Invité

#1 le 11.09.16 22:24

avatar
Invité
Is it fate or only a coincidence?
Feat. Carl
C’était un matin comme les autres pour Maya dans sa petite boutique. Des clients faisaient souvent un petit tour, en ressortant avec un bouquet acheté ou rien. Par contre il n’était aucunement inquiet pour sa boutique qui a ouvert que très récemment, soit environ 1 an. Tout ce qu’il devait faire est d’essayer de se faire connaitre plus, lui et ses arts floraux. Il pourrait offrir plus de services, peut-être même ouvrir un petit site web.
Il y avait tout plein de possibilités qui pouvaient s’offrir à lui, mais encore faut-il le temps qu’il allait le réaliser. Une bonne partie de la journée était consacrée à ses clients et à ses fleurs qu’il en prenait tant soin.

Il se sentait encore chanceux de pouvoir avoir un métier ici, étant parfaitement conscient à quel point cela était difficile pour quelqu’un un peu handicapé.

Alors Maya donna son attention aux fleurs comme la prunelle de ses yeux et accueillait le petit nombre de clients comme un gentleman.

Après tout, il devait donner une bonne image à sa boutique.... même si le propriétaire n’est pas aussi joyeuse que celle-ci.


19 h 30


L’androgyne avait maintenant fermé sa boutique et fait le ménage avant de passer la clef sous la serrure, se retrouvant à l’extérieur.

Aaah, que c’est dommage qu’à l’extérieur il n’y ait pas la même senteur! Oui, il y avait tout plein d’odeur comme les fastfoods, l’odeur du gaz est plein d’autres mais pas cette douce odeur que les plantes dégageaient.

Il y eut soudain le coup de vent frais qui frappa Maya, lui causant quelques frissons. Puis, le jeune lémure eut l’idée d'aller se prendre un café. Il en connaissait justement un endroit où en plus qu’il y avait du bon café et du chocolat chaud, il y avait aussi des beignets de toutes sortes.

Bon, il allait se gâter un peu ce soir.

C’est alors qu’il marcha rapidement, ne voulant pas plus attraper froid, vers une restauration.  


_______________________

Il était enfin arrivé, mais il se maudissait de ne pas avoir apporté une veste contre l’air frais du soir. Mais un bon café allait le réchauffer et un beigne lui rappeler à quel point il avait une petite dent sucrée.

Enfin un endroit où il avait le moins de chance de causer des problèmes.

Cela faisait 4 semaines que cette bagarre dans le bar à eu lieu et qu’un homme à jouer le rôle de traducteur et de son allié. Et depuis, il essayait de ne pas causes bien plus de problèmes. Pour l’instant c’était une réussite alors c’était déjà un très bon début. Maya fait alors la file, ayant déjà en tête ce qu’il voulait prendre. La file avançait lentement jusqu’à ce qu’il vit un homme qui attirait son attention.

Impossible...

L’homme à la chevelure blonde cherchait ses ossements, étant le moment pour lui de payer. Sans prévenir, il sortit de la ligne et s’approcha dangereusement du caissier. Il se tenait juste à côté du blond, observa le prix de ce qu’il allait acheter et donna le nombre exact d’ossements, jeta un regard rouge à l’homme corpulent avant de retourner dans la file.



© 2981 12289 0
Invité

#2 le 18.10.16 5:34

avatar
Invité
Is it fate or only a coincidence? - PV Maya

Depuis la nuit où Carl s'était retrouvé derrière les barreaux avec un gars qu'il connaissait à peine, la vie avait simplement repris son cours. Il était ressorti en boîte, avait connu des gens, dansé, s'était amusé, avait travaillé, dormi, cuisiné... Bref tout était fin normal. Il avait quand même, sans essayer de le retrouver scruté chaque foules, chaque files à la recherche de ce jeune homme muet avec qui il avait partagé une nuit surréelle.

Puis il y eu cette journée où après un client compliqué, il monta à Carl une envie de se sauver, de mettre à la fenêtre de sa brocante la fameuse petite pancarte sur laquelle était écrite de retour dans 15 minutes et d'aller se prendre un grand latte. C'est d'ailleurs ce qu'il fit, se dirigeant d'un pas rapide vers le café afin de laisser sa boutique hors d'usage le moins longtemps possible.

