Invité

#11 le 08.01.17 3:30

avatar
Invité






Elena semblait exprimer une certaine empathie à mon égard. Mon histoire semblait la toucher, sincèrement. Pas comme ces personnes qui répondent par courtoisie et politesse plus qu’autre chose. Peut-être son âge jouait-il dans sa réaction… Ou alors tout simplement son histoire personnelle, qui la rendait plus apte à comprendre certains états d’âme.

" Oh, je suis vraiment désolée, ça a dû être horrible... "

Je ne sais pas, mais – sincèrement – je ne crois pas que mon histoire soit pire que la sienne. Les coups, je n’en avais que rarement pris. J’avais encore tous mes sens. Et le suicide ne m’avait que rarement effleuré l’esprit… Et jamais aussi jeune.

" Oh, tout se passe bien pour moi, quelques difficultés par-ci, par-la, mais rien de bien méchant, et toi ? "

Je sentais clairement qu’elle minimisait les faits. Son quotidien ne devait pas être évident. Surtout en tant que jeune femme… Elle disait avoir dix-sept ans. Et à cet âge-là, ce ne devait pas être facile de se débrouiller seule, ici. J’étais parti du domicile familial en ayant un an de plus qu’elle, et même en ayant le soutien de mes parents, j’avais du mal. Mais pour le moment, ici et maintenant, tout était correct pour moi.

" Eh bien pareil, tout se passe bien pour le moment, tout se passe bien… "

Je lorgnais le fond de ma tasse de café vide, couverte de mare et de cristaux de sucre. Je ne savais pas sur quoi enchaîner. La discussion ne devait pas comporter de blancs, c’était toujours gênant. Et il ne fallait pas que je laisse de malaise s’installer. Il fallait que je parle… Mais de quoi ? Cette discussion me semblait stérile. Sur quoi déboucher, que dire ? Je n’en avais foutrement aucune idée. Les secondes défilant dans ma tête me semblaient être des heures : que dire… Après tout c’était moi qui était venu me greffer à sa table. Il suffisait d’être poli, de se lever, et de partir, reprendre sa petite vie, après tout. Mais je passerais à côté de quelque chose, c’est sûr… Oh et puis merde. On est ici pour s’amuser non ? Alors autant aller au bout des choses.

Raclant brièvement ma gorge, reprenant ma voix rauque mais enjouée, je me penchais légèrement sur la table, en appui sur mes avant-bras. Esquissant un sourire, je dévisageais la jeune fille…

" Je vous aime bien. Je pourrai vous aider, ou même rester en contact avec vous, d’une quelconque manière ? Ca me ferait vraiment super plaisir… "


© Jawilsia sur Never Utopia


Invité

#12 le 08.01.17 12:17

avatar
Invité
" Eh bien pareil, tout se passe bien pour le moment, tout se passe bien… "

Au moins, je pense qu'il ne ment pas lui. C'est un adulte, donc, la vie doit être plus facile pour lui. Et puis, il n'est pas aveugle.

Oh, non, un blanc. Un blanc de quelque secondes, mais on aurait dis des minutes, ou même des heures dans ma tête. Il faut vite que je trouve quelque chose à dire. Mais je ne peux pas, ma bouche est trop sèche pour dire quoi que se soit. J'attend qu'il dise un truc. Faut dire qu'il est vraiment sympa, l'idée me traverserais même presque l'esprit de lui demander de rester en contacte. Mais je ne devrais pas dire ça à une personne que je viens de rencontrer il y a une demi heure à peine ! Quoique, je pense même que sa fait un quart d'heure. Il faudrait que je lui demande l'heure, je n'ais pas vu le temps passer.

" Je vous aime bien. Je pourrai vous aider, ou même rester en contact avec vous, d’une quelconque manière ? Ca me ferait vraiment super plaisir… "

Oh. Il m'a presque ôter les mots de la bouche. C'est vrai qu'il est très sympa, et jamais depuis mon arrivée dans le monde des morts, je n'ais parler de mon passé, donc ça m'a vraiment fait du bien de me libérée de cette histoire qui encombrais mon esprit un peu trop.
Je pense que si on arrivait a se connaître un peu plus, il pourrait être comme un grand-frère pour moi.

"Oh, oui, bien sûr, je doit avouée que ça m'a fait du bien de parler à quelqu'un. Vous avez un numéro de téléphone ? Moi, oui"

Je sortis un bout de papier de ma poche et écris mon numéro, du mieux que je peux. Je lui tend le bout de papier.

"Désoler si se n'est pas très lisible."

J'ajoutas un petit rire des plus sincère. J'espère qu'il a un téléphone, sinon je serais forcée d'écrire une lettre. UNE LETTRE.
Invité

#13 le 10.01.17 19:15

avatar
Invité






Pourvu qu’elle me dise oui. Pourvu qu’elle accepte… C’était tout ce à quoi je pensais. Qu’elle accepte, que l’on puisse se revoir… Je ressentais une attirance pour elle. Et cela n’avait rien d’une attirance sexuelle. Rien d’une attirance amoureuse. C’était une attirance sentimentale. Un désir inexplicable de la revoir. J’aimais sa présence. Sa façon d’être. Sa façon de penser. Un peu comme… Une sœur de cœur ?

