ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Event du moment
    The Nightmare...
    du 20 octobre au 20 novembre

    « It's taking it's toll deep in my soul » ; shirley ; done

    Aller à la page : Précédent  1, 2
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #11 le 15.02.17 16:45

    memories ; so let's hold on
    La rancune.
    Affichée.
    Si vraie.


    Il y a cette rancune dans ton monde, qui erre, qui existe, qui s'enlise. Les mots, les gestes, les attitudes peuvent la déclencher avec le temps. Alors elle ronge lentement jusqu'à se dévoile finalement. C'est un aspect de ta vie que tu connais bien, Issui. La rancune s'accroche au cœur comme un sentiment qui ne pourra jamais s'échapper, jamais s'évaporer, pourtant trois siècles se sont écoulés. Trois longs siècles alors les émotions se font plus subtils, plus poussées. Les détails entrent en compte naturellement. Issui, tu n'es plus rancunier dans la même mesure. Si un mot de travers pouvait faire naître cette rancune envers autrui, à ce jour avec le temps, avec la maturité, t'en arrive à un point où il faut que ce soit grave selon toi. Une trahison, un acte déplacé... tant de choses dont Shirley n'est pas coupable. Alors tes orbes tombent sur elle, dévient cependant par la suite. Gentil. C'est un mot qui ne traverse guère ton quotidien pour te définir. Il sonne étrangement dans ton esprit, soudainement mal à l'aise. Ce n'est pas dans tes habitudes et cette conversation te donne cette sensation de ne plus être à ta place, de perdre tes moyens. Ses mots, les tiens, ce n'est pas ce que tu connais, ce n'est pas ce que tu as un jour connu. Le monde change pourtant, petit à petit les portes s'ouvrent peut-être.

    Des mots.
    Impactant.
    Ancrés à jamais.


    « Cette situation sort de ce que j'ai l'habitude de connaître... » tu hésites une seconde à dire tout ceci. « On devrait s'arrêter là pour l'instant. Peut-être qu'un jour on en discutera plus longuement. » parce que tu n'es pas dans ton monde, tu n'es plus dans ton monde tout du moins. Ton regard fuit alors que tes bras toujours croisés sur ton torse, se resserrent un peu plus fortement. Shirley a ouvert les yeux, peut-être bien, quelque part tu l'espères un peu pour elle, mais à bien y songer, Issui... tu as ouvert les yeux aussi. A admettre certaines choses. Tu n'as jamais été des hommes qui songent avoir éternellement raison, mais tu n'es pas pour autant de ceux qui reconnaissent aisément les torts. Alors aujourd'hui, Issui, tu fais un pas en avant par dépit selon toi, mais surtout par besoin, par envie. Une envie qui se terre au fond du cœur, de celle que l'humanité ne connaît que trop bien. Celle-ci même qui maintiens l'humain sur son chemin sans sombrer. Cette envie de chaleur, oui. L'inconnue dans ton monde, ton inconscient aspire à la rencontrer, à l'épouser finalement. Issui, jusqu'à ce que tu comprenne cela, ce pas se fera incertain, bancal.

    Un regard.
    Hésitant.
    Qui revient.


    Une main passe ta crinière une nouvelle fois, affichant plus simplement cette cicatrice et tu n'oublies pas Issui, tu n'oublies que c'est un peu grâce ou à cause d'elle que vous vous trouvez là à présent. Au fond, tu préfères songer que c'est grâce à elle, mais tu préfères également voiler cette réalité, l'oublier. « On devrait se séparer là, Shirley. A moins que tu veuilles encore me dire quelque chose ou bien... que tu veuilles me suivre ? » tu n'invites pas les gens, Issui, tu les laissent te suivre s'ils le souhaitent. Alors lentement tes pas te conduisent jusqu'à la porte, retournant dans le hall d'entrée. Peut-être qu'il sera bon de vous séparer ici après toute cette conversation.
    HRP :  Ok, malgré ma maladie j'ai essayé de rp... j'ai mis 2h30 -nojoke- à l'écrire et encore... j'crois qu'il est plus que moyen, désolé !!



    codes par sapphire
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #12 le 28.02.17 4:46
    Shirley sentit Issui un peu embarrassé. Aussitôt, elle se questionna et crut qu’elle lui avait dit quelque chose de déplacé. Je le mets toujours dans des situations inconfortables, se réprimanda-t-elle intérieurement. Elle qui ne désirait que le bonheur d’Issui s’en sentit affreusement coupable. Elle ne savait pas comment s’y prendre avec lui, visiblement. Shirley avait beau avoir été confrontée à tout un tas de personnalités difficiles au cours de sa vie — il faut dire que les hommes compliqués avaient toujours éveillé un grand sentiment de tendresse inépuisable chez elle, après tout — mais lui était différent, apparemment. La jeune femme avait du mal à le cerner.

    Cette situation sort de ce que j'ai l'habitude de connaître… commença-t-il avec hésitation. On devrait s'arrêter là pour l'instant. Peut-être qu'un jour on en discutera plus longuement.

    Tout son langage corporel avait changé. Elle le sentait un peu moins fermé et assuré. Il hésitait. Ça avait quelque chose d’attendrissant, mais Shirley s’en voulait d’être la source de ce changement de comportement si soudain. Shirley s’apprêta à répondre quelque chose, à l’encourager à poursuivre la conversation parce qu’elle avait encore envie de discuter avec lui, mais se ravisa par crainte de l’étouffer une fois de plus. La main d’Issui se glissa et se perdit momentanément dans sa chevelure bicolore, dévoilant la cicatrice de son visage. Shirley n’y accorda presque aucune attention, habituée à la vue de cette marque disgracieuse.

    On devrait se séparer là, Shirley. A moins que tu veuilles encore me dire quelque chose ou bien... que tu veuilles me suivre ?

    C’est comme tu veux. Passes une bonne journée, Issui. À la prochaine.

    Elle le regarda s’éloigner doucement, muselant cette puissante envie de le rattraper et de l’étouffer un peu plus avec son affection débordant. Shirley ne voulait tout simplement pas l’importuner et vivre à nouveau un tel rejet. Ça faisait bien trop mal de se faire dire aussi directement qu’on envahissait les autres… Même si elle s'efforcerait de changer. Puis, la porte se referma derrière Issui. Shirley était désormais seule dans la cage d’escalier. La jeune femme poussa un long soupir, puis repensa un peu mieux à cette discussion. Cette rencontre avec Issui avait été riche en émotions, mais elle espérait de tout coeur qu'ils puissent s'entendre désormais . Elle inspira profondément, attendit un peu pour s'assurer de ne pas croiser à nouveau son ami, puis regagna le couloir afin de rentrer chez elle.
    Aller à la page : Précédent  1, 2
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires