avatar
Invité
Invité
Terminé #1 le 14.01.17 19:56


Cela faisait une semaine qu’Ael s’était battue dans la rue, derrière la salle de sport. Elle et Viktor avaient été vraiment bien amochés et malgré les quelques potions données et son traitement en cours, elle souffrait toujours de ses côtes et de sa main qu’elle n’arrivait toujours pas à fermer entièrement.
Ce n’était pas une douleur horrible, juste une gêne plutôt, comme un gros bleu qui pourrait rappeler parfois, qu’à cet endroit là, on est blessé. Elle était retournée à l’infirmerie afin de vérifier l’état de son corps. Apparement celui-ci se portait tout de même bien et il n’était donc pas nécéssaire de continuer le traitement et encore moins de prendre de nouvelles potions. D’un côté cela la rassurait, elle n’aurait pas aimé devoir à nouveau ingérer ce genre de médecine. Mais d’un autre, il fallait qu’elle trouve un moyen de se détendre, de se reposer ou ses douleurs ne cesseraient jamais.

Finalement ce dernier mois avait été vraiment fatiguant pour elle aussi bien émotionnellement que physiquement et la seule chose qu’elle désirait à présent c’était de prendre une pause, une toute petite pause loin de tout ça. Alors elle se renseigna directement à l’accueil de l’infirmerie. Elle ne pouvait pas partir longtemps, elle devait donc trouver quelque chose pouvant l’aider assez rapidement, un massage peut-être. La jeune femme devant elle lui indiqua alors l’onsen de Tokyo. Après tout pourquoi pas, elle n’y était jamais allée mais en avait entendu que du bien.

Aussi bien ouvert la journée que la nuit, elle s’y rendit en début de soirée évitant ainsi la foule. Elle arriva donc, la nuit étant déjà tombée. Elle s’installa d’abord au bar et commanda quelque chose à manger. Apparement de ce qu’elle entendait autour d’elle, l’onsen était désert ce soir et c’était tant mieux. Elle termina son repas et se rendit au vestiaire avant d’entrer dans les bains chauds. Elle se dévêtit entièrement en ne gardant qu’une petite serviette blanche pouvant à peine cacher soit sa poitrine, soit ses fesses. M’enfin, les bains n’étaient pas mixtes et dans tous les cas il semblait réellement n’y avoir personne. Elle sortit alors et se retrouva directement dans les sources chaudes.

La vapeur l’entourait et était étouffante. Cette simple sensation, au final, la fit se détendre. Les bains autour d’elle se trouvaient en réalité légèrement en extérieur et donnaient sur un petit bois non loin de là. Elle essayait d’observer autour d’elle, mais en réalité elle ne voyait pas à un mètre. Alors elle fit le tour rapidement afin de s’y retrouver un peu. Une grande étendu d’eau chaude se trouvait alors devant elle entourée de roches et d’arbres en tout genre. C’était un endroit magnifique et s’y rendre la nuit permettait en plus de cela d’ajouter un peu de beauté au lieu.

Alors elle décida enfin d’y aller. Elle laissa glisser sa serviette sur le sol ne voulant pas y entrer avec, contrairement à la majorité des gens en général, et posa alors le premier pied dans l’eau. Elle était brulante et Ael aimait cette douce chaleur, aimait ce réconfort qu’elle pouvait y trouver. Elle y entra en entier. Tout son corps se relaxa alors et elle soupira de bonheur.
Elle s’avança un peu dans le bain afin de trouver non loin de là un coin ou se poser et apprécier les bienfaits de l’onsen. Elle trouva alors un petit renfoncement non loin d’elle ou elle pouvait enfin s’asseoir et s’y détendre.
Elle ferma les yeux un instant.

Une douleur dans les côtes. Encore. Elle sentait le sang couler dans sa bouche, elle pouvait le gouter du bout de la langue. Cette odeur de fer était encore et encore présente autour d’elle. Elle se regarda alors toujours dans le bain, elle regarda ses côtes qui petit à petit redevenaient noires d’hématomes. Elle sentit ses os se briser à nouveau. Sa main craqua également et la peau de ses doigts s’ouvrit, laissant du sang s’échapper dans l’eau. Tout était rouge, tout était douloureux. Elle regarda alors devant elle. Un poing fonçait dans son visage.

Elle se réveilla en sursaut. Paniquée. Elle regarda autour d’elle mais elle ne voyait rien. Il faisait bien noir et en dehors du bain, il faisait à présent réellement froid. Si froid que les vapeurs, cette fois-ci empêchaient de voir directement devant soi. Elle tâta ses côtes, bougea sa main. Ouf. Elle se relaxa à nouveau. Un cauchemar, c’était juste un putain de cauchemar.
Elle se redressa enfin. Finalement ses douleurs s’étaient réellement atténuées mais peut-être était-il temps de rentrer.
Elle avança alors dans la pénombre essayant tant bien que mal de se tenir là où elle le pouvait. Elle continuait d’avancer quand elle entendu un chouette un peu plus loin. Elle se retourna dans cette direction tout en continuant son chemin.

- "Merde !"

Elle venait de heurter quelque chose. Ou plutôt quelqu’un.
avatar
Invité
Invité
Terminé #2 le 17.01.17 18:59
Il était plutôt tard. La soirée était déjà bien avancée et la majorité des tokyoïtes avaient regagné le confort de leur maison. La plupart des quartiers de Tokyo était désormais plus paisible, même si quelques fantômes peu recommandables traînaient par-ci par-là et que d’autres se rendaient aux bars et aux casinos pour passer une bonne soirée entre amis. Shirley appréciait ce moment de la journée puisque le troupeau humain bruyant qui traversait les routes imprudemment et qui parlaient si fort au téléphone était immanquablement atténué. Il n’y avait pas autant de voitures qui filaient à toute allure et qui ne manquaient jamais de la faire sursauter, elle était un peu moins tendue et le Tokyo nocturne avait un certain charme. C’était digne des descriptions parfois enjolivées de son ex lorsqu’il lui parlait de la capitale du Japon. Pour toutes ces raisons, la jeune femme préférait sortir à des heures tardives.

Récemment, elle avait découvert les onsens. C’était un lieu un peu mythique dont elle avait souvent entendu parler mais n’avait jamais eu le courage de visiter. L’idée d’un bain chaud réconfortant lui plaisait, mais celle de se retrouver nue parmi des étrangères un peu moins. Exposer sa nudité lui faisait si peur qu’elle avait rapidement abandonné l’idée de se rendre aux onsens. Elle ne voulait pas dévoiler les repoussantes cicatrices qui recouvraient son corps et son visage.

Mais la nuit… Il n’y aurait personne… Si? pensa Shirley alors qu’elle passait devant le petit bâtiment des onsens. Elle s’arrêta devant, curieuse. Il ne semblait y avoir personne mis à part le préposé à l’accueil. Hm… J’ai vraiment envie d’essayer, quand même. Dans le pire des cas, si jamais il y a quelqu’un, je pars et c’est tout. Hésitante, la Lémure poussa la porte et entra d’un pas incertain. En voyant qu’il s’agissait d’une Occidentale, le jeune homme derrière le comptoir lui expliqua rapidement les traditions, puis lui désigna du doigt le bain pour femme. Elle le remercia d’un sourire réservé, puis se rendit aux vestiaires pour se déshabiller

Après avoir suivi à la lettre les indications qu’on lui avait données, Shirley trempait un orteil dans l’eau brûlante. À son plus grand soulagement, il n’y avait personne. Ne voulant pas attirer l’attention des propriétaires qui interdisaient le port de serviette autour du corps, elle s’était débarrassée de la sienne et des bandages qui couvraient une partie de son visage. La brune se détendit un peu, puis entra dans le bain. Il n’y aura personne. Sinon, je pars. C’est tout, pensa-t-elle pour se calmer un peu. Il faisait frisquet et l’eau était si chaude qu’une grande colonne de vapeur s’en dégageait. Shirley soupira, puis finit par se calmer complètement, apaisée par la quiétude de ce lieu. Elle ferma un peu les yeux…

À peine quelques minutes plus tard, des clapotis la tira de sa torpeur. Shirley s’était légèrement assoupie. Quelqu’un vient d’entrer, non? Elle distingua une silhouette vague en face d’elle. La vapeur et l’obscurité l’empêchait de distinguer ses traits,  mais elle se rapprochait. Shirley s’apprêtait à sortir, mais le froid l’en dissuada rapidement. L’inconnue la heurta.

Merde ! s’exclama une voix féminine.

Désolée! s’empressa-t-elle de s’excuser.

Et maintenant, si je pars, c’est bizarre… Elle va penser que je suis vexée. Mince. Ah, si elle ne m’a pas aperçue, c’est qu’elle ne voit pas… enfin.. mes cicatrices. Ce n’est pas plus mal… en déduisit Shirley alors qu’elle gardait un œil sur cette forme imprécise proche d’elle. Un silence gênant s’installa… Elles n’allaient quand même pas rester là sans rien dire?

Comment ça va..?
avatar
Invité
Invité
Terminé #3 le 18.01.17 3:12



Pourquoi elle ne faisait jamais attention en ce moment ? Cela faisait réellement quelques temps qu’Ael était devenue maladroite. Elle passait son temps à se blesser, à tout faire tomber et à rentrer dans de parfaites inconnues, nues qui plus est. Il fallait qu’elle arrête d’être aussi vite déconcentrée car encore une fois cette rencontre n’arrangeait pas son état.

Ce fut un coup de coude, un léger coup de coude dans ses côtes qui la fit grimacer. Elle n’avait pas fait attention et s’était fait légèrement mal en rentrant dans cette jeune femme. Mais Ael était calme ce soir et détendue et elle passa outre sa douleur pour ne pas paraître de mauvais poil devant cette nouvelle rencontre. Rencontre qui s’excusa immédiatement malgré le fait que ce n’était absolument pas sa faute. Gênée par cela, Ael s’empressa de répondre ne voulant pas la mettre mal à l’aise par sa faute.

- "Non non c’est moi, je ne regardais pas où j’allais et il y avait une chouette et.. "

Elle s’arrêta de parler, comprenant que son excuse était extrêmement ridicule et qu’elle paraitrait surement pour une enfant en disant de telles bêtises. Mais la jeune femme ne semblait pas l’écouter, elle semblait perdue dans ses pensées. Alors Ael se passa la main dans les cheveux ne sachant plus quoi dire ou quoi faire. Devait-elle s’excuser et partir ? Oui sans doute, après tout c’était ce qu’elle était en train de faire initialement. Alors elle entrouvrit la bouche pour parler mais la jeune femme devant elle prit les devant.

