ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Cinemont a posté un rp libre dans l'allée des cerisiers

    Alexiel Etsuko cherche plusieurs rps pour son personnage deux en un.

    Alexiel Etsuko a posté un rp libre dans l'appartement Kiss

    Urie Kaneki recherche divers vampires pour rp !

    Event du moment
    Calendrier de l'avent
    du 1er au 24 décembre

    « All I need to know is where to stop. » ; ael • Clos

    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #1 le 31.12.16 3:01

    memories ; a melody so perfect...
    La liberté.
    Fictive.
    Ensorcelante.


    Le rugissement régulier. Telle une mélodie apaisante, tu l'écoutes. Cette moto qui te porte à ce moment précis, celle qui t'emmène où tu le désires dans ce monde presque vivant. Et tu te laisses bercés par les sons qui t'entoures, qui défilent dans cette pseudo liberté que tu te créer. Alors ce monde t'échappe une seconde, un instant t'oublie Issui. Et il n'y a de plus qui semble encore compter maintenant. Est-ce cette liberté que tu cherches ? Qui te tend les bras soudainement, mais tu sais très qu'elle est éphémère. Qu'en ces lieux pourtant si ouverts, elle se refermera sur toi pour t'engloutir, te démolir quand tout ceci sera terminé. Laisse-toi envoler durant ce laps de temps qui bientôt s'effacera comme tout le reste. Issui t'es las de te rendre compte que tout s'effrite, que tes pensées sont bien vides d'optimistes. Tu ne le sais que trop bien pourtant, mais depuis cette rencontre avec lui... T'es plus instable que la veille, que le jour avant lui encore. Roules, roules sans te retourner alors, sans faire marche arrière, pas encore. Et tu la vois une seconde, cette autre moto, peut-être sont-elles plusieurs, t'en sais rien. T'en as cure dans ton monde à bien y regarder. Dans cette bulle, tu existes seul pour changer, dans cette solitude qui t’accommodes tant. Elle jaillit pourtant.
    Une demi-seconde. Est-ce réel ?
    Est-elle seulement réelle...
    T'en sais rien, mais tu la vois Issui.
    Tu le vois, ce cauchemar sans fin.
    Et ce tremblement soudain.
    Cette vision qui s'en va.

    Le choc.
    Violent.
    Douloureux.


    Flou. Fébrile. Tu sais pas très bien où t'es à présent. Cette douleur lancinante qui perle dans toute cette entité déjà oubliée, déjà démunie de vie. Tu souffles, bruyamment, irrégulièrement. Et cette souffrance survient au milieu de tout ce trouble qui envahis ton champ de vision. Elle s'annonce bientôt sous tes yeux, cette barrière que tu viens de démolir et la légère trace de sang qui s'ensuit au sol. Alors instinctivement les doigts se portent à ton front, mais non. Ton casque n'a pas bougé. Tu t'observes tant bien que mal, à moitié affalé, à moitié allongé. Tu ne sais plus où tu es, Issui, mais tu t'en fous. Tu cherches cette blessure probablement superflue au vu de la quantité médiocre de sang au sol. Et elle traverse ton horizon, sur ton avant-bras. Un instant, une seconde, un moment, la vision ne revient pas aussi aisément que tu le souhaiterais, que tu le voudrais. L'errance subite d'un homme après un choc physique. T'as mal au crâne à en crever.

    La respiration.
    Lourde.
    Manuelle.


    Inspire. Respire. Tant que tu le peux, tant bien que mal. Les idées se troublent, les sensations se mélangent et les réactions physiques s'enchaînent. Issui, t'en as pas marre d'être pathétique si souvent dernièrement ? Un soupir, bref, rapide, éreinté. Comme toi, il est fatigué. « Putain... ça fait mal bordel. » douloureux.



