépuscule. Ceux sont les plus jolis, pour Tali, avec les nuages de minuit. Ceux qui sont tendres et voluptueux. Dedans, l'étoile se sent lune.

Elle ne connaît pas ces gens, Talitha. Elle espère secrètement que son ours en nicotine viendra lui faire un coucou, incognito, avec lunettes noires et peut-être même une fausse moustache. Parce qu'elle sait qu'il aurait dit non à son invitation, c'est trop pédant, trop flashy, trop de mascarades le monde des galeries. Elle le sait, mais elle s'ennuie la comète. Et Etsu n'est pas encore apparu. Entourée de tous ces gens, elle se sent seule. Cette solitude qui colle à l'âme comme du goudron trop chaud, qui fait craquer le cœur et qui obscurci les yeux. Cette solitude qu'on ressent au milieu d'un troupeau qui ne nous appartient pas. Quand on se sent trop coloré pour le gris terne qui nous entoure. Parce que ces femmes aux doigts crochus, aux yeux brillants d'envie, accompagnées de leurs princes, déchiquètent du regard les trésors de Talitha. Oooh, regardez-moi cette jupe, ne serais-je pas trop sexy dedans ? Chéri, achète-moi ce chapeau, il n'ira qu'à moi de toute façon ! Ma puce, regarde ce bustier, tu ne voudrais pas le mettre pour mon anniversaire ? Taisez-vous. Talitha, elle ne sait plus trop si elle aime les nuages face à ces gens. Ou si elle les vend tout simplement. Peut-être est-ce la raison des pleurs de la lune ? Les nuages habillent l'âme. Eux, ont-il une âme ? Talitha elle se pose des questions bien fades ce soir. Et les étoiles ne sont pas là pour l'aider à sourire. Juste les larmes de la voûte céleste sont présentes dans la charbon du ciel. Elle se sent bien vide la Talitha. Seule, vide et vulnérable face aux sentiments humains. Trop vulnérable, face à l'envie et à la luxure. Face à l’orgueil et à la vanité qui lui donnent envie de se cacher sous ses couvertures de brouillard.

Elle est où Etsu ? Peut-être qu'elle ne viendra pas. Après-tout, elles aiment se moquer de ce genre de réception, alors pourquoi viendrait-elle ? Est-ce qu'elle-même viendrait ? Des questions bien fades fleurissent dans son esprit. Tu n'as pas pris ta jolie potion, Tali ? Tu vas devenir triste comme la roche si tu ne te dégourdi pas les émotions. Je ne me sens pas très bien, qu'elle pense Talitha. Elle est où Etsu ? En retard, elle va arriver. C'est sûr. Avec ce temps, n'importe qui débarquerait en retard. C'est vrai. Juré. Elle va arriver. D'une minute à l'autre. Ce n'est que le début, après-tout. Les gens piaillent, les hommes flirtent, les femmes quémandent. Aucun enfant n'est présent. Pourtant ils adoreraient les nuages de Talitha. Mais aucun chérubin ne se trouve là, pourtant c'est eux qu'elle veut faire sourire avec ses créations en brume. Tant pis. Le goudron de la solitude noie son cœur peu à peu.

La porte s'ouvre et le vent s'engouffre dans la salle, la pluie rageant toujours à l’extérieur. Désolée le ciel, désolée la lune. Et Talitha elle voit Etsu qui débarque. C'est magique, le goudron fond et un sourire né sur les lèvres carmines, pour l'occasion, de la comète aux cheveux blonds. Elle est là, ça y est. Et en instant tous ses regrets se sont envolés comme poussière d'étoile dans l'univers.

« Etsu ! Par ici ! »

Merci d'être là, merci d'avoir fait fuir mes nuages noirs.




HRP : J'espère que ça ira keur keur sur toi.
AVENGEDINCHAINS
         

#2 le 25.01.17 19:01

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1046
× Øssements 398
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford
☢ Désintégrator ☢
http://www.peekaboo-rpg.com/t1294-etsu-morugawa-lassee-de-la-vie http://www.peekaboo-rpg.com/t1298-etsu-morugawa-come-watch-the-sky-with-me#23487 https://parolesdindecise.wixsite.com/blog

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
20/100  (20/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1046
× Øssements 398
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford
☢ Désintégrator ☢
Talitha & Etsu

Nuage noire et pluie battante. Parfois, les soirée ne commencent pas très bien. Mais rien ne dit qu'elles finiront mal.



