Terminé #1 le 21.12.16 6:38

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 32
× Appartement : Lascaux
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 4133
× Øssements 540
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 15/12/2016
× Présence : complète
× Surnom : le perroquet
× DCs : Ayaki Kobayashi
★ MISS MOMIE 2017 ★
http://www.peekaboo-rpg.com/t1201-shirley-dumais http://www.peekaboo-rpg.com/t1208-shirley-relationships

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/15  (100/15)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 32
× Appartement : Lascaux
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 4133
× Øssements 540
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 15/12/2016
× Présence : complète
× Surnom : le perroquet
× DCs : Ayaki Kobayashi
★ MISS MOMIE 2017 ★


Le duo quitta la salle d’attente et se dirigea vers les niveaux des appartements. Pendant le trajet, le nouvel arrivant avait remercié sans cesse Shirley qui se contentait de lui répondre chaque fois que c’était tout naturel. Ils n’avaient pas spécialement discuté. Entretenir une discussion avec un pur inconnu était plutôt compliqué. Par peur de faire une bêtise, la brune avait préféré se taire. Le silence l’avait quelque peu gênée.

Ils arrivèrent dans les couloirs des niveaux -2, -3 et -4. Même si elle n’avait pas vraiment visité les autres appartements, elle était persuadée de pouvoir s’orienter dans les couloirs et trouver le logement où était assigné son compagnon. Après tout, ne vivait-elle pas ici depuis deux ans? Les lieux étaient profondément ancrés dans sa mémoire, elle connaissait ces niveaux comme sa poche. Du moins, l’étage sur lequel elle vivait.

Appartement Michalak… Michalak… disait-elle pour elle-même en regardant les portes. Hmm…

L'accompagnatrice improvisée comprit bien vite qu’elle ne trouverait pas cet appartement aussi facilement qu'elle le croyait. Un peu orgueilleuse, elle n’osait pas l’avouer. De quoi aurait-elle l’air? Elle s’était proposée comme guide, mais Michalak n’était pas près de Lascaux apparemment. Shirley ne serait pas d’une aide très précieuse, même si elle lui avait évité les couloirs labyrinthiques du niveau -1. Il devait bien y avoir une carte indiquant les différents appartements quelque part…

Elle s’arrêta un peu puis soupira un peu avant de jeter un œil à son comparse. La jeune femme réalisa aussitôt qu’elle ne lui avait pas demandé son nom. Elle se doutait qu’une fois qu’il saurait où son appartement se trouve et qu’il connaîtrait un peu mieux les lieux, ils ne se reverraient sans doute plus. Ils n’auraient aucune raison de se revoir. C’était une information plutôt inutile, mais il s’agissait d’une simple question de politesse.

Comment tu t’appelles? demanda-t-elle moins timidement que tout à l’heure, un peu habituée à sa présence. Moi c’est Shirley.

La brune profita de ce temps d’arrêt pour scruter attentivement le couloir à la recherche de ce foutu appartement Michalak. Si elle pouvait éviter de se taper la honte, c’était préférable…
Invité

Terminé #2 le 21.12.16 7:42

avatar
Invité

 
 

 

 
 




  Visite guidée foireuse.featuring Shirley Dumais.

 

 

  Ma sauveuse, si modeste, trouvait ça normal de m'aider. Ahlala quelle bonté! Au programme, pour commencer, petite visite des lieux! Me redressant doucement en m'inclinant devant elle, je l'écoutais attentivement....

" Non, c’est rien, vraiment, ne t'en fais pas! Je vais te montrer un peu les niveaux importants de l’agence. Comme ça, tu sauras un peu où tu habites maintenant. Tu sais à quel appartement tu as été assigné? Je vais t’emmener au niveau où il se trouve. "

Mon dieu, j'allais visiter les lieux avec un ange! Si ça c'est pas la classe... Glissant ma main dans ma veste pour venir saisir la paperasse que j'avais récupéré tout à l'heure, je parcourai les lignes en plissant doucement les yeux. Ah, le voila enfin... Fourrant à nouveau les documents dans ma poche intérieure, je relevais un regard charmeur vers la demoiselle.

" Appartement Michalak, Mademoiselle! "

Elle quitta cette salle austère pour se glisser dans un monde nouveau pour moi. Lui emboîtant le pas, je déposais mon regard partout, un immense sourire sur le visage. J'alternais entre flâneries, guettant les environs, et petit trot, accélerant mes pas pour ne pas perdre mon ange. Je ressemblais à un gosse, fraîchement débarqué dans son nouveau lycée, et qui a été pris sous l'aile d'un de ces jeunes populaires. Parmi mes égarements, j'enchaînais les remerciements à l'encontre de ma "Princesse Charmante". Nous traversions les couloirs, immenses. Bon dieu, c'est qu'elle avait de l'orientation!

" Appartement Michalak... Michalak... Hmm... "

Un écrit indiquait que nous étions dans les couloirs des niveaux -2, -3, -4. Elle ne m'avait pas emmené au niveau -1, directement à mon appartement. Et elle faisait mine de chercher. C'était tellement délicat de sa part que de chercher à me ménager. Sa bouille, semblant chercher sans savoir où nous étions était si adorable. Elle ne voulait pas paraître arrogante et faisait mine de chercher avec moi. J'étirais un large sourire en la détaillant de plus belle. Elle finit par ralentir le pas avant de s'arrêter, soupirant, avant de se tourner vers moi. Je maintenais mon sourire, rentrant dans son jeu. Un vrai ange...

" Comment tu t'appelles? Moi c'est Shirley. "

Oh. My. Godness. Shirley? C'était juste craquant. Ca sonnait très anglais. Ou p'tetre américain. Elle ne s'était même pas moqué de mon anglais ni de mon accent. Quelle classe cette nana, quelle classe... Me stoppant près d'elle, j'esquissais un regard charmeur, et un sourire, que j'espèrais l'être tout autant, sans pour autant faire "beauf".

" Shirley, quel prénom magnifique... Ca ne m'étonne pas, tu l'es tout autant... Moi c'est Tsume. Ravi de te connaître, Shirley... "

Elle avait lancé la discussion. Maintenant, c'était soit je me taisais, et je laissais filer la chance qu'elle m'offrait. Soit j'engager la suite...