    codes par sapphire
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 24 Féminin
    × Age post-mortem : 68
    × Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
    × Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
    × Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
    × Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
    × Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
    × Péripéties vécues : 1585
    × Øssements1066
    × Age IRL : 25 Féminin
    × Inscription : 21/12/2016
    × Présence : actuellement absent(e)
    × Surnom : le cockatiel
    × DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    24Féminin68OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&piesContrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirsShirley ლ(´ڡ`ლ)Viens me rendre visite petit coquin c:Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux1585106625Féminin21/12/2016actuellement absent(e)le cockatiel Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
    avatar
    Forever Eulone ~
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1218-ael-shankshttp://www.peekaboo-rpg.com/t1260-le-carnet-d-ael#22064
    24Féminin68OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&piesContrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirsShirley ლ(´ڡ`ლ)Viens me rendre visite petit coquin c:Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux1585106625Féminin21/12/2016actuellement absent(e)le cockatiel Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
    Forever Eulone ~
    Terminé
    #2 le 31.12.16 13:45
    Ael n’était pas du genre à avoir peur ou à être réellement traumatisée, enfin si, mais uniquement lorsque cela concernait ses sentiments. Elle était morte dans un accident de moto quelques semaines plus tôt et elle était là, à nouveau sur une nouvelle Honda, sans aucune hésitation.

    Elle avait cherché tant bien que mal à retrouver le même modèle mais ce fut impossible. En même temps des décennies étaient passées et les véhicules avaient bien évolué depuis. Alors elle s’était rendue dans un garage non loin de chez elle, là, elle pourrait y louer une moto pour la journée. À vrai dire elle n’avait pas beaucoup d’argent étant là depuis peu et n’avait donc pas encore les moyens d’en avoir une bien à elle. Elle trouva une  Honda CB 1100 EX 2017 - Intermot 2016 en avant première. À vrai dire elle ne devait même pas encore exister dans le monde des vivants. Elle était d’un noir métallisé impeccable et son feu à l’avant lui rappelait si bien son ancien modèle.

    Elle la loua et fit démarrer le moteur. Wouaw pensa t-elle. Ce n’était décidément pas du tout le même calibre. Peut importe elle avait besoin de respirer, de s’échapper un peu de ses pensées, d’avancer et de goûter une nouvelle fois à cette liberté tant chérie.
    Elle accéléra sans retenue. Après tout pourquoi se priver, elle ne risquait plus grand chose si ? Elle roulait, roulait sur les routes sinueuses devant elle. Les falaises l’entouraient et au loin le soleil se couchait sur une mer calme, orangée par la lumière de l’astre.

    Et c’est la quel le vit, le deuxième engin sur la route. Une belle moto, sans doute bien plus puissante que la sienne. Elle lui passa devant et pendant une fraction de seconde elle sentit un regard se poser sur elle. Peut-importe. Elle regarda une nouvelle fois le soleil quand elle entendit une bruit sourd un peu plus loin. Elle accéléra alors et retrouva bien vite sur le lieu de l’accident.
    Que s’était donc t-il passé ici ? Le spectre qu’elle avait croisé semblait pourtant savoir ce qu’il faisait. Alors elle s’arrêta quelques mètres avant et cala sa moto en contrebas d’une falaise à proximité. Elle se précipita vers lui tout en retirant son casque par la même occasion. Là, sa longue chevelure épousa les formes de ses épaules et tomba jusqu’au bas de son dos. Elle était à présent à côté de ce qui semblait être un homme. Il portait toujours son casque. Il devait être en état de choc, il ne bougeait pas.

    - "Putain... ça fait mal bordel."

    Ouf, il parlait, c’était déjà une bonne nouvelle. Elle s’avança encore et s’exprima d’une vive voix ferme ne voulant pas faire transparaitre son inquiétude.

    - "Hey ! Vous allez bien ?" s’écria t-elle.

    Elle passa alors devant lui afin d’en voir un peu plus. Toujours aucun mouvement. Elle posa son casque au sol.

    - "Vous devez être en état de choc. Laissez-moi vous aider."

    Elle s’avança près de lui et passa ses mains sous le bas de son casque au niveau de son menton. Un clic retentit et elle le détacha. Elle le prit délicatement entre ses mains et retira l’objet de sa tête tout doucement voulant éviter d’aggraver de possibles blessures.
    Il y avait du sang sur sa joue et ses cheveux, extrêmement beaux au passage, semblaient également en être recouvert.

    - "Merde.." soupira t-elle. "Vous saignez, je n’ai pas les compétences requisses pour vous aider réellement mais laissez-moi faire".

