Invité

#1 le 02.08.16 17:53

avatar
Invité
Les mots ne viennent plus. Bloquer dans un coin de sa cervelle, entre des murs en mucus gluant et informe. Pourtant il était là juste avant, sous ses doigts, glissant sur une pente des plus agréables, avant de se bloquer d’un seul coup. Plus rien. Seulement son doigt qui tape nerveusement la touche Y qui se répété encore et encore à la recherche rageuse de mots qui ont foutus le camp. La forme semblable à un bâton de sourcier ne trouve pas le point de départ du flot de mot et d’un geste rageur, après avoir fini sa huitième page remplis de superbe Y, prends le coussin le plus proche de lui sur le canapé pour l’envoyer volé sur la table. Comme si cela allait régler son problème du moment.

Seulement comme tu es un abrutit fini ton cousin, avec son merveilleux élan, fini au sol et renverse par le plus grand des malheurs ta dernière bouteille de limonade. Comme tu es un abruti jusqu’au bout ou bien un flemmard total, peut-être un simple mélange des deux, tu n’avais pas refermé le bouchon pour boire directement au goulot quand tu en aurais l’envie. Le précieux liquide fini au sol, tachant et collant le tout au passage. Voilà, tu n’as plus de ton merveilleux élixir sucré. Les dégâts sur le sol ? Rien à faire, ce qui t’importe c’est l’absence de ta déesse limonade. Après une floper de juron en croate ou russe, il ne savait pas trop, juste que c’était assez bien injurieux et sale, ainsi que d’avoir mis vite fait une serviette mouiller sur les dégâts tout de même, juste parce que sinon ça allait le faire chier en collant aux chaussettes, il attrapa ses chaussure et son portemonnaie pour aller au supermarché pour reprendre de la limonade. Rien à faire qu’il soit trois heures du matin.

Après avoir grogné tout le long du chemin, insulter deux à trois demi-douzaine cailloux sur le chemin, maudit vocalement un passant ivre et grogner contre le manque de soleil pendant la nuit, le jeune vampire arriva enfin à destination. Le saint supermarché qui vendait l’eau bénite, connue sous le nom de limonade. Seulement une fois ici, c’était bien beau de savoir ce que l’on voulait, mais si on ne connaissait pas l’emplacement du produit ça n’aidait en rien du tout. Il décida pour le coup d’aimable demander l’information à une personne aussi présente dans l’établissement. Une brunette, devant le rayon produit laitier, qui n’avait rien demandé à personne.

«Gāi fāxiào rǔ shǎ gǎn. La limonade c’est part où, bordel ? »

Bonjour, politesse, délicatesse, tout ça. Tu t’es toujours torché avec. Un jour il arrêtera d’utiliser google traduction pour simplement apprendre des phrase toute fait pour insulter ses prochain, qu’importe si en chinois c’est joli.

#2 le 10.08.16 1:24

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 17 Féminin
× Age post-mortem : 73
× Avatar : Hana Koumeda - Crimson Prince
× Pouvoir : Syndrome de Rudolphe
× Appartement : Michalak
× Métier : Maman adoptive de Joshua à temps plein.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1815
× Øssements 8760
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 07/02/2016
× Présence : complète
× Surnom : le chou / le mérou
× DCs : Ebiko Kaiyoutei
Glittering Mama
http://peekaboo.web-rpg.com/t608-miu-dans-la-vie-rien-n-est-definitif-tu-sais http://peekaboo.web-rpg.com/t609-miu-l-eau-de-javel-c-est-pas-bon#6441

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
11/100  (11/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 17 Féminin
× Age post-mortem : 73
× Avatar : Hana Koumeda - Crimson Prince
× Pouvoir : Syndrome de Rudolphe
× Appartement : Michalak
× Métier : Maman adoptive de Joshua à temps plein.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1815
× Øssements 8760
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 07/02/2016
× Présence : complète
× Surnom : le chou / le mérou
× DCs : Ebiko Kaiyoutei
Glittering Mama


百貨店に白夜


Délicatesse, petits suisses, limonade.



Il y avait des nuits où le sommeil venait tout seul, lentement et puis il y avait celles où je fixais désespérément le plafond meringué de ma chambre dans le vain espoir d’enfin réussir à m’assoupir. Cette nuit-là, il n’y avait rien à faire, j’avais beau me tourner et me retourner, sentir la fatigue de mon corps jusqu’au bout des doigts, mes yeux refusaient de se fermer plus d’une minute et mon esprit refusait d’arrêter de penser. C’était une nuit sans.

Abandonnant tout espoir de sombrer dans les bras de Morphée, je finis par me lever et rejoindre la cuisine, refuge quasiment sacré dans cet appartement après ma chambre, pour récupérer de quoi apaiser mes neurones qui semblaient avoir entamés une danse endiablée au moment-même où je m’étais installée sous ma couette. En ouvrant le réfrigérateur, je fus une fois de plus marquée par ce compartiment vide, ce compartiment qui avait été celui de Félix et où j’avais pris l’habitude de déposer régulièrement des Tupperware lorsque je ratais un plat, accidentellement bien évidemment. Mais le plus choquant, ce fut la vision de mon propre espace, celui où je rangeais méticuleusement mes petits suisses. Vide lui aussi. Il n’y avait plus aucun pot.

"Je ne me souvenais pas les avoir terminés…" marmonnai-je en japonais, complètement dépitée. Et moi qui pensais remplir mon estomac…

Poussant un profond soupir en revenant dans ma chambre, je fixai mon lit, puis mes chaussures bien rangées à côté de mes vêtements pliés. Mon lit. Mes chaussures. Il était inutile d’espérer dormir. Le départ précipité me rappelait celui d’Adrien, alors-même que les deux n’avaient rien en commun. Et ce vide soudain, bien que reposant et agréable au vu des relations que j’entretenais avec le zombie, m’empêchait de trouver le sommeil. Je pris donc la décision d’aller immédiatement chercher de quoi remplir mon estomac - les supermarchés de Tokyo ne fermaient jamais.

C’est ainsi qu’à trois heures du matin, je pris la direction du centre commercial le plus proche de l’Agence, quelques Øssements en poche et le sourire aux lèvres. C’était l’été, les nuits étaient douces et de nombreux spectres profitaient de cette météo plus que favorable aux activités nocturnes. Toutefois, la foule n’était pas étouffante et j’appréciais cette petite sortie. J’avais le temps. Sans presser le pas, j’arrivai sans peine au supermarché. Je fréquentais ce lieu depuis longtemps, pourtant je ne le connaissais que très peu : en effet, une fois repéré l’emplacement des petits suisses et de quelques autres aliments que j’utilisais régulièrement en cuisine - comme les pommes - je n’avais jamais besoin de parcourir tous les rayons. Tranquillement, je passai devant les rayonnages déserts pour rejoindre celui des produits laitiers. En voyant à quel point il y avait peu de monde, je me fis la réflexion que je devrais venir un peu plus souvent à cette heure-là : personne pour me bousculer, pas d’attente aux caisses, c’était presque magique.

Soudain, cette paix fut troublée. J’hésitais entre deux parfums - prendre les deux ? Pourquoi pas, mais ce serait lourd à porter… - lorsqu’une voix retentit juste derrière moi. D’abord, je ne compris rien, cela sonnait comme du chinois et je ne parlais pas un mot de cette langue. C’était peut-être mieux pour moi. Puis, du japonais.

"La limonade c’est par où, bordel ?"

Est-ce qu’on me parlait ? Je n’en étais pas certaine. Mais je me retournai tout de même pour faire face à un jeune homme à la mine bougonne qui me fixait. Bon. Il me parlait. Maintenant j’en étais sûre. Est-ce que j’avais envie de lui répondre ? Un peu moins.

"Bonjour." lançai-je pour lui rappeler que la politesse n’était pas une option, et certainement pas quand on venait m’importuner dans un moment aussi important, "Je n’en ai strictement aucune idée mon petit, mais peut-être qu’en cherchant dans tous les rayons tu trouveras."

Les mains sur les hanches, je me redressai le plus possible pour compenser les centimètres qui nous séparaient. Je n’étais pas bien imposante, mais il n’était écrit nul part que je devais me laisser marcher sur les pieds par le premier venu. Et puis c’était quoi ces trucs oranges dans ses cheveux ?


© code by Lou' sur Epicode

Afficher toute la signature
Réduire la signature


Invité

#3 le 16.08.16 11:48

avatar
Invité
Elle force le bonjour et les yeux de Nozumi lance instinctivement un regard vers l’extérieur pour regarder la nuit encore présente dans le ciel. Ça faisait combien de temps que la gamin était là pour penser qu’il faisait jour ou bien avait-elle de sérieux problème de vus ou même de vocabulaire. Non, il ne comprenait pas la remarque comme un rappel à la politesse, mais comme une preuve de la simplicité d’esprit du bout de femme face à lui. En plus en poussant ainsi sur son corps pour être la plus droites possible et les mains sur les hanches cette fille était parfaitement ridicule à ses yeux.

« On dit bonsoir quand c’est la nuit le lepreuchaun. La nuit c’est quand le soleil il est plus là dans le ciel si jamais tu ne savais pas. »

Tu la regarde de haut comme ce que tu venais de dire excusait parfaitement tout le reste. Comme si en fait tu t’en foutais d’être impolie ou autre. Tu t’es fout de tout façon en plus elle est stupide comme enfant elle n’a même pas été capable de répondre à ta question. Tu en a rien à faire qu’elle ne soit pas employé ici ou qu’elle ne sache pas plus que toi au se trouve ta limonade elle n’avait pas à te répondre ainsi, qu’importe si c’est toi qui a commencer. Elle avait qu’à être mature, elle, toi c’est trop tard.


Il lui attrapa le nez qu’il lui pince avant de le tirer légèrement vers le bas pour ensuite le lâcher. Son attitude fière d’elle ou simplement son manque d’envie de s’écraser l’énerve légèrement quelque part.

« Je ne suis pas tien en plus et encore moins petit, mais j vais mettre le dernier point sur ton soucis visible de compréhension du monde. Tu n’as peut-être tout simplement aucune compréhension du vocabulaire en fait. »

Tu te mets à la bonne hauteur pour la regarder droit dans les yeux et commence à lui parler comme à une môme de quatre ans, la voix légèrement niaisarde et sur jouer, le visage complétement blaser de parler avec quelqu’un aussi peu développer selon toi à cette heure.

« La mioche je veux juste savoir où se trouve la limonade, tu sais la boisson pétillante au citron ? »

Il avait presque espoir qu’en lui parlant ainsi elle allait subitement devenir aussi docile qu’un petit toutou et lui apporter ce qu’il demandait. A ce demandé s’il n’était pas le plus naïf de tous ici.

#4 le 11.09.16 1:35

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 17 Féminin
× Age post-mortem : 73
× Avatar : Hana Koumeda - Crimson Prince
× Pouvoir : Syndrome de Rudolphe
× Appartement : Michalak
× Métier : Maman adoptive de Joshua à temps plein.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1815
× Øssements 8760
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 07/02/2016
× Présence : complète
× Surnom : le chou / le mérou
× DCs : Ebiko Kaiyoutei
Glittering Mama
http://peekaboo.web-rpg.com/t608-miu-dans-la-vie-rien-n-est-definitif-tu-sais http://peekaboo.web-rpg.com/t609-miu-l-eau-de-javel-c-est-pas-bon#6441

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
11/100  (11/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 17 Féminin
× Age post-mortem : 73
× Avatar : Hana Koumeda - Crimson Prince
× Pouvoir : Syndrome de Rudolphe
× Appartement : Michalak
× Métier : Maman adoptive de Joshua à temps plein.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1815
× Øssements 8760
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 07/02/2016
× Présence : complète
× Surnom : le chou / le mérou
× DCs : Ebiko Kaiyoutei
Glittering Mama


子供がじゃない!


Délicatesse, petits suisses, limonade.



Il marmonnait, me prenant très certainement pour une gamine et cela m’insupportais au plus haut point. Je ne lui avais rien demandé, il était venu me voir de lui-même, je ne le connaissais pas, il ne me connaissait pas, il était tard - ou tôt - et la dernière chose donc j’avais envie c’était de sociabiliser avec un rustre. Lorsqu’il me pinça le nez pour me faire baisser les yeux je me sentis profondément vexée. Très bien. Même si j’avais su où trouver les bouteilles de limonade, il était désormais hors de question que je l’aide à les trouver.

"Je ne suis pas tien en plus et encore moins petit, mais j’vais mettre le dernier point sur ton souci visible de compréhension du monde. Tu n’as peut-être tout simplement aucune compréhension du vocabulaire en fait."

Ok, il n’avait pas tout à fait tort, il fallait que j’arrête d’appeler n’importe qui comme ça, on aurait cru entendre parler ma grand-mère maternelle. Mais comme il décida de se baisser pour se mettre à ma hauteur et me parler d’un ton condescendant, je poussai un profond soupir d’ennui. Il n’était pas le premier et certainement pas le dernier.

"La mioche je veux juste savoir où se trouve la limonade, tu sais la boisson pétillante au citron ?" se sentit-il obligé de m’expliquer et j’hésitai à lui expliquer que je détestais cette boisson, pourtant populaire dans le Japon d’après-guerre, et donc qu’une fois morte je n’avais jamais ressenti le besoin d’en acheter ni de savoir où en trouver dans les supermarchés.

"La mioche n’a plus dix-sept ans, et merci, et je sais ce que c’est, ça existait déjà de mon vivant." grondai-je, histoire de rappeler que juste parce que j’avais l’air d’une enfant je n’en étais pas une.

Je n’avais aucune idée de son âge à lui, peut-être que c’était un ancêtre qui avait trois siècles, mais j’en doutais ; il aurait certainement su où trouver ses fameuses bouteilles. Profitant du fait qu’il était à ma hauteur je lui tapotais la tête.

"Maintenant, si tu le veux bien, je n’ai pas que ça à faire de faire les courses des autres à cette heure-là, alors à part si tu veux porter mes sacs jusqu’à mon appartement, je n’irai pas chercher quoi que ce soit pour toi alors que tu m’as l’air d’être un grand garçon en possession de toutes les capacités physiques permettant de traverser un magasin."

En fait j’espérais presque qu’il allait accepter, les petits-suisses c’était lourd mine de rien, et descendre les étages de l’Agence à pieds… C’était long quand l’ascenseur n’était pas plus utile que s’il y avait une pancarte "HORS-SERVICE" collé sur ses portes. Enfin s’il n’était pas plus aimable que ça, je préférais peut-être me débrouiller toute seule.


© code by Lou' sur Epicode

Afficher toute la signature
Réduire la signature


Invité

#5 le 12.09.16 21:58

avatar
Invité
Pas dix-sept ans ? Vraiment ? Tu avais du mal à la croire en la regardant. Depuis que tu étais mort tu avais du mal à croire un peu tout le monde avec leur âge de toute façon. La mort en elle-même te parait si étrange. Etre un vampire ne t’aide pas. Tu es déjà retourné dans le monde des vivant pour manger, car ça te tenais beaucoup trop au ventre et surtout tes crocs t’y ont poussé, mais tu ne comprends toujours pas ce concept de mort que tu as face à toi. Quelque part tu n’as pas encore accepté ne plus être un vivant, c’est bien que tu sois un vampire du coup, tu aurais fait un lémure très presser de revenir dans ton état de vivant et un parfait zombi dans un autre cas de figure.

« On dirais pas pourtant que t’a plus de quinze ans. »

Parce qu’il se croit malin le monsieur avec cette phrase. Il se croit grand d’un coup, somme s’il avait une vérité absolue dans sa voix. Lui qui est si frustrer d’être mort, mordu, il s’en fiche de la désignation qui vas bien pour dire qu’il était plus avec les vivant qu’il connaît. Bref, lui frustré de ne pas avoir atteint sa majorité laisse cela glisser dans ses phrase, être blessant et soulageant pour lui quelque part. Ça fait tellement du bien de rabaisser les autres pour oublier que sois même on ne vaut pas beaucoup mieux enfin de compte. Il frappe du pied au sol pour appuyer son agacement rien que par le simple fait qu’elle est ouvert le bouche pour répondre, mais l’écoute quand même parce qu’il est un minimum bien élevé et aussi parce que sa stupidité à elle lui éclatera peut-être en plein figure à s’entendre parler pense-t-il. La bonne blague.

« En fait tu acceptes de jouer au toutou qui vas chercher la balle si on te sert de porteur. Tu as du flan dans les bras en fait. »

Tu es méchant là. Frustrer qu’elle ne te donne pas l’indication que tu demandes alors que tu n’as fait aucun effort pour être polis ou aimable. Comme si elle était en tort de t’en vouloir pour cela. Puis enfin de compte tu réfléchis trente seconde, seulement trente, pas une de plus et te dit qu’elle a dû avoir pas la chance d’avoir toute sa tête à sa mort et que ça avait dû rester, peut-être, tu n’en sais rien de comment ça marche tout ce bordel. Tu soupire et la regarde avec la plus grande des pitiés. Ta gentillesse te perdra, tu le sais très bien et ce que tu vas faire pour elle est tellement bien que tu as déjà envie de vomir pour le geste. Tu te sentirais presque sale d’avance de ce que tu vas faire. Presque, mais bon elle doit savoir où est ta boisson sacrée et lui porter ses sacs jusqu’à chez elle te permettra de commencer ton dossier sur elle. C’est impossible que cette petite chose perdue est pu avoir son âme sœur avec elle. Trop conne pour ça selon toi. A croire que tu oublies facilement que toi-même tu n’as rien du tout et te range dans la catégorie des trop con assez facilement aussi.

« Très bien, je vais te les porter tes putains de sac en bouse de phoque malade, mais je veux avoir ma limonade. »

Il a tellement l’impression d’être bon prince en faisant cela que c’est chiant. La main tendu en avant comme pour attendre d’avoir là tout de suite ce qu’il demande et patiente qu’elle bouge, absolument certain qu’elle va être un bon toutou maintenant qu’il lui tend un sucre devant le nez. Ce qu’il peut être naïf en fait.

#6 le 04.10.16 16:34

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 17 Féminin
× Age post-mortem : 73
× Avatar : Hana Koumeda - Crimson Prince
× Pouvoir : Syndrome de Rudolphe
× Appartement : Michalak
× Métier : Maman adoptive de Joshua à temps plein.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1815
× Øssements 8760
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 07/02/2016
× Présence : complète
× Surnom : le chou / le mérou
× DCs : Ebiko Kaiyoutei
Glittering Mama
http://peekaboo.web-rpg.com/t608-miu-dans-la-vie-rien-n-est-definitif-tu-sais http://peekaboo.web-rpg.com/t609-miu-l-eau-de-javel-c-est-pas-bon#6441

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
11/100  (11/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 17 Féminin
× Age post-mortem : 73
× Avatar : Hana Koumeda - Crimson Prince
× Pouvoir : Syndrome de Rudolphe
× Appartement : Michalak
× Métier : Maman adoptive de Joshua à temps plein.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1815
× Øssements 8760
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 07/02/2016
× Présence : complète
× Surnom : le chou / le mérou
× DCs : Ebiko Kaiyoutei
Glittering Mama


レモネード


Délicatesse, petits suisses, limonade.



Il avait l’air sceptique sur mon âge. Enfin il n’était pas le premier, alors qu’il croit que j’ai quinze ou dix-sept ans, cela m’importait peu au final. Tant qu’il comprenait que je n’étais pas née de la dernière pluie. Et puis, même si un mot sur deux qui sortait de sa bouche était une grossièreté, il venait d’accepter de porter mes sacs. Levant les yeux au ciel en réalisant qu’il était certainement un cas désespéré des bonnes manières et que lutter contre sa nature serait contre-productif, je posais mes propres sacs à ses pieds après les avoir remplis sans réfléchir, lançant un "Je reviens !" à son intention.

Concrètement, je n’avais aucune idée d’où trouver sa limonade. Enfin, elle ne devait pas être bien loin. J’avais atteint le fond du magasin lorsque j’aperçus des bouteilles de Ramune. Eh bien voilà. Ce n’était pas au citron, mais c’était presque la même chose. J’en attrapai deux à la fraises, trois au chocolat et une au curry avant de revenir sans me presser vers lui. Il allait être furieux, j’en étais presque certaine, mais cela m’importait peu. Il n’avait pas été voir lui-même, il ne pourrait pas savoir que juste à côté des bouteilles que je lui ramenais il y avait la limonade qu’il cherchait.

"Y’avait plus que ça, j’espère que ça te va !" annonçai-je en les brandissant comme un trophée, "Enfin de toutes façons si ça ne te va pas, tu n’as qu’à aller te plaindre à la direction du magasin."

Dans ma grande bonté, je mis ses futurs achats dans un de mes sacs et le lui tendis. J'espérais qu'il apprécierait le geste et qu'il arrêterait de me prendre de haut pendant au moins cinq minutes. Ce n'était pas gagné, mais bon.

"Tiens, le sac c’est cadeau."

Puis sans attendre une autre remarque déplacée de sa part - je préférais l’entendre bougonner de loin - je partis payer mes petits suisses. Il n'y avait personne d'autre en dehors de nous deux, donc passer à la caisse automatique allait être rapide.

Résultat du dé:
Pile : enfin c'était sans compter sur la machine capricieuse qui ne voulait pas fonctionner correctement. Désespérée, je me tournai vers lui :
"Tu te débrouilles peut-être mieux que moi avec ça."
Ça me faisait mal de l'admettre, mais les technologies et moi ça faisait deux.

Face : ni une ni deux nous fûmes dehors et je lui collais mon sac dans les mains.
"Let’s go !" lançai-je avec enthousiasme.
Toutefois,  à peine avais-je fait trois pas qu'il commençait à pleuvoir.


© code by Lou' sur Epicode



Hors RP:
Désolée c'est un peu court par rapport aux autres avant
Afficher toute la signature
Réduire la signature


#7 le 04.10.16 16:34

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1867
× Øssements 1529
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1867
× Øssements 1529
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Miu Nagareboshi' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'PILE OU FACE' :
Invité

#8 le 11.10.16 13:58

avatar
Invité
Tes yeux jouent à un aller-retour rapide entre ta main tendu dans le vide et là où la gamine viens de poser ses sacs. Déjà partie entre les rayons pour te trouver ta précieuse boisson ta voix ne l’attendra pas. Tu pourrais parfaitement lui hurler dessus, lui courir après pour la traiter d’enfant stupide ou tout autre joyeuseté, mais ça voudrait dire bouger ton cul jusqu’au rayon limonade tout seuil et lui donner raison sur le fait que tu sois capable de le faire tout seul. Il est hors de question de perdre face à ce chiot stupide et non obéissant. Le dressage n’était absolument pas ton truc, mais tu es presque certain d’arriver à faire quelque chose de productif avec le temps. Parce que tu vas le prendre le temps pour cette enfant, personne morte depuis peut-être trop longtemps pour comprendre les choses simple de la vie. Après tout ce n’est pas du tout comme si c’était ton attitude à toi qui avait posé problème depuis le début et fait que tout foire, comme à chaque fois. Il est tellement plus simple de croire que le souci viens des autre et non de soi. Idiot. Tu le vis tellement bien en plus.

Il grognait du coup dans sa barbe inexistante plusieurs grossièretés qui lui passaient par la tête, faisant de belle association d’idées sympathiques tout en restant sur le champ lexical de la poissonnerie. L’eau et ses habitants avaient quelque chose de relaxant. Ou bien c’était la vision au loin d’un personne ayant fait son plein de poisson qui donnait cette envie là tout de suite. Même lui n’en savait rien, ça lui passait sur la langue là maintenant et rien ne lui demandait de ce justifier pour cela. Bougonnant il regarda la marmaille revenir en fronçant fortement des sourcils à la vus des parfums des boissons qu’elle avait prise. Sérieusement ?

« Chocolat ? Genre ils font de la limonade avec cette merde de chocolat ? T’es pas sérieuse la fourmille ? Elle est où la caméra de ce magasin que leur offre un doigt de merde pour avoir osé une tel chose ? Putain et t’était obliger de prendre la version chocolat en autant d’exemplaire en plus ? T’as un pois chiche à la place du cerveau c’est impressionnant. »


Fraise ou même curry ça ne te dérangeait. Curry t’était même près à tester sérieusement, au pire tu le mettrais dans les vêtements d’un de tes coloc s’il te fait chier, mais franchement chocolat te donne presque de l’urticaire rien qu’à voir le mot. Tu grimace prends sans aucune délicatesse ou remerciement le sac qu’elle lui offre dans une bonté que tu ne comprends absolument pas. Il y aura la mention « chiot serviable, gentil, mais un peu conne » dans le dossier que tu feras sur elle. Son attitude est cool, mais sa stupidité gâche tout, c’est ce que tu te dis. Ta main farfouille pour retirer rapidement ses putains de bouteille avec du chocolat dedans et les laisser en plein milieu des produit laitier avec une grimace dégouter avant de la suivre jusqu’à la caisse docilement et en continuant à grogner. Grognement à la vue de la caisse ne fonctionnant pas avec la gamine, tu claque de la langue agacer contre ton palais et prend sa place face à cette création de merde pour lui montrer qui est le pro ici.

« Tu sais juste pas y faire ! Tu vas voir je suis le meilleur pour ça. Ça ne m’étonne même pas d’un chiot comme toi de pas faire fonctionner cela. »

Il bombe le torse et commence à faire passer les articles de nouveau pour tenter de faire fonctionner la machine, mais rien de neuf n’arrive. Ça ne fonctionne simplement pas. L’admettre serait plus simple, aller voir une caissière et passer de façon classique aussi. Tout simplement le signaler ou aller à une autre caisse automatique, mais non tout cela serait tellement trop simple. Rageusement son poing rentre en contact avec la machine et le fait aller en arrière en se faisant mal tout seul avec ce geste. Alors qu’il commence à souffler sur son pauvre poing endoloris de sa stupidité la caisse commence à faire un bruit des plus étranges et l’écran affiche enfin quelque chose de neuf.

« Tout ça c’est de ta putain de faute ! Merde ! »

résultat du dé:
Pile) MIRACLE ! Un prix s’affiche enfin à l’écran et laisse la possibilité de payer sans aucun souci… Enfin sauf si le fait que le montant soit cinq fois supérieur aux prix d’origine ne soit pas un souci. La touche annuler ne semble en plus vouloir fonctionner. Les caisses automatiques étaient vraiment une bonne idée pour aller rapidement ?
Face) Un message d’erreur viens de se mettre sur l’écran et une sirène strident est émise par l’appareil alors qu’un vigile viens dans votre direction. Il semblerait que l’action fait précédemment soit vus comme une tentative de vol ou une merde dans ce genre malheureusement.

#9 le 11.10.16 13:58

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1867
× Øssements 1529
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 0 Neutre/sans genre
× Age post-mortem : 0
× Avatar : ART ©Piscimancy GRAPH : Miles Skoko
× Pouvoir : omnipotente
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1867
× Øssements 1529
× Age IRL : 0 Autre
× Inscription : 15/03/2014
maitre de la mort
Le membre 'Nozumi Akeko' a effectué l'action suivante : laisser faire le hasard


'PILE OU FACE' :

#10 le 05.11.16 11:43

avatar
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 17 Féminin
× Age post-mortem : 73
× Avatar : Hana Koumeda - Crimson Prince
× Pouvoir : Syndrome de Rudolphe
× Appartement : Michalak
× Métier : Maman adoptive de Joshua à temps plein.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1815
× Øssements 8760
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 07/02/2016
× Présence : complète
× Surnom : le chou / le mérou
× DCs : Ebiko Kaiyoutei
Glittering Mama
http://peekaboo.web-rpg.com/t608-miu-dans-la-vie-rien-n-est-definitif-tu-sais http://peekaboo.web-rpg.com/t609-miu-l-eau-de-javel-c-est-pas-bon#6441

Feuille de personnage
× Degré d'amusement:
11/100  (11/100)
× Evolution :
× Image : × Age de la mort : 17 Féminin
× Age post-mortem : 73
× Avatar : Hana Koumeda - Crimson Prince
× Pouvoir : Syndrome de Rudolphe
× Appartement : Michalak
× Métier : Maman adoptive de Joshua à temps plein.
× Communication : Portable - Deathbook
× Péripéties vécues : 1815
× Øssements 8760
× Age IRL : 21 Féminin
× Inscription : 07/02/2016
× Présence : complète
× Surnom : le chou / le mérou
× DCs : Ebiko Kaiyoutei
Glittering Mama


瑜伽


Délicatesse, petits suisses, limonade.


Il avait l’air furieux. Je veux dire, il avait l’air encore plus furieux qu’avant. Peut-être parce qu’il n’aimait pas le chocolat, raison pour laquelle il avait abandonné autant de bouteilles derrière nous. J’avais tiqué en le voyant les poser n’importe où. Bien. Et pour ne rien arranger la caisse automatique n’était pas très coopérative.

"Et… Dis-moi… Tu as déjà essayé le yoga pour te détendre un peu ? Simple proposition bien entendu." lançai-je sarcastiquement, outrée qu’il me juge responsable alors que c’était LUI qui était venu me voir en premier. Aucun respect.

Voyant que le prix affiché sur le petit écran était beaucoup trop élevé pour le nombre de petits suisses que je voulais acheter, je les retirai tout simplement de la machine, me disant que ce serait tout aussi bien de trouver quelqu’un du supermarché. Comme je n’allais tout de même pas laisser l’autre fou furieux seul devant la caisse, il aurait certainement été capable de tout casser, je l’attrapai par le bras et le traînait derrière moi, tout en râlant - il devait avoir une maladie de râlerie hautement transmissible et je l’avais chopée.

"J’te jure, c’est bien utile la technologie, mais c’est comme l’ascenseur de l’Agence, ça fonctionne quand ça veut, même vous vous y comprenez rien en fait, faut m’expliquer à quoi ça sert. Enfin toi, vu comme t’es aimable ça doit toujours faire plaisir à la caissière de pas voir ta tête en face d’elle." enchainai-je sans lui laisser le temps d'en placer une.

Il s’averra que la caissière était un zombie. Un zombie en rupture de potions et de parfum vu l’odeur. Tout en tiquant, parce que sans être une chimère j’avais l’odorat sensible, je lui tendis mes articles. Faites que l’autre n’ouvre pas sa bouche pour l’insulter. J’avais peu d’espoir à ce niveau-là, il avait l’air d’avoir un filtre cerveau-bouche encore moins performant que le mien, c’était dire… Peut-être qu’il était traumatisé par sa mort et que du coup il se vengeait en étant désagréable au possible avec les autres spectres. Ou peut-être qu’il avait toujours été comme ça et que le fait de mourir l’avait rendu encore plus susceptible.

Tout en suivant le cours de mes pensées, je réalisai que je le fixais, lui et ses cornes bizarres, réfléchissant au pourquoi du comment, et qu’il devait détester ça. Tant pis, pensive je continuais de jouer avec une de mes mèches de cheveux en attendant que nous puissions sortir du supermarché.


© code by Lou' sur Epicode

Afficher toute la signature
Réduire la signature