Invité

#1 le 31.12.16 23:55

avatar
Invité




 




Y ou're happy~happy there? featuring Elena Vangarden.



J'errais dans les rues de Tokyo en soupirant. Je venais de finir un tatouage à l'Agence, et j'avais envie de me détendre. De boire un  bon café... Ma veste sur mon épaule, la tenant de la main droite, ma seconde main glissée dans ma poche de jean, je guettais les enseignes de bar. A l'affut de celui qui saurait me séduire. L'un d'eux m'interpela. Une enseigne noire, arborant des kanjis violets. Le nom m'a échappé aussitôt la lecture finie. Je m'y dirigeais d'un pas déterminé.

Franchissant les portes du bar, je découvrais un cadre à la fois mystérieux et chaleureux. Les murs, arborant une tenture de velours pourpre, étaient éclairés par des appliques murales, diffusant une lumière jaunâtre à travers la pièce. Plusieurs tables, positionnées près de banquettes, ou entourées par des chaises, regroupaient des groupes. Amis, ou collègues. Couples, ou amants. Tout le monde était accompagné. Même les piliers de bar discutaient entre eux, ou avec le barman. Seule une jeune demoiselle était seule.

Ne trainant pas sur le pas de la porte, j'avançais, me dirigeant vers le comptoir. Balayant ma chevelure vers l'arrière, je m'y apposais, interpelant le barman, qui se présenta aussitôt à moi.

" Bonjour... J'aimerai un grand café latte. Avec beaucoup de sucres si possible. Merci bien... "

Le barman hocha la tête, récupérant les Øssements que je lui tendais, avant de se diriger vers la machine à cafés, s'attelant à la préparation de mon breuvage. Durant mon attente, je reportais mon attention sur la demoiselle, assise seule. Sa chevelure noire était surmontée de petites cornes diaboliques, et elle arborait des lunettes rouges. Son allure me décrocha un sourire. Elle devait avoir seize ans. Dix-huit peut-être, tout au plus. Et pourtant, elle semblait déjà sûre d'elle, affirmée. Elle avait du caractère, j'en étais sûr. Elle était assise sur une banquette, un verre comportant un breuvage liquide devant elle, que je devinais être de l'eau, ou de la limonade. Elle était trop jeune pour s'enfiler une telle quantité d'alcool blanc.

La chaise devant elle semblait innoccupée : aucun effet personnel n'y avait été laissé. Récupérant mon café en hôchant la tête en direction du barman, le remerciant, je m'avançais doucement vers la demoiselle, tirant la chaise à moi. Y prenant place, déposant mon café sur la table, je laissais tomber ma veste sur le dossier.

" Bonjour Mademoiselle. Je me permets... Toutes les tables sont occupées, et il y a pas mal de monde au comptoir... Mais si ça vous gêne, je bougerai, évidemment! "

La détaillant rapidement, je lui adressais un sourire. Elle me fascinait, d'ores et déjà. Mais je me tenais prêt à me lever à nouveau. Après tout, ma présence, tolérée ou indésirable, c'était à elle d'en décider...





© Jawilsia sur Never Utopia

Invité

#2 le 01.01.17 1:26

avatar
Invité
Bon, je me suis enfin décidée a sortir, même si je ne suis pas habituée à avoir autant de monde autour de moi. J'opte pour un bar, rien de plus simple pour une première sortie. En entrant, avec difficulté, je me rend compte, rien qu'en entendant toutes les conversations, qu'il y a beaucoup trop de monde. J'hésite un moment à faire demi-tour, mais je ne vais pas me résigner, je préfère ça à un endroit désert. Je commande donc un verre d'eau, je préfère faire simple, de toute façons, je n'ai pas l'âge pour un verre d'alcool. Je m'installe sur une chaise inoccupée, le comptoir étant complet (j'ai dû toucher le dos de tout le monde), posant ma canne blanche sur le côté de la table. Je l'aime beaucoup cette canne, elle a été faite sûr mesure pour moi, et il parait qu'il y a une tête de dragon rouge au sommet, mais je ne pourrais jamais vérifier de mes propres yeux.