    Elle était autoritaire et sûre d’elle. L’homme aux beaux yeux bleus n’avait apparement pas le choix. Alors elle saisit son foulard bleu nuit et le détacha de son cou. Les deux spectres faisaient à peu près la même taille ce qui facilita sa tâche. Elle le noua alors par dessus les cheveux de l’homme faisant bien attention d’arrêter au mieux le saignement de ce dernier.
    Elle se recula un peu, examinant son travail. Ouais c’était pas terrible, mais ça irait le temps que les secours arrivent. D’ailleurs il fallait les contacter à tout prix. Elle aurait déjà dû le faire beaucoup plus tôt. Elle avait un téléphone mais n’était pas encore habitué à toute cette technologie. Elle examina une dernière fois l’inconnu devant elle afin de s’assurer de son état. Elle aperçut une nouvelle fois du sang, mais cette fois-ci coulant de son bras.

    - "Vous êtes blessé au bras également !"

    C’était une affirmation un peu idiote mais elle avait besoin de se parler dans ces moments là afin d’analyser au mieux la situation et de réagir ainsi en conséquence. Elle n’avait pas d’autre foulard ni de bandeau ni quoi que ce soit d’autre. Alors elle attrapa le bas de son tshirt et le déchira. C’était une habitude ces derniers temps faut croire.
    Elle attrapa sa main puis son avant bras. Elle n’avait aucune gêne à faire ce genre de mouvement vu l’état dans lequel se trouvait le jeune homme. Elle serra bien fort le morceau de tissus autour de sa plaie bien ouverte.

    - "Vous devriez faire pression dessus au mieux. Je vais appeler les secours !"

    Elle chercha alors dans sa poche de quoi les contacter.
    Afficher toute la signature


    "Don't let anyone treat you badly because you're scared of losing them. Someone who comes in and out of your life isn't worth the stress. You are not a reflection of those who could not love you properly. You are a priority, not an option."
    Even the smallest person can change the course of the future.
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #3 le 31.12.16 15:41

    memories ; a melody so perfect...
    Le trouble.
    Sinueux.
    Horripilant.


    Le paysage apparaît bien incertain, indistinct, tes orbes balayant lentement ce qui s'annonce encore devant toi. T'es seul Issui, pendant quelques secondes tout du moins alors que cette voix résonner finalement. Un peu hagard, ton regard se détourne pour tomber sur elle. Cette personne qui semble être une femme et tu remarques, cette moto qui n'est vraisemblablement pas la tienne. T'es surpris. Surpris de ne pas l'avoir entendu arriver. Est-ce parce qu'elle se trouve là depuis le départ ou bien parce que t'entends plus aussi clairement... Les deux réponses semblent pouvoir t'arracher un sentiment bien néfaste pour le moment, alors t'en penses rien véritablement. Et ton mal de casque, tu ne souhaites pas l'aggraver d'avantage. Le silence en contre-partie de cette voix qui ne cesse de discuter, de cette femme qui ne cesse de bouger jusqu'à retirer ton casque, enfin.

    La délivrance.
    Agréable.
    Attendue.


    Un soupir. Cette voix est bien trop rapide pour le cheminement long de ton cerveau à présent. T'es à l'ouest, peut-être même à l'est également. Partagé entre ces sensations qui ne cessent d'aller et venir à chaque instant, chaque seconde. Les douleurs physiques s'échappent, prennent un bol d'air frais pour revenir plus en forces ensuite. Tu les sens si parfaitement malgré tes absences parfois prolongée. T'es un peu paumé, faut bien l'avouer alors que ta vision recommence doucement à s'accoutumer à son environnement. Les contours semblent devenir plus net au fur et a mesure que les secondes s'envolent, que les minutes défilent. Et elle, elle parle toujours, attirant ton attention de temps à autre. Mais Issui, t'as bien du mal à la suivre et ton agacement voilé sous la douleur ne t'aide en rien à te concentrer. « Je... J'vais bien. » t'y crois, dur comme fer tu l'espères, dur comme fer tu le souhaites. Que tout ceci cesse rapidement, que tu puisses enfin retrouver les marques qui se sont paumés elles aussi à présent. Tu la vois faire, tu la vois te nouer quelque chose sur la tête et t'es perplexe, ton bras entier venant se poser sur le sommet. Un foulard ? L'incertitude perle même au bout de tes doigts. « Si vous pensez que je saigne... à cause de mes cheveux rouges... c'est normal... la moitié est teinté... » tu dis cela un peu las, un peu difficilement, la respiration lourde encore. Tu cherches tant bien que mal d'être logique dans tes mots, construits. De ses orbes, on ne peut savoir ce qu'elle voit de ton entité, mais autant la prévenir de quelques détails qui peuvent sembler débile, mais sait-on jamais.