- "Comment ça va..?"


C’était une simple phrase, mais qui engageait la conversation. Ael ne pouvait plus partir cela en était certain. Puis il y avait quelque chose de doux dans cette voix, quelque chose d’agréable, pas de familier non, mais quelque chose qu’elle appréciait. Alors sans s’en rendre compte elle esquissa un grand sourire, sourire qui fut masqué par cette vapeur si étouffante.

- "Oui je pense que ça ira.. merci."

Elle avait hésité un instant en réalité. Elle s’était juste mis à penser un instant à ses côtes. Est-ce-que ça irait ? Oui certainement, même si actuellement c’était douloureux. Et rester encore un peu dans le bain ne pouvait lui faire plus de mal.
La jeune femme s’était inquiétée pour elle alors que concrètement c’était elle qui avait subi le choc et non le contraire. Alors Ael, qui était déjà près d’elle, s’avança un peu plus, juste par instinct. Son corps se voulait protecteur de nature et étrangement dans ce genre de moment elle avait besoin que la personne en face d’elle soit sûre de sa bonne volonté et c’était un moyen comme un autre qu’elle avait trouvé afin d’exprimer ses ressentis.

- "Et vous ? Vous allez bien ? Je ne vous ai pas fait mal j’espère ?"
s’exclama t-elle très rapidement.

Ael paraissait réellement concernée par elle. Sans savoir pourquoi à vrai dire. Mais elle se savait grande et forte, elle savait que parfois elle ne sentait pas sa force et qu’elle pouvait être brute. Et si le choc lui avait fait un peu mal, peut-être que la jeune femme devant elle en souffrait aussi.
Elle soupira un instant de sa bêtise tout en passant une nouvelle fois sa main dans ses cheveux, dégageant ainsi une bonne odeur de noix de coco, son parfum habituel.
Elle réfléchit à nouveau. Et si elle restait encore un moment au chaud ? Cela ne pourrait lui faire que du bien. Mais c’était un peu ridicule de faire marche arrière ainsi, sans explication et elle ne voulait pas non plus priver la jeune femme de son bain. Après tout si elle venait à une heure aussi tardive c’était sans doute pour éviter la foule elle aussi. Alors Ael essaye de s’exprimer le plus clairement possible.

- "Je pense que je vais retourner un peu dans le bain si ça ne vous gène pas bien sur. Mes côtes sont encore douloureuses et la chaleur me fera du bien."

Non mais tu arrêtes de te plaindre oui ? Tais-toi un peu, elle s’en fou clairement de ta vie. Elle lui sourit à nouveau, bien que cela soit inutile dans cette pénombre et continua alors de s’exprimer le plus timidement possible.

- "Je.. Je peux partir si vous le désirez ou bien me mettre dans un coin. Je peux comprendre que la solitude soit agréable dans ce genre de lieu. C’est comme vous le voulez."

Elle était gentille, elle était vraiment gentille avec elle et elle se demandait réellement pourquoi.
avatar
Invité
Invité
Terminé #4 le 19.01.17 22:54
Après une courte hésitation, l’étrangère lui confirma que tout allait bien. Dans un murmure fragile, la jeune femme se contenta de répondre un petit « tant mieux » sans conviction. Et maintenant, retourneraient-elles au silence gênant de tout à l’heure? Shirley ne savait plus quoi dire à cette femme qu’elle ne connaissait ni d’Adam ni d’Ève. Et elle ne voulait pas paraître lourde. Seulement, ce silence la mettait mal à l’aise. Il fallait vite trouver quelque chose à rétorquer…

Et vous ? Vous allez bien ? Je ne vous ai pas fait mal j’espère ? s’enquit l’inconnue en se rapprochant de Shirley.

L’eau remua près d’elle, elle devina que son interlocutrice s’était avancée un peu plus près d’elle. Elle fit un mouvement près de ses cheveux, puis une odeur de noix de coco se dégagea de sa chevelure. Ce parfum était à la fois déplaisant et agréable. Comme si le cerveau Shirley avait fait une association bizarre. Cette fragrance lui rappelait certainement quelque chose d’assez récent et forcément désagréable, mais elle n’arrivait pas à mettre le doigt sur ce qu’il s’agissait. Embarrassée, la jeune femme s’était reculée un peu pour conserver une distance raisonnable entre elles. C’était par simple précaution : elles pourraient se frôler involontairement si elles restaient trop près. À ce simple contact, elle pourrait comprendre bien vite que le corps de son interlocutrice était repoussant, couvert de cicatrices dégoûtantes. Shirley se contenta d’acquiescer d’un bref « hm-hm » avant de reculer à nouveau.

Je pense que je vais retourner un peu dans le bain si ça ne vous gène pas bien sur. Mes côtes sont encore douloureuses et la chaleur me fera du bien. Je.. Je peux partir si vous le désirez ou bien me mettre dans un coin. Je peux comprendre que la solitude soit agréable dans ce genre de lieu. C’est comme vous le voulez.