Quelques minutes après mon arrivée, j'entend la porte s'ouvrir.
J'ai une très bonne ouïe, j'ai donc pus entendre ce que la personne a commander : " Bonjour... J'aimerai un grand café latte. Avec beaucoup de sucres si possible. Merci bien... ". Bon, ça peut toujours servir.
Je sens que quelqu'un me regarde, ça me stress, ça me fait peur aussi. J'ai envie de rentrer.
...Mais, cette personne vient s'installer en fasse de moi. Oh non, tout mais pas ça. Je fais quoi maintenant, je cours, en ayant des risques de me cogner à quelqu'un ? Non, je vais rester calme.

" Bonjour Mademoiselle. Je me permets... Toutes les tables sont occupées, et il y a pas mal de monde au comptoir... Mais si ça vous gêne, je bougerai, évidemment! "

Oh non, il me parle, je ne sais même pas a quoi il ressemble, ça se trouve, c'est un pervers ou un truc du genre. J'ai beau être impassible, même si je le suis, je déteste ces situations là.
Bon, je ne vais pas me montrer impolie, et essayer de répondre tant bien que mal. Au moins lui demander de se présenter physiquement.

"Euh, bonjour. Pouvez vous me dire a quoi vous ressemblez, s'il vous plait ? Comme vous le voyez a ma canne, je suis aveugle"

Je ne pus m'empêcher de prendre un air sérieux, même si je suis très gênée au fond de moi. C'est un bon début... Non ?
Invité

#3 le 01.01.17 2:57

avatar
Invité




 

  Détaillant toujours la jeune fille, une main aposée sur ma tasse, ses propos me laissèrent bouche entrouverte, légèrement sceptique. Dérivant mon regard à ses côtés, je pu en effet voir sa canne. Blanche, ornée d'une majestueuse tête de dragon sculptée, rouge. Aussi unique qu'elle apparemment... Impassible et sérieuse, je ne pu qu'hôcher la tête, et d'une voix rauque mais rassurante, répondre à sa demande.

" Excusez-moi Mademoiselle, je n'avais pas vu. Alors... Je m'appelle Tsume. Je suis un homme, de vingt-huit ans. Je mesure un mètre quatre-vingt-deux. Je suis plutôt svelte et élancé, je dirai, bien que sportif. J'ai une longue chevelure grise, qui arrive au niveau de mes hanches. J'ai des yeux verts. Hmpf je... Je suis asiatique. Japonais plus exactement. J'ai une cicatrice qui traverse mon visage, elle passe sous mon oeil gauche et au milieu de ma joue droite. J'en ai aussi une qui divise mon cou. Je... J'ai des piercings! Au niveau des oreilles, sur la langue, et sous ma lèvre, à gauche. Je... Je porte une chemise blanche. Un jean noir. Ahm je... C'est tout ce qui me vient en tête. Mais si vous voulez vérifier par vous-même, ou même vous faire votre propre idée, et si ça peut vous aider, vous êtes libre de me regarder à l'aide de vos mains. "

Se décrire n'était jamais aisé. Encore moins physiquement, en étant objectif, assez précis pour permettre à l'autre de nous visualiser, sans pour autant partir dans des détails inutiles. Couleur des yeux et des cheveux. C'était simple à trouver. Mais pour le reste... Devais-je parler des choses invisibles au premier abord, comme mes cicatrices dissimulées? Devais-je ajouter des choses? J'espèrais qu'elle sâche quoi demander si elle désirait en savoir plus. Ou que je songerai aux choses à décrire en supplément... Mais peu de choses me venaient en tête. Ou alors, je finissais par les écarter. Trop détaillé, inutile, déjà dit.