    Le mouvement.
    Incertain.
    Fiévreux.


    Un mouvement, il s'entreprend un peu au hasard, un peu par hasard, par besoin, par envie. Comme si l'Humain se sentait dans l'obligation de réagir lui-même, de comprendre qu'il n'est pas encore une proie faible dos au mur. Alors Issui, tu poses ta main au sol, essayant de te lever subitement. La nuit ne compte pas te voir venir ici et tu ne comptes pas l'accueillir sur ce sol poussiéreux. « Je vais bien... » faiblement, tu tangues pourtant. Un centimètre tout au plus, c'est ce que t’arrive à soulever de ta carcasse écrasée avant de tomber lourdement à même ce sol qui t'ouvre ses bras depuis cette chute. Pourquoi déjà ? Quelque part ton inconscient le sait, quelque part toi-même tu le sais, alors tu refuses d'y songer. Le pourquoi n'est pas nécessaire, n'est-ce pas ? « Hum... je n'ai besoin que... d'un peu de repos... c'est tout. » ta voix glisse d'un ton presque assuré, comme s'ils se teintaient de vérités. T'y crois Issui. « Ne vous inquiétez pas... ça va aller... suffit juste que je rentre chez moi... » les urgences, les bruits incessant, l'hôpital même... t'es pas très fervent de ce genre d'ambiance et t'as guère envie de t'y rendre.

    Les bruits.
    Gémissements.
    Souffrants.


    « Un nécromancien pourra se soigner... j'ai juste... besoin de rentrer chez moi... » inlassablement cette pensée qui fini par s'envoler entre tes lippes. « C'est juste le choc... j'ai besoin de quelques minutes, c'est tout... » tu le sais.



    codes par sapphire
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 24 Féminin
    × Age post-mortem : 68
    × Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
    × Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
    × Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
    × Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
    × Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
    × Péripéties vécues : 1585
    × Øssements1066
    × Age IRL : 25 Féminin
    × Inscription : 21/12/2016
    × Présence : actuellement absent(e)
    × Surnom : le cockatiel
    × DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    24Féminin68OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&piesContrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirsShirley ლ(´ڡ`ლ)Viens me rendre visite petit coquin c:Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux1585106625Féminin21/12/2016actuellement absent(e)le cockatiel Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
    avatar
    Forever Eulone ~
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1218-ael-shankshttp://www.peekaboo-rpg.com/t1260-le-carnet-d-ael#22064
    24Féminin68OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&piesContrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirsShirley ლ(´ڡ`ლ)Viens me rendre visite petit coquin c:Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux1585106625Féminin21/12/2016actuellement absent(e)le cockatiel Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
    Forever Eulone ~
    Terminé
    #4 le 03.01.17 22:57

    Il devait simplement tenir son bras, c’était juste ce qu’elle lui avait demandé, de faire pression sur la plaie mais il semblait complètement perdu, encore sous le choc et son sang ne cessait d’emplir le minuscule bout de tissu qui lui servait de pansement. Ael rangea son téléphone directement afin d’elle-même administrer les premiers soins.

    - "Monsieur ! Essayez de vous concentrer ! Vous avez eu un accident et vous n’allait pas bien, restez avec moi."

    
Elle lui parlait beaucoup plus fort qu’avant. Il fallait qu’il réagisse un instant et sorte de cet état second. Alors elle lui prit sa main et la plaqua contre son bras blessé, tout doucement. Elle passa la sienne par dessus et exerça une pression pendant quelques instants. Elle relâcha doucement ses doigts et examina le pansement dans ses cheveux.

    - "Et je sais reconnaitre du sang à une coloration."  

    Elle était accroupie près de lui, ses bras autour de sa tête et d’un ton autoritaire elle ajouta près de son oreille.

    - "Ne bougez pas votre main ! Ne bougez simplement pas, je dois appeler les secours ! "

    Elle se releva mais à peine debout elle se retourna et le vit tenter de se lever. Incroyable il n’en faisait qu’à sa tête. Il semblait essoufflé et à bout de force.  Rentrez chez lui ? Dans cet état ? Il en était hors de question.
    Elle se remit à ses côtés. Le sang ne semblait plus s’écouler mais il lui faudrait certainement des points et beaucoup de repos. Elle lui attrapa alors le visage entre ses mains et le regarda au fond des yeux. Il semblait conscient de ce qu’il disait mais il semblait si faible pourtant, apeuré même.
    Puis il lui parla une nouvelle fois.

