Invité

#1 le 04.01.17 10:03

avatar
Invité
J'étais dehors. Je ne sais même pas où je vais, ni ce que je fais, ni ce qu'il y a autour de moi. Je me décida a rentrer dans un bâtiment au hasard, et je me retrouva dans une librairie. Oh non, tout mais pas un endroit silencieux. Tout ça ne fait qu'augmenter mon stress de voir des gens. Pour passer pour une personne normal, même si avec mon look, c'est mal partie (: Cornes de 3 couleurs différentes sur la tête, t-shirt avec le signe de la Balance dessus, alors que je ne suis ps du tout de ce signe, et une canne blanche avec une tête de dragon rouge dessus, c'est vrai que je passe inaperçu), je prend un livre dans la section "aveugle" et je vais m'asseoir a une table. Pour l'instant, je suis seul, mais peut-être que d'autres personnes viendront, et je n'aurais plus qu'a courir vers la sortie.

Je n'entend personne, mais peut-être que je ne devrais pas me fier au bruits. Je me décida a lire mon livre. Et je viens de me rendre compte que je viens de prendre un livre qui me concerne un peut "Comment bien se suicider en 3 étapes". Bon, c'est toujours intéressant de savoir comment suicider alors qu'on l'a déjà fait. "Etape 1 : Accrocher une corde au plafond et faire un cercle a la partie atteignable" Ok, ça je l'ais fais. "Etape 2 : Passer sa tête dans le cercle" Oui, sinon sa sert a rien, disons le. "Etape 3 : Se laisser tomber, et hop, adieu monde cruel !". Alors. J'ai gâchée mon temps a lire une connerie pareil ! C'est vrai que un livre d'une seul page sur comment se suicider, c'est pas vraiment quelque chose d'intelligent.

Je vais reposer le livre et en prendre un autre, tandis que la porte de la librairie s’ouvrit. Non, s'il vous plait, tout mais pas ça !
Je commença a me gratter le visage, c'est un tique quand je stress, ça me calme.
Invité

#2 le 10.01.17 15:32

avatar
Invité
Cette une journée calme et ensoleillée, quoi de mieux pour faire une balade?
Je regardais, par ma fenêtre, un rouge-gorge entrain de nourrir ses petits.
Quand je vis l'oiseau s'envoler et abandonner ses petits pendant un court instant, je me suis dit que je me devait d'en faire de même. J'embrasse tendrement la tête de chacune de mes 5 peluches, disposées sur le lit, et claque lourdement la porte derrière moi. Les bâtiments défilent devant moi, tandis que je marchait en regardant mes pieds. Perdue dans mes pensées, je m'arrête soudainement devant un bâtiment plus ou moins ancien qui m'intrigue.

« Gluxdcfvgbhjrp » - Mon ventre n'est décidément pas convaincu par ce départ en journée sans déjeuner.

Aussi vite que le grognement de mon estomac se fit entendre, mes yeux se posèrent sur une petite boutique ouverte, collée au bâtiment qui m'intriguait tant. Je m'approche de cette petite boutique aux odeurs plus alléchantes les unes les autres. Un petit café il semblerait. Les croissants,petites pâtisseries me font de l’œil et l'odeur du chocolat chaud me monte agréablement à la tête. Je craque. Je sors 3 Francs 6 sous de ma poche et les tend à la bonne femme au comptoir.

« Quelque chose de sucrée et de chaud s'il vous plaît! » - la bonne femme se mit à rire et me tendis un sac comprenant un éclair au chocolat ainsi qu'un gobelet de chocolat chaud.

J'engloutis mes petits plaisirs et me dirige vers ce bâtiment qui m'attire étrangement. J'y entre enfin.
La porte est lourde, mais j'arrive tout de même à l'entre-ouvrir.
Gobelet de chocolat chaud à la main, je me retrouve dans une mystérieuse librairie qui me semble presque déserte. Jusqu'à ce que je pose mon regard sur une jeune demoiselle à cornes, assise à la table du fond, évitant mon regard et lisant un livre dont le titre me laissait des frissons.

Je saisie le premier livre que je vois, suivant simplement mon intuition.
" La légende d'Amnérus " ça m'a l'air fort intéressant, voir un excellent choix, me souffla ma conscience.
Je me pose une table plus loin que la jeune fille en question, l'observant et m’interrogeant sur le fait qu'elle porte des lunettes, de soleil je suppose vu la couleur rouge des verres, dans un lieu aussi sombre que la librairie.
Mon chocolat chaud, lui, se vidait au fur et à mesure que je dévorais le livre.
Un peu de plaisir dans un lieu si sombre.