ConnexionConnexion  
  • AccueilAccueil  
  • PortailPortail  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • connexionSe laisser mouririnscriptionNos fantomesliste des membres
    RèglementContexteGroupesØssementsPoints d'amusement
    Nouvelles épitaphesépitaphes du jour
    Rechercher
       
    forum rpg paranormal déjanté • rp libre • v.3.12
    en ce moment

    Capouccino recherche le grand amour, homme, entre 19 et 25 ans

    Eden Indentshi recherche tout plein d'employés pour son organisation

    Cinemont recherche des personnages enfants

    Event du moment
    The Nightmare...
    du 20 octobre au 20 novembre

    Undying.

    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #1 le 20.12.16 3:58

       
       

       

       
     




       Undying.featuring Shirley Dumais.

       

       

       La porte venait de se reclaquer une ultime et dernière fois derrière moi. Un frisson me parcouru alors que je me retrouvais droit, dans la salle d'attente de ce fameux bureau. J'avais rempli la paperasse et obtenu toutes les informations nécessaires pour ma suite dans l'au-delà. Ou tout du moins les éléments nécessaires : certaines directives, les informations sur mon logement désormais, ce genre de choses... Je n'avais pas vraiment tout retenu, ou ne serait-ce que prêté une réelle attention à tout ce que l'homme aux dents aiguisées avait pu me raconter... J'entrouvrais rapidement ma veste, y calant sans y faire attention tout ce que j'avais obtenu, les fourrant dans la poche intérieure. La replaçant correctement en tirant sur mon col, zieutant à peine les personnes attendant dans cette grande salle d'attente, j'avançais, droit devant moi. La tête haute, le visage vide de toute émotion, j'alignais les pas, le talon de mes chaussures marquant chacun de mes pas en martelant le sol. Rien autour de moi n'avait d'intérêt. Rien n'avait plus aucun intérêt là, tout de suite. Quelques pas, quelques mètres plus loin, à l'abri des regards, je me laissais à nouveau crouler, dos contre le mur. Ramenant mes cuisses contre moi, je couvris mon visage à l'aide de mes mains, soufflant doucement.

    Mes mains tremblaient et semblaient endolories. Mais malgré tout, même si je n'avais plus de force actuellement, le contact de mes doigts sur mon visage me faisait atrocement mal. J'avais l'impression d'avoir un couteau, aligné le long de mon visage. Pile là où l'autre connard avait eu raison de moi... Bordel, quand j'y repense... Je ne sais pas comment je me sens. Un mélange de détresse, de rage, de malaise, de tristesse, de haine... Mon ventre se nouait alors que je repensais  à ce qui défilait, sur l'écran. Et plus le temps passait, plus les éléments me revenaient, de mon point de vu. Je ressentais des frissons, un froid incontrôlable alors que des perles de sueur se formaient à la base de mon front. J'avais des sueurs froides. Comme jamais auparavant... J'avais l'impression que j'allais vomir. Ou faire une descente d'organes. Ou je ne sais quel autre genre de chose dégueulasse...

    J'aurai pu croire à une blague. Mais tout était trop clair. Je me souvenais trop bien de ces lames percutant ma peau pour que ce ne soit qu'une farce de mauvais goût. De même pour la douleur... Elle était encore là. M'enfin, cela relevait tout de même du miracle que je sois entier. Mon crâne avait à coup sûr était fendu en deux. Il faut croire qu'on atterrit dans l'au-delà avait un corps datant d'avant notre mort. Peut-être une heure ou deux avant. Et si... Et si c'était plus? Et si au final, toutes les modifications faites disparaissaient...? Pris d'une soudaine panique, je commençais à palper mon visage. Heurtant ma peau violemment, tremblant de plus belle, je partais à la recherche de mes piercings. Ils étaient là, okay, okay.... Descendant mes mains, je venais heurter mon torse. Idem, ma poitrine était bien celle d'un homme. Je finissais ma vérification, toujours aussi alerte, venant déboutonner rapidement mon pantalon pour glisser une main à l'intérieur. Tout était à sa place...