Devoir expliquer des choses qui peuvent paraître évidente aux voyants devient, notamment dans mon cas, plus complexe. Je lui avais par exemple dit être un homme. Tout le monde dans cette pièce m'aurait établi comme tel, c'est vrai. J'avais l'apparence d'un homme. Son anatomie également. Mais concrétement. Réellement. Génétiquement. J'étais hermaphrodite. Est-ce que le fait de m'être décrit comme homme était par conséquent un mensonge? Devais-je lui préciser la "supercherie". A vrai dire je n'en savais rien.

Nous ne nous "connaissions" que depuis quelques secondes, et déjà je me questionnais à tout va. J'opinais doucement du chef. Si précisions il fallait apporter, je le ferai plus tard, si elle m'en laissait la chance. Pas sûr qu'elle veuille de  moi à sa table. Après tout, peut-être voulait-elle savourer son verre d'eau plate - je pouvais l'affirmer maintenant que je n'y voyais aucune bulle - tranquillement.

Je me ravançais légèrement vers la table, y déposant ma main gauche, si elle souhaitait me situer plus aisément. Depuis combien de temps était-elle dans ce monde et comment y avait-elle atteri? Et comment s'en sortait-elle au quotidien? D'une admiration physique, je passais à une admiration mentale. Si jeune. Pourtant elle devait être si forte. C'était indéniable.

 

 © Jawilsia sur Never Utopia
 

 
Invité

#4 le 02.01.17 20:09

avatar
Invité
La personne devant moi se décrit. Donc, il s'appelle Tsume, ok.Il est aussi be
Je l'imagine dans ma tête, et il a l'air plutôt pas mal. Il me proposa de vérifier par moi même, je n'aurais pas attendue son autorisation. Je me leva de ma chaise, avec difficulté, en essayant de ne pas tomber surtout, et je me dirigea vers ses cheveux. C'est la première chose que je vérifie chez quelqu'un. Je m'approcha donc de lui, puis de ses cheveux. Il ne ment donc pas, il a bien les cheveux long. Je vais éviter d'être bizarre et m'asseoir tranquillement sur ma chaise.

"D'accord, merci. Je suppose que je devrais me présenter aussi. Je m'appelle Elena. J'ai 17 ans. Je pense que je n'ai pas a me présenter physiquement, vous me voyez vous. Même si je pense que mon style vestimentaire peut en intrigué certains."

J'ajouta un petit sourire a la fin de ma phrase. Je souhaite être plus familière avec les gens, sinon, ça n’amènera a rien. Et puis, depuis que je suis dans le monde des morts, je n'ai pas vraiment d'amis. Je me sens assez seul. Mais je me demande pourquoi cette pers-Enfin, Tsume, est venue vers moi. Je ne suis qu'une jeune fille normal, non ?

"J'ai une question à vous poser. Pourquoi êtes-vous venue me parler ? Ce n'est pas que votre compagnie me déplaît, mais je suis juste curieuse."

J'ai bien envie de me rapproche de cette personne, bien que je viens juste de le rencontrer. Je bois une gorger de mon verre d'eau. Bizarrement, je n'ai pas vu le temps passer, je l'ai déjà fini, je devrais en chercher un autre, mais je veux a tout prix la réponse a ma question.
Invité

#5 le 02.01.17 20:53

avatar
Invité




 

  Restant sagement à ma place, je laissais à la jeune femme le loisir de me découvrir d'elle même. Se redressant, non sans une certaine difficulté, de sa place, elle se dirigea vers moi. Ne bougeant pas, je la laissais me détailler : elle commença par ma chevelure. Après sa vérification faite, elle retourna sagement à sa place. Esquissant un sourire, je pris ma tasse pour venir happer une gorgée du breuvage chaud, mais ayant suffisament tiédi pour ne pas me brûler.