Aussitôt arrivé, la file le fit soupirer et il décida tout de même d'attendre. Comme à son habitude, il scruta la file, les alentours pour ne rien trouver. Maya Connors n'y était pas.

Son tour vint de commander son café, chose qu'il fit rapidement, sachant déjà quoi prendre. Quand vint le temps de prendre sa carte débit pour régler l'addition, son sourire s'estompa dans le temps de le dire.

Elle était restée à la brocante...

Gêné, Carl fit toute ses poches à la recherche d'un peu de change. Au pire, il reviendrait payer plus tard, mais idéalement, il voulait payer maintenant. La situation était gravement embarassante, les clients commençaient derrière lui à s'impatienter.

Des ossements tintèrent devant lui, une main délicate les y avaient déposés.

Maya Connors.

Son coeur rata un battement. Il récupéra son café, essayant d'abord de ne pas le regarder, quasiment non-chalant. Pourtant, si à la surface il avait l'air calme, à l'intérieur, Carl bouillait d'envie d'aller le voir.

Et puis s'il n'allait pas le voir, il le regretterait...

Carl s'avança vers Maya.

"Merci pour le café, étranger."
dit-il, fébrile intérieurement, ne sachant pas comment l'autre allait le prendre.
© 2981 12289 0
Invité

#3 le 21.10.16 3:13

avatar
Invité
Is it fate or only a coincidence?
Feat. Carl
Alors leurs chemins se sont croisés.

Maya était retournée à sa place dans la file alors qu’il pensait. Il était étrangement nerveux alors qu’il regardait au sol.

C’est mauvais signe s’il se voit dans un tel lieu, peut être qu’il habite très proche d’ici.


La file continuait à avancer et Maya n’était pas pour autant certain de ce qu’il allait prendre. Oui, un café c’est déjà un bon début, mais il pouvait tout aussi le remplacé par un chocolat chaud accompagné d’un beignet.


« Merci pour le café, étranger. »

Ah ?

Maya regardait en direction de la provenance de la voix et écarquilla les yeux en voyant que c’était Carl qui était venu le voir. Il était conscient qu’il n’était pas tant inhabituel de se faire remercier par un tel geste, mais un mot en particulier l’avait marqué : Étranger.



. . . . . . .


C’était à cette soirée mouvementé par une bataille qui a abouti en prison avant d’être libérée que le jeune lémure avait bien fait passé son message. Voulant bien se faire comprendre, il lui avait fait un petit discours avant que leur chemin se sépare :

« Peut-être que cette soirée va être inoubliable. Après tout, on est allé en cellule par contre je te demande de m’oublier, oublie mon nom, fait comme si on ne s’est jamais rencontré. Aujourd’hui tu étais celui qui m’a aidé, mon compagnon de prison sauf que le lendemain on va être complet étranger. Si le destin nous le permet, il y a une petite possibilité qu’on se revoie et à ce moment-là je vais me faire pardonner, que ce soit en te payant un verre ou en t’invitant au restaurant. Par contre, ne me cherche pas si tu ne veux pas t’attirer des problèmes. »



. . . . . . .



Maya se mit à sourire un peu en y repensant à son discours.

On dirait bien que le blond l’avait bien écouté.


Le lémure se mit à écrire sur son cellulaire, mais il s’arrêta d’un coup sec en plein milieu d’un mot. Il regarda Carl droit dans les yeux, tourna son regard à son cellulaire avant de le ranger dans ses poches. il resta un tout petit moment avant d’articuler, laissant son appareil de côté pour faire place à une communication plus "humaine" :

«... Tu peux m’appeler Maya. Au fait, on n’a pas besoin de refaire nos présentations, je n’ai pas oublié que tu t’appelles Carl. »

Était-il en train de lui donner de l’espoir pour qu’ils puissent se revoir une autre fois ? Pas exactement. Par contre, il voulait se présenter sans que personne ne le fasse à sa place. Comme si Maya voulait repartir à zéro


Maya était maintenant tout près de la caisse et il fait sa commande. Ce n’est que peu après, ayant deux beignets au chocolat accompagné d’un café qu’il s’installa à une table. Il dégusta son beignet tout en gardant un œil sur le blond qui l'avait abordé.

Peut-être allait-il savoir où celui-ci habite et ainsi éviter des problèmes. Il ne savait pas si Carl pouvait s’emporter s’ils devaient retourner derrière les barreaux avec lui.


© 2981 12289 0