    Dans un soupir de soulagement, je reboutonnais mon pantalon, laissant ma tête partir vers l'arrière, se heurtant au mur alors que je fermais mes paupières, délicatement, quelques instants.Toutes les modifications corporelles demeuraient dans l'au-delà... Et ça me rassurait d'une certaine manière. Mais ce monde... Cet endroit. J'étais égaré.

    Bon... Respire, respire... On va se calmer, se détendre... Tu viens tout juste d'arriver. J'imagine que tout le monde a connu les mêmes soucis... Et puis si on te ramène ici, avec autant d'explications, ça doit pas être si dur... On a bien survécu un quart de siècle sur Terre. Et quand on sera sur pattes, on se redressera, et on avancera, tête haute. C'est pas l'moment d'chialer Tsume. C'est pas l'moment...

    Claquant la paume de ma main contre mon front, je rabaissais mon regard sur mes chaussures. Je prenais de longues inspirations, tentant de me calmer. A vrai dire, je continuais à frissonner, haletant plus qu'autre chose. J'avais trop de questions, trop de doutes. Trop d'appréhension pour parvenir à me calmer actuellement. Et ce mal de crâne, cette douleur au niveau de la gorge à chaque respiration... Je me sentais, intérieurement comme extérieurement, en piteux état.

    Poussant sur mes cuisses pour me redresser, sans relever le regard, je restais calé contre le mur, relevant la cuisse gauche pour poser mon pied contre le mur. Je tapotais rapidement ma veste, à la recherche de mes effets personnels. Cigarettes, briquet, téléphone... Je n'arrivais à mettre la main sur rien. Esquissant une grimace en faisant claquer ma langue sur mon palais, je continuais ma recherche en vain, m'obstinant à coup d'insultes en dialecte japonais, marmonnées entre mes lèvres.

    J'avais eu la chance d’atterrir ici avec mes vêtements : une chemise blanche, ma veste noir mat, simple, mon pantalon de cuir noir, déchiré et arborant quelques chaînes, et mes chaussures de ville noires, moi qui avait pourtant expié mon dernier souffle en tenue d'Adam. J'avais même eu la chance d'avoir tous mes piercings sur moi. Mais tous mes effets personnels m'avaient quittés. Ils auraient quand même pu me laisser mes clopes quoi...

    Paupières closes pour éviter de ne m'énerver plus, tremblant déjà suffisamment à mon goût, je laissais une seconde fois ma tête partir vers l'arrière, glissant ma main gauche dans ma chevelure, j'en écartais les mèches de mon visage dans un soupir léger, calant ma main droite dans la poche de mon pantalon, secouant vivement la tête. Bloqué dans mon monde, je ne prêtais pas attention, et ne songeais même plus, à ce qui pouvait se tramer autour de moi...



       

       © Jawilsia sur Never Utopia
       

       
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #2 le 20.12.16 5:35
    Shirley patientait calmement dans la salle d’attente, elle devait aller signer un peu de paperasse et discuter avec le roi des morts. La tête baissée, elle regardait fixement ses mains posées sur ses genoux, comme par peur de croiser le regard de quelques fantômes qui la dévisageraient. La brunette était perdue dans ses pensées. Se retrouver à nouveau dans ce lieu si marquant pour la plupart des fantômes ravivait presque toujours les souvenirs suivant sa mort. Trois ans plutôt, elle se revoyait assise là-bas, bouleversée. Elle discutait avec cet inconnu qui avait tenté de la réconforter mais qui n’avait réussi qu’à la contrarier. Un soupir franchit ses lèvres. On l’avait arrachée à une vie à peu près heureuse et on l’avait jetée dans le monde des morts en espérant qu’elle recommence à zéro avec ces cicatrices repoussantes qui couvraient son corps et son visage. Depuis, elle avait beaucoup de mal à s’intégrer, passait une grande partie de son temps seule et évitait la plupart des fantômes.

    Quelqu’un sortit du bureau de Joshua, puis la Faucheuse arriva dans la salle d’attente. Elle entraîna un homme à la longue chevelure blanche. Ce sera mon tour après je pense, pensa Shirley en lui jetant un coup d’œil discret alors que la porte se refermait derrière lui. Puis, elle se perdit à nouveau dans ses pensées provoquées par cet endroit si significatif.