    - "Un nécromancien pourra se soigner... j'ai juste... besoin de rentrer chez moi... "

    Un nécromancien ? C’était la première fois qu’elle parlait réellement avec l’un d’entre eux. Elle avait lu dans ses bouquins qu’ils pouvaient créer des potions, qu’ils étaient des sortes de sorciers presque. Étrangement elle l’écouta beaucoup plus attentivement. Après tout, il devait finalement savoir ce qui était le mieux pour lui.
    Elle hésita un instant.

    - "Je ne peux pas vous laisser comme ça monsieur. Je suis responsable de vous maintenant."

    Elle était déterminée à ne pas le laisser seule une seconde de plus. Il était blessé et elle n’avait jamais laissé tomber quelqu’un dans le besoin, ça n’allait pas commencer maintenant. Elle le fixa alors une nouvelle fois, toujours avec ce regard étrange plein de pensées. Devait-elle appeler les secours ? Cette idée semblait effrayer le blessé. Mais elle n’allait surement pas le laissait comme ça. Comme elle le lui avait dit elle était responsable.

    Elle se rapprocha de lui avec un idée en tête. Pouvait elle le ramener chez lui ? Elle pensait en être capable après tout elle pouvait porter des gens sur sa moto sans problème. Le seul hic dans l’histoire était l’état du jeune homme. Si jamais il perdait connaissance sur l’engin cela pouvait être dangereux pour les deux et les mettre dans une position difficile.
    Alors elle décida de le soulever afin  de constater les dégâts. Elle  se plaça derrière lui et s’accroupit derrière son dos. De là elle mit ses mains sous ses bras, au niveau de ses aisselles et le souleva doucement. Elle n’avait aucun problème à le porter, sa force le lui permettait. Elle le tint ainsi quelques instants le temps qu’il reprenne un peu conscience de lui-même et surtout de son corps.

    - "Vous pouvez rester debout ? Monsieur ?"

    Elle lui tapota doucement le visage afin qu’il ne perde pas connaissance et qu’il reprenne un peu ses esprits. 


    - "Je vais vous ramener chez vous. Il faudrait m’indiquer l’adresse. Mais pour le moment restez là."

    Elle le prit dans ses bras et le plaqua doucement contre le mur de la falaise. Elle le lâcha doucement tout en observant qu’il ne tombe pas.

    - "Essayez de rester droit d’accord ? Je reviens de suite."

    Là elle partit en courant vers sa moto manquant de trébucher sur son chemin et y arriva en quelques secondes. Elle enleva la béquille et fit rouler l’Honda jusqu’au lieu de l’accident.  
    Elle ne savait pas comment elle allait faire pour le ramener jusqu’à chez lui, comment le porter mais elle pouvait essayer. Après tout l’homme ne semblait pas enclin à vouloir se rendre à l’hôpital, après tout il semblait pouvoir se soigner seul. Elle s’approcha de lui.

    - "Ça va aller ? Votre adresse, il me faut votre adresse.. " lui dit-elle d’un ton doux mais déterminé.
    Afficher toute la signature


    "Don't let anyone treat you badly because you're scared of losing them. Someone who comes in and out of your life isn't worth the stress. You are not a reflection of those who could not love you properly. You are a priority, not an option."
    Even the smallest person can change the course of the future.
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #5 le 04.01.17 16:06

    memories ; a melody so perfect...
    La concentration.
    Envolée.
    Perdue.


    T'es un peu partout à présent, Issui. Tu survoles dans tes songes bien trop de questions qui se bousculent une à une pour avoir des réponses. Assis là, à même le sol dans un état plutôt pitoyable, ton esprit vagabonde, se perd pour mieux revenir à la charge. T'essaye en vain de te concentrer sur une chose en particulier, mais t'es un peu paumé. Ses mots, sa voix, le pourquoi, le comment, l'hôpital... Non, tu ne veux pas aller là-bas, tu ne veux pas rester enfermé dans une chambre aux murs blancs aseptisés. T'as besoin de cette liberté, de cette impression tout du moins. De cette sensation que dans cette chambre, malgré la présence des autres, tu es chez toi. Stupide à bien y songer, mais c'est un des seuls points positifs de ton existence d'être capable de penser ainsi. N'est-ce pas, Issui ?