Respire, respire. Et fonce. Vas-y, t'es un homme! Sois classe, gentleman... Fais l'beau gosse, mais pas trop, faut pas qu'elle pense que t'es un gros lourd. Elle s'est pas arrêtée pour rien mec, elle te tend une perche là! Grouille toi de sortir un truc avant qu'elle te balance devant ton appartement en un claquement de doigts!

Tendant mon bras pour déposer ma main sur le mur, je prenais appui sur ce dernier, De ma main libre, je balayais ma tignasse grisâtre vers l'arrière, dévoilant mes pupilles pour les plonger dans celles de Shirley. Je tentais d'être crédible. De paraître sûr de moi. D'être un homme.

" Et sinon Shirley... Ca fait longtemps que tu es un ange? Je veux dire... Tu l'es devenue dès ton arrivée ici? J'imagine qu'on ne peut pas passer à côté d'une fille comme toi sans céder à ton charme... "

Je souriais de plus belle, un sourire sincère. Mon regard toujours niché dans le sien, j'avais tenté de prononcer avec le meilleur accent possible son nom. Mais les "r" et moi... Espèrons que les exigences de la demoiselle ne soient pas à la hauteur de sa beauté...




 

  © Jawilsia sur Never Utopia
 

 

Terminé #3 le 21.12.16 8:40

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 32
× Appartement : Lascaux
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 4133
× Øssements 540
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 15/12/2016
× Présence : complète
× Surnom : le perroquet
× DCs : Ayaki Kobayashi
★ MISS MOMIE 2017 ★
http://www.peekaboo-rpg.com/t1201-shirley-dumais http://www.peekaboo-rpg.com/t1208-shirley-relationships

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/15  (100/15)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 32
× Appartement : Lascaux
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 4133
× Øssements 540
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 15/12/2016
× Présence : complète
× Surnom : le perroquet
× DCs : Ayaki Kobayashi
★ MISS MOMIE 2017 ★
L’homme aux cheveux longs s’était arrêté. Un sourire que Shirley n’arrivait pas à démystifier apparut sur ses lèvres. Il semblait y avoir une intention derrière. Était-ce un sourire charmeur? Non, sûrement pas, pensa Shirley. Il est juste gentil.

Shirley, quel prénom magnifique... Ca ne m'étonne pas, tu l'es tout autant... Moi c'est Tsume. Ravi de te connaître, Shirley...

En entendant la prononciation de son prénom, la jeune femme ne put s’empêcher de sourire. Un nom à connotation aussi anglaise était difficile à prononcer pour un Japonais. Elle avait l'habitude d'entendre son prénom se faire amocher dans les bouches nippones, mais ça la faisait sourire chaque fois. Ça lui rappelait un peu son ex, quoique son accent s’était grandement affaibli avec le temps : à Montréal, il était contraint de parler français et anglais tous les jours. D’ailleurs, qu’est-ce qu’il était devenu aujourd’hui, celui-là…? Il ne devait pas avoir beaucoup changé.

Shirley était convaincue que cette façon si mielleuse qu’avait Tsume de s’adresser à elle n’était ni du flirt, ni une plaisanterie de mauvais goût. Il ne faisait qu’être sympathique avec elle! C’était le minimum, elle l’aidait tout de même à s’orienter dans l’Agence Azazel. Ainsi, ses compliments ne la mettaient presque plus mal à l’aise.

Enchantée aussi, Tsume, répondit-elle simplement sans perdre son sourire amusé.

Il s’appuya ensuite contre le mur et balaya ses cheveux vers l’arrière d’un geste presque gracieux. Il plongea son beau regard émeraude dans celui de Shirley. Son attitude avait légèrement changé. Il semblait sûr de lui-même. Elle l’écouta parler sans s’interroger sur son allure désormais confiante.

Et sinon Shirley... Ca fait longtemps que tu es un ange? Je veux dire... Tu l'es devenue dès ton arrivée ici? J'imagine qu'on ne peut pas passer à côté d'une fille comme toi sans céder à ton charme...

Sans comprendre, Shirley arqua légèrement le sourcil. Un ange? Elle? Ah oui, elle ne l’avait pas corrigé tout à l’heure, c’était sa faute à elle… Mais alors, qu’est-ce que c’était, cette histoire de charme? Sans trop y croire, elle commença doucement à douter que les illusions qu’elle s’était créée ne correspondaient pas tout à fait à la réalité. Il y avait un sourire très sincère aux commissures des lèvres de Tsume. Il blaguait, non? … Elle eut envie de se taper le front. Bien sûr qu’il blaguait. Ou il continuait d’être gentil, tout simplement. Shirley se trouvait bien stupide d’avoir pu croire le contraire pendant l’espace d’une seconde.

Euh… Je ne suis pas un ange, je suis un Lémure. Un simple fantôme, tout ce qui a de plus banal ici. Comme toi, j’imagine…?

Petit moment d’hésitation de sa part. Elle décida de plaisanter avec lui.

Et c’est quoi cette histoire de charme? fit-elle sur le ton de la plaisanterie. Ça va, toi aussi t’es pas mal. Je ne suis pas venue te parler sans raison non plus.

Elle agrémenta la remarque d’un clin d’œil avant de rire. Ah, si ça se trouvait, elle était en train de se faire un ami!
Invité

Terminé #4 le 22.12.16 5:36

avatar
Invité









Le regard toujours encré dans celui de Shirley, je ne pu que voir son sourire, empli d'amusement. Ma prononciation était donc si pitoyable au point d'en être risible. Eh bien... Au moins j'aurai le temps d'apprendre ici. Mais dès lors que je cessais de parler, patientant pour sa réponse, je vis l'un de ses sourcils se hausser. J'avais dis une bêtise?

" Euh… Je ne suis pas un ange, je suis un Lémure. Un simple fantôme, tout ce qui a de plus banal ici. Comme toi, j’imagine…? "

Ce n'était pas un ange? Un Lémure... Ah oui, c'était le "groupe" auquel j'avais été associé en remplissant la paperasse. Un simple fantôme donc... J'en regretterai presque de ne jamais avoir visité l'Europe ou l'Amérique. J'ai du en louper, des beautés... Mais sans avoir le temps, une fois de plus, de réflechir plus, la demoiselle enchaîna.