    Une dizaine de minutes plus tard, l’homme en ressortit et la Faucheuse s’approcha de Shirley pour lui dire de la suivre. Elle lui emboîta le pas en marchant sur la pointe des pieds et entra dans le bureau du roi des morts. Ils discutèrent rapidement, elle signa les papiers, puis s’empressa de partir. Alors qu’elle se dirigeait vers la sortie toujours à pas de loup, elle aperçut plus loin l’homme aux longs cheveux blancs qu'elle avait vu tout à l'heure. D’un regard un peu curieux, elle le détailla du regard. Il était appuyé contre le mur, une main fourrée dans la poche de son pantalon, un mince cicatrice traversait de gauche à droite son visage et il ne semblait pas être dans son assiette. J’espère qu’il ne vient pas d’arriver ici… C’est toujours dur les premiers jours. Elle lui lança de nouveaux coups d’œil, cette fois-ci plus brefs et inquiets. Shirley cherchait le courage d’aller le voir pour lui demander si tout allait bien, mais la peur d’être rejetée pour son physique repoussant était trop grande, voire insurmontable. Puis, elle aperçut un léger mouvement de sa part. Aussitôt, la panique l’envahit. Il m’a pas remarquée, quand même? Il ne sait pas que je l’observe, non? Quelle débile je fais… Bien sûr que si, il l’a remarqué. Je suis trop maladroite. Ses yeux étaient désormais vissé au sol, là où ils n'avaient aucune chance de croiser à nouveau le regard d'un fantôme. Après une longue hésitation, la brune finit par se rapprocher toujours aussi silencieusement. Elle ne voulait pas passer pour une stalkeuse ou quelque chose du genre… Et puis, s’il venait tout juste d’arriver dans le monde des morts et qu’il était bouleversé par sa mort comme elle l’appréhendait, elle pourrait tenter de lui remonter le moral.

    Elle arriva près de l’étranger. Shirley n’osait pas relever le regard vers lui et continuait de contempler le sol, cachée derrière ses cheveux.

    Euhh… Hey, fit-elle d’une voix qui tremblait un peu.

    Moment d’hésitation.

    Tout va bien? Je t’ai vu un peu de loin, j’ai l’impression que ça ne va pas très bien, haha... Tu viens d’arriver ici? demanda-t-elle en arrivant finalement à lever le regard vers lui.

    Il ne serait pas un peu mal à l’aise de lui parler à elle, une pure inconnue? Shirley, anxieuse, s’empressa de rajouter pour dissiper la méfiance de son interlocuteur :

    Et je trouvais aussi que t’as de beaux cheveux, franchement!

    Elle observa un peu mieux son visage. Il avait des traits très fins pour un homme et il avait de très beaux yeux verts. Shirley esquissa un léger sourire pour essayer de le mettre à l'aise.
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #3 le 21.12.16 1:58

     
     

     

     
     


     

     

     Ma respiration, sacadée, semblait s'appaiser. Comme bien souvent en situation de stress, je me retrouvais à tenter des méthodes diverses pour me calmer. Et comme d'habitude, tout finissait par foirer à un moment ou un autre.

    Inspire, expire. Inspire, expire... Inspire... Expire.... Expire. Et merde!


    Une grande et soudaine inspiration, secouant ma tête, et je tentais de me reprendre, tête baissée, continuant à me dissimuler derrière ma tignasse. Mon poing, fermé au creux de ma poche, se resserrait violemment sur lui même.

    "Euhh… Hey."


    Mes yeux s'écarquillèrent soudainement, mon regard s'habituant, sous la surprise, étonnamment vite à la lumière environnante. Cette voix semblait proche. Bien trop proche pour appartenir à quelqu'un dans la salle d'attente. Féminine, cette interpellation s'adressait probablement à moi. Tournant légèrement ma tête, je pu distinguer les mollets de la demoiselle en question. Ecarquillant les yeux de plus belle, je pris une immense inspiration, comme pour me donner du courage. Alors que je redressais la tête tout doucement, remontant le long des jambes de la jeune femme, sa voix m'atteignis à nouveau.

    "Tout va bien? Je t’ai vu un peu de loin, j’ai l’impression que ça ne va pas très bien, haha... Tu viens d’arriver ici?"