Pluie battante. Les gouttes d'eau s'écrasaient sur le sol et se brisaient telles des perles de verre, en des millions d'éclats brillants. Le son assourdissants de la pluie recouvrait tous les autres sons de la ville, les chants et les rires des badauds qui avaient le courage de sortir sous cette averse menaçante.

Etsu, elle, faisait partie de ceux qui bravait la pluie. Dans son long manteau noir, elle parcourait les trottoirs goudronnés, son parapluie rouge la protégeant des perles transparentes tombant du ciel. Il n'était pas clément ce soir, pas très heureux. D'ordinaire, il était empli de milliards d'étoiles, plus scintillants que des diamants. Mais là, les nuages gris amoncelaient le ciel, comme pour le cacher. On n'y voyait rien, pas un point brillant. Juste du gris. C'était bien triste et Etsu n'aimait pas les nuages gris.

Ses escarpins tapaient à un rythme effréné contre le sol, sa marche rapide devenant peu à peu une course folle. La pluie était plus forte, plus froide. Et puis, elle était en retard. Elle avait mis tellement de temps à trouver une robe convenable, ni trop voyante ni trop simple. Elle avait fait le tour des boutiques, fouiné dans les rayons, cherché quelque chose de présentable avant de tomber sur cette longe robe noir ouverte dans le dos. Elle avait hésité, reposé la robe, puis regardé à nouveau avant de l'essayer. Dans le miroir, elle avait vu une jeune femme à la peau pale couverte d'un énorme dragon noir, ses cicatrices restant cachées sous le tissu. Ça l'avait rassuré, puis sourire avant d'acheter la robe de soirée. Etsu avait osé, se disant que ça pourrait être amusant de jouer les femmes affirmées dans ce type de soirée. Mais à présent, la brune se demandait si ce n'était pas trop habillée, si ce n'était pas trop en montrer. Certains passants la fixaient d'un œil intéressé et le chauffeur du taxi qui s'était arrêté devant elle lui avait fait du rentre-dedans. Mais cela avait-il réellement de l'importance ? Qu'importe ce que les gens pouvaient penser, cela ne rattraperait pas son retard.

Et Etsu détestait être en retard.

Le musée Nezu. Illuminé de mille feux. Des gens entraient, sortaient, un sourire ravi aux lèvres, les yeux plein d'étoiles. Beaucoup étaient soigneusement vêtus de leurs plus beaux atours, se pavanant comme des paons dans les allées d'un zoo. Ils se trouvaient beaux, tout ces gens, et certainement intéressants et cultivés. Après tout, ils allaient au musée et étaient spécialement venus pour voir l'exposition de Talitha Lémieux, la tisseuse de nuages. Qu'ils étaient hautains et dédaigneux tous ces gens. Ils n'avaient même pas dû saisir la beauté des réalisations qu'ils avaient vu.

Etsu entra dans le musée, fut débarrassée de son manteau et son parapluie par un homme en costume bleu à la réception et se dirigea vers la salle qui l'intéressait. Les hommes la regardaient sur son passage, les femmes fronçaient des sourcils dans son dos. Elle entendit des murmures, des voix feutrées tandis qu'elle ne cessait d'avancer. Elle aurait aimé que le personnel du musée mette de la musique, un air de classique pour coller avec l'ambiance. Mais elle n'entendait que tous ces gens. Etsu retint une mine boudeuse. Qu'elle détestait les mondanités de ce genre.

La salle se présenta enfin à elle. Emplie de nuages plus doux et plus beaux que ceux du ciel. Ils ressemblaient à du coton, à de la barbe à papa. Etsu n'avait jamais réellement aimé les nuages, il cachait les étoiles qu'elle aimait tant lorsqu'ils dansaient dans le ciel du soir. Mais ceux que cousaient Talitha était les plus beaux du monde.

Elle la vit alors, dans un coin de la salle. Seule et pensive. Voir triste. Son doux visage arbore une expression soucieuse, le doute plane dans l'air. Etsu s'en veut d'être en retard et se dit qu'elle aurait mieux fait de prendre le taxi. Mais alors, la blonde se tourne et la voit, sourire et l'appelle. Etsu est rassurée et se dirigea vers elle, lui lançant un sourire amical et joyeux.

- Bonsoir Talitha. Excuses moi du retard mais j'ai eu du mal à trouver un taxi.