Non non, ne vous inquiétez pas! Faites ce que vous voulez. Ça me fait plaisir d’avoir un peu de compagnie, mentit-elle, restez si vous le désirez.

Ce silence entêtant retomba. Elle ne savait plus trop quoi dire à présent, si bien qu’elle se mit à réfléchir à chacune des paroles que son interlocutrice avait prononcées. Y avait-il quelque chose susceptible d’être utilisé comme nouveau sujet de discussion pour dissiper ce silence? Que pouvait-elle dire pour briser cette image de femme renfrognée et trop peu bavarde qu’elle était persuadée de projeter? Attends, elle a parlé de côtes douloureuses… Non? C’est indiscret. Tant pis.

Que vous est-il arrivé? Vous dîtes être blessée, lâcha-t-elle sur un ton concerné. Il faut faire attention…

Ouf, voilà. C’est fait. Maintenant, c’est à elle de parler. J’espère qu’elle est loquace. Ça m’empêchera de devoir mener la conversation à tout prix pour éviter ces silences… Shirley appréciait ces gens volubiles qui ne parlaient que d’eux-mêmes. D’un côté parce que ça lui rappelait sa cadette un peu égocentrique qui appréciait les conversations centrées sur elle, d’un autre parce que la brune pouvait souffler un peu et se contenter d’écouter, sans soucier de chercher quelque chose à dire pour alimenter la conversation. Elle espérait que ce soit le cas de cette femme. Ça me faciliterait bien la tâche.
avatar
Invité
Invité
Terminé #5 le 20.01.17 13:26



Ael la sentit reculer un peu. Elle ne bougea pas plus, ne voulant pas mettre la jeune femme mal à l’aise avec autant de proximité. Être nue était déjà embarrassant alors l’être à deux l’était encore plus. Peut-être l’avait-elle vexée en se rapprochant d’elle, peut-être que la jeune femme s’imaginait alors des choses. Ael, perplexe, recula à son tour, laissant ainsi un peu plus d’espace autour de l’inconnue.

- "Non non, ne vous inquiétez pas! Faites ce que vous voulez. Ça me fait plaisir d’avoir un peu de compagnie. Restez si vous le désirez."

Ouf, la jeune femme ne paraissait pas lui en vouloir, c’était déjà ça et instinctivement Ael se mit à sourire. En plus de "l’autoriser" à rester, la demoiselle acceptait même sa compagnie. Finalement peut-être se trompait t-elle, peut-être que la jeune femme se moquait d’être seule ou accompagnée. Dans tous les cas elle semblait douce et courtoise. Tout à fait le genre de personne qu’appréciait la brune, tout en politesse, tout en finesse. Mais bon, elles n’en étaient pas encore à se faire la conversation, bien au contraire, un silence s’installa. On pouvait même attendre cette satanée chouette un peu plus loin dans les arbres. Puis le spectre devant elle se mit à parler.

- "Que vous est-il arrivé? Vous dîtes être blessée. Il faut faire attention…"

Elle paraissait concernée. Elle paraissait légèrement inquiète pour elle et c’était un sentiment étrange pour la brune. D’une part la jeune femme voulait faire la conversation, ce qui était plus une bonne nouvelle vu la maladresse d’Ael concernant les autres et d’autre part elle s’intéressait à elle et elle faisait attention à des détails qu’elle-même avait oublié.
Elle engageait donc la conversation, elle voulait donc passer un peu de temps avec elle. Pourquoi pas, après tout la lémure n’avait personne à attendre chez elle et rester dans l’eau encore un moment lui ferait le plus grand bien.
Elle sortit alors de ses pensées comprenant qu’il était peut-être temps de répondre à sa question. Ael soupira sans s’en rendre compte. Parler de ce sujet la dérangeait un peu finalement, elle ne voulait pas revenir sur le fait qu’elle s’était battue, qu’elle avait gagné, certes, mais que par la même occasion elle en était sortie les côtés cassées et la main déchiquetée. Il lui arrivait même parfois d’en faire des cauchemars, comme ce fut le cas quelques minutes plus tôt. Alors elle déglutit et décida d’être la moins précise possible sur le sujet. Ne voulant pas non plus passer pour une grosse brute.

- "Je me suis cassée les côtes ainsi que la majorité des doigts de la main droite il y a une semaine environ."

Comprenant très vite que c’était le genre d’information qui n’intéressait peut être pas la demoiselle elle s’empressa de rajouter quelques mots.

- "Mais ce n’est rien de grave, vraiment rien de grave."

Elle mentait. Enfin elle ne voulais surtout pas l’inquiéter ou paraitre faible devant elle. Après tout, au fond, Ael avait une certaine fierté et une certaine gêne aussi à parler d’elle aussi ouvertement, surtout à des inconnus. Alors elle changea de sujet aussi vite que possible.

- "Et vous, qu’est ce qui vous amène par ici ?"

Non mais t’es con ou quoi.. D’après toi qu’est ce qui l’amène par ici.. Parfois, la brune se désespérait d’elle-même. Elle ne voulait simplement pas qu’un autre froid s’installe entre elle. Après tout elle l’avait gentiment inviter à converser. D’ailleurs en parlant de froid.. Être à moitié à l’extérieur de l’eau, en début de nuit, n’était pas quelque chose d’agréable et elle commençait tout de même à être frigorifiée. Il était peut-être temps de se trouver un endroit bien au chaud pour discuter.