    Bordel. Ca devait faire un moment qu'elle me guettait. Je tentais de retenir mes frissons, mâchoire serrée, laissant mon regard remonter doucement le long de ses courbes délicates.

    Gros con. Elle a du te voir en train de te claquer la tronche comme un abruti de taré. Putain si ça se trouve elle t'as vu la main dans ton boxer. Quelle belle première impression! A peine débarquer tu vas déjà passer pour un dégénéré. Et si ça se... Wooohooo!



    Mon regard venait d'atterrir sur l'abdomen de la demoiselle. Juste sous sa poitrine. J'allais passer pour un goujat alors que ce n'était pas mon genre. Il ne fallait pas quand je semble regarder son corps, je passais donc mon chemin rapidement. Esquissant une légère moue, je relevais rapidement mon regard pour le plonger dans le sien.

    La jeune femme qui venait de s'adresser à moi dans la langue de Shakespeare, qui plus est pour tenter de voir si j'allais bien, était d'une beauté à couper le souffle. Elle semblait européenne, ou peut-être américaine qui sait... Sa chevelure châtain, bien que coupée assez courte, semblait soyeuse, comme un linceul entourant son doux visage. Ses yeux en amande, arboraient une couleur proche du glauque. Un vert nuancé de gris magnifique... Et petite particularité apparente... La partie gauche de son visage était couvert de bandages.

    Je restais là, bouche entrouverte, détaillant son visage sans savoir où m'arrêter. Ses traits fins m'hypnotisaient. C'était donc ça, les anges de l'au-delà? En un instant, la douceur de son visage et de sa voix avaient calmé ma respiration et m'avaient ôté de mes pensées. Elle était sublime...

    "Et je trouvais aussi que t’as de beaux cheveux, franchement!"


    Ce compliment, et ce sourire qui venait se dessiner sur ses lèvres... Quel genre de sorcellerie pratiquaient donc ces anges? Me raclant discrètement la gorge en me redressant, replaçant correctement ma chemise, j'adressais une révérence à la demoiselle avant de m'appliquer dans ma réponse, le frisson de mon admiration se mêlant à mon accent nippon, très prononcé.

    "Mademoiselle, c'est un honneur... Je ne mérite pas votre intérêt et encore moins votre inquiétude, mais sachez que je vous en suis redevable... "


    Me redressant pour hôcher la tête dans sa direction en souriant timidement, le regard toujours pétillant à la vue de son visage, je décidais de joindre mes mains pour continuer ma réponse.

    "En effet je viens tout juste d'arriver. Et je n'étais pas au courant que des anges administraient les lieux... Je ne sais pas quoi dire, vous êtes si douce et belle... Et je suis si égaré... Je me sens honteux de vous infliger un spectacle si pitoyable..."


    Pitoyable, c'était peu dire. Mes pommettes rossissaient sur ma peau pâle alors que mon regard était obnubilé par le sien. Tout me fascinait chez elle. J'avais l'impression d'être face à une poupée. Un peu plus petite que moi, menue. Une chevelure brillante, soignée. Un regard doux mais transcendant. Des bandages intriguant et lui rajoutant un peu de férocité. Là où son corps représentait toute l'innocence de l'humanité...

    Sa voix et son accent parfait la rendaient exotique et si innaccessible. A coup sûr je devais ressembler à un idiot à la fixer de cette manière. Mais je ne parvenais pas à détacher mon regard d'elle. Et si hypnotisé par cette jeune femme, tous mes soucis actuels s'étaient envolés. Comme guerri...




     © Jawilsia sur Never Utopia
     

     
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #4 le 21.12.16 3:43
    L’étranger avait relevé le regard et observait avec attention le visage de Shirley. Mal à l’aise, cette dernière se mit à mordre l’ongle de son pouce de façon à dissimuler un peu son visage derrière sa main. Elle se mit à s’inquiéter pour ses bandages. Parfois le nœud se desserrait et les bandages ne couvraient plus entièrement la large et répugnante cicatrice qui la dévisageait. C’était ça qui devait le gêner. En fait, ça l'effrayait même sans doute… C’était l’unique raison qui pouvait expliquer les regards qu’il lui jetait. La jeune femme tentait vainement de préserver son calme du mieux qu’elle pouvait, mais les yeux intéressés, voire fascinés, de son interlocuteur ne lui rendait pas la tâche facile.