Qu'elle est jolie Talitha dans sa robe rose, la brune ayant l'impression d'être en face d'une princesse. À côté d'elle, Etsu est bien trop voyante avec sa robe dos nue. Des hommes la regardent toujours mais elle ne s'en occupe plus. Talitha sourit et c'est tout ce qui compte.

- Alors, comment se passe la soirée ?

« Bien », espérait Etsu. Mais au vue du regard de son amie à son arrivée. Rien n'en était moins sûr.


acidbrain
Afficher toute la signature
Réduire la signature


I love and I hurt you
Sur mon coussin comme un dessin Comme une tâche C’est ton mascara qui déteint Quand on se fâche Et ce coussin d’ici demain Après l’orage Sera témoin que l’on sait bien Tourner la page


En japonais : #6600FF ; En anglais : #998AA8
Invité

#3 le 09.02.17 19:57

avatar
Invité

          Tali & Etsu

Le ciel est parsemé de bitume glacé, ça racle contre le toit.

         

          Etsu. Etsu et son allure de chrysanthème, sa robe de noirceur et sa douceur d'oisillon. Etsu et ses pas graciles malgré eux, Etsu et sa façon d'ignorer les regards des hommes de la salle. Etsu, dans sa délicatesse, est, aux yeux de la sorcière nuageuse, plus forte que bien des rocs. Eau pure qui s'écoule en torrent sur les choses qui gravitent autour d'elle. Talitha, elle a rarement vu, en quatre siècles d'existence, quelqu'un voulant vivre autant dans la mort. Talitha elle aime ça, chez Etsu, chez cette fleur de chrysanthème opaline. Fleur aux pétales en pierre de lune, celles qui semblent tomber des yeux de la maman des étoiles. Oui, elle aime ça, chez Etsu. Cette envie de vivre plus forte que les ténèbres du sommeil éternel. Plus forte que la faucille du décès. Sa vie devait être bien triste pour ne pouvoir vivre qu'une fois morte, se dit parfois Talitha en observant le visage au lait de coco de son amie en chocolat. Comme un bounty au goût de stratosphère. Talitha, son cœur en guimauve trop cuite, il s'est ramolli un peu plus en voyant la chevelure réglisse de son amie. Ces hommes, ces femmes, ils ne comptent pas. Il n'y a qu'Etsu. Je te dédie ma galerie, toi qui sort de l'ombre pour m'empêcher de noircir parmi les spectres et les ombres. Parmi ces morts qui semble, eux, bien morts, qui cherchent à combler leurs maux par des nuages estivaux. Mais ses nuages, à Talitha, ils ne soignent pas, ils ne remplissent pas. Ils protègent, ils s'enroulent autour de toi, couverture brumeuse qui éloigne ton cœur des champs de batailles humains. Ils gardent le bonheur fermement en eux pour que tu en profite encore et encore, jusqu'au dernier éclat de lumière. Mais pour ça, il faut d'abord ressentir ce bonheur et le capturer avec les mains. Mais ces gens, ces hommes, ces femmes, ces monsieurs en costumes sombres, ils ne sont pas heureux. Tali, elle le sait, elle le sent. Son radar a tristesse s'est mit à pleurer dès que la galerie a ouvert ses portes aux fantômes de minuit. Et pendant un instant, Talitha, elle a failli se transformer en étoile noire. Toute cassée, toute figée. Le manque de potion ? Sûrement. Mais heureusement, maintenant, il y a Etsu. Et ça change tout. Elle trouve même la galerie un peu plus colorée, un peu plus sucrée, maintenant que cette fleur de chrysanthème aux pétales pierre de lune est arrivée.