" D'accord, merci. Je suppose que je devrais me présenter aussi. Je m'appelle Elena. J'ai 17 ans. Je pense que je n'ai pas a me présenter physiquement, vous me voyez vous. Même si je pense que mon style vestimentaire peut en intrigué certains. J'ai une question à vous poser. Pourquoi êtes-vous venue me parler ? Ce n'est pas que votre compagnie me déplaît, mais je suis juste curieuse. "

Elle me décrocha un sourire à la fin de sa phrase, que je lui rendis, inutilement. Elle ne pouvait certes pas me voir, mais je n'agissais pas différemment avec elle. Pas par dédain, mais surtout par je m'en foutisme, en quelques sortes. Je n'avais jamais considéré les personnes ayant une différence comme "handicapées". A mes yeux, changer de comportement envers quelqu'un à cause de ses différences physiques, c'était faire de lui quelqu'un de différent. Elle en était l'exemple même. Elle était là, assise, à siroter son verre dans un bar. Comme toutes les autres personnes autour. Elle était désavantagée d'un point de vue visuel, mais c'était tout. Chacun avait ses faiblesses. Et je ne comptais pas la dénigrer, ni lui accorder de traitement de faveur : je me comportais simplement comme j'avais l'habitude de le faire avec les jeunes demoiselles.

Hôchant la tête suite à ses propos en reposant ma tasse, je vins prendre appui, à l'aide de mon coude, sur la table, croisant les jambes. C'était une femme, qui plus est jeune. Il était normal pour elle de me demander ce que je fichais ici. Alors qu'elle prenait l'ultime gorgée de son verre d'eau, j'attaquais les explications.

" Enchanté, Elena. Si vous souhaitez me tutoyer, vous le pouvez. A vrai dire, quand je suis entré, vous avez tout de suite attiré mon attention. Une femme aussi jeune, arborant un style avec autant de caractère, c'est rare. Mais à vrai dire j'aime beaucoup! J'avais envie de vous connaître un peu plus... Vous souhaitez autre chose à boire? Je vous invite. "

A demi-tourné vers le comptoir, je restais à fixer la jeune femme, attendant sa réponse pour interpeler ou non le barman. Après tout, si je pouvais me montrer galant et utile, autant foncer.

 

 © Jawilsia sur Never Utopia
 

 
Invité

#6 le 02.01.17 22:15

avatar
Invité
" Enchanté, Elena. Si vous souhaitez me tutoyer, vous le pouvez. A vrai dire, quand je suis entré, vous avez tout de suite attiré mon attention. Une femme aussi jeune, arborant un style avec autant de caractère, c'est rare. Mais à vrai dire j'aime beaucoup! J'avais envie de vous connaître un peu plus... Vous souhaitez autre chose à boire? Je vous invite. "

Oh, j'ai "attiré son attention", donc ? Je ne suis pas vraiment flattée, car, je n'aime pas du tout attirée l'attention, même si avec mon look, c'est rater.
Et en plus, il veut me connaître un peut plus ? C'est le summum de ce que j'aurais espérer. Je n'aime pas raconter ma vie, mais bon, je ferais un effort.
Ah, c'est pas fini. Il s'est aussi rendu compte que j'avais fini mon verre. Je ne refuserais pas son offre. Bien au contraire.

"Je voudrais bien un autre verre d'eau. Je ne prend pas de jus, je n'aime pas ce qui est sucré."

Et voila que je raconte ma vie. Je déteste ce talent que j'ai de m'énerver.
Revenons a son envie de me connaître un peu plus. Je ne comprend pas pourquoi les gens se mêlent de la vie des autres, où de vouloir connaître des gens a qui ils n'ont jamais parler de leurs vie. C'est vrai quo ! Mais je suis une personne qui cache beaucoup ses appréciations ou ses pensées, donc je ne vais rien dire.

"Que voule- Euh, que veux-tu savoir à mon propos ? Je ne suis pas une personne très intéressante ! Après avoir répondue à tes question, c'est moi qui en aura à poser !"