" Et c’est quoi cette histoire de charme? fit-elle sur le ton de la plaisanterie. Ça va, toi aussi t’es pas mal. Je ne suis pas venue te parler sans raison non plus. "

Le tout suivi d'un clin d'oeil et d'un rire charmeur. Je pris une grande inspiration, passant doucement mon index sous mon nez.... C'était bon, je ne saignais pas. Bon dieu. Une beauté pareille rentrait dans mon jeu, si aisément... Et me renvoyait l'ascenseur. Bordel... Et elle serait venue me parler dans ce but? Mon dieu, c'était trop pour moi. Je sentais déjà la chaleur envahir mes joues. Reprenant un appui correct contre le mur, lâchant un petit rire narquois, je lui souriais de plus belle.

Vas-y Tsume, attaque! Elle est canon, envoie du rêve, et elle te rentre dedans! Elle vient de le dire, elle est venue pour toi. Et pas sans raison, huhuhu... Vous êtes seuls dans un couloir, fonce! Après tout, se faire plaisir dans l'au-delà, ce sera l'occasion de visiter le septième ciel en bonne compagnie...

Me redressant légèrement pour me rapprocher de Shirley, je réduisais doucement mon sourire, me voulant de plus en plus charmeur, jouant par le biais de nos regards croisés. Je laissais ma main glisser sur le mur pour venir au plus près d'elle. La surplombant légèrement, je me penchais quelques peu. Mes mèches retombèrent en cascades, comme un rideau pour nous isoler du monde. Je rapprochais mon visage du sien, soufflant un air chaud sur sa peau délicate. Je m'apprêtais à m'approcher un peu plus lorsque...

Woo, woo, woo. Attends un instant. Qu'est c'qu'on est en train de faire. T'es tombé sur l'innocence incarnée et tu penses à t'la faire? Bon okay elle a dit qu'elle semblait partante. Okay t'as apparemment atteri ici pour profiter à fond. Mais sérieux, on va pas oublier nos manières... Gentleman avant tout, nah? Même de notre vivant, y'avait toujours une phase "séduction" avec les minettes. Les seules qui avaient le droit à un sort aussi expéditif, c'était les filles faciles qui ne demandaient que ça. On va pas changer maintenant, on a une réputation à tenir!

Mon regard charmeur se transforma en un mélange de désolation et de compassion. Passant doucement le revers de ma main sur la chevelure de la demoiselle, je me reculais doucement. Je restais proche d'elle, droit. Glissant mes mains dans les poches de mon pantalon, je lui adressais un sourire tendre et sincère.

" Ecoute je... Je suis honoré de ce que tu me dis. Et je tiens à m'excuser, Shirley. Je t'estime beaucoup. Mais je ne veux pas être un goujat avec toi, tu mérites mieux. "

Je ne pouvais pas, même si j'en mourrais d'envie, entammer quoi que ce soit avec cette demoiselle. Du moins, pas quelque chose de ce style. Elle qui semblait si douce, délicate, et innocente... J'avais presque envie de la protéger, de la prendre dans mes bras et de consoler toutes ses peines. Lui souriant toujours, je venais déposer mon regard sur les bandages ornant son visage.

" C'est sûrement intrusif, malpoli et indiscret de ma part... Mais pourquoi porter des bandages sur ce doux visage? Si tu ne souhaites pas en parler je comprendrais parfaitement! Et si tu acceptes de me répondre, je répondrai à ce que tu veux en échange! "

J'espèrais surtout ne pas la vexer, ou engager un sujet sensible qui la brusquerait. Ca, ce serait expéditif. Et je me retrouverai seul, sans appartement, comme un con dans le couloir. Espérons qu'elle prenne bien les choses...



© Jawilsia sur Never Utopia

Terminé #5 le 22.12.16 11:12

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 32
× Appartement : Lascaux
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 4133
× Øssements 540
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 15/12/2016
× Présence : complète
× Surnom : le perroquet
× DCs : Ayaki Kobayashi
★ MISS MOMIE 2017 ★
http://www.peekaboo-rpg.com/t1201-shirley-dumais http://www.peekaboo-rpg.com/t1208-shirley-relationships

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/15  (100/15)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 32
× Appartement : Lascaux
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 4133
× Øssements 540
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 15/12/2016
× Présence : complète
× Surnom : le perroquet
× DCs : Ayaki Kobayashi
★ MISS MOMIE 2017 ★
La blague de Shirley eut l’effet escompté : Tsume ricanait doucement. Il était toujours tout sourire, comme si ses soucis s’étaient envolés depuis l’arrivée de la brunette. Ironiquement, le jeune homme était plein de vie et ne ressemblait plus à cette pauvre petite chose inquiète réfugiée dans un coin que Shirley avait aidée tout à l’heure. Savoir qu’à elle seule elle avait pu l’aider à lui faire oublier un peu sa mort lui faisait chaud au cœur. Entre fantômes, il fallait bien se serrer les coudes. Ils avaient tous deux vécus cette terrible transition… La jeune femme comprenait sa détresse et ne pouvait rester indifférente face à celle-ci.

Soudain, Tsume s'approcha doucement de la femme qui croyait encore qu’il s’agissait d’un vulgaire jeu. Le sourire du Japonais s’éclipsait pour laisser place à une expression séductrice, voire désireuse. Celui-ci instaurait tranquillement une proximité entre eux. Il s’arrêta tout près de Shirley. Un peu désarmée, la demoiselle resta complètement immobile. Son souffle se coupa net et ses joues s’enflammèrent. Cette proximité incongrue et gênante la troublait. Les regards presque ardents qu’ils s’échangeaient la chambardaient. Il était penché vers la jeune femme, elle pouvait sentir ses longs cheveux argentés caresser tendrement sa joue. Ils étaient si près, si près qu’elle pouvait sentir le souffle de l’homme sur sa peau. Shirley soutenait difficilement ce regard ravageur posé sur elle. Ce n’est pas du jeu. Son regard descendit et se se posa sur ses lèvres, comme si elle espérait quelque chose. Tsume s'approcha à nouveau. Salope. Tu as joué les tentatrices malgré toi? Un faible soupir franchit ses lèvres impatientes. Tu veux qu’il te baise, c’est ça? Non? Alors pourquoi tu prends cet air séduit? Tu mérites de crever à nouveau. Salope. La jeune femme planta à nouveau son regard dans celui de Tsume. Elle lui adressait des yeux presque suppliants. Salope, tu vas brûler en enfer. Ils restèrent ainsi encore un peu, presque comme s’il la taquinait, comme s’il voulait se faire désirer, puis son expression se transforma. Il recula. Elle en fit de même. Shirley réprima une légère frustration et reporta son regard ailleurs. Que vient-il de se passer…? Rien. Non, c’était rien. On oublie tout. Elle bâillonna rapidement ces questionnements stupides qui naissaient déjà à une vitesse folle dans son esprit.