« Viens, suis-moi. » Elle ne répond pas à sa question la comète, parce qu'elle n'a pas envie d'expliquer à quel point ces gens la mettent mal à l'aise, elle et ses étoiles en boucle d'oreilles. Elle n'a pas spécialement envie d'inquiéter son amie en chocolat pour quelques broutilles sentimentales qui vont passer aussi vite que les heures dans cette galerie, maintenant qu'Etsu est là. Maintenant ça va mieux, hein, Talitha ? Maintenant, elle respire la petite étoile qui a manqué de se transformer en goutte de pluie. La pluie qui éclabousse encore le monde de dehors, noyant le pavé, les tambours du tonnerre résonnant de plus en plus fort. Elle veut se boucher les oreilles, Talitha, mais ça n'est pas poli, n'est-ce pas ? Elle déambule entre les êtres obscurs qui observent ses trésors nuageux, les évitant, parfois leur offrant un léger sourire face à leur enthousiasme, presque vulgaire, face à ses petits cumulonimbus colorés. Elle emmène la fille chrysanthème jusqu'au buffet. Buffet de Talitha, fait maison, avec du thé; du chocolat chaud et des gâteaux. « Prends une tasse, cela te réchauffera. » Talitha, elle a cette sale manie de vouloir faire se sentir chez soi, les gens en toute occasion. C'est pour cette raison que sa maison est si souvent envahie par des âmes blessées, des âmes cassées, des âmes lourdes, un peu comme la sienne, qui recherchent elles aussi une tasse de thé. Du thé et des caresses, des caresses sur le cœur, pour les apaiser enfin et les entourer de ses nuages d'or où elles se sentent si bien. Et Talitha, elle peut pas s'en empêcher, de leur promettre de les réparer, de les huiler et des les adorer. Mais c'est dur, quand nos propres branches sont cassées,  de vouloir faire briller d'autres étoiles.

C'est pour ça qu'elle aime bien Etsu aussi. C'est reposant, apaisant. Comme une sieste au soleil, c'est doucereux, comme le ventre d'un oiseau, c'est duveteux. Oui, c'est ça pour Talitha, être avec Etsu. « Je ne m'attendais pas à voir autant de monde se précipiter sur mes habits de nuages, ahah... » Un léger rire amer. Talitha, ça ne lui va pas au teint d'être amère, mais alors vraiment pas. Une tasse de chocolat chaud aux marshmallows, petits nuages sucrés, entre les mains, elle se concentre à nouveau sur son amie aux pétales étoilés. « Merci d'être venue, Etsu. Je dois dire que ce n'est pas l'ambiance que j’espérais pour une première galerie.. » Première et sans doute dernière. Elle n'est pas prête, Talitha, à affronter ce monde de requins et de hyènes en jolis costumes et en magnifiques robes. Leurs bijoux brillent de mille feux, mais leurs yeux sont aussi ternes qu'un marécage. Leurs âmes doivent êtres bien tristes, qu'elle se dit la petite comète aux vapeurs chocolatées. « Ta robe est ravissante, elle te sied à merveille. » Etsu a cette très belle façon de garder une pureté enfantine dans des allures et des postures de femme adulte. Vous savez, ces femmes belles et gracieuses qui nous jettent des sorts pour qu'on les laisse passer quoiqu'il arrive. Talitha, elle est un peu comme ça aussi, mais elle se dit que c'est grâce à son grand âge et non grâce à son allure. Pourtant elle a de l'allure Talitha, lui, le savait mieux que quiconque. Elle a l'allure d'une étoile filante qui fait des pointes dans des chaussons de nuages. « J'espère que tu trouveras la galerie intéressante malgré la drôle d'ambiance qui y règne. »

Un léger soupir sur sa boisson cacao. Les marshmallows ont presque tous fondus et les larmes du ciel ne veulent pas cesser de tomber. Ce soir, Talitha, elle a peur que ces nuages ne deviennent tous gris de chagrin.




HRP : keur sur toi etsuchou
AVENGEDINCHAINS
         

#4 le 12.02.17 21:04

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1046
× Øssements 398
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford
☢ Désintégrator ☢
http://www.peekaboo-rpg.com/t1294-etsu-morugawa-lassee-de-la-vie http://www.peekaboo-rpg.com/t1298-etsu-morugawa-come-watch-the-sky-with-me#23487 https://parolesdindecise.wixsite.com/blog

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
20/100  (20/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 27 Féminin
× Age post-mortem : 30
× Avatar : Tomoko - Ikenaga Yasunari
× Pouvoir : Poussière d'étoile
× Croisée avec : Rien du tout :nose:
× Appartement : Pucca
× Logement : Chez Eul la plupart du temps ~
× Métier : Au chomage
× Communication : Portable - Deathbook - Incinegram
× Péripéties vécues : 1046
× Øssements 398
× Age IRL : 24 Féminin
× Inscription : 13/01/2017
× Présence : réduite
× Surnom : la pousse de bambou
× DCs : Toulouze Ka | Margaret E. Redford
☢ Désintégrator ☢
Talitha & Etsu

Le ciel est bien gris dans tes yeux. Et si on y faisait naître u arc-en-ciel.