Je me trouve bien trop à l'aise avec une personne que je viens de rencontrer. Il pourrait être quelqu'un de pas fréquentable, où même un pervers. C'est vrai, je ne connaît rien de ce Tsume. Et je ne peux rien vérifier de ces anciens propos dans leurs intégralité. Être aveugle, ce n'est vraiment pas facile a vivre touts les jours, même si je laisse paraître le contraire. Si seulement les gens savait toutes les fois où j'ai faillit mourir dans mon ancienne vie a cause de cela. Et toutes les fois où j'ai été en danger dans ce monde.
Et aussi, toutes les fois où j'ai reçus des traitements de faveur, a cause de mon handicape. Oui, "a cause", car des gens mérites plus de traitements de faveur, car pour moi, ces choses la sont pour les personnes qui ont fait des choses bien dans leurs vie, et qui ne le peuvent plus a cause d'un handicape.

Bon, c'est pas tout ça, mais moi, je veux mon verre d'eau, j'ai la bouche sèche en ce moment !
Invité

#7 le 03.01.17 21:46

avatar
Invité






Mes doigts glissaient doucement en direction du contenant en verre. Je gardais les yeux rivés sur elle, alternant mon regard entre le sien, et ses lèvres. Comme à l'affût de sa décision...

" Je voudrais bien un autre verre d'eau. Je ne prend pas de jus, je n'aime pas ce qui est sucré. "

Hu. Moi qui était une véritable bouche à sucre, l'eau était un véritable fléau pour moi. J'hochais la tête doucement, prêt à me lever. Prenant doucement appui sur mon coude en décroisant mes jambes, je me décidais à me rendre de moi-même au bar. Jusqu'à ce que j'entende un souffle émaner d'entre ses lèvres, initiant une nouvelle phrase.

" Que voule- Euh, que veux-tu savoir à mon propos ? Je ne suis pas une personne très intéressante ! Après avoir répondue à tes question, c'est moi qui en aura à poser ! "

J'esquissais à nouveau un sourire, poussant sur mes avant-bras pour me lever, tenant fermement en main le verre vide. A vrai dire je n'avais pas vraiment de question... Si je lui en posais, ce serait plus un interrogatoire qu'une rencontre, notamment d'un homme à une femme. Replaçant briévement la chaise, je tournais mon visage vers elle.

" Je n'ai pas vraiment de question, dans l'immédiat... Je vais vous chercher à boire, ça vous laissera le temps d'en trouver si vous souhaitez m'en poser! "

J'avançais d'un pas determiné jusqu'au comptoir, interpelant le barman pour lui demander un autre verre d'eau. Et comme auparavant, je maintenais mon regard sur la jeune femme durant l'attente. Son style vestimentaire était classique : mais pas ses accessoires. Elle ne faisait sûrement pas ça pour l'attention. Sentir un regard sur soi est pesant : d'autant plus quand vous ne pouvez lui faire face. Ce devait être un choix personnel, pleinement assumé... Reprenant le verre d'eau, rempli de breuvage frais, créant un effet sur les bords, laissant des perles d'eau couler sur ma peau. Je retournais d'un pas affirmé vers la table pour l'y déposer, devant Elena. Me rasseyant, croisant les jambes à nouveau, je finissais mon café d'une traite avant de la détailler de plus belle.

" J'aimerai connaître un peu votre histoire, comment vous êtes arrivée ici... Et... Si vous avez des questions... Je vous écoute! Je répondrais le plus sincèrement du monde. "

Elle n'avait aucune preuve de ce que j'avançais. Après tout, dire que l'on est sincère, et mentir à tout va, c'est plutôt aisé. M'enfin... Mon but était tout de même de la mettre à l'aise... Même si cela risquait de s'avérer compliqué.


© Jawilsia sur Never Utopia


Invité

#8 le 03.01.17 23:05

avatar
Invité
" Je n'ai pas vraiment de question, dans l'immédiat... Je vais vous chercher à boire, ça vous laissera le temps d'en trouver si vous souhaitez m'en poser! "

Ah, c'est dommage, moi qui aime tellement raconter ma vie ! Ou pas. Je l'entendis se lever de sa chaise. Bon, je n'ai plus qu'a patienter.
Tsume revint 1 minute après, avec mon verre. Il le posa sur la table, mais je ne sais pas où. J'essaya de le détecté, mais il était juste devant moi. J'ai surement dû toucher sa main au passage. Bizarrement, une envie de me rapprocher un peu plus de lui me vint a l'esprit. Mais je ne dois jamais faire confiance au inconnues. Si sa se trouve, c'est un pervers ou un truc du genre. En tout cas, si il me fait quoi que se soit, je crie. J'apporta le verre a ma bouche. Je devrai peut-être me laisser tenter a quelque chose de sucrée la prochaine fois. Je bois tellement d'eau que le goû en devient fade et sans aucun intérêt. Du thé, ça pourrais être bien, non ?