Ecoute je... Je suis honoré de ce que tu me dis. Et je tiens à m'excuser, Shirley. Je t'estime beaucoup. Mais je ne veux pas être un goujat avec toi, tu mérites mieux.

Son interlocutrice se contenta de croiser les bras et d’hausser les épaules, complètement désintéressée à poursuivre la conversation. Ce n’était pas de l’attirance. Bien sûr que non… La présence des hommes la réconfortait, c’est tout. Les beaux yeux en amandes la faisaient craquer depuis toujours, mais ce n’était pas pour autant que la jeune femme se jetterait dans les bras d'un pur inconnu.

C’est bon, laisse, fit-elle brusquemment, presque froide. C’est rien. Je ne vois pas de quoi tu parles.

Shirley promena à nouveau son regard sur les portes à la recherche de Michalak. Pas qu’elle avait envie de l’abandonner devant son nouveau chez lui pour fuir une situation embarrassante, évidemment…! Tout était très clair. Rien n’était ambigu entre eux. Shirley n’était pas attirée par Tsume et lui n’était pas attiré par elle. Point final. Elle l'avait décidé toute seule... Malgré tout, il ne fallait pas perdre son temps pour de telles choses. Shirley s’était désignée guide et elle devait accomplir sa tâche…

La Montréalaise observait discrètement son comparse, comme pour le sonder. Et lui, comment il prenait tout ça? Il était celui qui avait initié ce… rapprochement. Inconsciemment, elle voulait connaître les raisons qui l’avaient poussé à faire ça. Les VRAIES raisons.

C'est sûrement intrusif, malpoli et indiscret de ma part... commença-t-il alors que la brune commençait à appréhender la fameuse question. Mais pourquoi porter des bandages sur ce doux visage? Si tu ne souhaites pas en parler je comprendrais parfaitement! Et si tu acceptes de me répondre, je répondrai à ce que tu veux en échange!

L’inévitable s'était produit, il lui avait demandé pourquoi elle dissimulait une partie de son visage sous des bandages. L'homme à la tignasse grise lui avait laissé choix de refuser, mais la demoiselle n’en avait pas le courage. Embarrassée, Shirley resserra un peu ses bras croisés contre elle en cherchant quelque chose à lui répondre. Celle-ci n’avait pas envie d’évoquer l’accident. Il était préférable de ne pas en parler et ainsi éviter les terribles souvenirs qui en découlaient. L’idée de mentir lui traversa l’esprit, mais elle la chassa rapidement. Ce n’était pas très gentil…

Disons que je suis « un peu » dévisagée. J’aime mieux cacher ça…

Et maintenant qu'il avait eu sa réponse, elle pouvait lui demander ce qu’elle voulait! Son regard intrigué se posa une deuxième fois sur la mince cicatrice décorant le visage de son interlocuteur. Avait-elle vraiment l’audace de lui demander l'origine de cette marque? Sans doute pas… Shirley s'avança vers Tsume et lui attrapa doucement le bras pour l’inciter à la suivre.

Je trouverai quelque chose plus tard à te demander une autre fois… Rien ne me vient à l’esprit pour le moment. Et de toute façon, il faut trouver ton appartement, Tsume.

Dans un coin de sa mémoire, Shirley y grava qu’elle pouvait lui poser n’importe quelle question et qu’il serait contraint de lui répondre, quoi qu’il arrive.

Ah, si jamais… Tu as besoin d’aide et que tu ne sais pas vers qui te tourner… Je vis juste ici, dit-elle en désignant une porte du doigt. Appartements Lascaux. J’y suis souvent, je ne sors pas beaucoup… Donc n’hésite pas.

Elle reprit son chemin en continuant de scruter les portes.

Michalak… Michalak… marmonnait-elle pour elle-même. Michalak…
Invité

Terminé #6 le 22.12.16 15:12

avatar
Invité








Décidemment, j'étais vraiment un abruti fini. Une erreur, et une seconde. Les bras de Shirley vinrent se croiser sévèrement, alors qu'elle soulevait doucement ses épaules, semblant presque éviter mon regard. Elle se fichait soudainement de ce qui se déroulait.

" C’est bon, laisse, fit-elle brusquemment, presque froide. C’est rien. Je ne vois pas de quoi tu parles. "

Ouch. Tu la sens la lame froide, presque glacée, du désintérêt le plus complet qui vient de traverser ton coeur brutalemment? Son regard guettait le couloir. J'avais perdu tout son intérêt en quelques paroles. J'avais fait fort je dois dire... Son regard revint enfin vers moi, comme pénétrant mon âme pour la juger... Je n'ose imaginer l'image dégradée qu'elle doit avoir de moi.

" Disons que je suis « un peu » dévisagée. J’aime mieux cacher ça… "

Owh, une cicatrice! Moi qui adore ça... Mais vu comme ses bras se resserraient, ils ne fallait peut-être pas tenter le diable... Et vu comme je venais de stopper ce que j'avais entrepris, mieux valait ne pas raviver de flamme en moi. Shirley fit quelques pas vers moi, agrippant avec délicatesse mon bras avant de reprendre la route. Et voila, c'était fini. Le moment qu'elle t'avait accordé s'achevait. Par ta faute. Abruti.