- "Trouvons un coin dans les sources. Il commence à faire froid."

Elle lui sourit alors - inutilement -, le ton de sa voix se faisant doux et agréable.

Pile:

- "Venez, suivez-moi."

Elle hésita à lui tendre la main. On n’y voyait vraiment rien et Ael ne voulait pas qu’elles se blessent ou qu’elles se perdent dans l’onsen. Mais elle ne fit rien.

- "Essayez de ne pas trop vous éloigner, on pourrait facilement se perdre ici."

Elle avança donc prudemment et doucement afin que la demoiselle derrière elle puisse la suivre. Elle gardait tout de même toujours cette distance qu’elle avait instauré entre elle à leur premier contact.  Mon dieu, il y avait une telle vapeur qu’Ael ne voyait qu’un nuage blanc autour d’elle. Elle se retourna et put à peine voir la silhouette de la jeune femme la suivre.

- "Je pense que nous sommes bientôt arrivées, essayez de suivre le son de ma voix si vous ne me voyez plus."

Elle se retrouva alors vite près du creux dans lequel elle s’était endormie. Un flashback. Du sang partout. Elle stoppa net, reculant même légèrement. L’inconnue n’aurait surement pas le temps de freiner. Un deuxième choc retentit, mais cette fois ci elle sentit le corps entier de la jeune femme s’écraser contre le sien.

Et merde..


Face:
Elle recula un peu et pivota sur elle-même afin de revenir sur ses pas. Le brouillard était toujours aussi épais mais Ael avait un bon sens de l’orientation. Il suffisait d’aller tout droit et de tourner un peu à droite. C’était simple. Elle avait vu plusieurs coins tranquilles plus tôt dans la soirée et il était hors de question qu’elle retourne dans celui d’avant. Elle commença donc à avancer essayant de toujours rester à une distance raisonnable de la jeune femme.

- "Essayez de ne pas me perdre.. Mademoiselle."

Elle était polie et assez élégante dans ses paroles. Après tout il fallait qu’elle fasse une autre impression que celle d’une femme blessée et maladroite. Elle tâtait le sol de son pied à chaque pas, ne voulant pas se heurter à un rocher ou bien même prendre le risque de tomber. Elle marcha encore un peu et tomba nez à nez avec une parois rocheuse. Elle la longea et arriva enfin à une sorte de bassin, juste assez grand pour deux.

- "Je pense que nous serons bien ici" lui dit-elle d’une voix douce.

Elle s’approcha alors un peu de la roche en face d’elle et s’y assit, calant son dos douloureux contre la pierre chaude. La jeune femme ne tarderait pas à la rejoindre pensait-elle. Pour en être sûre elle lui parla alors.

- "Rejoignez-moi.. euh.. "

Elle ne connaissait pas son nom. D’ailleurs elle ne s’était même pas présentée. Tu les enchaines les conneries Ael. Machinalement elle tendit sa main à travers le brouillard. C’était un signe qui l’invitait aussi bien à s’asseoir et qui accompagnerait bien ses futures paroles.

"Je m’appelle Ael. Et vous ?"
avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Péripéties vécues : 2525
× Øssements1318
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
0/0  (0/0)
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente252513180Autre15/03/2014
maitre de la mort
maitre de la mort
0Neutre/sans genre0ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skokoomnipotente252513180Autre15/03/2014
Terminé #6 le 20.01.17 13:26
Le membre 'Ael Shanks' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'PILE OU FACE' :
avatar
Invité
Invité
Terminé #7 le 27.01.17 18:22
Après quelques instants, l’inconnue finit par répondre à la question indiscrète de Shirley. La brune avait cru l’avoir froissée vu le temps qu’elle avait mit à répondre, mais fut rassurée de voir que ce n’était pas le cas.

Je me suis cassée les côtes ainsi que la majorité des doigts de la main droite il y a une semaine environ, expliqua-t-elle. Mais ce n’est rien de grave, vraiment rien de grave.

J’espère que vous irez mieux vite… Prenez soin de vous.

C’était dit avec sincérité, si bien qu’elle ne put s’empêcher d’adresser inutilement un regard compatissant et désolé à cette silhouette imprécise près d’elle. Shirley s’inquiétait véritablement pour cette étrangère et se questionnait sur la cause de ces fractures. Elle avait beau lui affirmer que ce n’était pas grave, mais quelques côtes et doigts brisés étaient des blessures considérables à ses yeux. Comment c’est arrivé? C’est pas en tombant qu’on se casse les côtes et les doigts de la main… Ces pensées suffirent à renforcer ses inquiétudes, mais Shirley s’abstint de poser des questions qui plongeraient son interlocutrice dans l’embarras à nouveau. Puis, une fois de plus, le silence retomba. La jeune lémure pensa à demander ce qui s’était passé malgré tout, mais se sermonna intérieurement aussitôt d’y avoir songé. L’embarrasser pour éviter un silence? Qu’est-ce que je suis égoïste… Si ça se trouve, elle a de gros problèmes et... ah puis ça ne me regarde pas. J’espère juste que tout va bien.

Et vous, qu’est ce qui vous amène par ici ? s’enquit-elle finalement.