    Une voix.
    Douce.
    Autoritaire.


    Elle te parle encore et encore, ne cesse de te toucher ici et là pour te garder éveillé. Elle stimule tes réactions pour te garder conscient. Elle ne panique pas à en perdre la raison. Quelque part, sans même savoir de qui il s'agit, t'as une bonne opinion de cela pour changer. Ou bien est-ce la douleur, le sang, la perception floue de ce monde qui te rend plus calme, plus doux ? Tu ne sais guère et cette question n'a pas de place pour trouver une réponse au milieu des autres déjà bien trop pressentes.  Ne bouge pas qu'elle te dit, mais c'est plus fort que toi dans cet esprit borné sans limite qui t'appartiens. T'as ce besoin de bouger, d'être capable de te mouvoir comme pour te dire que t'es bien vivant, bien tangible, que tu n'es pas attaché... Stupide souvenir qui ne cesse de te hanter à chaque coin de rue, à chaque seconde que tu respires. Issui moins qu'un nécromancien, t'es qu'un simple humain. Un humain qui craint bien trop de choses en ce bas monde. Et en ce moment t'as peur, peur qu'elle prenne des décisions qui ne te conviennent pas, mais que tu ne peux nier dans ton état. Issui, tu détestes cette sensation de faiblesse qui te laisse entre les mains des autres. Pourtant...

    Un contact.
    Ferme.
    Incongru.

    Elle te soulève, te remet debout soudainement. T'écoutes vaguement pour te rendre compte que t'es réellement debout, tu rêves pas. Essayez de rester droit. Je reviens. Des mots qui sonnent agréable à tes oreilles, comme si tu comprenais ce qui est entrain de se passer. Tu restes debout, te tenant à cette falaise qui te soutien fermement et tes orbes la suivent sans relâche. Et t'es pas loin d'être content en la voyant revenir te demander ton adresse une seconde fois par la suite. Une moto, elle te ramène bien chez toi, Issui. Alors un faible sourire perle tes lippes.  « Agence Azazel, appartement Pucca. » simple et efficace, tu espères qu'elle sache où c'est, mais tu n'en doutes pas. Ta main se porte jusqu'à ton crâne, massant un peu cette boite crânienne qui te lance. T’espère avoir déjà des potions prête pour ce dont tu souffres actuellement, mais dans le chaos de ton esprit, tu ne sais plus très bien. « On peut y aller, ça va aller et ce n'est pas très loin d'ici il me semble ! » T'es sur de toi un instant, essayant de garder contenance pour ne pas lui faire changer d'avis. Tu bats des paupières frénétiquement pour rester dans cette réalité.

    Une main.
    Tendue.
    Certaine.


    « Je vais rester éveillé... je te le promet ! » t'aimerais dire merci probablement, mais t'es simplement pas capable de le faire maintenant. Peut-être que dans cet appartement tu le pourras, quand ton lit t’ouvrira les bras, quand tu retrouveras ton nouvel ami qui t'attends sagement. Peut-être bien, mais pour l'instant tu te contentes de faire un pas en avant, te dirigeant vers la moto pour partir d'ici, oublier tout cela, oublier ce que tu as vu pour sortir à ce point de ta route.
    Non, tu ne l'as pas vu, souviens-toi Issui.
    Tu n'as rien vu.



    codes par sapphire
    × Evolution :
    × Image : × Age de la mort : 24 Féminin
    × Age post-mortem : 68
    × Avatar : OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&pies
    × Pouvoir : Contrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirs
    × Croisée avec : Shirley ლ(´ڡ`ლ)
    × Logement : Viens me rendre visite petit coquin c:
    × Métier : Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux
    × Péripéties vécues : 1585
    × Øssements1066
    × Age IRL : 25 Féminin
    × Inscription : 21/12/2016
    × Présence : actuellement absent(e)
    × Surnom : le cockatiel
    × DCs : Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka

    Feuille de personnage
    × Degré d'amusement:
    100/100  (100/100)
    24Féminin68OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&piesContrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirsShirley ლ(´ڡ`ლ)Viens me rendre visite petit coquin c:Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux1585106625Féminin21/12/2016actuellement absent(e)le cockatiel Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
    avatar
    Forever Eulone ~
    http://www.peekaboo-rpg.com/t1218-ael-shankshttp://www.peekaboo-rpg.com/t1260-le-carnet-d-ael#22064
    24Féminin68OC/Fanarts - Kuvshinov Ilya / OC - Chickens&piesContrôle les émotions - Accède aux pensées et souvenirsShirley ლ(´ڡ`ლ)Viens me rendre visite petit coquin c:Mangemort - Thérapeute clandestin - Professeur d'arts martiaux1585106625Féminin21/12/2016actuellement absent(e)le cockatiel Eressëa Qorwyn, Sen Ashitaka
    Forever Eulone ~
    Terminé
    #6 le 05.01.17 4:47
    Elle était toujours devant lui, attendant sa réponse. L’homme était encore dans un sale état mais son visage semblait comme apaisé. Elle faisait bien de le ramener chez lui, cela se ressentait à travers son attitude et sa la réconforta dans son choix.
    Il lui sourit alors lui donnant par la même occasion son adresse. Ouf, elle savait où cela se trouvait et effectivement cela n’était pas si loin que ça. Dix minutes de moto suffiraient sans doute, un peu plus vu l’état de l’inconnu.
    Il semblait souffrir légèrement, sa main se baladant sur son crâne, tripotant son bandeau par la même occasion.

    - "Vous êtes sûr que ça va aller ?"

    Elle s’inquiétait tout de même pour lui. L’homme semblait résister de son mieux pour ne pas flancher mais il semblait tout de même assez faible. Elle n’était toujours par sur de son choix mais il vint alors le lui confirmer. Une promesse ? Étrangement elle avait confiance en lui. Alors oui sans doute que tout irait bien, sans doute qu’il pourrait rester éveillé le long du trajet. Il le fallait de toute façon.
    Elle regarda alors sa moto puis le blessé à ses cotés. Pouvait-il marcher jusqu’à elle ? Pouvait-il déjà tenir debout ? Elle n’en savait rien. Alors elle décida de l’aider à nouveau. Après tout, elle n’allait pas l’abandonner maintenant. Elle se rapprocha de lui et se mit à ses côtés. Elle passa son bras encore "valide" par dessus son épaule et l’attrapa par les reins. Elle sentit alors le poids du jeune homme sur son propre corps. Ça irait il n’était pas bien lourd et Ael était plutôt en forme ces derniers temps.

    - "Je vais vous aidez à atteindre la moto. Pouvez-vous essayer de marcher un peu ?"

    Elle ne lui laissa pas vraiment de temps pour répondre qu’elle était déjà en train d’avancer, doucement, pour qu’il puisse suivre. Elle sentait sa fébrilité mais elle sentait aussi qu’il ne lâcherait pas. Ils arrivèrent rapidement devant l’engin.

    - "Je vais devoir vous lâcher. Le mieux serait que vous vous asseyez derrière moi et que vous me teniez très fort tout le long du trajet. "

    C’était ce qui lui semblait le mieux. Elle n’était pas sur de pouvoir atteindre le guidon si elle l’avait eu placé devant elle. Alors une nouvelle fois elle l’aida à se redresser légèrement et à passer sa jambe de l’autre côté de sa Honda enfin de s’y asseoir dessus. Il ne l’avait pas lâché mais semblait tenir assez droit.

    - "Je sais que vous avez mal à la tête et je ne peux définitivement pas vous remettre un casque sur votre plaie. Je vais rouler doucement, essayez de ne pas trop bouger et de suivre mes mouvements."

    Elle monta alors sur sa moto faisant attention de ne pas trop le secouer. Elle mit son casque, ne voulant pas s’encombrer, en plus de lui, et vint chercher les mains du jeune homme juste derrière elle. Elle les plaça autour de sa taille les secouant légèrement pour lui faire comprendre de s’accrocher.

    - "Tenez vous bien surtout !" lui cria t-elle au travers de sa visière.

    Elle mit alors le contact et démarra. Elle regarda les débris de l’accident derrière elle. Elle appellerait les pompiers, dépanneurs et compagnie une fois l’inconnu soigné.
    Le trajet n’était pas long et le nécromancien ne la lâcha pas une seule fois. Le sentant parfois vaciller, elle klaxonnait alors et lui attrapait les mains pour l’aider à se ressaisir.  

    Ils arrivèrent enfin devant l’Agence Azazel. À ce moment là, elle s’empressa de descendre du véhicule afin de l’aider à en faire de même. Elle l’attrapa doucement par l’épaule et le fit glisser contre elle. Elle passa à nouveau sa main dans son dos afin de l’aider à tenir debout.