" Je trouverai quelque chose plus tard à te demander une autre fois… Rien ne me vient à l’esprit pour le moment. Et de toute façon, il faut trouver ton appartement, Tsume. Ah, si jamais… Tu as besoin d’aide et que tu ne sais pas vers qui te tourner… Je vis juste ici. J’y suis souvent, je ne sors pas beaucoup… Donc n’hésite pas. "

Ca sentait tellement le "En fait j'm'en fous de toi. Bref, j'vais te balancer chez toi. En ultime choix, je suis là. Hein. Mais si vraiment tu sais pas vers qui te tourner. Et parce que je suis bien éduquée. Allez maintenant ça vire, grouille toi.". D'une manière elle avait raison. Je l'avais amorcée sur une voie séductrice, et quand elle m'y suivait je me déchargeait de toute responsabilité. En bon salaud.

La scène se déroulait au ralenti sous mes yeux alors que les pensées se chamboulaient dans mon esprit. Son bras maintenait délicatement le mien, et elle ouvrait la marche pour m'ammener à mon appartement alors que je suivais docilement. Je relevais le regard, cherchant à capter son visage.

Rattrape les choses. Rapidement. Sinon ce sera peut-être la dernière fois que tu la vois. Et tu laisseras un coeur innocent meurtri par ton attitude de gros con. Montre lui. Montre lui qu'elle est magnifique. Montre lui que tu ne veux pas la blesser. Montre lui bordel...

Un coup d'oeil rapide. Nous étions seuls. Sa main harponnait mon bras. En un instant, je déposais ma main sur son bras, me stoppant pour l'attirer contre moi. Orientant ma hanche, puis tout mon corps sur la gauche, je pivotais avec la demoiselle contre moi. Je venais l'emprisonner, dos au mur, et face à moi. Mon regard était encré dans le sien. Bien plus provocant, bien plus déterminé et charmeur que lors de notre premier rapprochement. Ma main empoignant son bras vint se hisser pour bloquer ce dernier contre le mur, au dessus de la demoiselle, veillant à la surplomber.

De sa main libre, je vint ballader ses doigts au creux du cou de Shirley. Effleurant sa peau en douceur, je remontais mes caresses vers sa joue, dissimulée par les bandages. Mes doigts défilaient doucement sur la chair de la demoiselle, glissant vers ses lèvres avant de retomber vers son cou, pour s'aventurer dans sa nuque. La saisissant doucement, je décidais de rapprocher délicatement mon corps de la jeune femme, me collant à elle. Mon regard la transperçait toujours, et cette dernière pouvait sentir ma respiration, calme, alors que mon coeur battait la chamade.

Je me rapprochais, comme quelques minutes auparavant, tel un prédateur approchant la carotide de sa proie. Je la maintenais contre le mur, veillant à ne pas lui faire mal, mais à la contenir. Je tentais d'être rassurant, et non agressif. Une fois assez proche d'elle, j'entrouvrais doucement mes lèvres. D'une voix suave mais délicate, je venais lui murmurer à l'oreille...

" Tu es magnifique, Shirley... "

Reculant légèrement pour cerner parfaitement son visage, mon regard dériva doucement sur ses lèvres. Peu de temps. Juste assez pour plonger à nouveau dans son regard, un léger sourire sur les lèvres. Je m'approchais, jusqu'à ce que mes mèches touchent sa peau. Et délicatement, du bout des lèvres, je venais effleurer les siennes, dans un baiser tendre et innocent. Nos lèvres se touchèrent à peine, juste l'espace d'un contact...

Lui souriant tendrement, je maintenais mon regard dans le sien. Et profitant de ma main glissée dans sa nuque, je pris les devant. Me rapprochant tout en l'attirant à moi, je scellais nos lèvres dans un baiser plus intense, et bien plus fougueux. Le prolongeant avec passion, ma main remontant dans sa chevelure, je desserrais l'étreinte de ma main sur son bras, pour venir mêler mes doigts aux siens, doucement. Dévorant ses délicates lèvres, je lui volais ce baiser non sans une certaine férocité. Et pourtant, je le prolongeais avec tendresse, presque amoureusement.

Maintenant mes lèvres quelques instants contre les siens, je délivrais un ultime baiser, du bout des lèvres. Ma main gauche s'ôta doucement de sa chevelure pour effleurer sa nuque et son cou, avant de se retirer complétement. Ma main droite défit son emprise de la sienne, gardant cependant mes doigts mêlés au siens. Je reculais d'un pas, histoire de lui laisser un peu d'air... Mon regard toujours plongé dans le sien, je pris une grande inspiration. Et intérieurement, je me préparais à recevoir la lourde gifle qu'elle devait me réserver...




© Jawilsia sur Never Utopia

Terminé #7 le 23.12.16 5:39

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 32
× Appartement : Lascaux
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 4133
× Øssements 540
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 15/12/2016
× Présence : complète
× Surnom : le perroquet
× DCs : Ayaki Kobayashi
★ MISS MOMIE 2017 ★
http://www.peekaboo-rpg.com/t1201-shirley-dumais http://www.peekaboo-rpg.com/t1208-shirley-relationships

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/15  (100/15)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 32
× Appartement : Lascaux
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 4133
× Øssements 540
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 15/12/2016
× Présence : complète
× Surnom : le perroquet
× DCs : Ayaki Kobayashi
★ MISS MOMIE 2017 ★
Voyant que Tsume lui emboîtait le pas, Shirley s’apprêtait à le lâcher et s’éloigner un peu. Néanmoins, son compagnon avait une tout autre idée en tête. Le Japonais s’arrêta et l’attira vers lui. La jeune femme se retrouva dos contre le mur. Il lui bloquait le passage. Il ne lui laissait pas d’issue. Qu’est-ce qu’il fait encore..? pensait-elle alors que son souffle se coupait à nouveau et que ses joues rosissaient. Le regard de l’asiatique avait changé. Déterminé et charmeur, elle devina bien vite qu’il ne lâcherait pas l'affaire à nouveau. Veillant à ne pas se laisser ensorceler une seconde fois par ses yeux d’un vert captivant, elle tourna légèrement la tête. Shirley chercha à le repousser délicatement, mais il arrêta son geste et immobilisa son bras contre le mur. Ça n’allait pas comme la demoiselle le voulait, et ça l’énervait. Elle tenta de se défaire de son emprise un peu mollement…

Il faut chercher l’appartement… J’ai des choses à faire après… marmonna-t-elle d’une voix inaudible.

Au creux de son cou, les doigts de Tsume effleuraient sa peau tiède. Chatouilleuse, elle frémit doucement alors que les caresses remontaient tendrement vers son visage. Shirley planta finalement son regard dans le sien, incapable de tenir plus longtemps. D’un regard qui manquait un peu de conviction, la femme lui demanda de la libérer. Mais la lueur qui brillait dans les yeux de l’homme était inchangée, comme s’il l’avait percée à jour. Il continuait de la dévisager avec cet air séducteur, il continuait de l’ensorceler, de la piéger… Sa main caressait désormais la nuque de sa proie. En usant toujours de la même délicatesse, il la saisit et s’approcha jusqu’à ce que son corps soit collé contre le sien. Shirley sentit les cheveux de Tsume effleurer son visage. À nouveau, cette proximité l’obsédait, l’enivrait, la faisait chanceler… Et pourtant, lui, restait imperturbable. Mais quelle salope tu fais, regarde toi! Tu t’emballes autant pour de simples baisers? La demoiselle pouvait sentir sa respiration régulière et détendue sur sa joue. Le Japonais rapprocha dangereusement son visage. Il glissa un murmure doux, agréable à son oreille.

Tu es magnifique, Shirley...

L’homme se recula pour mieux détailler ses traits. Le compliment avait achevé celle à qui il était destiné. Elle n'était plus du tout énervée. Rouge pivoine, la pauvre contemplait le sol sans cesser de se traiter de salope intérieurement. Soudain, les lèvres de Tsume effleurèrent brièvement et chastement les siennes, comme pour se faire désirer. Il lui adressa un sourire affectueux. Shirley attendait fébrilement ce baiser tant attendu qu’il lui promettait puis lui refusait.

La bouche de Tsume chercha finalement celle de sa comparse qui obtenait enfin ce qu’elle désirait. Son emprise se défit petit à petit et sa main attrapa celle de la jeune femme. L’autre main remontait dans sa chevelure, desserrant légèrement le nœud qui maintenait en place les bandages. Trop absorbée par ce moment de tendresse, Shirley n’y portait pas attention. Pressée contre lui, elle lui rendait chacun de ses doux baisers qu’il prolongeait délicieusement. Puis, avant même qu’elle puisse en profiter pleinement, il s’écarta. Il était planté là et l'observait. Les bandelettes de tissus s’étaient affaissées et ne couvraient plus beaucoup cette cicatrice immense qu’elle s’obstinait à dissimuler.

Ça veut rien dire… pensa-t-elle en adressant un regard un peu troublé à Tsume. C'est peut-être juste un peu d'attirance, mais ça arrive parfois... Et maintenant, elle s’inquiétait. Un baiser, c’était bien peu, mais lorsqu’échangé avec un inconnu, il était plus compliqué d’éviter l’étiquette de fille facile. Elle avait été docile et s'était gentiment laissée faire... Mais c'est LUI, il m'a forcée... C'est lui le problème. Pas moi. Mais comme j'étais niaise, comme j'étais ridicule... J'ai honte.

J'espère que tu ne fais pas ça à toutes les filles que tu croises, lâcha Shirley après une longue hésitation. Tu vas t'attirer des problèmes... Je n'irai pas répéter que tu m'as coincée comme ça. C'est de ma faute, je n'aurais pas dû dire ça tout à l'heure. Mais d'autres pourraient le faire.

Ses yeux se posèrent à nouveau sur ses lèvres, mais elle s'empressa de regarder ailleurs. Il y avait bien longtemps qu’on ne l’avait pas embrassée aussi tendrement. Depuis son arrivée dans le monde des morts, elle effrayait la gente masculine et c’était un peu réciproque. Généralement, Shirley évitait les hommes comme la peste. À moins qu'ils aient besoin d'elle. C’était le sexe à qui il fallait plaire… Et elle savait qu’elle n’y arriverait plus jamais avec ces bandages qui lui donnaient des airs de momie. Cette poitrine trop petite à son goût et ses hanches ridiculement trop étroites ne lui facilitaient pas la tâche non plus. Du moins, c'était ainsi qu'elle se percevait. De plus, il était hors de question qu’elle se remette à repasser soigneusement les chemises d’un homme pendant que ce dernier s’amuserait à fricoter avec ses belles et voluptueuses collègues de travail… Elle ne se revoyait plus vivre ainsi. La vie à deux n’était plus pour elle. Elle avait ses colocataires et ça lui suffisait amplement.

Elle essaya de le repousser avec douceur. Dans son mouvement, les bandelettes glissèrent, dévoilant un peu plus l'hideuse balafre qui lui barrait le côté gauche du visage. Son œil gauche perçut la lumière, puis elle comprit bien vite que les bandages n’étaient plus à leur place. La brune baissa la tête et essaya tant bien que mal de réajuster les pansements en s’efforçant de ne pas avoir l’air embarrassée et garder la face après cet incident...

Hum… Michalak est par là-bas. Descends un étage et tu y es.

Shirley avait menti, évidemment. Celle-ci voulait simplement se débarrasser de Tsume... L'intérêt qu'il lui avait porté, même s'il l'avait poussé à l'emprisonner entre lui et le mur devait s'être dissipé à la vue de la cicatrice.
Invité

Terminé #8 le 23.12.16 6:35

avatar
Invité








Ma mâchoire se serrait pour recevoir tous les coups et insultes qu'elle devait me réserver. Dans l'attente, je me permettais de détailler son doux visage. Les bandages couvrant la partie gauche de son visage semblaient s'être desserrés. Et je pouvais distinguer les contours d'une cicatrice, semblant assez imposante. Elle semblait cependant guerrie et ne nécessiter aucune protection, du moins d'un point de vue médical. Elle la dissimulait donc de son plein gré.

Et je comprenais parfaitement. Si j'avais eu une cicatrice sur le visage, qui sait comment j'aurai réagis... Mes seules cicatrices étaient celles de mon ablation et de mon opération... Mais je comprenais son choix. Son regard semblait légèrement troublé. Compréhensible me direz-vous, un baiser forcé n'est jamais anodin. Du moins, pas pour des demoiselles de bonne vertu.