Shirley remua légèrement, mal à l’aise. Et aussi parce que le vent froid qui caressait désagréablement ses épaules frileuses l’importunait. Ça va, j’ai pas besoin de me justifier en détail, se rassura-t-elle.

J’avais envie de me reposer, fit-elle avec sa timidité habituelle.

Trouvons un coin dans les sources. Il commence à faire froid. Venez, suivez-moi. Essayez de ne pas trop vous éloigner, on pourrait facilement se perdre ici.

La brune fut ravie de cette proposition, elle avait commencé à grelotter un peu. Et elle n’aurait pas eu le courage d’y aller toute seule par peur de la vexer. Elle se guida à l’aide des bruits de l’eau produits par les mouvements de celle avec qui elle discutait, faute de pouvoir la distinguer aisément dans la vapeur et l’obscurité. Les deux femmes se dirigeaient avec prudence vers la partie un peu plus profonde pour se réchauffer un peu.

Je pense que nous sommes bientôt arrivées, essayez de suivre le son de ma voix si vous ne me voyez plus.

L’eau chaude montait effectivement et recouvrait presque leurs épaules. Le vent ne faisait presque plus frissonner la Canadienne qui pouvait enfin se réchauffer.

L’inconnue s’arrêta soudainement et recula. Shirley n’eut pas le temps de freiner et elles se percutèrent. En sentant le corps de l’étrangère contre le sien, elle paniqua et se recula vivement avant de se blâmer. J’aurais dû faire plus attention! Bizarrement, ce rapprochement, quoi qu’accidentel, et l’odeur de coco raviva vaguement le souvenir de ce baiser qu’elle avait échangé avec cette petite peste. Encore un peu troublée par cet événement survenu il y a environ une semaine, la brune glissa pensivement son index sur sa lèvre inférieure. Qu’est-ce qu’elle est devenue…? Je ne l’ai pas recroisée dans les couloirs de l’agence depuis un moment… En se surprenant à penser à la belle métisse qu’elle enviait tant, Shirley secoua la tête pour chasser ces pensées.

Désolée! s’empressa de dire Shirley avec embarras.

La jeune femme espérait qu’elle était un peu plus à l’aise qu’elle avec les contacts physiques, sinon elle avait dû la mettre sacrément mal à l’aise. Même si elle ne la connaissait pas du tout, elle se faisait du souci pour elle. Cette vieille habitude de faire attention à (presque) tout le monde lui collait à la peau. Elle n’essayait pas de s’en débarrasser, non, c’était quelque chose de tout naturel chez elle, mais ensuite on avait tendance à voir comme un être candide, voire crédule et un peu bête. Shirley se demanda si l’étrangère percevait sa gentillesse de cette façon-là elle aussi.

Avançons encore un peu.

Shirley se dirigea vers la partie un peu plus profonde encore un peu jusqu’à ce que ses épaules soient recouvertes. Maintenant, elle n’avait plus rien à lui dire. Trouve quelque chose à dire, vite…

C’est drôle de discuter avec quelqu’un dont on ne connait ni le visage, ni le nom quand même…
avatar
Invité
Invité
Terminé #8 le 03.02.17 21:19



Cela ne dura que quelques instants, que quelques petites secondes mais ceci eut le temps de faire frissonner Ael. Ce n’était qu’un contact, un contact qu’elle trouvait bien familier à vrai dire. Il y avait en cette jeune femme une chose qui troublait la brune. Peut-être était-ce sa voix, peut-être était-ce son odeur ou son comportement. Peut importe, elle n’en restait pas moins troublée par la chaleur de ce corps contre le sien, par la douceur de cette peau. Si troublée qu’elle n’avança même pas d’un centimètre. Mais l’inconnue, elle, s’éloigna sans hésitation ce qui sortit Ael de ses pensées.

- "Excusez-moi, je me suis arrêtée d’un seul coup.. "

Il n’y eut aucun bruit, aucun autre mouvement. Si, elle sentit la jeune femme bouger son bras, mais rien de plus. S’était-elle fait mal en lui rendant dedans ? Elle ne l’avait pas vraiment entendu se plaindre, juste s’éloigner d’elle aussi vite que possible. La jeune femme semblait assez timide, son comportement tout entier d’ailleurs la rendait.. réservée. Peut-être n’aimait-elle tout simplement pas le contact avec les autres ? La brune commença à se poser une multitude de questions, questions qu’elle s’étaient déjà poser par le passé à vrai dire. Un sentiment étrange s’empara d’elle mais elle n’eut le temps de prolonger sa réflexion que la jeune femme à ses côtés la sortit de ses songes.

- "Désolée !"

Ses excuses la firent sourire et toute ses sensations bizarres et nostalgiques s’en allèrent. C’était un simple "désolée" mais il semblait sincère et sans arrières pensées. Elle paraissait être quelqu’un de bien dans le fond et ça rassura légèrement la lémure qui, au fond, ne voulait pas être embarrassante devant cette nouvelle rencontre.

- "Ne vous en faites pas, c’est plutôt à moi de m’excuser."

Elle avait dit cela d’un ton doux et réellement cordiale et la jeune femme proposa alors de continuer sur cette lancé et d’avancer un peu plus dans les sources chaudes.
Elle passa devant elle et Ael commença à la suivre. Au moins celle-ci voulait encore de sa compagnie malgré sa maladresse et son intrusion récurrente dans son espace privé. Elles avancèrent ensemble et se retrouvèrent vite entièrement dans l’eau. Que c’était agréable de se sentir entourée de chaleur une nouvelle fois, tellement agréable qu’elle en oublia un peu la jeune femme. Un silence s’installa, silence qui ne la dérangeait pas finalement. Elle pouvait seulement entendre le hululement de cette satané chouette, son corps dans l’eau et celui de l’inconnue. Elle se souvint alors d’elle et ce silence, qu’elle trouvait jusqu’alors agréable, devint pesant.
Elles avancèrent encore un peu et enfin la jeune femme parla.

- "C’est drôle de discuter avec quelqu’un dont on ne connait ni le visage, ni le nom quand même…"

Ael s’arrêta net. Elle ne s’attendait pas à ça. Était-elle en train de trouver un moyen de lui demander son nom ? Cela ne la gênait pas au contraire, si elles devaient parler ensemble encore un moment la moindre des choses était de se présenter à elle. D’ailleurs comment avait-elle fait pour ne pas y songer avant. Elle réfléchit alors un instant ; elles seraient mieux assissent pour discuter.

- "Attendez, je connais un endroit tranquille où l’on pourra s’asseoir pour discuter si vous le voulez bien mademoiselle."

Elle était polie et cordiale, un brin galante même et reprit alors les directives de la marche.
Elle tâtait le sol de son pied à chaque pas, ne voulant pas se heurter à un rocher ou bien même prendre le risque d’une nouvelle fois paraitre maladroite. Elle marcha encore un peu et tomba nez à nez avec une parois rocheuse. Elle la longea et arriva enfin à une sorte de bassin, juste assez grand pour deux.

- "Je pense que nous serons bien ici" lui dit-elle d’une voix douce."

Elle s’approcha alors un peu de la roche en face d’elle et s’y assit, calant son dos douloureux contre la pierre chaude. Mh ça faisait réellement un bien fou d’être ici et en plus en bonne compagnie. Elle se tourna alors vers la jeune femme afin de se présenter dans les règles de l’art.

- "Je m’appelle Ael et je vis à l’agence Azazel dans l’appartement Kiss.  Et vous ?"

La jeune femme avait parût vouloir la voir, ce qui ne dérangeait pas vraiment la lémure. Elle avança alors légèrement son buste afin de se rapprocher de la demoiselle et d’ainsi espérer apercevoir son visage et ainsi montrer le sien.

avatar
Invité
Invité
Terminé #9 le 08.02.17 17:42
En entendant cette question déguisée, la jeune femme s’arrêta net.

Attendez, je connais un endroit tranquille où l’on pourra s’asseoir pour discuter si vous le voulez bien mademoiselle, fit galamment l’inconnue.

Cette attitude la fit sourire. Ça faisait du bien de rencontrer des gens bien élevés. Shirley suivit la jeune femme docilement jusqu’à un petit bassin suffisamment grand pour toutes les deux. La brune s’appuya contre un rocher et se détendit un peu. Avec l’obscurité et la vapeur, elle ne craignait plus que l’étrangère voit ses cicatrices. Pour la première fois depuis son arrivée dans l’au-delà, elle ne se souciait plus de son apparence en présence d’autrui…

Je pense que nous serons bien ici, lâcha-t-elle en s’installant sur une pierre non loin de Shirley. Je m’appelle Ael et je vis à l’agence Azazel dans l’appartement Kiss.  Et vous ?

Cette prénommée Ael se rapprocha pour dévoiler son visage à son interlocutrice. Elles étaient désormais si proches, si bien que Shirley réussit à distinguer peu à peu les traits de la femme avec qui elle conversait depuis déjà une dizaine de minutes. Elle a l’air jolie… pensait-elle, un peu envieuse. Ce beau visage avait quelque chose de familier, mais la pénombre et la vapeur rendait l’identification laborieuse. Cette longue chevelure soyeuse foncée, ces sublimes yeux bridés et ces lèvres agréablement pulpeuses lui rappelaient quelqu’un. Elle ne devait pas être bien importante si je ne m’en souviens pas…

Puis, tout se remit en place dans son esprit. Shirley repoussa la jeune femme d’une brutalité qu’on ne lui connaissait pas et s’éloigna pour se cacher de nouveau dans l'obscurité et les vapeurs de l’onsen. M'as-t-elle reconnue? Si cette petite peste avait pu apercevoir son visage ravagé par les marques permanentes que lui avait laissées sa mort, c’était comme une défaite. Ael, cette femme qu’elle avait inconsciemment désignée comme rivale dès la première fois qu’elle l’avait aperçue dans les couloirs de l’Agence, saurait qu’elle est dévisagée. Que les bandages ne couvrent pas une blessure temporaire. Qu’elle ne la dépassait pas seulement par son caractère bienveillant et agréable, mais aussi par son physique. Si seulement je n’étais pas couverte de cicatrices… Je serais plus belle qu’elle. Peut-être. Avant sa mort, Shirley faisait tourner des têtes et elle le savait. Puis suite à sa mort aussi, mais les raisons étaient différentes.