" Oh, oui, bien sûr, je doit avouée que ça m'a fait du bien de parler à quelqu'un. Vous avez un numéro de téléphone ? Moi, oui "

Alors que, sortant un papier de sa poche, elle écrivait son numéro, j’esquissais un sourire. C’était ça. Une sœur de cœur… Je ressentais ce besoin de savoir comment elle allait, si tout se passait bien. Ce besoin de la protéger en quelques sortes. Récupérant le papier, je le lisais rapidement. Elle écrivait plutôt bien, je n’avais pas à me plaindre. Hochant doucement la tête, je relevais le visage vers elle.

" Désoler si se n'est pas très lisible. "

Elle ajouta un petit rire, terriblement adorable, une fois sa phrase finie. A vrai dire, son texte était parfaitement lisible. Je me serais en temps normal attendu à pire. J’avais connu des clients bien plus illisibles : et pourtant en parfaite possession de leur vue… Pivotant légèrement sur ma chaise, je fourrais ma main dans ma veste pour y piocher mon téléphone. Pianotant rapidement sur ce dernier, j’y ajoutais « Elena ♥ » en contact, avant de le ranger, accompagné du petit bout de papier… Je souhaitais le garder. Son effort, et son écrit me tenait à cœur.

" J’adorerai vous écouter encore et encore ! J’apprécie énormément votre présence et à vrai dire… Je ressens comme de l’affection pour vous ! … Je… Je viens d’ajouter votre numéro… Comment préférez-vous que je vous passe le mien ? "

C’est après avoir dit ouvertement ce que je ressentais que je me sentais soudainement con. Espérons qu’elle ne fuit pas en courant… Ce n’était vraiment, vraiment pas mon but !



© Jawilsia sur Never Utopia





Invité

#14 le 11.01.17 13:01

avatar
Invité
" J’adorerai vous écouter encore et encore ! J’apprécie énormément votre présence et à vrai dire… Je ressens comme de l’affection pour vous ! … Je… Je viens d’ajouter votre numéro… Comment préférez-vous que je vous passe le mien ? "

Je vois bien que ce n'est pas une affection amoureuse. Une personne amoureuse ne dévoilerait pas ses sentiments aussi facilement. Et puis, dans notre cas, se serais presque de la "pédophilie", vu que je ne suis pas encore majeur. Mais moi aussi, j'ai vraiment envie de le connaître un peu plus, de me rapprocher de lui.

"Oh, moi aussi je vous aime bien, je pourrais vous écouter tout le reste de la journée, si cela étais possible ! Et, je préférerais que vous me le passiez a l'oral."

Bon, c'est peut être le début d'une amitié.
Je ressens comme un sentiment "familial" quand je lui parle, j'ai vraiment l'impression d'être avec un grand frère. 'ai envie de connaître un peu plus de sa vie, savoir si il va bien, ce qu'il fait (Bon, la, sa fait un peu stalkeuse, mais bon), si il est malade ou pas, bref, pleins de petits détails comme ça pour engager la conversation. J'ai vraiment une entière confiance en lui. Il m'épelle donc son numéro, que je note avec un petit "Tsume ~" en nom de contacte.

"Bon, je pense que je vais y aller, je ne sais pas quel heure il est, mais je suis vraiment fatiguée. On pourra se parler plus tard !"

Aaaah, je pense que cette fin de journée va très bien se passer.
Et c'est là je me cogne à un poteau, la sortie de mer-

"Aïe !" fis-je en tombant sur le sol.

Je me tien le front comme pour prendre ma température. Je n'avais jamais remarquer ce poteau en face de l'entrée. Quel idée aussi de mettre une barre en métal devant une porte aussi ! Mais, ça veut aussi dire que tout le monde m'a vu. OH NON LA HONTE !
Invité

#15 le 11.01.17 20:51

avatar
Invité




 

  Sa réaction me rassura, et me décrocha un léger rire, empli de sincérité et surtout, de bien-être. Son innocence me rassurait presque dans cet au-delà, où nous étions pourtant des morts errants… Et je l’appréciais, énormément : et ce de plus en plus.

" Oh, moi aussi je vous aime bien, je pourrais vous écouter tout le reste de la journée, si cela étais possible ! Et, je préférerais que vous me le passiez a l'oral. "

Me penchant vers elle, je lui dictais mon numéro, assez lentement pour qu’elle le note aisément. J’avais parié sur une diction, mais après tout, qui sait… Peut-être avait-elle une autre préférence… Finalement je m’étais inquiété pour rien, elle ne l’avait pas du tout mal pris ! Et elle était plutôt du même avis que moi apparemment…

" Bon, je pense que je vais y aller, je ne sais pas quel heure il est, mais je suis vraiment fatiguée. On pourra se parler plus tard ! "

J’hochais la tête, la saluant en la regardant se redresser, et reprenant sa magnifique canne et s’éloigner. Je décroisais les jambes, opinant doucement du chef en prenant en main ma veste. Me levant à mon tour, je replaçais ma chemise et enfilait ma veste par-dessus. Alors que je balayais ma chevelure pour la mettre en place, un bruit métallique me fit me retourner brusquement. Elena était à terre, sa main portée à son front. Devant elle se dressait un poteau – affreusement mal placé, il faut se l’avouer –.

Ni une ni deux, je m’élançais dans sa direction, repoussant violemment la porte. M’agenouillant à ses côtés, je dégageais sa chevelure de ma main gauche, l’entourant de mon bras droit, inspectant toute blessure potentielle.

" Eh Elena, tu vas bien ?! "

Je détaillais son visage, vérifiant qu’elle allait bien. Mon dieu que j’avais eu peur en la voyant à terre… Si peur que je me surprenais à la tutoyer soudainement, et à être plus proche tout à coup dans mes propos.



 

 © Jawilsia sur Never Utopia