Un coup de tonnerre au loin. Une odeur de chocolat chaud et de guimauve. Cachée dans ses tenues et œuvres en nuage aux couleurs si douces et pures, le regard de la jeune spectre scrute les invités et leurs masques de bienséance. Ils en ont oublié le buffet ces rustres, à moins qu'ils n'en avaient rien à faire. Ils regardent juste, se pavanent avec leurs grands airs, lancent des phrases compliquées et des sourires en coin. Ils ne comprennent rien, rien à ce qu'a pu faire Talitha.

Etsu boit son chocolat chaud, écoutant d'une oreille attentive son amie qui semble bien triste. Et il y a de quoi. C'était une mauvaise idée cette exposition. Une bien mauvaise idée. L'éclat de ses yeux perlés est absent, comme voilé par d'énormes nuages gris. Qu'elle semble bien triste, les yeux perdus dans cette foule trop guindée et superficielle. Talitha n'a pas sa place au milieu de ces gens, non, elle est ailleurs. Dans un endroit où douceur et chaleur doivent régner.

La jeune japonaise se retint de soupirer en observant tous ces gens. Elle voudrait bien prendre son amie par la main et la sortir d'ici, l'emmener dans un petit café non loin du musée ou emporter le buffet avec elle et retourner à sa boutique. Elles n'ont rien à faire là, entourées de ces vautours qui n'y comprennent rien. Etsu soupire finalement, plus pour elle que pour le reste du monde.

Tout cela ressemble tellement à son ancienne vie. À sa triste vie.

Sortir d'ici. Ou voir autre chose. Etsu se demande si son amie peut s'éclipser, disparaître un instant pour mieux retrouver le sourire et briller à nouveau. Etsu se demande si cette soirée à réellement de l'importance, comme auraient pu le dire les investisseurs et organisateurs de cette exposition. Sûrement ont-ils cherché à se faire de l'argent sur le dos de Talitha. Cela n'étonnerait même pas la jeune spectre. Des vautours. Voilà ce qu'ils étaient tous.

Et si on les ignorait ?

Les mots de Talitha résonnent dans sa tête. Trouver la galerie intéressante ? Bien sûr qu'elle la trouverait intéressante et bien plus si Talitha lui présentait davantage ses créations. Etsu s'était toujours dit qu'elle faisait des choses magnifiques, sans jamais le lui avoir dit auparavant. Peut-être était-ce le bon moment pour le faire ?

- Et si tu me montrais tes créations ? Tu pourrais me dire comment tu les as réalisé et à quoi tu pensais quand tu les as cousu. Qu'en penses-tu ?

On entendait la pluie au dehors, le brouhaha créé par les voix des invités. Le bruit des verres de champagne qui s'entrechoquent quand les gens font « Santé! ». Tant de sons qu'Etsu annihilait pour mieux se concentrer sur son amie tout en la regardant. Son idée allait-elle redonner le sourire à Talitha ? La tristesse semblait l'envelopper dans un voile froid et cotonneux. Ce n'était pourtant pas une soirée pour être morose, bien que les invités de la galerie soient si pompeux et peu enclin à offrir une once de chaleur. Il fallait que Talitha sourit, que Talitha rit, comme elle avait tant l'habitude de le faire en sa présence.

- A moins que tu préfères t'éclipser un moment ? Je crois que tous ces gens ne se rendront même pas compte de notre absence. On pourrait visiter le musée une nouvelle fois, qu'en dis-tu ?

Etsu espérait que son amie accepte et ne reste pas devant son buffet à contempler ses marshmallows fondus et ses biscuits froids. Etsu comptait bien lui faire faire quelque chose et lui redonner le sourire. Lui montrait que cette soirée n'allait pas être aussi maussade qu'elle pourrait le penser.

- Allez viens.

Un grand sourire s'afficha sur le visage de la jeune femme, éclairant davantage ses traits tandis qu'il entraînait son amie près d'une des robes qu'elle avait créé. Il y avait peu de monde dans ce coin de la pièce, peu de personnes intéressées. Et c'était très bien comme cela. Elles étaient bien mieux toutes les deux qu'au milieu de tous ces imbéciles.

- Dis moi, qu'est-ce donc que ce magnifique vêtement ? Lança Etsu en pointant la création du doigt.


acidbrain
Afficher toute la signature
Réduire la signature


I love and I hurt you
Sur mon coussin comme un dessin Comme une tâche C’est ton mascara qui déteint Quand on se fâche Et ce coussin d’ici demain Après l’orage Sera témoin que l’on sait bien Tourner la page


En japonais : #6600FF ; En anglais : #998AA8