T’approches pas! Reste loin de moi! lança-t-elle sur un ton dur, presque paniqué.

La jeune femme tremblait. Elle avait plaqué sa main trop petite pour cacher l’entièreté de l’énorme cicatrice qui couvrait presque tout le côté gauche de son visage et son bras contre sa poitrine cachait ses seins.
avatar
Invité
Invité
Terminé #10 le 09.02.17 14:25





Ael n’avait fait que quelques pas, rien de bien méchant en réalité. Elle ne pouvait s’imaginer alors ce qui allait se passer quelques secondes plus tard. Sans prévenir, cette femme douce et aimable qui se trouvait près d’elle se transforma en quelqu’un de violent qui la poussa sans doute de toutes ses forces. La brune recula d’un seul coup, son pied glissa et son dos frappa la roche derrière elle. Elle tomba directement dans l’eau tout en grimaçant.

- "Arg"

Elle gémit sous la douleur. Non mais c’est pas possible à la fin. Pouvait-il se passer un jour dans ce foutu monde sans que quelqu’un ne la blesse ou que sa maladresse soit un danger pour sa santé ? Même dans cet onsen, supposait lui redonner la forme, même ici il fallait qu’il lui arrive ce genre de chose. Elle passa sa main dans son dos. Un autre bleu s’ajouterai à sa collection, tant pis. Elle s’était peut-être même un peu griffé au passage. Mais rien de bien grave, elle était juste légèrement énervée par l’attitude de la jeune femme. Qu’avait t-elle donc fait pour être repoussée de la sorte ? Elle s’était seulement présentée et avancée. Ael s’était rendue compte que la jeune femme était assez pudique, se reculant à chaque fois qu’elle s’était approchée. Mais de là à la pousser ainsi, elle exagérait. Elle voulait comprendre la situation, elle se releva donc.

Étrangement dans sa chute le brouillard s’était légèrement atténué. Il était toujours présent mais beaucoup plus en hauteur à vrai dire. Ael pouvait maintenant voir un peu plus loin et surtout elle arrivait à voir où elle marchait. Elle se releva donc, décidée à comprendre le pourquoi du comment.
Une fois debout elle s’exprima.

- "Je peux savoir ce qu’il se passe ? Vous aurais-je vexée ?"

Il n’y avait étrangement pas de colère dans ces paroles mais davantage d’incompréhension. Elle n’eut aucune réponse et s’avança donc assez près pour distinguer une forme, une silhouette même.

- "Je.."

Elle n’eut pas le temps de finir que la jeune femme en fasse d’elle lui hurla presque dessus.

- "T’approches pas! Reste loin de moi!"

Il y a avait une sorte de panique dans sa voix et Ael comprit pourquoi. Elle était proche d’elle. Précédemment dans la soirée cela n’aurait rien changé, mais à présent que la vapeur s’était un peu dissipée, elle était assez proche d’elle pour distinguer les traits de son corps. Son visage était encore inaccessible et en partie caché par son bras mais elle pouvait remarquer la finesse de ses hanches et sa poitrine qu’elle cachait également. Sans s’en rendre compte Ael la fixait. Non pas pour son corps mais pour ces nombreuses marques qu’elle pouvait à peine voir de sa position. Son coeur s’arrêta un moment. Cette jeune femme qui semblait si fragile semblait avoir souffert. Une mort douloureuse peut-être ? Cela devait être des cicatrices sans doute du à une brulure ? Un impact ? Peut importe, Ael comprenait maintenant la réaction de la jeune femme. Elle recula alors de plusieurs pas, laissant la brume venir cacher à nouveau ce corps meurtri.

Elle ne savait plus où se mettre ni quoi dire d’ailleurs. Cette jeune femme n’avait aucune raison de se cacher. Ael avait des cicatrices, pas autant mais elle en avait sur son corps. Elle n’avait rien contre et chacune d’elle avait son histoire. Elle ne pouvait pas se mettre à sa place évidemment, elle ne pouvait avoir vécu ce qu’elle avait vécu mais il n’y avait rien à cacher. D’ailleurs, si cette soirée avait continué de manière plus.. "douce", Ael aurait certainement passé un très bon moment en sa compagnie. Mais elle respectait son choix et ne pouvait rien y faire de toute façon. Enfin cela ne l’empêcha pas d’essayer.

- "Je suis désolée, je ne voulais pas vous mettre dans une telle position, vous mettre mal à l’aise de la sorte."

Elle s’arrêta un instant pour réfléchir à ses prochaines paroles. Ael était sincère. Elle était douce et son comportement n’avait pas changé. Elle ne ressentait ni de la pitié, ni de la colère. Peut-être était-elle un peu triste pour elle, qu’elle ait à vivre ainsi. Mais elle ne lui montra pas dans sa voix. Non elle voulait tout simplement la rassurer, lui dire qu’elle n’avait aucune honte à avoir, aucune honte à se montrer.

- "Vous êtes une très belle femme. Vous n’avez pas à vous cacher de moi vous savez. "

Elle ne sut pas pourquoi ces mots étaient sortis de sa bouche. En avait-elle trop dit ? D’ailleurs peut-être que la jeune femme lui avait hurlé dessus pour une autre raison ? Elle l’avait tutoyé après tout, peut-être la connaissait-elle ?