" J'aimerai connaître un peu votre histoire, comment vous êtes arrivée ici... Et... Si vous avez des questions... Je vous écoute! Je répondrais le plus sincèrement du monde. "

Oh. Mon ancienne vie n'est pas un sujet que je veux évoquer, ais je ferais un effort pour cette fois.

"Je vais faire un grand effort en parlant de mon passer, c'est un sujet assez délicat pour moi. J'avais une vie assez simple. Mais un jour, mon père a découvert l'alcool. Et ce fut un vrai chamboulement pour moi. Chaque soir, il me sortait de ma chambre de force, pour me frapper avec le même bâton, tout ça car l'alcool lui a fait se souvenir de la perte de son travail. Mon père y tenait, a son travail. Car c'est lui qui nous ramenais le plus d'argent a la maison.  Les professeur ne remarquais rien, car je prenais des cours en ligne pour aveugle, car la rétine de mes yeux a été brûler. Et ma mère ne disait rien, car elle avait peur de se faire frapper elle aussi. Un jour j'en ai eu marre, et j'ai décider de mettre fin a tout ça en me suicidant. Désoler d'avoir casser l'ambiance, mais, mon passer n'est pas vraiment tout rose, comme vous avez pus l'entendre. Mais en tout cas, certaines personnes sont morte d'une mort plus atroce, et on vécu des choses plus horrible encore."

Je ne pus m'empêcher de laisser sortir un petit rire nerveux a la fin de ma phrase, me souvenir de tout ça est une épreuve dur pour moi, car la douleur des coups contre ma peau me reviens a chaque fois que j'y repense, et chaque soir, cette histoire me hante.
J'ai bien envie de connaître son passer, peut-être que c'est plus intéressant que le miens.

"Sinon, c'est à ton tour de me raconter ce que tu as vécu. Je ne veux pas être la seul a casser l'ambiance."
Invité

#9 le 05.01.17 21:21

avatar
Invité




 

  Mon regard se perdait entre ses yeux et ses lèvres. Attentif à ses propos, je les happais, hochant doucement la tête au fur et à mesure du récit de son histoire. Elle n’avait pas eu une vie facile, je comprenais que cela soit délicat. Mais j’appréciais le fait qu’elle accepte de partager cela avec moi. Vivre avec un proche alcoolique – son père qui plus est – devait être dur à supporter. Surtout quand ce dernier décide de lever la main sur vous… Pour en arriver à se suicider, la jeune fille devait avoir souffert. Enormément... Mais elle était optimiste à sa manière, ne s’apitoyant pas sur son sort, réaliste quant aux diverses morts nous côtoyant. Bien que son petit rire semble être là pour se convaincre de tout ça, et tenter de passer outre le fait qu’elle avait eu une vie pénible.
   
" Sinon, c'est à ton tour de me raconter ce que tu as vécu. Je ne veux pas être la seul a casser l'ambiance. "

Hu, à mon tour ? Je ne pouvais pas refuser. Mais il allait falloir que je rende le tout plus soft. Je me voyais mal lui expliquer que j’étais barman dans un club où des jeunes femmes dénudées se trémoussais, lui expliquer que je me prostituais. Lui expliquer qu’en pleine partie de jambes en l’air, on m’avait découpé la gorge et explosé le crâne en deux. Raclant brièvement ma gorge, je prenais appui à l’aide de mes avant-bras sur la table. Mon cerveau ne cessait de retourner l’histoire dans tous les sens, cherchant comment lui expliquer sans être choquant, alors que mes lèvres s’entrouvraient doucement.