    Soudain, l’homme à l’impressionnante chevelure blanche réajusta ses vêtements avant de lui adresser une révérence. Petit rire nerveux de la part de la demoiselle.

    Mademoiselle, c'est un honneur... lui dit-il avec un accent qui ne trompait pas ses origines. Je ne mérite pas votre intérêt et encore moins votre inquiétude, mais sachez que je vous en suis redevable...

    Oh c’est rien, lâcha-t-elle inaudiblement en baissant cette main qui lui servait de cachette.

    En effet je viens tout juste d'arriver. Et je n'étais pas au courant que des anges administraient les lieux... ajouta-t-il sous le regard étonné de Shirley. Je ne sais pas quoi dire, vous êtes si douce et belle... Et je suis si égaré... Je me sens honteux de vous infliger un spectacle si pitoyable...

    Il croyait qu’elle était une employée de l’agence Azazel? Et un ange, qui plus est? À nouveau, elle ricana légèrement, embarrassée. Il faut dire que la brunette n’était pas tombée sur un type qui avait eu l’audace de complimenter l’apparence d’une femme défigurée depuis… Ah non. Ce n’était jamais arrivé auparavant. Peut-être qu’il se moque de moi? en déduisit Shirley. Non, il n’a pas l’air méchant. C'était juste un compliment comme ça. Pour que je me sente bien. Il est bien gentil, mais pas très honnête.

    lle lui adressa un regard compatissant. L’arrivée dans le monde des morts était toujours difficile. Se faire à l’idée que notre vie d’avant était désormais derrière nous, que nous n’aurions plus jamais la possibilité de revoir nos proches et qu’il fallait tout recommencer à zéro était dur à avaler. Au moins, ici, la vie fastidieuse d’adulte et les ennuyeuses responsabilités qui venaient avec étaient amoindries. On pouvait faire ce qui nous chantait, quand ça nous chantait. Ce pauvre homme dérouté allait bien vite le comprendre. Et peut-être qu’il s’habituerait rapidement à cette nouvelle vie!

    Non non non! Je ne suis pas employée ici, le corrigea-t-elle. Je suis juste venue parce que j’étais inquiète. Je comprends à quel point c’est difficile, c’est un nouveau départ et…

    Shirley s’arrêta, son regard s’était posé sur la longue et fine cicatrice sur le visage de son interlocuteur. Que lui était-il arrivé? Était-ce le vestige d’une mort terrible? Ou une simple blessure qu’il s’était fait de son vivant? La question lui brûlait les lèvres, mais c’était impoli de demander. Elle était mieux placée que quiconque pour le savoir. Lui n’avait pas eu le culot de lui demander pourquoi elle cachait une partie de son visage avec des bandages...

    Et c’est dur de s’y faire au début. Mais tu vas voir, on s’amuse bien ici! s’exclama-t-elle sur un ton forcé, peu convaincu. Je suis ici depuis deux ans, je peux peut-être t’aider si tu veux. Ça me ferait plaisir.

    Elle sourit, beaucoup plus sincère cette fois-ci.
    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #5 le 21.12.16 4:42








    La jeune femme avait, tout le long de mon discours, maintenu sa main devant son visage. Comme en supplément des bandages qu'elle avait déjà. Que pouvaient-ils bien faire là? Etait-ce pour le style? Pour soigner une blessure, ou en dissimuler une? Ca m'intriguait. Mais si elle luttait tant pour la dissimuler, poser une question ou cherchait à savoir pourquoi ces gazes étaient sur la partie gauche de son visage, ça aurait été un manque de respect, et d'éducation.

    Son rire, léger, semblait résoner dans mon coeur. Il respirait la gêne, mais la douceur et l'innocence à la fois. Tout comme son regard, qui se voulait saisissant d'empathie et de bonnes intentions. C'était vraiment un ange, rien à dire là dessus. Aucun doute n'était permis...

    " Non non non! Je ne suis pas employée ici, le corrigea-t-elle. Je suis juste venue parce que j’étais inquiète. Je comprends à quel point c’est difficile, c’est un nouveau départ et… "

    J'entrouvrais légèrement la bouche, acquiesçant, silencieux. Mon regard se voulait mitigé entre honte et excuses sincères.