" J'espère que tu ne fais pas ça à toutes les filles que tu croises. Tu vas t'attirer des problèmes... Je n'irai pas répéter que tu m'as coincée comme ça. C'est de ma faute, je n'aurais pas dû dire ça tout à l'heure. Mais d'autres pourraient le faire. "

Glisssant mes mains dans mes poches, je baissais le regard dans un léger rire. Elle avait raison. C'était une agression sexuelle, ce que je venais de faire. J'avais usé de ma supériorité physique, me basant uniquement sur mon ressenti, pour la forcer dans un baiser et une étreinte. Je venais d'agresser sexuellement une jeune femme.

" Si cela peut te rassurer, sâches que ce n'est pas le cas. J'en avais envie tout à l'heure, mais je me suis dit que ce serait goujat. Et en voyant que tu étais plus distante, tout à coup, je ne voulais pas te perdre... J'ai un peu dérapé, grillé les étapes. Sâches que ce n'est pas ta faute. C'est la faute de celui qui fait, pas de celui qui subit. Et si tu veux me dénoncer, ou même me frapper, m'insulter... J'accepterai et ne ferait rien contre toi. C'est ce que je mérite après tout. "

Je redressai à nouveau le regard, le plongeant dans le sien en esquissant un doux sourire. Elle était belle. Magnifique... Et à vrai dire, elle était d'autant plus splendide, une fois sa cicatrice dévoilée. Je souriais malgré moi, je ne pouvais retenir cette béatitude. Elle m'avait fait oublier que j'étais mort et que nous errions ici en fantômes. Shirley semblait vouloir se dégager, je reculais donc d'un pas. Ses bandages tombèrent un peu plus, me dévoilant sa chair meurtrie. Rapidement, elle baissa le regard, et je la vis s'atteler à replacer ses pansements. Quelques peu maladroitement à vrai dire...

" Hum… Michalak est par là-bas. Descends un étage et tu y es. "

J'hochais doucement la tête, ôtant mes mains de mes poches. Je refis les deux pas me séparant de Shirley, doucement. Glissant doucement mes doigts sous son visage, je soulevais lentement son menton pour pouvoir plonger mon regard dans le sien. De ma main libre, je venais effleurer sa cicatrice. Je n'osais pas trop appuyer, de peur de lui faire mal. Bloquant toujours son visage, avec délicatesse mais fermeté, afin qu'elle ne puisse se défaire, je rapprochais mes lèvres de son visage.

Du bout des lèvres, je venais déposer un baiser sur sa cicatrice. Un baiser chaste, avec délicatesse et tendresse. Puis un second, avant de reculer doucement mon visage et relâcher ma pression, replaçant correctement les bandages puis glissant mes mains dans sa nuque pour refaire doucement le noeud bloquant ces derniers.

" Tu vas sûrement me prendre pour un menteur ou un beau parleur, mais tu es encore plus sublime sans ces bandages... "

Je secouais doucement la tête en souriant, replaçant correctement la chevelure de la demoiselle avant de planter à nouveau mon regard dans le sien.

" On m'a souvent pris pour un taré, mais j'adore les cicatrices. Je trouve que ça a un charme fou... Mais je respecte ton choix de la dissimuler. Je comprends parfaitement. Il y a beaucoup de choses que j'ai dissimulé, avant d'oser les assumer. Que ce soit mes cheveux, mes attributs, ou mes propres cicatrices... Même si elles ne sont pas visibles à première vue. "

Je reportais mon regard sur le couloir. Vide. Nous avions de la chance... Mon appartement était donc un étage plus bas... J'imagine qu'elle ne voulait pas m'accompagner plus. Normal me direz-vous... Qui souhaiterait aider son agresseur? Me reconcentrant sur elle, je lui adressais un tendre sourire, soupirant légèrement.

" Merci pour les indications. Je comprends que tu n'ai plus trop envie de m'aider, mais c'est super sympa de ta part de l'avoir fait jusqu'ici... "

Restant planté devant elle, je la détaillais une énième fois. Mon regard pétillait, et je ne parvenais plus à contenir mon sourire. Elle n'était pas qu'un simple fantôme. C'était un ange... Et ce, depuis son premier souffle...


© Jawilsia sur Never Utopia

Terminé #9 le 24.12.16 0:15

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 32
× Appartement : Lascaux
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 4133
× Øssements 540
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 15/12/2016
× Présence : complète
× Surnom : le perroquet
× DCs : Ayaki Kobayashi
★ MISS MOMIE 2017 ★
http://www.peekaboo-rpg.com/t1201-shirley-dumais http://www.peekaboo-rpg.com/t1208-shirley-relationships

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
100/15  (100/15)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 29 Féminin
× Age post-mortem : 32
× Appartement : Lascaux
× Communication : Portable
× Péripéties vécues : 4133
× Øssements 540
× Age IRL : 18 Autre
× Inscription : 15/12/2016
× Présence : complète
× Surnom : le perroquet
× DCs : Ayaki Kobayashi
★ MISS MOMIE 2017 ★
Après avoir reçu ces fausses indications pour trouver l’appartement Michalak, Tsume se rapprocha à nouveau. Shirley qui avait encore le dos contre le mur ne put s’échapper. Il attrapa avec délicatesse son menton, la jeune femme chercha à se dégager mais il l’immobilisait. Encore. Du bout des doigts, doucement, il effleura la cicatrice. La brune tenta de le repousser cette fois-ci de manière beaucoup plus assurée. Je déteste quand il fait ça…! Quand il m’empêche de bouger! pensait Shirley un peu énervée. Le Japonais approcha ses lèvres de la cicatrice. À nouveau, elle essaya de se dégager, cette fois-ci avec un peu plus de force, mais rien à faire : la main tenait fermement son visage. Il posa un, puis deux baisers sur la balafre, puis la relâcha finalement. Dès lors, Shirley s’éloigna légèrement pour éviter d'être sous son emprise pour une énième fois. Pourtant, ça n’empêcha pas le jeune homme replacer les bandages et de refaire correctement le nœud.