" Eh bien… Je suis né moitié fille, moitié garçon. Mes parents ont décidé de m’élever comme une fille, mais vers vingt-deux ans, j’ai décidé de devenir un garçon, du moins physiquement. J’ai étudié et travaillé à Tokyo, pour devenir tatoueur. Je travaillais dans un bar de nuit, comme barman, pour financer ma vie. Mais j’y ai fait de mauvaises rencontres. Un homme était amoureux de moi, mais ce n’était pas mon cas. Du moins je n’en étais pas sûr. Et un soir, il a fini par en avoir marre. Il a profité d’un câlin pour me tuer. J’en ai gardé les cicatrices dont je vous ai parlé tout à l’heure. Voilà le résumé de ma vie! "

Je n’avais gardé que l’essentiel, le rendant plus lisse, moins choquant. Je n’avais pas eu une vie des plus innocentes, mais je n’avais globalement pas à m’en plaindre, contrairement à la demoiselle me faisant face. L’ambiance de nos récits respectifs était tout de même morbide. Il fallait rétablir quelque chose de plus joyeux, ou d’un peu moins désespérant. Me penchant légèrement sur la table, je repoussais ma chevelure vers l’arrière, prenant une douce inspiration.

" Et sinon… Ta vie, enfin… Ton après-vie se passe bien? Je veux dire… Tu fais quoi de beau ici?  "

Ma question était vaste. Mais sa vie ici m’intéressait. Je ne sais pourquoi, mais je m’inquiétais presque de comment se déroulait son quotidien. Si personne ne l’embêtait, si elle ne manquait de rien… Elle m’attendrissait. Je ressentais presque une affection fraternelle pour elle…

 

 © Jawilsia sur Never Utopia
 

 
Invité

#10 le 06.01.17 18:06

avatar
Invité
" Eh bien… Je suis né moitié fille, moitié garçon. Mes parents ont décidé de m’élever comme une fille, mais vers vingt-deux ans, j’ai décidé de devenir un garçon, du moins physiquement. J’ai étudié et travaillé à Tokyo, pour devenir tatoueur. Je travaillais dans un bar de nuit, comme barman, pour financer ma vie. Mais j’y ai fait de mauvaises rencontres. Un homme était amoureux de moi, mais ce n’était pas mon cas. Du moins je n’en étais pas sûr. Et un soir, il a fini par en avoir marre. Il a profité d’un câlin pour me tuer. J’en ai gardé les cicatrices dont je vous ai parlé tout à l’heure. Voilà le résumé de ma vie! "

Oh. Je n'aurais pas du poser la question en faite. Sa a dû être compliquer pour lui de vivre ça.

"Oh, je suis vraiment désolée, ça a dû être horrible..."


Et dire qu'a mon arrivée, je me plaignais souvent de mon passer, mais certaines personnes, dont lui, on vécue des choses horribles. Mais bon, c'est la vie écoutez. Un jour on né, un jour on vie, un jour, on meurt. Voila.

" Et sinon… Ta vie, enfin… Ton après-vie se passe bien? Je veux dire… Tu fais quoi de beau ici?  "

La question que je redoutais. Faut dire qu'a pars me perdre dans les rues, ne plus retrouver mon chez moi, et avoir 2 chances sur 3 de me faire kidnapper ou attaquer pars des gens pas nettes, rien de bien méchant dans ma mort. Et je galère a me faire des amis, aussi. Mais, si je lui dit ça, l'atmosphère qui est déjà bien stressante comme ça, ne fera que l'être encore plus.

"Oh, tout se passe bien pour moi, quelques difficultés par-ci, par-la, mais rien de bien méchant, et toi ?"

Je pense que ça doit être beaucoup plus facile pour lui que pour moi. Déjà, avec mon handicape, c'est pas facile, alors en plus avec ma discrétion et ma timidité légendaire, je passe inaperçus au yeux des gens. j'me sens comme une merde.