    - "Ça va aller ? Je vais vous raccompagner jusqu’à votre apparement. Indiquez-moi le chemin."

    Elle le fixa alors d’un regard doux remplie de tendresse. La seule chose qui l’importait à présent, c’était de le ramener sain et sauf jusqu’à sa chambre.
    Afficher toute la signature


    "Don't let anyone treat you badly because you're scared of losing them. Someone who comes in and out of your life isn't worth the stress. You are not a reflection of those who could not love you properly. You are a priority, not an option."
    Even the smallest person can change the course of the future.
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #7 le 06.01.17 15:40

    memories ; a melody so perfect...
    Tu ne peux compter que sur toi. Tu ne peux compter que sur toi. Tu ne peux compter que sur toi. Tu ne peux compter que sur toi. Tu ne peux compter que sur toi. Tu ne peux compter que sur toi. Tu ne peux compter que sur toi. Tu ne peux compter que sur toi. Tu ne peux compter que sur... toi.

    Cette voix.
    Inlassable.
    Routinière.


    Elle se répète à présent dans ton esprit. Cette phrase qui n'a de cesse d'avoir du sens dans ton existence. Elle se répète d'elle-même parfois, comme à cet instant, pour ne pas que tu puisses l'oublier, Issui. Parce qu'à cet instant, tu l'oublies. Tes orbes fixent cette jeune femme qui t'aide, qui te soutien, qui te traîne. Et cette voix tourne en rond dans les méandres de tes songes. Ne l'oublie jamais. Pourtant... tu fais abstraction d'elle à cet instant précis. Durant ce laps de temps où tu vacilles, où tu tombes, où tu trébuches, où t'es blessé, tu ne peux compter que sur elle au contraire. C'est stupide, c'est si humain à bien y songer. Tu n'es pas assez stupide pour te braquer alors que tu ne le sais que trop, appuyé contre cette falaise. Tu le sens, que ton corps tangues, que tes forces t'abandonnent à chaque mouvement. Il faut parfois se rendre à l'évidence. Parfois, oui parfois nous avons tellement besoin des autres. Et ça t'ennuie à ce moment quand tu l'entends et la vois revenir, mais tu n'as pas le choix. Alors tu cesses de penser, Issui. Pour une fois, tu arrêtes de réfléchir en vain et tu la suit, t'appuyant sur elle, essayant de marcher jusqu'à la bécane. Et en arrivant, tu grimpes derrière elle. « Je vais essayer de ne pas te déranger... » tu ne sais pas comment se passe une conduite à deux, ce que le conducteur peut ressentir, tu n'as jamais eu quelqu'un derrière toi. Cependant, tu feras attention. Il serait fâcheux d'avoir un nouvel accident. Tes mains s'enroulent autour d'elle, suivant ses mouvements, ses gestes et tu l'accroches aussi fermement que tu le peux encore.

    Le rugissement.
    Brutal.
    Rassurant.


    Tu rentres chez toi, Issui. Alors sans casque, simplement accroché à elle, tu fixes cette route et parfois ton regard s'y perd, ton attention s'envole. T'as tellement mal au crâne et t'as tellement envie de dormir aussi. Cette route qui défile si paisiblement, elle te donne envie de dormir. Mais le klaxon résonne, tu dévies trop. Concentre-toi. T'inspires. T'expires et tu te tiens jusqu'à voir l'agence dans ton champ de vision. Alors vous vous arrêtez, elle t'aide à descendre et te tiens toujours. Jusqu'au bout, elle va t'accompagner. Et quelque part t'as cet étrange sentiment. Comme quand un gamin trouve une main qui se tend enfin dans sa direction. Tellement stupide que t'en souris presque sur l'instant. « On va à l’ascenseur, ça me semble le plus... logique, même s'il peut nous jouer des tours... » d'ordinaire tu préfères prendre la cage d'escalier pour t'éviter les autres, mais là... dans ton état fébrile, tu ne peux guère monter plus de trois marches à ton humble avis. Lentement tu te diriges jusqu'à lui, l'emmenant avec toi.

    Ton appartement n'est plus loin alors que les portes de l'ascenseur se ferment enfin.
    Bientôt tu arriveras à destination.
    Il te faudra encore un effort cependant.
    Ne t'endors pas sans avoir pris une potion.



    codes par sapphire
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires