Invité

#1 le 10.08.16 22:39

avatar
Invité


-Enfin le grand jour!


Kay était dans sa chambre se levant tranquillement de son lit enfin, son ancienne chambre plutôt aujourd'hui était un grand jour ! C'était aujourd'hui que Kay allait déménager et atterrir dans son nouvel appartement. Il était assez impatient de voir sa nouvelle habitation, changer de lieu ne lui ferai que du bien mais, il était aussi un peu stréssé car l'appartement n'était pas qu'à lui, il allait la partager avec d'autre personne de tout genre qu'il n'avait jamais vu auparavant ne sachant même pas à quoi il ressemblait mais bon Kay c'était préparé et pensait positivement, qui sait peut-être que ses nouveaux colocataires allaient être des gens bien !"

-Allez il doit me rester au moins une heure avant le rend...

"Kay tourna la tête vers le réveil et fut bouche bé."

-Hé ?C-c'est une blague...

"Il prit son réveil en main le sourire au lèvre et le secoua un peu dans tous les sens."

-C'est une blague hein?!

"Eh bien non s'en n'étais pas une: Le réveil de Kay n'avait plus de pile donc le réveil était off. Tout un coup kay bondit en dehors du lit et accouru avec son magnifique pyjamas et ses cheveux en pétard vers son téléphone pour voir l'heure qu'il était dés qu'il vu l'heure il eu un blanc de quelques secondes."

-....J'ai dormi 1 heure de pluuuuuuuus?! je suis en retard!!mince tonkiy (mince), navoz!(crotte)

"Kay commença à courir dans son appartement pour se préparer rapidement:Il se changea mettant rapidement ses vêtements et son bonnet sans faire attention à ses cheveux, ensuite il se brossa les dents tout en allant vers sa valise qui heureusement était déjà faite pour ranger son pyjamas. Aprés s'être brossé les dents il rangea le reste de ses affaires, ferma sa grande valise qu'il avait pour ensuite partir en courant dehors tel un homme qui avait raté son bus."

-Fuuuu...fuuuu.

"Aprés être sorti de son immeuble il commença à faire un sprint jusqu'à son nouvel immeuble. Par chance celui-ci habitait à 4/5 minutes de marche de son nouveau chez lui de plus, Kay n'avait avec lui qu'une grande valise car, pendant ses années où il vivait ici il éavait pas vraiment acheter grand-chose à part quelques vêtements, des objets utiles et de petites babioles en plus les plus gros objets qu'il avait été déjà dans l'immeuble donc il n'avait pas à s'en faire."

-J'y...j'y suis presque!

"Kay s'arrêta net devant un immeuble, il était complètement épuisé vu qu'il avait couru pendant 4/5 minutes -faisant plusieurs arrêts au passage-il sorti un bout de papier froisser de son porte monnaie où était écrit l'adresse de son appartement, il était déjà venu devant plusieurs fois pour voir à quoi ressemblait l'endroit mais, ça allait être la première fois qu'il allait y poser le pied."

-Fuufuu...muzhestvo (courage) tu vas y arriver...fuuu je suis épuisé...

"Il avança vers l'immeuble l'ouvrit pour ensuite y entrer et voir l'intérieur c'était grand!mais pas le temps d'admirer, il devait aller dans son appartement. Kay regarda son papier ou le nom de son appart était écrit."

-Michalak...drôle de nom.

"Il monta les étages avec peine pour ensuite arriver devant son apparemment, après avoir pris une grande respiration il prit sa nouvelle clé qui était dans sa poche pour ouvrir doucement la porte...il passa sa tête dedans et entra dans son nouveau chez sois essayant d'être de plus discret, il posa sa valise juste à côté de la porte pour ensuite regarder autour de lui."

Hum..Dobry dégn? (bonjour) je suis le..

"Kay discret ? impossible; ne faisant pas attention à ce qu'il entourait tellement il était occupé à regarder les alentours il glissa à cause d'un objet qui trainait par terre et tomba comme une crotte sur le sol."

-Oy!Oy!!! (aïe aïe) Pochemu eto sluchilos' so mnoy ! (Pourquoi est-ce arrivée à moi !) eto bol'no (ça fait mal)fuuuuu.

"Eh bah ça commençait bien Kay commença à râler en Russe, il commença même à rouler sur le sol mettant ses mains sur son derriére comme un enfant. Pauvre colocataire il allait le prendre pour un fou."

#2 le 11.08.16 0:54

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 17 Féminin
× Age post-mortem : 73
× Avatar : Hana Koumeda - Crimson Prince
× Appartement : Michalak
× Métier : Maman adoptive de Joshua à temps plein.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1525
× Øssements 8267
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 07/02/2016
× Présence : complète
× Surnom : le chou / le mérou
× DCs : Ebiko Kaiyoutei
Glittering Mama
http://peekaboo.web-rpg.com/t608-miu-dans-la-vie-rien-n-est-definitif-tu-sais http://peekaboo.web-rpg.com/t609-miu-l-eau-de-javel-c-est-pas-bon#6441

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
6/100  (6/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 17 Féminin
× Age post-mortem : 73
× Avatar : Hana Koumeda - Crimson Prince
× Appartement : Michalak
× Métier : Maman adoptive de Joshua à temps plein.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1525
× Øssements 8267
× Age IRL : 20 Féminin
× Inscription : 07/02/2016
× Présence : complète
× Surnom : le chou / le mérou
× DCs : Ebiko Kaiyoutei
Glittering Mama


私の人家


Une arrivée fracassante.



L’appartement Michalak était de ceux qu’on n’aimait pas vraiment nettoyer. En fait, même en faisant tous les efforts du monde, il était impossible d’arriver à une propreté impeccable. Le sol, les murs et mêmes les meubles étaient sucrés. Collants. Il était impossible de venir à bout de la farine qui semblait pousser pendant la nuit. J’avais d’ailleurs renoncé depuis longtemps à porter des chaussettes ou des chaussures à l’intérieur. Mais ce matin-là, j’avais décidé de nettoyer l’appartement de fond en comble. J’en avais un peu marre de marcher dans de la confiture dès mon réveil.

Vêtue d’un pantalon et d’un vieux kimono, les manches retroussées, je m’étais attaquée au ménage. Pendant plusieurs heures, j’avais astiqué chaque recoin de la cuisine, du salon et de la salle de bain. Je profitais de l’heure matinale pour être sûre de ne voir personne. On m’avait plus ou moins dit que j’allais avoir de nouveaux colocataires - ou plutôt j’avais vu un papier qui traînait sur le bureau de Joshua. Cela ne m’enchantait pas forcément, mais comme je possédais ma propre chambre, cela avait peu d’importance au final tant qu’ils ne bougeaient mes réserves de petits suisses des réfrigérateurs. J’en avais sur trois étages au moins puisque j’avais été en acheter la veille.

J’étais encore en train de me battre avec un bout de pâte d’amande collé à l’arrière de la porte d’entrée lorsqu’elle s’ouvrit brusquement. Je découvris un colosse portant des meubles et suivi par deux autres armoires à glace, j’allais les houspiller, leur rappelant qu’on entrait pas chez les gens comme ça, mais ils s’excusèrent avant que je puisse le faire. Et puis je me dis que de toutes manières je devais ressembler à un moustique pour eux. Un moustique couvert de farine et poisseux. Je leur indiquai simplement un endroit pour poser les affaires de mon futur colocataire avant de disparaître dans ma chambre, le dernier endroit que je devais nettoyer. Il était hors de question que je m’occupe de celles des autres.

Lorsque je me décidai enfin à ressortir, je ne vis que quelques meubles, pas grand chose au final. Bon, il déménageait léger celui-là, il n’allait pas lui falloir trop longtemps pour tout ranger. J’allais rejoindre la cuisine lorsque j'aperçus un blond étalé au sol, le nez dans la chantilly et jurant dans une langue que je ne comprenais pas. Lorsqu’il commença à rouler par terre, salissant encore plus ses vêtements avec la farine et compagnie, je poussai un profond soupir. Ça n’allait pas être de tout repos, je le sentais déjà.

"Bonjour et bienvenue !" lançai-je en anglais à son attention, "Tu dois être le nouveau colocataire, c’est ça, n’est-ce pas ? Moi c’est Miu."

Je souriais, attendant qu’il se relève et se présente à son tour.


© code by Lou' sur Epicode

Afficher toute la signature
Réduire la signature


Invité

#3 le 04.09.16 4:15

avatar
Invité





Il n'a pas fallu longtemps à ton compte en banque pour se vider jusqu'à ne laisser que la très jolie note du banquier. Oh, ça t'arrivait souvent les mois pas faciles. Mais le bistro t'avait à la bonne, t'avais un repas et à boire. Tu étais la petite vedette du plateau et tu avais la touche morbide pour attirer un tas de clients fous de ce genre de physique anormal et d'une voix ô combien envoûtante et entraînante. C'est vrai, tu n'étais pas encore le mec qu'on photoshopait sur les magasines, mais ton rêve était bien là, très proche de ton angle de vue, quelque peu petit mais bien là. Et là chaleur que tu y percevais était de plus en plus intense, désormais, rien ne pouvait plus t'arrêter. Et donc, les semaines pauvres en ossements se faisaient de plus en plus omniprésentes sur ton moral et pourtant, un jour comme un autre, tu as eu la chance d'avoir une chouette petit place dans les complexes de la morgue, la fameuse demeure de la faucheuse.

Oh, tu avais sauté sur l'occasion pour éviter de te craquer le slip afin de payer les loyers des hôtels et des studios que tu squattais. Mais tu savais bien que ce genre de vie ne tiendrait pas et donc tu as accepté la demande de logement même si en contre partie, tu n'y serais pas seul. De toute façon, t'aimes bien partager tes pétards avec les autres. Ce n'est pas un problème en soit mais ces appartements étaient réputés pour être tous … originaux. D'un côté, tu balbutiais comme un gamin, mais de l'autre, tu étais un peu nerveux, c'était après tout, la première fois depuis ta mort que tu allais de nouveau cohabiter avec des gens, comme à New-York, dans les ghettos et les immeubles abandonnés. Ça te rendait un cran nostalgique et surtout mélancolique.

Tu avais emprunté la bagnole d'un des barmans du bistro et dans le coffre, une pile de C.D, de t-shirts ( car oui, tu adores tes jolis t-shirt ), des bouquins et d'autre brols utiles à tes yeux, s'entassaient. Le rangement, tu n'aimais pas trop ça puis tu étais assez pressé de voir à quoi ressemblait le lieu-dit. Tu enclenchas l'embreillage et la voiture glissa toute seule sur l'asphalte chaude de l'été. Bien évidemment, tu n'avais aucun papier sur toi, tu n'avais tout simplement pas le permis. Lorsque les quelques kilomètres furent fumés, tu t'arrêtas sur le parking, ton étui de guitare sous le bras et une valise sous l'autre. Tu reniflas un coup. « Ça pue la mort quoi », totalement.

Michalak, michalak « Mais … C'est … l'odeur de la bouffe pour gosse ? », absolument. Du sucre, tu as toujours détesté le sucre. Un peu, certes, mais beaucoup, hors de question. Tu n'étais pas capricieux, mais franchement, si tu pouvais t'éviter la guimauve et la barbe papa, tu donnerais direct ton veto. Le plancher suait l'odeur nauséabonde du gras, du caramel fondu à cause de la température. Puis quand tu regardes le trousseau de clés et tu décoches la serrure silencieusement « OYEZ JE VIENS VOUS HANTER », oui bon, tu as juste ouvert la porte, silencieusement. Tes mains restèrent limite collées à la poignée, mais ton pied. Comment pouvais-tu expliquer l'hilarité qui se déroulait sous ton bordel de pied ? « Coucou mon cœur, tu me fais déjà des avances ? », un gamin littéralement par terre et ton pied sur son fessier. Que demander de plus ? Tu rigolais de bon cœur avant de lui donner un bras pour se lever, ton sourire édenté déployé et tes yeux noirs plissés par la rigolade. Pourquoi tout devait être indéniablement lié par la farce dans ce putain de monde ? « Moi c'est Kit, Kitty pour toi jolie petite donzelle », tu fixas d'un air excessivement niais, qui n'était qu'un de tes jeux de gamin bien entendu, la petite tulipe qui prenait racine dans l'épaisse couche de pâte d'amandes qui venait de repousser.