    Eh ça y est, gros con va. Tu confonds la nana la plus classe du pays, qui est un ange qui plus est, avec une simple employée de bureau. Bien l'impression que tu donnes de toi. Bravo, bravo...

    Sa gentilesse, ses attentions et sa délicatesse me comprimaient le coeur. Comment pouvait-on être si pure dans l'au-delà? Tant de sympathie... Je n'étais vraiment pas habitué à ça. Surtout avec une telle sincérité dans le ton et le regard... Elle s'était arrêtée durant sa phrase, son regard balayant mon visage de gauche à droite. Que regardait-elle? Est-ce que sa vision d'ange lui permettait de voir quelque chose? Est-ce qu'elle savait comment j'étais mort et cherchait une éventuelle séquelle, ou à comprendre comment j'étais encore entier? Peut-être pouvait-elle percevoir la douleur que j'avais depuis mon arrivée, traversant mon visage, et dont j'avais toujours du mal à saisir pourquoi elle demeurait... Ou peut-être sondait-elle juste mes pensées.

    Merde. Si elle sonde mes pensées il faut absolument que j'arrête de baver sur elle... Elle est sublime, mais ça va sûrement pas lui plaire si elle sait que... Madame si vous m'entendez, je suis profondément désolée, mais c'est juste que je v...

    Je n'eu pas le temps de me questionner plus. Elle reprit aussitôt, alors que je continuais à me noyer dans son regard, buvant chacune de ses paroles.

    " Et c’est dur de s’y faire au début. Mais tu vas voir, on s’amuse bien ici! s’exclama-t-elle sur un ton forcé, peu convaincu. Je suis ici depuis deux ans, je peux peut-être t’aider si tu veux. Ça me ferait plaisir. "

    Sa phrase s'accompagna d'un magnifique sourire. Qu'elle était belle.... Et elle me proposait de m'aider. Le Pa-ra-dis! Je ne pouvais pas refuser une telle offre. J'étais complétement perdu, je ne comprenais rien à ce qui se tramait autour de moi. Et si elle pouvait m'aider, que demander de plus. Esquissant à mon tour un large sourire, je me laissais tomber à genoux devant elle, posant mes mains à terre avant d'y coller mon front.

    " Mademoiselle, ce serait un honneur immense pour moi que de recevoir votre aide. J'accepte avec plaisir, si vous ne me considérez pas comme une charge... "

    Je restais front contre le sol, à ses pieds. J'espèrais pouvoir apprendre rapidement à ses côtés, et surtout ne pas être un boulet. Un ange doit avoir pas mal de choses à faire. Et une femme aussi belle devait sûrement avoir d'autres occupations que de s'occuper d'un abruti comme moi.



    © Jawilsia sur Never Utopia

    avatar
    Invité
    Invité
    Terminé
    #6 le 21.12.16 5:49
    À sa proposition, l’homme s’agenouilla au sol, infiniment reconnaissant. Shirley, en petite occidentale pas encore tout à fait habituée à la culture japonaise, s’étonna de cette réaction. Il était rare qu’on s’agenouille comme ça devant elle. Visiblement, ça exprimait bien toute la gratitude du jeune homme. Un peu mal à l’aise, elle jeta des regards furtifs aux alentours pour s’assurer qu’ils n’aient pas attiré inutilement l’attention des autres fantômes.

    Mademoiselle, ce serait un honneur immense pour moi que de recevoir votre aide. J'accepte avec plaisir, si vous ne me considérez pas comme une charge...

    Non, c’est rien, vraiment, ne t'en fais pas! Je vais te montrer un peu les niveaux importants de l’agence. Comme ça, tu sauras un peu où tu habites maintenant.

    Si seulement on l’avait aidée elle aussi, à son arrivée… Il avait de la chance d’être tombé sur une bonne âme charitable. Certains fantômes espiègles n’auraient pas hésité une seconde à profiter de ce petit nouveau et de se moquer de lui...

    Tu sais à quel appartement tu as été assigné? Je vais t’emmener au niveau où il se trouve.


    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    forums partenaires