Invité

#1 le 03.10.16 13:02

avatar
Invité

Nemya Fox

Ft. Dracophore Scoffer

Damn everything but the circus. ~
« Première représentation à 19 heures
Seconde représentation à 22 heures.
7 Øssements la place
5 Øssements pour les moins de 16 ans »
La jeune fille déposa le tract sur la table de la salle à manger et dirigea un regard rapide  vers l’horloge murale : 20h15.
Pour sur, elle avait loupé la première séance. Mais cela ne l’empêchait pas de se rendre à celle de 22h. Nemya avait très envie d’aller voir un des spectacles de ce fameux cirque itinérant, et ce depuis déjà quelques temps. Ce soir, donc, elle sortirait prendre l’air.

Cela dit, avant tout, un petit passage par la garde-robe et la salle de bain s’imposaient : la Chimère était en pyjama et n’avait absolument pas un faciès présentable pour sortir. Après un bon bain donc – le plus long possible, c’était toujours agréable de pouvoir lire un ou deux chapitre de son bouquin préférer dans l’eau chaude – elle envisagea enfin de s’habiller convenablement. Profitant du fait que l’appartement soit vide pour traverser les différentes pièces en serviette de bain, elle rejoignit sa penderie, d’où elle tira une robe rouge bordeaux, de longues chaussettes noires et une paire de Dr Martens accordées au vêtement.

La jeune fille entreprit ensuite de coiffer la crinière qui lui servait de cuir chevelu. Et Dieu sait combien c’était devenu difficile, depuis qu’elle était Chimère. S’il y avait bien quelque chose qu’elle regrettait de ses attributs d’animaux, c’étaient ces cornes. Depuis qu’elles avaient poussé sur sa tête, se peigner était devenu une épreuve des moins évidentes. Les cheveux s’enroulaient trop autour, et elles créaient à elles-deux seules plus de nœuds en un jour que la jeune fille n’aurait pu se faire en une semaine entière de son vivant. A chaque fois qu’elle s’y attelait, elle mettait quatre heures à les démêler. Et cette fois-ci ne ferait pas exception.

Ainsi, ce ne fut qu’une bonne éternité plus tard qu’elle se rendit dans le hall d’entrée et enfila son gilet noir. Elle appréciait le cachemire, car c’était une matière douce et qui tenait chaud. Et même s’il faisait généralement bon sous les chapiteaux, elle n’avait pas envie d’attraper un rhume sur le trajet.

Une fois sortie de l’agence, elle jeta un dernier coup d’œil à son téléphone : 21h45.
Il était grand temps d’envisager de se rendre à ce fameux spectacle, et même de se dépêcher, si elle voulait pour sur avoir une place.

Par chance, le cirque s’était établi près de l’agence pour quelques jours. Et après trois petites minutes de marche, elle arriva devant les guichets. Il y en avait trois, dont un – celui du milieu – fermé. Elle se dirigea donc vers celui de droite, car il lui semblait que la file d’attente y était moins importante. Et après avoir acheté sa place à 5 Øssements – merci, la mort survenue juste avant les 16 ans – elle entra.

Sous la toile de tissu, une chaleur assez importante régnait. Rapidement, la jeune Chimère retira sa veste pour la pendre à son bras. Le chapiteau était vraiment grand, et la scène, les gradins, le public étaient éclairés de milles couleurs. Impressionnée, Nemya suivait un flot de tokyoïtes qui se dirigeait vers les gradins les plus surélevés. Il n’y avait que là qu’il restait de la place à cette heure-ci, et elle y verrait forcément moins bien que devant, mais cela lui importait peu. Elle était déjà contente d’être ici. Posant sa veste sur le banc, elle s’assit sur le tissu noir et, impatiente, attendit que la représentation débute en jouant avec le bout de sa queue.

Invité

#2 le 09.12.16 17:48

avatar
Invité
damn everything but the circus
  • we are stars
  • and we'll shine

Nous. Sommes des étoiles, né de brûlures, des tornades, dans le chaos. Ce qu'on connaît nous est enlevé, nous sommes seules dans le grand espace froid. Mais un jour, on brillera.
Et c'est par un jour qu'il lui semblait froid, seul, que Draco était sorti.

Le soleil s'était pratiquement couché. Il était quelle heure ? (Dracophore avait l'impression de souvent se poser la question, ces derniers temps.) Le nécromancien avait pu profiter d'une longue douche, en toute tranquillité : pratiquement personne n'était à l'appartement. Il était rare de croiser l'un ou l'autre des colocataires, sinon la nuit pour dormir. Et encore, le garçon allait parfois se balader au cœur de la nuit, alors que se promènent aussi les étoiles solitaires du ciel et des avenues. Ces rues parfois délaissée dans une ville qui ne dort jamais, par pur amour de l'aventure. Esprit de voyageur ou simple inconscience ?
Dans le fond, peut-être que le jeune (si on veut) homme ne désirait que de la compagnie ? Kissin' in the moonlight, movies on the late night, gettin' old, comme le dit la chanson ? Somebody wake up to my heart, light me up, set fire to my soul. Alors, ce soir, le nécromancien avait prévu de retrouver la compagnie humaine, cette chaleur qu'ils dégageaient le temps d'un spectacle, se mêlant à la foule, allant entre les familles, les couples, les amis, ne serait-ce que pour capter cette chose qu'il n'arrive pas à apprivoiser : l'amour. Un sentiment terrible, qui rendait dépendant de l'autre, un véritable créateur de Can't Sleep Love. Un sale con, en somme. Mais il voulait absolument le rencontrer, ne serait-ce que quelques instant, comme toute le monde, peut-être ? Il n'avait évidemment pas conscience de ce que c'était et bien sûr, aucune pensée impure ne lui venait.
Mais il savait où aller : au cirque.
Par le passé, le garçon aux cheveux blancs y avait travaillé. Dans ses premiers mois, comme il était travailleur, il avait fait un bon score. Mais il s'était vite lassé du métier. Ce fut triste, mais on ne pouvait lui en vouloir. Draco connaissait quelques gens du cirque et avait pu recevoir un ticket gratuit… En ayant bien sûr ayant rappelé son existence au préalable. Il connaissait les effets de ses pouvoirs.

Alors, habillé d'une simple chemise, d'un t-shirt bleu et d'un jeans noir, le garçon était arrivé dans le chapiteau familier aux couleurs rouges et blanches. Il éteignit son appareil, qui jouait un Hallelujah dans son casque. Il enleva sa veste noire et déposa son casque sur ses épaules. Si la musique devenait trop forte ou désagréable, il serait toujours possible de le remettre. L'adolescent vérifia une dernière fois que son porte-feuille, qui contenait ses papiers, et ses clefs étaient dans sa poche, avec le téléphone qui était en silencieux.
Et une fois fait, il alla s'asseoir, là où il y avait de la place, dans le fond. Oui, certes. Il y avait encore plein de place. Il rejoignit une fille, esseulée, Bonjour, est-ce que j'peux m'asseoir ici ? et n'attendit pas la réponse, trop impatient pour l'attendre et peut-être trop déprimé pour accepter un refus.
Ce cirque n'a pas changé en un siècle. et il attendait là, près d'une inconnue qui l'oublierait aussitôt qu'il quitterait son champs de vision, pour les étoiles.



Hors RP:
Désolé d'avoir mis aussi longtemps à répondre et de faire une réponse aussi courte ;-;