Tu vas sûrement me prendre pour un menteur ou un beau parleur, mais tu es encore plus sublime sans ces bandages...

Un peu des deux, oui…

Tsume essaya de replacer correctement les cheveux de son interlocutrice, mais cette dernière ne se laissa pas faire cette fois-ci et recula vivement. Maître d’elle-même, sa colère ne transparaissait pas dans ses gestes. Elle s’efforçait de la réprimer. Néanmoins, elle ne pouvait s’empêcher d’être rassurée par cette petite attention. Tsume n’avait pas perdu l’intérêt qu’il lui portait…

On m'a souvent pris pour un taré, mais j'adore les cicatrices. Je trouve que ça a un charme fou... Mais je respecte ton choix de la dissimuler. Je comprends parfaitement. Il y a beaucoup de choses que j'ai dissimulé, avant d'oser les assumer. Que ce soit mes cheveux, mes attributs, ou mes propres cicatrices... Même si elles ne sont pas visibles à première vue.

Un peu confuse, la jeune femme le regarda sous toutes les coutures comme pour essayer de deviner ce que voulait dire Tsume. C’est vrai qu’il avait une apparence peu commune avec ses longs cheveux blancs et ses traits très fins, mais ce n’était pas à ça qu’il faisait référence. C’était trop flagrant, on le remarquait dès qu’on le voyait. Ça l’intriguait.

Merci pour les indications. Je comprends que tu n'ai plus trop envie de m'aider, mais c'est super sympa de ta part de l'avoir fait jusqu'ici...

À première vue? Qu’est-ce que tu veux dire? dit-elle soudainement. Ah et puis… laisse tomber. Bon séjour dans le monde des morts, amuse-toi bien.

La jeune femme se retourna et se dirigea vers la porte de son appartement en se demandant si elle avait bien fait de mettre un terme à la discussion ainsi. Ses sentiments à l’égard de Tsume étaient partagés. Shirley l’appréciait comme on appréciait ces rares personnes qui nous remarquaient et nous trouvaient un petit quelque chose de spécial, mais elle détestait ses façons. Il la prenait au piège, il utilisait sa force pour mieux la contrôler et lui faire ce dont il avait envie… Mais il était trop tard, maintenant. Elle ne se voyait pas revenir vers lui. De quoi aurait-elle l'air? C’est fini. On va retourner à notre petit quotidien et on ne se reparlera plus… Ça finit exactement comme je le prévoyais au départ,  pensa-t-elle avec une légère amertume. Bah, j’ai pas eu le temps de m’attacher…... je pense.
Invité

Terminé #10 le 27.12.16 16:24

avatar
Invité








Shirley se débattait de plus en plus à mesure que je maintenais une pression sur elle, l'oppressant de toutes parts. Mais jamais elle n'était agressive. Elle se contenait. Mais elle bouillonnait, ça se devinait. Elle me filait entre les doigts. J'avais réussi à la retenir. Mais combien de temps encore resterait-elle?

" À première vue? Qu’est-ce que tu veux dire? Ah et puis… laisse tomber. Bon séjour dans le monde des morts, amuse-toi bien. "

Ouch. Tranchante. Moi qui en avait presque oublié mes malheurs, elle venait de me ramener à la dure réalité. J'étais mort. J'en avais oublié l'autre abruti. J'en avais oublié que j'étais ici pour "m'amuser". A peine sa phrase finie, elle s’éclipsait déjà. Me tournant le dos, je la vis se diriger vers son appartement. C'était maintenant ou jamais. La rattraper, l'interpeler. Ou la laisser partir, et peut-être ne plus jamais la recroiser.

Après tout, pourquoi voudrait-elle venir me reparler? Et oserais-je retourner vers elle après cette agression à son égard... Il fallait que je l'appréhende, maintenant. Au moins tenter de la retenir avant de la perdre définitivement de vue.

Fonce, choppe la. Nah, nah. Tu l'as déjà assez bloquée. Hurle! Pour la faire fuir encore plus?... Ou laisse la juste par... Ouais t'as raison, c'est complétement con... Eh tu sais quoi?! Réponds lui!

Commençant à déboutonner ma chemise blanche doucement, je pris une grande inspiration. Le couloir, vide, ne tarda pas à faire résonner ma voix, rauque et sèche.

" Shirley! C'est de ça que je parlais... "

Ma chemise désormais entièrement ouverte sur mon torse, je vins la saisir au niveau des boutons, l'écartant pour dévoiler mes cicatrices. Sous chacun de mes pectoraux, des cicatrices d'une quinzaine de centimètres, rouge pâle. Celle du côté gauche était plus large, du fait que cette dernière s'était déchirée avant la cicatrisation complète. Sans relever ma tête, fixant mes cicatrices en soupirant doucement, je me lançais dans mes explications.

" J'en ai une autre, plus bas, que je ne peux te montrer... Je suis hermaphrodite. A ma naissance il a été plus simple de garder la partie masculine de mon anatomie. Mais mes parents m'ont élevé en fille. Jusqu'à une vingtaine d'année, j'avais une poitrine, avec un entrejambe masculin. Et puis j'ai décidé d'entreprendre ma transformation, pour devenir un homme à part entière. Si ce n'est au niveau génétique... Donc je comprends ceux qui veulent cacher des choses. Je comprends parfaitement. "

Ma veste écartée, maintenant ma chemise pour dévoiler un torse pâle meurtri de deux cicatrices, je fixais le sol. Je ne savais même pas si elle était encore là. Si elle était partie, rentrée chez elle. Ou si elle s'était arrêtée pour m'écouter. Je repensais à toutes ces années où j'avais dansé dans ce club, dissimulant ma virilité en la contenant à l'aide de bandages, sous de petits shorts moulants, ou d'autres tenues affriolantes. Et si quelqu'un, en me forçant à faire quelque chose, avait découvert ce que je dissimulais. J'aurais sûrement réagi bien pire qu'elle...

La tête baissée, ma chevelure retombant doucement sur mon torse, je repensais à mon vivant. A tout ce que j'avais pu faire : mes choix, les aléas de ma vie. Ma mort. Allais-je perdre la première personne qui voulait m'aider ici-bas?


© Jawilsia sur Never Utopia